Willy Brandt

Willy Brandt
Illustration.
Willy Brandt en 1980.
Fonctions
Président de l'Internationale socialiste

(15 ans, 9 mois et 20 jours)
Prédécesseur Bruno Pittermann
Successeur Pierre Mauroy
Chancelier fédéral d'Allemagne

(4 ans, 6 mois et 16 jours)
Président fédéral Gustav Heinemann
Gouvernement Brandt I et II
Législature 6e et 7e
Coalition SPD-FDP
Prédécesseur Kurt Georg Kiesinger
Successeur Walter Scheel (intérim)
Helmut Schmidt
Vice-chancelier
Ministre fédéral des Affaires étrangères

(2 ans, 10 mois et 19 jours)
Chancelier Kurt Georg Kiesinger
Gouvernement Kiesinger
Prédécesseur H.-C Seebohm
(Vice-chancelier)
Gerhard Schröder
(Affaires étrangères)
Successeur Walter Scheel
Président fédéral du
Parti social-démocrate d'Allemagne

(23 ans, 3 mois et 29 jours)
Prédécesseur Erich Ollenhauer
Successeur Hans-Jochen Vogel
Président du Conseil fédéral

(11 mois et 30 jours)
Prédécesseur Kurt Sieveking
Successeur Wilhelm Kaisen
Bourgmestre-gouverneur de Berlin-Ouest

(9 ans, 1 mois et 28 jours)
Prédécesseur Otto Suhr
Successeur Heinrich Albertz
Biographie
Nom de naissance Herbert Ernst Karl Frahm
Date de naissance
Lieu de naissance Lübeck (Allemagne)
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Unkel (Allemagne)
Nationalité allemande
Parti politique SAPD
SPD
Conjoint Rut Brandt
Profession Journaliste
Religion Protestantisme

Signature de Willy Brandt

Willy Brandt
Prix Nobel de la Paix 1971
Chanceliers fédéraux allemands

Willy Brandt [ˈvɪliː ˈbʁant][1], né Herbert Ernst Karl Frahm le à Lübeck et mort le à Unkel, est un homme politique ouest-allemand.

Membre du Parti social-démocrate (SPD), il est président de la Chambre des députés de Berlin de 1955 à 1957, bourgmestre-gouverneur de Berlin de 1957 à 1966, président du SPD de 1964 à 1987, vice-chancelier et ministre fédéral des Affaires étrangères de 1966 à 1969.

De 1969 à 1974, il est chancelier fédéral, à la tête d’une coalition sociale-libérale. Il est le premier social-démocrate à diriger le gouvernement depuis 1930. Son Ostpolitik a ouvert une nouvelle phase de relations avec la République démocratique allemande et lui vaut le prix Nobel de la paix en 1971.

Biographie

Jeunesse

Il est né sous le nom de Herbert Ernst Karl Frahm dans la Ville libre et hanséatique de Lübeck d'un père professeur, John Möller, dont il n'a jamais porté le nom et qui n'a jamais cherché à le connaître, et d'une mère vendeuse, Martha Frahm, âgée de 19 ans. Le père adoptif de sa mère, Ludwig Frahm, est un membre actif du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), qui exerce sur lui une forte influence[2]. Devenu apprenti chez un courtier maritime, le jeune Herbert Frahm rejoint dès 1929 la Sozialistische Arbeiterjugend (Jeunesse ouvrière socialiste), une branche du parti socialiste d'Allemagne, le SPD. Il la quitte en 1931 pour rejoindre le Sozialistische Arbeiterpartei (SAP, parti des travailleurs socialistes). Il obtient ensuite son diplôme de fin d'études secondaires (Abitur) au Reform-Realgymnasium de Lübeck en 1932.

Hitler devient chancelier le . Dès , lors d'un déplacement de Berlin à Dresde, Herbert Frahm adopte le pseudonyme de Willy Brandt pour participer à une réunion désormais illégale de son parti[3]. Il fera plus tard reconnaître Willy Brandt comme son nom légal. Dans la nuit du au , il fuit l'Allemagne nazie grâce à un pêcheur de Travemünde qui le fait passer au Danemark[3]. De là il passe en Norvège, où il s'installe.

En 1934 il participe à la création du Bureau international des organisations révolutionnaires des jeunes (lié au Bureau international pour l'unité socialiste révolutionnaire), et à l'automne séjourne secrètement en Allemagne, se faisant passer pour un étudiant norvégien, sous le nom de Gunnar Gaasland. En 1937 il suit la guerre d'Espagne comme journaliste. En 1938, le régime nazi ayant révoqué sa nationalité allemande, il demande la nationalité norvégienne qu'il obtient en 1940. La même année il est arrêté par les forces allemandes qui occupent la Norvège, mais il n'est pas identifié comme Allemand car il porte un uniforme norvégien. Il se réfugie alors en Suède, pays neutre, où il reçoit son passeport à l'ambassade norvégienne de Stockholm. Il réside en Suède jusqu'à la fin de la guerre.

Il épouse Rut Hansen, une écrivaine norvégienne. De cette union il a trois fils, Peter , né en 1948, professeur réputé d'histoire contemporaine, Lars , né en 1951, écrivain, et Matthias , né en 1961, acteur.

Après-guerre

Willy Brandt ne revient en Allemagne qu'après la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1946. Il s'installe à Berlin en tant que représentant du gouvernement norvégien. En 1948, il commence sa carrière politique au sein du SPD après avoir recouvré sa nationalité allemande. Il est bourgmestre-gouverneur de Berlin de 1957 à 1966, période particulièrement difficile car marquée par une série de crises, comme la crise de Berlin, qui entraîne en 1961 la construction du mur de Berlin, contre lequel il est — avec ses administrés — seul à s'opposer. Il entretient d'ailleurs des rapports glaciaux avec l'administration américaine jusqu'au fameux discours de John Fitzgerald Kennedy, Ich bin ein Berliner, le .

En 1964, Willy Brandt devient président fédéral du SPD, poste qu'il conservera jusqu'en 1987.

Willy Brandt avec John Fitzgerald Kennedy, le 13 mars 1961, à la Maison-Blanche.

En 1961, il est le candidat du SPD au poste de chancelier. Il perd contre Konrad Adenauer. Il est de nouveau candidat en 1965 et perd contre Ludwig Erhard. Mais en 1966, la grande coalition SPD - CDU le propulse au rang de ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier dans le gouvernement de Kurt Georg Kiesinger. A l'issue des élections législatives de 1969 Brandt s'allie avec le parti centriste et libéral FDP pour former un gouvernement et devient le 21 octobre 1969 le quatrième chancelier fédéral d'Allemagne. Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et la fondation de la République fédérale d'Allemagne est élu un chancelier social-démocrate. Son élection marque un tournant en Allemagne.

Il participe à la relance de La Haye, qu'il marque par sa volonté de rompre avec la retenue traditionnelle de l'Allemagne dans les affaires européennes en se montrant intransigeant sur la question de l'élargissement de la Communauté face à la France.

Chancelier fédéral

Willy Brandt en 1973.

Sa politique étrangère est très tournée vers la RDA et l'Europe de l'Est : il s’agit de l'Ostpolitik, commencée symboliquement par son agenouillement au mémorial du ghetto à Varsovie. Ainsi, il reconnaît officiellement la RDA et entretient de bonnes relations diplomatiques avec la Pologne, l'Union soviétique et d'autres pays du bloc de l'Est.

Cette politique était très largement controversée. En mai 1972, une tentative de censure constructive de la CDU échoue, à la surprise générale, de quelques voix. Il sera plus tard révélé qu’au moins un membre de la CDU, Julius Steiner, avait été payé par le ministère pour la Sécurité d’État de la RDA, la Stasi, pour voter pour le maintien de Brandt. Certains Allemands considéraient l'Ostpolitik comme illégale et comme une haute trahison[réf. nécessaire].

En 1971, Willy Brandt obtient le prix Nobel de la paix pour sa politique de rapprochement avec l'Europe de l'Est et l'Allemagne de l'Est.

C'est dans une atmosphère de scandale politique sans précédent en Allemagne que Willy Brandt démissionne le , une quinzaine de jours après l'arrestation le de l'un de ses conseillers personnels, Günter Guillaume, qui avoue être un espion de la RDA. Il est remplacé à la chancellerie par intérim par Walter Scheel (vice-chancelier) pendant une semaine, puis par Helmut Schmidt.

Fin de carrière politique

Willy Brandt en 1988.

En 1977, la Banque mondiale charge Willy Brandt de diriger une commission indépendante sur les problèmes de développement humain. Le Rapport Brandt est publié sous le titre Nord-Sud : un programme de survie en 1980. C'est l'ouvrage qui popularise la division Nord-Sud du monde[4].

Willy Brandt est membre du Parlement européen de 1979 à 1983.

Le , il prononce, en sa qualité de doyen de la nouvelle chambre élue, le discours d'ouverture de la première session du Bundestag de l'Allemagne réunifiée[5].

Il meurt le à Unkel.

Distinctions

Prix et récompenses

Décorations

Doctorats honoris causa

Il a obtenu plusieurs doctorats honoris causa :

Hommages et postérité

En Allemagne
En France
  • Le pont Willy-Brandt est un des ponts nantais enjambant la Loire (bras de la Madeleine).
  • 2 établissements scolaires (en 2015) portent son nom, fait rarissime pour une personnalité étrangère et fait unique pour un chancelier allemand[9].
  • Une résidence à Lens porte son nom.
  • L'axe séparant la gare SNCF de Lille-Flandres et le quartier d'affaires Euralille porte le nom d'Avenue Willy Brandt.
  • Willy Brandt, nom de baptême des promotions 1992-1993 (Cycle international) et 2007-2009 de l'École nationale d'administration française.
Ailleurs
  • Un bâtiment du Parlement européen à Bruxelles porte son nom.
  • À Wrocław, en Pologne, un institut d’études européennes et allemandes, rattaché à l’université, porte le nom de Centre Willy Brandt.

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • (de) Carola Stern, Willy Brandt, Rowohlt Taschenbuch Verlag, , 190 p. (ISBN 978-3-499-50576-8)
  • Hélène Miard-Delacroix, Willy Brandt, Fayard, coll. « Histoire », , 350 p. (ISBN 978-2-213-67250-2)

Articles connexes

Liens externes