Gare de Luxembourg

Luxembourg
Image illustrative de l’article Gare de Luxembourg
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays Luxembourg
Commune Luxembourg
Quartier Gare
Adresse 11 place de la Gare
1616 Luxembourg
Coordonnées géographiques 49° 35′ 59″ nord, 6° 08′ 04″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire État luxembourgeois
Exploitant CFL
Code UIC 82001008
Services CFL : RE et RB
(lignes commerciales : 1030506060A709010-60)
SNCF : TGV inOui, TER Grand Est
SNCB : IC
Caractéristiques
Ligne(s) 1, 3, 4, 5, 6 et 7
Luxembourg à Echternach (fermée)
Luxembourg à Remich (fermée)
Voies 11
Quais 6
Altitude 282 m
Historique
Mise en service
Protection Logo monument national Classée MN (1989, bâtiment voyageurs)
Correspondances
Luxtram T1
AVL 2491013141819202223272829CN1CN3
RGTR 120150160163170172175177190192194195197205210298299315319323461750800810983
Navette Rocade-Kirchberg
Bus CFL Saarbrücken Express (L40)Gare Lorraine Express
Nightbus LNB BertrangeLNB BettembourgLNB Frisange - MondorfLNB HesperangeLNB JunglinsterLNB KäerjengLNB LeudelangeLNB Mamer - HolzemLNB MerschLNB RoeserLNB SteinfortLNB Weiler - DalheimMidnightbusNLB BetzdorfNLB DudelangeNLB Schengen

La gare de Luxembourg est la principale gare ferroviaire de la ville de Luxembourg et est le cœur du réseau ferré luxembourgeois. Elle est localisée à deux kilomètres au sud du centre-ville (ou Ville-Haute), au sud de la rivière Pétrusse ; elle donne son nom à l'un des quartiers de la ville. Elle est exploitée par la Société nationale des chemins de fer luxembourgeois (CFL).

Du fait de la petite taille du Luxembourg, la gare est desservie par de nombreux trains de compagnies étrangères. De plus, du fait de son importance économique, la gare est très fréquentée par les frontaliers (en majorité français). Elle est également reliée aux autres capitales européennes (Bruxelles et Strasbourg). Avec l'ouverture de la LGV Est européenne le , la ville n'est plus qu'à h 5 de Paris, contre h 35 auparavant.

Situation ferroviaire

Carte du réseau ferré luxembourgeois.

Établie à 282 mètres d'altitude, la gare de Luxembourg est le centre du réseau ferré national luxembourgeois, servant de terminus pour toutes les principales lignes, mais aussi de gare internationale, avec des services vers chacun des pays environnants : la Belgique, la France et l'Allemagne. Dans le détail, elle est située au point kilométrique (PK) 0,000 des lignes 3, 4 et 5 ; elle se trouve également au PK 16,650 des lignes 1 et 6, ainsi qu'au PK 20,400 de la 7.

Elle a été la gare d'origine de deux lignes à voie métrique : la ligne de Luxembourg à Echternach des chemins de fer vicinaux, qui fonctionna de 1904 à 1954, et la ligne de Luxembourg à Remich des chemins de fer secondaires luxembourgeois, qui fonctionna de 1882 à 1955.

Ce fut, jusqu'en , une gare commutable[1], en raison de la différence initiale d'électrification de la ligne 5, jusqu'alors alimentée en 3 kV au lieu du 25 kV utilisé dans le reste du pays ; la ré-électrification de cette ligne en 25 kV a rendu ces installations inutiles.

Histoire

La première gare, ouverte en 1859.
La verrière de la gare, à l'automne 2012.

En vue de créer une ligne internationale entre les ports de la mer du Nord, les Alpes et la Méditerranée, la Grande compagnie du Luxembourg, une société belgo-anglaise obtint en 1846 du gouvernement grand-ducal la concession d'une ligne ferroviaire entre Arlon et Thionville, avec la ville de Luxembourg comme point central, et un embranchement vers Trêves, en Allemagne[2]. Incapable de remplir ses obligations, elle fut déchue de ses concessions en 1848[3].

La création du premier réseau ferroviaire luxembourgeois fut finalement adjugée, dans les années 1850, à une société à capitaux français, la Société royale grand-ducale des chemins de fer Guillaume-Luxembourg[2].

La première gare a été construite entièrement en bois, et a été ouverte le (en l'occurrence en même temps que la toute première ligne du pays, de Luxembourg à Bettembourg et à la frontière française[4]) ; à cette occasion, fut créé le chant patriotique De Feierwon (Le char de feu). La position de la nouvelle gare sur la rive sud de la Pétrusse, loin de l'emprise urbaine d’alors, était due au rôle du Luxembourg comme forteresse de la Confédération germanique. En 1860, l'achèvement de la ligne de Luxembourg à Kleinbettingen permet de faire rouler des trains vers Arlon, Bruxelles, Anvers et Ostende. La première liaison à la ville vers le nord est venue en 1861, avec la construction du viaduc sur l'Alzette. Après le traité de Londres en 1867, les fortifications ont été démolies, principalement pour permettre l'extension de la ville autour de la gare.

La vieille gare en bois a été remplacée par un bâtiment moderne entre 1907 et 1913 (lors d'un boom économique, alimenté en combustible par le fer des Terres Rouges). Le nouvel édifice a été conçu par un trio d'architectes allemand (Rüdell, Jüsgen et Scheuffel), dans un style néo-baroque — imité de l'architecture en vogue au XVIIe siècle dans l'actuelle Moselle — qui domine les bâtiments publics majeurs du Luxembourg.

Les installations sont fortement réaménagées lors de l'électrification du réseau luxembourgeois, qui a lieu à partir de 1956. En raison de la différence de tension entre la ligne 5 et le reste du réseau, la gare de Luxembourg était commutable.

Le bâtiment voyageurs est classé monument national depuis le [5].

L'informatisation des installations d'enclenchement, dans les années 1990, a permis de supprimer la signalisation spécifique de la gare pour les voies commutables, qui pouvait par exemple interdire un train électrique de manœuvrer, car la voie n'était pas à la bonne tension, mais laisser passer un train diesel ; le nouveau système informatique peut gérer ces circulations avec la signalisation classique[6].

Depuis 2006, sous l'égide du ministère des Transports, la gare a connu une rénovation majeure qui, dès avant 2009 a déjà abouti à de nouvelles installations de ventes à l'intérieur du hall principal, à l'élargissement des quais, à l'installation de nouveaux ascenseurs et d'un nouveau passage souterrain. Le travail ultérieur inclut le renouvellement du câblage électrique aérien, l'installation de deux escaliers roulants au niveau des quais, un nouveau portique d'entrée et la reconfiguration de l'avant-cour. En 2011, les travaux concernent un hall de passagers en verre et un parking de quatre étages. Le nouveau hall des voyageurs est inauguré le .

Pour anticiper l'arrivée du TGV Est en 2007, des aller-retours en TGV sur lignes classiques avaient été effectués à partir du .

Depuis le , le train Intercités de nuit Metz – Portbou, circulant le week-end, est prolongé jusqu'à Luxembourg ; il est cependant supprimé le .

C'est également en 2016 que le Luxembourg-Blankenberge express, un train estival vers la ville côtière de Blankenberghe, a été suspendu en raison de travaux sur le réseau ferroviaire belge[7],[8].

Extension en 2021

Durant l'été 2017, les anciens ateliers CFL de Bonnevoie, construits dans les années 1950 et situés à l'est de la gare, ont été démolis en vue de son agrandissement et de la création de deux nouveaux quais et trois nouvelles voies, afin d'absorber la hausse du trafic et faciliter les liaisons transversales nord-sud[9].

Par ailleurs, la ré-électrification de la ligne 5 en 25 000 V, entre juillet et , met fin à l'utilisation des installations en 3 000 V de la gare[10].

Les trois nouvelles voies seront mises en service en , et permettront d'attribuer les voies à quai à une ligne commerciale régionale, afin de simplifier l'organisation du trafic et de réduire les risques de perturbations[11].

Ainsi, en 2021, l'attribution des voies (les trois nouvelles étant numérotées 12 à 14 dans la liste suivante), serait la suivante[11] :

  • voies 1 et 2 dédiées à la ligne 50 (Luxembourg – Kleinbettingen) et au trafic international vers la Belgique (Arlon et Bruxelles) ;
  • voies 3 et 4 dédiées, au sud, à la ligne 70 (Luxembourg – Pétange – Longwy / Athus), et, au nord, à la ligne 10 (Luxembourg – Troisvierges) et au trafic international vers la Belgique (Gouvy et Liège) ;
  • voies 5, 7 et 8 dédiées à la ligne 90 (Luxembourg – Bettembourg) et au trafic international vers la France (Thionville, Metz et Paris) ;
  • voies 9 et 10 dédiées à la ligne transversale 10-60 ;
  • voies 11 et 12 dédiées, au sud, à la ligne 60 (Luxembourg – Esch – Pétange) et, au nord, à la ligne 30 (Luxembourg – Wasserbillig) et au trafic international vers l'Allemagne ;
  • voies 13 et 14 dédiées à la ligne 60 (Luxembourg – Esch – Pétange).

Service des voyageurs

Accueil

Intérieur de la verrière.

La gare accueille une multitude de boutiques de restauration et de pâtisseries, un kiosque et des toilettes. Des salles d'attente se situent sur les voies 3 et 9/10. Le passage d'un quai à l'autre s'effectue par deux passages souterrains et une passerelle, équipés d'ascenseurs et d'escalators. Un guichet pour les titres de transports nationaux et internationaux (qui est l'un des deux conservés depuis le , date de l'application de la gratuité des transports publics au Luxembourg[12]) se trouve à l'intérieur de la gare, tout comme un guichet de la centrale de mobilité de l'administration des transports publics.

Desserte

Internationale

Rame TGV 2N2, stationnée en gare.

Trains de la SNCF :

  • TER Grand Est (les TER en partance de Luxembourg relient Metz avec une fréquence élevée) : Nancy – Metz – Thionville – Luxembourg

Trains InterCity (IC) en partenariat avec la DB : ligne Luxembourg – Wasserbillig – Trèves – Coblence – Düsseldorf (correspondance avec les ICE) ; la liaison est cependant catégorisée InterCity uniquement entre Coblence et Düsseldorf, car il s'agit d'un Regional-Express entre Luxembourg et Coblence

Trains de la SNCB (InterCity) :

  • ligne Bruxelles – Namur – Arlon – Luxembourg (entre 8 et 11 trains directs, sinon correspondance en gare d'Arlon où les Regionalbunn sont terminus ; par ailleurs, certains trains sont limités ou partent de Namur)
  • ligne Liège – Luxembourg (un aller-retour toutes les heures en semaine ; toutes les 2 heures le week-end)

Nationale

Traxx pour Wiltz.

Les dessertes des lignes et gares du Luxembourg, par les trains Regionalbunn (RB) et Regional-Express (RE) des CFL, sont réalisées sur les lignes commerciales numérotées comme suit[13] :

Intermodalité

Le tramway dessert la gare depuis .

La gare est desservie par le tramway de Luxembourg (ligne T1), qui y effectue son terminus, et par de nombreuses lignes des autobus de la ville de Luxembourg, dont elle constitue un des principaux pôles de correspondances du réseau (arrêt de bus Gare Centrale, côté ouest) :

  • les lignes 4, 10, 11, 13, 14, 18, 19, 20, 23, 27, 28 et 29, ainsi que les lignes nocturnes CN1 et CN3, y transitent (quais 1 et 2) ;
  • les lignes 2, 9, 20, 22 et 28 la desservent aussi à distance, côté est, à l'arrêt Gare Rocade (quais 1 et 2).

La gare est aussi un important pôle de correspondances pour les lignes du Régime général des transports routiers (arrêt de bus Gare Centrale, côté ouest) :

La nuit, de nombreuses lignes « Nightbus », existantes à l'initiative d'une ou plusieurs communes, y transitent ou y effectuent leur terminus.

Deux lignes transfrontalières d'autocars CFL partent de la gare, au quai 101 :

La gare possède deux parkings à vélo sécurisés mBox de 25 et 32 places[14]. Deux stations Vel'oH! sont installées devant ou à proximité la gare.

Notes et références

  1. Elle possédait des voies alimentées en 25 kV (voies 5 à 10), et 3 kV (voies 1 et 2) ; certaines étaient commutables entre ces deux tensions (voies 3 et 4).
  2. a et b Jean Ulveling, « Exposé des bons résultats de notre économie », Publications de la société pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, XXII, année 1866, imprimerie-librairie V. Buck, Luxembourg, 1867, p. 127 ; lire (consulté le ).
  3. Jean-Claude Delhez, 150 ans de train en Luxembourg belge (1858 - 2008), Neufchâteau, Weyrich, , p. 23.
  4. « Ligne Luxembourg - Bettembourg - frontière française », sur rail.lu (consulté le ).
  5. « Liste des immeubles et objets classés monuments nationaux ou inscrits à l'inventaire supplémentaire » [PDF], sur ssmn.public.lu, (consulté le ), p. 53.
  6. (en) Mark Vogel, « Basic Railway Signals of Luxembourg - CFL Special Signal Aspects », sur flickr.com, (consulté le ).
  7. Camille Frati, « Le Blankenberge Express restera à quai cet été », sur paperjam.lu, (consulté le ).
  8. « Le Blankenberge-Express ne roulera pas cet été », sur lessentiel.lu, (consulté le ).
  9. (de) « Ein Stück Eisenbahngeschichte verschwindet », sur wort.lu, (consulté le ).
  10. Sophie Wiessler, « Travaux: quatre lignes CFL impactées cet été », sur wort.lu, (consulté le ).
  11. a et b « ENTREVUE ENTRE LES CFL ET L’AVTERML [Association des Voyageurs du TER Metz-Luxembourg] » [PDF], sur cfl.lu, (consulté le ), p. 13-14 ; ce document est une archive.
  12. « La plupart des guichets CFL du pays vont disparaître dès le 1er mars 2020 », sur https://5minutes.rtl.lu, (consulté le ).
  13. « Réseau », sur cfl.lu (consulté le ).
  14. « Set de données mBox du Géoportail luxembourgeois », sur https://map.geoportail.lu (consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus TGV inOui Thionville Paris-Est
ou Montpellier-Saint-Roch
ou Montpellier-Sud-de-France
ou Marseille-Saint-Charles
Terminus Terminus IC Arlon Namur
ou Bruxelles-Midi
Liers
ou Liège-Guillemins
Pfaffenthal-Kirchberg IC Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Grand Est Howald
ou Bettembourg
Metz-Ville
ou Nancy-Ville
Terminus Terminus TER Grand Est Bettembourg Thionville
Troisvierges Pfaffenthal-Kirchberg RE
10-60
Howald Rodange
Troisvierges Pfaffenthal-Kirchberg RE
10
Terminus Terminus
Diekirch Pfaffenthal-Kirchberg RB
10
Terminus Terminus
Düsseldorf-Hbf Wasserbillig RE
30
Terminus Terminus
Coblence-Hbf Wasserbillig
ou Sandweiler - Contern
RE
30
Terminus Terminus
Trèves-Hbf Sandweiler - Contern RE
30
Terminus Terminus
Wasserbillig Cents-Hamm RB
30
Terminus Terminus
Terminus Terminus RE
50
Bertrange - Strassen Arlon
Terminus Terminus RB
50
Bertrange - Strassen Kleinbettingen
ou Arlon
Terminus Terminus RE
60
Howald Rodange
Terminus Terminus RB
60
Howald Pétange
ou Rodange
Dommeldange Pfaffenthal-Kirchberg RB
10-60
Howald Pétange
Terminus Terminus RE
60A
Bettembourg Dudelange-Usines
ou Volmerange-les-Mines
Terminus Terminus RB
60A
Howald
ou Bettembourg
Volmerange-les-Mines
Terminus Terminus RE
70
Hollerich Longwy
Terminus Terminus RB
70
Hollerich Athus