Fédération jurassienne

Fédération jurassienne
Image illustrative de l’article Fédération jurassienne
Logotype officiel.
Présentation
Fondation 12 novembre 1871
Disparition 1880
Siège Saint-Imier
Journal Bulletin de la Fédération jurassienne
Idéologie anarchisme
Affiliation internationale Internationale antiautoritaire

La Fédération jurassienne fondée le 12 novembre 1871 par James Guillaume et Adhémar Schwitzguébel à Sonvillier en Suisse était la représentante de l’anarchisme en Suisse. Acquise aux idées libertaires de Mikhaïl Bakounine, elle s’affirme durant une décennie comme la figure de proue de l’Internationale antiautoritaire.

Après l'exclusion de Bakounine et de James Guillaume de l'Association internationale des travailleurs au congrès de La Haye en , elle organise le Congrès de Saint-Imier qui regroupe les fédérations de l'Internationale (italienne, espagnole, française et deux sections américaines) qui refusent de reconnaître la politique menée par le Conseil général de Londres dominé par Karl Marx.

Historique

Hôtel de la Balance à Sonvilier ou est fondée la Fédération Jurassienne le 12 novembre 1871.

Ses principales figures sont Mikhaïl Bakounine, James Guillaume, Adhémar Schwitzguébel, Severino Albarracín, Carlo Cafiero, Errico Malatesta, ou encore Élisée Reclus. Ils étaient engagés auprès de l'AIT et des événements de la Commune notamment à Lyon et Besançon.

En 1866 est fondée une section de l''Association internationale des travailleurs à Saint Imier.

Le congrès de Sonvillier de 1871

Le 30 octobre 1871 se réunissent à Saint Imier au restaurant de la Clef les délégués des sections jurassiennes de la première Internationale : Auguste Spichiger du Locle, James Guillaume et Adhémar Schwitzguébel du Jura. Ils décident de la tenue d'un congrès régional à Sonvillier à l'Hotel de la Balance[1].

La Fédération Jurassienne est fondée officiellement le 12 novembre 1871 à Sonvillier par James Guillaume et Adhémar Shwitzguébel[2] durant le congrès de Sonvillier[3],[4]. À l'origine la fédération s'oppose aux thèses de Marx sur le rôle politique et sa conception d'un État populaire, rejoignant en cela les thèses anarchistes de Bakounine, ce qui conduit en 1872 à l'exclusion des tenants marxistes de la fédération[5].

James Guillaume, anarchiste suisse, membre de la Fédération jurassienne.

Huit sections régionales sont représentées au congrès de Sonvillier : le graveur Frédéric Graisier, et le guillocheur Auguste Spichiger pour Le Locle, l'horloger Numa Brandt pour La-Chaux-de-Fonds, le serrrurier A. Dupuis, et le typographe James Guillaume pour Neuchatel, l'horloger boitier Henri Devenoges et le graveur guillocheur Léon Schwitzguébel pour Courtelary, l'horloger Fritz Tschui et le graveur Justin Guerber pour Sonvillier, : les horlogers A. Scheuner et Louis Cartier pour Saint Imier, les graveurs et guillocheurs du district Courtelary Charles Chopard et Alfred Jeanrenaud, l'horloger Christian Hofer pour Moutier[6].

Le congrès de Saint Imier de 1872

Hôtel de Ville à Saint Imier où fut fondée officiellement la Fédération Jurassienne.

Le pacte de Saint-Imier, acte de naissance de l’Internationale antiautoritaire, fut adopté le dans le cadre d’un congrès extraordinaire à l'Hôtel de Ville convoqué dans l’urgence par la Fédération jurassienne au lendemain du congrès de l’Association internationale des travailleurs à La Haye. Mikhaïl Bakounine présente alors ses idées au restaurant de la clef[7],[5],[8]. Le restaurant de la clef est détruit en 1996[9]. Le congrès est considéré comme l'acte fondateur de la fédération, mais les statuts avaient déjà été communiqués lors du congrès de Sonvillier[1].

Active à l’origine surtout dans le Jura bernois et les Montagnes neuchâteloises, elle tisse peu à peu sa toile et à son apogée, vers 1877, elle compte une trentaine de sections réparties dans les cantons de Berne, Neuchâtel, Bâle, Vaud, Fribourg et Genève.

Kropotkine participe également à la fédération jurassienne dans la dernière partie de son existence[5].

La Fédération jurassienne disparaît en 1880, sous le coup de dissensions idéologiques et de la mécanisation de l’industrie horlogère.

Bulletin de la Fédération jurassienne

Premier Bulletin de la Fédération Jurassienne du 15 février 1872 écrit par James Guillaume.

Ses revendications s’expriment dans les colonnes du Bulletin de la Fédération jurassienne, publié entre février 1872 et 1878[10],[2],[11]. Le bulletin est imprimé à quelques 600 exemplaires, compte 300 adhérents et est distribué dans plusieurs pays.

Bulletin de la Fédération jurassienne.

Publications

  • Bulletins de la Fédération Jurassienne (1872-1878) [lire en ligne]

Bibliographie

  • Marianne Enckell : La fédération jurassienne, Âge d'Homme, Lausanne, 1971 (rééditions: Canevas Éditeur), Saint-Imier 1991, (ISBN 2-88382-008-2).
Nouvelle édition en 2012 : Marianne Enckell, La Fédération jurassienne, Entremonde, Genève/Paris, 2012, (ISBN 978-2-940426-16-4), lire en ligne Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • La Fédération jurassienne et l’Internationale antiautoritaire, Mémoires d'ici, Centre de recherche et de documentation du Jura bernois, texte intégral.
  • Charles Thomann, Le Mouvement anarchiste dans les Montagnes neuchâteloises et le Jura bernois, thèse présentée à la Faculté de Droit de l'Université de Neuchâtel, Imprimerie des Coopératives Réunies, La Chaux-de-Fonds, 1947, texte intégral.
  • Augustin Souchy, Association internationale des travailleurs, Encyclopédie anarchiste initiée par Sébastien Faure, 1925-1934, lire en ligne.
  • Le Congrès de l'Internationale Anti-autoritaire, Saint-Imier, 15-, [lire en ligne].

Références

  1. a et b « DIJU - Lexikon des Jura – Kongress von Sonvilier (12. November 1871) », sur diju.ch (consulté le )
  2. a et b « Fédération jurassienne », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le )
  3. « De Londres à Saint-Imier : naissance d'un mouve- ment anarchiste dans les montagnes jurassiennes » [PDF], sur https://www.m-ici.ch/, (consulté le )
  4. Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds, « L'anarchisme dans le Jura bernois et les Montagnes neuchâteloises » Accès libre [PDF], sur https://biblio.chaux-de-fonds.ch, (consulté le )
  5. a b et c « Les anarchistes jurassiens contre l'autorité », sur rts.ch, (consulté le )
  6. « DIJU - Lexikon des Jura – Kongress von Sonvilier (12. November 1871) », sur diju.ch (consulté le )
  7. « Restaurant de la Clef, Saint-Imier », sur notrehistoire.ch, (consulté le )
  8. « DIJU - Lexikon des Jura – Restaurant «de la Clef» in Saint-Imier (1835-1996) », sur diju.ch (consulté le )
  9. « L'esprit de Bakounine » (consulté le )
  10. Fédération jurassienne Auteur du texte, « Bulletin de la Fédération jurassienne de l'Association internationale des travailleurs », sur Gallica, (consulté le )
  11. Marianne Enckell, La Fédération jurassienne les origines de l'anarchisme en Suisse, Saint Imier, Entremonde, , 143 p. (ISBN 978-2-940426-16-4 et 2-940426-16-3, OCLC 835986288, lire en ligne), p62

Liens externes

Articles connexes

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Membre de la Fédération jurassienne.