Parti du progrès et du socialisme

Parti du progrès et du socialisme
(ar) حزب التقدم والاشتراكية
(ber) ⴰⴽⴰⴱⴰⵔ ⵏ ⵓⴼⴰⵔⴰ ⴷ ⵜⵏⵎⵍⴰ
Image illustrative de l’article Parti du progrès et du socialisme
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire général Mohamed Nabil Benabdallah
(depuis le )
Fondation 23 août 1974 par Ali Yata
Fusion de Parti de la libération et du socialisme
Siège Drapeau : Maroc Rabat
Presse écrite Arabe : Al Bayane
Français : Bayane Al Yaoume
Symbole Livre[1]
Positionnement Gauche
Idéologie Socialisme démocratique
Progressisme
Sécularisme
Historiquement:
Communisme
Socialisme arabe
Panarabisme
Couleurs Bleu
Site web http://www.ppsmaroc.com/
Représentation
Représentants
22  /  395
Conseillers
2  /  120

Le Parti du progrès et du socialisme (PPS), anciennement le Parti communiste marocain avant l'interdiction de ce dernier en 1952[2], est un parti politique marocain de gauche[3] ,d'idéologie socialiste.

Lors des élections législatives marocaines de 2021, il obtient 20 sièges à la chambre des représentants

Historique

Le Parti du progrès et du socialisme, légalisé en 1974, a tenu son premier congrès national en 1975. Cependant, le PPS s'inscrit dans la continuité du mouvement socialiste et ouvrier marocain qui a, depuis le milieu des années 1940, milité pour l'indépendance du Maroc et pour l'avènement d'une société de justice et d'équité, et dans les années 1960, agi pour un Maroc pluraliste, démocratique et de progrès. Cette association a été menée dans les conditions difficiles du joug colonialiste[non neutre], puis dans le contexte complexe et délicat des années de plomb au Maroc où le pluralisme des idées n'était pas autorisé et où la monarchie marocaine a imposé l'État d'exception, une négation de l'État de droit, des institutions et des libertés.

Secrétaires généraux

Représentation législative

Évolution du PPS depuis sa création en 1974
Année Sièges Rang Gouvernement
1977 1/264 8e Opposition
1984 2/306 10e Opposition
1993 10/333 8e Opposition
1997 9/325 11e Gouvernement
2002 11/325 10e Gouvernement
2007 17/325 7e Gouvernement
2011 18/395 8e Gouvernement
2016 12/395 8e Gouvernement

Représentation au sein du gouvernement marocain

Arrivé huitième aux élections législatives de 2011, le parti compte quatre portefeuilles sur les trente-et-un constituant le gouvernement Benkirane:

Ministre Portefeuille
Mohamed Nabil Benabdallah Ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Politique de la ville
Houcine El Ouardi Ministre de la Santé
Abdelouahed Souhaïl Ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle
Mohamed Amine Sbihi Ministre de la Culture

A la suite du retrait du parti de l'Istiqlal du gouvernement Benkirane , un remaniement gouvernemental donnera lieu au Gouvernement Benkiran II [4]

Ministre Portefeuille
Abdeslam Seddiki Ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle
Charafat Afilal Ministre déléguée auprès du ministre de l’énergie, des mines, de l'eau et de l'environnement, chargée de l'eau

Dans le gouvernement El Otmani I (depuis 2017): [5]

Ministre Portefeuille
Abdelahad Fassi Fihri Ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville
Anass Doukkali Ministre de la Santé
Charafat Afilal Ministre déléguée auprès du ministre de l’énergie, des mines, de l'eau et de l'environnement, chargée de l'eau

En Octobre 2019 , Le parti quitte le gouvernement , et se positionne désormais dans l’opposition . [6],[7]

Notes et références

  1. « Arrêté du ministre de l'Intérieur no 2914-11 du 30 kaada 1432 (28 octobre 2011) fixant les symboles attribués aux listes de candidatures ou aux candidats appartenant aux partis politiques », Bulletin officiel du royaume du Maroc, no 5992,‎ , p. 2386-2387 (lire en ligne [PDF])
  2. « Fiche présentative », sur ppsmaroc.com, (consulté le )
  3. « Fiche présentative », sur ppsmaroc.com, (consulté le )
  4. « Gouvernement Benkiran II », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  5. « Gouvernement El Otmani I », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  6. « Le PPS quitte le gouvernement », sur L'Economiste, (consulté le )
  7. « Le PPS officiellement dans l’opposition », sur L'Economiste, (consulté le )

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes