PJ Harvey

PJ Harvey
Description de cette image, également commentée ci-après
PJ Harvey en concert en juillet 2017.
Informations générales
Nom de naissance Polly Jean Harvey
Naissance (51 ans)
Bridport, Dorset, Royaume-Uni
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Rock indépendant, rock alternatif, folk rock
Instruments Guitare, piano, harmonica, saxophone, autoharpe
Années actives Depuis 1991
Labels Island Records, Vagrant
Site officiel pjharvey.net

Polly Jean Harvey MBE, plus connue sous le nom de PJ Harvey, est une chanteuse, auteure-compositrice britannique de rock alternatif, née le à Bridport (dans le comté de Dorset, au Royaume-Uni). Elle a formé en 1991 le trio PJ Harvey avec Rob Ellis et Steve Vaughan. Leurs deux premiers albums Dry et Rid of Me sont régulièrement cités parmi les meilleurs disques du début des années 1990, mais c'est en 1995 avec son premier album solo To Bring You My Love qu'elle obtient son premier succès international.

PJ Harvey est la seule artiste à avoir reçu à deux reprises un Mercury Prize, la première fois pour Stories from the City, Stories from the Sea publié en 2000, puis une deuxième fois pour Let England Shake sorti en 2011.

Biographie

Elle nait le à Bridport dans le Dorset[1] et grandit dans la ferme familiale à Corscombe [2]. Dans sa jeunesse elle apprend à jouer du saxophone et de la guitare[3] et joue dans de nombreux groupe dont Boulogne[2]. Elle suit des cours de sculpture au Yeovil College [2]. PJ Harvey commence sa carrière en 1988, lorsqu'elle rejoint le groupe Automatic Dlamini en tant que chanteuse, guitariste et saxophoniste[2]. Le leader du groupe, John Parish, deviendra par la suite son principal collaborateur sur le long terme[4]. En 1991, elle forme le trio PJ Harvey avec elle à la guitare et au chant, Rob Ellis à la batterie et aux chœurs et Ian Oliver à la basse. Steve Vaughan remplace peu de temps après Oliver qui quitte le trio pour rejoindre Automatic Dlamini[3]. Leur premier titre, Dress, est publié à l'automne 1991 sur le label indépendant Too Pure. Le second titre, Sheela-Na-Gig, sort en février 1992, suivi d'un premier album encensé par la critique, Dry, en mars. Kurt Cobain, le chanteur du groupe Nirvana, inclut à la même époque Dry dans la liste de ses cinquante albums préférés.

En 1993, l'album Rid of Me, sort sur le label Island Records. Le magazine américain Rolling Stone écrit dans sa chronique : le disque « enregistré avec Steve Albini, est chargé d'érotisme agressif et de furie rock. On passe du blues au gothique et du gothique au grunge, souvent à l'intérieur d'une même chanson. »[5]. Le groupe part ensuite en tournée et à l'issue de celle-ci, PJ Harvey décide de dissoudre le trio originel pour travailler en solo ou avec d'autres musiciens. L'album solo 4-Track Demos, composé en partie des démos sur 4 pistes de Rid of Me et de quelques titres originaux, sort à l'automne 1993.

To Bring You My Love marque un changement d'époque en 1995 avec le producteur Flood et l'incorporation de cordes, d'orgues et de synthétiseurs. Rolling Stone présente l'album comme « une exceptionnelle version gothique du grunge. Les murmures de PJ Harvey sont encore plus inquiétants que ses cris sur les morbides Down by the Water et Working for the man. »[6]. Le disque est élu album de l'année par les magazines Rolling Stone[7] et The Village Voice[8]. To Bring You My Love se vend à un million d'exemplaires dans le monde[9].

En 1996, la chanteuse sort un album en collaboration avec John Parish, Dance Hall at Louse Point, pour lequel les textes de PJ Harvey sont développés à partir de la musique de Parish. En 1997, elle est conviée, comme plusieurs autres artistes des scènes rock et country, à participer à la rétrospective consacrée à Kurt Weill à l'occasion de September Songs : The Music of Kurt Weill, pour laquelle elle enregistre une reprise de The Ballad of the soldier’s Wife.

Après la sortie de Is This Desire?, un album plus expérimental et électronique[10], diversement accueilli par la critique mais qu'elle considérera elle-même comme ce qu'elle a fait de mieux, PJ Harvey décide d'enregistrer un album pop, Stories from the City, Stories from the Sea, composé entre le comté du Dorset et New York. Cet album connaît un grand succès[11] et reçoit le prestigieux Mercury Music Prize[12].

Après une courte pause pendant laquelle elle se consacre notamment aux albums de Mark Lanegan et Marianne Faithfull en compagnie de Nick Cave, elle sort l'album minimaliste Uh Huh Her (2004), sur lequel elle assure tous les rôles d'écriture, d'enregistrement et de production, et joue de tous les instruments ; elle laissera finalement la batterie à son collaborateur de longue date Rob Ellis. Avec l'album White Chalk publié en 2007, PJ Harvey évolue pour Rolling Stone vers « une veine gothique, avec une musique plus calme et lancinante jouée au piano »[13]. Si White Chalk a été salué par la critique, l'album suivant - A Woman a Man Walked By, nouvelle collaboration avec John Parish, est plus déroutant, et reçoit un accueil plus mitigé[14].

En 2011, elle sort Let England Shake, un disque de folk rock inspiré par la lecture de lettres de soldats[15]. Let England Shake reçoit un succès critique considérable[16] : la chanteuse est une nouvelle fois récompensée par un Mercury Music Prize, dix ans après en avoir déjà reçu un pour l'album Stories from the City, Stories from the Sea[17]. Entre 2012 et 2014, Harvey effectue plusieurs voyages dans des zones en guerre au Kosovo et en Afghanistan, puis à Washington dans des quartiers défavorisés en pleine gentrification où elle prend des notes telle une journaliste. À partir de ses notes, elle écrit plusieurs textes de chansons puis enregistre à Londres au Somerset House lors de sessions ouvertes au public[18]. En 2016, elle publie The Hope Six Demolition Project[19], parallèlement à un livre de poèmes et de photos The Hollow of the Hand, conçu avec le photographe et reporter Seamus Murphy[20]. Lors de sa sortie, The Hope Six Demolition Project se hisse à la première place du classement des ventes d'albums en Grande-Bretagne[21].

Influences

Elle grandit en écoutant les disques que ses parents possédaient, d'artistes de rock et de blues et de jazz dont Howlin' Wolf, les Rolling Stones, John Lee Hooker, Jimi Hendrix et Captain Beefheart[22]. Elle s'intéresse par la suite à des groupes de rock américains tels que les Pixies[23]. Les compositeurs Bob Dylan et Neil Young suscitent aussi une admiration de sa part pour leur faculté à se renouveler constamment[24]. Patti Smith l'a également inspirée. Harvey a aussi cité Siouxsie Sioux comme source d'inspiration : « elle est tellement captivante à regarder, pleine d'énergie et de qualité humaine brute »[25]. Harvey puise aussi une partie de son inspiration de la musique folk russe[26], de compositeurs de musique de films comme Ennio Morricone[27] et de musique classique comme Samuel Barber[28] et Henryk Górecki[29].

Prix

Outre de nombreuses distinctions accordées par l'hebdomadaire musical anglais NME, Harvey a, en juin 2013, été nommée membre de l'ordre de l'Empire britannique (MBE), pour services rendus à la musique[30].

Cinéma

PJ Harvey a endossé le rôle de Marie-Madeleine dans le film The Book of Life de Hal Hartley, puis joue dans le film A Bunny Girl's Tale de Sarah Miles.

Musique de film

En 2019, PJ Harvey a composé la Bande originale de la mini-série de Shane Meadows, The Virtues (série télévisée), diffusée sur Channel 4.

Discographie

Albums studio

Albums avec John Parish

Autres albums

Singles

  • Dress (Too Pure, 1992)
  • Sheela-Na-Gig (Too Pure, 1992)
  • Dry (Island Records, 1993)
  • 88 Lines About 1 Woman (Island Records, 1993)
  • 50Ft Queenie (Island Records, 1993)
  • Man-Size (Island Records, 1993)
  • Down by the Water (Island Records, 1995)
  • C'Mon Billy (Island Records, 1995)
  • Send His Love To Me (Island Records, 1995)
  • Long Snake Moan (Island Records, 1995)
  • That Was My Veil (Island Records, 1996)
  • Heela (Island Records, 1997)
  • A Perfect Day Elise (Island Records, 1998)
  • The Wind (2 CD) (Island Records, 1999)
  • Good Fortune (Island Records, 2000)
  • A Place Called Home (Island Records, 2001)
  • This Is Love/You Said Something (Island Records, 2001)
  • The Letter (Island Records, 2004)
  • You Come Through (Island Records, 2004)
  • When Under Ether (Island Records, 2007)
  • The Piano (Island Records, 2007)
  • The Devil (Island Records, 2008)
  • Black Hearted Love (Island Records, 2009)
  • Guilty (été 2016) [titre inédit disponible uniquement sur les plateformes de téléchargement officielles]

Collaborations

Notes et références

  1. Slacker, Inc., « AOL Radio Stations » (consulté le )
  2. a b c et d (en) Cam Lindsay, « Stories From the Queenie », Exclaim!, 24 septembre 2007.
  3. a et b  (en) Stephen Thomas Erlewine, « PJ Harvey Biography », Allmusic.
  4. (en-US) « UMG - Universal Music Group », sur UMG (consulté le )
  5. (en) « 500 Greatest Albums of All Time: n°405 Rid of Me - chronique », Rolling Stone (consulté le )
  6. (en) « 500 Greatest Albums of All Time: n°435 To Bring You My Love », Rolling Stone (consulté le )
  7. « Rolling Stone 1995 Critics », Rolling Stone (us) via Rocklistmusic.com (consulté le )
  8. http://www.acclaimedmusic.net/Current/2011a.htm
  9. (en) Lucy O'Brien, « Queen of the Night: P.J. Harvey », The Guardian, Rock's Backpages, (consulté le )
  10. Simon Brazeilles, « 20 ans cette année : “Is This Desire?”, les multi-facettes électroniques de PJ Harvey »@, Tsugi, 2 août 2018.
  11. Juliette Poulain, « PJ Harvey va rééditer “Stories From the City, Stories from The Sea” avec des démos inédites », Les Inrockuptibles, 7 janvier 2021.
  12. « PJ Harvey wins Mercury prize », BBC, 11 septembre 2001.
  13. (en) Kem, Marc, « PJ Harvey Rolling Stone'Biography », Rolling Stone (consulté le ) : « Goth-like vibe in the much quieter, haunting, piano-based music »
  14. (en) Joshua Klein, « Review: PJ Harvey and John Parish A Woman a Man Walked By (Island / Universal, 2009) », Pitchfork, (consulté le )
  15. (en) « Best albums of 2011, No 1: PJ Harvey - Let England Shake », The Guardian, (consulté le )
  16. (en)« Let England Shake by PJ Harvey », Metacritic.
  17. (en) Alexandra Topping, « PJ Harvey wins Mercury music prize for the second time », The Guardian, 7 septembre 2011.
  18. The Hope Six Demolition Project, PJ Harvey - Télérama
  19. (en)PJ Harvey Announces New Album The Hope Six Demolition Project - Pitchfork
  20. (en)PJ Harvey annouces poetry book The Hollow of the Hand - Pitchfork
  21. (en)PJ Harvey Full Official Chart History - OCC
  22. Harvey et Barbara O'Dair, Trouble Girls : The Rolling Stone Book of Women in Rock, New York, United States, Random House, , 544, 575 p. (ISBN 978-0-679-76874-6)
  23. « PJ Harvey - Polly talks about the Pixies (Gouge dvd) », youtube, (consulté le )
  24. « PJ Harvey: 'I was just trying to survive' [video interview] », The Guardian Music, (consulté le )
  25. Appleford, Steve, « Checking In With . . . PJ Harvey In a New York State of Mind » [archive du ], Los Angeles Times, (consulté le ) : « Q: Was there any figure who connected with you when you were just a listener? A: It's hard to beat Siouxsie Sioux, in terms of live performance. She is so exciting to watch, so full of energy and human raw quality. »
  26. Chuck Myers, « P.J. Harvey's ever-changing style breaks sonic ground – Chicago Tribune », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. Jeff Swindoll, « Album Review: PJ Harvey — 'White Chalk' – Monsters and Critics » [archive du ], sur Monsters and Critics, (consulté le )
  28. Jennifer Kelly, « New Ground: An Interview with PJ Harvey », sur PopMatters, (consulté le )
  29. Seth Colter Walls, « PJ Harvey Follows the Lieder – The Daily Beast » [archive du ], sur The Daily Beast, (consulté le )
  30. (en) [PDF] (en) The London Gazette, (Supplement) no 60534, p. 18, 15 juin 2012.
  31. https://www.lesinrocks.com/musique/pj-harvey-va-reediter-stories-from-the-city-stories-from-the-sea-avec-des-demos-inedites-304734-07-01-2021/

Liens externes