Dirham marocain

Dirham marocain
درهم مغربي
ⴰⴷⵔⵀⵎ ⵏ ⵍⵎⵖⵔⵉⴱ
Unité monétaire moderne actuelle
Pays officiellement
utilisateurs
Drapeau du Maroc Maroc
Banque centrale Bank Al-Maghrib
Symbole local د.م.
Code ISO 4217 MAD
Sous-unité 100 centimes (santim)
(ou 20 rials)
Taux de change 1 EUR = 10,72 MAD
1 MAD = 0,093 EUR (14-11-2016)
Chronologie de la monnaie

Le dirham marocain (en arabe : درهم‎) ; pluriel : دراهم‎, prononcé darahim) est la monnaie officielle du Maroc, abrégée MAD sur le plan international, émise par la Bank Al-Maghrib. Il est divisé en 100 centimes (en arabe : سنتيم, pluriel : سنتيمات ; prononcé sentimat).

Convertibilité

Le dirham marocain n’est pas une monnaie librement convertible.

La méthode de cotation quotidienne du dirham par rapport à son panier de référence en devises est rendue publique pour la première fois dans le rapport de Bank Al-Maghrib (Banque du Maroc) au titre de 2006. De 2006 à avril 2015 la monnaie marocaine fut indexé à 80 % sur l'euro et 20 % sur le dollar où le dirham courant est égal à l'inverse du cours de référence de l’euro multiplié par 80 %, plus l'inverse du cours de référence du dollar multiplié par 20 %. Le résultat de cette addition est multiplié par le résultat du rapport entre le cours de l'euro sur celui du dollar. Cette opération donne lieu à la valeur d'un dirham courant et son équivalent en dollar[1].

Depuis le 13 avril 2015 le dirham est indexé par rapport à un panier basé à 40 % sur le dollar et à 60 % sur l'euro[2], le ministre marocain de l'économie explique ce changement par le fait qu'en 2002 les importations/exportations marocaines se faisaient à 20 % en dollars et qu'en 2015 les échanges commerciaux du royaume du Maroc ont atteint 42 % en 2015[3]. L'objectif du réajustement de la cotation du dirham étant de préparer la transition vers un système de change flottant[4] et mieux intégrer l'économie mondiale.

Évolution du cours en euro

Pièces et billets actuels en dirhams marocains (MAD).
Date Euro Unité Devise (MAD)
0,082 1 dirham marocain
0,0906 1 dirham marocain
0,0895 1 dirham marocain
0,0874 1 dirham marocain
0,0898 1 dirham marocain
0,0894 1 dirham marocain
0,0889 1 dirham marocain

Histoire des monnaies au Maroc

Avant 1881

Pièce en bronze valant 4 falus (1290 hégire : 1873, 28 mm) frappée à Fèz sous Mohammed IV (1802-1873), sultan du Maroc.

Le dirham est le nom d’une ancienne monnaie qui circulait, outre au Maghreb, sur le pourtour sud de la Méditerranée et jusqu'en péninsule arabique : son nom est dérivé de la drachme grecque. C'est cette dernière monnaie qui a d'abord été utilisée par les commerçants arabes, puis vers la fin de VIIe siècle, sous le califat d'Abd al-Malik, la pièce fut transformée en monnaie islamique avec citation religieuse, nom et effigie du souverain. Le dirham a été frappé dans de nombreux pays méditerranéens, y compris en Al-Andalus, ce qui explique qu'il ait pu servir de monnaie en Europe entre les Xe et XIIe siècles, notamment avec la république de Venise.

On considère que l'histoire monétaire marocaine commence au Ier siècle av. J.-C. quand Juba II et son fils Ptolémée frappèrent leur propre monnaie, des deniers et aureus inspirés du système monétaire de l'Empire romain.

Au VIIIe siècle, sous le règne d’Idris Ier, le Maroc crée sa propre frappe de monnaie, produisant exclusivement des dirhams d’argent. Suivant les dynasties islamiques, d’autres symboles forts suivirent au fil des siècles, les dinars d’or et les qirats[Quoi ?] d'argent. En 1678, sous les Alaouites, le dirham s’impose de nouveau, puis, au XVIIIe siècle apparaît aussi le mithqal, décuple du dirham, dernier avatar de la frappe au marteau manuelle. Au début de XIXe siècle, on trouvait des petites pièces en bronze appelée falus  (dérivée du fals), des pièces en argent appelée dirham et des pièces en or appelées benduqi.

1881-1959

En 1881, sous la pression européenne, le Maroc s'ouvre à la fabrication industrielle et non plus manuelle de sa monnaie : le mazounas de cuivre devient une subdivision du dirham d'argent, lui-même une subdivision du rial, appelé douros hassani, lequel était initialement calqué, en termes de poids, sur la pièce de huit espagnole mais ne vaut plus au change de cette époque que 5 pesetas d'argent : la monnaie marocaine est donc dès 1881 intégrée de facto au système de l'Union monétaire latine. Le taux de conversion interne est 50 mazounas = 10 dirhams = 1 rial. Ces différentes pièces sont à diverses époques, et jusqu'en 1920, frappées entre Paris, Berlin et Birmingham. Il s'ensuivit un grande dépréciation des monnaies sultaniennes, au profit des pièces espagnoles qui avait littéralement envahi les échanges quotidiens : en 1902, le rial avait perdu 37 % de sa valeur de 1881, ce qui consuisit à un taux de change abusif de 2 rials pour une peseta. En 1910, le protectorat espagnol du Maroc autorise la création de la Banque d'État du Maroc qui peut donc émettre ses propres billets de banque libellé en rials, mais n'occupèrent que 40 % de la masse monétaire du pays[5].

À l’époque du protectorat français, établit en 1912, apparaît le franc marocain, qui allait être aligné strictement sur le franc-or en 1917, et qui, malheureusement, suivit ensuite la dévaluation de celui-ci à partir du dahir du 21 juin 1920 : les premières pièces, frappées aux armes du royaume, en franc marocain, n'apparaissent réellement qu'à ce moment-là, ainsi que les premiers billets. Auparavant, les populations marocaines devaient accepter dans leurs échanges les billets de la Banque de l'Algérie, libellés en francs français : la situation était alors fort confuse, car à Tanger circulait la peseta espagnole, mais aussi, comme dans le reste du pays, les billets de la Banque d'État du Maroc et ceux de la Banque de l'Algérie, lesquels se concurrençaient[5].

Le dirham, monnaie souveraine

Le dahir du 15 octobre 1959, faisant suite à l’indépendance du Maroc dirigée par Mohammed V en 1955, institue le rétablissement du dirham en argent au taux de 1 dirham = 117,50 francs français d'avant 1958 ou 1,175 nouveau franc français et la suppression du franc marocain fut actée en 1960. Cependant, les pièces subdivisionnaires de 0,1 à 0,20 centimes frappées en franc marocain vont circuler au moins jusqu'au début des années 1980[5].

Depuis 1987, l’Hôtel des monnaies (Dar As-Sikkah) de la Bank Al-Maghrib (Banque du Maroc) assure intégralement, selon des procédés techniques de pointe, la fabrication de ces billets et pièces de monnaie[6].

Persistance du rial marocain

À l’oral et pour les achats quotidiens, le rial marocain vaut cinq centimes de dirham (vingt rials valent un dirham) dans l'ancienne partie française. La population de l'ancien Protectorat espagnol du Maroc compte 2 rials pour 1 dirham (1 rial = 50 cts) dans le nord-ouest, tandis que dans le nord-est, les populations du Rif comptent en duro qui équivaut également à un demi-dirham. Il est de plus en plus fréquent d'entendre les prix en dirham ou en centimes dans les villes mais il est encore largement répandu d'entendre des prix en duro ou rial en zones rurales. L'usage familier de plusieurs formes de monnaies donne parfois des montants, qui, s'ils sont compréhensibles localement par les habitants, peuvent être très difficilement maîtrisable par un non initié : par exemple, dans le montant 1 million et 40 milles rials par million on sous entend un million de centimes et pas de rials. Les citadins parlant plutôt en « francs » qui représentent les centimes de dirham (1 million valant 10 000 dirhams, 12 dirhams = 1 200 francs).

Notes et références

Voir aussi

Article connexe

Liens externes