Jean-Éric Vergne

Jean-Éric Vergne
Description de cette image, également commentée ci-après
Crédit image :
Georges Biard
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Jean-Eric Vergne au ePrix de Paris en 2016.
Biographie
Nom complet Jean-Éric Serge Raymond Vergne
Surnom JEV
Date de naissance (32 ans)
Lieu de naissance Drapeau de la France Pontoise
Nationalité Drapeau de la France Français
Carrière
Années d'activité Depuis 2012
Qualité Pilote automobile
Copilote Stoffel Vandoorne
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Formule 1
2012-2014 Toro Rosso58 (0)
Formule E
2014-2015 Andretti9 (0)
2015-2016 Virgin10 (0)
2016-2022/ DS Techeetah79 (10)
Formule 1
Numéro permanent 25
Nombre de courses 58
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0
Podiums 0
Victoires 0
Meilleur classement 13e (2014)
Formule E
Numéro permanent 25
Nombre de courses 98
Pole positions 14
Meilleurs tours en course 4
Podiums 30
Victoires 10
Champion 2018 et 2019

Données clés

Données clés

Jean-Éric Vergne ou JEV, né le à Pontoise, est un pilote automobile français. De 2012 à 2014, il effectue 58 Grands Prix de Formule 1 avec la Scuderia Toro Rosso. De 2015 à , il est pilote d'essais de la Scuderia Ferrari. Vergne, qui participe au championnat de Formule E FIA depuis 2014, est sacré champion en 2017-2018 et 2018-2019. En 2023, il pilote en Championnat du monde de Formule E chez DS Penske Formula E Team.

Biographie

Les débuts

Jean-Éric commence le karting à quatre ans sur le circuit de Cormeilles-en-Vexin en Île-de-France dont son père est propriétaire[1],[2]. En 2000, il fait ses débuts en compétition et remporte le championnat de France minime dès l'année suivante. Pilote officiel de la marque française Sodikart, il devient vice-champion d'Europe ICA en 2005 et termine septième du championnat du monde Formule A, la catégorie reine du karting, en 2006. Il intègre l'équipe de France FFSA et obtient le statut de sportif de haut niveau.

2007-2011 : carrière en monoplace avant la Formule 1

Crédit image :
Peter Huys from Lovendegem, Belgium
licence CC BY-SA 2.0 🛈
« JEV » à Spa en Renault 3.5 Series (2011).

Dès ses premières années de monoplace, il domine la concurrence et devient Champion de France en 2007 (Formule Campus) et 2008 (Formule Renault 2.0). L’année suivante il est vice-champion d’Europe de Formule Renault 2.0.

En 2010, il pérennise les espoirs portés sur lui et devient le premier Français à s’imposer dans le très relevé championnat British F3 International. En cours de saison il remplace Brendon Hartley en Formule Renault 3.5 et signe quatre podiums en six courses dont une victoire. Ces performances, lui permettent d’effectuer deux jours de test en Formule 1 avec la Scuderia Toro Rosso en novembre à Abou Dabi[3].

En 2011, après un long duel avec son coéquipier Robert Wickens, il devient vice-champion en Formule Renault 3.5 Series au sein de l'équipe Carlin Motorsport[4]. À partir du Grand Prix de Corée du Sud et ce jusqu'à la fin de la saison (à l'exception du nouveau Grand Prix d'Inde), « JEV » participe aux séances d'essais du vendredi matin avec l'écurie de Formule 1 Toro Rosso ; lors de ces séances il fait bonne impression face aux titulaires Jaime Alguersuari et Sébastien Buemi. Il fait également forte impression aux Rookies Days à Abou Dabi les 15, 16, et au volant d'une Red Bull ou il réalise les meilleurs temps sur l'ensemble des trois jours d'essais[5].

2012 : débuts en Formule 1 avec Toro Rosso

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Vergne aux essais du GP de Malaisie 2012.

Le , il est nommé pilote titulaire avec Daniel Ricciardo au sein de l'équipe Toro Rosso pour la saison 2012[6]. Lors du premier Grand Prix de sa carrière en Australie, il se qualifie en onzième position sur la grille et franchit la ligne d'arrivée à cette même position.

En Malaisie, il prend le départ à la dix-huitième place mais à la suite de terribles conditions climatiques, il réalise la prouesse d'arriver en septième position alors que la course est neutralisée après seulement 9 tours, il est en effet le seul à ce moment de la course à ne pas avoir chaussé de pneus pluie. Après une heure de neutralisation, la course repart et Vergne termine à la huitième place, ce qui lui permet de marquer les premiers points de sa carrière en F1 et de devenir le plus jeune pilote français de l'histoire de la Formule 1 à marquer des points (record battu en 2017 par Esteban Ocon)[7]. À l'occasion du Grand Prix de Chine, les Toro Rosso sont en difficulté tout au long du week-end. Vergne décide de partir de la voie des stands et termine seizième, devant son coéquipier.

En Espagne pour le retour de la Formule 1 en Europe, Vergne bat son équipier pour la première fois de la saison en qualification et termine douzième en course, juste devant lui. Lors du Grand Prix de Monaco, il tape le rail à la sortie du tunnel pendant la deuxième partie des qualifications et s'élance en seizième position sur la grille de départ. En course, il remonte jusqu'à la septième position mais, à la suite d'un changement de pneumatiques à dix tours du terme, termine douzième. Sur le circuit Gilles Villeneuve, il est en difficulté pendant tout le week-end face à son coéquipier Daniel Ricciardo, en course il franchit la ligne d'arrivée quinzième après avoir reçu une pénalité pour vitesse excessive dans les stands.

Crédit image :
licence CC BY-SA 2.0 🛈

Jean-Éric Vergne connaît un week-end difficile au Grand Prix d'Europe où il se qualifie en fond de grille et abandonne pour la première fois de la saison après avoir percuté Heikki Kovalainen à la mi-course. Pénalisé de dix places sur la grille de départ en Grande-Bretagne, Vergne s'élance en dernière ligne. En course il gagne neuf places et termine quatorzième, position qu'il occupe également lors du Grand Prix suivant, en Allemagne. Lors du Grand Prix de Belgique après la pause estivale, il se classe huitième et entre pour la seconde fois de la saison dans les points, tout comme son coéquipier qui termine neuvième. Il est victime d'une casse de suspension arrière qui provoque sa sortie de piste à la première chicane et son abandon au neuvième tour du Grand Prix d'Italie à Monza[8]. La malchance le poursuit à Singapour où il est harponné par Michael Schumacher au trente-troisième tour et doit à nouveau abandonner[9]. Au Grand Prix de Corée du Sud, il finit huitième après une passe d'armes avec Lewis Hamilton en fin de course. Le , son écurie prolonge son contrat pour une saison[10]. Lors du dernier Grand Prix de l'année au Brésil, Vergne termine huitième après quatre arrêts au stand.

Au terme de sa première saison en Formule 1, il est entré à quatre reprises dans les points (quatre huitièmes places) et a inscrit 16 points, soit six de plus que son coéquipier. Il se classe dix-septième du championnat du monde des pilotes, devant son coéquipier Ricciardo. Ces résultats probants lui permettent de renouveler son contrat de pilote au sein de l'écurie Toro Rosso.

2013 : deuxième saison chez Toro Rosso

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Jean-Éric Vergne au Grand Prix de Malaisie 2013.

Lors de la deuxième épreuve de la saison en Malaisie, Jean-Éric Vergne se classe dixième après s'être élancé en fond de grille. En Espagne pour le retour de la Formule 1 en Europe, il enregistre son deuxième abandon de la saison. Lors du Grand Prix de Monaco, il participe pour la première fois de sa carrière à la phase finale des qualifications et se classe dixième sur la grille de départ. Le lendemain en course, il termine huitième derrière Fernando Alonso. Deux semaines plus tard au Grand Prix du Canada, il réalise sa meilleure performance depuis ses débuts en Formule 1 et le meilleur résultat d'une Toro Rosso depuis 2008 en se classant sixième.

Lors du Grand Prix de Belgique après la pause estivale, il subit une crevaison lente alors qu'il se battait pour une place dans les points. En lice pour remplacer Mark Webber chez Red Bull Racing pour la saison 2014 (la Scuderia Toro Rosso étant la filière de promotion interne de Red Bull), il se voit préférer son coéquipier Daniel Ricciardo au bénéfice d'une plus grande expérience et d'une meilleure régularité selon les déclarations de Christian Horner[11],[12]. Au Grand Prix de Corée du Sud, il est en difficulté pendant tout le week-end et abandonne à deux tours du terme de la course.

Le , son écurie prolonge son contrat pour une saison[13]. Vergne se classe quinzième du championnat du monde des pilotes avec 13 points, en ayant marqué à trois reprises ; il n'a inscrit aucun point lors des douze dernières épreuves de la saison.

2014 : dernière saison avec Toro Rosso et écarté du giron Red Bull

Au Grand Prix inaugural, en Australie, Jean-Éric Vergne se qualifie en sixième position sur la grille et termine la course huitième, devant son nouvel équipier Daniil Kvyat. Il abandonne sur problème moteur en Malaisie. Lors du Grand Prix d'Espagne, Vergne s'élance sur la dernière ligne après avoir reçu une pénalité de dix places pour avoir perdu une roue lors des essais du vendredi. En course, il abandonne pour la troisième fois de la saison à cause d'un problème d’échappement.

Crédit image :
licence CC BY 2.0 🛈
Jean-Éric Vergne durant les tests à Jerez en .

Au Canada, il renoue avec les points en se classant huitième. Au Grand Prix de Grande-Bretagne, il se qualifie et termine dixième de l'épreuve, à un tour du vainqueur Lewis Hamilton. En Hongrie, pour son cinquantième Grand Prix, Vergne profite des conditions climatiques pour se hisser dans le peloton de tête mais, vers la mi-course, il rencontre des problèmes de freins et finit neuvième.

Le , la Scuderia Toro Rosso annonce son remplacement par Max Verstappen pour 2015[14],[15]. En Belgique, après la pause estivale, onzième sur la grille de départ, Jean-Éric Vergne franchit la ligne d'arrivée à la même position. Au Grand Prix de Singapour, malgré une pénalisation de cinq secondes, il obtient son meilleur résultat de la saison en se classant sixième après avoir gagné quatre places dans les derniers tours. Au Grand Prix du Japon, il entre à nouveau dans les points en se classant neuvième malgré une pénalité d'un recul de dix places sur la grille de départ pour avoir utilisé un sixième moteur cette saison. Aux États-Unis, après une passe d'armes musclées avec les deux Lotus E22 de Romain Grosjean et Pastor Maldonado, il finit dixième de la course alors que son coéquipier Kvyat ne marque pas de point. Il se classe treizième du championnat avec 22 points.

Red Bull ne renouvelant pas son contrat, Vergne envisage de se reconvertir en IndyCar Series en 2015[16]. En , Vergne remplace Franck Montagny, « malade », et participe avec l'équipe américaine Andretti Autosport, présente en IndyCar, à la troisième manche du Championnat de Formule E FIA 2014-2015 et réalise la pole position devant Nelson Angelo Piquet et Nicolas Prost[17],[18]. En course, son entrée aux stands avant l'intervention de la voiture de sécurité, le fait reculer au deuxième rang, derrière Sébastien Buemi. Il abandonne dans l'avant-dernier tour, sur problème mécanique[19]. Il inscrit trois points grâce à sa pole position et poursuit ses négociations avec Michael Andretti pour un éventuel volant en IndyCar Series[20].

2015-2016 : pilote d'essais chez Ferrari et débuts en Formule E avec Andretti et DS Virgin Racing

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Vergne termine sur le podium du premier ePrix de Paris.

En 2015, Jean-Éric Vergne, alors en négociation pour un volant en IndyCar Series, est nommé pilote d'essais de la Scuderia Ferrari en remplacement de Pedro de la Rosa[21]. Le Français déclare : « Je préfère être sur le banc de touche chez Ferrari que titulaire dans une équipe comme Caterham ! »[22]

Pour se concentrer pleinement sur son rôle de pilote d'essai, il décide de ne pas s'engager dans un autre championnat ; toutefois, après la suspension de Franck Montagny après un contrôle antidopage positif, Vergne le remplace définitivement chez Andretti Autosport en Formule E à partir de la manche argentine aux côtés de Marco Andretti[23]. Il termine septième du championnat avec deux podiums et le record de pole positions (trois).

En , Vergne quitte Andretti Autosport et rejoint l'écurie DS Virgin Racing pour le championnat de Formule E FIA 2015-2016[24]. Il déclare avoir une bonne chance d'obtenir un volant dans la nouvelle écurie américaine Haas F1 Team dont l'arrivée en F1 est programmée pour 2016[25]. Le natif de Pontoise reçoit à cet égard le soutien du champion du monde 1978 Mario Andretti[26]. L'écurie, motorisée et épaulée par Ferrari, engage finalement Romain Grosjean et Esteban Gutiérrez. Vergne réalise une saison compliquée en Formule E malgré une pole position à Berlin et deux podiums en fin de saison. Après la finale de Londres, il est confirmé chez Techeetah, une nouvelle écurie issue du rachat d'Aguri par des capitaux chinois et pilotera une Renault Z.E 16 que le constructeur français met à disposition de la seule écurie cliente de la saison 2016-2017[27].

En championnat de Formule E FIA 2016-2017, avec l'équipe Techeetah, Jean-Éric Vergne monte sur son premier podium dès la troisième course, en se classant deuxième à Buenos Aires[28]. Quatrième du championnat après cette course, le Français annonce son départ de la Scuderia Ferrari où il était pilote d'essais ; il envisage également, en parallèle de la Formule E, d'intégrer le championnat du monde d'endurance FIA (WEC) dans les catégories LMP2 ou GTE Pro[29].: Double champion de Formule E et les victoires avec DS Techeetah

2016-2022 : double champion et succès en Formule E

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Jean-Éric Vergne sur Techeetah à Paris en 2018.

Saison 2017-2018

Le , Jean-Éric Vergne remporte l'ePrix de Santiago, quatrième manche du championnat de Formule E FIA 2017-2018 ; le , il remporte l'ePrix de Punta del Este, sixième manche du championnat et conserve la tête de la compétition devant Felix Rosenqvist, repoussé à 30 points[30]. Le , il accroît son avance en remportant pour la première fois de sa carrière, à domicile, l'ePrix de Paris. Il devient champion de Formule E à l'issue de la première course de l'ePrix de New York[31].

Saison 2018-2019

Le , il termine deuxième du premier ePrix de la saison et de la première course de l'ère Gen2. Les quatre ePrix suivants sont plus compliqués avec une cinquième place à Marrakech, un abandon à Santiago et deux treizièmes places à Mexico et à Hong Kong. Le 23 mars 2019, il remporte sa première victoire de la saison en Chine à Sanya sur les terres de son équipe DS Techeetah ; il termine sixième à Paris. Il enchaîne avec deux victoires, à Monaco et à Berne, et une troisième place à Berlin derrière Lucas di Grassi (Audi) et Sebastien Buemi (Nissan e.Dams). Il termine la saison.

Saison 2019-2020

La sixième saison de la Formule E, perturbée par la pandémie de Covid-19, débute fin décembre 2019 avec deux manches à Dariya. Il termine troisième du championnat avec 86 points, 1 victoire et trois podiums.

Saison 2020-2021

Jean-Eric Vergne termine dixième du championnat du monde avec 80 points, 3 podiums et 1 victoire lors de la course 1 à Rome.

Saison 2021-2022

Jean-Eric Vergne reste chez DS Techeetah pour une sixième saison, sa huitième en Formule E. Il débute avec une huitième puis sixième place lors des deux courses d'ouverture à Dariya. Il monte sur le podium à Mexico City en terminant troisième, derrière les Porsche de Wehrlein et Lotterer. Il termine quatrième de la Course 1 à Rome. Il enchaîne, à partir de la seconde course de Rome, avec trois podiums terminant deuxième à Rome, troisième à Monaco puis deuxième de la Course 1 de Berlin. Il n'a pas encore de victoire quand ses rivaux Vandoorne (1 victoire), Mitch Evans (2 victoire) et Edoardo Mortara (1 victoire), en comptent 4 à eux trois. Toutefois, sa régularité lui permet de prétendre au titre. Sa série de podiums s'arrête avec la neuvième place de la Course 2 à Berlin. Deuxième à Jakarta après s'être battu pour la victoire avec Mitch Evans, il se classe quatrième à Marrakech. À New-York et Londres, il ne marque aucun point et voit s'éloigner ses espoirs de titre. Il termine deux fois sixième à Séoul et se classe quatrième du championnat du monde, avec 144 points.

Depuis 2023 : Neuvième saison en Formule E et nouvelle aventure chez DS Penske.

Jean-Eric Vergne quitte l'écurie DS Techeetah après 6 saisons, 77 courses, 10 victoires, 30 podiums et 2 titres de Champion en saison 4 et 5 pour rejoindre DS Dragon Racing pour sa 9e saison en Formule E. Il sera aux côtés du Champion en titre Stoffel Vandoorne.

2022-2023 : Retour en Endurance avec le nouveau programme Peugeot Sport

Autres activités

En 2017, il commente le Grand Prix de Monaco de Formule 1 aux côtés de Alexandre Delpérier sur C8 puis de 2018 à 2020, il commente les Grands Prix de Formule 1 aux côtés du journaliste et ancien pilote Adrien Paviot lorsqu'ils sont diffusés en clair sur la chaîne de télévision française TF1 et TMC[32],[33].

En 2019, il devient « ambassadeur E-TENSE » pour DS Automobiles pour promouvoir l'électrification au sein de la marque française[34].

Résultats en compétition automobile

Karting (2005-2011)

Saison Championnat Équipe Position
2005 Championnat d'Europe - ICA Sodi 2e
Copa Campeones Trophy - ICA 11e
2006 Championnat du monde - Formule A Sodi 7e
Championnat d'Europe - Formule A Sodi 20e
South Garda Winter Cup - Formule A 9e
Championnat de France - Elite 2e
2010 Van Der Drift Fundraiser n.c
2011 ERDF Masters Kart - Stars 1er

Formules de promotion (2007-2011)

Saison Championnat Équipe Courses Victoires Poles M/Tours Podiums Points Position
2007 Formule Campus Renault Elf Auto Sport Academy 13 6 5 ? 10 189 Champion
2008 Formula Renault 2.0 Eurocup SG Formula 14 0 0 0 1 58 6e
Formula Renault 2.0 WEC 15 0 0 0 3 95 4e
Formula Renault 2.0 WEC (Cat. Championnat de France) ? ? ? ? 119 Champion
2009 Formula Renault 2.0 Eurocup 14 4 5 2 9 128 2e
Formula Renault 2.0 WEC 14 3 2 0 10 143 2e
2010 Championnat britannique de Formule 3 Carlin 30 13 11 13 20 392 1er
Masters de Formule 3 1 0 0 1 0 N/A 4e
Grand Prix de Macao de Formule 3 (Coupe intercontinentale) 1 0 0 0 0 N/A 7e
GP3 Series Tech 1 Racing 4 0 0 0 0 9 17e
Formula Renault 3.5 Series 6 1 0 0 4 53 8e
2011 Formula Renault 3.5 Series Carlin 17 5 4 1 9 232 2e
  • N/A – Points non attribués

Palmarès

  • 2007 : Champion de France de Formule Campus
  • 2008 : 6e en Formula Renault 2.0 Eurocup
  • 2008 : 4e en Formula Renault 2.0 WEC
  • 2008 : Champion de France de Formule Renault
  • 2009 : Vice-champion d'Europe de Formule Renault 2.0
  • 2009 : Vice-champion d'Europe de l'Ouest de Formule Renault 2.0
  • 2010 : Champion de Grande-Bretagne de Formule 3
  • 2010 : 4e des Masters de Formule 3
  • 2010 : 7e du Grand Prix de Macao de Formule 3
  • 2010 : 17e en GP3 Series
  • 2010 : 8e en Formula Renault 3.5 Series
  • 2011 : Vice-champion de Formule Renault 3.5
  • 2012 : 17e en Formule 1 avec Toro Rosso
  • 2013 : 15e en Formule 1 avec Toro Rosso
  • 2014 : 13e en Formule 1 avec Toro Rosso
  • 2015 : 7e en Formule E avec Amlin Andretti
  • 2016 : 9e en Formule E avec DS Virgin Racing
  • 2017 : 5e en Formule E avec Techeetah
  • 2017 : 7e aux 24h du Mans avec CEFC Manor TFS Racing
  • 2018 : Champion de Formule E avec Techeetah
  • 2018 : Abandon aux 24h du Mans avec G-Drive Racing
  • 2019 : Champion de Formule E avec DS Techeetah
  • 2019 : 11e aux 24h du Mans avec G-Drive Racing
  • 2020 : 3e en Formule E avec DS Techeetah
  • 2020 : 9e aux 24h du Mans avec G-Drive Racing
  • 2021 : 10e en Formule E avec DS Techeetah
  • 2022 : 4e en Formule E avec DS Techeetah

Résultats en championnat du monde de Formule 1 (2012-2014)

Résultats en Championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Podiums Records du tour Dans les points Abandons Points inscrits Classement
2012 Scuderia Toro Rosso STR7 Ferrari V8 Pirelli 20 0 0 0 0 4 4 16 17e
2013 Scuderia Toro Rosso STR8 Ferrari V8 Pirelli 19 0 0 0 0 3 6 13 15e
2014 Scuderia Toro Rosso STR9 Renault V6 Pirelli 19 0 0 0 0 7 5 22 13e

Résultats en championnat de Formule E (depuis 2015)

Résultats en Championnat du monde de Formule E FIA
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus ePrix disputés Pole positions Victoires Podiums Records du tour Dans les points Abandons Points inscrits Classement
2014-2015 Amlin Andretti Spark-Renault SRT 01E Spark-Andretti Michelin 9 3 0 2 1 7 1 70 7e
2015-2016 DS Virgin Racing Virgin DSV-01 Spark-DS Michelin 10 1 0 2 0 5 0 58 9e
2016-2017 Techeetah Formula E Team Renault ZE.16 Spark-Renault Michelin 12 0 1 5 0 9 3 117 5e
2017-2018 Techeetah Formula E Team Renault ZE.17 Spark-Renault Michelin 12 4 4 6 0 12 0 198 Champion
2018-2019 DS Techeetah DS E-Tense FE19 Spark-DS Michelin 13 2 3 5 3 7 1 136 Champion
2019-2020 DS Techeetah DS E-Tense FE20 Spark-DS Michelin 11 2 1 3 0 7 2 86 3e
2020-2021 DS Techeetah DS E- Tense FE21 Spark-DS Michelin 15 1 1 2 0 6 2 80 10e
2021-2022 DS Techeetah DS E- Tense FE22 Spark-DS Michelin 16 2 0 6 0 12 1 144 4e
2022-2023 Drapeau des États-UnisDrapeau de la France DS Penske Penske EV-6 Spark-Penske Hankook 18 prévus e

Victoires en Formule E

Victoires en Championnat du monde de Formule E FIA
no  Année Manche Date Grand Prix Circuit Écurie Voiture Position départ Résumé
1 2017 12/12 ePrix de Montréal Circuit urbain de Montréal Techeetah Renault Z.E 16 3e Résumé
2 2018 4/12 ePrix de Santiago Circuit urbain de Santiago Techeetah Renault Z.E 17 Pole position Résumé
3 2018 6/12 ePrix de Punta del Este Circuit urbain de Punta del Este Techeetah Renault Z.E 17 Pole position Résumé
4 2018 8/12 ePrix de Paris Circuit des Invalides Techeetah Renault Z.E 17 Pole position Résumé
5 2018 12/12 ePrix de New York Circuit urbain de Brooklyn Techeetah Renault Z.E 17 3e Résumé
6 2019 6/13 ePrix de Sanya Circuit urbain de Sanya DS Techeetah DS E-Tense FE19 2e Résumé
7 2019 9/13 ePrix de Monaco Circuit de Monaco DS Techeetah DS E-Tense FE19 2e Résumé
8 2019 11/13 ePrix de Berne Circuit urbain de Berne DS Techeetah DS E-Tense FE19 Pole position Résumé
9 2020 9/11 ePrix de Berlin circuit de Berlin-Tempelhof DS Techeetah DS E-Tense FE20 Pole position Résumé
10 2021 3/15 ePrix de Rome circuit urbain de l'EUR DS Techeetah DS E-Tense FE21 5e Résumé

Résultats aux 24 Heures du Mans

Année Voiture Catégorie Équipe Équipiers Classement général Classement de catégorie
2017 Oreca 07 LMP2 CEFC Manor TRS Racing Tor Graves / Jonathan Hirschi 7e 6e
2018 Oreca 07 LMP2 G-Drive Racing Roman Rusinov / Andrea Pizzitola Disqualifié Disqualifié
2019 Aurus 01 LMP2 G-Drive Racing Roman Rusinov / Job Van Uitert 11e 6e
2020 Aurus 01 LMP2 G-Drive Racing Roman Rusinov / Mikkel Jensen 9e 5e

Notes et références

  1. Le dernier tour de kart de Jean-Éric Vergne - Sandrine Lefèvre, Le Parisien, 1er mars 2012
  2. Site du Racing Kart de Cormeilles (RKC)
  3. Vergne sur la Toro Rosso - ESPNF1, 10 novembre 2010
  4. Vergne avec Carlin en 3.5 - ESPNF1, 31 décembre 2010
  5. Vergne fait un grand chelem - ESPNF1, 17 novembre 2011
  6. Vergne et Ricciardo pilotes titulaires de la Scuderia Toro Rosso en 2012 - automoto365.com, 14 décembre 2011 (voir archive).
  7. Biographie - Site officiel.
  8. Casse de suspension confirmée pour Vergne à Monza - Eurosport, 13 septembre
  9. Singapour : Schumacher "désolé pour Jean-Éric" - ESPN F1, 23 septembre 2012
  10. Guillaume Navarro, « Vergne prolongé en 2013 chez Toro Rosso ! », Toile F1,
  11. Ricciardo épaulera Vettel en 2014, F1i, 2 septembre 2013
  12. Horner fait le point sur Räikkönen, Ricciardo et Vergne pour 2014, 26 juillet 2013
  13. Olivier Ferret, « Daniil Kvyat pilote Toro Rosso en 2014. Confirmation de Jean-Eric Vergne également. », sur motorsport.nextgen-auto.com,
  14. Olivier Ferret, « Officiel : Max Verstappen remplacera Vergne chez Toro Rosso en 2015 », Nextgen-auto.com, .
  15. Grégory Demoen, « Verstappen remplacera Vergne en 2015 », F1i.fr, .
  16. Geoffroy Lettier, « Jean-Éric Vergne pense sérieusement à l'IndyCar », sur us-racing.com, (consulté le )
  17. Jacques-Armand Dupuis, « Formula E – Vergne avec Andretti en Uruguay », AUTOhebdo, (consulté le ).
  18. Basile Davoine, « Formule E - Exploit et pole position pour Jean-Eric Vergne ! », sur toilef1.com, (consulté le )
  19. Jacques-Armand Dupuis, « Formula E – Buemi s'impose en Uruguay, Vergne abandonne », AUTOhebdo, (consulté le ).
  20. Pierre Van Vliet, « Vergne a séduit Andretti », F1i.fr, (consulté le ).
  21. Basile Davoine, « Officiel - Vergne pilote d’essais chez Ferrari ! », Toilef1.com, (consulté le )
  22. Olivier Ferret, « Ferrari, un bon moyen pour rester en contact avec la F1 », Nextgen-auto.com, (consulté le ).
  23. Jacques-Armand Dupuis, « Formula E – Vergne et Andretti à Bueno Aires », AUTOhebdo, (consulté le ).
  24. Formule E : Vergne change d'écurie et rejoint DS Virgin Racing - Xavier Beal, Automoto/TF1, 9 août 2015.
  25. Vergne - « On est trois pilotes pour deux baquets » chez Haas - Basile Davoine, Motorsport.com, 12 août 2015.
  26. Basile Davoine, « Andretti - Vergne est le meilleur pilote sur le marché pour Haas », Motorsport.com, .
  27. Jean-Philippe Vennin, « Vergne confirmé chez Techeetah pour la saison prochaine », Motorsport.com, .
  28. Michaël Duforest, « Course - Sébastien Buemi signe la passe de trois ! », Motorsport.com, (consulté le ).
  29. Benjamin Vinel et Sam Smith, « Vergne confirme son départ de Ferrari », Motorsport.com, (consulté le ).
  30. (en) « Punta del Este has a new champion: Jean Éric Vergne », sur NbiNews.com, (consulté le )
  31. Dorothée Julien, « E-Prix de New York : di Grassi victorieux, Vergne Champion », Franceracing.fr.
  32. Jean-Éric Vergne commentera la Formule 1 sur TF1 - L'Équipe, 23 mars 2018.
  33. Emmanuelle Litaud, « Portrait - Grand Prix de Monaco de Formule 1 : Adrien Paviot, l'automobile dans la peau », Ouest-France, .
  34. « Jean-Éric Vergne s’engage pour le développement durable », DS Auto Blog, .

Liens externes