Julien Dupuy

Julien Dupuy
Description de cette image, également commentée ci-après
Julien Dupuy en 2011.
Fiche d'identité
Naissance (36 ans)
à Périgueux (France)
Taille 1,78 m (5 10)
Poste demi de mêlée
Carrière en junior
PériodeÉquipe 
CA Périgueux
CA Bordeaux-Bègles
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2002-2008
2008-2009
2009-2017
Biarritz
Leicester
Stade français
98 (439)[1]
31 (129)[1]
180 (773)[1]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2009-2012
2010
Drapeau : France France
Drapeau : France France A
8 (38)
3 (5)
Carrière d'entraîneur
PériodeÉquipe 
2017-2018
2020-
Stade français (arrières)
Drapeau : France France -20 dev.

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 26 février 2019.

Julien Dupuy, né le à Périgueux (Dordogne), est un joueur international français de rugby à XV, qui évolue en équipe de France et dans l'effectif du Biarritz olympique, des Leicester Tigers puis du Stade français au poste de demi de mêlée.

Julien Dupuy remporte trois championnats de France en 2005 et 2006 avec le Biarritz olympique puis en 2015 avec le Stade français. Il a également remporté le championnat d'Angleterre en 2009 avec les Leicester Tigers et le challenge européen en 2017 avec Paris lors de sa dernière saison.

Biographie

Carrière de joueur

Julien Dupuy dispute le championnat de France de rugby à XV à partir de la saison 2003-2004 avec Biarritz. Il occupe le poste de demi de mêlée en alternance avec Dimitri Yachvili. Il s'illustre lors de la demi-finale du championnat de France 2005-2006 en marquant les douze points qui permettent au BO de se qualifier pour la finale. À la fin de la saison 2007-2008, il quitte Biarritz pour Leicester. Il occupe le poste de demi de mêlée en alternance avec Harry Ellis.

Julien Dupuy en 2009

Il honore sa première cape internationale en équipe de France le contre l'équipe de Nouvelle-Zélande. En Nouvelle-Zélande, Marc Lièvremont, qui avait entraîné Dupuy en Espoirs à Biarritz, le redécouvre : « Avant, il était timoré. Il a su devenir décisif et déterminant. ». Cinquième demi de mêlée de l'ère Lièvremont, Dupuy débute, associé à François Trinh-Duc, contre les All Blacks au Carisbrook de Dunedin. Les Bleus frappent un grand coup (victoire 27-22, il en inscrivit 12) et tombent d’un rien le week-end suivant (14-10). « J'ai peut-être eu la chance de partir avec la bonne tournée, mais ce n’est pas parce que j'ai quelques sélections que c'est gagné », affirme Dupuy de retour en France, au Stade français Paris où il vient de signer. Il est de nouveau appelé et titularisé en novembre contre les Springboks puis contre les All Blacks. Face à l’Afrique du Sud (12 points sur 19), il s'affirme comme un stratège mettant la pression sur les Champions du monde[2].

La veille de son 26e anniversaire, le , Julien Dupuy est suspendu 24 semaines (ramenées à 23 en ) par l'European Rugby Cup pour une fourchette sur l’Irlandais Stephen Ferris lors du match UlsterStade français. Cette sanction sonne comme le coup d'arrêt d'une ascension fulgurante, couronnée alors d’un titre de Champion d’Angleterre, d'une finale de Coupe d’Europe (les deux avec Leicester) et après six sélections dont quatre titularisations, à la mêlée du XV de France lors des six dernières sorties des Bleus. Requalifié en mai 2010, Dupuy est relancé avec France A lors de la Churchill Cup.

Il est nommé vice-capitaine du Stade français avec Dimitri Szarzewski pour la saison 2010-2011. Dupuy retrouve le Top 14 avec le Stade français mais la saison compliquée vécue par le club de la capitale (11e du Top 14, menacé de rétrogradation financière) ne l'aide pas à se mettre en valeur pour détrôner le duo Parra-Yachvili. Sans surprise, le demi de mêlée parisien est absent de la liste des 30 joueurs appelés à disputer la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande.

En , il participe à la tournée des Barbarians français en Argentine pour jouer deux matchs contre les Pumas. Les Baa-Baas s'inclinent 23 à 19 à Buenos Aires[3] puis l'emportent 18 à 21 à Resistencia[4].

Ayant retrouvé son niveau, à la suite d'une blessure de Dimitri Yachvili peu avant le deuxième match du Tournoi des six nations 2012, il est rappelé pour remplacer Morgan Parra à la mêlée.

Reconversion

En 2017, il met un terme à sa carrière de joueur et est nommé entraîneur des arrières du Stade français Paris[5]. En 2018, à la suite de l'arrivée du nouveau directeur sportif Heyneke Meyer, il est remplacé par Mike Prendergast à son poste d'entraîneur des arrières. Il reste au club pour prendre en charge l'ensemble des skills, du décryptage de l'attaque des équipes adverses, mais également de la stratégie de l'équipe et du recrutement[6]. Le , il est relevé de ses fonctions et mis à l'écart par le club[7].

En 2020, il devient entraîneur des arrières de l'équipe de France des moins de 20 ans développement, deuxième sélection de cette catégorie d'âge[8].

Carrière

Joueur

Entraîneur

Saison Club Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge Européen
2017 - 2018 Stade français Drapeau : France Top 14 Arrières 12e - Éliminé en quart-de-finale

Palmarès

En club

Biarritz olympique
Leicester Tigers
Stade français Paris

En sélection nationale

Matchs internationaux

Date Lieu Adversaire Résultat Points marqués Compétition
1. Carisbrook, Dunedin, Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 27-22 12 pts Test
2. Westpac Stadium, Wellington, Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 10-14 2 pts Test
3. ANZ Stadium, Sydney, Australie Drapeau : Australie Australie 6-22 0 pt Test
4. Stadium, Toulouse, France Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 20-13 12 pts Test
5. Stade de France, Saint-Denis, France Drapeau : Samoa Samoa 43-5 0 pt Test
6. Stade Vélodrome, Marseille, France Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 12-39 9 pts Test
7. Murrayfield, Écosse, France Drapeau : Écosse Écosse 17-23 0 pt Tournoi des Six Nations
8. Stade de France, Saint-Denis, France Drapeau : Angleterre Angleterre 22-24 3 pts Tournoi des Six Nations

Notes et références

  1. a b et c « Julien Dupuy », sur www.itsrugby.fr (consulté le 27 avril 2013).
  2. « Julien Dupuy », sur www.rugbyconnection.com (consulté le 9 février 2012).
  3. « Argentine vs Barbarian Rugby Club 4 juin 2011 », sur www.barbarianrugbyclub.com, (consulté le 28 novembre 2016).
  4. « Argentine vs Barbarian Rugby Club 11 juin 2011 », sur www.barbarianrugbyclub.com, (consulté le 28 novembre 2016).
  5. Maxime Gil, « Le Stade français mise sur Olivier Azam et de gros paris comme recrues », sur www.rugbyrama.fr, (consulté le 4 juillet 2017).
  6. « Stade Français : Julien Dupuy reste dans le staff technique », sur www.leparisien.fr, (consulté le 19 juin 2018).
  7. « Stade Français : Robert Mohr et Julien Dupuy écartés », sur www.lequipe.fr, (consulté le 14 janvier 2019).
  8. « Le groupe pour le stage de développement », sur www.ffr.fr, (consulté le 2 janvier 2020).

Liens externes