Jules César

Jules César

Le portrait de Tusculum,
l’un des deux portraits acceptés de Jules César[1], trouvé par Lucien Bonaparte à Tusculum.
Fonctions
Imperator Caius Julius Caesar Divus
Consul
– 59 av. J.-C.
– 48 av. J.-C.
– 44 av. J.-C.
Dictateur
– 49 av. J.-C.
– 47 av. J.-C.
– 44 av. J.-C.
Proconsul de Gaule cisalpine et transalpine
– 50 av. J.-C.
Pontifex maximus
– 44 av. J.-C.
Autres fonctions
Questeur (69 av. J.-C.)
Édile Curule (65)
Préteur (62)
Propréteur (61)
Pater patriae (45)
Biographie
Dynastie Julio-Claudiens
Date de naissance 12 (ou 13) juillet 100 ou 102 av. J.-C.
Lieu de naissance Rome
SPQRomani.svg
Origine Rome
Date de décès 15 mars 44 av. J.-C. (55 ou 57 ans)
Lieu de décès Rome
Nature du décès Assassinat
Père Caius Julius Caesar III
Mère Aurelia Cotta
Conjoint Cossutia (85 à 84 av. J.-C.)[A 1],[A 2] 
Cornelia Cinna (84 à 68 av. J.-C.)
Pompeia Sulla (68 à 63 av. J.-C.)
Calpurnia Pisonis (59 à 44 av. J.-C.)
Enfants Auguste (adopté)
Brutus ? (avec Servilia Caepionis)[A 3]
Julia (avec Cornelia Cinna)
Ptolémée XV ? (avec Cléopâtre VII)[2]

Jules César (en latin : Caius Iulius Caesar IV à sa naissance, Imperator Iulius Caesar Divus après sa mort), aussi simplement appelé César, est un général, homme d'État et écrivain romain, né le 12 ou le à Rome et mort le (aux ides de mars) dans la même ville.

Son parcours unique, au cœur du dernier siècle de la République romaine — bouleversée par les tensions sociales et les guerres civiles —, marque le monde romain et l'histoire universelle. Ambitieux, il s'appuie sur le courant réformateur et démagogue (populares) qui traverse la cité romaine pour favoriser son ascension politique. Stratège et tacticien, il repousse, à l'aide de ses armées, les frontières de la République romaine jusqu'au Rhin et à l'océan Atlantique en conquérant la Gaule, puis utilise ses légions pour s’emparer du pouvoir au cours de la guerre civile l’opposant à Pompée, son ancien allié, puis aux républicains.

Acclamé comme un imperator favorisé des dieux, seul maître à Rome après une suite de victoires foudroyantes sur ses adversaires, il entreprend de réformer l’État et de modifier l'organisation de la classe politique dirigeante afin de satisfaire les revendications de la mouvance des populares, dont il se revendique. Pour ce faire, il concentre progressivement — grâce à son contrôle sur le Sénat de Rome — de nombreux pouvoirs exceptionnels, adossés à une politique de culte de la personnalité inédite reposant sur ses ascendances divines et sa fortune personnelle.

Adoré du peuple, pour qui il fait montre de largesses frumentaires, économiques et foncières, il se fait nommer dictateur, d'abord pour dix ans avec des pouvoirs constitutionnels, puis à vie, étant autorisé à porter la toge et la couronne des triomphateurs en permanence. Soupçonné de vouloir instaurer par ces mesures une nouvelle monarchie à Rome, il est assassiné peu après par une conspiration de sénateurs dirigée par Brutus et Cassius.

Son héritage est rapidement l'objet d'une nouvelle guerre civile entre ses partisans et successeurs, son fils adoptif par testament, Octave, triomphant de ses adversaires. Jules César est divinisé et Octave, vainqueur de Marc Antoine, achève par sa victoire et par l'élimination des derniers républicains la réforme de la République romaine, qui laisse place au principat et à l'Empire romain en tant que régime de gouvernement de la cité. Son nom devient synonyme de pouvoir et l’un des titres de référence pour nombre de pouvoirs personnels en Europe occidentale. Sa personnalité et son parcours sont l'objet de nombreux récits plus ou moins légendaires au fil du temps, dans les cultures du monde entier ; de même, il est désigné par le terme de « césarisme » les attitudes politiques visant à faire reposer un pouvoir personnel fort sur l'approbation populaire et sur le plébiscite.

Sources

L'époque de Jules César est connue grâce à de nombreuses sources historiques, qu'elles soient primaires (littéraires, numismatiques, épigraphiques, archéologiques) ou secondaires, parmi lesquelles on reconstitue les écrits ayant servi à leur composition, dans la discipline historique de la Quellenforschung. Le problème est que César a souvent été vu comme un personnage paradoxal en raison de ses actes et de sa personnalité, de sorte que les contemporains adoptèrent un jugement divisé, ambigu, propice aux réhabilitations et aux fréquents changements de points de vue. Quoique cette période de l'Antiquité soit l'une des plus fournies en sources, le portrait est faussé en fonction de l'idéologie et de la vision que l'on a de lui[3].

Sources primaires

Les sources primaires permettant de connaître la vie de César, ses actions et ses idées sont naturellement en premier lieu les écrits de César lui-même et les trois récits de guerre insérés dans le corpus césarien. À ce premier noyau de source, il faut ajouter d'autres contemporains : l'historien Salluste, bien que ses deux Lettres à César soient probablement apocryphes[4],[N 1] ; les informations issues du prolifique Cicéron sont fondamentales : contemporain du dictateur, tantôt adversaire politique, tantôt allié de circonstance, il fait de nombreuses mentions de ses relations avec César dans sa correspondance privée. Le fameux orateur romain, très commenté et dont la production littéraire est très diversifiée et bien connue, est une source historique de premier intérêt grâce à ses traités et à sa correspondance, bien que les recueils ne respectent pas la chronologie précise[5]. Varron, homme politique et grammairien de la fin de la République romaine, est également une source mais fait vraisemblablement peu profession de ses idées personnelles et ne rallie le camp de César qu'après sa victoire à Pharsale, une fois Pompée éliminé.

La Libertas que confisque César au profit de son idéal réformateur et de son ambition d'éteindre la guerre civile[réf. nécessaire] eut un effet relativement négatif sur bon nombre de commentateurs contemporains, issus de l'aristocratie romaine. Asinius Pollion, dont la chronique est perdue, aurait ainsi changé de camp, se ralliant à Octave. Les mêmes problèmes d'interprétation se posent pour un historien inconnu et dont l'œuvre est perdue, probablement Lucius Aelius Tubero (qui aurait apprécié la stratégie militaire de César mais critiqué sa politique), il est utilisé par Dion Cassius. Tite-Live, surnommé « le pompéien » par Auguste, n'est pas conservé pour l'époque césarienne, seules subsistent des periochae très sommaires, tant et si bien que l'attitude et l'orientation idéologique qu'il manifeste à l'égard de César nous est inaccessible, bien qu'il soit probable qu'en tant que proche d'Auguste, le fils adoptif de César, il ait été relativement clément à l'égard du dictateur assassiné, malgré son ambivalence entre monarchisme contraint ou républicain convaincu, selon Ronald Syme. La periocha CXVI montre néanmoins une opposition franche à César sur certains points[3].

Sources secondaires d'époque impériale

Les sources secondaires quant à elles sont confrontées à plusieurs problèmes, puisque certaines des œuvres faisant état de la vie de Jules César oscillent entre une quête de moralisme et un vrai souci d'analyse historique. Ces sources, surtout contemporaines des débuts de l'Empire, portent en elles la distance avec la défense du régime républicain, désormais aboli et lointain, n'étant plus d'actualité dans le champ des idées politiques. Peu de sources secondaires furent donc hostiles à César, mais il peut y subsister des influences du fait des sources primaires utilisées par les historiens ultérieurs. Tite-Live a été beaucoup lu, notamment par Lucain. Asinius Pollion, contemporain de César a laissé une œuvre, aujourd'hui perdue, qui contenait de nombreuses informations sur les événements. Cet ouvrage a servi de source pour bon nombre d'écrivains postérieurs comme Florus et Suétone.

Les propos de Florus, Suétone, Flavius Josèphe, Plutarque, Appien et Dion Cassius sont généralement plutôt favorables à César[3], bien qu'emprunts d'une forme d'exagération voire de complaisance à l'égard du père adoptif du fondateur de l'Empire.

Numismatique, épigraphie et archéologie

Parmi les autres sources contemporaines, on peut naturellement citer la numismatique, surtout utilisée pour la dernière partie de sa carrière pour ce que les émissions monétaires disent de sa communication politique et religieuse. L'épigraphie est beaucoup moins développée qu'à l'époque impériale et est souvent mal attribuée, telle les tables d'Héraclée, probablement plus anciennes que l'époque de Jules César[6],[7]. L'archéologie demeure une source fondamentale pour comprendre notamment les entreprises militaires de César : au cours de ses longues campagnes en Gaule et par la suite, César entreprend de nombreux sièges, campements de marche, établit de nombreuses colonies à travers le monde romain, tant et si bien que de nombreux lieux portent encore la trace de ce passage dans leur toponymie. Les camps romains dits Camp de César sont nombreux en France bien que plusieurs d'entre eux sont inauthentiques. Parmi les sites archéologiques célèbres sur lesquels la présence de Jules César est attestée, on peut mentionner bien sûr le site de la bataille d'Alésia, ou encore Bibracte et Gergovie. L'archéologie à Rome et en Gaule permet également de mieux cerner César et les constructions qui lui sont attribués[3], notamment le Forum de César et les Saepta Julia.

Biographie

Jeunesse et formation

Origines familiales

Caius Julius Caesar IV est une convention des historiens modernes. L'identité des numéros III (le père de Jules César, sénateur, questeur, préteur et proconsul d'Asie) et II (son grand-père, sénateur et préteur urbain) ne fait pas de doute, ils sont notamment mentionnés par Suétone et Pline l'Ancien et cités dans les Fastes d'Antium[8]. Pour Wilhelm Drumann le numéro I est son arrière-grand-père, qu'il identifie à un historien mentionné par Tite-Live[9], mais les indices sont ténus[8]. On connaît un autre Caius Julius Caesar dans l'ascendance de Jules César : Caius Julius Caesar Strabo Vopiscus, peut-être son arrière-arrière-grand-oncle. Il y aura sous l'Empire d'autres Caius Julius Caesar Ce lien renvoie vers une page d'homonymie, dont Auguste, Germanicus et Caligula, dit Jules César, naît vers 100 av. J.-C., il est le fils de Caius Julius Caesar III et d’Aurelia Cotta, femme exemplaire et de grande vertu selon Tacite et Plutarque, également d’origine patricienne puisque issue de la gens Aurelia (trois de ses frères furent consuls). Malgré les sources historiques, la date précise de cette naissance reste incertaine : le 12 juillet 100[A 4] ou le 13 juillet 100[N 2]'[A 5],[A 6],[A 7],[A 8] ou 102[A 9],[N 3].

Jules César est issu d'une gens patricienne, les Jules ou Iules (Iulii), remontant aux temps les plus anciens de l'histoire de Rome. Le surnom de sa famille, Caesar, qui signifie « celui qui taille », indique qu'un de ses ancêtres s'est distingué à la guerre avec son épée. Sa famille était néanmoins peu en vue au moment de sa naissance. Son père, Caius Julius Caesar III, ne dépasse pas, dans sa carrière politique, le rang de préteur en 92 av. J.-C. et meurt subitement un matin de 85 av. J.-C. en mettant ses chaussures[A 10] ; César est alors âgé de quinze ans[A 1]. Son oncle, Sextus Julius Caesar III, obtient le consulat en 91 av. J.-C. mais meurt au siège d’Asculum lors de la Guerre sociale. On considère traditionnellement qu'avant César, les Iulii forment en réalité une gens patricienne d'importance mineure, qui avait exercé aux siècles précédents quelques consulats mais ne faisait pas partie, au Ier siècle av. J.-C., de la cinquantaine de familles de la nobilitas qui fournissent la plupart des consuls et qui ont un contrôle sur les institutions et les magistratures de la cité. Les Iulii connurent des revers de fortune, et sont quelque peu désargentés au moment du début de la carrière de Jules César qui grandit dans le quartier de Subure, zone de la ville de Rome de mauvaise réputation[A 11].

César affirme avoir pour ancêtre Iule (ou Ascagne), fils d'Énée et de Créuse, amené en Italie par son père après la chute de Troie. Ce fondateur d’Albe la Longue est considéré comme le créateur de la vieille gens des Iulii qui, selon l’empereur Claude, se joignit ensuite aux patriciens de Rome[A 12]. Par ce lignage, César revendiqua, lorsqu'il prononça l’éloge funèbre de sa tante Julia, la femme de Marius, une ascendance remontant à Vénus[A 13] dont il célébra les vertus et le don de faiseuse de vie par la naissance en faisant ériger le temple de Vénus Genitrix sur son forum.

Selon Tacite, en mêlant dévouement maternel et ferme discipline, sa mère Aurelia donna à Caius et ses deux sœurs Julia une éducation exemplaire[A 14]. Cicéron attribuera à cette éducation familiale et à des études assidues l’élégance du latin de César et la qualité de son éloquence[A 15], César ayant en effet écrit au cours de sa vie plusieurs ouvrages théoriques (hélas perdus) sur la grammaire et la rhétorique. Plutarque et Suétone souligneront aussi son art des relations en société tout au long de sa vie : amabilité et politesse envers ses hôtes, prodigalité sans retenue, savoir-vivre et bonne tenue dans les banquets (Caton, qui pourtant le déteste, lui accorde qu’il est le seul ambitieux qui ne s’enivre pas), conversation brillante et cultivée[A 16]. Ces qualités de séduction seront ses premiers atouts dans la vie publique romaine, qu'il commence à partir de 84 av. J.-C., alors qu'il a 16 ans.

Jeunesse de César

La jeunesse de Jules César s'inscrit dans un contexte de violentes luttes politiques qui opposent à Rome les optimates aux populares. Les premiers maintiennent une ligne conservatrice et aristocratique qui place le sénat romain au cœur de la République. Les seconds veulent satisfaire les revendications sociales et accorder plus de place politique aux Italiens et aux provinciaux, en intégrant à la citoyenneté de nouvelles élites, en redistribuant les terres publiques accumulées dans les mains de quelques grandes familles au cours des conquêtes, et en donnant plus de pouvoir aux membres de l'ordre équestre.

Jules César grandit ainsi au milieu de troubles sanglants (première guerre civile) : combats de rue à Rome en 88 av. J.-C. entre les partisans de Caius Marius, chef des populares, et ceux de Sylla, puis victoire des légions de Sylla sur les marianistes aux portes de Rome en 82 av. J.-C., suivie d'impitoyables chasses à l'homme contre les proscrits du camp adverse. Son précepteur jusqu'à sa prise de la toge virile est Marcus Antonius Gnipho[10].

Ses relations familiales placent Jules César parmi les populares dans le jeu politique romain. Sa tante Julia a été l’épouse du consul Marius et lui-même épouse en 84 av. J.-C. Cornelia Cinna, la fille de Cinna, successeur de Marius à la tête de la mouvance populaire. Malgré ces alliances familiales, Jules César ne semble pas s'être joint aux marianistes les plus extrémistes lors de la guerre civile qu’ils menèrent contre Sylla, peut-être aussi car il est trop jeune pour entrer dans ces affrontements. Il est possible que César ait suivi les modérés qui se rallièrent à Sylla[11].

En 84 av. J.-C. César est choisi (ou est candidat) au sacerdoce de flamen dialis (premier prêtre de Jupiter) à la suite du suicide de Lucius Cornelius Merula durant les proscriptions marianistes. Ce poste honorifique lui aurait interdit toute activité guerrière, donc d'entreprendre le cursus honorum. Sylla exige alors que César divorce de Cornelia Cinna et rompe ainsi ses derniers liens avec les marianistes pour être éligible à ce poste. César refuse et choisit de se cacher, jusqu’à ce que de puissants protecteurs, dont son oncle Lucius Aurelius Cotta, fassent fléchir Sylla et cesser la traque. Sylla lui a entre-temps bloqué sa nomination comme flamen dialis et les interdits qui l'accompagnent (ainsi que la dot de sa femme et une partie de son héritage). Prudent, César quitte Rome[N 4].

Il s'enrôle vers 80 av. J.-C. dans l’armée et rejoint avec le préteur Marcus Minucius Thermus le théâtre d’opérations militaires en Asie, où Lucullus assiège la cité de Mytilène, capitale de Lesbos qui s’est ralliée à Mithridate VI. César reçoit pour mission de demander au roi de Bithynie, Nicomède IV, le renfort de sa flotte. Suétone se fait l'écho d’une rumeur sur la réputation de César, rapportant qu’il aurait eu, au cours de cette ambassade, à deux reprises des relations sexuelles passives avec Nicomède IV, vice le plus méprisable aux yeux des Romains : il aurait servi d'échanson à la cour du roi et aurait partagé sa couche[12]. Cette suspicion, qui sera par la suite une lourde et classique plaisanterie entre ses soldats, plutôt qu'une réalité indémontrable, a longtemps suivi César, y compris jusqu'à son triomphe final, quand ses troupes autorisées à le railler le brocardent du titre de « reine de Bithynie »[A 17], le qualifiant de mari de toutes les femmes et de femme de tous les maris.

Lors de la prise de Mytilène, César accomplit un acte que les historiens ne précisent pas, mais qui lui vaut en récompense une couronne civique, la plus grande décoration militaire, habituellement décernée pour avoir sauvé au combat la vie d'un concitoyen. César sert encore en Cilicie sous les ordres de Servilius Isauricus, puis est démobilisé.

À la mort de Sylla en 78 av. J.-C., César demeure quelque temps en Asie. Selon Plutarque, lors de son trajet sur la mer Égée en 75 av. J.-C., il est enlevé par des pirates ciliciens qui le font prisonnier durant 38 jours sur l'île de Farmakonisi et réclament une rançon de vingt talents d'or. César déclare en valoir cinquante, et promet de revenir exécuter les pirates après sa libération, ce qu'il fait effectivement : après avoir lancé quatre galères logeant 500 hommes armés, il les capture dans leur repaire et les fait crucifier[13]. Puis il perfectionne son éloquence auprès du célèbre rhéteur grec Molon de Rhodes[A 18].

De retour à Rome, il commence sa vie publique en attaquant en justice le proconsul Cnaeus Cornelius Dolabella qui vient d'achever son mandat en Macédoine et l'accuse de concussion. Malgré les discours de César et les nombreux témoins à charge qu'il cite, la cible a trop de poids politique : Dolabella est acquitté, probablement par solidarité de classe avec ses juges, tous issus du Sénat[N 5]. César tente une seconde attaque contre Caius Antonius Hybrida, qui faillit réussir. Antonius dut recourir à l'intervention des tribuns de la plèbe pour échapper à une condamnation[A 19].

Ascension de César

Marbre représentant César
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
César (1688-1694, marbre d'après l'antique), jardin des Tuileries.

Après cette première séquence politique et militaire visant à l'intégrer dans les milieux aristocratiques du temps, César développe dans un second temps activement ses relations, dépensant beaucoup en réceptions, et entame le parcours politique classique (cursus honorum) : tribun militaire, questeur en 69 av. J.-C. en Hispanie, puis édile en 65 av. J.-C., il capte la faveur du peuple en rétablissant le pouvoir des tribuns de la plèbe et en relevant les statues de Marius. Chargé de l’organisation des jeux, il emprunte massivement pour en donner de spectaculaires, alignant selon Plutarque le nombre record de 320 paires de gladiateurs[A 20].

Parallèlement, César poursuit son activité judiciaire, pour des causes qui flattent le courant des populares. En 64 av. J.-C., il intente des procès contre d’anciens partisans de Sylla, fait condamner Lucius Liscius et Lucius Bellienus, payés pour avoir ramené la tête de proscrits. Mais il échoue contre Catilina, les jurés se refusant à condamner un membre de la vieille famille des Cornelii[A 21]. L’année suivante en 63 av. J.-C., avec l’aide du tribun de la plèbe Titus Labienus, César tente un coup juridique extravagant en accusant de haute trahison le vieux sénateur syllanien Gaius Rabirius pour des faits anciens de trente-sept ans : le meurtre du tribun de la plèbe Saturninus. L’affaire est sans précédent depuis le légendaire procès d’Horace. Cicéron assure la défense de Rabirius (Pro Rabirio), mais les deux juges désignés par le préteur ne sont autres que César lui-même et son cousin Sextus. Rabirius est condamné, mais fait appel au peuple romain, son jugement devant les comices est reporté puis l’affaire est finalement abandonnée[A 22]'[14].

César se fait élire en 63 au titre de pontifex maximus grâce à une campagne financée par Crassus. Il dépense d’importantes sommes d’argent et contracte de nombreuses dettes, afin de remporter les suffrages des comices tributes, contre deux anciens consuls (Servilius Isauricus et Quintus Catulus), plus âgés et expérimentés que lui[A 23]. Selon l’usage, César s’installe dans la demeure du pontife à la Regia, et exerce la fonction de grand pontife jusqu’à sa mort.

Désigné préteur urbain pour l'année suivante au moment de la conjuration de Catilina (63)[A 24], il ne fait rien, selon Suétone, pour la prévenir[A 25]. Lors du vote au Sénat sur le sort des complices de Catilina, César s'oppose à leur exécution immédiate qu'il considère illégale. Il propose de répartir les conjurés à travers les prisons des municipes et de confisquer leurs biens, mais son avis est mis en minorité après l'intervention de Caton[A 26]. L'animosité des sénateurs à son égard est telle que ses amis doivent l'aider à quitter les lieux[15]. Quelques mois plus tard, il est accusé de complicité. Il est contraint de demander de l'aide à Cicéron qui témoigne avoir spontanément apporté des informations sur la conjuration et qui fait emprisonner ses calomniateurs[16].

Envoyé comme propréteur en Bétique (Hispanie) en 60 av. J.-C., il ne peut partir qu’après avoir donné des cautions à ses créanciers[A 27]'[N 6]. Son départ précipité de Rome est motivé par sa volonté d’échapper à une action judiciaire éventuellement engagée à la fin de sa charge. César mène son premier commandement par une offensive contre les Ibères encore insoumis. Après avoir pacifié la province, il revient à Rome afin d’y défiler en triomphe pour son succès militaire puis de briguer le consulat. Mais les préparatifs du triomphe lui imposent de stationner hors de Rome, tandis qu’il doit y être présent pour poser sa candidature dans les délais. Il demande une dérogation, que Caton fait traîner en palabres. César doit choisir, et renonce à son triomphe pour viser le consulat[A 28].

Du consul au conquérant des Gaules

Formation du premier triumvirat et premier consulat

L'homme le plus en vue à cette date est Pompée, après sa victoire en Orient contre le roi Mithridate VI. Cette campagne a permis à Rome de s'étendre en Bithynie, au Pont et en Syrie. Pompée revient couvert de gloire avec ses légions mais conformément à la règle, il les licencie après avoir reçu le triomphe, en 61 av. J.-C..

Au faîte de la gloire, Pompée demande des terres pour ses anciens soldats et la confirmation des avantages qu’il a promis pour les cités et princes d’Orient, mais le Sénat refuse. César exploite opportunément la déception de Pompée, le rapproche de Crassus, et forme avec eux le premier triumvirat[A 29]. Cet accord secret scelle une alliance entre les trois hommes, chacun s’abstenant de réaliser des actions nuisibles à l’un des trois[A 30]. César renforce peu après cette alliance en mariant sa fille Julia à Pompée.

Grâce au financement de sa campagne électorale par Crassus, César est élu consul en 59 av. J.-C., en ralliant notamment à sa cause Lucius Lucceius, un de ses éventuels compétiteurs[A 30].

Durant son mandat, il ne laisse à son collègue le conservateur Marcus Calpurnius Bibulus qu’une ombre d’autorité. Bibulus et Caton multiplient les actions d’obstruction contre César, mais ils sont chassés du forum lors de la promulgation d’une loi agraire. À la suite de cet incident, Bibulus se retire chez lui jusqu’à la fin de son mandat, laissant le pouvoir à César qui l’exerce seul[A 31],[A 32]. Suétone rapporte quelques vers décrivant la situation politique :

« Ce que César a fait, qui d’entre nous l’ignore ? — Ce qu’a fait Bibulus, moi je le cherche encore. »

César peut désormais légiférer comme un tribun, selon l’expression de Plutarque, satisfaire les revendications des populares, rendre des gages à Pompée et gagner de nouveaux soutiens auprès des chevaliers et des provinciaux : passant outre les protestations des sénateurs Lucullus et Caton, il fait ratifier les initiatives de Pompée qui a réorganisé les principautés du Moyen-Orient sans demander l’avis du Sénat ; il promulgue plusieurs lois agraires : distribution aux vétérans de Pompée de parcelles des terres publiques (l’ager publicus), faisant de Capoue une colonie romaine, achat de terres à des particuliers qui sont ensuite distribuées à 20 000 citoyens pauvres. La diminution d’un tiers du fermage dû par les publicains à l’État est une aubaine pour les chevaliers, affairistes et banquiers (lex de publicanis)[A 33]. Sa loi contre la concussion (lex Iulia de repetundis) permet enfin de sanctionner d’amendes les gouverneurs de province qui monnayent leurs interventions ou se livrent à des exactions financières[A 34]. Enfin, il place le Sénat sous le contrôle de l’opinion publique, en faisant publier les comptes rendus de séance (Actus senatus)[A 32].

Cette activité politique va de pair avec une activité mondaine soutenue : Suétone[A 35] prête à César entre autres maîtresses les épouses de Crassus et Pompée, et, ce qui paraît mieux attesté, Servilia, la demi-sœur de Caton[N 7]. Plus officiellement, César épouse Calpurnia, fille de Calpurnius Pison, consul désigné pour l’année suivante, ce qui lui assure une future protection politique. César se fait un autre allié en la personne de Clodius Pulcher, qui a pourtant courtisé sa précédente épouse, en satisfaisant une requête qui lui tient à cœur : troquer son rang de patricien pour celui de plébéien et postuler ainsi à l’élection de tribun de la plèbe.

César profite de sa popularité pour préparer l’étape suivante de sa carrière : normalement, le Sénat prolonge le mandat d’un consul par le proconsulat d’une province pour un an. César contourne cette règle avec l’aide du tribun de la plèbe Publius Vatinius : celui-ci fait voter par le peuple un plébiscite qui confie à César et pour cinq ans deux provinces, la Gaule cisalpine et l’Illyrie, avec le commandement de trois légions (lex Vatinia). Pour sauver une apparence d’autorité, le Sénat lui accorde en plus la Gaule transalpine et une quatrième légion[A 36].

Homme politique averti, César peut attaquer Cicéron de façon frontale. Ce dernier, privé de ses biens, choisit de s’exiler. César n’a alors plus d’ennemis notables à Rome[17].

Proconsul en Gaule

Carte de Gaule montrant les différentes batailles de la guerre des Gaules.
Crédit image :
historicair 14:51, 8 July 2007 (UTC)
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Les campagnes militaires de Jules César en Gaule.
Les deux faces d'une pièce de monnaie.
Crédit image :
cgb
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Denier commémorant les conquêtes gauloises de Jules César. Date : 48-47 avant J.-C. Au droit : tête de femme laurée et diadémée à droite avec boucle d'oreille et collier. Au revers : légende CAESAR avec trophée composé d'un bouclier gaulois et d'un carnyx ; à droite une hache (Crawford, Roman Republican Coinage, 452/2).

Dès la fin de son consulat, César gagne rapidement la Gaule, tandis que le préteur Lucius Domitius Ahenobarbus et le tribun de la plèbe Antistius le citent en justice pour répondre à l’accusation d’illégalités commises pendant son mandat. En fin juriste, César fait objecter par les autres tribuns qu’il ne peut être cité en application de la loi Memmia[N 8], qui interdit toute poursuite contre un citoyen absent de Rome pour le service de la République. Pour éviter toute autre mise en cause devant la justice, César s’appliqua durant son proconsulat à demeurer dans ses provinces. Il passe ainsi chaque hiver en Gaule cisalpine, où il reçoit partisans, clients et solliciteurs et s’assure chaque année d’avoir parmi les élus à Rome des magistrats qui lui soient favorables[A 37]. La gestion de ses affaires à Rome même est confiée à son secrétaire Lucius Cornelius Balbus, un chevalier d’origine espagnole, avec qui il échange par précaution des courriers chiffrés[A 38].

Dès le début de son proconsulat, César engage la conquête de la Gaule en usant du prétexte de la migration des Helvètes en mars 58 av. J.-C. ; menaçant selon lui les alliés de Rome, tels les Éduens, un tel déplacement de population associé à l'élection d'un roi chez les Helvètes apparaît aux yeux du politicien comme une bonne raison de déclencher les hostilités sous couvert de remise en ordre de la région. Cette expédition militaire est donc motivée par ses ambitions politiques, mais aussi par des intérêts économiques qui associent les Romains à certaines nations gauloises clientes de Rome (Éduens, Arvernes, etc.).

Tout en menant ses campagnes, César maintient ses relations avec la classe politique romaine : Quintus Tullius Cicero, frère de l'orateur Marcus Tullius Cicero, dit Cicéron, commande ainsi une légion en Belgique[A 39] ; Publius et Marcus, les fils de Crassus, interviennent en Belgique puis en Aquitaine[A 40] ; Lucius Munatius Plancus[A 41] et Marc Antoine seront à Alésia[A 42].

À Rome, les conservateurs réagissent à la guerre que mène César : son affrontement contre le germain Arioviste, qui a la qualité d’ami du peuple romain, accordée lors du consulat de César, scandalise Caton d'Utique, qui proclame qu’il faut compenser cette trahison de la parole romaine en livrant César aux Germains[A 43]. Ultérieurement, César se justifia longuement dans ses Commentaires en détaillant ses négociations préliminaires avec l’agressif Arioviste, lui faisant même dire que « s’il tuait [César], il ferait une chose agréable à beaucoup de chefs politiques de Rome, ainsi qu’il (Arioviste) l’avait appris par les messages de ceux dont cette mort lui vaudrait l’amitié »[A 44].

En 56 av. J.-C., Lucius Domitius Ahenobarbus, candidat au consulat soutenu par Caton et par Cicéron, met à son programme électoral la destitution et le remplacement de César au poste de proconsul des Gaules. Toujours obligé de se cantonner en Gaule, César riposte et réunit à Lucques ses deux alliés de circonstance, Crassus et Pompée, ainsi que tous les sénateurs qui les soutiennent. Ils renouvellent tous trois leur accord et définissent un partage des provinces[A 45]. Ahenobarbus et Caton sont agressés en plein forum et empêchés de faire campagne. Pompée et Crassus profitent de l’appui de César pour remporter les élections et être élus pour un second consulat en 55[A 46]. Cicéron est alors un des obligés de Pompée, chose que celui-ci lui rappelle vertement par l’intermédiaire de son frère Quintus[A 47]. Cicéron choisit alors de s’incliner pour ne pas se retrouver isolé et soutient la prorogation du gouvernement de César pour cinq nouvelles années[A 48], César est alors sûr de pouvoir terminer sa conquête dans des conditions politiques favorables.

À l’issue de leur consulat en 54 av. J.-C., chacun des deux autres membres du triumvirat reçoit le gouvernement d’une province : Crassus part en Asie chercher une gloire militaire qui pourrait égaler celle, immense, de Pompée et celle, croissante, de César. L’Espagne et l’Afrique sont attribuées à Pompée, qui préfère rester à Rome, le centre du pouvoir, et choisit de transférer à des légats la gestion des affaires provinciales. Sur les quatre légions consulaires qui lui sont attribuées, Pompée en prête deux à César, qui a alors besoin de renforts[A 46].

Pendant son second mandat proconsulaire, à partir de 55 av. J.-C., César traverse la Manche et réalise une première incursion en Bretagne (l’actuelle Grande-Bretagne)[A 49], terre inconnue et quasi mythique pour les Romains de l’époque[A 50]. Ultérieurement, il réalise une attaque militaire au-delà du Rhin, y faisant réaliser un pont évoqué dans la Guerres des Gaules sous forme d'analogie avec le titre de pontifex maximus (littéralement « celui qui fait le pont (entre les hommes et les dieux) » qu'il détient depuis 63 av. J.-C. Dans le même temps, en 54 av. J.-C., la fille de César, Julia, qui a épousé Pompée pour sceller le premier triumvirat, meurt en couche. Son décès intervient alors au pire moment pour César : les troubles à Rome entre son parti et celui de Pompée s'accentuent et font vaciller l'ordre public ; la rupture entre les deux hommes n'est pas totale, mais le décès de Julia fait qu'elle devient de moins en moins évitable, poussés qu'ils sont tous deux par leurs entourages politiques[A 51]. Lors de l'élection des édiles de 55, Pompée avait en effet été encerclé par une foule nerveuse de partisans de César et sa toge salie par du sang de manifestants. Un esclave a alors rapporté la toge de Pompée à sa maison. Julia, aimante, s'imaginant que son mari avait été tué, fit une fausse couche[A 52]. Sa santé en est durablement affaiblie, causant son décès en couches en août 54[18]. Son enfant, un garçon selon certains auteurs[A 53], une fille selon d'autres[A 54], ne lui survit que quelques jours[A 55]. César est alors en Bretagne, d'après Sénèque[A 56] quand il reçoit la nouvelle de la mort de Julia[A 57]. À partir de l’hiver 54/53, la situation en Gaule se détériore, et des révoltes se multiplient contre la brutalité de la guerre de César, qui n'hésite ni à réduire en esclavage des dizaines de milliers de civils, ni à passer au fil de l'épée de nombreuses communautés vaincues sur le champ de bataille. En 53 av. J.-C., la défaite et la mort de Crassus et de son fils Publius à la bataille de Carrhes contre les Parthes, achève de défaire les derniers liens du triumvirat[A 58],[A 59]. César propose à Pompée la main de sa petite-nièce Octavie et demande en mariage la fille de Pompée, mais ces offres d’alliances matrimoniales n’aboutissent pas[A 60]. Il est désormais patent pour tous que la fin des hostilités en Gaule correspondra au début d'une nouvelle guerre civile.

Le début de l’année 52 av. J.-C. est difficile pour César : la révolte en Gaule se généralise sous l’impulsion de l’Arverne Vercingétorix. À Rome, les désordres sont tels que Pompée est nommé consul unique, avec l’assentiment de Caton et des conservateurs. Pompée épouse Cornélie, la jeune veuve de Publius Crassus et la fille du conservateur Metellus Scipion, qu’il prend au milieu de l’année comme collègue au consulat[A 61]. Pompée est désormais le défenseur du parti des conservateurs.

Vercingétorix sur un cheval blanc devant César, vêtu en rouge et assis sur un piédestal.
Vercingétorix dépose les armes aux pieds de Jules César à l’issue du siège d’Alésia. Tableau de Lionel Royer, 1899.

En 52 av. J.-C., Jules César remporte une victoire décisive au siège d’Alésia, où il reçoit la reddition de Vercingétorix[A 62]. Après un hivernage au cours duquel il rédige vraisemblablement ses Commentaires sur la Guerre des Gaules, il reprend le chemin de la guerre en 51 Après avoir étouffé les derniers foyers de révolte, César affirme la souveraineté de Rome sur les territoires de la Gaule situés à l’ouest du Rhin.

Selon Velleius Paterculus, en neuf campagnes, on n’en trouverait à peine une où César n’aurait pas mérité le triomphe ; il massacra plus de quatre cent mille ennemis et en fait prisonniers un plus grand nombre encore[A 59]. Pour Plutarque, la conquête de la Gaule est l’une des plus grandes victoires de Rome et place son commandant César au rang des plus illustres généraux romains, tels les Fabius, les Metellus, les Scipions: « En moins de dix ans qu’a duré sa guerre dans les Gaules, il a pris d’assaut plus de huit cents villes, il a soumis trois cents nations différentes, et combattu, en plusieurs batailles rangées, contre trois millions d’ennemis, dont il a tué un million, et fait autant de prisonniers »[A 63].

Tandis qu’il termine son mandat de proconsul, César prépare son retour à Rome par la conquête de l’opinion romaine : il répond aux critiques sur sa conduite de la guerre par la publication de ses Commentaires sur la Guerre des Gaules, sobre mais calculateur compte-rendu où il se présente à son avantage, puis en 51 av. J.-C., il annonce la construction d’un magnifique et nouveau forum, financé par le butin des Gaules, sur lequel est érigé le temple dédié à Vénus Genitrix dont il est censé descendre. L’objectif du César est maintenant de se présenter aux élections de 50 av. J.-C. pour un second consulat en 49 av. J.-C., conformément à la loi qui impose un intervalle de dix ans entre chaque consulat. Pour éviter l’attaque en justice que lui a jurée Caton et qui l’empêcherait de faire campagne, il lui faut conserver son mandat de proconsul en Gaule et être candidat malgré son absence de Rome. Mais c'est sans compter sur l'opposition des optimates qui cherchent à faire obstruction.

Bras de fer politique avec Pompée

buste de Pompée
Crédit image :
Ole Haupt
licence CC BY-SA 4.0 🛈

À Rome, les conservateurs désormais ralliés à Pompée, cherchent à tout faire pour empêcher le projet de candidature de César. En 50 av. J.-C., César mène sa politique à distance depuis la Gaule cisalpine où il campe ses troupes depuis la fin de la révolte en Gaule. Depuis le nord de l'Italie, il manœuvre pour faire élire Marc Antoine au poste de tribun de la plèbe pour l’année suivante. Soldant les dettes du tribun de la plèbe Curion, il fait en sorte qu'il lâche Pompée et qu'il passe de son côté[A 64]. Enfin, César neutralise un des consuls, Lucius Aemilius Paullus, en lui versant les fonds nécessaires à la réfection de la basilique Aemilia sur le forum[A 65]. Malgré ces dispositions, César échoue à faire élire son lieutenant Servius Sulpicius Galba, candidat au consulat pour 49, qui est battu : les consuls élus sont alors Lucius Cornelius Lentulus Crus et Caius Claudius Marcellus qui lui sont farouchement hostiles. Les conservateurs s’activent eux aussi pour fragiliser la position de César auprès de ses propres fidèles et prennent des contacts avec Titus Labienus, le meilleur lieutenant de César qui s'est illustré à la bataille de Lutèce et à Alésia[A 66].

À la fin de l’année 50 av. J.-C., les premières passes d’armes restent dans la voie légale et se déroulent au Sénat. Le tribun Curion propose que Pompée et César licencient simultanément leurs troupes, les consuls s’y opposent[A 67]. Le Sénat décide que Pompée et César envoient chacun une légion pour préparer la guerre contre les Parthes. Pompée choisit la Ire légion, qu’il a prêtée à César, César renvoie la XVe, et doit se dessaisir ainsi de deux légions (il en conserve néanmoins neuf, dont une l’accompagne en Gaule cisalpine tandis que les autres hivernent en Gaule)[A 68]. Pompée envoie ces deux légions prendre leurs quartiers d’hiver en Italie du sud. En chemin, leurs officiers se livrent à un intense travail de désinformation, affirmant que César est devenu odieux et détesté par ses soldats, et induisent Pompée à le sous-estimer[A 69].

Toujours par l’intermédiaire de Curion et Marc Antoine, désormais tribun, César tente une nouvelle proposition : il accepte de ne conserver que deux légions et le gouvernement de la Gaule cisalpine et de l’Illyrie, pourvu qu’on accepte sa candidature au consulat. Malgré la recherche d’un compromis par Cicéron, Caton refuse qu’un simple citoyen impose ses conditions à l’État ; le nouveau consul Lentulus s’emporte et fait expulser du Sénat Curion et Marc Antoine. L'historien Velleius Paterculus accusera Curion d'être responsable de cette rupture, tandis que Appien présentera Marc Antoine comme l'initiateur de la dispute. Selon Plutarque, « c’était donner à César le plus spécieux de tous les prétextes » : s’en prendre aux tribuns de la plèbe, les représentants sacro-saints du peuple. Le Sénat décrète que César doit abandonner son poste de gouverneur et revenir à Rome en simple particulier[A 70].

Vers le sommet de l’État

Guerre civile entre César et Pompée

Crédit image :
historicair 23:36, 9 August 2007 (UTC)
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Périple de César de janvier 49 à août 47 av. J.-C. : le franchissement du Rubicon, la bataille de Dyrrachium, la bataille de Pharsale, Alexandrie et la bataille de Zéla.

César peut se présenter comme la victime de l’acharnement des conservateurs et comme le défenseur des tribuns de la plèbe[A 71]. Prenant l’initiative de l’illégalité, il décide le 11 janvier 49 av. J.-C. de pénétrer en armes en Italie, et franchit le Rubicon, rivière marquant la frontière entre l’Italie et la Gaule cisalpine. Plutarque et Suétone mettent en scène ce tournant historique et attribuent à César la citation « Alea jacta est » (« Le sort en est jeté »), signifiant qu’il tente la destinée[A 72]. Pour César, il n’y a plus que deux issues : la mort et le déshonneur ou la victoire et le pouvoir. Il mise sur l’audace et la rapidité de ses déplacements militaires et sur l’expérience et la fidélité de ses légions, et se démarque des atrocités de la précédente guerre civile par sa politique de clémence, n’exerçant ni proscriptions ni représailles.

César prend le port de Rimini et progresse rapidement vers Rome sans rencontrer de résistance, et ajoute à ses forces les trois légions que Pompée a commencé à lever. Pompée récupère des troupes à Capoue, et se replie sur Brindisi d’où il écrit à tous les gouverneurs de provinces de mobiliser contre César. Les consuls, Caton, Bibulus et même les sénateurs modérés comme Cicéron fuient en hâte, rejoignent Pompée à Brindisi et s’embarquent pour Dyrrachium en Épire[A 73]. Sans flotte, César ne peut les poursuivre.

Pendant les quelques jours qu’il passe à Rome, il rassure les sénateurs restés sur place, offre au peuple une distribution de blé, promet un don de 75 deniers à chaque citoyen et accorde la citoyenneté romaine aux habitants de la Gaule cisalpine. Après ça, le peuple le fera désigner dictateur pendant son absence. Assuré du soutien de l’Italie, il confie la gestion de Rome à Lépide, envoie Curion s’emparer de la Sicile et de la Sardaigne, garantissant le ravitaillement de Rome en blé, libère l’ex-roi juif Aristobule II afin de l’envoyer en Syrie avec deux légions et empêcher Pompée de mobiliser des troupes. Mais les partisans de Pompée empoisonnent Aristobule[A 74].

C'est alors que César décide de se rendre en Espagne pour mettre hors d'état de nuire les sept légions que Pompée possède encore à l'Ouest, avant même de penser à poursuivre son rival, avec des moyens maritimes qu'il n'a pas de toute façon. N'ayant plus rien à craindre du côté de Rome, César prend la route de la Gaule transalpine et, s'accrochant avec les Ligures de Vintimille au passage[19], le voilà bientôt aux portes de Marseille. La cité grecque refuse de le laisser entrer, affichant une neutralité de façade dans le conflit qui oppose les deux hommes, mais liée à Pompée en secret. César essaye en vain de franchir les remparts de la ville, mais les massaliotes repoussent si bien ses assauts qu'il préfère poursuivre sa route vers l’Espagne en laissant à trois légions, conduites par Trébonius, le soin de poursuivre le siège, tandis qu'il ordonne à Brutus d'organiser un blocus maritime[20]. Quand l’année 49 se termine, César est maître de l’Italie, des Gaules et des Espagnes, mais ses lieutenants ont subi des revers : Curion s’est fait tuer en Afrique, Gaius Antonius a été fait prisonnier en Illyrie, et son meilleur lieutenant, Titus Labienus, a rejoint le camp de Pompée, qui a levé une armée sur les provinces d’Orient et les royaumes alliés de Rome. La flotte pompéienne contrôle l’Adriatique, prête à débarquer en Italie.

L’année suivante, en janvier 48, César est élu consul ; poursuivant sa stratégie fondée sur l’initiative et la rapidité de mouvement, il prend un risque considérable en traversant l’Adriatique pendant l’hiver et surprend Pompée en Épire. Mis en difficulté lors du siège de Dyrrachium où il a enfermé Pompée pendant quatre mois, César doit se replier, attirant Pompée en Thessalie. En août 48, poussé par son entourage, Pompée accepte la bataille rangée. Malgré l’avantage du nombre, il est battu à Pharsale. Cicéron et Brutus se rendent à César, qui les accueille chaleureusement. Caton et Labienus fuient en Afrique, Pompée se réfugie en Asie, puis à Chypre, d’où il gagne l’Égypte, pensant trouver de l’aide chez le jeune pharaon dont il a autrefois protégé le père[A 75].

César parvient à Alexandrie début octobre 48 où il trouve, horrifié, le corps de Pompée, assassiné sur l’ordre du jeune Ptolémée XIII[A 76]. César passe l’hiver 48/47 à Alexandrie, et la guerre s’engage alors entre Ptolémée et César. Ce dernier n’a qu’un faible effectif et doit mener un combat difficile ; lors d’un engagement dans l’île de Pharos, il est même obligé de fuir à la nage et d'abandonner son lourd manteau d'imperator, aussitôt récupéré par son adversaire qui l'érige en trophée[21]. Il sort vainqueur de l’affrontement en mars 47, et détrône le jeune souverain au profit de Cléopâtre VII et du plus jeune de ses frères[A 76],[A 77].

Crédit image :
historicair 13:27, 10 August 2007 (UTC)
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Périple de César de fin 47 à février 46 : le passage de César en Afrique et la bataille de Thapsus.

D’Égypte, César se rend en Asie (juillet/août 47), afin de réprimer Pharnace II, fils de l’ancien roi du Pont Mithridate VI, qui a profité de la guerre civile pour reconquérir des territoires et réaffirmer son autorité. Le cinquième jour de son arrivée, en quatre heures de combat et en une seule bataille (bataille de Zéla), César écrase et détrône Pharnace[A 76]. À cette occasion, il écrit au Sénat ces mots célèbres : « Veni, vidi, vici » pour exprimer la facilité avec laquelle il est venu à bout de son adversaire[A 78].

De retour en Italie, César doit faire face à l’insubordination des soldats cantonnés en Campanie. Il les reçoit à Rome, et parvient à les ramener à l’ordre sous la menace de les licencier[A 79]. Puis, César passe en Afrique fin 47 av. J.-C., où il passe l’hiver. Il détruit à la bataille de Thapsus l’armée républicaine que commandent Metellus Scipion et Caton d'Utique et leur allié le roi numide Juba Ier (février 46)[A 80] ; Metellus Scipion et Juba meurent dans la bataille, Caton se suicide à Utique pour éviter d’être capturé, Titus Labienus se réfugie en Espagne. L’annexion de la Numidie s’ajoute aux conquêtes de César.

Quadruple triomphe de 46 av. J.-C.

Lorsque César revient à Rome, la paix est revenue, l'Italie n'a pas connu les atrocités des précédentes guerres civiles. Tous les écrivains loueront la clémence de César, qui a accueilli sans restriction les pompéiens qui se rendent et n'a exercé aucune proscription contre la classe politique. César peut annoncer au peuple que l'annexion des Gaules et de la Numidie et le protectorat sur l'Égypte vont permettre d'obtenir du blé et de l'huile en abondance et définitivement résoudre les problèmes de ravitaillement de Rome.

En août et septembre 46 av. J.-C., César célèbre par un quadruple triomphe ses victoires sur les Gaules, le Pont, l'Égypte et la Numidie. La durée et le faste des cérémonies, l'énormité du butin éclipsent tous les triomphes précédents. À chaque cérémonie, César vêtu de pourpre parcourt en char la Voie Sacrée, suivi du butin, des captifs[N 9], des soldats qui ont toute liberté pour scander les plaisanteries les plus osées sur son compte. Pour monter au Capitole offrir un sacrifice au temple de Jupiter Capitolin, le char de César passe entre deux rangées d’éléphants qui tiennent des flambeaux.

César offre au peuple des représentations théâtrales, des courses, des joutes d'athlètes, des spectacles de chasse et de gladiateurs, des reconstitutions de combat terrestre et nautique, cette dernière est la première naumachie montrée à Rome. Des banquets publics réunissent près de 200 000 convives[N 10]. La vente du butin rapporte plus de 600 millions de sesterces[A 81], et l’argent est distribué à flots : les 75 deniers que César a promis sont donnés à chaque citoyen, avec 25 deniers de plus pour compenser le retard, les légionnaires reçoivent 24 000 sesterces chacun, et des lots de terre. Les loyers de moins de 1 000 sesterces à Rome et moins de 500 sesterces en Italie sont annulés[A 82].

La plupart des revendications des populares sont maintenant satisfaites, et César entreprend les réformes nécessaires à l'administration du monde romain. Il fait procéder à un recensement, et ajuste à la baisse le nombre d'allocataires des distributions de blé. Il compense cette mesure en installant 80 000 citoyens pauvres et des soldats démobilisés dans de nouvelles colonies dans les provinces, dont Carthage et Corinthe qu'il fait reconstruire.

Pouvoir absolu et élimination des derniers pompéiens

Crédit image :
historicair 13:39, 10 August 2007 (UTC)
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Périple de César de décembre 46 à avril 45 av. J.-C. : l'arrivée de César en Hispanie (Espagne) et la bataille de Munda.

La paix ne dure que quelques mois. En 46 av. J.-C., les dernières forces du parti pompéien s’insurgent en Espagne, menées par Pompée le Jeune, fils de Pompée, et Titus Labienus. Consul pour la quatrième fois, César arrive à marches forcées en Espagne en décembre 46. Cette guerre est longue et sans merci, avec des exécutions de part et d’autre. César achève en avril 45 av. J.-C. ses derniers adversaires à Munda, dans la bataille la plus acharnée des guerres civiles[22]. Retardé par une maladie, son jeune neveu Octave le rejoint en Espagne malgré les dangers du trajet, geste que César apprécie hautement. Dans le dernier testament qu’il rédige, il déclare adopter Octave et le désigne comme héritier principal avec comme autre héritier Quintus Pedius, son autre neveu qui a combattu à ses côtés en Espagne[A 83].

Revenu à Rome en octobre 45, César y célèbre son cinquième triomphe. César commet là une erreur politique que Plutarque soulignera[A 84] : la règle veut qu’un triomphe honore une victoire sur un peuple ennemi de Rome, ce qui n’est pas le cas dans cette guerre civile. Ni Pompée vainqueur de Sertorius, ni Sylla vainqueur des marianistes n’ont célébré de triomphe. De plus, César accorde deux autres triomphes, à Fabius et son neveu Quintus Pedius[A 85]. Là encore, c’est une entorse aux usages qui réservent le triomphe au général doté de l’imperium et non à ses lieutenants.

César, nommé dictateur pour dix ans, est désormais le centre du pouvoir ; il reconstitue les effectifs du Sénat, en radie quelques sénateurs responsables de concussion dans leur province, et y inscrit des Gaulois cisalpins et des Espagnols, une première qui marque le début de la promotion des provinciaux. Il nomme lui-même les magistrats, sauf les tribuns de la plèbe et les édiles plébéiens, encore élus, et désigne des consuls pour quelques jours de charge seulement. Obtenir un titre, un avantage ou une faveur dépend de son approbation. Ainsi, Cicéron par des discours emplis d’adulation où il qualifie la clémence de César de « divine » fait gracier plusieurs de ses amis[A 86].

Cicéron propose de décerner à César des honneurs, les autres sénateurs suivent en une surenchère de plus en plus excessive. Ainsi César reçoit le nom de Liberator et le titre d’Imperator transmissible à ses descendants, quoiqu’il n’ait plus d’enfant[A 87]. Il réforme le calendrier, on renomme le mois de Quintilis de son nom de famille, Iulius[A 88]. Pompée a eu l’honneur de porter les emblèmes du triomphe, robe pourpre et couronne de lauriers, lorsque des jeux sont célébrés à Rome. César reçoit le même honneur, mais par décret du Sénat à titre permanent, la couronne lui permettant notamment de cacher sa calvitie qu'il supporte mal car source de nombreuses railleries[A 89] ; il peut siéger sur un siège plaqué d’or. Il reçoit également un nombre considérable de pouvoirs extraordinaires, comme l'exercice de la tribunicia potestas, les pouvoirs des tribuns de la plèbe[23], le droit d'être consul pendant cinq ans et, plus tard, à partir de 44, la fonction de dictateur à vie. Certains privilèges accordés par les sénateurs vont jusqu’à l’extravagance, comme l’autorisation d’avoir commerce avec toutes les femmes qu’il voudra[A 90]. Pour Dion Cassius, les sénateurs agissent par excès de flatterie, ou par raillerie. Plus préoccupant, selon Plutarque, c’est pour certains une manœuvre destinée à déconsidérer César et le rendre odieux, et se préparer plus de prétextes de l’attaquer un jour[A 84].

Assassinat et funérailles

Denier vers -44 , CAESAR DICT PERPETUO (César dictateur perpétuel), frappé juste avant ou peu après son assassinat. Département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France.

Le complot

En nommant lui-même les magistrats supérieurs, César arrête le cycle corrupteur des campagnes électorales ruineuses financées par l’extorsion financière sur les provinces, et soulage la charge de celles-ci ; mais ceci réduit les profits des publicains et remplace la compétition politique par un arbitraire et une flagornerie indigne qui suscitent des oppositions : pour l’année 44 av. J.-C., César désigne Marc Antoine comme consul et Marcus Junius Brutus et Cassius comme préteurs. Selon Plutarque, la déception de Cassius qui espère le consulat est une des raisons qui l’amènent à comploter. Tous les historiens romains le présentent comme l’instigateur principal du complot. Cassius regroupe peu à peu une coterie d’opposants, d’anciens pompéiens graciés par César, mais également, notent les historiens modernes, des césariens qui ont servi lors de la guerre des Gaules, notamment Decimus Junius Brutus Albinus[24] et plusieurs autres[N 11]. Ces derniers redoutent vraisemblablement l’expédition militaire que prépare César contre les Parthes qui serait suivie d’un retour par la Scythie et la Germanie[25].

Les comploteurs cherchent en Marcus Junius Brutus le chef symbolique idéal : il porte le nom mythique de Brutus qui chassa Tarquin le Superbe, le dernier roi de Rome. Neveu et admirateur de Caton, Brutus, souvent tenu pour stoïcien mais en réalité bien plus proche de l'Académie[26], peut de surcroît trouver dans ses convictions philosophiques des raisons d'agir contre un « tyran ». Il a épousé Porcia, fille de Caton et veuve de Bibulus, et par conséquent il est l’héritier moral des derniers républicains. Toutefois, César l’a comblé de faveurs et l’a nommé préteur urbain. Les comploteurs mènent donc une approche psychologique : ils parsèment chaque jour le tribunal que préside Brutus de messages anonymes qui invoquent le Brutus chasseur de roi : « Brutus, tu dors, tu n’es pas le vrai Brutus ! » Ensuite, Cassius convainc Brutus d’agir contre César. Présenter Brutus comme l’inspirateur du complot contre César permet de fédérer d’autres opposants[A 91]. Les rumeurs de complot parviennent à César, qui les néglige, affirmant en être informé, ou même en plaisante : quand on l'informe que Brutus complote, César rétorque en se pinçant « Il attendra bien la fin de cette carcasse ! ».

Le 14 février 44, le Sénat confère à César la dictature perpétuelle. Son pouvoir est désormais sans limite, même l’intercessio des tribuns ne peut s’exercer sur son imperium. Tout espoir d’une abdication comme celle de Sylla et d’un retour à la République d’avant la guerre disparaît. César prend alors des décisions surprenantes : il décrète une amnistie générale, et licencie sa garde personnelle[A 92]. Autre inconséquence aux yeux des historiens romains, César néglige les présages : avertissements des devins, mise en garde pour la période allant jusqu’aux ides de mars, cauchemar de son épouse Calpurnia la veille des ides[A 93]. Tout au plus, apprenant les signes néfastes observés sur les victimes offertes en préliminaire de la réunion au Sénat, César se résout à ne prendre aucune décision importante ce jour-là[A 94].

Mort de César

La Mort de César par Karl von Piloty, 1865
« Metellus lui découvrit le haut de l’épaule ; c’était le signal. Casca le frappa le premier de son épée » (Plutarque).
Mort de César par Vincenzo Camuccini, 1798
« Il s’était défendu, dit-on, contre les autres, et traînait son corps de côté et d’autre en poussant de grands cris. Mais quand il vit Brutus venir sur lui l’épée nue à la main, il se couvrit la tête de sa robe » (Plutarque).

Les conjurés ont prévu leur attentat aux ides de mars (15 mars de l’an 44 av. J.-C.), au début de la réunion du Sénat dans la Curia Pompeia sur le Champ de Mars. Seul César est visé, Marc Antoine qui accompagne César est attiré à l’écart par de faux solliciteurs, tandis que César est entouré par le groupe des conjurés. Metellus s’assure que César ne porte aucune protection, et tous l’assaillent : il tombe percé de 23 coups de poignard[A 95]. Le coup ultime vient de Brutus. Les derniers mots de César auraient été pour ce dernier, en grec, et non en latin comme l'affirma l’abbé Lhomond en 1779 « Toi aussi, mon fils »[A 95]. Depuis toujours sujette à controverse, l'expression « mon fils », traduite du grec τέκνον / teknon, devrait plutôt être entendue comme « mon petit », « mon enfant », traduisant un lien affectif bien plus que familial entre les deux hommes, selon Carcopino[27]. Elle a servi de base à l'idée fausse selon laquelle Brutus aurait été le fils adoptif de César[28].

Pas moins de onze auteurs antiques ont rapporté l’attentat, avec plus ou moins de détails[A 96]. Si le fait est bien connu, l’analyse de ses causes est délicate. Officiellement, les conjurés ont éliminé César pour l’empêcher de devenir roi et pour sauver la République. L’accusation d’aspirer à la royauté était le procès d’intention quasi rituel des conservateurs romains pour éliminer tout homme politique trop favorable aux revendications populaires[N 12]. Les écrivains romains ont relevé comme autant d’indices ce qui peut étayer cette suspicion :

  • des rumeurs circulent disant que César recevrait le titre de roi pour son expédition en Orient, car selon la prophétie des livres sibyllins, seul un roi pouvait vaincre les Parthes[A 97] ;
  • de retour d’Albe, César est salué du nom de roi par ses partisans, ce qui agite la foule. Il rétorque qu’il ne s’appelle pas Roi mais César, et il poursuit son chemin mécontent[A 97] ;
  • lorsque les sénateurs viennent à la tribune du forum lui annoncer les nouveaux honneurs qu’ils lui ont votés, il ne se lève pas, manquant au respect dû au Sénat[A 98] ;
  • le 15 février de la fête des Lupercales, Marc Antoine propose à César le diadème royal, que celui-ci repousse sous les acclamations de la foule. Marc Antoine insiste, et le refus de César est de nouveau applaudi. César fait porter ce diadème au temple de Jupiter Capitolin[A 99];
  • un matin on trouve des statues de César couronnées du bandeau royal. Deux tribuns de la plèbe interviennent, les enlèvent et arrêtent des césariens qui ont salué César du nom de roi. César réagit en destituant ces tribuns[A 100].

Selon Plutarque, plusieurs signes auraient présagé la mort de César, comme le cœur manquant d'un animal dont celui-ci fait offrande[A 101]. Plutarque affirme aussi que César cherche à détruire la République et à devenir roi[A 102]. Parmi les historiens modernes, Jérôme Carcopino suit cet avis[25], et Joël Schmidt[29] voit dans cette liste autant de gestes voulus par César pour sonder l’opinion romaine sur l’idée de le couronner roi. D’autres historiens modernes sont plus circonspects dans l’interprétation des éléments cités par Plutarque et Suétone : pour Marcel Le Glay, il est difficile de séparer la réalité et la rumeur, et si César n’a pas voulu lui-même la royauté, certains dans son entourage l’ont voulu, et les Romains l’ont cru ou ont feint de le croire[25]. Christol et Nony rappellent que César « sut toujours donner le change sur ses intentions réelles » et considèrent que ce problème n’est pas soluble[30]. Plus encore, Ronald Syme estime que ce problème « n’a pas à être posé. César fut tué pour ce qu’il était, non pour ce qu’il aurait pu devenir. En revêtant la dictature à vie, il semblait écarter tout espoir de retour à un gouvernement normal et constitutionnel. Le présent était insupportable, l’avenir bouché »[31].

Mais Suétone complique les analyses sur la fin de César en ouvrant une autre piste[A 103] : César aurait eu la mort qu’il souhaite. Là encore, Suétone produit ses indices :

  • selon certains de ses parents, il n’aurait pas tenu à vivre davantage, et aurait préféré succomber aux complots plutôt que d’être toujours sur ses gardes ;
  • lors d’un banquet chez Lépide, à la question philosophique sur le genre de fin que l’on préférait, César avait répondu « soudaine et inattendue »[A 104] ;
  • le licenciement de sa garde personnelle, un mois avant, qui l’exposait sans protection ;
  • l’indifférence aux avertissements sur les complots, et aux prédictions défavorables.

Des historiens modernes ont développé cette thèse[32], justifiant l’attitude de César par sa perception d’une maladie qui le diminuait. Néanmoins, les préférences pour une mort brève et imprévue sont après tout banales, et selon Régis Martin[33], la croyance de César en sa chance protectrice (Fortuna) et sa certitude que sa perte provoquerait la guerre civile peuvent aussi expliquer sa conduite.

Funérailles et testament

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Buste de Jules César en cuirasse, château de Versailles.

César désigna dans son testament trois héritiers, les petits-fils de ses sœurs, à savoir Octave, Lucius Pinarius Scarpus et Quintus Pedius. Il légua les trois quarts de son héritage au premier et le quart restant aux deux autres. Dans la dernière clause de son testament, César adopta Octave, le futur empereur Auguste, et lui donna son nom. Enfin, il légua au peuple romain ses jardins près du Tibre et trois cents sesterces par tête[A 105].

Le 20 mars, un bûcher est dressé sur le Champ de Mars, près de la tombe de sa fille Julia, et l’on imagine évidemment l’effet dramatique de cette proximité. Le corps de César, couché sur un lit d’ivoire tendu de pourpre et d’or, est d’abord déposé dans une chapelle dorée, édifiée sur le forum, devant la tribune aux harangues. À sa tête, sa toge ensanglantée est exposée sur un trophée. Comme le corps repose, face vers le ciel, et ne pouvait être vu, on éleva au-dessus de lui une effigie de cire grandeur nature, afin que la foule pût contempler les vingt-trois blessures (trente-cinq selon d’autres auteurs) qui lui ont été sauvagement infligées au corps et au visage. Pour souligner l’ignominie de ce crime, Marc Antoine fait lire, en guise d’oraison funèbre, la liste des honneurs qui ont été dévolus à César, ainsi que le serment qu’ont prêté les sénateurs de défendre sa vie. On chanta des vers parmi lesquels revenaient, pour susciter la compassion, une citation empruntée au Jugement des Armes de Pacuvius : « Fallait-il les sauver pour qu’ils devinssent mes meurtriers ? » (compte tenu de la mansuétude dont César a obstinément fait preuve à l’égard de Brutus, c’était particulièrement bien choisi).

Chavirée par l’habile et pathétique mise en scène, la foule en colère entassa autour du lit funèbre le bois arraché aux boutiques avoisinantes et tout ce qui lui tombait sous la main pour construire un bûcher d’apothéose, comme elle l’a fait quelques années plus tôt pour les funérailles de Clodius. Les vétérans de ses légions y jetèrent leurs armes et certaines femmes les bijoux qu’elles portent. Les Juifs, qui n’oublient pas que César leur a permis de relever les murs de Jérusalem abattus par Pompée, se réunirent plusieurs nuits de suite autour de son tombeau pour le pleurer.

On raconte que lorsque Caius Matius organisa des jeux funéraires en juillet 44 av. J.-C. à l’occasion de l’anniversaire de sa naissance, la comète de César se mit à briller dans le ciel (apparition également attestée par les astronomes chinois) et l’Etna entra en éruption, faisant de sa mort un bouleversement cosmique. À l’emplacement où il fut incinéré, son petit-neveu et fils adoptif, le futur Auguste, fait ériger un temple. De nos jours, on vient parfois de fort loin pour y déposer quelques fleurs, un poème, une bougie et perpétuer le souvenir de celui qui voulut être « le premier dans Rome »[réf. nécessaire]. La plaque commémorative apposée par la ville à l’intention des visiteurs, emprunte à Appien[A 106] son récit de l’événement :

« (...) et on le ramena sur le Forum, là où se trouvait l’ancien palais des rois de Rome ; les plébéiens rassemblèrent tous les objets de bois et tous les bancs dont regorgeait le Forum, et toutes sortes d’autres choses analogues, puis par-dessus mirent les ornements très abondants de la procession, plusieurs rapportèrent encore de chez eux quantité de couronnes et de décorations militaires : ensuite ils allumèrent le bûcher et passèrent la nuit en foule auprès de lui ; c’est là qu’un premier autel fut érigé, et que maintenant se trouve le temple de César, qui, juge-t-on, mérite d’être honoré comme un dieu… »

Après César

Crédit image :
User:Historicair um15:17, 13 August 2007 (UTC)
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Étendue du territoire de la République romaine sous la domination de César. En jaune, ses conquêtes.

Le complot n’atteint pas ses objectifs, car le consul Marc Antoine a été épargné, à la demande de Brutus[A 107], et Lépide stationne avec des troupes à proximité de Rome, tandis qu'Octave, qui se trouve en Épire, est hors d’atteinte. En revanche, l’attentat contre César guida les prétendants à sa succession sur la conduite à tenir : ils firent symboliquement rayer la dictature des magistratures romaines, et la remplacèrent par un triumvirat quinquennal. La politique de clémence a prouvé son danger suicidaire, les triumvirs commencèrent une vague de proscriptions sanglantes, suivie par quatorze ans de guerre civile, contre les assassins de César, contre Sextus Pompée, puis entre triumvirs. Octave finit par l’emporter en 31 av. J.-C. et recevoir le titre d'Auguste pour devenir le maître unique et absolu de l’Empire romain. Il confirma et continua les réformes entamées par César, organisant un empire pacifié, stabilisé et géré avec plus d’équité[réf. nécessaire]. Comme Auguste et la plupart des empereurs à sa suite, Jules César est divinisé après sa mort.

Jules César écrivain

Édition de 1783 des Commentaires sur la Guerre des Gaules.

Outre sa carrière politique et militaire, Jules César est un passionné de lettres, de grammaire, de rhétorique et de poésie, conformément à l'éducation lettrée particulièrement poussée qu'il a reçue. La plupart des indications proviennent de Suétone[34]. La plupart de ses ouvrages ont été perdus comme la grande majorité de la littérature antique.

Commentaires et corpus césarien

Des divers écrits qu'il a composés, il ne reste ainsi que le corpus de ses Commentaires (Commentarii rerum gestarum) :

Leurs conditions de rédaction sont mal connues, deux thèses principales s'opposant : d'abord celle d'une rédaction au fur et à mesure, avec une publication chaque année[35] ; ensuite, celle d'une rédaction en une fois, à la fin de chaque guerre, avec une sélection des faits saillants. La nature des œuvres, des commentaires, laisse à penser que la première option se vaut. Les quelques contradictions entre les différents livres plaident de même pour une rédaction échelonnée, même si ces contradictions dans l’œuvre peuvent tout autant plaider pour une rédaction rapide, à la hâte, à la fin de la guerre, pour une publication rapide. La structure en années n'est pas non plus déterminante, puisqu'il s'agit d'une tradition héritée de l'annalistique romaine[35], ajoutée à la nature même des opérations militaires relatées, qui s'interrompent à la mauvaise saison pendant plusieurs mois. Cette idée de la rédaction annuelle est donc aujourd'hui écartée : certaines informations des premiers livres présupposent la connaissance par César d'événements postérieurs, montrant que l'ensemble a été élaboré en plusieurs fois, mais rédigé au terme de chaque guerre[35]. Certains passages du Livre I faisant référence à l'alliance entre Boïens et Éduens ou à la trahison de Commios ont ainsi été écrits après 52, probablement après Gergovie et Alésia. On suppose donc désormais que les 7 premiers livres ont été écrits à l'automne 52 av. J.-C., au lendemain de la bataille d'Alésia, succès lui assurant une stabilité durable pour sa conquête en mettant un terme définitif à la résistance gauloise organisée : virtuellement achevée, la guerre peut donc être racontée pour préparer son retour à Rome et sa candidature à un deuxième consulat[35]. On peut retenir au crédit de la thèse de la rédaction en 52 le contenu d'une lettre de Caelius à Cicéron, écrite en mai 51, dans laquelle il est dit que seules des rumeurs et des bruits circulent concernant la guerre de César en Gaule[35].

D'autres ouvrages sont aussi attribués à César. On sait cependant qu'ils sont apocryphes, on parle ainsi de « Pseudo-César » ou de « Corpus Césarien » pour désigner ces œuvres. Ces récits sont assurément rédigés par un témoin proche des guerres commentées, en utilisant des informations et un journal de bord personnel, combinés avec les notes de César. Le style est cependant moins aisé, avec une rhétorique médiocre qui semblent indiquer aux philologues que ce n'est pas César qui écrivit ces textes (et que les auteurs n'ont pas cherché à imiter)[36]. Certaines hypothèses indiquent toutefois que ces ouvrages auraient été commencés par César, mais qu'ils furent inachevés. Il semblerait selon une hypothèse que ces écrits seraient des suppléments anonymes à l'œuvre de César, qui formeraient un tout continu, les rédacteurs ayant accès à ses archives et sa correspondance, et César aurait eu à long terme le projet de les incorporer[34]. Les auteurs sont inconnus, les styles varient trop pour qu'ils soient de la même main, Suétone croit, selon des rumeurs, qu'il s'agit d'un des généraux de César, Aulus Hirtius ou Caius Oppius[A 109]. Suétone aurait cependant confondu la continuation du récit et la rédaction d'une préface, et son hypothèse a été récemment décriée. Les auteurs de ces récits ont été témoins oculaires des guerres racontées, Oppius n'y a pas participé, seul Hirtius participa à la guerre d'Alexandrie, qui a l'intention de chroniquer cet épisode, mais le style médiocre fait plus soupçonner un travail inachevé, une ébauche ou un guide de travail (il est possible qu'il ait écrit ce récit mais que celui-ci a ensuite été perdu, et que les textes actuellement connus auraient été insérés en remplacement)[37]. On déclare que même pour Suétone, l'attribution est incertaine et l'est toujours[34].

  • De Bello Alexandrino , « Sur la guerre d'Alexandrie », relatant la campagne de César à Alexandrie ;
  • De Bello Africo , « Sur la guerre d'Afrique », relatant la campagne de César en Afrique du Nord ;
  • De Bello Hispaniensis , « Sur la guerre d'Hispanie », relatant la campagne de César dans la péninsule Ibérique.

César, historien ?

Ces œuvres attribuées à César constituent un modèle du genre des mémoires historiques. Strabon traduit en effet le terme de commentaires par ὑπομνήματα / upomnémata (« mémoires » ou « journal de guerre »)[A 110]. Plutarque parle d'éphémérides[A 111]'[35]. Mais aucun autre terme que « notes personnelles » ne semble suffisamment clair pour traduire l'intention et les modalités de rédaction d'une telle œuvre. L'objectivité et la part d'idéologie qui préside à l'organisation et au contenu de ces œuvres agite encore les débats et travaux des historiens[35]. En effet, ces ouvrages servent la communication politique de César et par conséquent leur exactitude — si ce n'est leur neutralité et leur exhaustivité — peut tout à fait être mise en doute ou questionnée pour tenter de déceler les déformations historiques volontaires laissées par l'homme politique dans son travail d'écrivain[réf. nécessaire].

La nature et le but des commentaires césariens a fait longtemps débat : s'agit-il d'une tentative de justification politique et publique ? Comment César concilie-t-il le souci de justification avec celui de la vraisemblance et de l'exactitude des faits ? Quelles sont les déformations volontaires que l'on trouve dans l’œuvre ? Une chose est certaine : nul n'était mieux placé que César pour livrer ce récit, mais nul n'est aussi bien placé que lui pour le tordre à sa guise. Le récit césarien est donc d'une extrême préciosité pour les historiens qui disposent ainsi d'un document de première main de grande qualité littéraire et factuelle, mais aussi d'un aperçu de la stratégie rhétorique d'un chef de guerre cherchant à limiter ses échecs et ses ratés par une discrétion redoublée à leur sujet. Ainsi, il faut différencier les Mémoires de ce que seraient par exemple des Confessions[réf. nécessaire].

La question de la véracité historique des œuvres césariennes se pose donc ainsi : César produit-il volontairement des récits obscurs par défaut d'information ? Altère-t-il sciemment la vérité par désir d'apologie personnelle ou en raison de ses ambitions politiques ?

Asinius Pollion, rapporté par Suétone, dit des Commentaires qu'ils sont écrits à la hâte, avec peu de soin et de respect pour la vérité[35]. César aurait accepté avec peu d'esprit critique le récit rapporté par ses légats et lieutenants. Il aurait été ainsi mal informé et peu sincère. Cependant, Pollion est un fidèle de César, du Rubicon jusqu'à Pharsale, il semblerait que son avis concerne donc avant tout les Commentaires sur la Guerre civile (il était lui-même l'auteur d'un ouvrage au sujet et titre similaires) et non la guerre des Gaules[35].

Toujours est-il que César semble avoir disposé pour la rédaction de ses commentaires de sources de première main : témoins directs — dont il faisait partie — et rapports de ses lieutenants et légats en détachement en Gaule sur d'autres théâtres opérationnels que le sien. On estime que ses sources historiques sont bonnes, voire excellentes, tandis que ses sources géographiques sont médiocres : beaucoup des orientations qu'il donne pour relater la topographie et l'espace celtique et breton sont fausses. César se base ainsi probablement sur des cartes mal dressées, trop anciennes ou incomplètes, tant les approximations sur les lieux semblent se multiplier, voire témoigner d'interpolations et de déplacements involontaires dans le récit[35]. On attribue généralement une telle faiblesse géographique à la traduction personnelle, par César, d'un corpus de géographes grecs de moindre qualité dont il a les textes avec lui ; cette traduction aurait été directement versée dans le corps du texte de la guerre des Gaules pour orner le récit d'un cadre descriptif sur la faune et la flore, sur le terrain, afin de donner plus de réalisme à l'environnement des guerres qu'il avait menées. Ce choix relève de la nature de l'œuvre : écrite en quelques mois, de circonstance, sans avoir un accès favorisé à des sources de meilleure qualité depuis ses cantonnements hivernaux au-delà des Alpes[35].

Il en ressort qu'on refuse généralement à César le qualificatif d'historien : colorant volontairement les faits, maître dans l'art des omissions opportunes, muet sur son ambition masquée par la migration des Helvètes pour expliquer le déclenchement du conflit, discret sur les profits financiers qu'il tira de ces années de combat, l'œuvre globale des Commentaires apparaît plutôt comme un monument de communication politique que comme une œuvre d'histoire à proprement parler[35].

Autres œuvres

César est reconnu pour sa pratique oratoire et celle de la rhétorique[10]. Il fait au moins deux éloges funèbres (laudatio), l'un en -68 pour sa tante Julia (le fait que Suétone cite un extrait indique qu'il a dû être publié) et l'autre pour sa femme[10]. Le discours pour la conjuration de Catilina a été recopié par Salluste mais les discours publiés sont fréquemment remaniés[10]. César écrit aussi en 45 av. J.-C. l'Anticato, réplique au panégyrique que Cicéron a prononcé en faveur de Caton d'Utique, « le dernier républicain » ; l'ouvrage n'est connu que par des fragments[A 112]. Ses qualités d'orateur ont divisé les contemporains, elles sont vantées par Cicéron (Brutus), Quintilien (Institution oratoire, X, 1) et Suétone mais sont critiquées par Tacite (Dialogue des orateurs, XXI)[10].

César a composé deux discours aux soldats durant la guerre d'Hispanie (Apud milites) dont Auguste aurait soupçonné qu'ils soient une forgerie[34], ainsi qu'un discours pour défendre Metellus qui selon Suétone est authentique mais mal retranscrit par les sténographes[34],[10]. Enfin, et plus curieusement, il a rédigé un traité de grammaire De analogia, en deux tomes, dans lequel il expose des théories grammaticales argumentées sur l'analogie, ainsi qu'un poème intitulé le Voyage[38].

César est l'auteur de nombreuses poésies dans sa jeunesse, dont ne subsiste, grâce à Suétone, qu'une épigramme considérée comme médiocre, sur Térence. Selon les Lettres de Pline le Jeune, leur caractère est léger[A 113]. Elles sont interdites par Auguste car il semble qu'elles aient été soit contraires à la pudeur soit trop médiocres[10]. César semble également avoir écrit plusieurs essais dans sa jeunesse (Éloge d'Hercule, une tragédie d'Œdipe, un Recueil de mots remarquables, ce dernier étant un volume d'apophtegmes (ou Dicta Collectanea) ; mais Auguste interdit leur publication après la mort du dictateur[A 114], probablement pour les mêmes raisons que les poésies[10]. Selon l'historien Pierre Grimal, ces trois œuvres perdues ont probablement été écrites en grec[39].

Héritage de César

Réformes politiques

Jules César, devenu dictateur, reprend certaines réformes administratives entreprises une génération plus tôt par le précédent dictateur, Sylla. De nouveau, il faut adapter les institutions à l'extension de la puissance romaine qui résulte des conquêtes en Orient et en Gaule, et offrir des charges à ses partisans :

  • nouvelle augmentation du nombre de magistrats : les questeurs passent de 20 à 40, les préteurs de 8 à 16, les édiles sont désormais 6. Les consuls sont toujours deux, mais la nomination de consuls suffects en complément des deux consuls éponymes permet de disposer de plus de candidats pour les fonctions proconsulaires.
  • César procède à la nomination directe de la moitié des magistrats, et recommande les candidats aux élections pour l'autre moitié[A 115].
  • reconstitution des effectifs du Sénat ; les pertes de la guerre civile sont compensées par l'incorporation massive de nouveaux membres, dont des provinciaux gaulois ou espagnols, faisant passer à 800 ou 900 l'effectif fixé par Sylla à 600 sénateurs[N 13].

Pour l'administration des provinces, César veut éviter les mandats de cinq ans que Pompée et lui-même ont pratiqués ; il limite la durée des charges de gouverneur à un an pour un propréteur et deux ans pour un proconsul[A 116]. L'organisation des municipes italiens est précisée par une loi-cadre, dont les Tables d'Héraclée furent souvent vues comme une copie, bien que des études modernes proposent une datation largement antérieure à Jules César[6],[7].

Ces réformes seront conservées par Auguste, elles lui permettront de disposer d'une élite nombreuse, nécessaire à l'administration de l'Empire.

Réalisations architecturales

Crédit image :
Carole Raddato from FRANKFURT, Germany
licence CC BY-SA 2.0 🛈

L’activité de bâtisseur de César se manifeste plusieurs fois dans sa carrière politique. À chaque fois, ses réalisations, toujours spectaculaires, sont destinées à renforcer son prestige et sa popularité.

À la fin de la guerre des Gaules en , César entame sa campagne électorale pour une future candidature au consulat. Pompée a construit le premier théâtre romain en pierre à Rome et une nouvelle curie quelques années auparavant. César lance à son tour un projet de bâtiment public prestigieux : un nouveau forum, au nord de l’ancien, ouvrant son côté est sur l’Argilète. Il est financé par le butin des Gaules, et commence par l’achat des terrains, pour une somme de cent millions de sesterces selon Suétone[A 43]. Ce Forum Julium suit un plan similaire à celui du forum de Pompéi qui date de la même période : une longue esplanade rectangulaire fermée par une enceinte bordée de portiques, au fond de laquelle s’élève le temple de Vénus. Selon Appien, la dédicace de ce temple aurait fait suite au vœu de César d’élever un temple à Vénus Victorieuse s’il est vainqueur à Pharsale[A 117]. Devant ce temple, il se fait représenter par une statue équestre[A 115]. Ce nouveau forum crée ainsi une architecture originale en combinant l’agora hellénistique et le temple romain sur podium, formule qu’adopteront tous les forums impériaux ultérieurs.

Maître sans partage de Rome à partir de , César a désormais tous les moyens de sa politique. Il commence par des aménagements de circonstance pour les jeux célébrant son triomphe : agrandissement des extrémités du cirque, construction d’un stade pour les lutteurs sur le Champ de Mars, creusement d’un bassin au bord du Tibre pour une naumachie[A 118].

Les travaux entrepris sur le vieux forum voient la reconstruction de la curia Hostilia, incendiée en par les partisans de Clodius Pulcher. D’autres projets plus ambitieux sont envisagés : la construction de la plus grande basilique de Rome sur l’emplacement de la vieille basilique Sempronia, l’édification d’un temple de Mars, et d’un second théâtre en pierre[A 119]. Tous ces chantiers seront suspendus pendant les guerres civiles. Octave devenu Auguste les mènera à leur terme en achevant la grande basilique Julia et le théâtre de Marcellus, et en dédiant un temple de Mars vengeur.

Réorganisation de Rome

Pour décongestionner une Rome surpeuplée, César en repousse les limites administratives et élargit le périmètre sacré du pomœrium à un mille romain (1,5 km) des anciennes murailles de la ville[40]. Cette mesure fut à peine suffisante, car Auguste agrandit encore ce périmètre une génération plus tard en créant les quatorze régions de Rome.

Toujours pour la gestion de Rome, César fait recenser la population urbaine, selon une méthode inédite et originale : les citoyens ne sont plus convoqués par tribus pour défiler devant les services de recensement. Le recensement est organisé quartier par quartier, et ce sont les propriétaires des immeubles de location qui doivent déclarer leurs locataires. La méthode dut être efficace, car Auguste la reprendra[A 120]. Sans préciser les résultats de ce dénombrement, Suétone dit qu’il permit de ramener de 320 000 à 150 000 le nombre de bénéficiaires de distributions gratuites de blé instaurées par Clodius Pulcher en 58 av. J.-C.

Un ultime projet de loi de César destiné à améliorer quelque peu la circulation dans une agglomération aux rues étroites et encombrées interdit la circulation de jour à tout véhicule à roue, à l’exception des chars de procession lors des cérémonies et des charrettes d’entrepreneurs, nécessaires aux chantiers urbains. Cette loi est votée après la mort de César, et reste en vigueur plusieurs siècles, démontrant sa nécessité[40]. Depuis César, la nuit romaine est réservée au transit des marchandises, au grand dam des dormeurs, et suscitant les récriminations de Martial et Juvénal[A 121].

Monnaies

Crédit image :
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Pièce frappée par Auguste (vers 19/18 avant J.-C.) après la mort de César. Au droit : CAESAR AVGVSTVS, tête laurée d'Auguste à droite. Au revers : DIVVS IVLIV[S], avec une comète à huit branches, queue vers le haut (Sutherland, Roman Imperial Coinage, vol. I², Augustus 102).

Les guerres civiles menées par César lui imposent de forts besoins financiers, pour entretenir de plus en plus de légions, qui se déplacent d’un secteur à l’autre de l’Empire. Il se dote donc à partir de 49 av. J.-C. d’un atelier monétaire qui suit ses déplacements sur les théâtres d’opération, et frappe les espèces monétaires dont il a un besoin croissant. Cette pratique n’est pas nouvelle, le Sénat romain l’a autorisée pour les grands corps expéditionnaires de Lucullus ou de Pompée en Orient[41], mais César se l’arroge en s’emparant de la réserve de la République[N 14]. De surcroît, César apporte deux grandes innovations, qui servent sa politique, que ses successeurs Marc Antoine et Octave pérenniseront, et qui s’institutionnaliseront sous l’Empire romain : la frappe de monnaie en or et la figuration de son portrait sur les monnaies.

Rome n’a émis de monnaies en or que temporairement, essentiellement aux moments les plus difficiles de la deuxième guerre punique et en puisant dans les réserves de métal précieux thésaurisées par le Sénat[N 15]. L’émission d’aurei renoue donc avec l’idée de puiser dans les réserves pour sauver la République. De plus, la forte valeur de cette monnaie (un aureus pour 25 deniers d’argent ou 100 sesterces) facilite les importantes gratifications aux soldats de César et contribue à leur prestige[réf. nécessaire].

Les motifs qui apparaissent sur les monnaies émises par César participent à sa propagande : outre son nom ou son portrait, une première sous la République, figurent principalement les motifs suivants[42] :

  • Vénus, de profil ou en pied, que César présente comme son ancêtre, est le thème le plus fréquent[N 16] ;
  • des accessoires du culte, qui rappellent sa piété et ses qualités d’augure et de pontifex maximus ;
  • des Victoires, des enseignes militaires, et des trophées de victoire contre les Gaulois.

Réforme du calendrier

Les fonctions de pontifex maximus exercées par César comportent la fixation du début de chaque année. César la met à profit pour réformer le calendrier romain, pour que la durée moyenne de l’année soit exactement de 365,25 jours, la meilleure approximation connue à l’époque en Occident. Il donne ainsi son nom de famille au calendrier julien. Suétone précise cette modification du calendrier effectuée par César : « Il régla l’année sur le cours du soleil, et la composa de trois cent soixante-cinq jours, en supprimant le mois intercalaire, et en augmentant d’un jour chaque quatrième année. Pour que ce nouvel ordre de choses pût commencer avec les calendes de janvier de l’année suivante, il ajouta deux autres mois supplémentaires, entre novembre et décembre, à celle où se fit cette réforme ; et elle fut ainsi de quinze mois, avec l’ancien mois intercalaire, qui, selon l’usage, s’était présenté cette année-là »[A 88].

Il met ainsi un terme au calendrier traditionnel qui impose de créer chaque année un mois intercalaire pour compléter l'année solaire, comme en atteste par exemple le calendrier des Fastes d'Antium.

Titre de Caesar

Le nom de César, pris par Octave comme fils adoptif de Jules César, devint par la suite un titre que portèrent tous les empereurs et les princes romains, quoique étrangers à la famille des Césars. Il est ensuite attribué aux héritiers présomptifs de l’empire, usage qui devint une règle à partir de Dioclétien. Depuis cette époque les empereurs prirent le titre d’Auguste et s’adjoignirent avec le titre de César un prince qui doit leur succéder. Le nom de César a donné le mot « Kaiser » en allemand, ainsi que le mot « Tsar » (ou « Czar ») en russe et en bulgare.

Étymologie du nom « César »

L'étymologie du cognomen « Caesar » — déjà porté par le père, le grand-père et un autre aïeul, peut-être l'arrière-grand-père du dictateur[43],[8] — demeure inconnue[44].

Pline l’Ancien a avancé que le surnom de Caesar pourrait venir du fait qu’un des ascendants de César soit né par césarienne (caesar, aris : enfant né par incision)[N 17].

Une tradition populaire postule que c’est à la suite d’un exploit accompli pendant la première guerre punique par un représentant de la gens Julia, qui a vaincu au cours d’un combat un éléphant de l’armée carthaginoise, en lui tranchant les jarrets, qu’on l’aurait honoré du surnom de Caesor, « trancheur ». Puis le terme punique késar, « éléphant », donna caesar, et le sobriquet devint héréditaire. La découverte de monnaies émises au début de la guerre civile, représentant un éléphant piétinant un serpent (ou un carnyx) au-dessus du nom « Caesar », semble étayer cette thèse. Cet ancêtre glorieux serait à placer aux environs de 250 av. J.-C. Mais le premier à porter ce cognomen dont l'histoire a gardé la trace est Sextus Julius Caesar qui fut préteur en 208 av. J.-C. et qui a eu un poste de commandement indéterminé à la bataille de Cannes en 216 av. J.-C.[45].

Enfin, une dernière hypothèse émise par Sextus Pompeius Festus[A 122] considère que le premier César de la gens Julia aurait été surnommé ainsi à cause d’une abondante chevelure, en latin caesaries.

Spartianus, dans la Vie d’Aelius, fait une synthèse des différentes origines possibles du nom César[A 123] :

« Les conjectures auxquelles a donné lieu le nom de César, le seul titre qu’ait porté le prince dont j’écris la vie, me paraissant devoir y être rapportées, je dirai que, suivant l’opinion des plus doctes et plus savants auteurs, ce mot vient de ce que le premier qui fut ainsi nommé avait tué dans un combat un éléphant, animal appelé Caesa dans la langue des Maures ; ou de ce qu’il fallut, pour lui donner le jour, faire à sa mère, qui était morte avant de le mettre au monde, l’opération appelée césarienne ; ou de ce qu’il naquit avec de longs cheveux ; ou enfin de ce que ses yeux étaient d’un bleu céleste et d’une vivacité extraordinaire. Mais il faut proclamer heureuse la nécessité, quelle qu’elle fût, de créer un nom devenu si fameux, et qui durera l’éternité du monde. »

Généalogie

Ascendance

Famille

Parents

Le père de Jules César, Caius Julius Caesar III, né vers 135 av. J.-C. et mort en 85, est le fils de Caius Julius Caesar II. Issu d’une famille patricienne comptant plusieurs consuls (Sextus Julius Caesar II et Sextus Julius Caesar III) il exerce au cours de sa vie les fonctions de questeur (99 ou 98), préteur (92) puis gouverneur d’Asie (91). Il meurt brusquement de cause naturelle à Pisae en 85.

Sa mère Aurelia Cotta, née en 120 et morte en 54 ou 53[A 43], est issue d’une famille plébéienne et consulaire (ses trois frères furent consuls). Pour Tacite et Plutarque[A 124], elle incarne la matrone romaine, exemplaire par l’éducation et le dévouement qu’elle porte à ses enfants et à sa famille et en particulier à son fils[N 18]. Devenue veuve en 85, elle ne se remarie pas et continue d’habiter avec ce dernier.

Sœurs

À l’exception de César, Caius Julius Caesar III et Aurelia Cotta ont eu deux autres enfants, deux filles, Julia Caesaris « Maior » (l’ancienne) et Julia Caesaris « Minor » (la jeune).

Les informations concernant Julia Caesaris « Maior » sont peu nombreuses. Suétone confirme l’existence de cette dernière car elle aurait selon lui participé à l’accusation de Clodius Pulcher poursuivi pour sacrilège et adultère[A 125]. Elle a au moins un fils, car différents auteurs mentionnent la part réservée à cet enfant dans le testament de César[A 126].

Julia Caesaris « Minor » naît en 101 et meurt en 51[N 19]. Elle épouse Marcus Atius Balbus, originaire d’Aricie, et est la mère de Atia Balba Caesonia et la grand-mère d’Octave, qui sera adopté par César et deviendra l’empereur Auguste.

Êpouses

Selon Suétone, Cossutia est la première femme de César, dont il divorce pour épouser Cornelia (la mère de sa fille Julia) pour des motifs politiques : « et quoiqu’on l’eût fiancé, dès son enfance, à Cossutia, d’une simple famille équestre, mais fort riche, il la répudia, pour épouser Cornélie, fille de Cinna, lequel a été quatre fois consul[N 20].

L’examen des rares sources et la compilation des études sur le sujet mènent à dégager l’hypothèse suivante. César, venant juste de revêtir la toge virile, a épousé Cossutia, issue d’une riche famille de l’ordre équestre, entre juillet 85 et juillet 84 av. J.-C. (sans doute à l’instigation de ses parents et pour des raisons financières, la famille n’étant pas spécialement riche) et en divorça l’année suivante, sous le consulat de Lucius Cornelius Cinna, dont il épousa la fille, Cornelia (un choix plus personnel traduisant une orientation politique qui ne s’est jamais démentie par la suite, César, bien qu’encore très jeune étant devenu le chef de famille à la mort de son père).

Plutarque, quant à lui, n’apporte pas une solution satisfaisante, car le récit qu’il fait de la vie de César comporte certaines incohérences : « Au retour de sa questure, il épousa en troisièmes noces Pompeia ; il avait de Cornélia, sa première femme, une fille, qui par la suite fut mariée au grand Pompée ». Le passage comporte une contradiction que Napoléon III avait déjà relevée en son temps[A 2]. Enfin, si Pompeia Sylla est la troisième femme de César, et Cornélia sa première, Plutarque ne mentionne pas l’identité de sa deuxième épouse. Il semble plus vraisemblable que Cornélia est la deuxième épouse de César et Cossutia sa première.

En 68, après avoir exercé les fonctions de questeur en Hispanie, César épouse Pompeia Sylla, car sa deuxième épouse Cornélia est morte l’année précédente[A 127]. Cinq ans plus tard, en 63, César est élu pontifex maximus et décide de divorcer à la suite de relations supposées entre sa femme et un jeune patricien, Clodius Pulcher. Enfin, en 59, il épouse Calpurnia Pisonis avec laquelle il restera lié jusqu’à sa mort en 44.

Enfants

Cornelia Cinna lui donne son unique enfant légitime[A 128], une fille prénommée Julia, qui naît en 83 ou 82 av. J.-C. et épouse Pompée en 60. Elle meurt en 54.

Au cours de son séjour en Égypte, César entretient des relations avec Cléopâtre VII qui accouchera plus tard (vers 47 ou plus probablement vers 44 ) d’un enfant, Ptolémée XV dit Césarion. Cependant, la paternité de César envers cet enfant est discutée par les historiens et semble déjà être l’objet d’une polémique peu de temps après la mort du dictateur[A 129]. Césarion est assassiné très jeune (15 ou 17 ans) par Octave (futur Auguste), le fils adoptif de César et premier empereur romain.

En 46 av. J.-C., César, sans descendance légitime, adopte son petit-neveu Octave par testament qui, selon l’usage romain en cas d’adoption, est désormais appelé Caius Julius Caesar Octavianus (Octavien). Il deviendra plus tard Auguste, premier empereur de Rome.

Enfin, César est peut-être le père de Brutus, qu’il aurait eu avec Servilia Caepionis en 85 av. J.-C. En effet, Plutarque rapporte la bienveillance de César envers celui-ci[A 130] et la croyance qu’il a acquise d’être le père naturel, l’enfant étant né durant la période où il fréquente Servilia Caepionis[A 131].

Vie amoureuse de César

Amours illustres

César entretient des relations particulières avec Servilia Caepionis, la mère de Brutus, dont la passion pour lui est publiquement connue à Rome[A 131] et qu'il semble lui-même tout spécialement apprécier. Ainsi, Suétone rapporte les divers présents et avantages qu’il offrit à sa bien-aimée, dont une perle d’une valeur de six millions de sesterces[A 35].

César a eu des relations amoureuses avec Eunoé, femme de Bogud, roi de Maurétanie[A 132]. C'est cependant sa liaison avec Cléopâtre VII qui est restée la plus célèbre. Suétone rapporte comment il remonte le Nil avec la reine d'Égypte[A 133] et la fait venir à Rome où il la comble d’honneurs et de présents[A 134]. C’est aussi pour lui un bon moyen de tenir sous contrôle l’Égypte, où trois légions sont présentes, et dont la place dans l’approvisionnement en céréales de l’Italie commence à devenir prépondérante. Toujours est-il que Cléopâtre est présente à Rome au moment de l’assassinat de son amant et qu’elle rentre rapidement dans son pays après le meurtre.

Réputation amoureuse

Suétone fait état d’une rumeur selon laquelle César, au début de sa carrière, aurait eu avec Nicomède IV, roi de Bithynie, des relations sexuelles où il aurait tenu le rôle passif : l'histoire le suit sa vie durant. Reprise par Cicéron, Caius Memmius et d'autres de ses adversaires politiques, elle lui vaut de la part de Bibulus, son collègue au consulat, le surnom de « reine de Bithynie ». Lors de son triomphe à Rome, après les campagnes en Gaule, ses soldats chantent encore : « César a soumis les Gaules, Nicomède a soumis César »[A 89]. Lui-même, selon Dion Cassius, rejette l'accusation, jusqu'à la nier sous serment[A 135].

Deux poèmes de Catulle laissent entendre que César et Mamurra, son ingénieur, auraient été amants[A 136] ; toutefois leur auteur, nous dit Suétone, s'en est par la suite excusé[A 137]. Quant à l'allégation, émise par Marc Antoine, selon laquelle Octave aurait obtenu d'être adopté par César au prix de faveurs sexuelles[A 138], elle relève pour le même Suétone de la catégorie des « bruits infâmes » les plus facilement démentis[A 139].

César s'est aussi vu attribuer des conquêtes féminines nombreuses, particulièrement dans les rangs de la haute société romaine : à Servilia Caepionis, Suétone ajoute Postumia, femme de Servius Sulpicius, Lollia, femme d’Aulus Gabinius, et Tertulla, femme de Marcus Crassus ; il évoque également des soupçons concernant Mucia, la femme de Pompée, et Tertia, la propre fille de Servilia[A 35]. Ce penchant de César pour les amours illicites est lui aussi chanté en vers par ses soldats lors de ses entrées triomphales[A 140] :

« Citoyens, surveillez vos femmes : nous amenons un adultère chauve.
Tu as forniqué en Gaule avec l’or emprunté à Rome. »

, rappelant que la calvitie dont il souffrait est un symbole de virilité[46].

Le mot qui le proclame « mari de toutes les femmes et femme de tous les maris », que Suétone attribue à Curion l'Ancien, rassemble les deux imputations de « sodomite » et d'« adultère »[A 132]. Comme le relèvent Florence Dupont et Thierry Éloi, si cette formule, lue avec le regard d'aujourd'hui, explique pour une bonne part la présence de César dans des recensions de « bisexuels célèbres »[N 21], elle n'a pas le même sens pour ses contemporains, dont les conceptions reposent sur d'autres catégories[47]. La société romaine ne réprouve pas qu'un citoyen ait des partenaires sexuels des deux sexes ; en revanche, elle fait d'un comportement sexuel passif le signe d'une soumission ou d'une infériorité indignes de son statut : une infamie qui, dans le cas de César, est contrebalancée, selon Eva Cantarella, par la réputation de virilité tirée de ses conquêtes, tant féminines que militaires[48]. Cependant les deux allégations symétriques renvoient au fond à la dénonciation d'une même hypersexualité, incontrôlée et dégradante[49] ; Florence Dupont et Thierry Éloi y lisent un lieu commun, un topos des discours sur les « tyrans », qui vise plus particulièrement, à propos de César, son aspiration supposée à la royauté[47].

État de santé de César

Selon Plutarque, la santé de César est fragile, ce dernier étant en effet sujet à de fréquents maux de tête et à des attaques d’épilepsie[A 141],[A 142],[A 143],[A 144]'[N 22].

Cette faiblesse de César et son mauvais état de santé semblent également être attestés par Suétone[A 145],[A 146],[A 147],[A 148]. Toutefois, Suétone souligne aussi l’endurance de César à la marche ou à la nage lors de ses campagnes[A 149].

D’autres auteurs font état, quant à eux, de malaises survenus tout à la fin de sa vie[A 150],[A 151].

Néanmoins, César n’aurait pas pu commander aussi efficacement ses troupes en Gaule s’il avait été en mauvaise santé. Quelle que soit la maladie l’affectant, il ne semble l’avoir éprouvée que tardivement. Les attestations de son « épilepsie » datent seulement des dernières années de sa vie (à Thapsus et peut-être à Munda). S’il en avait été autrement, Cicéron, qui ne le portait pas dans son cœur, ne se serait sûrement pas privé de l’attaquer sur le sujet, comme il l’a fait à propos d’une prétendue aventure avec le roi Nicomède IV de Bithynie. De plus, le diagnostic des maladies n’obéit pas aux mêmes critères qu’aujourd’hui et des symptômes ressemblant à ceux décrits très imprécisément par Plutarque et Suétone peuvent être dus à de nombreuses autres causes (hypoglycémie, malaise vagal, coup sur la tête, tumeur, hypotension orthostatique, etc.)[50].

Il est également fort probable qu’un filtrage des sources de l’époque ait été opéré par Auguste, censurant tout ce qui ne s’inscrit pas dans le cadre de sa propagande (y compris et surtout les œuvres de César autres que les Commentaires). César est mort entre 56 et 58 ans, ce qui constitue un âge honorable et une longue durée de vie pour l’époque. La vie tumultueuse qu’il a menée aura sûrement laissé des traces, étant donné qu’il ne se ménagea pas[réf. nécessaire].

Œuvres inspirées par la vie de César

Moyen Âge

Crédit image :
David Bellot
licence LGPL 🛈
César, roi de carreau, vestige de la série des Neuf Preux.

Jules César fait partie des personnages historiques les plus saillants de la culture mondiale. Sa popularité ne cesse de croître dès le XIIe siècle avec la diffusion du motif des Neuf Preux, neuf grandes figures historiques ou mythiques qui incarnent l'idéal du roi chevalier. De cette tradition subsiste encore aujourd'hui le roi de carreau de nos jeux de cartes.

Les Faits des Romains, au début du XIIIe siècle, est la première biographie en français entièrement consacrée à César, qui s’inspire des œuvres de César lui-même, Lucain, Suétone et Salluste ; ce texte historique fait aussi appel à des procédés empruntés au roman ou à la chanson de geste, et aura une grande influence sur l’image de César au Moyen Âge.

Au début du haut Moyen Âge, Saint Césaire de Terracina, diacre et martyr, à cause de son nom, a remplacé et christianisé le culte païen de Jules César et des empereurs romains[51] ; ceci favorise la naissance de la Passio S. Caesarii (Histoire de la vie du saint protecteur des Caesars romains). Saint Julian, associé en Italie à Saint Césaire, montre que le nom de l'église au palais impérial sur le mont Palatin à Rome, a été interprété dans le titre impérial qui a pris naissance avec Jules César[52].

De la Renaissance à l'âge moderne

Statue de Jules César réalisée par Nicolas Coustou en 1713.

Œuvres contemporaines

Littérature

D’innombrables historiens ont entrepris des biographies de Jules César, on peut citer Jérôme Carcopino, Joël Schmidt, Robert Étienne et Max Gallo parmi les contemporains. Sa vie a été reprise de façon plus romancée par des auteurs tels que Colleen McCullough et Conn Iggulden.

Bande dessinée

Dans la bande dessinée, Jules César apparaît dès 1948 dans Les Aventures d'Alix, de Jacques Martin. Il devient le protecteur d'Alix dans le premier épisode (Alix l'intrépide)[53] puis en fait son envoyé en Égypte (Le Sphinx d'or)[54]. On le retrouve ensuite périodiquement dans les aventures suivantes, sans qu'il ne joue jamais un grand rôle.

Jules César au faîte du pouvoir est, à partir de 1959, un personnage récurrent de la bande dessinée Astérix, créant une vision humoristique (mais non ridicule) qui sera une constante dans la représentation française grand public de César.

Dans un registre plus sérieux mais autant dramatique qu'historique, César apparaît aussi dans la série Vae victis !, publiée par Simon Rocca (scénario) et Jean-Yves Mitton (au dessin) chez Soleil en 15 tomes entre 1991 et 2006. La seconde moitié de la série retrace la guerre des Gaules.

Les années 2010 voient l'adaptation en bande dessinée de La guerre des Gaules par Tarek (au scénario) et Vincent Pompetti (au dessin) : le tome 1, Caius Julius Caesar, paraît chez Tartamudo en 2012.

Musique

Cinéma

Au cinéma, Jules César apparaît dans de nombreux films sérieux ou comiques. En France, il eut surtout droit à des péplums burlesques :

Il apparaît aussi dans les différentes adaptations cinématographiques d’Astérix :

Les rares apparations de Jules César dans des péplums non-burlesques en France sont dans les films suivants, qui retracent la guerre des Gaules ;

Jules César apparaît aussi dans quelques péplums italiens où il est traité de façon beaucoup plus dramatique et sérieuse, les Italiens s'identifiant aux Romains de la même façon que les Français s'identifient aux Gaulois, d'où le traitement principalement burlesque du personnage en France et plus noble en Italie. En Italie, il apparaît notamment dans les films suivants qui retracent également la guerre des Gaules :

Inversement, les réalisateurs anglo-saxons le figurent de façon plus dramatique, notamment dans les nombreuses versions cinématographiques de Cléopâtre :

Télévision

Les séries télévisées mettent tout aussi régulièrement en scène Jules César :

Mais la plupart de ses apparitions ont lieu dans des contextes qui se revendiquent davantage du genre historique :

Il apparaît également dans des documentaires et docufictions historiques :

  • en 2011, Alésia, le rêve d'un roi nu, docufiction français de Gilles Boustani et Christian Boustani avec Carlo Brandt dans le rôle de Jules César. Ce court-métrage d'un peu moins d'une demi-heure se concentre sur le siège d'Alésia et est projeté dans le cadre de l'exposition permanente du MuséoParc Alésia sur le site d'Alésia ;
  • en 2014, Jules César ou la gloire de Rome, documentaire français, quatre vint-sixième numéro de la série Secrets d'histoire. Diffusé pour la première fois le 25 novembre 2014 sur France 2, c'est aussi la dernière émission de Secrets d'histoire pour l'année 2014. Il s'agit d'un portrait de Jules César de sa naissance à sa mort, à travers les grands moments de sa vie et sur les lieux où il est passé ;
  • en 2015, Le dernier Gaulois, docufiction animé français réalisé en capture de mouvement de Samuel Tilman, avec Patrick Brull dans le rôle de Jules César[58].

Jeux vidéo

Jules César apparaît dans les trois jeux vidéo suivants, qui sont des jeux de stratégie temps réel conçus pour être joués sur ordinateur personnel. Dans ces trois jeux qui se déroulent pendant l'Antiquité romaine, César est un personnage jouable dans la campagne romaine qui retrace la guerre des Gaules de son point de vue :

Jules César apparaît également dans la plupart des jeux vidéo adaptés de la bande dessinée Astérix.

Depuis 1991, Jules César apparaît dans plusieurs opus du jeu de stratégie Civilization, développé par Firaxis Games et édité 2K Games.

Numismatique

  • Jules César figure sur une médaille souvenir éditée en 2012 par le MuséoParc Alésia, son profil est représenté comme sur les deniers romains de l'époque.

Citations

Plusieurs phrases attribuées à Jules César sont passées à la postérité :

  • « Les hommes croient en ce qu’ils désirent »[A 152].
  • « J'aimerais mieux être le premier dans un village que le second à Rome »[A 27].
  • « La femme de César ne doit pas être soupçonnée »[A 153].
  • « Alea jacta est » (Le sort en est jeté)[A 154].
  • « Veni, vidi, vici » (Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu)[A 78].
  • « Tu quoque mi fili » (Toi aussi mon fils)[A 95].
  • « Ils ne se rappelaient pas combien de tout petits motifs avaient souvent occasionné de grandes pertes »[59].
  • « Recommencer, ce n'est pas refaire »[59].
  • « Pas de vin, pas de soldats »[59].
  • « De tous les peuples gaulois, les Belges sont les plus braves »[59].
  • « Si les Gaulois sont ardents et prompts à entreprendre une guerre, pour supporter les désastres leur esprit est mou et sans résistance »[59].
  • « Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas, est celui qui trouble le plus »[59].

Portraits

Sur près de deux cents portraits représentant César, seuls vingt à vingt-cinq sont antiques et seulement trois sont considérés comme une représentation de son vivant : les pièces de monnaie à son effigie (sept types de pièces montrant son portrait vu de profil[60]), le portrait du musée archéologique de Turin découvert à Tusculum en 1825[61],[N 23] et un portrait du musée d’Arles découvert en 2007 dans le Rhône, dont l'identification à César ne fait toutefois pas l'unanimité[62]. Les caractéristiques de ces deux derniers portraits, fortement individualisés, les situent entre 50 et 44 av. J.-C., dans les dernières années de vie du dictateur. On distingue dans les deux cas un cou allongé, marqué de plusieurs plis, la pomme d’Adam saillante, de petits yeux enfoncés dans les orbites, des arcades sourcilières étirées, la disposition décalée des oreilles, les rides de vieillesse et d’expression, des joues émaciées avec les pommettes saillantes, la fossette supra-thyroïdienne[N 24] qui constitue une marque individuelle relativement rare, la calvitie avancée avec deux golfes temporaux creusés et masquée par une mèche de cheveux ramenée en avant par vagues successives, des déformations pathologiques (clinocéphalie — aplatissement du sommet du crâne — et hypertrophie bitemporale un peu plus marquée à gauche, signe de plagiocéphalie) probablement liées à un traumatisme à la naissance, enfin la même organisation des boucles de cheveux sur les tempes. Le dessin de profil est identique dans les deux représentations[63].

Parmi les autres portraits antiques de César, deux sont devenus des représentations « canoniques » célèbres à l’époque augustéenne, quand se mettent en place la propagande et l’image officielle du défunt : celui du musée Chiaramonti au Vatican et celui du Camposanto de Pise. Dans les deux cas, le visage est allongé, anguleux, les joues sont creuses, les lèvres serrées, la frange horizontale qui efface tout souvenir de la calvitie, ce qui fait penser à une œuvre de propagande augustéenne[64].

Chronologie

Sa vie

Consul

Ses magistratures et fonctions importantes

Notes et références

Notes

  1. « Séance du 5 décembre 2015 : G. Vassiliadès, « Écrire l'histoire sous les Triumvirs : Salluste et sa position politique » », sur Open Edition / Historiographies antiques : « Cet intérêt a été d'ailleurs alimenté par les deux Lettres que Salluste aurait adressées à César en 50 et 46 av. J.-C. et dans lesquelles il lui aurait donné des conseils pour le rétablissement politique et moral de la res publica. Or, l'authenticité de ces deux Lettres est très contestée ; il s'agit plus probablement des textes créés dans des Ecoles de rhétorique de l'époque impériale ».
  2. Dion Cassius (XLVII, 18, 6) raconte que les jeux en l’honneur d’Apollon tombant le jour de l’anniversaire de César, les triumvirs ordonnèrent en 42 de le célébrer la veille car les livres sibyllins interdisent que soit fêté ce jour-là un autre dieu qu’Apollon. La veille, c’est-à-dire le 12. Pour Cassius Dion, César était donc né le 13
  3. Les conditions d’âge pour accéder aux différentes magistratures du cursus honorum semblent démontrer que César serait né en 102.
    Titre Année Âge mini requis Si né en 100 Si né en 102
    édile 65 37e année 35e année 37e année
    préteur 62 40e année 38e année 40e année
    consul 59 43e année 41e année 43e année
  4. Plutarque rapporte sans autres précisions que César encore traqué s'évade et se retire en Bithynie (Plutarque, César, 1), tandis que Suétone donne des détails qui permettent de comprendre pourquoi César se rend en Bithynie (Suétone, César, 2).
  5. Plutarque et Suétone sont en désaccord complet sur la chronologie : Plutarque place l'enlèvement par les pirates et les cours de Molon avant le retour de César à Rome et l'affaire Dolabella, tandis que Suétone situe un bref séjour à Rome et le procès Dolabella en premier, puis l'épisode des pirates et les études de rhétorique auprès de Molon.
  6. Selon Appien (Guerres civiles, II, 8) César a 25 millions de sesterces de dettes.
  7. Selon Appien, Servilia mit au monde Marcus Junius Brutus au moment où César est son amant, d’où l’hypothèse d’une paternité : Appien, Guerres civiles, II, 112.
  8. Cette loi est citée par Valère Maxime (Actions et Paroles mémorables, III, 7, 9.
  9. Captifs dont Vercingétorix, pour la Gaule, Arsinoé pour l'Égypte et le jeune fils de Juba pour la Numidie
  10. 22 000 tables de trois lits selon Plutarque (Vie de César, 60).
  11. Outre Decimus Junius Brutus Albinus, Lucius Minucius Basilus, Servius Sulpicius Galba et Caius Trebonius sont cités dans l’index de l’édition de Maurice Rat de la Guerre des Gaules, Garnier Flammarion, 1964.
  12. Valerius Publicola faillit y laisser la vie, Spurius Cassius, Manlius Capitolinus, les Gracques en furent les victimes
  13. Le nombre précis est indéterminé. Suétone parle de plus de mille sénateurs, mais selon les ouvrages modernes, l'effectif du sénat passe à 800 sénateurs (M. Christol, D. Nony, Rome et son empire, des origines aux invasions barbares, Hachette, collection HU, 2003) ou à 900 (George Hacquard, Jean Dautry, O Maisani, Guide romain antique, Hachette, 1952, 50e édition en 2005.
  14. Estimée pour une valeur globale de 700 millions de sesterces selon Cicéron (Philippiques, VIII, 26), se composant selon Pline l'Ancien (Histoires naturelles, XXXIII, 17) de 15 000 livres d’or en lingots, 35 000 livres d’argent également en lingots et 40 millions de sesterces.
  15. Le numismate Henry Cohen recense toutefois une émission en or du proconsul Pompée conduisant son quadrige de triomphe en 67 av. J.-C. (Pompée C19). Cette émission en or ne connut pas de suite.
  16. Environ 10 % des émissions selon Georges Depeyrot.
  17. Selon Pline l’Ancien (Histoires Naturelles, VII) le nom proviendrait d’un ancêtre né par « césarienne ».

    « Les enfants dont les mères meurent en leur donnant le jour, naissent sous de meilleurs auspices : c’est ainsi que naquit Scipion l’Africain l’ancien, et le premier des Césars, ainsi nommé de l’opération césarienne qu’on fit à sa mère. »

  18. Notamment lorsque son fils part postuler à l’élection difficile de pontifex maximus : Plutarque, César, 7.
  19. Octave, né en 63, prononça son éloge funèbre à 12 ans : Suétone, Auguste, 8.
  20. Suétone (César) écrit : « dimissa Cossutia quae familia equestri sed admorum dives praetextato desponsata furat (...) ». Toute l’interprétation de ce passage repose sur la traduction de dimissa. Le verbe dimittere semble toujours avoir été employé par Suétone avec le sens de divorcer : (en) Monroe E. Deutsch, Caesar's first wife, Classical Philology, vol. 12, no 1, janvier 1917, p. 93-96.
  21. Il figure par exemple parmi les 36 « Bisexuals-Past and Present » sélectionnés par (en) Fred Klein, The Bisexual Option, p. 136.
  22. Chez Suétone, cette maladie est également attestée sous l’appellation de « fièvre quarte ».
  23. Buste découvert en 1825 par Lucien Bonaparte, lors des fouilles du forum de Tusculum. Conservé au musée archéologique de Turin, le buste est daté de 44 av. J.-C. et pourrait être la représentation la plus fidèle de César, le visage ayant selon une hypothèse pu être réalisé à partir du masque mortuaire de cire de l'empereur ou d'après le bronze qui en aurait été tiré. Source : Luc Long, Secrets du Rhône : les trésors archéologiques du fleuve à Arles, Actes Sud, , p. 247.
  24. Constriction au-dessus du cartilage thyroïde.

Références antiques

  1. a et b Suétone, César, 1.
  2. a et b Plutarque, César, 5 :

    « Au retour de sa questure, il épousa en troisièmes noces Pompeia ; il avait de Cornélia, sa première femme, une fille, qui par la suite fut mariée au grand Pompée. »

    Le passage comporte une contradiction que Napoléon III, dans son Histoire de Jules César (1865), a déjà relevée en son temps :

    « Plutarque dit que Cornelia fut la première femme de César, quoiqu’il prétende qu’il épousa Pompeia en troisièmes noces. »

  3. Plutarque, Brutus, 5 :

    « Il voulait, dit-on, en cela obliger Servilie, mère de Brutus, qui l’aimait éperdument : et comme Brutus naquit pendant que cette passion était dans toute sa force, César se persuada qu’il en était le père. »

  4. Macrobe, Saturnales, I, 12 :

    « Au mois de juin succède celui de juillet (...), appelé quintilis (...). Mais dans la suite, d’après une loi portée par le consul M. Antonius, fils de Marcus (Marc-Antoine), ce mois fut appelé Julius, en l’honneur du dictateur Jules César, qui naquit dans le même mois, le quatrième jour des ides quintiles. »

    Pour Macrobe, César naît le 12. Cette date est confirmée par les Fasti Amiterni (le 12 juillet est considéré comme férié parce César est né ce jour-là) et les Fasti Antiates.
  5. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 41, 2 :

    « Il avait environ dix-huit ans à l’époque où Sylla s’empara du pouvoir et, comme les lieutenants et les partisans de Sylla, plus que leur chef lui-même, le recherchaient pour le tuer, il changea de costume et prenant un vêtement peu en rapport avec sa condition, s’échappa de Rome pendant la nuit. »

    En effet, l’avènement de Sylla avait eu lieu en 82 av. J.-C., ce qui donne bien 100 av. J.-C. comme date de naissance possible pour César.
  6. Plutarque, César, 55 :

    « César mourut âgé de cinquante-six ans, et ne survécut guère que de quatre ans à Pompée. »

  7. Suétone, César, 88 :

    « Il périt dans la cinquante-sixième année de son âge, et fut mis au nombre des dieux, non seulement par le décret qui ordonna son apothéose, mais aussi par la foule, persuadée de sa divinité. »

  8. Appien, Guerres Civiles, II, 149 :

    « Toutefois César, méprisant ces prédictions, malgré l’assurance avec laquelle le devin les lui adressait, ainsi que les autres présages dont j’ai parlé, s’en alla et périt, à l’âge de cinquante-six ans. »

  9. Eutrope, Abrégé d’Histoire Romaine, VI, 24 :

    « Dès son retour à Rome l’année suivante, César se fit lui-même consul pour la quatrième fois et partit immédiatement pour l’Espagne où les fils de Pompée, Cnaeus et Sextus, avaient déclenché une formidable guerre. De nombreux engagements eurent lieu, le dernier à proximité de la ville de Munda, dans lequel César fut si près d’être battu que, voyant ses armées céder, il fut enclin à se tuer, afin qu’au moins, après tant de gloire à la guerre, il ne tombât pas, à l’âge de cinquante-six ans, aux mains de jeunes hommes. »

  10. Pline l'Ancien, Histoires naturelles, VII, 53.
  11. Suétone, César, 46.
  12. Tacite, Annales, XI, 25.
  13. Suétone, César, 6.
  14. Tacite, Dialogue des orateurs, 28, 6.
  15. Cicéron, Brutus.
  16. Cicéron, Lettres à Atticus.
  17. Suétone, César, 2 et 49.
  18. Plutarque, César, 2 et 3 ; Suétone, César, 4.
  19. Plutarque, César, 3.
  20. Plutarque, César, 5.
  21. Dion Cassius, Histoire romaine, XXXVII, 10.
  22. Dion Cassius, Histoire romaine, XXXVII, 27.
  23. Suétone, César, 13 ; Plutarque, César, 7.
  24. Suétone, César, 14.
  25. Suétone, César, 17.
  26. Salluste, Conjuration de Catilina, XLIX et LI.
  27. a et b Plutarque, César, 12.
  28. Appien, Guerres civiles, II, 8 ; Suétone, César, 18.
  29. Appien, Guerres civiles, II, 9.
  30. a et b Suétone, César, 19.
  31. Plutarque, César, 14.
  32. a et b Suétone, César, 20.
  33. Pour cette série de mesures voir : Appien, Guerres civiles, II, 13 ; Dion Cassius, XXXVIII, 7 ; Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 44.
  34. Digeste, XLVIII, 11.
  35. a b et c Suétone, César, 50.
  36. Suétone, César, 22.
  37. Suétone, César, 23.
  38. Aulu-Gelle, Nuits attiques, XVII, 9.
  39. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, V, VI et VII.
  40. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, I, III, V, VI, VIII.
  41. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, V, 24-25.
  42. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, VII, 81 ; VIII.
  43. a b et c Suétone, César, 26.
  44. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, I, 35, 40, 45.
  45. Plutarque, Pompée, 53
  46. a et b Plutarque, Pompée, 54.
  47. Cicéron, Ad Familiares, lettre à Lucullus
  48. Cicéron, De Provinciis Consularibus.
  49. Jules César, La Guerre des Gaules, IV.
  50. Plutarque, César, 26.
  51. Plutarque, Pompée, 53 ; Velleius Paterculus, II, 44, 47 ; Florus, IV, 2, 13 ; Lucain, I, 113.
  52. Valère Maxime, Faits et dits mémorables, IV, 6, 4.
  53. Velleius Paterculus, II, 47 ; Suétone, Jules César, 26 ; Lucain, V, 474 ; IX, 1049.
  54. Dion Cassius, XXXIX. 64.
  55. Dion Cassius, XL, 44.
  56. Sénèque, Ad Marciam, De consolatione, XIV, 3.
  57. Ciceron, Oration for Publius Quinctius, III, 1; Lettres à Atticus, IV, 17.
  58. Plutarque, Pompée, 55.
  59. a et b Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 47.
  60. Suétone, César, 27.
  61. Plutarque, Pompée, 56-59.
  62. Plutarque, Vie de César, 30.
  63. Plutarque, César, 16.
  64. Plutarque, César, 32.
  65. Appien, Guerres civiles, II, 26.
  66. Hirtius, Commentaires sur la guerre des Gaules, VIII, 50.
  67. Hirtius, Commentaires sur la guerre des Gaules, VIII, 52 ; Appien, Guerres civiles, II, 27-28.
  68. Hirtius, Commentaires sur la guerre des Gaules, VIII, 54, 55.
  69. Plutarque, Vie de César, 33.
  70. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 49.
  71. Jules César, Commentaire sur la guerre civile, I.
  72. Plutarque, César, 37 ; Suétone, César, 32, repris par Appien, Guerres civiles, II, 38.
  73. Appien, Guerres civiles, II, 37-38.
  74. Flavius Josèphe, Antiquités juives, VIII, 7, 4.
  75. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 51-53.
  76. a b et c Suétone, César, 35.
  77. Plutarque, César [réf. incomplète].
  78. a et b Plutarque, César, 56.
  79. Dion Cassius, Histoire de Rome, XLII, p. 52-55.
  80. Plutarque, César, 58.
  81. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 56.
  82. Suétone, César, 38.
  83. Suétone, Auguste, 8.
  84. a et b Plutarque, César, 62
  85. Dion Cassius, XLIII, 42.
  86. Cicéron, Pro Marcello, Pro Q. Ligario, Pro Rege Deiotarus.
  87. Dion Cassius, XLIII, 43.
  88. a et b Suétone, César, 40.
  89. a et b Suétone, César, 45.
  90. Dion Cassius, XLIV, 7, 2-3.
  91. Plutarque, Brutus, 10-13.
  92. Appien, Guerres civiles, II, 107.
  93. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 57.
  94. Plutarque, Vie de César, 16.
  95. a b et c Suétone, César, 82.
  96. Suétone, César, 82 ; Plutarque, César, 65 et Brutus, 17 ; Velleius Paterculus, II, 56 ; Nicolas de Damas, César, 24 ; Dion Cassius, XLIV, 19 ; Appien, Guerres civiles, II, 117-118 ; Flavius Josèphe, Bellum Iudeorum, I, 218 ; Valère-Maxime, IV, 5, 6 et VIII, 11, 2 ; Florus, II, 13 ; Eutrope, VI, 17, 5 ; Orose, Histoire, VI, 20.
  97. a et b Suétone, César, 79 ; Plutarque, César, 66.
  98. Suétone, César, 78 ; Plutarque, César, 66.
  99. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 56 ; Suétone, César, 79 ; Plutarque, César, 67.
  100. Plutarque, César, 67.
  101. Plutarque, César, 63.
  102. Plutarque, César, 66.
  103. Suétone, César, 86-87.
  104. Plutarque, César, 63 ; Appien, Guerres civiles, II, 115.
  105. Suétone, César, 83.
  106. Appien, Guerres civiles, II, 148.
  107. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 58.
  108. (la) C. Julii Caesaris, Commentarii de bello gallico et civili (lire en ligne)
  109. Suétone, César 56 : « César a laissé aussi des mémoires sur ses campagnes dans les Gaules et sur la guerre civile contre Pompée. Pour l'histoire des guerres d'Alexandrie, d'Afrique et d'Espagne, on ne sait pas quel en est l'auteur. Les uns nomment Oppius, et les autres Hirtius, qui aurait même complété le dernier livre de la guerre des Gaules, laissé inachevé par César. »
  110. Strabon, Géographie, IV, 1, c. 177.
  111. Plutarque, César, 22 ; Symmaque, Ep., 4, 18.
  112. Cicéron (ad Atticum, 13, 50, 1), Tacite (Annales, 4, 34), Suétone (Vie des Douze César, 56, 3), Plutarque (César, 54), Appien, Juvénal et Dion Cassius.
  113. Pline le Jeune, Lettres, V, 3, 5.
  114. Suétone, César, 56.
  115. a et b Suétone, César, 61.
  116. Dion Cassius, XLIII, 25.
  117. Appien, Guerres civiles, II, 68.
  118. Suétone, César, 39.
  119. Suétone, César, 44.
  120. Suétone, César, 41, Auguste, 40.
  121. Martial, IV, 64 ; Juvénal, III, 256.
  122. Sextus Pompeius Festus, De la signification des mots, III.
  123. Histoire Auguste, Aelius, II, 3.
  124. Plutarque, César, 10.
  125. Suétone, César, 74 :

    « Appelé en témoignage contre Publius Clodius, qui était à la fois accusé de sacrilège et convaincu d’adultère avec Pompeia, sa femme, il [César] affirma ne rien savoir, quoique sa mère Aurélia et sa sœur Julie eussent fidèlement déclaré aux mêmes juges toute la vérité. »

  126. Appien, Guerre civile, III, 22-23.
  127. Plutarque, César, 5, 6.
  128. Tacite, III, VI

    « ...ainsi le divin Jules, privé de sa fille unique »

  129. Suéton, César, 52 :

    « Quelques auteurs grecs ont écrit que ce fils lui ressemble pour la figure et la démarche ; M. Antoine affirma, en plein sénat, que César l’a reconnu ; et il invoqua le témoignage de C. Matius, de C. Oppius, et des autres amis du dictateur. Mais Caius Oppius crut nécessaire de le défendre et de le justifier sur ce point, et publia un livre pour démontrer que le fils de Cléopâtre n’était pas, comme elle le disait, fils de César. »

  130. Plutarque, Brutus, 5 :

    « On dit que, dans cette journée, César témoigna pour lui le plus vif intérêt : il recommanda à ses officiers de ne pas le tuer dans le combat, et, s’il se rendait volontairement, de le lui amener ; s’il se défendait contre ceux qui l’arrêteraient, de le laisser aller, et de ne lui faire aucune violence. »

  131. a et b Plutarque, Brutus, 5.
  132. a et b Suétone, César, 52.
  133. Suétone, César, 52 :

    « Il remonta le Nil avec elle sur un vaisseau pourvu de cabines ; et il aurait traversé ainsi toute l’Égypte et pénétré jusqu’en Éthiopie, si l’armée n’eût refusé de les suivre. »

  134. Suétone, César, 52 :

    « Enfin il la fit venir à Rome, et ne la renvoya que comblée d’honneurs et de récompenses magnifiques. »

  135. Dion Cassius, Histoire romaine, 43, 20.
  136. Catulle, Carmina, 29 et 57.
  137. Suétone, César, 73.
  138. Suétone, Auguste, 68.
  139. Suétone, Auguste, 71.
  140. Suétone, César, 51.
  141. Plutarque, César, 1 :

    « Un jour qu’il était malade et qu’il fut obligé de se faire porter pour changer de maison, il tomba la nuit entre les mains des soldats de Sylla, qui faisaient des recherches dans ce canton »

  142. Plutarque, César, 18 :

    « ...car il avait la peau blanche et délicate, était frêle de corps et sujet à de fréquents maux de tête et à des attaques d’épilepsie, dont il avait senti les premiers accès à Cordoue. Mais, loin de se faire, de la faiblesse de son tempérament, un prétexte pour vivre dans la mollesse, il cherchait dans les exercices de la guerre un remède à ses maladies ; »

  143. Plutarque, César, 58 :

    « d’autres prétendent que César ne fut pas présent à l’action ; qu’au moment où il rangeait son armée en bataille et donnait ses ordres, il fut pris d’un accès d’épilepsie, maladie à laquelle il était sujet ; que, lorsqu’il en sentit les premières atteintes et qu’il était déjà saisi du tremblement, avant que la maladie ne lui eût entièrement ôté l’usage de ses sens et de ses forces, il se fait porter dans une des tours voisines, où il attendit en repos la fin de l’accès. »

    (à Thapsus)
  144. Plutarque, César, 66 :

    « LXVI : Il ne daigna pas se lever à leur arrivée ; et, leur donnant audience comme aux plus simples particuliers, il leur dit qu’il fallait diminuer ses honneurs plutôt que de les augmenter. Le sénat ne fut pas plus mortifié de cette hauteur que le peuple lui-même, qui crut voir Rome méprisée dans ce dédain affecté pour les sénateurs ; tous ceux qui n’étaient pas obligés par état de rester, s’en retournèrent la tête baissée et dans un morne silence. César s’en aperçut et rentra sur-le-champ dans sa maison ; là, se découvrant la poitrine, il criait à ses amis qu’il était prêt à la présenter au premier qui voudrait l’égorger. Enfin, il s’excusa sur sa maladie ordinaire, qui, disait-il, ôte à ceux qui en sont attaqués l’usage de leurs sens, quand ils parlent debout devant une assemblée nombreuse ; saisis d’abord d’un tremblement général, ils éprouvent des éblouissements et des vertiges qui les privent de toute connaissance. »

    (lors d’un incident avec le Sénat quelques semaines avant sa mort : une possible perte de connaissance suivie d’un accès de colère incontrôlée).
  145. Suétone, César, 4 :

    « …et, non sans la plus vive indignation, il resta leur prisonnier l’espace d’environ quarante jours, n’ayant près de lui qu’un médecin et deux esclaves du service de sa chambre ; »

    (quand il fut prisonnier des pirates au début de sa vie : la présence d’un médecin à ses côtés a-t-elle une signification particulière ?)
  146. Suétone, César, 45 :

    « ...deux fois aussi, il fut atteint d’épilepsie dans l’exercice de ses devoirs publics (comitiali quoque morbo bis inter res agendas correptus est). »

    (sans plus de précision)
  147. Suétone, César, 59 :

    « Bien plus, étant tombé en sortant de son vaisseau, il tourna dans un sens favorable ce présage et s’écria : « Afrique, je te tiens ! » »

    (il se prend les pieds dans le tapis ou il a un malaise ?)
  148. Suétone, César, 81 :

    « Tous ces présages, et le mauvais état de sa santé, le firent hésiter longtemps s’il ne resterait pas chez lui, et ne remettrait pas à un autre jour ce qu’il avait à proposer au Sénat. »

    (le matin de sa mort)
  149. Suétone, César, 57 :

    « Il excellait à manier les armes et les chevaux, et il supportait la fatigue au-delà de ce qu’on peut croire. Dans les marches il précédait son armée, quelquefois à cheval, mais le plus souvent à pied, et la tête toujours nue, malgré le soleil ou la pluie. Il franchissait les plus longues distances avec une incroyable célérité, sans apprêt, dans une voiture de louage, et il faisait ainsi jusqu’à cent milles par jour. Si des fleuves l’arrêtaient, il les passait à la nage ou sur des outres gonflées »

    .
  150. Appien, Guerres civiles, II, 110 :

    « Pour sa part, soit qu’il abandonnât ses espérances, soit qu’il fût las et cherchât désormais à éviter ces tentatives ou ces manœuvres calomnieuses, soit qu’il eût voulu se retirer de la ville à cause de ses adversaires, soit qu’il désirât soigner une maladie, qui se manifestait sous forme de perte de conscience et de convulsions, et qui l’affectait surtout dans des périodes d’inactivité, il projeta une grande campagne contre les Gètes et les Parthes. »

  151. Nicolas de Damas, La mort de César :

    « En ce jour, en effet, les amis de César, influencés par quelques mauvais présages, voulurent l’empêcher de se rendre au Sénat ; ses médecins, inquiets des vertiges dont il était quelquefois tourmenté, et qui venaient de le saisir de nouveau, l’en dissuadaient de leur côté ; »

    (le jour de sa mort au moment de se rendre au Sénat, attesté par d’autres auteurs).
  152. Jules César, Commentaires sur la guerre des Gaules III, 18.
  153. Cicéron, Lettres à Atticus 1, 13 ; Plutarque, César, 9, 10, 11 ; Dion Cassius, Histoire romaine, 37, 45 ; Suétone, César, 6, 2.
  154. Suétone, César, 32. ; Plutarque, César, 37.

Références bibliographiques

  1. The J. Paul Getty Museum, Ancient Portraits in the J. Paul Getty Museum: Volume 1, Getty Publications, (ISBN 0892360712), p. 27
  2. Yann Le Bohec, dans son ouvrage César, Que sais-je ?, remarque que la paternité de César envers Ptolémée XV est discutée par les historiens. En effet, pour H. Heinen, Césarion, fils de Cléopâtre, est né en 47 av. J.-C. des œuvres de César. Pour Jérôme Carcopino, Césarion est né en 44 av. J.-C. d’un autre père.
  3. a b c et d Yann Le Bohec, César, PUF, coll. « Que sais-je ? », p. 4-9.
  4. Jean G. Préaux, « Pseudo-Salluste. Lettres à César. Invectives. Texte établi, traduit et commenté par Alfred Ernout », L'antiquité classique, t. 33,‎ , p. 492-493 (lire en ligne).
  5. Caporcino 2013[réf. incomplète].
  6. a et b Nicolet Claude, « La Table d'Héraclée et les origines du cadastre romain », École Française de Rome,‎ (lire en ligne).
  7. a et b Résumé d'une thèse doctorale de 2017 prônant la datation au IIIe siècle
  8. a b et c (en) William Smith, Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, vol. 1, Boston, Little, Brown, and Company, (lire en ligne), p. 536-539 (items no 14, 15 et 18).
  9. (de) Wilhelm Drumann, Geschichte Roms in seinem Übergang von der republikanischen zur monarchischen Verfassung, oder : Pompeius, Caesar, Cicero und ihre Zeitgenossen [« Histoire de Rome dans sa transition de la constitution républicaine à la constitution monarchique, ou : Pompée, César, Cicéron et leurs contemporains »], Leipzig (6 volumes, avec Paul Groebe), 1899-1929 (réimpr. éditions Olms, Hildesheim, 1964), 2e éd. (1re éd. 1834-1844, Kœnigsberg).
  10. a b c d e f g et h Collectif, Historiens romains. Historiens de la République, t. 2 : César, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », , « Introduction », p. 12-28.
  11. Hypothèse émise par François Hinard, Sylla, Fayard, 1985, (ISBN 978-2-213-01672-6), p. 130.
  12. Robert Étienne, Jules César, Fayard, , p. 43
  13. (en) Angus Konstam, Piracy. The Complete History, Osprey Publishing, , p. 17-19
  14. François Hinard, Sylla, Fayard, 1985, p.  249-250.
  15. Virginie Girod 2019, p. 31.
  16. Virginie Girod 2019, p. 32.
  17. Virginie Girod 2019, p. 37.
  18. William Smith (ed.), A New Classical Dictionary of Greek and Roman Biography, Mythology and Geography, 1851.
  19. Jérôme Carcopino 2013, p. 383.
  20. Jérôme Carcopino 2013, p. 386.
  21. Jérôme Carcopino 2013, p. 424.
  22. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 55.
  23. François Hinard, « Genèse et légitimation d'une institution nouvelle. La tribunicia potestas d'Auguste », Rome, la dernière république,‎ , p. 309-330.
  24. Strauss 2015. Voir aussi Guillermo Altares, Un nuevo nombre entre los asesinos de Julio César, El Pais, 8 mars 2015.
  25. a b et c Marcel Le Glay, Rome, Grandeur et Déclin de la République, Perrin, 1990, réédité en 2005, (ISBN 978-2-262-01897-9), p. 49-51.
  26. D. Sedley, "The ethic of Brutus and Cassius", Journal of Roman Studies, 87, 1997, p. 41-53.
  27. Jérôme Carcopino, Jules César, Bartillat, (ISBN 978-2-84100-545-1), p. 564.
  28. Jean-Christophe Piot, L’authentique histoire des fausses citations (7/8). «Tu quoque mi fili», Mediapart, 10 août 2019.
  29. Joël Schmidt, Jules César, Folio Biographie, Gallimard, 2005 [réf. incomplète].
  30. Michel Christol et Daniel Nony, Rome et son empire, des origines aux invasions barbares, Hachette, collection HU, 2003 [réf. incomplète].
  31. Ronald Syme, La révolution romaine, Gallimard, 1967, p. 63.
  32. Accoce et Rentchnick, Ces malades qui nous gouvernent, Stock, 1976
  33. Régis Martin, Les douze Césars, Les Belles Lettres, 1991.
  34. a b c d et e Luciano Canfora, César : Le Dictateur Démocrate, Flammarion, coll. « Grandes Biographies », « Annexe 1 : César écrivain », p. 337-345
  35. a b c d e f g h i j k et l L.-A. Constans, A. Balland dans Jules César, Guerre des Gaules, tome 1, introduction au texte et à l'auteur p. VII-XVI, 1995.
  36. Philippe Torrens, « Guerre d'Espagne du Pseudo-César. Texte établi et traduit par Nicole Diouron », L'antiquité classique, t. 70,‎ , p. 298-300
  37. Notices d'introduction des récits à la collection Budé.
  38. Claude Nicolet, Michel Rambaud, « César (-101--44) », sur Encyclopædia Universalis (consulté le ).
  39. Pierre Grimal, La littérature latine, p. 183.
  40. a et b Jérôme Carcopino, La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire, Hachette, 1939, rééd. 2002, (ISBN 978-2-01-279078-0), chapitres 1 et 2.
  41. Georges Depeyrot, La Monnaie romaine : 211 av. J.-C. - 476 apr. J.-C., Errance, 2006, (ISBN 978-2-87772-330-5)
  42. Henry Cohen, Description historique des monnaies frappées sous l’Empire romain, monnaies de César, Paris, 1892,
  43. Philippe Dain, Mythographe du Vatican, vol. 3, Presses universitaires de Franche-Comté, , p. 61
  44. (en) Ernst Badian, « From the Iulii to Caesar », dans Miriam Griffin (éd.), A Companion to Julius Caesar, Wiley-Blackwell, , p. 13.
  45. (en) Ernst Badian, « From the Iulii to Caesar », dans Miriam Griffin (éd.), A Companion to Julius Caesar, Wiley-Blackwell, , p. 13-14.
  46. (en) Kerry Segrave, Baldness. A Social History, McFarland, , p. 4.
  47. a et b Florence Dupont et Thierry Éloi, L'Érotisme masculin dans la Rome antique, Belin, 2001, « Flamininus, Sylla, César : quelques grands molles de la République », p. 271-292
  48. Eva Cantarella, Selon la nature, l'usage et la loi : La bisexualité dans le monde antique, La Découverte, coll. « Textes à l'appui », 1991, p. 226-230.
  49. Géraldine Puccini-Delbey, La vie sexuelle à Rome, Points, 2010, (1re éd. Tallandier, 2007, p. 291.
  50. Maurice Pont, « La maladie de Jules César », Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, vol. 52, no 1,‎ , p. 86-93.
  51. Lugli Giuseppe, Forma Italiae, Regio I, Latium et Campania, I, Ager Pomptinus, Pars I, Anxur-Terracina, Roma 1926
  52. Michael Perham, The communion of saints, Published for the Alcuin Club by S.P.C.K., 1980
  53. « Alix – #01 : Alix L’intrépide », sur arretetonchar.fr (consulté le )
  54. « Alix – #02 : Le sphinx d’or », sur arretetonchar.fr (consulté le )
  55. Orion, « Chronique d'Helvetios par Eluveitie », sur auxportesdumetal.com (consulté le )
  56. Catalogue des films français de fiction de 1908 à 1918 de Raymond Chirat, Éric Le Roy, Cinémathèque française, musée du cinéma, 1995.
  57. « Le dernier Gaulois : tout sur l'émission, news et vidéos en replay », sur France2 (consulté le ).
  58. a b c d e et f « 14 citations de Jules César - Ses plus belles citations », sur dicocitations.lemonde.fr (consulté le ).
  59. Saléha Gherdane, documentaire « Arles, le trésor englouti », France 5, 23 mai 2014, 37 min 45 s.
  60. Photo du buste de Tusculum.
  61. E. Rosso, « Le portrait tardo-républicain en Gaule méridionale : essai de bilan critique », Revue archéologique, 50-2, 2010, p. 259-307 résumé sur Cairn.info.
  62. Luc Long, Secrets du Rhône : les trésors archéologiques du fleuve à Arles, Actes Sud, , p. 244.
  63. Luc Long, Secrets du Rhône : les trésors archéologiques du fleuve à Arles, Actes Sud, , p. 241.

Annexes

C. Iulii Caesaris quae extant, 1678.

Œuvres authentifiées et apocryphes de Jules César

Récits de guerre du pseudo-César

  • Guerre d'Espagne (trad. Nicole Diouron), Les Belles Lettres, coll. « Collection des Universités de France « Budé » », , CIX – 248 p.
  • Guerre d'Afrique (trad. Alphonse Bouvet), Les Belles Lettres, coll. « Collection des Universités de France « Budé » », (1re éd. 1949), LXV – 308 p.
  • Guerre d'Alexandrie (trad. J. Andrieu), Les Belles Lettres, coll. « Collection des Universités de France « Budé » », (1re éd. 1954), XCIV – 182 p.

Sources antiques

Recueil du IVe siècle de 86 biographies d'hommes illustres d'Énée à Cléopâtre, longtemps attribué à Aurelius Victor, il contient bon nombre d'erreurs, se basant sur la mauvaise lecture de sources. [lire en ligne]
L'œuvre s'arrête en 60 av. J.-C., le livre concernant César est très fragmentaire.
Attribuée à Julius Celsus, auteur quasi contemporain mais qui a été écrite par Pétrarque.
Il utilise Tite-Live
Il utilise Tite-Live.
Les livres CIII à CXVI sont perdus, ils n'en subsistent que les periochae qui s'apparentent à des sommaires.

Bibliographie

  • Christophe Badel, César, PUF, 2019.
  • Luciano Canfora, Jules César, le dictateur démocrate, trad. par Corinne Paul Maïer et Sylvie Pittia, Flammarion, Paris, 2001.
  • Jérôme Carcopino, Jules César, Bartillat, (ISBN 978-2-84100-545-1). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Robert Étienne, Jules César, Fayard, Paris, 1997. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Max Gallo, Cesar Imperator, Paris, XO, 2003.
  • Alessandro Garcea, Tout César. Discours, traités, correspondance et commentaires, Robert Laffont, 2020.
  • Virginie Girod, La véritable histoire des douze Césars, Perrin,
  • Conn Iggulden, série de romans Imperator (deux premiers tomes (sur quatre) disponibles en français), 2005-2006.
  • Eberhard Horst, César, la naissance d'un mythe, Marabout histoire, 1981.
  • Yann Le Bohec, César chef de guerre, Monaco, Éditions du Rocher, 2001.
  • Yann Le Bohec, César, Que sais-je ? no 1049, 1994, 128 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Yann Le Bohec, Histoire des guerres romaines : Milieu du VIIIe siècle avant J.-C. -410 après J.-C., Paris, Tallandier, coll. « L'art de la guerre », , 606 p. (ISBN 979-10-210-2300-0).
  • Jean Malye, La véritable histoire de Jules César, Les Belles Lettres, 2007 (textes traduits et commentés).
  • Paul M. Martin, Tuer César !, Complexe, « La mémoire des siècles », Bruxelles, 1988.
  • Christian Meier, César, Seuil, Paris, 1989.
  • Theodor Mommsen, Histoire romaine, V, Fondation de la monarchie militaire.
  • Napoléon Ier a dicté à Sainte-Hélène un Précis des guerres de César, Paris, 1836.
  • Napoléon III, Histoire de Jules César, 1865. [lire en ligne].
  • Laurent Olivier, César contre Vercingétorix, Éditions Belin, Paris, 2019.
  • Michel Rambaud, L'art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Paris, Les Belles Lettres, 2011 (2e édition).
  • Joël Schmidt, Jules César, Folio Biographies Inédit, Gallimard, 2005.
  • Tarek et Vincent Pompetti, La guerre des Gaules, tome 1, Tartamudo, 2012.
  • Voltaire, La mort de César, 1736.
  • Gérard Walter, César, Marabout, 1980.
  • (en) Barry Strauss, The death of Caesar : the story of history's most famous assassination, New York,, Simon & Schuster, , 323 p. (ISBN 9781451668797)
  • (en) S. Weinstock, Divus Iulius, Oxford, 1971, 469 p.
  • (en) Maria Wyke, Caesar in the USA, University of California Press, Berkeley, 2012, xii + 306 p. (ISBN 978-0-520-27391-7) (voir le compte-rendu de John Poirot in H-War, H-Net Reviews décembre 2014).
  • (de) Wolfgang Will, Veni, vidi, vici. Caesar und die Kunst der Selbstdarstellung. Wissenschaftliche Buchgesellschaft/Primus, Darmstadt 2008 (Geschichte erzählt, Vol. 11) (ISBN 978-3-89678-333-2).

Articles connexes

Liens externes