Gare de Bordeaux-Saint-Jean

Bordeaux-Saint-Jean
Image illustrative de l’article Gare de Bordeaux-Saint-Jean
Vue partielle du bâtiment voyageurs historique et de l'entrée du hall 1.
Localisation
Pays France
Commune Bordeaux
Quartier Saint-Jean Belcier
Adresse Rue Charles-Domercq
33800 Bordeaux
Coordonnées géographiques 44° 49′ 33″ nord, 0° 33′ 21″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services Thalys (été)
TGV inOui
TGV
Ouigo
Intercités
TER Nouvelle-Aquitaine
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Austerlitz à Bordeaux-St-Jean
Bordeaux-St-Jean à Sète-Ville
Bordeaux-St-Jean à Irun
Chartres à Bordeaux-St-Jean
Ceinture de Bordeaux
Voies 15 dont 3 en impasse[1]
Quais 8[1]
Transit annuel 16 080 989 voyageurs (2018)
Altitude 7 m
Historique
Mise en service 1855
Architecte Louis Choron et Marius Toudoire
Protection  Inscrit MH (1984)
Correspondances
Tramway (T) (C)
Bus TBM (Bus) 1 9 10 11 58
TransGironde lignes 601, 701, 702

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bordeaux-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Bordeaux-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : Gironde

(Voir situation sur carte : Gironde)
Bordeaux-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : Bordeaux

(Voir situation sur carte : Bordeaux)
Bordeaux-Saint-Jean

La gare de Bordeaux-Saint-Jean, dite gare Saint-Jean à Bordeaux, est la plus grande gare ferroviaire de la région Nouvelle-Aquitaine, à h 4 min de Paris, par l'utilisation de la LGV Sud Europe Atlantique (mise en service le ).

Les trains desservant la gare sont en provenance ou à destination de villes comme Arcachon, Toulouse, Nîmes, Marseille, Strasbourg, Lille et Nantes. Les liaisons avec Bergerac, Périgueux, Angoulême, Agen, Pau, Libourne, La Rochelle, Limoges et Poitiers sont fréquentes.

Situation ferroviaire

La gare Saint-Jean est située au point kilométrique (PK) 583,844 de la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean[2]. Elle est également l'origine de la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville, et de la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Irun ainsi que l'aboutissement de l'ancienne ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean. Son altitude est de 7 m[3].

vue d'ensemble des voies en arrivant du côté Garonne
Vue d'ensemble en arrivant du côté Garonne.

Histoire

Dates clés

La gare de Bordeaux-Saint-Jean, située au bout du cours de la Marne, a été construite en 1855, sous le nom de gare du Midi[4], par la Compagnie du Midi[5].

Cette compagnie entreprenait depuis 1852 la construction d'une ligne de chemin de fer entre Bordeaux et Sète. Le , elle adresse aux autorités un projet d'implantation d'une gare sur les quais de Bourgogne, de la Salinière et de la Grave, au détriment des activités navales qui s'y trouvaient. Elle doit faire face à une levée de boucliers des riverains[6]. Est seulement autorisée la construction d'une gare provisoire à l’extrême sud de Bordeaux, sur les terres basses de Paludate. La gare ne comptait que cinq voies et les bâtiments étaient en bois[6].

Plan de la gare provisoire ou gare en bois, ainsi que de ses proches environs, .

Le , la Compagnie du Midi met en service une liaison entre Bordeaux et la gare de Langon[7], premier tronçon de la ligne de Bordeaux à Sète. La même année, la ligne vers La Teste est redirigée vers cette gare au détriment de la gare de Bordeaux-Ségur. Progressivement, grâce à la mise en service le de la passerelle Eiffel, la petite gare provisoire du Midi allait devenir la principale gare de Bordeaux aux dépens de la gare de Bordeaux-Bastide (gare d'Orléans) sur la rive droite de la Garonne. Le développement important des chemins de fer à la fin du XIXe siècle rendit nécessaire son agrandissement. Les travaux débutèrent en 1889. Le hall d'arrivée fut bâti en premier en 1893 ; puis ce fut le hall de départ en 1897. La totalité du complexe fut terminée en 1898. Cette nouvelle gare est l'œuvre de l'ingénieur de la Compagnie du Midi, Louis Choron[8], adjoint de l'architecte Marius Toudoire.

La fusion en 1934 entre la Compagnie du Midi et la Compagnie du Paris-Orléans sonna le glas définitif de la gare de Bordeaux-Bastide. Il existait aussi une autre gare située sur la rive droite, au sud de celle de la Bastide : la gare de l'État, terminus qui devint la gare marchandise de Bordeaux-Deschamps. La ville était en effet desservie par trois compagnies ferroviaires. Un grand remaniement des lignes sur la rive droite eut lieu en 1954.

La salle des départs est une immense salle du XIXe siècle, construite sur deux niveaux et éclairée par une vaste verrière. Dans le hall de départ, une vaste carte est peinte représentant les lignes du réseau de la compagnie du Midi, de Bordeaux à Sète. Cette très belle carte a malheureusement été amputée à l'occasion des travaux de rénovation de la gare, dans les années 1980, pour créer un passage entre deux espaces. La partie amputée correspond à l'essentiel du massif des Pyrénées et des lignes de montagne de l'ancien réseau du Midi (en particulier dans l'Ariège et l'Aude).

Le 12 octobre 1987, le maire de Bordeaux Jacques Chaban-Delmas, le président de la SNCF Philippe Essig et le directeur régional Marc Cauty inaugurent les nouvelles installations modernisées du bâtiment, devant permettre l'accueil du futur TGV Atlantique[9].

La verrière surplombant les voies est la plus grande verrière ferroviaire d'Europe[10]. Elle est l'œuvre de l'entreprise de construction métallique Daydé & Pillé[11] comme en témoignent les plaques des constructeurs présentes sur les poteaux en acier. Gustave Eiffel a conduit, en tant que maître d'ouvrage (et non concepteur), les travaux de construction, de 1858 à 1860, du pont ferroviaire appelé passerelle Eiffel utilisé jusqu'en 2008 pour traverser la Garonne et qui permettait à la gare Saint-Jean d'être reliée à tout le réseau ferroviaire au nord de la Garonne. Un nouvel ouvrage à quatre voies le remplace depuis cette date, permettant d'augmenter sensiblement la cadence des passages de trains.

La gare, ainsi que sa verrière métallique couvrant les voies, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [12].

Un chantier de rénovation de la gare est entrepris à partir du printemps 2014 et s'achève à l'arrivée de la ligne LGV prévue en juillet 2017[13]. Dans un premier temps, la pose de 3 000 tonnes d'échafaudages[14] a été nécessaire au chantier, impliquant le renforcement par des étais des passages souterrains au-dessus desquels ils sont implantés[13]. Près de 150 personnes œuvrant nuit et jour sont nécessaires aux diverses tâches : désamiantage, décapage des couches successives de peinture au plomb sur les structures métalliques, remplacement de toutes les plaques de verre de la verrière longue de 300 mètres et d'une superficie de 17 400 m2, ainsi que celui de 200 tonnes de panneaux en pin, apposition de 25 000 litres d'une nouvelle peinture dans les tons gris bleuté, pose d'une nouvelle couverture en zinc[13]. Des travaux annexes sont également au programme : rénovation des marquises du XIXe siècle devant la gare ainsi que de certains escalators et passages souterrains[13].

Autres dates

Vue de la carte murale du réseau de l'ancienne compagnie du midi.
Carte murale du réseau de l'ancienne Compagnie du Midi.
Hall Belcier le 2 juillet 2017.

En 2018, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 16 080 989 voyageurs, contre 14 979 299 en 2017, 12 198 403 en 2016 et 12 062 338 en 2015[15].

Service des voyageurs

Hall de la gare.
Hall 1 de la gare, avant les travaux de 2016-2017.

Accueil

Le hall d'arrivée est bâti en premier, en 1893, et le hall de départ en 1897. Ils sont rénovés en 1990, lors de la construction de la LGV Atlantique, puis de nouveau en 2016-2017, à l'occasion de la construction de la LGV Sud Europe Atlantique qui met Bordeaux à h 4 de Paris.

Côté Belcier, un nouveau hall, le no 3, ouvre le rue des Terres-de-Borde. C’est l’accès le plus commode pour les automobilistes, car le bâtiment est adossé à un parking de 850 places.

Desserte

TGV en gare.
TGV en gare.
Annonce sonore de la desserte TER Bordeaux – Le Verdon.

Elle est desservie par des TGV (dont les services TGV inOui et Ouigo), en provenance ou à destination de Paris-Montparnasse, Toulouse-Matabiau, Hendaye, Tarbes, Arcachon, Lille-Flandres, Tourcoing et Strasbourg-Ville, ainsi que des trains Intercités de ou vers Nantes, Nîmes et Marseille-Saint-Charles. À cela s'ajoute un Thalys effectuant un aller-retour direct entre Bordeaux et Bruxelles-Midi, les samedis de fin juin à fin août.

La desserte est également assurée par de nombreux TER Nouvelle-Aquitaine en provenance ou à destination d'Arcachon, de Mont-de-Marsan, de Langon, d'Agen, de Macau, de Lesparre, du Verdon, de La Pointe-de-Grave (en juillet et août), de Tarbes, de Pau, d'Hendaye, d'Angoulême, de Coutras, de Saintes, de La Rochelle-Ville, de Brive-la-Gaillarde, de Périgueux et de Limoges-Bénédictins.

Intermodalité

La gare est desservie par la ligne C du tramway reliant le parc des Expositions-Stade Matmut-Atlantique ou Gare de Blanquefort à la station Pyrénées, à Villenave-d'Ornon, ainsi que par les lignes « Lianes » 1, 9, 10 et 11 du réseau de bus de Bordeaux Métropole et, la nuit, par la ligne 58 de ce même réseau.

Les cars des lignes 601, 701 et 702 du réseau interurbain de Gironde desservent également la gare.

À côté de la gare, un parc de stationnement de 250 places pour les vélos, ouvert en permanence, est disponible ainsi qu'une station de location de vélos en libre service.

Service des marchandises

Cette gare est ouverte au service du fret[16].

Projets et travaux

Aménagement de la gare

Les quais sous la verrière.
Les quais sous la verrière.
Article détaillé : Passerelle Eiffel.

Au nord de la gare, la passerelle Eiffel était le seul pont ferroviaire permettant de traverser la Garonne à Bordeaux et ne comportait que deux voies limitées à un passage à 30 km/h. D'autre part, la portion commune aux 2 lignes vers Paris-Austerlitz et Chartres jusqu'à la bifurcation de Saintes située à Cenon est encore à deux voies et comportait des passages à niveau. Tout ceci est un goulet d'étranglement responsable de la saturation du trafic à destination ou en provenance du Nord de la France : c'est le bouchon ferroviaire de Bordeaux. Un nouveau pont à quatre voies a été construit par SNCF Réseau (anciennement RFF). La mise en service complète des quatre voies, sur celui-ci, a eu lieu en 2010. Cependant, le hiatus de 2 km jusqu'à Cenon subsistera jusqu'en 2017.

La destruction de la passerelle, envisagée par son propriétaire RFF, risque de remettre en cause le classement de Bordeaux au patrimoine mondial de l'UNESCO. RFF se déclare cependant prête à la céder à la collectivité. Le ministère de la Culture a pris un arrêté de mise en instance de classement en pour une durée d'un an. Pendant cette année, des études ont été réalisées permettant d'évaluer combien couterait le maintien de cet ouvrage, et s'il doit être classé monument historique.

L'ouvrage fait à présent partie d'un ensemble de trois sites historiques (avec la base sous-marine créée par les Allemands pendant l'Occupation) dont la réhabilitation est portée par les collectivités dans le cadre de la candidature pour « Bordeaux 2013, Capitale européenne de la culture »[17].

Les travaux visant à faire sauter le bouchon ferroviaire comprennent également le remplacement de la gare de Bordeaux-Benauge (sur la rive droite de la Garonne) par le pôle multimodal à Cenon permettant la connexion entre le réseau TER et la Ligne A du tramway de Bordeaux (réseau TBM). Ce pôle multimodal a été mis en service en septembre 2007.

Des nouvelles lignes à grande vitesse

La construction de la LGV Sud Europe Atlantique permet de réduire, en 2017, le temps de trajet à h entre Bordeaux et Paris. Le prolongement de cette ligne vers Madrid et Lisbonne va permettre d'assurer la connexion des pays du Nord et du Sud de l'Europe avec les lignes vers Londres, Bruxelles et Amsterdam. De plus, la LGV Bordeaux - Toulouse mettra cette dernière ville à h de Bordeaux, et devrait aussi ouvrir de nouvelles liaisons transversales de Bordeaux vers le littoral de la Méditerranée et le sillon rhodanien[18].

Ces connexions de lignes à grandes vitesses doivent permettre, selon la SNCF (février 2009), de voir le trafic passer de 10 à plus de 20 millions de voyageurs par an[19].

Train passant sous un échafaudage métallique
Train TER Régiolis passant sous un échafaudage métallique, en août 2015.

Bordeaux-Euratlantique

Une opération d'intérêt national dénommée Bordeaux-Euratlantique a été créée par un décret du , pour l'aménagement global des espaces situés autour de la gare Saint-Jean.

Bordeaux-Euratlantique se développera sur une surface de 738 ha répartis sur Bordeaux avec 386 ha, Bègles avec 217 ha et Floirac avec 135 ha. L'objectif, à l'horizon 2030, est de créer un centre d'affaires au rayonnement international dans ces nouveaux quartiers. Il est prévu la construction de 2,5 millions de mètres carrés de surface, répartis entre 15 000 logements et 500 000 m2 de bureaux. Des commerces et des équipements publics viendront compléter ces aménagements[20].

Notes et références

  1. a et b [1] (consulté le 17 mai 2019).
  2. Les distances sont comptées via les gares d'Orléans et de Tours.
  3. Base de donnée des repères de nivellement de l'IGN.
  4. Point 1998, p. 13
  5. Point 1998, p. 19
  6. a et b Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, Janvier - Mars 1956 : Louis Papy, Aux origines des gares de Bordeaux.
  7. Point 1998, p. 30
  8. « Petite biographie de Louis Choron », sur charlesfourier.fr, (consulté le 7 juin 2019).
  9. Point 1998, p. 9
  10. Sud Ouest, 19 mai 2011.
  11. Bertrand Lemoine, L'architecture du fer, Champ Vallon, Seyssel (France), (ISBN 2-903528-71-3).
  12. Notice no PA00083187, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. a b c et d Benoît Lasserre, « À la gare de Bordeaux verrière rimera avec lumière », Le Mag no 212, supplément à Sud Ouest, 23 avril 2016, p. 110-117.
  14. Ces échafaudages représentent un tiers du poids de la tour Eiffel.
  15. « Fréquentation en gares : Bordeaux Saint Jean », sur SNCF Open Data, traitement du [cf. l'onglet des informations] (consulté le 31 octobre 2019).
  16. Site fret SNCF : la gare de bordeaux-Saint-Jean.
  17. Capitale européenne de la culture 2013 – Liste des villes candidates, Ministère de la Culture et de la communication, avril 2008, sur culture.gouv.fr (consulté le 21 janvier 2015). Bordeaux n'a pas été retenue.
  18. Documents du débat public.
  19. Le Point du 5 février 2009 : Euratlantique bouscule tout
  20. Le Moniteur du 10 novembre 2009: L'Opération d'Intérêt National Bordeaux-Euratlantique est créée

Voir aussi

Bibliographie

  • Martine Courbin, La gare Saint-Jean : son quartier et ses cheminots 1856-1905, vol. 2 vol. (111 f.) ([80 f.]) (Mémoire de maîtrise : Histoire contemporaine), Bordeaux, Université Michel Montaigne, Bordeaux III, coll. « dactylographié », .
  • François-Xavier Point, La gare de Bordeaux Saint-Jean : Histoire d'une centenaire (1898-1998), Éditions Sud-Ouest, , 128 p. (ISBN 2879012902).
  • La France des gares, collection Guides Gallimard, 2001.
  • Patricia et Pierre Laederich, André Jacquot et Marc Gayda, Histoire du réseau ferroviaire français, éditions de l'Ormet, Valignat, 1996.
  • Jacques Defrance, Le Matériel moteur de la SNCF, éditions N.M., Paris, 1969 ; 1978.
  • Maurice Mertens et Jean-Pierre Malaspina, La Légende des Trans-Europ-Express (TEE), éditions LR-Presse, 2007.
  • Revue : Le Train avec numéro hors série sur les autorails X 2700 et X 2770).
  • Revue : Le Train avec numéro hors série sur Les locomotives diesels de ligne, les CC 72000, tome 4, par Olivier Constant, spécial 3/99 de 1999.
  • Revue : Voies ferrées, avec article « Lyon - Bordeaux : la revanche de l'X-TER » par Denis Vuagnoux, paru en pages 31 à 38 dans le no 171 de janvier-février 2009.
  • Hebdomadaire : La Vie du Rail avec plusieurs articles de 1955 à 2008.
  • Indicateurs horaires SNCF de 1938 à 2005.

Articles connexes

Liens externes


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus Thalys
(saisonnier : l'été)
Bruxelles-Midi Bruxelles-Midi
Toulouse-Matabiau Toulouse-Matabiau
ou Agen
TGV inOui Massy-TGV
ou Paris-Montparnasse
Paris-Montparnasse
Hendaye
ou Tarbes
Dax TGV inOui Paris-Montparnasse Paris-Montparnasse
Arcachon Facture-Biganos TGV inOui Angoulême
ou Paris-Montparnasse
Paris-Montparnasse
Terminus Terminus TGV Libourne
ou Angoulême
ou Paris-Montparnasse
Paris-Montparnasse
Terminus Terminus TGV Angoulême Lille-Flandres
ou Strasbourg-Ville
Toulouse-Matabiau Toulouse-Matabiau
ou Agen
Ouigo Paris-Montparnasse Paris-Montparnasse
Terminus Terminus Ouigo Angoulême
ou Paris-Montparnasse
Paris-Montparnasse
Terminus Terminus Ouigo Angoulême Tourcoing
Marseille-Saint-Charles
ou Nîmes
Toulouse-Matabiau
ou Agen
ou Marmande
Intercités Terminus Terminus
Terminus Terminus Intercités Jonzac Nantes
Terminus Terminus TER Nouvelle-Aquitaine Cenon Saint-Mariens - Saint-Yzan
ou Saintes
ou La Rochelle-Ville
ou La Rochelle-Porte-Dauphine
ou Coutras
ou Angoulême
ou Poitiers
ou Libourne
ou Bergerac
ou Sarlat
ou Périgueux
ou Limoges-Bénédictins
ou Montluçon-Ville
ou Brive-la-Gaillarde
ou Tulle
ou Ussel
Agen
ou Marmande
Beautiran TER Nouvelle-Aquitaine Terminus Terminus
Langon Bègles TER Nouvelle-Aquitaine Terminus Terminus
Le Verdon
ou Lesparre
ou Pauillac
ou Macau
Mérignac-Arlac TER Nouvelle-Aquitaine Terminus Terminus
La Pointe-de-Grave Mérignac-Arlac TER Nouvelle-Aquitaine
(saisonnier : l'été)
Terminus Terminus
Hendaye
ou Bayonne
ou Pau
ou Mont-de-Marsan
ou Arcachon
Pessac TER Nouvelle-Aquitaine Terminus Terminus