Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité

Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité
Image illustrative de l’article Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité
Marque déposée 🛈

Logotype officiel.
Présentation
Président Ousmane Sonko
Fondation
Disparition 31 juillet 2023
Siège 37 voie de Dégagement N, Dakar, Sénégal[1]
Fondateur Ousmane Sonko
Devise « Le don de soi pour la Patrie »
Symbole Léopard
Positionnement Attrape-tout ou Gauche
Idéologie Socialisme africain
Patriotisme
Panafricanisme
Populisme de gauche
Social-démocratie
Souverainisme de gauche
Altermondialisme
Antilibéralisme
Affiliation nationale Alternative du Peuple[2]
Couleurs Rouge et vert
Site web pastef.org

Les Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité (PASTEF) est un parti politique sénégalais fondé en 2014 par Ousmane Sonko. Sonko préside le parti pendant toute son existence. Parti d'opposition, il est connu pour être critique vis-à-vis du gouvernement et du système politique du pays. Le parti est dissous par le gouvernement en , mais se pourvoit en appel.

Le parti désigne pour l'élection présidentielle de 2024 Bassirou Diomaye Faye en remplacement de Sonko. Il remporte le 24 mars 2024 les élections présidentielles dès le 1er tour avec 54,28% des voix.

Histoire

Dans un souhait de renouveau politique, plusieurs jeunes fonctionnaires de l'administration publique sénégalaise et d'autres horizons, se sont unis en comité afin de créer le PASTEF en janvier 2014.

Le parti se définit surtout comme étant une dynamique[3] composée principalement de débutants en politique ; néanmoins, les personnalités qui composent son comité sont qualifiées dans les activités syndicales et les fonctions publiques (notamment le domaine fiscal, une appétence de son président[4] ).

En 2017, le PASTEF rejoint la coalition Alternative du peuple[5] pour les élections législatives de la même année. Cette coalition de partis était principalement composée du PASTEF, du RND, du MRDS, de Yoonu Askan Wi - Mouvement pour l’Autonomie Populaire, et de quelques autres formations politiques. À l'issue des résultats électoraux finaux et avec 1,13 % des voix, Ousmane Sonko (à la tête de cette coalition) est élu député du département de Dakar.

Deux ans après cette première participation à des élections, le parti se lance dans la campagne présidentielle, scrutin dans lequel par ailleurs le Président de la République du Sénégal Macky Sall est candidat à sa propre succession. Dans un pays où les moins de 20 ans représentent 55 % de la population[6] , le jeune âge d'Ousmane Sonko (par rapport à ses concurrents, les autres candidats) et ses déclarations virulentes[7] font écho chez les jeunes ; c'est ainsi qu'il réalise alors une très bonne performance électorale (pour une première participation !) avec 15,67 % des voix et une troisième place. Le président sortant, Macky Sall, est réélu dès le premier tour avec 58,26 %.

Le 3 mars 2021 le fondateur du parti Ousmane Sonko est arrêté suite à des accusations de « viols et menaces de mort » par une employée d'un salon de beauté de Dakar, ce que son camp dénonce comme une « tentative de liquidation politique » de la part du président en exercice Macky Sall : cet événement est à l'origine des manifestations de 2021 au Sénégal.

En , le PASTEF affirme avoir levé 333 millions de FCFA lors d'une journée de collecte de fonds en ligne. Ce mode de financement est innovant au Sénégal. Le PASTEF considère que cette démarche permet d'être indépendant des lobbies politiques[8].

En , Bassirou Diomaye Faye, secrétaire général du Pastef, est arrêté et placé en garde à vue pour « diffusion de fausse nouvelle, outrage à magistrat et diffamation envers un corps constitué ». Il lui est reproché d'avoir critiqué les magistrats qui ont décidé de juger Sonko (dans le procès en diffamation intenté par le ministre Mame Mbaye Niang) en appel de manière très rapide (avant même la fin du délai pour faire appel du jugement en première instance)[9].

En , le gouvernement décide de dissoudre le Pastef, lui reprochant des appels à des « mouvements insurrectionels ». Cette décision est contestée par l'opposition[10],[11].

Le Pastef dépose une plainte devant la Cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour contester la légalité de la dissolution du parti. Le 17 novembre 2023, la Cour déclare refuser de se prononcer sur cette dissolution[12].

En novembre 2023, après l'extrême incertitude sur la possibilité pour Ousmane Sonko d'être candidat à l'élection présidentielle, le PASTEF désigne Bassirou Diomaye Faye, secrétaire général, comme son candidat à l'élection présidentielle de 2024. Il est à noter que Faye est lui aussi incarcéré, depuis [13].

Détail des résultats électoraux

Élection présidentielle

Année Candidat 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
2019 Ousmane Sonko 687 523 15,67 3e
2024 Bassirou Diomaye Faye 2 434 751 54,28 1er

Élections législatives

Année Voix % Sièges Rang[14] Gouvernement Coalition
2017 37 535 1,13
1  /  165
6e Opposition Alternative du peuple
2022 1 071 139 32,85
23  /  165
2e Opposition Libérer le peuple

Idéologie et symboles

PASTEF ne s'attache à aucune idéologie particulière (communisme, socialisme, libéralisme...) et se veut pragmatique[15].

« La seule cause qu’entend défendre le Parti est l’intérêt du peuple sénégalais, lequel intérêt réside dans le compromis entre :

  • la liberté des citoyens
  • le respect par chacun de l’ordre public
  • la reconnaissance du rôle primordial de l’État dans le développement économique et social, dans la consolidation de la Nation sénégalaise, dans le maintien de la paix et de la sécurité, ainsi que dans le rayonnement du Sénégal à travers le monde. »

Le logo du parti est représenté par un cercle rouge se trouvant sur un autre vert. À l'intérieur du premier se présente un « P » majuscule en italique de couleur blanche, arborant en son intérieur une tête de léopard blanc aux contours et taches noires. À la droite de ces éléments, il y a la suite du sigle afin d'obtenir « PASTEF ». En dessous des caractères « ASTEF » est présente une fine ligne rouge marquant la séparation avec l'accroche « Patriotes du Sénégal » de la même couleur[15].

Notes et références

  1. « Siège du parti PASTEF », sur senego.com (consulté le )
  2. « Coalition du parti à l'assemblée nationale », sur jotna.org (consulté le )
  3. « Définition en tant que dynamique plutôt que parti politique », sur pastef.org (consulté le ).
  4. « Ousmane Sonko étant inspecteur du fisc », sur courrierinternational.com, (consulté le ).
  5. « Coalition Alternative du peuple », sur pressafrik.com/, (consulté le ).
  6. « La population très jeune du Sénégal », sur au-senegal.com, (consulté le ).
  7. Samba Dialimpa Badji, « Les déclarations d'Ousmane Sonko vis-à-vis du Président », sur bbc.com, (consulté le ).
  8. Absa Hane, « [Focus] Financement des partis politiques: La révolution PASTEF », seneweb.com,
  9. Théa Ollivier, « Sénégal: le bras droit de l’opposant Ousmane Sonko arrêté et placé en garde à vue », Radio France internationale,
  10. Théa Ollivier, « Dissolution du Pastef au Sénégal: un recul démocratique pour les uns, une nécessité pour d'autres », RFI, date=2 8 2023
  11. « Sénégal: le gouvernement dissout le parti de l'opposant Ousmane Sonko, 2 morts dans des manifestations », RFI,
  12. Léa-Lisa Westerhoff, « Ousmane Sonko: la Cour de justice de la Cédéao juge qu’aucun des droits de l’opposant sénégalais n’a été violé », Radio France internationale,
  13. « Sénégal: le Pastef désigne Diomaye Faye candidat à la présidentielle à la place d'Ousmane Sonko », Radio France internationale,
  14. Rang en nombre de voix.
  15. a et b « Présentation du parti Pastef de OUSMANE SONKO », sur Pastef (consulté le )

Liens externes