Edgard de Larminat

Officier général francais 5 etoiles.svg Edgard de Larminat
Le général de Larminat (au centre) le 25 avril 1945, à Saint-Palais-sur-Mer avec le général de Gaulle, président du GPRF, et André Diethelm, ministre de la Guerre.
Le général de Larminat (au centre) le 25 avril 1945, à Saint-Palais-sur-Mer avec le général de Gaulle, président du GPRF, et André Diethelm, ministre de la Guerre.

Naissance
Alès, France
Décès (à 66 ans)
Paris, France
Origine Flag of France.svg Française
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général d'armée
Années de service 1914-1962
Commandement 1re division française libre
2e corps d’armée français (armée B)
Forces françaises de l'Ouest
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Bataille de Verdun
Campagne de Tunisie
Guerre du désert
Campagne d'Italie
Débarquement en Provence
Distinctions Grand-croix de la Légion d'honneur
Compagnon de la Libération
Croix de Guerre 1914-1918
Croix de guerre 1939-1945
Croix de guerre des TOE
Famille Famille de Larminat

Emblème
Liste des Compagnons de la Libération

Edgard de Larminat, né le à Alès (Gard) et mort le à Paris, est un général français, qui combattit lors des deux guerres mondiales. Compagnon de la Libération, il est l'un des premiers militaires français à rejoindre les forces françaises libres en 1940.

Biographie

Edgard de Larminat naît en 1895 à Alès, dans le Gard, où son père est officier des eaux et forêts, il étudie successivement à Alès, Gap, Troyes et Dijon. Admissible au concours de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1914, il passe les oraux, qui sont interrompus par la déclaration de la Première Guerre mondiale.

Première Guerre mondiale

Engagé à Dijon comme simple soldat au 27e RI, il est détaché au 134e RI, où il suit les cours spéciaux des élèves de Saint-Cyr. Puis, affecté en janvier 1915 au 321e RI, il est promu aspirant en août puis sous-lieutenant en décembre[1].

Blessé par éclat d'obus au fort de Vaux, durant la bataille de Verdun, en juin 1916, alors qu'il tient sa position depuis trois jours avec sa compagnie, il refuse de se faire évacuer avant la fin des opérations. Élevé au grade de lieutenant en décembre 1916 et de capitaine en septembre 1917, il est gazé en mars 1918 et blessé par éclat d'obus en juin suivant[1].

Larminat termine cette guerre avec quatre citations, la Légion d'honneur et le grade de capitaine. Il a 23 ans[1].

Maroc, Mauritanie puis Indochine

En octobre 1919, il choisit l'infanterie coloniale et part pour deux ans et demi au Maroc. Là, il prend part au combat contre les Djebalas en avril-mai 1921. Puis il est attaché à l'état-major du gouverneur général en AOF, avant d'être nommé commandant en Mauritanie.

Entre 1925 et 1928, il est successivement affecté au 1er bataillon de tirailleurs sénégalais, au 1er régiment d’infanterie coloniale (RIC) et au 22e RIC.

En mai 1928, il se rend en Indochine, où il intègre le cabinet militaire du gouverneur général. Promu chef de bataillon en septembre 1929, il prend le commandement du 4e régiment de tirailleurs sénégalais à Fréjus, en février 1931.

Puis, de 1933 à 1935, il étudie à l'École de guerre et en sort lieutenant-colonel.

Le 27 octobre 1937, à Beyrouth, il épouse Suzanne Mahé, née le 27 juin 1902 à Paris 17e, une femme d'origine juive[2].

Seconde Guerre mondiale

En mars 1940, il est promu colonel, alors qu'il est chef d’état-major du général commandant les troupes du Levant. En mai 1940, il est nommé chef d'état-major du général commandant le théâtre d'opérations du Moyen-Orient.

En juin, refusant la défaite, il diffuse des ordres pour créer une force de volontaires destinée à rejoindre les Britanniques, ce qui lui vaut d’être arrêté et emprisonné à Damas. Il s’évade rapidement et rejoint les Forces françaises libres (FFL) en Palestine.

En août 1940, il organise depuis Léopoldville le ralliement du Moyen-Congo à la France libre. Nommé gouverneur général de l'Afrique-Équatoriale française (AEF) puis membre du Conseil de défense de l'Empire, haut-commissaire, il est nommé au grade de général de brigade en juillet 1941. De son côté, le régime de Vichy le condamne à mort par contumace.

Le , il publie la Position des Français libres vis-à-vis des problèmes nationaux.

Il organise des bataillons africains des FFL formant la 1re division française libre et la colonne Leclerc.

En décembre 1941, il est nommé adjoint du général Catroux, commandant en chef au Levant, et prend le commandement des 1re et 2e brigades FFL pendant la campagne de Libye, où il organise la défense de Bir Hakeim. En juillet 1942, il subit un grave accident de voiture sur la route du Caire à Alexandrie, en Égypte.

Promu au grade de général de division en septembre 1942, il prend le commandement de la 1re DFL en janvier 1943 et se rend en Tunisie. En juin 1943, il devient chef d'état-major général des FFL.

Il rejoint le corps expéditionnaire français du général Juin, où il commande, en juin 1944, un corps de poursuite composé de la 1re DFL et de la 3e DIA. Là, son sens tactique et son esprit de décision lors des combats contre les Allemands dans la région de Viterbe lui valent une nouvelle citation en juin 1944. En août 1944, il participe au débarquement en Provence à la tête du 2e corps d'armée, au sein de l'armée B, future 1re armée.

En octobre 1944, il est nommé à la tête des Forces françaises de l'Ouest sur le front de l'Atlantique et chargé de réduire la résistance allemande des poches de l'Atlantique, notamment Lorient, La Rochelle, Rochefort et Royan-pointe de Grave. Pendant l'hiver 1944-1945, il réorganise les FFI en cinq divisions d'infanterie. Ainsi, en avril 1945, il prend toutes les positions allemandes de la Gironde et libère le port de Bordeaux. Après la capitulation de l'Allemagne, il prend possession de La Rochelle, Saint-Nazaire et Lorient.

Après-guerre

En novembre 1945, il est nommé inspecteur général des Troupes d'Outre-mer. Il dirige la délégation française à la conférence des experts militaires français et britanniques qui organise le départ des troupes françaises de Syrie en 1946[3]. En juin 1947, il est mis en cause, avec les généraux Juin, Kœnig, Béthouart et Guillaudot, dans l'affaire dite du plan Bleu et relevé de son commandement le 2 juillet, avant que l'affaire ne retombe[4],[5],[6].

Promu aux rang et appellation de général d'armée en 1953, il manifeste son soutien au projet de Communauté européenne de défense[7],[8]. Nommé Inspecteur des troupes coloniales en 1955, il est versé un an après en 2e section du cadre de réserve.

Il est le premier président de l'Association des Français libres de juin 1945 à 1962[9].

Le , le général de Gaulle le nomme président de la Cour militaire de justice chargée de juger les participants au putsch d'Alger d' en lieu et place du Haut Tribunal militaire. Toutefois, son état de santé se dégrade, et il est hospitalisé au Val-de-Grâce[10] le 19 juin[11], suite à un malaise cardiaque[12] ; il y reste une dizaine de jours[11]. Le lendemain, La Nation Française publie un article intitulé « La "cour militaire de justice" présidée par un malade mental ? » dans lequel est inséré un texte présenté comme un rapport du général Catroux du [13]. L'information, qui met en cause la santé mentale de Larminat, est reprise par Ernest Denis, député du Nord, dans une question écrite au ministre de la Justice Jean Foyer en date du 22 juin, puis par Jean-Louis Tixier-Vignancour, avocat de la défense, le 27 juin, lors du procès du lieutenant Degueldre. Les comptes-rendus de séance parus dans la presse la diffusent[10]. Le 1er juillet, il se suicide à son domicile en se tirant une balle dans la bouche[14].

Différentes hypothèses ont été émises pour expliquer ce geste. Selon le site de l'ordre de la Libération, « Craignant de ne pouvoir, physiquement et moralement, mener à bien cette dernière mission, le général de Larminat met fin à ses jours, le 1er juillet 1962 à Paris[15] ». Certains [16] avancent que la raison de son suicide aurait été son refus de juger les putschistes. Cette hypothèse est notamment défendue par l'un de ses parents éloignés, Jean-Marie de Larminat. Tel n'est pas le point de vue de sa proche famille : ses neveux directs, notamment Jacques de La Ferrière et Henri de Larminat [17] ont défendu l'idée que rien dans sa vie ni dans ses écrits ne pouvait faire penser que le général de Larminat ait eu la moindre hésitation entre l'OAS et de Gaulle, pas plus qu'il n'en avait eu entre la France libre et Vichy. Dans ses mémoires, Pierre Messmer indique qu'« en 1960 et 1961, jusqu’au putsch d’Alger, Larminat venait périodiquement [lui] reprocher ce qu’il appelait [sa] "faiblesse" à l’égard de certains officiers généraux ou supérieurs ». Pour lui, ce suicide exprime un refus de « juger des hommes qu’il condamnait en conscience mais dont il comprenait trop bien l’indiscipline »[18].

Citation

« Je me souviens qu'à la fin de la guerre, mon cousin Henri et moi marquions l'avance des armées alliées avec des petits drapeaux portant le nom des généraux commandant des armées ou des corps d'armées. J'ai oublié le nom de presque tous ces généraux (Bradley, Patton, Joukov) mais je me souviens du nom du général de Larminat »

— Georges Perec, Je me souviens, no 37

Décorations

Décorations françaises, des colonies françaises ou interalliées

Décorations étrangères

Devise

  • « Pur et dur »[19].

Publications

  • Que sera la France de demain ?, Éditions France, 1943, 24 pages.
  • L'Armée dans la Nation, Paris, Office français d'édition, 1945, 40 pages (articles parus dans Renaissances, nº 1, 3 et 6, novembre 1943-juillet 1944, sous le pseudonyme « Entraigue »).
  • Bertie Albrecht, Pierre Arrighi, Général Brosset, D. Corticchiato, Jean Prévost, 5 parmi d'autres (en collaboration avec Édith Thomas, Jacques Lecompte-Boinet, René Char et Vercors), Paris, Les Éditions de Minuit, 1947, 95 pages.
  • L'Armée européenne, Paris, Berger-Levrault, 1952, 90 pages.
  • Chroniques irrévérencieuses, Paris, Plon, 1962, 406 pages.

Hommages

Notes et références

  1. a, b et c Dominique Lormier, « Edgard de Larminat », dans Les Grandes figures de la Résistance française 1940-1945, Éditions Sud-Ouest, (ISBN 9782817704159, lire en ligne)
  2. Siba N. Grovogui, Beyond Eurocentrism and Anarchy : Memories of International Order and Institutions, Springer, , 283 p. (ISBN 9781137083968), p. 255.
  3. Documents diplomatiques français, vol. 1 : 1er janvier-30 juin 1946, Paris, Commission de publication des documents diplomatiques français/Peter Lang, , 987 p. (ISBN 9789052019819), p. 288 et passim
  4. Jean-Marie Augustin, Le plan bleu : Un complot contre la République en 1947, Geste, , 317 p., p. 51-52 et 198.
  5. Georgette Elgey, La République des illusions, 1945-1951, Paris, Fayard, , 555 p., p. 331.
  6. François Broche, Une Histoire des Antigaullismes : Des Origines à Nos Jours, Paris, Christian de Bartillat, , 627 p. (ISBN 9782841003952), p. 290.
  7. Gérard Bossuat, La France et la construction de l'unité européenne, de 1919 à nos jours, Paris, Armand Colin, , 280 p. (ISBN 9782200282004, lire en ligne).
  8. Paul-Marie de La Gorce, Apogée et mort de la IVe République: 1952-1958, Paris, Grasset, , 622 p. (ISBN 9782246795469, lire en ligne)
  9. « Association des Français libres »
  10. a et b Yves-Frédéric Jaffré, Les Tribunaux d'exception, 1940-1962, Paris, Nouvelles Éditions Latines, , p. 330
  11. a et b Antoine Champeaux et Paul Gaujac (dir.), Le débarquement de Provence : Actes du colloque international organisé les 5, 6 et 7 octobre 2004 à Fréjus, Lavauzelle, , 550 p., p. 363.
  12. François Broche, De Gaulle secret, Pygmalion/Gérard Watelet, , 240 p. (ISBN 9782857043850), p. 103.
  13. Philippe Ariès, Le Présent quotidien (1955-1966), Paris, Le Seuil, 552 p. (ISBN 9782021318470, lire en ligne)
  14. Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l'année, Hachette, , p. 160.
  15. « Notice biographique d'Edgard de Larminat »
  16. Site piedsnoirs-aujourdhui.com : Le suicide du général de Larminat
  17. « Les vraies causes du suicide du général de Larminat », Historia, no 610,‎ .
  18. Pierre Messmer, Après tant de batailles..., Paris, Albin Michel, (ISBN 2226058516), p. 277-278
  19. Jean Anne Chalet, Peau de grenouille : histoire d'un petit village de la « poche » de Saint-Nazaire, août 1944-mai 1945, S. Godin, 1980, p. 113

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Biographie sur le site de l'ordre de la Libération
  • Manifeste aux Français de l'Afrique équatoriale française, 20 août 1940
  • L'Esprit du mouvement de la France libre, 23 août 1940
  • Position des Français libres vis-à-vis des problèmes nationaux, 18 février 1941
  • L'Esprit des Français libres, 14 août 1943
  • Famille de Larminat