Soustons

Soustons
Soustons
La mairie.
Blason de Soustons
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Dax
Intercommunalité Communauté de communes de Maremne-Adour-Côte-Sud
Maire
Mandat
Frédérique Charpenel
2020-2026
Code postal 40140
Code commune 40310
Démographie
Gentilé Soustonnais
Population
municipale
8 056 hab. (2018 en augmentation de 7,36 % par rapport à 2013)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 45′ 09″ nord, 1° 19′ 42″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 62 m
Superficie 100,38 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Soustons
(ville isolée)
Aire d'attraction Soustons
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton du Marensin-Sud
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Soustons
Géolocalisation sur la carte : Landes
Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Soustons
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soustons
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soustons
Liens
Site web Site officiel

Soustons est une commune française située dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Soustonnais[1].

Géographie

Localisation

Commune située dans la forêt des Landes en Marensin, sur les bords du lac du même nom. La partie de Port d'Albret relevant de sa commune (appelée Soustons-Plage) est située au sud du lac marin et au nord de Seignosse. Elle dispose de deux plages surveillées : l'une sur l'océan, l'autre sur le lac marin.

Communes limitrophes

Lieudits et hameaux

23 quartiers composent la commune de Soustons[3] :

  • Landouar et le Pont de Labarthe ;
  • le Pey ;
  • Barrail ;
  • la Moliate ;
  • l'Etang ;
  • Campagnac ;
  • Dumas et Mourmaou ;
  • Costemale ;
  • la Vigne et Bergan ;
  • la Vigne et du Marché ;
  • la Vigne et Marchannaou ;
  • Mercade et Tres Barats (Tresbarats sur les cartes IGN) ;
  • Bitcherounbieil (Bitcherounbieilh sur les cartes IGN) ;
  • Bagnère ;
  • Escurade et Lande du Pey ;
  • le Moulin de Pey ;
  • Pédollé (Pédolé sur les cartes IGN) ;
  • Mongouarin ;
  • Caplanne et Pyramide ;
  • Broustic ;
  • le Sable ;
  • Guirauton ;
  • la Lande et Montignon.

Climat

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[6]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 13,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 13,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 1 340 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Magescq », sur la commune de Magescq, mise en service en 1951[10]et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[11],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,8 °C et la hauteur de précipitations de 1 297,7 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Dax », sur la commune de Dax, mise en service en 1958 et à 23 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 13,8 °C pour la période 1971-2000[14], à 14,3 °C pour 1981-2010[15], puis à 14,5 °C pour 1991-2020[16].

Urbanisme

Typologie

Soustons est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[17],[18],[19]. Elle appartient à l'unité urbaine de Soustons, une unité urbaine monocommunale[20] de 7 877 habitants en 2017, constituant une ville isolée[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Soustons, dont elle est la commune-centre[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 2 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[23],[24].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[25]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[26],[27].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (67,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,1 %), terres arables (10,7 %), zones agricoles hétérogènes (8 %), zones urbanisées (6,8 %), eaux continentales[Note 6] (4,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,9 %), zones humides intérieures (0,4 %)[28].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie

Lac de Soustons

Son nom occitan gascon est Soston[29].

Le nom de la localité est mentionné Sanctus Petrus de Sostono sur le cartulaire de Dax[Note 7], puis Soston ou Souston à partir du XVIIe siècle.

Selon certaines sources, il s'agit d'un type toponymique basé sur le terme gascon sosta « pâturage », suivi du suffixe diminutif -on, utilisé en Béarn et Bigorre et peut-être bien transporté par les pasteurs transhumants de jadis[30].

Une étymologie anglaise du type *South Town n'est soutenue ni par les formes anciennes, ni par les spécialistes. En effet, le duché d'Aquitaine sous souveraineté du roi d'Angleterre — du mariage d'Aliénor à la bataille de Castillon (1453) — n'a pas apporté d'influence linguistique anglo-saxonne sur le gascon. On trouve bien deux toponymes de bastides qui ont été dédicacées directement à de hauts personnages anglais : Hastingues (d'après John Hastings), Libourne (ancienne Condate, d'après Roger de Leybourne) et la transposition du nom de la ville anglaise de Lincoln, altérée en Nicole[31],[32], mais aucune création toponymique, car les Anglais ne se sont pas implantés en nombre suffisant, ni assez longtemps pour pouvoir influencer la langue locale et la toponymie.

Histoire

Héraldique

Blason Blasonnement :
D'argent à la champagne soudée d'or chargée d'une mer fascée engrêlée d'argent et d'azur de quatre pièces, au chêne-liège de sinople au fût arraché aussi d'argent chargé d'une fasce de tenné, brochant sur la plaine, soutenu d'une coquille de gueules, au léopard du même passant sur la champagne et brochant sur le fût de l'arbre[33]

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Jean-Paul Dupriret   Médecin
1791 1793 Jean Laulhe-Laborde    
1790 1791 Dupriret fils   décède en fonction
1793 1795 Gérard Doussau   Procureur fiscal, suspendu après Thermidor
1795 1799 François Jacques Ducasse   Notaire, probablement suspendu après le 18 brumaire
1799 1800 Jean Laborde    
1800 1802 Joseph François Jacques Ducasse   Notaire
1802 1807 Jean-François Dusserre    
1807 1814 Gérard Doussau   Magistrat, propriétaire. Suspendu par Napoléon I
1814 Jean-Baptiste Dusserre   Maire pendant la 1ère Restauration. Suspendu au retour de Napoléon I
avril 1815 Gérard Doussau   Magistrat, propriétaire. Maire pendant les 100 jours puis suspendu
juillet 1821 Alex de Saint-Martin Lacaze Royaliste  
juillet 1821 janvier 1826 François du Bourg Conservateur Juge de Paix
janvier 1826 1830 Alex de Saint-Martin Lacaze Royaliste démissionnaire
1830 1840 François du Bourg Conservateur Juge de Paix, se consacre ensuite au Conseil Général
1840 1845 Jean-Baptiste Dusserre    
1845 1848 François du Bourg Conservateur Propriétaire, Juge de paix
1848 1857 Pierre-Adolphe Lafitte   Médecin
1857 1870 Jean-Pierre Duboscq   Propriétaire
1870 1872 Théodose Dupont Conservateur Notaire. Démissionnaire en 1872
1872 1874 François Sainte Marie Radical Propriétaire, industriel
1874 1878 Alphonse Doussau Conservateur Propriétaire, magistrat
1878 1882 François Sainte Marie Radical Propriétaire, Industriel
1882 1892 Alphonse Doussau Conservateur Propriétaire, magistrat
1892 1901 Alfred Senac Radical conseiller général du canton de Soustons (1883-1901). Décède en 1901
1901 1905 Alfred Lestage   Décède en 1905
1905 1919 Gustave Lasalle Républicain
Nationaliste
conseiller général du canton de Soustons (1901-1913)
1919 1935 Emile Nougaro Radical Propriétaire, Médecin
1935 1945 Pierre Labatut    
1945 1947 Louis Lavielle   Limonadier. Ne se représente pas en 1947
1947 1950 Emile Nougaro Radical Propriétaire, Médecin
1950 1952 Paul Testemale SFIO ancien Secrétaire de Mairie
1952 1977 Pierre Barrere UDR-RPR Médecin, conseiller général du canton de Soustons (1970-1982)
1977 1983 Jean Nougaro UDF Propriétaire, Ingénieur Polytechnicien
mars 1983 mars 2001 Jean-Yves Montus PS Instituteur
conseiller général du canton de Soustons (1982-1994)
mars 2001 mars 2008 Charles Mauvoisin UMP Pharmacien
mars 2008 décembre 2016 Jean-Yves Montus PS Instituteur retraité
Président de l'Association des maires des Landes
conseiller général du canton de Soustons (2001-2008)
décembre 2016 En cours Frédérique Charpenel PS Conseillere régionale Nouvelle-Aquitaine (2021-)
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[35]. En 2018, la commune comptait 8 056 habitants[Note 8], en augmentation de 7,36 % par rapport à 2013 (Landes : +3,31 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5042 5782 5162 2472 5082 5602 7832 8463 123
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 1643 2853 5823 4583 5783 7043 8423 8483 902
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 9463 8883 9513 7113 7733 7633 7023 9234 034
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4 2424 5225 1275 1025 2835 7436 5607 2407 611
2018 - - - - - - - -
8 056--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

Voies

464 odonymes recensés à Soustons
au
Allée Avenue Bld Chemin Clos Impasse Montée Passage Place Pont Route Rue Square Villa Autres Total
43 32 1 [N 1] 8 6 19 1 [N 2] 2 [N 3] 10 [N 4] 2 [N 5] 27 58 [N 6] 42 4 [N 7] 209 [N 8] 464
Notes « N »
  1. Boulevard Darrigade.
  2. Montée de la Plage.
  3. Passage des Arènes et passage du Carrelot.
  4. Dont place du Premier-Mai et place du 8-Mai-1945.
  5. Pont de Labarthe et pont de Roubin.
  6. Dont rue du 19-Mars-1962 et rue du 8-Mai-1945.
  7. Villa des Cèpes, villa des Cols Verts, villa Deyssos et villa du Gay.
  8. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites

L'église Saint-Pierre de Soustons

Personnalités liées à la commune

Sports

Clubs

  • Le rugby à XV est pratiqué à Soustons depuis 1903. Le SC Soustons est créé en 1905 mais son activité décline rapidement. L'US Soustons et l'Avant-Garde voient respectivement le jour en 1909 et 1913. Ils sont remplacés par l'AS Soustons en 1926[38].
  • Centre nautique Michel Lacladère de Soustons
  • Centre de formation nautique de Soustons
  • Club de voile marensin
  • Stand up paddle
  • Soustons Surf Club
  • Gymnase Les Écureuils

Équipements sportifs

Stade Rémy-Goalard.

Campings

  • L'Airial
  • Bathurt
  • Framissima

Notes et références

Notes et cartes

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Le cartulaire de Dax est constitué de 64 feuillets recto et verso écrits entre 1056 et 1170.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références

  1. « Le nom des habitants du 40 », sur www.habitants.fr (consulté le 28 août 2018).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Archives départementales des Landes, « Archives numérisées - Cadastre / Soustons », début xixe siècle (consulté le 29 août 2018).
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 11 juillet 2021)
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 11 juillet 2021)
  6. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 11 juillet 2021)
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  9. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le 11 juillet 2021)
  10. « Station Météo-France Magescq - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 11 juillet 2021)
  11. « Orthodromie entre Soustons et Magescq », sur fr.distance.to (consulté le 11 juillet 2021).
  12. « Station Météo-France Magescq - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté en magescq).
  13. « Orthodromie entre Soustons et Dax », sur fr.distance.to (consulté le 11 juillet 2021).
  14. « Station météorologique de Dax - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 11 juillet 2021)
  15. « Station météorologique de Dax - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 11 juillet 2021)
  16. « Station météorologique de Dax - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 11 juillet 2021)
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  18. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  20. « Unité urbaine 2020 de Soustons », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  21. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  22. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  23. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  25. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  26. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  27. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  28. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  29. « Toponymes occitans », sur www.locongres.org (consulté le 28 août 2018).
  30. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes des Landes et bas-Adour, Pau, Éditions Cairn, , 288 p. (ISBN 2-35068-011-8, présentation en ligne)..
  31. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195), , 1852 p. (lire en ligne), n° 30459..
  32. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie des pays occitans, Collection Sud Ouest Université, Éditions Sud Ouest, novembre 2007, 480 pages
  33. Banque du blason.
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  38. Francis Poustis, Les acteurs du rugby landais, Dax, Éditions Passiflore, , 240 p. (ISBN 978-2-918471-07-3), p. 188-191.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Étape précédente
Azur
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle

Voie de Soulac
Étape suivante
Soorts-Hossegor