André Glucksmann

André Glucksmann
André Glucksmann (cropped).jpg
André Glucksmann en 2012.
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Œuvres principales
Discours de la guerre
La Cuisinière et le mangeur d’hommes
Les Maîtres penseurs
Silence on tue
Enfant
Distinction

André Glucksmann, né Joseph André Glucksmann, le à Boulogne-Billancourt et mort dans la nuit du 9 au [1] à Paris, est un philosophe et essayiste français.

Engagé dans sa jeunesse dans le maoïsme, il est ensuite associé au courant dit des « nouveaux philosophes » et évolue progressivement vers une position atlantiste et néolibérale.

Biographie

Histoire familiale et enfance

André Glucksmann est issu d'une famille juive d'Europe centrale. Sa mère, Martha Bass (1903-1973) est née à Prague, dans ce qui était alors l'Empire austro-hongrois. Son père, Rubin Glucksmann (1889-1940), originaire de Czernowitz, au nord de la Bucovine, région jadis roumaine (actuellement en Ukraine), a combattu pendant la Première Guerre mondiale dans l'armée impériale. Militants sionistes de gauche, ils choisissent, indépendamment l'un de l'autre, d'émigrer en Palestine mandataire au cours des années 1920[4]. Martha travaille un temps dans un kibboutz, qu'elle quitte désabusée[5] pour revenir à Jérusalem, où elle trouve un emploi de cuisinière. C'est alors qu'elle rencontre son futur époux[6], qui travaille comme ouvrier à la construction de routes. Déçus par le sionisme, les deux jeunes gens adhèrent en 1923 au Parti communiste palestinien[7]. Leurs filles Eliza et Miriam naissent à Jérusalem en 1924 et 1928. Vers la fin de la décennie, Rubin est recruté par les services secrets soviétiques, et dès 1930, sur ordre du Komintern, le couple quitte la Palestine pour s'installer à Hambourg, d'où Rubin, devenu officiellement agent d'assurance, peut effectuer de nombreux voyages en Europe centrale et en Union soviétique[8]. Sa situation devient dangereuse, après la prise du pouvoir par les nazis en 1933. En 1935, apprenant qu'ils sont recherchés par la Gestapo, les Glucksmann s'enfuient en France et s'installent à Boulogne-Billancourt[9]. Rubin est à présent employé par la Wostwag, une société écran du Komintern, dont l'une des activités principales est de fournir du matériel aux Républicains espagnols[9].

Le , Martha met au monde un garçon, que ses parents prénomment André Joseph, en hommage à Etkar Josef André, cadre dirigeant d'origine juive du Parti communiste d'Allemagne (KPD), décapité quelques mois plus tôt à Hambourg et dont le nom vient d'être donné au troisième bataillon des Brigades internationales en Espagne[10],[11]. Peu après cette naissance, Rubin part travailler à Londres, tandis que Martha reste en France pour permettre à leurs filles d'y poursuivre leur scolarité. L'historien Sebastian Voigt décrit la fonction de Rubin à Londres comme revêtant une grande importance pour l'Union soviétique[12]. Dès le début de la Seconde Guerre mondiale, Rubin est arrêté et interné comme beaucoup d'autres immigrants par les autorités anglaises[13]. Il meurt le dans le naufrage de l’Arandora Star, qui l'emmenait au Canada pour y être interné comme « agent ennemi ». Après l'invasion de la France par l'armée allemande et l'occupation de la zone nord, Martha Glucksmann gagne la zone libre avec ses trois enfants et rejoint la Résistance[12]. En 1941, la famille est internée dans le camp militaire de Bourg-Lastic, près de Clermont-Ferrand, d'où elle doit être déportée en Allemagne ; mais Martha, pressentant le drame, suscite la rébellion dans le camp, si bien que les autorités préfèrent la libérer avec ses enfants pour éviter la contagion de cette rébellion[14]. Après la guerre, elle se remarie avec Paul Kessler, un cadre du Parti communiste autrichien, et restera jusqu'à sa mort en 1973 étroitement liée au Parti communiste[15].

Les années d'études et d'enseignement

Le jeune André, qui a choisi de rester en France, suit des études secondaires au lycée scientifique et technologique La Martinière à Lyon. Dès 1950, en falsifiant son âge, il adhère à l'Union de la jeunesse républicaine de France[16]. Au cours des années suivantes, il y côtoiera Raymond Bellour, Jean-Jacques Brochier et Georges Valero. Élève d'hypokhâgne puis de khâgne au lycée du Parc[réf. nécessaire], il participe, avec d'autres lycéens et étudiants lyonnais, à la rédaction du journal Partis pris, dans lequel il publie des poèmes[17]. En 1956, il milite à l'Union des étudiants communistes, qui vient d'être créée. Il y défend, au nom du cercle des élèves communistes des classes préparatoires du lycée Henri IV, une position « dissidente », demandant que l'UEC soit indépendante du parti et ne s’aligne pas nécessairement et par principe sur ses positions. Quelques mois plus tard, il en sera exclu, pour avoir refusé de vendre L'Humanité après la répression de l'insurrection de Budapest[18].

Entré à l’École normale supérieure de Saint-Cloud en 1957, il y rencontre Christine Lecocq-Buci, qu'il épouse le . Ils divorceront officiellement en . En André épousera Françoise Villette[19], avec laquelle il a un fils, le futur essayiste Raphaël Glucksmann.

Reçu à l'agrégation de philosophie en 1961, il est nommé professeur au lycée de jeunes filles Juliette Récamier, à Lyon[20], où il enseignera quelques années.

En , il achève un essai sur le western, qui paraîtra deux ans plus tard sous le titre « Les aventures de la tragédie » dans Le Western. Approches, mythologies, auteurs, acteurs, filmographies, recueil publié sous la direction de son camarade Raymond Bellour dans la collection 10/18.

En 1966, il entre comme attaché de recherches au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Au cours des deux années suivantes, il suivra de manière plus ou moins régulière les séminaires de Jacques Lacan et de Raymond Aron.

Dans le numéro de des Temps modernes, il publie, sous le titre « Un structuralisme ventriloque », une analyse très critique des travaux de Louis Althusser sur Marx.

En décembre de la même année, alors qu'il est assistant de Raymond Aron à la Sorbonne, il publie aux éditions de L'Herne Le Discours de la Guerre, « mélange de philosophie, de stratégie militaire, de dissuasion nucléaire et de théorie des jeux », selon la description qu'il en donnera vingt ans plus tard. L'auteur, encore inconnu, est littéralement « adoubé » par Jacques Lacan au cours de son séminaire du [21]. Le livre, tiré à peu d'exemplaires[22], fait en outre l'objet d'une recension très élogieuse dans Le Monde du suivant sous la plume d'André Fontaine, chef du service de politique étrangère. Il sera réédité en 1974 dans la collection 10/18 avec une préface de Jeannette Colombel.

L'engagement maoïste de 1968 à 1974

Militant maoïste entre 1968 et 1974, et ardent défenseur de la Révolution culturelle chinoise, il s'oppose physiquement aux militants du Parti communiste français, qu'il qualifie de révisionnistes bourgeois, au sein du mouvement de la Gauche prolétarienne (GP), rejointe début 1969, laquelle, au témoignage d'un ancien étudiant syndiqué non communiste de l'UNEF, « se faisait une spécialité d’injurier, voire de molester les militants de la CGT et de l’Union des étudiants communistes (UEC) »[23].

Mai-juin 1968

En , André Glucksmann a trente ans. Les événements qui vont marquer ce printemps, il les suit, au moins dans un premier temps, avec un certain détachement, comme il l'expliquera plus tard à son fils, étonné de l'entendre dire qu'il a « croisé Mai 68 par amour » (pour Françoise Villette-Renberg) et non « pour la révolution » :

« La lutte finale ? Je pensais avoir donné adolescent. Comme en témoignait mon honorable exclusion des rangs communistes en 1956 […] Mai 68. Depuis quelques jours, les étudiants jouent aux gendarmes et aux voleurs dans les rues de Paris, je les regarde s'ébrouer de loin. Voilà quelques années, j'ai quitté leur cour de récréation. Mon premier livre, Le Discours de la guerre, vient de sortir. […] Les mathématiciens du CNRS et les généraux de l'École de guerre apprécient. Je m'engueule, courtoisement, avec Raymond Aron sur les prouesses de son ami McNamara au Vietnam. Je bois des coups avec Barthes et Lacan m'adoube. Althusser m'offre d'expliquer « mon » Hegel à son séminaire. Une brillante carrière universitaire s'annonce. J'ai les cheveux ni trop longs ni trop courts, je m'habille chez Lassance, le jour des soldes, et la révolution m'ennuie. Mais rien n'est jamais acquis et le coup de foudre ne se décrète pas. […] Une Salomée en Levis et tee-shirt me tire par la main. Elle dit : « Tu viens ou pas ? », insiste : « Si c'est non, c'est fini. » Je la suis[24]. »

Dans les semaines qui suivent, il collabore, de manière anonyme, à la rédaction du journal Action, que le journaliste Jean Schalit, ex-dirigeant exclu de l'Union des étudiants communistes (UEC) a créé dès le début de mai, avec Jean-Claude Dollé et Jean-Marcel Bouguereau, et dont le premier numéro, sorti le , lançait un appel à la grève générale et à l'insurrection[25].

Au mois de juillet, il fait paraître chez Christian Bourgois un essai intitulé Stratégie et révolution en France 1968, dans lequel il soutient que jamais depuis un siècle un mouvement n'avait ressemblé d'aussi près à celui que Marx avait en tête en 1848[26],[27]. À l'instar d'Alain Krivine, qui dénonce « la trahison du PCF et du PS »[28], il explique l'échec du mouvement, par l'absence d’une force organisée[29].

À l'automne 1968, parmi les étudiants qui avaient érigé en juin une barricade devant l'usine Renault de Flins[30],[31] un groupe mené par Guy Hocquenghem rompt avec le courant majoritaire de la Ligue communiste révolutionnaire d'Henri Weber et Daniel Bensaïd, les deux auteurs de Mai 68, une répétition générale[32],[33], pour former plutôt une « 3e tendance »[34] : ils sont aussi contre celle des « esthètes de la révolution », visant en particulier les frères Daniel et Gabriel Cohn-Bendit[34], et pour « la rigueur organisationnelle fondée sur l’autodiscipline et l’exigence militante »[34]. Cette tendance groupe « spontanéiste et mouvementiste »[35] inclut aussi Marc Hatzfeld, Michel Besmond, André Glucksmann[35] et surtout sa compagne Françoise Renberg, qui s'oppose vigoureusement[33] au projet d'adhérer à la Quatrième Internationale trotskyste[32].

Avec Michel Andrieu, Renan Pollès, Patrick Meunier et Jacques Kebadian, Françoise Renberg-Villette fait partie des étudiants de l'IDHEC qui ont filmé la Grève des mineurs français de 1963[36] puis confié les rushes à la CGT locale sans jamais les revoir[36]. Devenu Atelier de Recherche Cinématographique ce groupe a tourné quatre films avant et pendant Mai 68[36], au moment où Jeannette Colombel, la mère de Françoise, quitte le PCF[37]. Avec Serge July et Michel Fontaine[37] et se dit « gauchiste », pas « maoïste »[37]. Françoise Renberg codirigera à partir de 1970 avec André Glucksmann le journal J'accuse, couplé à La Cause du Peuple[38].

La Gauche prolétarienne est fondée en [39], après cinq mois de discussion, par Benny Lévy, Robert Linhart[39], ex-leader de l'UJCMLF (scission maoïste de l'UEC en 1967), Serge July et Alain Geismar, deux militants de mai 1968 partis passer l'été à Cuba, où ils ont écrit le livre Vers la guerre civile[39],[40]. Déçue de l'échec de Mai 68, cette GP a réuni en janvier une « assemblée nationale ouvrière »[41] avec des « établis » maoïstes en entreprise, pour remplacer la ligne de « construction d'une CGT de lutte de classe » du PCMLF, qui militait à la CGT[41] par un « combat contre les syndicats » en fondant des « comités de base ».

Les cercles parisiens de cette « 3e tendance » sont dissous et les militants exclus de la JCR lors d’une assemblée générale à l’École de médecine au début de 1969[34], sauf Marc Hatzfeld et Françoise Renberg-Villette[32], qui participeront au congrès de fondation de la Ligue communiste à Manheim du 5 au [32]. Certains rejoindront la Gauche prolétarienne et d'autres comme Guy Hocquenghem aller écrire dans Tout![32], journal de Vive la révolution, dirigé par Roland Castro et Tiennot Grumbach[32] puis créer le Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR).

De la Sorbonne à l'Université de Vincennes

Dès , à la Sorbonne, une assemblée générale est pilotée par un « comité d'action », mené par Jean-Marc Salmon et André Glucksmann[42], dans le sillage du numéro de novembre du journal Action[42], pour dénoncer les conditions de recrutement du Centre universitaire de Vincennes qui doit ouvrir dans deux mois sur un ancien terrain militaire[42]. Au moment des violences de à Vincennes, Glucksmann et son ami Jean-Marc Salmon créent le premier de ces « comités de base » au Centre universitaire de Vincennes.

André Glucksmann y enseigne « l'Écriture politique »[43] tandis que sa belle-mère Jeannette Colombel, recrutée par Michel Foucault lors d'un jury de thèse de Gilles Deleuze, professe sur Nihilisme et contestation[43]. Ce « comité de base » permet de déborder les fondateurs locaux de la Gauche prolétarienne[44], des spécialistes de l'auteur Jacques Lacan comme Jean-Claude Milner et Gérard Miller[44]. Un après-midi, il mène l'assaut d'une cinquantaine de militants dans le cours d'Henri Weber, maitre assistant en philosophie et dirigeant d'un groupe gauchiste rival[44], intitulé À quoi pense Mao ? car consacré aux relations sino-soviétiques de 1928[33]. Les maoïstes de Vincennes « mimaient la guerre prolongée du peuple » contre la police, le conseil d'Université et la police, se souvient Henri Weber[33].

Parmi les autres actions du trio constitué de Jean-Marc Salmon, André Glucksmann, et Jean Paul Dollé, l'humiliation d'un étudiant d'extrême-droite entièrement déshabillé et recouvert de ketchup[45], ce qui amène André Gisselbrecht, maitre-assistant à Vincennes dès son ouverture en 1969 et qui y terminera sa carrière comme maître de conférences à les traiter de « gauchistes-fascistes » dans L'Humanité[46] et à être en retour interdit de séjour dans les assemblées générales.

Le comité de base est violennement opposé aux élections: les urnes sont jetées dans un bassin vide lors des élections universitaires[47] et une semaine plus tard c'est un jeune reporter d'Europe 1, Yvan Levaï, qui y est précipité à son tour[48],[49].

Les publications de 1969

En juin 1969 aussi, André Glucksmann publie au Centre universitaire de Vincennes la revue Révolution culturelle, avec Jean Paul Dollé et Jean-Michel Gérassi[50]. Le seul numéro sorti est « fondé sur un malentendu » entre ceux, menés par Glucksmann, qui donnent au titre le sens de « révolution politique » dans « la mouvance de ce qui se passait en Chine », et ceux pour qui « c'était révolutionner soi-même », se souvient Gérassi, qui au mois d'octobre suivant publie avec Guy Hocquenghem un supplément à la revue titré Faire la Révolution, puis en un supplément au journal Le Paria, titré Changer la vie, Faire la révolution, que Guy Hocquenghem republiera dans L'Après-mai des faunes[51]. Moins d'un an plus tard, dans une lettre manuscrite de , Sartre donne à John « Tito » Gerassi , l’assurance de l'exclusivité pour des Entretiens en vue de publier sa biographie[52].

Au même moment, la future belle-mère d'André Glucksmann, Jeannette Colombel[53], ira chercher son ami Jean-Paul Sartre pour créer le Secours rouge (France) et soutenir le lancement du mensuel J'accuse, confié en à sa fille Françoise Villette, à André Glucksmann et au leader maoïste Robert Linhart.

Les entraînements au combat avec Jean-Marc Salmon

Des rapports des Renseignements généraux des 6 et témoignent de l'activisme d'André Glucksman à la fin des années 1960, en indiquant que « le groupe de la Gauche prolétarienne vient d’entreposer un stock important de grenades fumigènes dans un local du bâtiment C de la faculté. Afin de juger de la puissance et des effets de ces engins, Jean-Marc Salmon et André Glucksman ont procédé […] vers 14h30 à une première expérience […] et fait exploser trois grenades dans un terrain vague situé derrière le restaurant nord du centre universitaire »[54]. Ils « estiment que ces armes pourront leur être d’une grande utilité lors d’éventuelles manifestations violentes ». Le lendemain, un autre rapport précise que « des militants d’obédience maoïste s’entraînent régulièrement à la technique du combat de rue à l’aide de longs bâtons dans la salle d’éducation physique du centre universitaire expérimental de Vincennes »[54].

La direction du journal J'accuse, lancé en janvier 1971

Le , alors qu'Alain Geismar est emprisonné, André Glucksmann prend la direction du nouveau journal J'accuse (mensuel), conçu pour accompagner la relance du Secours rouge par Jeannette Colombel, avec le soutien de Jean-Paul Sartre. Glucksmann le codirige avec sa compagne Françoise Renberg et Robert Linhart, apprécié par les lecteurs, mais affaibli par son service militaire dans les commandos de marine[55]. Le journal devient, le , J'accuse (mensuel)-La Cause du peuple, au moment de la série d'escarmouches chez Renault qui mèneront à la mort de Pierre Overney en février 1972[39]. Cette fusion provoque le départ de Guy Lardreau et Marin Karmitz, les artistes déplorant l'influence des maoïstes.

Dans un article de mai 1972 dans la revue Les Temps modernes, André Glucksmann qualifie la France de « dictature fasciste »[56]. Au même moment sort le numéro du de J'accuse (mensuel) sur l'affaire de Bruay-en-Artois, très éloigné de la prudence de la presse régionale[57]. Jacques Theureau sera quinze ans plus tard accusé de s'en être occupé avec Serge July, qui couvrait aussi l'affaire dans son journal nordiste Pirate[57], et François Ewald, professeur de philosophie au lycée de la ville[57]. En colère, Sartre exige un article prenant ses distances avec le précédent, titré "tribunal populaire ou lynchage ?" d'un innocent[39], publié dans le numéro suivant, aux côtés de la réponse signée La Cause du Peuple[58]. Malgré ce dérapage, La Cause du peuple continue de couvrir l'affaire sur un mode « encore plus brutal, plus accusateur »[59], avec un photomontage et une plaque commémorative disant que la victime a « été assassinée par la bourgeoisie de Bruay », et en présentant les violences verbales sur place comme spontanées, nées de la « volonté du peuple »[57].

La rupture avec l'extrême-gauche et le marxisme

Le , André Glucksmann, auquel son ami Maurice Clavel a fait découvrir depuis peu Alexandre Soljénitsyne et son Archipel du Goulag, publie dans Le Nouvel Observateur un article titré : « Le marxisme rend sourd ». Le suivant, dans une émission littéraire de l'ORTF, il apostrophera violemment Francis Cohen, ex-correspondant de L'Humanité à Moscou, qui lui décrit la déstalinisation opérée en 1956 par Nikita Khrouchtchev sans consulter Mao Tsé-Toung[60]. Il évoque alors L'Archipel du Goulag.

En 1975, il fait paraître La Cuisinière et le mangeur d'hommes, dans lequel il établit un parallèle entre le nazisme et le communisme et qui se vend à 20 000 exemplaires en un an, incitant deux autres leaders de la Gauche prolétarienne, Christian Jambet et Guy Lardreau à publier à leur tour L'Ange. Ontologie de la révolution, écoulé à 15 000 exemplaires en 1976[61].

Dans les premières pages du livre, l'auteur évoque sa rencontre avec les parents de Pierre Overney, mais sans exprimer de regret concernant la situation qui a mené à sa mort[62].

André Glucksmann a situé sa rencontre avec le leader gauchiste allemand Joschka Fischer[63], colocataire à Francfort de son ami proche Daniel Cohn-Bendit, « après l'auto-dissolution » de la Gauche Prolétarienne, le . Mais il a aussi évoqué la date de « problement en 1972 »[64], tandis que Daniel Cohn-Bendit a évoqué ses visites fréquentes. Le récit de cette rencontre « pour discuter des gauches françaises et allemandes » sera réédité par Die Zeit en 1986 et traduit par Telos, revue de la Nouvelle gauche américaine[65]. André Glucksmann a gardé un souvenir enthousiaste de Fischer et reviendra à Francfort en 1977, l'année où il va aider à se cacher en France l'ex-terroriste repenti Hans-Joachim Klein[39],[66], avec l'aide d'Olivier Rolin et Jacques Rémy . Klein sera extradé en 1998 et condamné à 9 ans de prison en Allemagne.

Avec les « nouveaux philosophes »

Article détaillé : Nouveaux philosophes.

André Glucksmann rompt avec le marxisme lorsqu'il devient le pilier des nouveaux philosophes en publiant Les Maîtres penseurs le puis en militant en faveur des dissidents soviétiques et des opposants des États satellites de l'URSS. Le , l'émission littéraire de Bernard Pivot est consacrée à ces « nouveaux philosophes », avec un thème polémique : « Les nouveaux philosophes sont-ils de droite ou de gauche ? » Le mouvement s'est fait connaître quelques mois plus tôt, lorsque Bernard-Henri Lévy, 28 ans, l'incarne dans les Nouvelles Littéraires[67]. « Les nouveaux philosophes : coup de poker, un coup de marketing intellectuel, ou est-ce au contraire une sorte de révolution culturelle spontanée ; est-ce de la poudre aux yeux, ou bien une approche intelligente, originale, de la vérité ? », présente Bernard Pivot, selon qui l'émission fit couler beaucoup d'encre et rendra définitivement célèbres BHL et Glucksmann[67]. Xavier Delcourt et François Aubral, auteurs d'un essai Contre la nouvelle philosophie, le jugent plus ouvert au dialogue que Bernard-Henri Lévy.

Ses livres suscitent la critique de certains intellectuels de gauche, notamment dans la revue Actes de la recherche en sciences sociales que dirige Pierre Bourdieu. Dans une longue note critique consacrée à La Cuisinière et le mangeur d'hommes, le sociologue Claude Grignon dénonce par exemple le discours « sans queue ni tête » et les « faux paradoxes » d'un « révolutionnaire conservateur », qui « met l'est à la place de l'ouest, la gauche à la place de la droite, la droite à la gauche de la gauche […], transforme les révolutions victorieuses en révolutions manquées et les révolutions manquées (la Commune) en révolutions réussies »[68].

Un bateau pour le Viêt Nam

Boat-people vietnamiens en 1984.

Intervenant quelques heures avant la prise de Saïgon par les maquisards du Front national de libération du Sud Viêt-Nam, le retrait des dernières troupes américaines de l'ambassade des États-Unis en 1975 marque la fin de la guerre. Le Viêt Nam réunifié en 1976 sous l'appellation de République socialiste décline le système à parti unique du nord sur l'ensemble du pays, provoquant le départ clandestin de centaines de milliers de Vietnamiens. En , André Glucksmann, Jean-Paul Sartre et Raymond Aron prennent l’initiative de lancer une opération de sauvetage, « Un bateau pour le Vietnam », en faveur de ceux qui fuient ce pays à bord de bateaux de fortune, les boat-people. La réunion des deux anciens camarades d'études longtemps ennemis en politique sera immortalisée sur un cliché pris le sur le perron de l'Élysée par le photographe Richard Melloul,[70]. Invité de l'émission Apostrophes, après la mort de Jean-Paul Sartre, survenue le , l'anticolonialiste viscéral qu'est resté Glucksmann compare les combats du philosophe contre la guerre d'Algérie à ceux de Soljenitsyne pour les libertés en URSS[71].

La conversion à l'atlantisme

Le soutien à Marie-France Garaud et la pétition à Reagan

Lors de l'élection présidentielle de 1981, André Glucksmann et Bernard Kouchner apportent leur soutien à la candidature de Marie-France Garaud[72], ex-influente conseillère du président Georges Pompidou, qui dispute les voix gaullistes à Jacques Chirac, finalement éliminé dès le 1er tour.

En 1985, alors qu'un certain nombre d'intellectuels et responsables politiques français, parmi lesquels Jean-François Revel, Olivier Todd, Emmanuel Leroy-Ladurie, Pierre Daix, Alain Besançon, Pierre Rigoulot, Bernard Stasi, Jacques Chaban-Delmas et Bernard-Henri Lévy, apportent leurs signatures à une pétition appelant Ronald Reagan à persévérer dans son soutien au Contras du Nicaragua, André Glucksmann exprime son désaccord dans l'émission Droit de réponse, considérant le texte comme « vieillot », trop « guerre froide », ne tenant pas compte du fait que « les Américains ont soutenu pendant 50 ans une dictature ». Il rapporte aussi que Yves Montand et Simone Signoret partagent son point de vue, assez proche sur l'Amérique centrale des démocrates chrétiens, et que Bernard-Henri Lévy souhaite retirer sa signature. Ce qu'il fera aux côtés de Pierre Daix.

Dans son livre fédérant des témoignages paru en 1986[73], Daniel Cohn-Bendit cite le dissident polonais Adam Michnik mais pas son ami proche André Glucksmann, préférant s'en prendre par ailleurs, sans donner de noms, aux « Stalinistes défroqués » devenus « Reaganiens ».

La chute du Mur de Berlin et Sarajevo

Pendant les années 1980, il publie d'autres ouvrages, et en 1989, il couvre pour plusieurs organes de presse la chute du Mur de Berlin. Il défend alors un atlantisme fondé sur l'antitotalitarisme et la promotion des droits de l'homme, notamment lors du conflit contre l'Irak (2003) au nom de la nécessité de renverser le président irakien Saddam Hussein[74],[75].

Aux élections européennes de 1994, il figure sur la liste L'Europe commence à Sarajevo présentée par Bernard-Henri Lévy dans l'émission politique télévisée L'Heure de vérité[76],[77]. La liste obtient 1,57 % des suffrages exprimés.

En 1995, André Glucksmann soutient la reprise des essais nucléaires décidée par Jacques Chirac. Quatre ans plus tard, il soutient, avec Bernard-Henri Lévy, l'intervention de l'OTAN en Serbie.

Il est également connu pour son soutien à la cause indépendantiste tchétchène, notamment lors de la Seconde guerre de Tchétchénie. Il raconte qu'il aurait séjourné illégalement pendant un mois en Tchétchénie[78].

La politique de George W. Bush en Irak et en Libye

En 2003, il fustige dans une tribune dans Le Monde, cosignée avec les ex-gauchistes Pascal Bruckner et Romain Goupil, le « camp de la paix », reprochant à la France de prétendre canaliser les ardeurs belliqueuses des États-Unis et dénonçant « la couverture partisane de la guerre par les médias », selon lui «  minimisant les horreurs de la tyrannie baasiste pour mieux accabler l'expédition anglo-américaine ». Débutant par « Quelle joie de voir le peuple irakien en liesse fêter sa libération et... ses libérateurs !» , le texte dénonce aussi le «  passage à tabac des Juifs et des opposants irakiens » lors des grandes marches pacifistes qui ont eu lieu dans la plupart des pays d'Europe[79].

Cofondateur du Cercle de l'Oratoire puis en 2006 de sa revue Le Meilleur des Mondes. Il est, en outre, devenu président de l'association des Amis du Meilleur des Mondes, qui publie cette revue en cogérance avec les éditions Denoël. [réf. nécessaire]

Militant actif en faveur d'engagements armés des pays occidentaux dans les conflits du Moyen-Orient, il pousse, en , avec d'autres personnalités, à l'intervention militaire contre le régime libyen[80] de Mouammar Kadhafi. En , il demande une intervention française contre le régime syrien[81].

La mobilisation pour le Tibet

Manifestation solidaire du gouvernement tibétain en exil devant l’ambassade de Chine à Paris le 16 mars 2008.

Il se mobilise pour le Tibet, avec l'ex-maoïste Jean-Paul Ribes, l'aidant notamment quand il cherche un comité de soutien en France à la fin des années 1980[82].

Dès 2000, il cosigne un appel qui exhorte l'Union européenne et la France à dénoncer fermement la violation des droits de l'homme en Chine et au Tibet, et apporte son soutien à une motion présentée par les États-Unis lors de la 56e session de la Commission des droits de l'homme des Nations unies réunie à Genève[83].

Peu après les troubles au Tibet en mars 2008, il participe à une manifestation organisée à proximité de l'ambassade de Chine à Paris, et relaie l'appel du 14e dalaï-lama pour la mise en place d'une commission d'enquête internationale, alors que le Tibet est isolé[84]. Il cosigne avec Vaclav Havel, Frederik Willem De Klerk, Karel Schwarzenberg, Yohei Sasakawa et El Hassan ben Talal , une lettre ouverte appelant le gouvernement chinois à entamer un dialogue constructif avec les représentants du peuple tibétain[85],[86],[87]

Le soutien à Nicolas Sarkozy

Lors de l'élection présidentielle de 2007, dans une tribune publiée dans Le Monde sous le titre « Pourquoi je choisis Nicolas Sarkozy »[88], il apporte son soutien au candidat de la droite, fustigeant une gauche « qui se croit moralement infaillible » mais a renoncé, selon lui, au combat d'idées et à la solidarité internationale. Sarkozy, ayant demandé au cours de sa campagne « une rupture avec mai 68 », donne l'occasion à Glusksmann de revenir une nouvelle fois sur les événements dans un pamphlet intitulé Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy[89]. Il s'éloignera par la suite du président, critiquant les rapports amicaux entretenus par Nicolas Sarkozy avec Vladimir Poutine[90].

Dans une tribune publiée dans Le Monde en [91], le romancier Jean-Marie Laclavetine ironise sur le peu de crédibilité de Glucksmann, mettant en parallèle ses engagements politiques des dernières décennies et son soutien au maoïsme lorsqu'il était un des dirigeants de la Gauche prolétarienne. Au même moment, le romancier Morgan Sportès rappelle, dans Ils ont tué Pierre Overney[92], la responsabilité de la Gauche prolétarienne dans la mort de Pierre Overney et dans l'Affaire de Bruay-en-Artois[93].

Une analyse de mai 68

Au moment où il soutient l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence, André Glucksmann estime que la perception traditionnelle des événements de Mai 68 comme un mouvement de gauche, antiautoritaire, doublé d'une révolution culturelle et des mœurs, est restreinte par les préjugés et la récupération de l'événement par les partis de gauche, et en particulier le Parti socialiste[réf. nécessaire].

Selon leur éditeur, André et Raphaël Glucksmann étaient tous deux présents au meeting organisé par l'UMP entre les deux tours de l'élection présidentielle, au cours duquel Nicolas Sarkozy a promis de « liquider l'héritage de 68 »[94],[95]. Dix mois plus tard, dans un essai écrit à quatre mains, Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy[94], ils poseront la question : « Notre président a promis d'enterrer Mai. N'est-il pas plutôt son héritier rebelle ? » Ce faisant, ils adoptent la thèse libérale, selon laquelle Mai 68 n'aurait été que l'une des révolutions antitotalitaires, dont les auteurs voient le premier avatar dans l'Insurrection de Budapest de 1956. Cette révolution avait alors été soutenue par la gauche française, y compris par un certain nombre de communistes, dont André Glucksmann, auxquels ce soutien avait valu d'être exclus de leur parti.

Au cours d'une conférence du Figaro, prononcée en dans le cadre de la promotion de ce livre, André Glucksmann s'exclame : « Souvenez-vous : en 1968, Daniel Cohn-Bendit apostrophait les « crapules staliniennes », les chefs de la CGT, et Aragon, à qui il demandait : « Que faisais-tu pendant les déportations et les famines organisées dans l'URSS des années 1930 ? Tu as du sang sur tes cheveux blancs »[96]. La virulence de ce discours n'est pas nouvelle : en avril- déjà, André Glucksmann avait écrit un long article dans Les Temps modernes pour dénoncer la France, « pays fasciste ».

Soutien à l'intervention militaire israélienne à Gaza

Le , il publie dans Le Monde un « point de vue » pour défendre la légitimité de l'intervention de l'armée israélienne dans la bande de Gaza en estimant qu'il ne s'agit pas d'une riposte excessive[97]. Il s'interroge en ces termes : « Quelle serait la juste proportion qu'il lui faudrait respecter pour qu'Israël mérite la faveur des opinions ? […] Conviendrait-il qu'Israël patiente sagement jusqu'à ce que le Hamas, par la grâce de l'Iran et de la Syrie, "équilibre" sa puissance de feu ? […] Désire-t-on vraiment qu'Israël en miroir se "proportionne" aux désirs exterminateurs du Hamas ? » Il répond : « Il n'est pas disproportionné de vouloir survivre. »

Par ailleurs il est athée[98].

Controverses

Le , il signe avec d'autres intellectuels un communiqué, publié dans Le Monde, qui demande la libération d'un certain nombre d'adultes accusés d'actes pédophiles sur des mineurs de moins de 15 ans[99]. Un an et demi plus tôt, son ami Daniel Cohn-Bendit avait écrit un livre évoquant des expériences personnelles de pédophilie, qu'il décrira plus tard comme une fiction inventée pour « choquer le bourgeois »[100].

Dans une Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, l'essayiste Guy Hocquenghem retrace, de à , les carrières et les trahisons des « repentis » socialistes et gauchistes mises en œuvre sous la période mitterrandienne. D'après l'auteur, André Glucksmann fit partie de ce groupe de « renégats ».

Publications

  • « Le western ou les aventures de la tragédie », dans Le Western: sources, thèmes, mythologies, auteurs, acteurs, filmographies, Raymond Bellour (dir.), Paris, UGC 10/18, 1966.
  • "Un structuralisme ventriloque", Les Temps modernes, n° 250, mars 1967, p. 1557-1598.
  • Le Discours de la guerre, théorie et stratégie, Paris, L'Herne, 1967.
  • Stratégie et révolution en France 1968, Paris, Christian Bourgois, 1968.
  • "Fascisme : l'ancien et le nouveau", Les Temps modernes, 1972, n° 310 bis, Dossier Nouveau fascisme, nouvelle démocratie, hors-série « entièrement conçu et réalisé sous la direction des militants maoïstes groupés autour de La Cause du peuple », p. 266-334.
  • La Cuisinière et le mangeur d'hommes - Essai sur les rapports entre l'État, le marxisme et les camps de concentration, Paris, Le Seuil, 1975.
  • Les Maîtres penseurs, Paris, Grasset, 1977.
  • Cynisme et passion, Paris, Grasset, 1981.
  • La Force du vertige, Paris, Grasset, 1983.
  • La Bêtise, Paris, Grasset, 1985.
  • Petr Fidelius, L'Esprit post-totalitaire, précédé de Devant le bien et le mal par André Glucksmann, Paris, Grasset, 1986.
  • Silence, on tue avec Thierry Wolton, Paris, Grasset, 1986.
  • Descartes c'est la France, Paris, Flammarion, 1987.
  • Le XIe commandement, Paris, Flammarion, 1992.
  • La Fêlure du monde: Éthique et sida, Paris, Flammarion, 1993.
  • De Gaulle où es-tu ?, Paris, Jean-Claude Lattès, 1995.
  • Le Bien et le mal : lettres immorales d'Allemagne et de France, Paris, Hachette Littératures, 1997.
  • La Troisième Mort de Dieu, Paris, Nil éditions, 2000.
  • Dostoïevski à Manhattan, Paris, Robert Laffont, 2002.
  • Ouest contre Ouest, Paris, Plon, 2003.
  • Le Discours de la haine, Paris, Plon, 2004.
  • Une rage d'enfant, Paris, Plon, 2006.
  • André et Raphaël Glucksmann, Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy, Paris, Denoël, 2008.
  • Les Deux chemins de la philosophie, Paris, Plon, 2009.
  • André Glucksmann, Nicole Bacharan et Abdelwahab Meddeb, La Plus belle histoire de la liberté, Paris, Le Seuil, 2009.
  • La République, la pantoufle et les petits lapins, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.
  • Voltaire contre-attaque, Paris, Robert Laffont, 2014.

Films

  • Sauve qui pense - Rette sich wer denkt, portrait d'André Glucksmann, France/Allemagne, 1998, produit par ZDF/Arte, réalisé par Christoph Weinert[101].

Distinctions

Le , Nicolas Sarkozy le nomme officier de la Légion d'honneur[102].

Le suivant, le pape Benoît XVI lui remet le prix « Auschwitz pour les droits de l’homme – Jean-Paul II ».

Notes et références

  1. a et b « Le philosophe André Glucksmann est mort », Europe 1, 10 novembre 2015.
  2. Voir, Mort d'André Glucksmann, le philosophe en colère, Le Monde, 10 novembre 2015..
  3. Voir, (en) William Grimes. André Glucksmann, French Philosopher Who Renounced Marxism, Dies at 78, The New York Times, November 11, 2015..
  4. (de) Sebastian Voigt, Der Jüdische Mai '68: Pierre Goldman, Daniel Cohn-bendit und Andre Glucksmann im Nachkriegsfrankreich, Vandenhoeck und Ruprecht Verlag, Göttingen 2015, p. 233.
  5. (de) Sebastian Voigt, opt. cité, p. 249.
  6. Ils ne se marieront qu'en 1934 à Hambourg.
  7. (de) Sebastian Voigt, opt. cité, p. 250.
  8. (de) Sebastian Voigt, opt. cité, p. 254.
  9. a et b (de) Sebastian Voigt, opt. cité, p. 258.
  10. Sur ce personnage, dont le procès mené au terme de trois années d'internement et de tortures, eut un retentissement mondial, voir l'article très complet d'Erika Draeger.
  11. Dans Une rage d'enfant, p. 19, André Glucksmann suppose que ses parents ont dû également penser à Staline en choisissant le prénom Joseph.
  12. a et b (de) Sebastian Voigt, opt. cité, p. 259.
  13. (de) Sebastian Voigt, opt. cité, p. 260.
  14. Nathalie Zajde, Les enfants cachés en France, Odile Jacob, , p. 87.
  15. (de) Sebastian Voigt, opt. cité, p. 264.
  16. (de) Sebastian Voigt, opt. cité, p. 272, et Christian Chevandier, La Fabrique d'une génération, Georges Valero, postier, militant et écrivain, Paris, Les Belles Lettres, collection "L'Histoire de profil", 2009, p. 52.
  17. Christian Chevandier, La Fabrique d’une génération. Georges Valero, postier, militant et écrivain, Paris, Les Belles Lettres, , p. 51-55 p.
  18. Voir à ce sujet le témoignage d'André Sénik dans Causeur du 10 novembre 2015.
  19. Françoise Villette, née en 1941, est la fille de Jacques Villette et Jeannette Colombel. Cinéaste formée à l'IDHEC (promotion 1962), elle a épousé en 1961 Bjorn Lucien Renberg, dont elle a divorcé en 1965. Remariée en 1973 avec le musicien Ghédalia Tazartès, elle en divorcera en novembre 1979, pour épouser en troisièmes noces André Glucksmann.
  20. Christian Chevandier, loc. cit., p. 216, 225 et 229-232.
  21. « Je crois vous avoir donné suffisamment d'indications, la dernière fois, de ce ceci, qu'au cours de l'histoire le rapport du sujet à l'acte, ça se modifie, que ça n'est même pas ce qui traîne encore dans les manuels de morale ou de sociologie qui peut bien nous donner une idée de ce qu'il en est effectivement des rapports d'acte à notre époque. Par exemple, ce n'est évidemment pas seulement de devoir vous souvenir de Hegel, de la façon dont vous en parlent les professeurs, que vous pouvez mesurer l'importance de ce qu'il en est, de ce qu'il représente comme virage au regard de l'acte. Or, je ne sais pas ce que je dois faire à ce tournant. Conseiller une lecture est toujours si dangereux, parce que tout dépend du point où on a été auparavant plus ou moins décrassé. Il me paraît difficile de ne pas l'avoir été assez pour pouvoir situer un livre, pour donner un sens à ce que je viens d'énoncer une portée. Il est paru un petit livre de quelqu'un que je crois avoir vu à ce séminaire en son temps, qui me l'a envoyé à ce titre, qui s'appelle Le Discours de la guerre d'André Glucksmann. C'est un livre qui, peut-être, peut vous donner la dimension sur un certain plan, dans un certain champ, de ce qui peut surgir de quelque chose qui est assez exemplaire, etc… » (Jacques Lacan, L'acte psychanalytique, séminaire 1967-1968, publication hors commerce, p. 115-116.)
  22. Il sera réédité en 1974 dans la collection 10/18 avec une préface de Jeannette Colombel.
  23. Georges Gastaud, André Glucksmann, de l’anticommunisme « de gauche » (sic) à l’exterminisme reaganien, Initiative communiste, 10 novembre 2015.
  24. André et Raphaël Glucksmann, Mai 68 raconté à Nicolas Sarkozy, Paris, Denoël, (lire en ligne), p. 17
  25. Hervé Hamon, Patrick Rotman, Génération, Tome I, Fayard, 1987, p. 497-500
  26. André Glucksmann, Stratégie et révolution en France, Christian Bourgois, 1968, p. 17.
  27. Régis Debray, Mai 68 : une contre-révolution réussie, Paris, Fayard/Mille et une nuits, 2008 [1]
  28. Alain Krivine, Questions sur la révolution, Paris, Stock, , p. 145
  29. Isabelle Sommier, La Violence politique et son deuil, Presses Universitaires de Rennes, 1998 [2]
  30. Archives Ina du 7 juin 1968: de violents affrontements ont opposé la police aux manifestants (ouvriers et étudiants) à l'usine Renault de Flins. [3]
  31. "1968-1986: dix-huit ans d'ex-gauchisme dénoncés par Guy Hocquenghem" par Antoine Bourguilleau, Slate le 9 mai 2018 [4]
  32. a b c d e et f Antoine Idier, Les Vies de Guy Hocquenghem, Paris, Fayard, coll. à venir, 2017 [5]
  33. a b c et d Henri Weber, Rebelle jeunesse, Paris, Robert Laffont, 2018, page 153.
  34. a b c et d "Les vies de Guy Hocquenghem (1946-1988)", par Antoine Idier, 2017
  35. a et b Christophe Nick, Les Trotskistes, Fayard, 2002, p. 494-498
  36. a b et c Interview de Jacques Kebadian [6]
  37. a b et c Sartre l'engagé, tribune libre de Jeannette Colombel dans Libération le 11 mars 2005 [7]
  38. "La Tribu des clercs: Les intellectuels sous la Ve République 1958-1990" par Rémy Rieffel
  39. a b c d e et f "Génération, par Hervé Hamon et Patrick Rotman, 1987
  40. Serge July, Alain Geismar et Erlyn Morane, Vers la guerre civile, Paris, Éd. Premières, 1969.
  41. a et b Deuxième gauche, réformisme et lutte des classes par Daniel Poncet 2016 [8]
  42. a b et c Michel Foucault, par Didier Eribon, Editions Flammarion, Biographie de 2011
  43. a et b Le destin d'une institution d'avant-garde: histoire du département de philosophie de Paris VIII par Charles Soulié, dans la revue Histoire de l'éducation, n°77, de janvier 1998 [9]
  44. a b et c Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération, Paris, Le Seuil, 1987.
  45. " Tout! in context 1968-1973:" Thèse de Manus McGrogan, (2010) Université de Portsmouth [file:///C:/Users/Utilisateur/Documents/Tout_in_context_1968-1973_French_radical.jg.pdf]
  46. « Enseignement. A la faculté de Vincennes. Des étudiants gauchistes s’en prennent à un professeur communiste » (André Gisselbrecht, professeur d’allemand). L'Humanité, 31 mai 1969 [10]
  47. L'Aurore, 19 juin 1969 : « Des enragés jettent dans le bassin du centre les urnes et les listes électorales. Scandaleux sabotage des élections à Vincennes »[11]
  48. Génération, par Hervé Hamon et Patrick Rotman, 1987
  49. Le Monde, 28 juin 1969, p. 11 : « Enseignement. Elections dans la confusion au centre universitaire de Vincennes » ; plus loin : « Un journaliste malmené par des « gauchistes » (il s’agit d’Yvan Levaï journaliste à Europe no 1) [12]
  50. Animateur du « groupe de base » de l'Université de Censier, J.-M. Gérassi est cousin germain de John « Tito » Gerassi, journaliste au Time, à Newsweek, au New York Times, activement engagé dans la lutte anti-impérialiste, interdit de chaire aux États-Unis, qui enseigne à Vincennes. (Sylvie Arsever, Sartre: l’homme engagé et son double, Le Temps du 17 mai 2011.)
  51. Dits et écrits de Guy Hocquenghem [13]
  52. "SARTRE À HUIS CLOS", Par Robert Maggiori, le 21 avril 2011 dans Libération [14]
  53. Robert Maggiori, Jeannette Colombel, une philosophe pasionaria, Libération, 13 avril 2016 [15]
  54. a et b  « Le fonds Vincennes » de l’Université Paris 8 : traiter des fonds d’archives en université , par Emmanuelle SRUH, sous la direction de Marie-Françoise Defosse [16]
  55. Hervé Hamon, Patrick Rotman, Génération, Tome I, Fayard, 1987
  56. Les Temps modernes, no 310 bis (1972).
  57. a b c et d "Les réseaux d’information maoïstes et l’affaire de Bruay-en-Artois", par Rémi Guillot, dans Les Cahiers du journalisme Été 2007 [17]
  58. Hervé Hamon, Patrick Rotman, Génération, Tome I, Fayard, 1987, p. 433
  59. Hervé Hamon, Patrick Rotman, Génération, Tome I, Fayard, 1987, p. 435
  60. Archives Ina [18]
  61. "Mai 68 : sous les pavés d'une page officielle" par Isabelle Sommier, dans la revue Sociétés Contemporaines en 1994 [19]
  62. "La Cuisinière et le mangeur d'hommes. Essai sur l'État, le marxisme, les camps de concentration", par André Glucksmann, Editions Le Seuil 1975 [20]
  63. Telos, la revue fondée en mai 1968, par Paul Piccone.
  64. dans Telos, revue de la nouvelle gauche américaine fondée en mai 1968, par Paul Piccone.
  65. The Passion of Joschka Fischer, par Paul Berman, dans The New Republic du 26 août 2001.
  66. Le vrai Cohn Bendit, par Emeline CAZI Place des éditeurs, 2010.
  67. a et b "Apostrophes en 1977, l'émission qui rendit André Glucksmann et BHL célèbres", par Thomas Bécard, dans Télérama du 10/11/2015 [21].
  68. Claude Grignon, « Tristes topiques », Actes de la recherche en sciences sociales, no 2, 1976, p. 33-34.
  69. La dernière rencontre. Par Burnier Michel-Antoine, L'Express, publié le 28 septembre 1995.
  70. Cité par Raymond Aron, Mémoires.
  71. Thierry Pfister, Lettre ouverte à la génération Mitterrand....
  72. Nous l'avons tant aimée, la révolution dans laquelle la figure des « événements » de mai 68 en France a retrouvé les créateurs des mouvements contestataires du monde.
  73. Point de vue : la faute, Pascal Bruckner, André Glucksmann et Romain Goupil, 14 avril 2003
  74. Irak: silence des néoconservateurs français, Béligh Nabli, huffingtonpost.fr, 16 juin 2014
  75. Vidéo de l'émission, sur le site de l'Institut national de l'audiovisuel
  76. Serge Halimi, « Réseaux », Le Monde diplomatique, février 1995
  77. Émission "Tout le monde en parle" du 26 janvier 2002 (https://www.youtube.com/watch?v=UG6NDwWKHpM)
  78. Point de vue : "la faute", Le Monde du 14 avril 200 [22]
  79. Oui, il faut intervenir en Libye et vite !, lemonde.fr, 16 mars 2011.
  80. "Assez de dérobades, il faut intervenir en Syrie !", lemonde.fr, 22 octobre 2012.
  81. Marie Huret, Boris Thiolay, Une cause française, L'Express, 26 mars 2008.
  82. (en) Bureau du Tibet, French celebrities urge EU action to condemn China at UN, 13 avril 2000.
  83. Rassemblement à Paris contre la "persécution" chinoise, Le Nouvel Observateur, 17 mars 2008.
  84. La paix des cimetières au Tibet, Le Figaro, 24 mars 2008.
  85. (en) Former Czech President Vaclav Havel take put in a Tibet demo in Prague, 23 mars 2008.
  86. (en) Tibet's peace of the grave, 22 mars 2008.
  87. André Glucksmann, « Pourquoi je choisis Nicolas Sarkozy, par André Glucksmann », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 10 novembre 2015).
  88. Andre et Raphael Gluscksmann, Mai 68 expliqué à NicolasSarkozy, Paris : Denoël 2008.
  89. Glucksmann critique la politique étrangère de Sarkozy sur le site en ligne du Nouvel Observateur.
  90. Jean-Marie Laclavetine, "Glucksmann, ou l'amour du grand homme", Le Monde, 5 février 2007.
  91. Morgan Sportès, Ils ont tué Pierre Overney, Paris, Grasset,
  92. Maos, par Morgan Sportès, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2006 (Prix Renaudot des lycéens 2006).
  93. a et b André et Raphaël Glucksmann, Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy, Paris, Denoël, résumé de l'éditeur en février 2008 [23]
  94. "Liquider l'héritage de mai 68" par FRANÇOIS D'ORCIVAL dans Le Figaro du le 14 octobre 2007 à [24]
  95. Mai 68 vu par André Glucksmann, Conférence du Figaro, rapportée par Astrid Eliard, Le Figaro, 12/05/08, p. 15.
  96. André Glucksmann, « Gaza : une riposte excessive ?, par André Glucksmann », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 10 novembre 2015).
  97. Marion van Renterghem, « Le jour le plus long », Vanity Fair no 41, novembre 2016, pages 110-117.
  98. Le Monde, 26 janvier 1977. Voir aussi Pétitions françaises contre la majorité sexuelle.
  99. Le Grand Bazar (1975), Daniel Cohn-Bendit, Editions Denoël
  100. (de) Christoph Weinert, réalisateur allemand.
  101. Marion Van Renterghem, « André Glucksmann décoré par Nicolas Sarkozy », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Annexes

Articles connexes

Liens externes