Nathalie...

Nathalie...
Réalisation Anne Fontaine
Scénario Jacques Fieschi
Anne Fontaine
François-Olivier Rousseau
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Alain Sarde
France 2 Cinéma
DD Productions
Vértigo Films
Canal+
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Drame
Durée 106 minutes
Sortie 2003


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Nathalie… est un film français réalisé par Anne Fontaine, sorti le . Il a fait l'objet du remake Chloé, réalisé par Atom Egoyan et sorti en 2009 aux États-Unis.

Synopsis

Catherine (Fanny Ardant), gynécologue, découvre que son mari Bernard (Gérard Depardieu), homme d'affaires, l'a trompée. Celui-ci ne conteste pas les faits, mais affirme que ces histoires sont ponctuelles et insignifiantes, et sans doute la conséquence de leur relation de couple qui s'est dégradée au fil des ans. Catherine n'est pas réellement en colère mais plutôt intriguée à l'idée que son mari puisse avoir des relations extra-conjugales. Sans lui en parler, elle engage une prostituée de luxe (Emmanuelle Béart) afin qu'elle séduise Bernard et lui rapporte ses réactions. Cette dernière accepte le rôle et se fera appelée Nathalie. Les deux femmes se voient ainsi presque quotidiennement et Nathalie raconte en détail chaque rencontre avec Bernard, employant des mots très crus pour décrire leurs ébats sexuels, ce qui fascine Catherine et change inévitablement le regard qu'elle porte sur son mari chaque soir. D'autant que Bernard semble persister dans le mensonge. La relation ambiguë entre Catherine et Nathalie se transforme peu à peu en amitié. À plusieurs reprises le contrat est rompu mais Catherine semble vouloir maintenir cette situation et retourne inexorablement vers la prostituée. Lorsque Nathalie est expulsée de son logement, elle lui loue un appartement afin qu'elle reste dans le quartier. Un jour Nathalie avoue qu'elle a pris du plaisir avec Bernard. Catherine décide alors de tromper son mari. Mais lorsque Nathalie lui annonce que Bernard veut vivre avec elle, cela va trop loin pour Catherine. Pour la première fois elle interroge Bernard explicitement, mais celui-ci se défend en jurant qu'il n'a aucune autre femme dans sa vie. Perplexe devant cette sincérité touchante, Catherine entraine son mari dans le bistrot où elle rencontrait régulièrement Nathalie, et donne simultanément rendez-vous à cette dernière. Quand Nathalie pénètre dans l'établissement et aperçoit le couple, elle s'enfuit. Bernard ne sait visiblement pas qui est cette fille et Catherine comprend alors la situation. Plus tard, Nathalie avouera qu'elle a bien tout inventé : elle n'a jamais couché avec Bernard et ne l'a en fait aperçu qu'une seule fois, sans que celui-ci ne prête attention à elle. Catherine ne lui en veut pas de l'avoir trompée et la serre tendrement dans ses bras.

Fiche technique

Distribution

L'interprète du rôle-titre, Emmanuelle Béart.

Autour du film

  • Le rôle de Nathalie devait au départ être interprété par Vanessa Paradis, mais l'actrice dut renoncer au film pour cause de grossesse. Le rôle échut donc à Emmanuelle Béart, qui interprète ici le rôle d'une prostituée pour la seconde fois, après J'embrasse pas, réalisé par André Téchiné en 1991.
  • C'est la troisième fois que Fanny Ardant et Gérard Depardieu interprètent un couple au cinéma, après La Femme d'à côté en 1981 et Le Colonel Chabert en 1994.
  • Le rôle de la patiente de Catherine est interprété par Aurore Auteuil, la fille de Daniel Auteuil.
  • Le scénario initial, sous le titre de Nathalie Ribout, est de Philippe Blasband. Ce dernier l'a ensuite adapté en pièce et publié en 2003, aux éditions Actes-Sud Papier, dans le même volume que Une liaison pornographique.[1] La pièce est jouée début 2009 à Paris, avec Virginie Efira et Maruschka Detmers dans les rôles tenus au cinéma par Emmanuelle Béart et Fanny Ardant, au théâtre Marigny. À noter que la pièce et le film sont deux variations différentes sur l'idée de départ (dans la pièce, contrairement au film, le couple est séparé et en instance de divorce).
  • Le réalisateur canadien Atom Egoyan s'est inspiré du scénario pour en faire sa propre adaptation, le remake Chloé (2009).

Nominations

Notes et références

Liens externes