Neck

Devils Tower, dans le Wyoming aux États-Unis, est un neck d'un volcan vieux de 40 millions d'années.
La chapelle Saint-Michel d'Aiguilhe, dans le département français de Haute-Loire, est bâtie sur un neck qui avec sa forme élancée de 85 mètres de hauteur, a donné son nom à la localité blottie à ses pieds.

Un neck (terme anglais signifiant « cou »)[Note 1], ou nek, est un relief volcanique résiduel de forme générale cylindrique ou conique (butte, piton ou aiguille), de diamètre de quelques dizaines ou centaines de mètres. Il correspond au conduit d'une ancienne cheminée volcanique qui s'est solidifiée (par remplissage ou comblement vertical de matériel intrusif ou bréchique) à la fin d'une éruption et qui a été ensuite dégagée par l'érosion.

En contexte basaltique, un neck correspond soit à un diatrème bréchique placé en inversion de relief par le jeu de l'érosion, soit à un culot de lave massive, caractérisé par une prismation radiale divergente (« en gerbe ») vers le bas (les géologues parlent de dyke volcanique pour désigner ce remplissage fait de lave homogène)[1].

Exemples de neck

Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau du Cameroun Cameroun
Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Roches Tuilière et Sanadoire.
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de Sao Tomé-et-Principe Sao Tomé-et-Principe

Voir aussi

Bibliographie

  • Pascal Richet, Guide des volcans de France. éd. du BRGM et Belin, coll. Guides savants, 2003, 427 p
  • Bardintzeff J.-M., Volcanologie. éd. Dunod, 1998, 284 p.

Articles connexes

Notes et références

Notes

  1. Ce terme a une signification géomorphologique : l'érosion préserve le cou de la cheminée mais dégage la tête (partie supérieure de l'édifice volcanique)
  2. Surmonté par l'église Saint-Michel.
  3. Avec à son sommet la statue de Notre-Dame de France.

Références

  1. J.C Berthelay, G. Camus, « Mesure de l'érosion post-éruptive autour des cratères de maars en inversion de relief dans le Massif central français », Revue de géologie dynamique et de géographie physique Paris, vol. 22, no 2,‎ , p. 101-107