Laurent Mauvignier

Laurent Mauvignier
Description de cette image, également commentée ci-après
Laurent Mauvignier lors du Festival international de géographie en 2014.
Naissance 1967
Tours Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Roman, Théâtre

Œuvres principales

Laurent Mauvignier, né à Tours en , est un écrivain français.

Biographie

Diplômé en arts plastiques en 1991, Laurent Mauvignier publie son premier roman Loin d'eux à 32 ans, en 1999 aux éditions de Minuit, qui restera sa principale maison d'édition ; le roman reçoit le prix Fénéon en 2000[1]. Son deuxième roman publié l'année suivante Apprendre à finir est récompensé de plusieurs prix, le prix Wepler en 2000, et les prix du Livre Inter et prix du deuxième roman en 2001.

En 2006 il obtient le prix du roman Fnac pour son ouvrage Dans la foule, roman autour du drame du Heysel, en Belgique en 1985, qui selon Marine Landrot dans le magazine Télérama « frappait par son style déferlant, ses phrases longues et noueuses, son art de l'apnée vorace. »[2]

Son roman Des hommes, publié en 2009, obtient plusieurs prix, dont le prix Virilo la même année, et le prix des libraires l'année suivante. Le roman se penche sur des souvenirs du narrateur de la guerre d'Algérie et, pour la critique de Télérama : « la vérité la plus nauséeuse sur une époque honteuse se fait jour. L'atrocité dit son nom, l'opprobre, l'incrédulité, l'humiliation, la bestialité aussi. »[2]. Selon la critique du journal L'Express, l'ouvrage est « un roman majeur de Laurent Mauvignier sur les blessures de la guerre »[3].

Installé à Toulouse[4], il est pensionnaire de la Villa Médicis[5] de septembre 2008 à septembre 2009.

En 2015, il écrit la pièce Retour à Berratham, publiée aux Éditions de Minuit, pour Angelin Preljocaj, chorégraphe et directeur du Pavillon noir à Aix-en-Provence. La pièce est créée par le Ballet Preljocaj au Festival d’Avignon, dans la Cour d’Honneur, le 17 juillet 2015[6]. L'ouvrage reçoit le Prix Émile-Augier 2016[7], décerné par l'Académie française.

Influences et choix littéraires

Comme il l'explique durant un entretien en 2014[8], sa pratique de l'écriture commence très tôt. « Le livre déclencheur quand j'étais enfant, à l'hôpital, Un bon petit diable de la comtesse de Ségur, avec l'envie d'écrire la suite, de continuer, parce que j'étais immobilisé sur un lit. »

William Faulkner et Thomas Bernhard sont des auteurs qui le « fascinent » : « La littérature, elle est là… ces auteurs, on les lit presque entièrement. »

Il lit également beaucoup de théâtre : « Le théâtre fonctionne comme le cinéma. J'ai des moments de boulimie de théâtre… je ne comprends pas que ça ne se vende pas mieux que les romans. C'est souvent plus rapide, plus alerte, plus vivant », par exemple l'intégralité du théâtre de Victor Hugo, qu'il a lue l'été 2014 et qu'il a trouvée « géniale ».

Œuvre

Romans

Essai

  • 2015 : Visages d'un récit, Éditions Capricci, (ISBN 979-10-239-0048-4)
  • 2018 : Voyage à New Delhi, Les Éditions de Minuit (ISBN 9782707344588)

Dialogues

  • 2005 : Le Lien, éditions de Minuit, (ISBN 270731921X)

Théâtre

  • 2012 : Tout mon amour, éditions de Minuit, (ISBN 9782707322456).
    La pièce est créée par le collectif Les Possédés au Théâtre Garonne à Toulouse la même année.
  • 2015 : Retour à Berratham, éditions de Minuit, 80 p. (ISBN 9782707328830)Prix Émile-Augier 2016[7], décerné par l'Académie française
    La pièce est écrite pour Angelin Preljocaj, chorégraphe et directeur du Pavillon noir à Aix-en-Provence. La pièce est créée par le Ballet Preljocaj au Festival d’Avignon, dans la Cour d’Honneur, le 17 juillet 2015[6].
  • 2016 : Une légère blessure, éditions de Minuit, 48 p. (ISBN 9782707329752).

Récits autour de photographies

  • 2013 : Passagers, photographies de Jean-Pierre Favreau, textes de Laurent Mauvignier, Milan, 5 continents ; Paris, le Seuil-Volumen (ISBN 9788874396405)
    « Passagers est une rencontre entre un photographe et un écrivain qui mettent en partage leur vision de l'homme. »[11] 

Texte inédit

  • 2013 : Une légère blessure, lecture par Johanna Nizard, Musée Calvet, Festival d'Avignon, juillet 2013 ; réalisation Marguerite Gateau ; diffusion sur France Culture, émission L'Atelier Fiction, en septembre 2013

Participations

  • 2002 : Dialogues contemporains, Laurent Mauvignier, Pierre Bergounioux, Régine Detambel, coordonné par Stéphane Bikialo et Jacques Dürrenmatt, Poitiers, La Licorne (ISBN 2-911044-73-8)
  • 2010 : « Pourquoi aimez-vous "Le dernier jour d'un condamné ?" », interview de Laurent Mauvignier, en préface de Le Dernier Jour d'un condamné de Victor Hugo, Flammarion (ISBN 978-2-08-123806-0)
  • 2011 : Préface de Phèdre de Jean Racine, Paris, Classiques & Cie, Hatier (ISBN 978-2-218-95892-2)
  • 2011 : « La panoplie littéraire », in Décapage, n° 43 (printemps-été), pp. 89-109.

Scénario de télévision

Distinctions

Prix

Décorations

Adaptations de son œuvre

En court métrage

L'actrice Johanna Nizard rencontre en 2001 Laurent Mauvignier[16], et à partir de son roman Loin d'eux (1999) réalise un court métrage.

Au théâtre

  • 2002 : à la suite de son court-métrage, Johanna Nizard porte ensuite le roman Loin d'eux (1999) à la scène, au Théâtre Nanterre-Amandiers[17].
  • 2007 : Le Lien (2005), mise en scène Laurence de la Fuente, coproduction Pension de famille et Théâtre national Bordeaux Aquitaine, avec Françoise Lebrun
  • 2009 : Loin d'eux (1999), mise en scène David Clavel et Rodolphe Dana, coproduction Compagnie les Possédés et Théâtre Garonne de Toulouse, avec Rodolphe Dana.
  • 2012 et 2013 : Tout mon amour (2012), création du Collectif les Possédés dirigé par Rodolphe Dana, costumes Sara Bartesaghi Gallo, lumières Valérie Sigward, production Collectif les Possédés, Théâtre national de la Colline à Paris, Scène nationale d'Aubusson ; avec Simon Bakhouche (le grand-père), David Clavel (le père), Julien Chavrial (le fils). Théâtre Garonne, Toulouse, du 23 au 27 octobre 2012[18] - Théâtre national de la Colline à Paris, du 21 novembre au 21 décembre 2012[19] - Scène Watteau, Nogent-sur-Marne, mars 2013[20]
  • 2015 : Ce que j'appelle oubli (2011), mise en scène et jouée par Nicolas Berthoux[21], coproduction Le Grand T théâtre de Loire-Atlantique, Nouveau Théâtre d’Angers, Centre dramatique national Pays de la Loire, et la compagnie Mêtis.
  • 2015 : Retour à Berratham (2015), pièce écrite pour Angelin Preljocaj, chorégraphe et directeur du Pavillon noir à Aix-en-Provence. Création par le Ballet Preljocaj au Festival d’Avignon, dans la Cour d’Honneur, le 17 juillet 2015[6].
  • 2016 : Ce que j'appelle oubli (2011), mise en scène Denis Podalydès, au Studio-Théâtre de la Comédie-Française.
  • 2016 : Une légère blessure (2016), mise en scène Othello Vilgard, au Théâtre du Rond-Point, avec Johanna Nizard.

Documentation

  • Catherine Henry, « Dedans / dehors : le monologue chez Mauvignier », dans Remue.net[22], janvier 2005
  • Jean Laurenti, « Laurent Mauvignier, l’écriture à hauteur d’homme », dans Le Matricule des anges, n° 77 (octobre), p. 15-24, 2006
  • Julie Crohas Commans, « « L’obscurité entre nous ». Menace et fécondité du silence chez Laurent Mauvignier », dans Temps Zéro[23], no 5, 2012
  • Nadine Added, Propos sur "Tout mon amour" de Laurent Mauvignier, Toulouse, En témoignage d'humanité, DL, 2012 (ISBN 979-10-91819-03-9)
  • La langue de Laurent Mauvignier : une langue qui court, sous la direction de Jacques Dürrenmatt et Cécile Narjoux, Dijon, Éd. universitaires de Dijon, 2012 (ISBN 978-2-36441-019-0)
  • « L'Atelier de Laurent Mauvignier », dans Vincent Josse, L'Atelier, d'après son émission sur France Inter, coll. Histoire de l'art, Flammarion, 2013, 250 p. (ISBN 978-2081286009)

Notes et références

  1. Laurent Mauvignier sur le site de VMA, consulté le 2 mars 2017.
  2. a et b Marine Landrot, Critique TTT du roman Des hommes, magazine Télérama, du 28 août 2009.
  3. Critique Des hommes, journal L'Express, du 17 septembre 2009.
  4. La Dépêche du Midi, 13 septembre 2009.
  5. « La voie romaine de Laurent Mauvignier » sur le site de RFI.
  6. a b et c Fiche du livre, sur le site de l'éditeur.
  7. a b et c Lauréats du Prix Émile-Augier, sur le site de l'Académie Française.
  8. Données et citations : entretien avec Laurent Mauvignier, émission L'Invité de la dispute, France Culture, 26 septembre 2014.
  9. Dont l'action se passe lors du Drame du Heysel.
  10. a b c et d Des hommes, sur le site de son éditeur, Les Éditions de Minuit.
  11. Extrait de la quatrième de couverture, éditions 5 continents.
  12. Sélections du Festival du premier roman 2000, site officiel.
  13. « Laurent Mauvignier Grand Prix SGDL de littérature pour son œuvre », sur Actualitte, (consulté le 27 mai 2015)
  14. Arrêté du 23 mars 2017 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres
  15. Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres, janvier 2010.
  16. Biographie de Johanna Nizard, site du Théâtre du Rond-Point.
  17. Biographie de Johanna Nizard, site du Théâtre Nanterre-Amandiers.
  18. Tout mon amour, site du Théâtre Garonne, Toulouse.
  19. Article France Culture, Tout mon amour, théâtre de la Colline.
  20. Article France Culture, Tout mon amour, Scène Watteau.
  21. Ce que j'appelle oubli, pièce de théâtre, sur le site du théâtre Le Grand T (Nantes).
  22. Disponible en ligne.
  23. Disponible en ligne

Liens externes

  • Le site de Laurent Mauvignier
  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Service bibliothécaire national
    • Bibliothèque nationale d’Espagne
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque nationale de Catalogne
    • Bibliothèque nationale tchèque
    • WorldCat