Ousmane Sonko

Ousmane Sonko

Ousmane Sonko en janvier 2023
Fonctions
Premier ministre du Sénégal
En fonction depuis le
(13 jours)
Président Bassirou Diomaye Faye
Gouvernement Sonko
Prédécesseur Sidiki Kaba
Maire de Ziguinchor
En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 5 jours)
Élection 23 janvier 2022
Prédécesseur Abdoulaye Baldé
Député à l'Assemblée nationale du Sénégal

(4 ans, 11 mois et 29 jours)
Élection 30 juillet 2017
Circonscription Département de Dakar
Groupe politique Sans étiquette
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Thiès (Sénégal)
Nationalité Sénégalaise
Parti politique PASTEF
Diplômé de Université Gaston Berger (UGB)
École nationale d'administration (ENA)
Profession Inspecteur des impôts et domaines[1]
Religion Islam
Résidence Primature du Sénégal (Dakar)

Ousmane Sonko
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Premiers ministres du Sénégal

Ousmane Sonko, né le à Thiès, est un homme d'État sénégalais, député à l'Assemblée nationale de 2017 à 2022, maire de Ziguinchor depuis 2022 et Premier ministre depuis le .

Président du parti Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité (PASTEF) jusqu'à sa dissolution en juillet 2023, il est candidat à l'élection présidentielle de 2019 sous la bannière de la coalition « Sonko président » et arrive troisième avec 15,67 % des voix, derrière les candidats Macky Sall (président sortant) et Idrissa Seck.

En février 2021, il est accusé de viols et menaces de mort avec une arme par Adji Sarr, une employée d'un salon de massage qu'il fréquente. Il dénonce cette accusation, la qualifiant de « tentative de liquidation politique » menée par le camp présidentiel[2]. Son arrestation provoque de violents affrontements entre ses soutiens et la police lors d'importantes manifestations.

Le , il est acquitté des accusations de viol et de menaces de mort, mais condamné à deux ans de prison ferme pour « corruption de la jeunesse ». Le , la Cour suprême confirme une condamnation à six mois de prison avec sursis qui avait été prononcée en mai 2023 par la cour d'appel pour diffamation du ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang. Sa candidature à l'élection présidentielle de 2024 se trouve ainsi compromise par ces multiples condamnations et fait l'objet d'une bataille judiciaire. Le , le Conseil constitutionnel sénégalais entérine, en publiant la liste définitive des candidats, la non-participation d'Ousmane Sonko à l'élection présidentielle de 2024. Il est toutefois libéré en et son bras droit Bassirou Diomaye Faye est élu président de la République.

Biographie

Formation

Ousmane Sonko naît le à Thiès, de parents fonctionnaires. Il grandit principalement en Casamance puis effectue ses études supérieures à l'université Gaston-Berger de Saint-Louis où il obtient une maîtrise en droit public en 1999. Il entre ensuite comme major à l'École nationale d'administration (ENA) du Sénégal. En 2001, il en sort diplômé, section « Impôts et Domaines » et intègre l’administration avec un premier poste qui le conduit au Centre des services fiscaux de Pikine[3]. En 2003, il obtient un diplôme d'études approfondies (DEA) en finances publiques et fiscalité à l'université Cheikh-Anta-Diop de Dakar (UCAD). Il est aussi titulaire d’un master 2 en gestion et finances publiques à l'Institut supérieur des finances (ISF) ; par ailleurs il est doctorant en droit public économique et fiscalité à l’université Jean-Moulin-Lyon-III.

Carrière

Ousmane Sonko a commencé sa carrière comme inspecteur principal des impôts et des domaines. Il a été vérificateur fiscal et chef de Brigade de vérification fiscale, chargé du secteur immobilier[4]. Il a également été auditeur interne à la Direction du contrôle interne (DCI) de la Direction générale des impôts et domaines (DGID), chargé de la rédaction de la charte de déontologie de la DGID[5].

Trois ans après son entrée dans l'administration, il crée le Syndicat autonome des agents des impôts et domaines (SAID), dont il est le premier secrétaire général d' à , avant de devenir secrétaire général honoraire de à . À cette période, il commence à critiquer le gouvernement et accuse l'État d'anomalies fiscales et budgétaires en mettant en cause le président Macky Sall. À la suite de cela, il est radié, en août 2016 (décret n°2016-1239), de l'Inspection générale des impôts et domaines, pour manquement au devoir de réserve[6]. Cet épisode, largement relayé par la presse sénégalaise, permet de révéler Ousmane Sonko au grand public[7]. Quelques détracteurs lui reprochent de ne pas avoir agi dans l'ombre, et d'avoir dénoncé ces anomalies pour servir sa carrière politique[8]. En , il crée son cabinet Atlas.

Débuts politiques

Président du parti politique Pastef (créé en 2014), Ousmane Sonko est élu député à l’Assemblée nationale du Sénégal aux élections législatives de 2017.

En , il sort un livre (Pétrole et gaz au Sénégal : Chronique d'une spoliation) dans lequel il accuse le président Macky Sall (et son entourage) de malversations dans la gestion des ressources naturelles du pays[9].

Ces accusations sont reprises dans un documentaire de la BBC. Parmi les personnes et entités visées, Aliou Sall, frère du président, est accusé d'avoir reçu 245 000 dollars de pots de vin, ce qui a été démenti par le président Macky Sall[10].

Candidature à l'élection présidentielle de 2019

Le , il publie un livre programmatique, Solutions, dans lequel il livre un diagnostic des problèmes sociaux et économiques du Sénégal, déclinant ses propositions. Si l'ouvrage suscite un important intérêt à sa sortie, la directrice du Commerce extérieur critique les solutions proposées comme anachroniques et inexactes, indiquant qu'« avec l'union douanière, l'OMC, le Sénégal n'est plus maître de son commerce extérieur » et que les données utilisées pour appuyer son propos sont erronées[11]. Sa candidature à l'élection présidentielle est validée en .

Il termine à la troisième place de l'élection présidentielle du avec plus de 687 000 voix, soit 15,67 %, derrière le président sortant Macky Sall et l'ancien Premier ministre Idrissa Seck.

Maire de Ziguinchor

Dans la perspective des élections locales du 23 janvier 2022, Ousmane Sonko s'allie avec plusieurs membres de l'opposition, dont l'ancien maire de Dakar Khalifa Sall, pour constituer la coalition « Yewwi Askan Wi » (Libérer le peuple). Ousmane Sonko est investi par la coalition comme candidat à la mairie de Ziguinchor. Il y affronte le maire sortant Abdoulaye Baldé ainsi que le candidat du pouvoir Benoît Sambou. À l'issue du scrutin, Ousmane Sonko l'emporte avec 56,31 % des voix[12]. Il est officiellement installé dans ses nouvelles fonctions le 10 février 2022[13].

Pendant la campagne pour les élections locales, Sonko se déplace dans tout le pays pour soutenir les candidats de la coalition YAW (Yewwi Askan Wi), laquelle remporte ainsi de nombreuses villes dans le pays, dont la capitale Dakar, et bat la coalition présidentielle Unis par l'espoir[14].

Affaire judiciaire de 2021

Dépôt de plainte

Dans la nuit du au , Adji Sarr, une jeune employée d'un salon de massage, dépose plainte contre Ousmane Sonko pour « viols répétitifs et menaces de mort » devant le commandant de brigade de la Section de recherches de la Gendarmerie de Colobane, à Dakar[15],[16]. Elle l'accuse notamment de l'avoir violée à quatre reprises[17],[18].

Si Ousmane Sonko avoue être un habitué des lieux depuis plusieurs mois[19], il nie farouchement les accusations de viols portées contre sa personne et dénonce un « complot » et une « tentative de liquidation politique » de la part du président Macky Sall, destinés, selon lui, à porter atteinte à son éventuelle candidature à l'élection présidentielle de 2024.

Ousmane Sonko est convoqué le 2021 pour viol avec usage d'arme à feu[20], mais refuse de se rendre à cette convocation en invoquant son immunité parlementaire. Des dizaines de sympathisants manifestent leur soutien devant son domicile. Des heurts éclatent alors que les forces de l'ordre tentent de disperser le rassemblement[18].

Levée de l’immunité parlementaire

Une commission ad hoc chargée de statuer sur une levée de l’immunité parlementaire d'Ousmane Sonko est créée le 15 février 2021, afin qu’il redevienne justiciable pour répondre des accusations à son encontre[21].

Le , les députés votent à une large majorité — 98 pour, 1 contre et 2 abstentions — la levée de l’immunité parlementaire d'Ousmane Sonko, après des échanges tendus entre la majorité et l'opposition. Les députés de l'opposition quittent la salle avant le vote[22]. L'intéressé dénonce une procédure jugée « viciée et illégale » et annonce qu'il ne répondra à aucune convocation de la justice[23],[24],[22].

Arrestation et procédure judiciaire

Ousmane Sonko est convoqué par un juge d'instruction le . Après avoir initialement annoncé qu'il ne se rendrait pas à cette convocation, il s'y résout finalement tout en affirmant ne « pas faire confiance à la justice » et en appelant ses soutiens à rester mobilisés[25].

La veille de sa convocation, Ousmane Sonko organise un point de presse pour donner sa version des faits. Il avoue s'être rendu à plusieurs reprises dans ce salon de massage mais uniquement pour des « raisons thérapeutiques » afin de soigner des maux de dos récurrents et affirme n’être jamais resté seul avec la plaignante. Il accuse le président Macky Sall d'être l'instigateur d'un complot le visant et appelle la jeunesse à se soulever pour le bien de la démocratie[26].

Il est arrêté le 3 mars 2021 alors qu'il se rendait à la convocation et est placé en garde à vue dans l’après-midi pour « troubles à l’ordre public » et « participation à une manifestation non autorisée »[27]. Ses partisans jugent cette arrestation arbitraire et des manifestations éclatent un peu partout à Dakar, demandant la libération d'Ousmane Sonko et dénonçant le coût élevé de la vie et la corruption du régime de Macky Sall. Les manifestations durent plusieurs jours et prennent fin notamment grâce à l'intervention de chefs religieux. Le bilan établi par les autorités fait état de 14 morts du côté des manifestants[28].

Il doit être convoqué à nouveau devant la justice le [29]. Sa garde à vue est levée dans la nuit du au , mais il n'est cependant pas remis en liberté car il doit comparaître devant le doyen des juges d’instruction le lendemain[30]. Il est officiellement inculpé par la justice le et relâché sous contrôle judiciaire[31],[32].

En mai 2021, le juge Abdoulaye Assane Thioune refuse à Ousmane Sonko l'autorisation de quitter le territoire pour se rendre à l'étranger, alors qu'il est sous contrôle judiciaire depuis son inculpation pour viols en mars 2021[33].

Sonko est auditionné par la justice en . Il refuse de donner son autorisation pour un prélèvement d'ADN et refuse également de répondre à une question sur d'éventuelles relations sexuelles avec la plaignante. Il dénonce de nouveau un complot à son encontre[34],[35].

En janvier 2023, la justice sénégalaise ordonne le renvoi de Ousmane Sonko devant un tribunal criminel[36]. Cette comparution à venir est maintenue le 21 février 2023 malgré une tentative de la défense de casser cette décision[37].

Le procès se déroule le , sans Sonko, et le procureur requiert 10 ans de prison pour viol ainsi que son inéligibilité[38],[39].

Le , Ousmane Sonko est condamné à 2 ans de prison ferme pour « corruption de la jeunesse ». Il est acquitté des accusations de viol et de menaces de mort. Dans le code pénal sénégalais, l'infraction de « corruption de la jeunesse » est un délit et non un crime, ce qui pourrait permettre à Ousmane Sonko d'être éligible pour l'élection présidentielle[40],[41],[42]. La condamnation d'Ousmane Sonko est dénoncée par de nombreuses personnalités politiques sénégalaises (Khalifa Sall, Barthélémy Dias, Déthié Fall, Aminata Touré…) comme une « parodie de justice »[43],[44].

Il entame une grève de la faim le 30 juillet 2023 pour protester contre cette sanction. Son parti, le Pastef, est dissout le lendemain, 31 juillet 2023[45] et Sonko est hospitalisé à partir du 6 août 2023 à la suite de sa grève de la faim.

Le 30 août 2023, le ministre sénégalais de la Justice indique que la condamnation d'Ousmane Sonko est « définitive », le rendant inéligible pour l'élection présidentielle de 2024[46].

Le 4 janvier 2024, La Cour suprême examine le pourvoi en cassation introduit par ses avocats après sa condamnation en appel à six mois de prison avec sursis pour diffamation à l'encontre de l'actuel ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang. En cas de condamnation, Ousmane Sonko serait alors définitivement privé de ses droits civiques[47]. Le lendemain la condamnation est confirmée par la Cour suprême[48]. Cependant les avocats de Ousmane Sonko ont prévu de déposer (auprès de la cour) un rabat d’arrêt, c’est-à-dire une demande d’annulation de la décision pour des vices de forme[49].

Manifestations de 2021

Son arrestation le provoque des heurts dans la capitale Dakar et au sud du pays, en Casamance d’où il est originaire, avec notamment des échanges de jets de pierres et des tirs à gaz lacrymogènes, entre des groupes de manifestants et la police, puis des pillages, saccages et scènes de guérilla urbaine les jours qui suivent, ce qui est qualifié d'« actes de nature terroriste » par le ministère de l'Intérieur[50]. Au , ces manifestations font au moins dix morts chez les manifestants.

Après sa libération (et après le deuil national décrété le par le président de la République), Ousmane Sonko appelle à poursuivre la manifestation de manière pacifique sur tout le territoire sénégalais.

Le , Adji Sarr, la victime présumée, s’exprime pour la première fois dans les médias locaux et étrangers (Le Monde) et revient sur les faits présumés. Elle fait part des violences commises : étranglement et mise à terre forcée. Adji Sarr affirme par ailleurs être victime de menaces et devoir vivre cachée. Son employeur lui aurait recommandé d'avorter, fait que cette dernière aurait démenti en plus d'affirmer avoir été l'objet de tentative de corruption pour confirmer les accusations contre Ousmane Sonko de la part de responsables du régime au pouvoir[51].

Manifestations de 2023

Durant les différentes étapes judiciaires du procès entre Adji Sarr et Ousmane Sonko, Dakar est quadrillée par l'armée pour empêcher toute manifestation. Après la condamnation en première instance de Sonko à deux ans de prison, de nombreuses manifestations se déroulent malgré la présence de l'armée[41]. Des affrontements entre les manifestants pro-Sonko et l'armée font au moins 15 morts selon le ministre de l'Intérieur. L'université Cheikh-Anta-Diop de Dakar (UCAD) est le lieu de forts combats entre les étudiants et l'armée, tout comme Dalifort et Grand Yoff (dans l'agglomération de la capitale) ainsi qu'en Casamance, la base politique de Sonko. L'UCAD est ensuite fermée et son campus évacué. L'accès aux applications de communication comme Facebook, WhatsApp ou Twitter est restreint[52],[53],[42],[44].

En , une plainte pour « crimes contre l'humanité » est déposée en France par Juan Branco, un des avocats d'Ousmane Sonko, contre le président Macky Sall, le ministre de l'Intérieur Antoine Diome, le commandant de la gendarmerie Moussa Fall et 112 autres personnes. La plainte parle du « meurtre » de 50 personnes entre et . Une demande d'enquête est aussi soumise à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye contre Macky Sall[54],[55].

Élections législatives de 2022

En vue des élections législatives de 2022, Ousmane Sonko fait de la lutte contre l'homosexualité un argument de campagne[56]. En mars 2023, il déclarait encore qu'une loi durcissant la répression de l'homosexualité serait une des premières qu'il ferait voter s'il était élu président. Il invoquait la religion, mais aussi « un souci de préservation de notre humanité »[57].

Élection présidentielle de 2024 et libération

Après les élections législatives de 2022, où sa coalition fait perdre la majorité absolue au camp présidentiel, Ousmane Sonko annonce son intention de présenter sa candidature à l’élection présidentielle de 2024[58].

Dans le cadre de sa campagne, Sonko critique la relation actuelle entre le Sénégal et la France et souhaite une relation dans laquelle le Sénégal aurait son indépendance économique. Sonko exprime aussi son panafricanisme[59],[58].

Outre l'affaire relative au viol présumé contre Adji Sarr, la campagne présidentielle est aussi rythmée par une autre affaire judiciaire qui concerne l'accusation portée par Ousmane Sonko à l'encontre de Mame Mbaye Niang, ministre du Tourisme : en , Sonko l'accuse d'être nommé dans un rapport de l'Inspection générale d'État pour des malversations dans le Prodac (Programme des domaines agricoles communautaires). Le ministre dépose une plainte pour diffamation, injure publique, faux et usage de faux[60],[61]. La première audience du procès se tient le mais est rapidement renvoyée, à la demande des avocats de Sonko, au . La police lance des grenades lacrymogènes pour repousser les sympathisants de Sonko présents devant le palais de justice. Alors que Sonko se rend à son domicile après le report du procès, la police décide de choisir l'itinéraire que doit prendre Sonko et en particulier de le faire passer dans un tunnel. Sonko refuse et la police casse la vitre de sa voiture pour l'en extraire et le ramener à son domicile. Selon le camp Sonko, il est aussi interdit de sortir de chez lui pour parler à la presse[62]. Le , le procès est de nouveau renvoyé au [63]. Le procès se tient le sans Juan Branco, avocat de Sonko, refoulé la veille par les autorités sénégalaises. Pour empêcher toute manifestation, Dakar est soumise à un important dispositif de sécurité le jour du procès. Ousmane Sonko est condamné pour diffamation à deux mois de prison avec sursis et 200 millions de FCFA de dommages-intérêts. Les avocats de Sonko et de Mbaye Niang considèrent que Sonko n'est pas privé de ses droits civiques et peut se présenter à l'élection présidentielle[64],[65],[66]. Le procès en appel doit se dérouler le , avant même l'expiration du délai pour déposer un appel. Cette hâte est critiquée par Bassirou Diomaye Faye, secrétaire général du Pastef. Ce dernier est par la suite arrêté et placé en garde à vue pour ses propos, pour « diffusion de fausses nouvelles , outrage à magistrat et diffamation envers un corps constitué »[67]. Le procès, renvoyé au 8 mai 2023, se déroule sans Sonko, et confirme la condamnation en première instance mais la peine est augmentée à 6 mois de prison avec sursis, ce qui rendrait Sonko inéligible pour l'élection présidentielle[68],[69]. Sonko se pourvoit ensuite en cassation devant la Cour suprême[70].

Le 10 mai 2023, Ousmane Sonko réitère sa volonté d'être candidat à l'élection présidentielle de 2024[71].

Le , peu après la réquisition de 10 ans de prison contre lui dans le procès intenté par Adji Sarr, Sonko lance une « caravane de la liberté ». La caravane part de Ziguinchor, ville dont Sonko est maire, et prévoit de se rendre à Dakar. L'objectif annoncé de cette caravane est de dénoncer l'instrumentalisation de la justice par le régime de Macky Sall. Sonko est arrêté à Velingara le et amené à Dakar. Selon le ministre de l'Intérieur, il ne s'agit pas d'une arrestation mais d'un « encadrement jusqu'à son domicile ». Le gouvernement invoque le manque d'autorisations et le risque de troubles à l'ordre public pour disperser le convoi. La caravane obtient un large soutien populaire sur son parcours mais plusieurs heurts opposent les sympathisants de Sonko aux forces gouvernementales. Une personne est tuée par balle[72],[73],[74].

Le , Sonko est arrêté. Les raisons de cette arrestation sont peu claires. Le procureur la justifie en invoquant différents délits et crimes commis par Sonko comme le vol du téléphone portable d'une gendarme qui le filmait ou des propos « subversifs »[75],[76]. Le , Sonko est poursuivi pour des appels à l'insurrection et complot contre l'État puis placé en détention[77].

Le même jour, le gouvernement décide de dissoudre le Pastef pour le motif d'appels à des « mouvements insurrectionels ». Cette décision est contestée par l'opposition[78],[79].

Toujours le même jour, Ousmane Sonko entame une grève de la faim. Il proteste contre les accusations qui sont portées contre lui par la justice ainsi que le « régime dictatorial » du président Sall[80]. Le , il est hospitalisé à Dakar[81]. Le 17 août 2023, il tombe dans le coma et est admis en réanimation. Il reprend conscience le même jour[80]. Le , le Pastef annonce la suspension de la grève de la faim de Sonko, ceci à la demande du khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké[82],[83].

En , la Cour suprême du Sénégal valide le refus fait à Sonko (par la direction générale des élections) de retirer des formulaires destinés à récolter les parrainages nécessaires à un dossier de candidature à l'élection présidentielle. Ce refus est motivé par le fait que Sonko est radié des listes électorales[84]. Toutefois, le même mois, le tribunal administratif de Ziguinchor, ville où réside et vote Sonko, annule la radiation de Sonko de la liste électorale. Au cours de cette audience, le gouvernement tente de récuser le juge Sabassy Faye qui préside le procès. Sonko doit donc pouvoir obtenir les fiches servant à récolter les parrainages[85]. La Commission électorale nationale autonome (CENA) demande alors à la direction générale des élections (DGE), dépendant du ministère de l'Intérieur, de réintégrer Sonko sur la liste électorale et de lui fournir les documents pour candidater à l'élection mais celle-ci refuse[86]. Les avocats d'Ousmane Sonko saisissent la cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) afin de réintégrer ce dernier sur les listes électorales[87].

Le 18 octobre 2023, Ousmane Sonko annonce reprendre sa grève de la faim, arrêtée fin septembre, afin de « protester contre [sa] détention arbitraire et électoraliste et celle de centaines de patriotes »[88],[89]. Sa santé se dégrade à la fin du mois et il est placé en soins intensifs. En novembre, l'administration pénitentiaire considère que Sonko a arrêté sa grève de la faim et le renvoie en prison, au cap Manuel, à Dakar[90].

Le 17 novembre 2023, la Cour de justice de la Cédéao considère que l'État sénégalais n'a pas violé les droits d'Ousmane Sonko. La Cour refuse de se prononcer sur la radiation de Sonko des listes électorales[91]. Le même jour, la Cour suprême du Sénégal annule la décision du tribunal de Ziguinchor du 12 octobre 2023 et renvoie l'affaire au tribunal hors classe de Dakar, pour qu’elle soit rejugée[92]. Sa radiation des listes électorales est donc toujours effective et il ne peut participer à l'élection présidentielle de 2024[93]. Le 23 novembre 2023, des proches confirment qu'il a arrêté sa grève de la faim[94].

Le , Ousmane Sonko veut déposer la caution en vue de concourir à l'élection présidentielle de 2024 mais celle-ci est rejetée car Sonko n'est, en l'état, pas éligible à cette formalité exigée pour être candidat, car il a été radié des listes électorales[95].

Le verdict dans le nouveau procès sur l'éligibilité de Sonko est rendu le et Sonko est déclaré éligible et réintégré sur les listes électorales[96].

Le , Ousmane Sonko dépose son dossier de candidature pour l'élection présidentielle devant le Conseil constitutionnel[97].

Le , Ousmane Sonko est investi candidat par son parti politique[98].

Le 4 janvier 2024, après douze heures de débats, la Cour suprême confirme, et au détriment de Sonko, la condamnation de six mois de prison avec sursis pour diffamation, remettant ainsi en cause sa participation aux élections présidentielles[99],[100],[101].

Le 5 janvier 2024, Le Conseil constitutionnel du Sénégal rejette la candidature de Ousmane Sonko à la présidentielle, au motif que son dossier de candidature est incomplet[102]. Les avocats d’Ousmane Sonko annoncent lancer une réclamation à la suite du refus du Conseil constitutionnel d’examiner son dossier de candidature[103].

Le , le Conseil constitutionnel sénégalais publie la liste définitive des candidats à l'élection présidentielle de 2024, liste sur laquelle le nom de Ousmane Sonko ne figure pas, confirmant ainsi l'invalidation de sa candidature et, ipso facto, sa non-participation[104],[105]. Sonko annonce alors son soutien à Bassirou Diomaye Faye[106]. En arrière plan, la présidence sénégalaise a entamé le dialogue avec Ousmane Sonko pour tenter d’apaiser les tensions politiques[107].

Début mars 2024, un projet de loi d'aministie (initié par le gouvernement pour apaiser un climat social et politique très tendu) va bénéficier à Ousmane Sonko et à Bassirou Diomaye Faye. Le projet (contesté par une partie de l'opposition car amnistiant aussi les auteurs de la répression des manifestations entre 2021 et 2024) est adopté[108],[109].

Le , Ousmane Sonko bénéficie d'une réhabilitation et réintégration sur les listes électorales. Parallèlement, sa condamnation par contumace est annulée[110]. Le , il est libéré de prison[111]. Sonko promet de faire du durcissement de la criminalisation de l'homosexualité — déjà passible au Sénégal de un à cinq ans de prison — l'une des premières loi du prochain quinquennat, par conviction religieuse mais « surtout » dans un « souci de préservation de notre humanité »[112].

Le 24 mars suivant, Bassirou Diomaye Faye remporte l'élection présidentielle dès le premier tour.

Premier ministre

Le 2 avril 2024, Ousmane Sonko est nommé Premier ministre par le nouveau président Bassirou Diomaye Faye[113],[114]. Il forme son gouvernement qui est nommé le 5 avril suivant[115].

Polémiques et critiques

Selon le journal français La Croix, les détracteurs d'Ousmane Sonko lui reprochent d'une part son militantisme de jeunesse dans l'Association des élèves et étudiants musulmans du Sénégal (AEEMS)[116], d'autre part sa promesse de durcir la loi pénalisant l'homosexualité[117],[118].

Notes et références

  1. « Ousmane Sonko », sur assemblee-nationale.sn (consulté le ).
  2. « Sénégal : la femme qui accuse le chef de l’opposition de viol persiste et assure que Macky Sall n’est pas intervenu dans le dossier », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Portrait de candidat : Ousmane Sonko, l'étoile montante », sur VOA (consulté le ).
  4. « OUSMANE SONKO, UN ANCIEN INSPECTEUR DES IMPÔTS À LA CONQUÊTE DU POUVOIR », sur SenePlus, (consulté le ).
  5. « Sénégal : la Cour suprême confirme la radiation du candidat malheureux Ousmane Sonko », sur Afrik.com, (consulté le ).
  6. Benjamin Roger, « Sénégal : Ousmane Sonko, l’accusateur du clan Macky Sall », sur jeuneafrique.com, (consulté le ).
  7. Amadou Tom Seck, « Pétrole et gaz au Sénégal. Chronique d'une spoliation », sur Le Monde diplomatique, (consulté le ).
  8. « Sénégal. Sonko, l’inspecteur courage », sur Courrier international, (consulté le ).
  9. Aminata Diouf, « Graves révélations dans son livre sur le pétrole sénégalais : Ousmane Sonko suivi de près par les Américains », sur pressafrik.com, (consulté le ).
  10. « Invité Afrique - Gaz et pétrole au Sénégal: l'opposant Ousmane Sonko «charge Macky Sall» », sur RFI, (consulté le ).
  11. Modèle:Lien web titre=Livre de Sonko : La directrice du Commerce extérieur rejette les «Solutions».
  12. « Resultats des locales 2022 a Ziguinchor ».
  13. « Ousmane Sonko officiellement maire de Ziguinchor ».
  14. Théa Ollivier, « Sénégal: l’opposant Ousmane Sonko remporte la mairie de Ziguinchor, une étape importante », Radio France internationale,
  15. « Sénégal : ce que contient la plainte pour « viols et menaces de mort » contre Ousmane Sonko », sur jeuneafrique.com, Jeune Afrique, (consulté le ).
  16. « Ce que l'on sait de l'affaire Ousmane Sonko », sur BBC News Afrique, (consulté le ).
  17. Marième Soumaré, « Plainte contre Ousmane Sonko au Sénégal : ce que révèlent les PV d’auditions », sur jeuneafrique.com, Jeune Afrique, (consulté le ).
  18. a et b Théa Ollivier, « Une accusation de viol contre l’opposant Ousmane Sonko secoue le Sénégal », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Plainte contre Ousmane Sonko au Sénégal : ce que révèlent les PV d’auditions », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  20. « Sénégal: l’opposant Ousmane Sonko convoqué à la gendarmerie suite à une accusation de viol », sur RFI, (consulté le ).
  21. « Affaire Sonko au Sénégal: une commission pour statuer sur son immunité parlementaire », sur RFI, (consulté le ).
  22. a et b « Affaire Ousmane Sonko : sur qui l’opposant s’appuie-t-il pour mener la riposte ? », sur JeuneAfrique.com, (consulté le ).
  23. « Sénégal : Ousmane Sonko perd son immunité parlementaire », sur JeuneAfrique.com, (consulté le ).
  24. « Ousmane Sonko : trajectoire d’un incorruptible opposant soupçonné de viols », sur JeuneAfrique.com, (consulté le ).
  25. « Sénégal: Ousmane Sonko annonce qu'il va se rendre à la convocation du juge d'instruction », sur rfi.fr, RFI, (consulté le ).
  26. « Point de presse 3 mars Ousmane Sonko ».
  27. « Au Sénégal, l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko déclenche des émeutes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « Ousmane Sonko : Cinq choses à savoir sur l’opposant sénégalais condamné à 2 ans ferme de prison », sur BBC News Afrique, (consulté le )
  29. « Sénégal: l'opposant Sonko, gardé à vue, conserve le silence (avocat) », sur tv5monde.com, TV5 Monde, (consulté le ).
  30. « Sénégal: l'opposant Ousmane Sonko à nouveau devant le juge ce lundi », sur rfi.fr, RFI, (consulté le ).
  31. Le Figaro avec AFP, « Sénégal: le juge ordonne de relâcher l'opposant Sonko, sous contrôle judiciaire », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le ).
  32. « Au Sénégal, le renvoi d’Ousmane Sonko devant un tribunal maintenu », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  33. Matthieu Millecamps, « Sénégal : Ousmane Sonko interdit de se rendre à Lomé pour débattre de l’avenir du franc CFA », sur www.jeuneafrique.com, Jeune Afrique, (consulté le ).
  34. Charlotte Idrac, « Sénégal: Ousmane Sonko revient sur son audition face au juge et dénonce les «comploteurs» », RFI,
  35. Charlotte Idrac, « «Décevant», «complot politique»: au Sénégal, Adji Sarr et Ousmane Sonko face à face », RFI,
  36. « Sénégal, Ousmane Sonko renvoyé devant un tribunal pour viols présumés », sur Jeune Afrique, (consulté le ).
  37. « Au Sénégal, le renvoi d’Ousmane Sonko devant un tribunal maintenu », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  38. Théa Ollivier, « Sénégal: dix ans de réclusion criminelle requis contre l'opposant Ousmane Sonko pour viols », Radio France internationale,
  39. « Procès pour viol : au Sénégal, dix ans de prison requis contre l’opposant Ousmane Sonko », sur Libération (consulté le )
  40. « Sénégal: l’opposant Ousmane Sonko condamné à 2 ans de prison ferme pour «corruption de la jeunesse» », sur RFI, (consulté le )
  41. a et b « Au Sénégal, l’opposant Ousmane Sonko a été condamné à deux ans de prison ferme pour « corruption de la jeunesse » », sur Le Monde Afrique (consulté le )
  42. a et b « Au Sénégal, le pouvoir déploie les forces armées dans les rues de Dakar », Le Monde et AFP,
  43. « Sénégal: tensions persistantes après la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko », RFI,
  44. a et b Charlotte Idrac, « Violences au Sénégal: les camps politiques se renvoient la responsabilité », RFI,
  45. « Sénégal : « La dissolution du Pastef, un coup de massue à la démocratie sénégalaise » », sur information.tv5monde.com, (consulté le )
  46. LIBERATION et AFP, « Sénégal : la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko est «définitive», ses ambitions présidentielles s’envolent », sur Libération (consulté le )
  47. Radio France Internationale et RFI, « Afrique Sénégal: la Cour suprême doit statuer dans le procès pour diffamation d'Ousmane Sonko », sur Radio France Internationale (consulté le )
  48. Le Monde et Le Monde, « Sénégal : la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko pour diffamation confirmée par la Cour suprême », sur Le Monde (consulté le )
  49. rfi et rfi, « Afrique Au Sénégal, les avocats et les proches d’Ousmane Sonko préparent la riposte », sur Radio France Internationale (consulté le )
  50. Théa Ollivier, « Au Sénégal, l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko déclenche des émeutes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. « « Ousmane Sonko a gagné » : au Sénégal, Adji Sarr sort du silence et réitère ses accusations », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. Ndiasse Sambe, « Tensions au Sénégal: les footballeurs Mané, Guèye et Diatta prennent position », RFI,
  53. Moussa Ngom, « Au Sénégal, l’université de Dakar, symbole d’une journée de chaos après la condamnation d’Ousmane Sonko », Le Monde,
  54. « Plainte en France et demande d'enquête à la CPI contre le président sénégalais pour «crimes contre l'humanité» », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. « Sénégal: plainte en France et demande d'enquête à la CPI contre Macky Sall pour «crimes contre l'humanité» », Radio France internationale,
  56. « Pour les homosexuels au Sénégal, une vie empêchée », sur KOMITID, (consulté le ).
  57. « Sénégal: un opposant promet de durcir la loi contre l'homosexualité s'il est président », sur Le Figaro, (consulté le )
  58. a et b Théa Ollivier, « Sénégal: Ousmane Sonko se porte candidat pour la prochaine présidentielle », sur RFI, (consulté le ).
  59. « Sénégal: l'opposant Ousmane Sonko à la conquête de la présidence », Radio France internationale,
  60. Charlotte Idrac, « Sénégal: l'opposant Ousmane Sonko convoqué par la justice pour diffamation », Radio France internationale,
  61. Charlotte Idrac, « Sénégal: le procès d'Ousmane Sonko pour diffamation renvoyé au 16 février », Radio France internationale,
  62. Charlotte Idrac, « Sénégal: le procès pour diffamation de l’opposant Ousmane Sonko renvoyé au 16 mars », Radio France internationale,
  63. « Sénégal: le procès pour diffamation de l’opposant Ousmane Sonko renvoyé au 30 mars », Radio France internationale,
  64. Mhedi Bah, « Ousmane Sonko est condamné mais reste éligible », sur Jeune Afrique, (consulté le ).
  65. Charlotte Idrac, « Sénégal: l’opposant Ousmane Sonko condamné à 2 mois de prison avec sursis pour diffamation », Radio France internationale,
  66. « Au Sénégal, Ousmane Sonko est condamné mais « reste éligible » », AFP et Le Monde,
  67. Théa Ollivier, « Sénégal: le bras droit de l’opposant Ousmane Sonko arrêté et placé en garde à vue », Radio France internationale,
  68. « Le procès en appel d'Ousmane Sonko renvoyé au 8 mai », Jeune Afrique (consulté le )
  69. Charlotte Idrac, « Sénégal: l'opposant Ousmane Sonko condamné en appel à 6 mois de prison avec sursis pour diffamation et injures », RFI,
  70. « Cour suprême : Ousmane Sonko a tranché », Seneweb,
  71. « Sénégal : Ousmane Sonko contre-attaque après son procès • RFI », (consulté le )
  72. Juliette Dubois, « Sénégal: Ousmane Sonko arrêté et raccompagné à Dakar par la gendarmerie », Radio France internationale,
  73. « Sénégal: nombreuses tensions autour de la «caravane de la liberté» de l'opposant Ousmane Sonko », RFI,
  74. Charlotte Idrac, « Sénégal: le convoi de l’opposant Ousmane Sonko en route pour Dakar », RFI,
  75. « Au Sénégal, l’opposant Ousmane Sonko a été arrêté, le procureur évoque « divers chefs de délits et crimes » », AFP et Le Monde,
  76. « Sénégal: l'opposant Ousmane Sonko interpellé par la gendarmerie devant chez lui », RFI,
  77. Birahim Touré, « Sénégal: l’opposant Ousmane Sonko placé en détention, l’Internet mobile suspendu dans le pays », Radio France internationale,
  78. Théa Ollivier, « Dissolution du Pastef au Sénégal: un recul démocratique pour les uns, une nécessité pour d'autres », RFI, date=2 8 2023
  79. « Sénégal: le gouvernement dissout le parti de l'opposant Ousmane Sonko, 2 morts dans des manifestations », RFI,
  80. a et b « Sénégal: l’opposant Ousmane Sonko a été admis en réanimation », RFI,
  81. Théa Olliver, « Sénégal: inquiétude autour de l'état de santé de l'opposant Ousmane Sonko, toujours en grève de la faim », Radio France internationale,
  82. « Ousmane Sonko a suspendu sa grève de la faim », Jeune Afrique,
  83. « Sénégal: l’opposant Ousmane Sonko «suspend» sa grève de la faim, annonce un porte-parole du Pastef », Radio France internationale,
  84. Léa-Lisa Westerhoff, « Sénégal: la Cour suprême rejette la requête de l’opposant Ousmane Sonko », Radio France internationale,
  85. Léa-Lisa Westerhoff, « Sénégal: un tribunal ordonne la réintégration de l'opposant Ousmane Sonko sur les listes électorales », Radio France internationale,
  86. « Au Sénégal, Ousmane Sonko ne pourra pas se réinscrire sur les listes électorales », Le Monde,
  87. « Election présidentielle au Sénégal : la Cour de justice de la Cedeao saisie du cas d’Ousmane Sonko », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  88. « Au Sénégal, l’opposant Ousmane Sonko annonce reprendre sa grève de la faim », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  89. « Au Sénégal, Ousmane Sonko reprend sa grève de la faim », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  90. Léa-Lisa Westerhoff, « Sénégal: l'opposant Ousmane Sonko transféré en prison après trois mois d'hospitalisation », Radio France internationale,
  91. Léa-Lisa Westerhoff, « Ousmane Sonko: la Cour de justice de la Cédéao juge qu’aucun des droits de l’opposant sénégalais n’a été violé », Radio France internationale,
  92. « Sénégal : la Cour suprême casse un jugement qui remettait l’opposant Ousmane Sonko dans la course à la présidentielle », Le Monde et AFP,
  93. « Sénégal : la Cour suprême casse un jugement qui remettait l’opposant Ousmane Sonko dans la course à la présidentielle », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  94. « Sénégal : l’opposant emprisonné Ousmane Sonko a mis fin à sa grève de la faim », Le Monde et AFP,
  95. « Sénégal: rejet de la caution d'Ousmane Sonko pour se porter candidat à la présidentielle », Radio France Internationale,
  96. « Présidentielle au Sénégal: la justice réintègre Sonko sur les listes et ouvre la voie à sa candidature », Radio France internationale,
  97. « Sénégal/Présidentielle: Ousmane Sonko a déposé son dossier de candidature au Conseil constitutionnel », Radio France internationale,
  98. « Au Sénégal, l’opposant emprisonné Ousmane Sonko investi candidat à la présidentielle par son camp », AFP et Le Monde,
  99. « Au Sénégal, la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko pour diffamation confirmée par la Cour suprême », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  100. « Au Sénégal, la participation d’Ousmane Sonko à la présidentielle plus que jamais compromise », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  101. « Sénégal: condamnation confirmée pour Ousmane Sonko, l'éligibilité de l'opposant remise en question », sur RFI, (consulté le )
  102. « Présidentielle au Sénégal : le Conseil constitutionnel rejette la candidature d'Ousmane Sonko », TV5 Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  103. « Au Sénégal, les avocats et les proches d’Ousmane Sonko préparent la riposte », Radio France Internationale,‎ (lire en ligne, consulté le )
  104. Ankou Sodjago, « Présidentielle 2024 : Découvrez la liste définitive des candidats (Document) », sur Senego.com, (consulté le )
  105. Laureline Savoye, « Vidéo. Sénégal : quel candidat représentera Ousmane Sonko à la présidentielle ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  106. « Sénégal : une vidéo attribuée à Ousmane Sonko confirme son choix pour la présidentielle », AFP et Le Monde,
  107. « Sénégal: entre la présidence et Ousmane Sonko, un dialogue semble désormais possible », Radio France International,
  108. « Au Sénégal, Ousmane Sonko vers une amnistie partielle », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  109. Léa-Lisa Westerhoff, « Sénégal: l'Assemblée nationale adopte une loi d'amnistie en pleine crise politique », Radio France internationale,
  110. Modou Mamoune Tine, « La condamnation de Ousmane Sonko par contumace définitivement anéantie », senenews.com,
  111. BFMTV, « SÉNÉGAL: L'oppssant Ousmane Sonko Libéré de prison, Scène de liesse à Dakar », BFMTV,
  112. « Sénégal: un opposant promet de durcir la loi contre l'homosexualité s'il est président », sur Le Figaro.fr, Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  113. « Bassirou Diomaye Faye nomme Ousmane Sonko Premier ministre », Jeune Afrique, .
  114. Barry Souleymane, « Urgent : Le président Diomaye Faye nomme Ousmane Sonko au poste de Premier ministre », sur Senenews, (consulté le )
  115. « Sénégal : le président Faye nomme un gouvernement "de rupture" avec de nouveaux visages », sur France 24, (consulté le )
  116. « Sénégal : qui est Ousmane Sonko, l’homme qui a réveillé la colère de la jeunesse ? », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  117. « Sénégal: un opposant promet de durcir la loi contre l'homosexualité s'il est président », sur LEFIGARO, (consulté le )
  118. Ayoba Faye, « Assemblée nationale : Ousmane Sonko va proposer la peine de mort pour les tueurs d'enfants », sur PRESSAFRIK.COM (consulté le )

Liens externes