Conservatisme social

Le conservatisme social, également appelé conservatisme sociétal, est une branche du conservatisme axée sur la défense de ce qui est perçu comme étant la « moralité traditionnelle » ou les « bonnes mœurs ».

Cette idéologie relativement jeune émerge comme une forme distincte de conservatisme au cours des années 1960 en réponse aux transformations sociales initiées par la révolution sexuelle, le mouvement féministe et le mouvement pour les droits LGBTQI+[1]. Bien que les revendications du conservatisme social ne lui soient pas exclusives, comme on les retrouve dans le conservatisme plus large, ce qui distingue cette idéologie est le fait qu’elle s'appuie davantage sur la pensée religieuse plutôt que politique pour faire avancer ses causes[2].

Aux États-Unis, le conservatisme social a pris beaucoup d'ampleur pendant les années 1980 durant la présidence de Ronald Reagan. Cette période a été particulièrement marquée par des campagnes moralisatrices telles que Mothers Against Drunk Driving (MADD) et le mouvement anti-avortement qui, en sus de leurs enjeux respectifs, dénonçaient ce qu'elles percevaient comme étant les excès de la tradition libérale[3]. Du côté du Canada, les principales revendications des conservateurs sociaux dans les années 1980 concernaient le mouvement anti-avortement avant de se tourner vers les droits des personnes homosexuelles la décennie suivante[4]. Cependant, il n'y a pas de politiques ou de positions qui définissent de façon universelle tous les conservateurs sociaux.

Définition

De manière générale, il existe un large consensus selon lequel le conservatisme social est une idéologie qui se définit par l'adhésion à des attitudes traditionnelles et moralistes en ce qui concerne les droits reproductifs, l'orientation sexuelle et la sexualité en général[5] ainsi qu'à la protection de l'unité familiale[6]. Les conservateurs sociaux préconisent également une philosophie qui diffère de celle des conservateurs traditionnels et fiscaux en ce qui concerne le rôle de l'État. D'abord, le conservatisme social considère que l'État et ses institutions peuvent et doivent être utilisés pour défendre ses positions de fond par rapport à l'avortement, l'homosexualité, l'aide médicale à mourir et le « féminisme radical »[6]. De plus, étant donné qu’une grande partie de l'impulsion derrière le mouvement est ancrée dans les croyances religieuses, notamment l'évangélisme, le fondamentalisme et le catholicisme[7], les conservateurs sociaux sont souvent en faveur de l'application directe des enseignements religieux au domaine de la politique[6]. Ainsi, le conservatisme social fait donc appel à une certaine « régulation étatique de la moralité »[5]. En revanche, la politisation des mœurs et des valeurs religieuses n'est pas un principe que défendent les conservateurs traditionnels et fiscaux[7],[1].

Selon le politologue canadien Jim Farney, le conservatisme social fait au moins une de deux affirmations philosophiques. La première est que les forces morales que l'on retrouve ancrées dans des institutions comme la famille traditionnelle sont nécessaires pour assurer la santé des démocraties libérales et du système économique capitaliste[1]. La deuxième affirmation est que le conservatisme social, en s'inspirant du mouvement féministe, accepte l'idée selon laquelle « le privé est désormais politique » et que la promotion et la défense des valeurs traditionnelles doivent s'effectuer à travers les moyens politiques que l'État permet[4],[8],[7]. De la même manière que les mouvements progressistes et contrairement aux autres branches du conservatisme, les conservateurs sociaux ont fait de l'action politique sur les enjeux sociaux l'une de leurs priorités[8].

Les prises de position du conservatisme social ne se limitent pas toutefois à la défense d'enjeux moraux tels que l'avortement, l'homosexualité et l'unité familiale. Notamment, certaines recherches ont identifié une dimension punitive en vertu de laquelle les adhérents à cette branche du conservatisme vont avoir tendance à appuyer des mesures comme la peine de mort (mais pas nécessairement) ainsi que des peines de prison plus sévères[9].

L'importance qui est accordée aux enseignements du fondamentalisme religieux et à l'autorité biblique est l'un des principaux facteurs à l'origine de cette dimension punitive[9]. L'ethnocentrisme est une autre dimension importante du conservatisme social et est représenté à travers des mesures visant à limiter l'immigration et le refus du multiculturalisme[9]. D'autres recherches plus récentes identifient également le patriotisme, le militarisme et la sécurité nationale comme des valeurs que défendent les conservateurs sociaux[10]. Dans la même veine, le droit à la possession d'armes à feu est souvent évoqué comme un enjeu que défendent les conservateurs sociaux[11]. Les conservateurs sociaux sont généralement hostiles à la libéralisation du cannabis et favorables à l'interdiction de l'accès à la pornographie pour les mineurs. Enfin, ils sont généralement favorables à une régulation de la prostitution.

Il faut toutefois noter qu'il n'existe pas une définition universelle du conservatisme social. Cette branche de l'idéologie conservatrice se manifeste sous différentes formes en fonction de l'époque et du lieu dans laquelle elle évolue. Des conservateurs sociaux peuvent être par exemple très favorables à l'éducation des filles. Tout comme le conservatisme et le libéralisme, les échelles mesurant les attitudes du conservatisme social sont un produit de leur époque[9],[12]. Ainsi, la notion de temps souligne le besoin de mettre à jour les principes qui sont attribués au conservatisme social, puisque ceux-ci sont voués à changer au fil du temps. Finalement, le conservatisme social doit prendre en compte les spécificités (culturelles, politiques, institutionnelles) des différents pays et territoires dans lequel celui-ci se trouve. Par exemple, les spécificités du contexte canadien vont faire en sorte que le pays va adopter une version du conservatisme social qui est différente de celle que l'on observe aux États-Unis[13].

Principes

Il y a quatre principes fondamentaux qui caractérisent la pensée des conservateurs sociaux :

1- La préservation de la « famille traditionnelle »

Le conservatisme social tend ainsi à s'opposer notamment au mariage homosexuel, à l'homoparentalité, au concubinage ou encore au divorce, etc. Cette opposition varie selon les époques et les endroits.

2- La sacralité de la vie humaine, conçue comme allant de la fécondation à la mort

Le conservatisme social est donc généralement plus ou moins hostile à l'IVG (on parle de positionnement « pro-vie »), à l'euthanasie ou au suicide assisté.

3- Religiosité

La religion joue un rôle important dans la construction du conservatisme social. D'abord, les individus qui ont des croyances religieuses sont plus susceptibles d'adhérer aux valeurs véhiculées par le conservatisme social[14],[15]. Ensuite, en plus de ses origines religieuses, le conservatisme social est en faveur d'une certaine application des enseignements religieux à la politique[1]. Finalement, les conservateurs sociaux évoquent fréquemment la liberté de religion pour défendre leurs causes, notamment en ce qui concerne l'opposition au mariage entre personnes de même sexe. Dans ce contexte, l'argument de la liberté de religion sert à défendre un « espace de conscience personnelle imperméable à l'intervention de l'État »[16].

4- Défense des conventions morales

Contrairement aux conservateurs fiscaux, les conservateurs sociaux sont particulièrement préoccupés par la violation des conventions morales auxquelles ils adhèrent. Ainsi, les défendeurs de cette idéologie ont tendance à appuyer l'imposition de mesures punitives ou agressives à l'endroit des contrevenants[17]. Cette tendance peut s'exprimer par l'imposition de peines de prison plus sévères, voire au recours à la peine de mort en fonction des crimes commis[9]. Les conservateurs sociaux sont également plus susceptibles d'appuyer des actes d'agressions militaires afin de défendre leurs conventions morales[18]. La politique étrangère soutenue par certains conservateurs sociaux met l'accent sur le hard power, ou les forces armées, afin d'être en mesure d'agir contre les adversaires potentiels[19]. Plus généralement, la défense des conventions morales s'accompagne parfois d'une plus grande intolérance à l'endroit des individus ou groupes qui n'y adhèrent pas[20].

Conservatisme social dans différents pays

Canada

Au Canada, le conservatisme social est historiquement incarné par des partis politiques de droite tels que le parti créditiste et le parti réformiste du Canada. De nos jours, il existe une faction du Parti conservateur du Canada qui penche vers le conservatisme social[21],[22].

Notes et références

  1. a b c et d (en) James Harold Farney, Social conservatives and party politics in Canada and the United States, (ISBN 978-1-4426-9961-8 et 1-4426-9961-2, OCLC 806393087), « Conservative Ideology and Social Change », p. 22
  2. (en) Jim Farney, « Cross-border influences or parallel developments? A process-tracing approach to the development of social conservatism in Canada and the US », Journal of Political Ideologies, vol. 24, no 2,‎ , p. 140 (ISSN 1356-9317, DOI 10.1080/13569317.2019.1589953, lire en ligne, consulté le )
  3. (en) Jon A. Shields, « Fighting Liberalism’s Excesses: Moral Crusades During the Reagan Revolution », Journal of Policy History, vol. 26, no 1,‎ , p. 103–120 (ISSN 0898-0306 et 1528-4190, DOI 10.1017/S0898030613000390, lire en ligne, consulté le )
  4. a et b (en) James Farney, « The Personal Is Not Political: The Progressive Conservative Response to Social Issues », American Review of Canadian Studies, vol. 39, no 3,‎ , p. 243 (ISSN 0272-2011, DOI 10.1080/02722010903146076, lire en ligne, consulté le )
  5. a et b (en) Jonathan Malloy, David Morton Rayside (dir.) et James Harold Farney (dir.), Conservatism in Canada, (ISBN 978-1-4426-6631-3 et 1-4426-6631-5, OCLC 871355533), « The Relationship between the Conservative Party of Canada and Evangelicals and Social Conservatives », p. 187
  6. a b et c (en) James Harold Farney, Social conservatives and party politics in Canada and the United States, (ISBN 978-1-4426-9961-8 et 1-4426-9961-2, OCLC 806393087), « Conservative Ideology and Social Change », p. 21-22
  7. a b et c (en) Jim Farney, « Cross-border influences or parallel developments? A process-tracing approach to the development of social conservatism in Canada and the US », Journal of Political Ideologies, vol. 24, no 2,‎ , p. 142 (ISSN 1356-9317, DOI 10.1080/13569317.2019.1589953, lire en ligne, consulté le )
  8. a et b (en) James Harold Farney, Social conservatives and party politics in Canada and the United States, (ISBN 978-1-4426-9961-8 et 1-4426-9961-2, OCLC 806393087), « Conservative Ideology and Social Change », p. 23
  9. a b c d et e (en) J. P. Henningham, « A 12-item scale of social conservatism », Personality and Individual Differences, vol. 20, no 4,‎ , p. 517–519 (ISSN 0191-8869, DOI 10.1016/0191-8869(95)00192-1, lire en ligne, consulté le )
  10. (en) Jim A. C. Everett, « The 12 Item Social and Economic Conservatism Scale (SECS) », PLOS ONE, vol. 8, no 12,‎ , p. 7 (ISSN 1932-6203, PMID 24349200, PMCID PMC3859575, DOI 10.1371/journal.pone.0082131, lire en ligne, consulté le )
  11. (en) Harry F. Dahms, Mediations of Social Life in the 21st Century, Emerald Group Publishing, (ISBN 978-1-78441-222-7, lire en ligne), « Social Conservatism, Distractors and Authoritarianism: Axiological Versus Instrumental Rationality », p. 101
  12. (en) Jim A. C. Everett, « The 12 Item Social and Economic Conservatism Scale (SECS) », PLOS ONE, vol. 8, no 12,‎ , p. 2 (ISSN 1932-6203, PMID 24349200, PMCID PMC3859575, DOI 10.1371/journal.pone.0082131, lire en ligne, consulté le )
  13. (en) James Harold Farney, Social conservatives and party politics in Canada and the United States, (ISBN 978-1-4426-9961-8 et 1-4426-9961-2, OCLC 806393087), « Introduction », p. 3-11
  14. (en) Ben Gaskins, Matt Golder et David A. Siegel, « Religious Participation, Social Conservatism, and Human Development », The Journal of Politics, vol. 75, no 4,‎ , p. 1140 (ISSN 0022-3816, DOI 10.1017/S0022381613000765, lire en ligne, consulté le )
  15. (en) Selahattin Adil Saribay et Onurcan Yilmaz, « Relationships between core ideological motives, social and economic conservatism, and religiosity: Evidence from a Turkish sample », Asian Journal of Social Psychology, vol. 21, no 3,‎ , p. 206 (ISSN 1367-2223, DOI 10.1111/ajsp.12213, lire en ligne, consulté le )
  16. (en) H. Howell Williams, « From Family Values to Religious Freedom: Conservative Discourse and the Politics of Gay Rights », New Political Science, vol. 40, no 2,‎ , p. 246 (ISSN 0739-3148, DOI 10.1080/07393148.2018.1449064, lire en ligne, consulté le )
  17. (en) Richard J. Harnish, K. Robert Bridges et Joshua T. Gump, « Predicting Economic, Social, and Foreign Policy Conservatism: the Role of Right-Wing Authoritarianism, Social Dominance Orientation, Moral Foundations Orientation, and Religious Fundamentalism », Current Psychology, vol. 37, no 3,‎ , p. 670 (ISSN 1936-4733, DOI 10.1007/s12144-016-9552-x, lire en ligne, consulté le )
  18. (en) Lazar Stankov, « From social conservatism and authoritarian populism to militant right-wing extremism », Personality and Individual Differences, vol. 175,‎ , p. 3-4 (ISSN 0191-8869, DOI 10.1016/j.paid.2021.110733, lire en ligne, consulté le )
  19. Manuel Dorion-Soulié et Stéphane Roussel, « « Oui » à l'Irak? Le baptême du feu de Stephen Harper et l’émergence du néocontinentalisme (2002–2003) », Canadian Foreign Policy Journal, vol. 20, no 1,‎ , p. 11-14 (ISSN 1192-6422, DOI 10.1080/11926422.2014.906360, lire en ligne, consulté le )
  20. (en) Richard J. Harnish, K. Robert Bridges et Joshua T. Gump, « Predicting Economic, Social, and Foreign Policy Conservatism: the Role of Right-Wing Authoritarianism, Social Dominance Orientation, Moral Foundations Orientation, and Religious Fundamentalism », Current Psychology, vol. 37, no 3,‎ , p. 675 (ISSN 1936-4733, DOI 10.1007/s12144-016-9552-x, lire en ligne, consulté le )
  21. (en) David Morton Rayside et James Harold Farney, Conservatism in Canada, (ISBN 978-1-4426-6631-3 et 1-4426-6631-5, OCLC 871355533), « Canadian Populism in the Era of the United Right », p. 44
  22. (en) Richard W. Jenkins, « How Campaigns Matter in Canada: Priming and Learning as Explanations for the Reform Party's 1993 Campaign Success », Canadian Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, vol. 35, no 2,‎ , p. 383 (ISSN 1744-9324 et 0008-4239, DOI 10.1017/S0008423902778281, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Russell Kirk The Conservative Mind: From Burke to Eliot, Regnery, 1995 (ISBN 0-89526-724-1) (7e édition). Une version condensée (toujours en anglais) de ce livre peut être trouvée sur le site du Alabama Policy Institute : [1]