Élisabeth Dmitrieff

Élisabeth Dmitrieff
Image dans Infobox.
Élisabeth Dmitrieff photographiée par Alphonse Liébert en 1871.
Biographie
Naissance

Raïon de Toropets (en)
Décès
1910, 1916 ou 1918
Moscou
Nom de naissance
Елизавета Лукинична Кушелева
Nationalité
Activités
Communarde, féministe, suffragette
Autres informations
Membre de

Élisabeth Dmitrieff, de son vrai nom Elizaveta Tomanovskaïa (en russe : Елизавета Томановская), née Elizaveta Loukinitchna Koucheleva (en russe : Елизавета Лукинична Кушелева), le ou le à Volok, village de l'ouïezd de Toropets (gouvernement de Pskov, Empire russe), et morte entre et , suivant les sources, est une révolutionnaire et militante féministe russe.

Elle naît dans une famille aristocratique russe, ce qui lui donne accès à une éducation privilégiée, mais son statut de fille, et d'enfant née hors mariage, ainsi que la nationalité allemande de sa mère la marginalisent au sein de l'aristocratie russe, provoquant son intérêt pour la philosophie du marxisme et les idées radicales de Nikolaï Tchernychevski. Elle se marie pour échapper à sa famille et pouvoir aller étudier à Genève, où elle codirige La Cause du peuple et participe à la fondation de la section russe de l'Association internationale des travailleurs.

Envoyé par Karl Marx à Paris pour suivre les évènements après la proclamation de la Commune de Paris le 18 mars 1871, elle devient l'une des femmes les plus actives dans la Commune de Paris. Elle fonde l'Union des femmes, la première association à promouvoir les droits des femmes, et spécifiquement leur droit à des conditions de travail décentes en France. Elle participe à la défense de Paris pendant la Semaine sanglante puis s'enfuit à Genève, retourne enfin en Russie. Elle se marie en 1877 avec Ivan Davidovski, le chef d'une bande de malfrats appelés les Valets de Cœur, afin de pouvoir le suivre dans son exil en Sibérie lorsqu'il est condamné pour escroqueries et meurtre. Obligée de cacher son identité car recherchée par les polices française, suisse et russe, elle ne peut révéler son passé de communarde et passe les dernières années de sa vie dans l'oubli. La date de son décès est incertaine.

Une place porte son nom à Paris et un musée lui est dédié dans son village natal à Volok. Un temps tombée dans l'oubli et éclipsée par Louise Michel, sa participation à la Commune de Paris et l'histoire de sa vie ont inspiré nombre de biographes.

Biographie

Enfance dans l'aristocratie russe

Portrait photographique en noir et blanc coupé en dessous des épaules de Modeste Moussorgski, musicien et professeur de musique de Dmitrieff réalisé en 1865. Le regard tourné vers la gauche, il arbore une barbe clairsemée sur les joues, une moustache, une chevelure noire abondante tirée en arrière. Il porte un costume foncé, un gilet, et une sorte de chemisier à col clair en dessous.
Modeste Moussorgski en 1865, un des professeurs de Dmitrieff.

Elizaveta Loukinitchna Koucheleva naît le [1],[2] ou le [3],[4] à Volok dans le gouvernement de Pskov. Ses parents sont Louka Ivanovitch Kouchelev, né le [5], un pomechtchik[6] — propriétaire foncier noble — qui maltraite ses serfs[7] et ancien officier de l'armée russe, et Natalia-Carolina Dorothea Troskiévitch, infirmière luthérienne allemande[4],[8],[9][n 1].

La famille Kouchelev

Les ancêtres de la famille reçoivent des terres et des titres du prince de Novgorod Alexandre Nevski pour leurs faits d'armes. Originaires de Novgorod, ils s'établissent à Volok, carrefour fluvial sur la voie commerciale menant du nord de la grande Russie à la Turquie. Le grand-père de Dmitrieff est sénateur sous le règne de Paul Ier et conseiller spécial d'Alexandre Ier. Louka Kouchelev, son père, a deux frères : l'un meurt en combattant en Géorgie, l'autre administre très mal le domaine familial, le conduisant presque à la faillite. Kouchelev reçoit l'éducation d'un jeune aristocrate et intègre le corps des cadets au sein duquel il participe aux guerres napoléoniennes. Sa première femme, Anna Dmitrievna, née Bakhmetieva, est la fille d'un seigneur et d'une serve, héritière riche anoblie par l'empereur. Son mari la bat et la trompe et les disputes du couple sont fréquentes. En 1832, Kouchelev enlève ses trois filles mais malgré ses tentatives, elles demeurent auprès de leur mère[10].

La cruauté de Louka Kouchelev envers ses serfs est notoire[9], au point que sa femme conseille aux serfs de s'en plaindre aux autorités communales[11]. En 1848, Kouchelev hérite du domaine familial à la mort de son frère Nikolaï. Durant sa maladie, ce dernier est soigné par une infirmière allemande et luthérienne de 26 ans, Carolina Dorothea Troskiévitch. Elle devient la maîtresse de Louka et accouche de leur premier enfant, un garçon mort-né[12].

Le couple a cinq enfants : un fils mort-né, Sophia, Alexandre, Élisabeth et Vladimir. Ils sont considérés comme « bâtards » car nés d'une union illégitime, ce qui marquera profondément Élisabeth. Leur père, fidèle à son idéologie aristocrate, ne veut pas risquer de déposséder les trois filles aristocrates nées de son premier mariage et refuse de reconnaître les enfants alors même qu'ils vivent sous son toit[13]. La situation évolue en 1856, lorsque le couple se marie[14].

La famille vit dans une maison proche des isbas des serfs du domaine et Élisabeth accompagne souvent sa mère dans ses tournées pour leur rendre visite[15]. Les familles du domaine, serfs comme maîtres, vivent donc proches les unes des autres et connaissent les conditions d'existence des unes et des autres[16]. Ainsi, Dmitrieff prend conscience du fait que son père maltraite ses serfs[17].

La légende veut qu'une nuit d'été, les serfs de Louka se révoltent et une poignée d'hommes armés entrent dans la maison. Alors qu'ils s'apprêtent à le tuer, Carolina Dorothea Troskiévitch s'interpose et empêche le meurtre. Pour la remercier de son geste, sa première femme étant morte du choléra, Louka l'épouse. Il est âgé de 63 ans, Carolina en a 35. Elle se convertit à la religion orthodoxe à cette occasion et adopte le nom de Natalia Iegorovna[18].

Louka Kouchelev meurt d'apoplexie en 1860 juste avant la réforme agraire de 1861[19].

Une éducation privilégiée

Sous l'influence de Carolina, la propriété accueille souvent d'autres familles aristocrates du voisinage, dont certaines ont des fils connus pour leurs idées révolutionnaires : les Tkatchev, les Pissarev, les Lavrov. Alexis Nikolaïevitch Kouropatkine devient l'ami des enfants Kouchelev, et plus tard leur mémorialiste[20].

Leur statut d'enfants illégitimes et le fait que leur mère soit une étrangère influent négativement sur la position des enfants, marginalisés dans l'aristocratie russe[21]. Dans son testament, Kouchelev octroie à ses enfants illégitimes nés avant son second mariage le statut de pupilles, leur permettant d'hériter d'une partie de sa fortune[22], les trois filles de son premier mariage étant décédées, mais cela ne leur permet pour autant pas d'hériter du titre de leur père[23].

Élisabeth Dmitrieff bénéficie d'une bonne éducation[9] et lit les ouvrages en anglais, allemand et français de la bibliothèque de son père, ainsi que les revues auxquelles est abonnée sa mère[24]. Elle jouit de privilèges dus à la position de son père dans l'aristocratie russe, mais son double statut de « bâtarde » et de fille lui porte préjudice : sa sœur et elle ne peuvent s'inscrire à l'école pour filles, alors que son frère, également illégitime, peut intégrer les rangs d'une école renommée. En revanche, elle reçoit une bonne éducation grâce à des enseignants à domicile[13]. Parmi ces enseignants se trouvent des vétérans de 1848, dont une Anglaise dénommée miss Betsy, un Prussien, von Madievaïz, ainsi que le compositeur russe Modeste Moussorgski (peut-être un cousin éloigné de Dmitrieff)[25],[26],[27]. Celui-ci vient en 1862 soigner une dépression[28] et correspond le temps de son séjour à Volok avec ses camarades artistes du Groupe des Cinq : Balakirev, César Cui, Rimski-Korsakov et Borodine[29],[30].

Le père d'Élisabeth Dmitrieff possède une bibliothèque réunissant les nouvelles idées de son temps[31],[32],[24], et, fait paradoxal pour cet homme autoritaire et violent envers ses serfs, il aime s'entourer de personnes aux idées progressistes, comme la famille Zielony. C'est dans la propriété des Zielony que vient chaque été Nikolaï Tchernychevski, sans qu'il soit possible de savoir si Élisabeth Dmitrieff a rencontré l'écrivain dont le livre aura par la suite une grande influence sur ses choix de vie[33].

Le jeune frère de Dmitrieff aurait fréquenté les membres de la première Zemlia i Volia[34].

Intérêt pour les inégalités sociales et le marxisme

La famille passe l'été à Volok et rejoint Saint-Pétersbourg à l'automne. Là, les Kouchelev résident au numéro 12, dans l'île Vassilievski, en face du corps des cadets où Kouchelev puis ses fils ont étudié[35]. Dans les années 1860, ce quartier héberge la jeunesse révolutionnaire privilégiée, avec notamment Dobrolioubov, Dostoïevski, Netchaïev, Pissarev, Tkatchev, Lavrov, Tourguéniev, et surtout Tchernychevski[36]. Dans la demeure d'à côté résident les Korvine-Kroukovski et, notamment, Sophia Kowalevski et Anna Jaclard[35],[24].

Photo en noir et blanc de la couverture du magazine Russkoe slovo de 1859, no 3, magazine que lisait Dmitrieff (avec la première publication de la nouvelle de Dostoïevski Le Rêve de l'oncle). La présentation est sobre et simple, sans images et avec juste neuf lignes de texte noir sur fond blanc.
Dmitrieff lit la revue Rousskoe slovo (Русское слово de 1859 no 3).

Son statut d'enfant illégitime et son rejet par l'aristocratie russe sont probablement à l'origine de la sensibilité d'Élisabeth Dmitrieff aux inégalités, qu'il s'agisse du servage à la campagne ou de la misère à Saint-Pétersbourg[22]. Elle se lie d'amitié avec Anna Korvine-Kroukovskaïa, se rapproche des milieux estudiantins en faveur de l'émancipation des femmes et des serfs[7] et apprend plusieurs langues[n 2],[24] .

Dmitrieff s'intéresse dès l'adolescence aux idées de Karl Marx qu'elle lit[38] probablement dans la revue Rousskoe slovo[39], ainsi qu'aux écrits de Nikolaï Tchernychevski. Ces deux hommes deviennent ses maîtres à penser et elle est déterminée à construire un pont entre les théories économiques de Marx et les idées de Tchernychevski[40] sur les capacités émancipatrices du modèle de la commune paysanne russe[41].

Influence de Nikolaï Tchernychevski

Reproduction de la page de couverture en noir et blanc et imprimée avec des lettres cyrilliques du roman Que faire ? publié en 1865 par Nikolaï Tchernychevski.
Page de couverture du roman Que faire ? de Tchernychevski publié en 1865.

L'Empire russe connaît au milieu du XIXe siècle de profonds changements. En 1857, Alexandre Herzen et Nicolas Ogarev lancent le journal révolutionnaire Kolokol. En 1861, le servage est aboli[42]. Les Kouchelev sont influencés par cet environnement : le compositeur Moussorgski rejoint en 1863 une communauté de Saint-Pétersbourg fréquentée par l'écrivain Tourguéniev, le poète Chevchenko et l'historien Kostomarov. La mère de Dmitrieff, amie du musicien, y emmène sa fille[43].

Alexeï Kouropatkine, un ami de la famille, plus particulièrement du frère d'Élisabeth, Alexandre[44], passe souvent ses étés à Volok au domaine, où après une cour infructueuse à sa sœur Sophia, il tombe amoureux d'Élisabeth, âgée alors de 14 ans[45]. En 1865, de retour du Turkestan à Volok, influencé par son commandant Achenbrenner, qui éduque ses jeunes recrues aux idées révolutionnaires, il ramène le roman Que faire ? en 1865 pour en discuter avec son ami Alexandre, mais c'est sa sœur Élisabeth qui se passionne pour les idées du livre[46]. Dans le roman, Nikolaï Tchernychevski propose une remise en cause radicale de la façon de vivre et des conventions sociales, notamment le mariage et l'héritage[47]. Le roman raconte l'histoire de Véra Pavlovna, une jeune femme émancipée qui vit en communauté avec d'autres jeunes gens et prône le système des coopératives pour émanciper les travailleurs. Elle fonde une coopérative de couturières, qualifiée d'obchtchina urbaine, qui servira de modèle à des initiatives similaires dans toutes les Russies. Le roman invite à sortir du rêve pour concrétiser une pratique quotidienne de l'idéal socialiste[41].

Élisabeth Dmitrieff développe au travers de ses lectures une analyse critique des hiérarchies de genre et de classe et envisage d'utiliser sa fortune pour construire un moulin coopératif — un artel — qui servirait aux paysans de Volok[48],[49]. Elle prend conscience de la nécessité de poursuivre sa propre éducation[50], mais l'Empire russe ne permettant pas à l'époque aux femmes d'entrer à l'université, elle décide de partir à Genève, en Suisse et, suivant l'exemple de Vera Pavlovna, de contracter un mariage blanc afin d'échapper à sa famille[21].

Engagement politique

Inspirée par ses lectures et sensibilisée aux inégalités sociales, Élisabeth Dmitrieff est active très jeune dans les cercles socialistes de Saint-Pétersbourg[51]. En 1867, elle fait un mariage blanc avec le colonel Mikhaïl Tomanovski[24],[52] pour s'émanciper de sa famille et obtenir son héritage[53]. Tomanovski est un partisan de l'émancipation féminine[24]. Elle fait don par la suite de 50 000 roubles aux organisations révolutionnaires[7]. Elle part pour la Suisse en 1868, puis pour Londres. Un rapport de la police parisienne la décrit en 1871 en ces termes : « mesurant 1,66 m ; cheveux et sourcils châtains ; front légèrement découvert ; yeux gris bleu ; nez bien fait ; bouche moyenne ; menton rond ; visage plein, teint légèrement pâle ; démarche vive ; habituellement vêtue de noir et toujours d'une mise élégante[4]. »

Séjour à Genève : La Cause du peuple et l'Internationale des travailleurs

Tableau en couleur réalisé à la peinture à l'huile par Tony Robert-Fleury dans les collections du Musée National de Cracovie. La scène représente une foule de personnes dans une rue de Varsovie, dont certaines sont blessées massées autour de corps gisant à terre dans une flaque de sang rouge.
Varsovie, scène de l'insurrection polonaise, 8 avril 1861, par Tony Robert-Fleury- MNK XII-A-704 - Musée national de Cracovie

Au printemps 1868 Dmitrieff passe par Genève accompagnée de son mari une première fois. Elle est à Genève au moment où éclate la grève des ouvriers du bâtiment, et retrouve lors de cette visite Anna Jaclard[54].

Dmitrieff revient en Suisse à Genève en 1869[41] sans son mari cette fois-ci : elle ne donnera plus aucune nouvelles à sa famille dans les années qui suivent, et se fait appeler «citoyenne Élise». Elle se rend parfois à Bâle et Zurich[55]. À Genève se croise les intellectuels révolutionnaires et exilés russes. Mikhaïl Bakounine y séjourne et des rencontres ont lieu entre les mouvements socialistes internationaux et les révolutionnaires russes[41]. Élisabeth Dmitrieff y fait la connaissance des Français Eugène Varlin et de Benoît Malon qui s'engageront comme elle dans la Commune de Paris en 1871. Elle est aussi très proche du socialiste russe Nicolas Outine qui s'est éloigné de Bakounine pour se rapprocher de Karl Marx[56],[53]. Les services de renseignement russes rapportent qu'une dénommée «Élise» demeure chez Nicolas Outine[55].

Narodnoe Delo

Sur place, elle finance et codirige le journal La Cause du peuple (Narodnoe Delo) avec Nicolas Outine[57].

La Cause du peuple est un journal russe fondé à Genève après le congrès de la Ligue de la paix et de la liberté en 1867 par un groupe de révolutionnaires russes exilés. Le cercle des révolutionnaires russes impliqué dans la rédaction de La Cause du peuple souhaite promouvoir l'Internationale en Russie, ayant en commun avec ses fondateurs le soutien envers les Polonais insurgés contre la tyrannie de l'Empire russe. Nikolaï Joukovski approche Mikhaïl Bakounine pour qu'il collabore à la rédaction du journal. D'autres Russes vivant sur les rives du lac Léman acceptent de se joindre à l'initiative : Zoïa Obolenskaïa, le Polonais Walerian Mroczkowski, Victor et Ekaterina Barteneva, Nicolas et Nathalie Outine, l'imprimeur Mikhaïl Elpidin, et Olga Levacheva (belle-sœur de Joukovski). Bakounine empêche Nicolas Outine de participer à la première édition du journal[58], qui paraît le 1er septembre 1868 aux presses Elpidin à Genève[59]. Bakounine et Nikolaï Joukovski écrivent deux des quatre articles publiés dans le premier numéro[60], avant que Nicolas Outine ne prenne la main sur l'éditorial[61].

Dans le premier numéro, Joukovski décrit le journal comme étant matérialiste, athéiste et en faveur de la libération socio-économique du peuple. Bakounine quant à lui déclare que le but du peuple russe est «terre et liberté», une référence aux idées de Nikolaï Tchernychevski et à Zemlia i Volia[62].

Le projet de La Cause du peuple est de démontrer que si la lutte paysanne en Russie prend des formes différentes de celle qui est décrite par Marx, elle n'en relève pas moins de la même promotion de la collectivisation des moyens de production. Ainsi la déclaration d'intention du premier numéro affirme[63] :

« Comme base de la justice économique, nous proposons deux thèses fondamentales : la terre appartient à ceux qui la travaillent de leurs propres mains : aux communes agricoles. Le capital et tous les outils de travail [appartiennent aux] travailleurs : aux associations de travailleurs. »

L'internationale

gravure en noir ee t blanc du Temple Unique à Genève d'après une carte postale vers 1870
Temple Unique vers 1870 à Genève d'après une carte postale, endroit où se tenaient les séances genevoises de l'Internationale.
Photo de l'incendie de l'Église du Sacré Cœur, aniciennement Temple Unique le 18 juillet 2018. Là se tenaient des séances de la section genevoise de l'internationale.
Église du Sacré Cœur (qui s'appelait Temple Unique jusqu'au rachat par l'Église catholique en 1873) à Genève le 18 juillet 2018 pendant l'incendie.
Gravure en noir et blanc représentant une séance de la section genevoise de l’Association internationale des travailleurs à l'ancien temple unique, Genève entre 1869 et 1875
Séance de la section genevoise de l’Association internationale des travailleurs à l'ancien temple unique, Genève entre 1869 et 1875

Dmitrieff participe à la fondation de la section russe de l'Association internationale des travailleurs — aussi connue sous le nom de Première Internationale — avec Nicolas Outine[57]. Elle s'investit également dans la « section des dames » en faveur de l'émancipation des travailleuses[64].

La section genevoise de l'Internationale se réunit dans l'ancien temple unique[65], un ancien temple maçonnique[66], qui sera racheté en 1873 par l'église catholique[67]. La moitié des quelques personnalités qui fondent la section russe de l'internationale autour de Nicolas Outine sont des femmes émancipées. La personnalité clef de l'organisation selon Pierre Kropotkine est Olga Levacheva. Elle lui inspire l'idée de dédier sa vie à la révolution. On y trouve également Natalia Ieronimovna Korsini (qui épouse Nicolas Outine et devient Nathalie Outine)[68], Zoïa Serguéïevna Obolonskaïa[69], Ekaterina Barteneva[70] et Anna Jaclard[71]. Élisabeth Dmitrieff est la dernière arrivée et la plus jeune du groupe[71].


Séjour à Londres et rencontre avec Karl Marx

En , les internationalistes genevois envoient Élisabeth Dmitrieff à Londres demander à Karl Marx d'arbitrer leurs conflits internes : Serge Netchaïev arrivé à Genève en 1869 avait été accueilli à bras ouverts par Bakounine qui sympathise avec lui avant leur brouille finale. Nicolas Outine se méfie et critique l'emballement passionné de Bakounine. Élisabeth Dmitrieff suit les positions de Nicolas Outine de façon très loyale, et a toute la confiance de ce dernier[72], qui lui rédige une lettre d'introduction pour Karl Marx[73], :

« Cher citoyen, permettez-nous de vous recommander notre meilleure amie, Élisabeth Tomanovskaïa, sincèrement et profondément dévouée à la cause révolutionnaire de Russie. Nous serons heureux, si par son intermédiaire, nous pouvons vous connaître mieux et si, en même temps nous pouvons vous faire connaître plus en détail la situation de notre action, dont elle pourra vous parler de façon circonstanciée... [74]. »

Elle arrive à Londres à la fin de l’année 1870 et devient rapidement l'amie de la famille, nouant des liens avec Karl Marx mais également avec ses filles[74]. Elle lui écrit le  :

« Je vous remercie de votre bonté et de l'intérêt que vous portez à ma santé. Je ne veux pas naturellement vous prendre votre temps, mais si vous aviez quelques heures libres, dimanche soir, je suis persuadée que vos filles seraient aussi heureuses que moi-même de vous voir chez vous[74]. »

Dmitrieff passe les trois mois qui précèdent la Commune à discuter avec lui des organisations rurales traditionnelles russes[74], l'obchtchina et l'artel, des idées de Nikolaï Tchernychevski, et lui transmet des exemplaires du journal La Cause du peuple qu'elle se fait envoyer depuis Genève[75]. Tchernychevski pense que la Russie peut passer du stade féodal au stade socialiste sans transition par le stade capitaliste du développement, ce qu'il appelle « théorie de l'omission »[76]. Il s'agit de revitaliser les communes sur le modèle du phalanstère de Charles Fourier tout en les débarrassant de leurs éléments d'oppression patriarcale. Dmitrieff a une influence sur les idées de Marx, qui commence à envisager la possibilité de cheminements alternatifs et pluriels vers le socialisme, sans passer par le stade du développement capitaliste. Ces conversations se poursuivront avec Véra Zassoulitch[76].

À Paris, un soulèvement marque le début de la Commune le . Dans les jours qui suivent, des institutions révolutionnaires sont mises en place. Karl Marx envoie Dmitrieff en mission d'information à Paris[77], après avoir dans un premier temps porté son choix sur Hermann Yung, mais ce dernier étant grippé, Dmitrieff propose de prendre sa place, et embarque le à Calais[78]. Elle abandonne alors son patronyme Tomanovskaïa et prend un « nom de guerre », Dmitrieff, inspiré du nom de sa grand-mère paternelle, Dmitrieva[79]. Elle arrive à Paris le 28 ou le [80], le jour ou le lendemain de la proclamation officielle de la Commune[81]. Elle rejoint Auguste Serraillier, également militant de l'Internationale, présent à Paris pour participer aux évènements[82].

Participation à la Commune de Paris de 1871

Photo en noir et blanc prise en 1914 lors d'une réunion des anciens de la Commune figurant de face avec le tronc coupé cinq hommes dont deux au premier plan, arborant moustaches, chapeau melon noir et habillés de costumes sombres, l'un d'eux fumant une cigarette et deux femmes au premier plan, dont Nathalie Lemel (à droite), arborant un fichu, les cheveux blancs et le regard tourné vers la gauche.
Nathalie Lemel (à droite) en 1914 lors d'une réunion des anciens de la Commune à Paris.
Représentation de la page numéro 274 du livre La Troisième Défaite du prolétariat français de Benoit Malon publié à Neuchâtel en 1871 comportant une mention d'Élisabeth Dmitrieff, décrivant son engagement dans la Commune de Paris et sa volonté d'émanciper les femmes par la création d'une ligue militante par les ouvrières.
Page extraite de La Troisième Défaite du prolétariat français de Benoît Malon, publié à Neuchâtel en 1871, p. 274, avec mention d'Élisabeth Dmitrieff.

Élisabeth Dmitrieff arrive à Paris en tant que représentante de l'Internationale[83] et y rend compte des évènements[84],[77] ; elle adresse quelques rapports à Karl Marx puis bascule dans l'action. Elle trouve ainsi l'occasion de relier la théorie marxiste et la pratique de Tchernychevski, qui se concrétise très exactement dans la création d'ateliers dans le domaine de l'habillement pour les couturières, blanchisseuses, tailleuses, drapières[48].

Elle retrouve le socialiste russe Piotr Lavrov et les sœurs Sophia Kowalevski et Anna Jaclard, ses voisines de Saint-Pétersbourg, qui participent elles aussi à la Commune[81],[85].

Elle rencontre des membres du gouvernement révolutionnaire et des ouvrières puis, le , lance l'« Appel aux citoyennes de Paris », pour que les femmes s'engagent activement dans les combats[86] : « Citoyennes de Paris, descendantes des femmes de la grande révolution, nous allons défendre et venger nos frères et si nous n'avons ni fusils ni baïonnettes il nous restera des pavés pour écraser les traîtres[7]. » Cet appel entraîne la fondation de l'Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, qu'Élisabeth Dmitrieff co-fonde[77] avec Nathalie Lemel[87],[88],[89] le dans la salle Larched (79, rue du Temple) dans le 10e arrondissement[90].

Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés

Représentation en noir et sépia de l'affiche de l'Appel aux ouvrières de la Commune de Paris du 18 mai 1871 signé entre autres par Dmitrieff
Commune de Paris : « Appel aux ouvrières » du , signé entre autres par Dmitrieff.

Elle se lie avec Léo Frankel, militant d'origine hongroise et ouvrier bijoutier, qui est à la tête de la commission du travail et de l'échange de la Commune[91]. Ensemble les deux tentent de faire avancer la cause du droit des femmes au travail et la protection sociale, rédigeant un projet pour l'organisation du travail des femmes en ateliers, dont le texte est publié le . Il stipule : « Le but de la Commune serait atteint par la création d'ateliers spéciaux pour le travail des femmes et de comptoirs de vente pour l'écoulement de produits fabriqués[81] ».

L'Union des femmes réunit plus de 1 000 adhérentes. Elle procure des soins aux blessés[86]. Élisabeth Dmitrieff se sert de son expérience militante acquise lors de ses voyages en Suisse et à Londres pour organiser l'Union des femmes. Elle obtient de la commission exécutive de la Commune des moyens en contrepartie d'une supervision rapprochée de l'Union. L'Union des femmes est la seule organisation à pouvoir recevoir des ressources financières de la Commune de Paris. Élisabeth Dmitrieff structure l'organisation de manière hiérarchique avec des comités dans chaque arrondissement, un comité central, un bureau et une commission exécutive composée de sept membres représentantes des quartiers[7]. Elle organise le travail des femmes en ateliers, dans les secteurs traditionnels de la confection et de l'industrie textile, leur assurant des débouchés grâce à l'aval de la commission exécutive de la Commune[92] qu'elle informe régulièrement. Elle ne peut cependant éviter la concurrence des entreprises capitalistes du secteur, des couvents et des prisons, qui disposent d'une main d'œuvre moins bien rémunérée, ce qui cause des frictions[7],[93]. Dmitrieff, membre du comité central[94],[95], demeure secrétaire générale de la commission exécutive de l'Union, le seul poste non électif et non révocable de l'organisation[7],[93]. Elle s'occupe surtout de questions politiques et, plus particulièrement, de l'organisation des ateliers coopératifs[94],[96].

Le but de l'Union des femmes est la constitution d'une chambre syndicale des travailleuses[7].

Reproduction de la lettre manuscrite envoyée par Élisabeth Dmitrieff le 24 avril 1871 à Herman Jung et destinée sans doute à Karl Marx.
Reproduction de la lettre envoyée par Élisabeth Dmitrieff le à Herman Jung et destinée sans doute à Karl Marx.

Entre l'Union des femmes et le Comité de vigilance de Montmartre de Louise Michel, l'entente n'est pas toujours cordiale. Une certaine rivalité existe, encore mal documentée, entre les positions d'André Léo et Anna Jaclard, et celle de Dmitrieff. Cette dernière est résolument interventionniste, et sans doute moins portée sur la «critique des deux sphères» (selon laquelle il existe des différences de nature entre hommes et femmes). Elle défend en outre une action qui se focalise sur les différences de classe plus que sur les différences de genre. Quant à André Léo, elle se positionne contre un interventionnisme trop prononcé, récusant l'utilisation de la violence. On note l'absence d'André Léo et d'Anna Jaclard dans l'Union des femmes, alors que Dmitrieff a connu Jaclard en Russie, et a fui avec elle pour Genève avant la Commune. Ces tensions se manifestent autour de la formation des groupes d'ambulancières pour le front. André Léo annonce en effet dans un communiqué la formation d'une ambulance dans un quartier alors que l'Union des femmes n'est pas au courant. Dmitrieff répond via une publication du Journal officiel que cette ambulance n'a pas l'aval de l'Union des femmes. Son statut d'étrangère a pu également positionner la jeune Dmitrieff en rivale de ses aînées parisiennes[97].

Élisabeth Dmitrieff partage cependant avec Louise Michel la volonté de ne pas différencier les femmes des hommes.

En , elle écrit à Herman Jung qu'elle voit peu Benoît Malon et Léo Frankel car tout le monde est très occupé, et qu'elle est malade et fatiguée, sans possibilité de se faire remplacer[98]. Elle lui demande pourquoi il ne s'engage pas et se montre pessimiste :

« Comment se peut-il que vous restiez là à ne rien faire, quand Paris va périr à cause de cela ? Il faut agiter à tout prix la province, qu'elle vienne à notre secours. La population parisienne se bat héroïquement (en partie), mais on ne comptait jamais être abandonné comme cela. Pourtant, jusqu'à présent, nous gardons toutes nos positions, Dombrowski se bat bien et Paris est réellement révolutionnaire. Les vivres ne manquent pas. Vous savez, je suis pessimiste et ne vois rien en beau, je m'attends donc à mourir un de ces jours sur une barricade[99]. »

Engels souligne la mise en pratique très concrète du phalanstère de Que faire ? à travers l'Union des femmes, parfois présentée comme la première section féminine de l'Internationale, traduisant dans les faits, conjointement, les thèses de Marx et de Tchernychevski[48].

Semaine sanglante

Lithographie en couleur détenue par le musée Carnavalet à Paris représentant la barricade de la place Blanche, défendue par des femmes pendant la Semaine sanglante. On y voit des femmes tenant la barricade et deux hommes à cheval sur la gauche en premier plan, dont l'un vu de dos prend la main d'une jeune femme de face, qui tient une arme sur son autre épaule. On voit au premier plan à droite du tableau une autre femme de face se tenant contre un mur, habillée d'un uniforme bleu chargeant son fusil. Une femme aux longs cheveux blonds flottant dans son dos au loin brandit une arme ou un fusil, habillée d'une jupe rouge et d'une chemise blanche, tandis que deux femmes vues de face soutiennent un soldat habillé de kaki et visiblement blessé. Le drapeau rouge de la Commune flotte sur la barricade. On voit une fumée blanche au-dessus de la barricade et des pavés gisant le long du mur à droite. On aperçoit vaguement la masse de caillasses blanches formées par la barricade au second plan.
Barricade de la place Blanche défendue par des femmes pendant la Semaine sanglante, lithographie de Moloch. Musée Carnavalet, Paris.

Les troupes versaillaises entrent dans Paris le . En une semaine — nommée la Semaine sanglante —, elles reprennent possession de Paris. Autour du , l'Union lance un appel à combattre pour le « triomphe de la Commune » et cinquante femmes de l'Union des femmes se dirigent vers Montmartre[100].

Élisabeth Dmitrieff prend part aux combats de rue sur les barricades du faubourg Saint-Antoine (11e-12e arrondissement), soignant les blessés et tout particulièrement Léo Frankel. Gustave Lefrançais mentionne dans ses mémoires sa présence le à l'entrée de la rue Lepic (18e arrondissement), avec un groupe de citoyennes armées[101], ce qui est confirmé par le conseiller de l'ambassade de Russie et le colonel Gaillard, tous deux anti-communards, ce dernier affirmant qu'elle est à la tête de toutes les cantinières, ambulancières et barricadières[7]. Le chiffre de cent-vingt femmes est avancé par un article paru le dans le dernier numéro du Journal officiel publié à Belleville, et une barricade rue Blanche est mentionnée dans Le Rappel[102],[103],[100]. Cette barricade aurait été constituée uniquement de femmes, mais les faits sont difficiles à établir concernant la place des femmes dans les combats, car, devant les tribunaux, elles nient avoir participé aux combats afin d'échapper aux condamnations[104].

Dmitrieff après la Commune de Paris

Blessée sur les barricades, Élisabeth Dmitrieff s'enfuit avec Léo Frankel[91], échappant ainsi aux massacres de l'armée versaillaise[81]. Tous deux parviennent en Suisse en juin. Après quelques mois à Genève, elle regagne seule la Russie en [4].

Retour à Genève

Frankel et Dmitrieff se font passer, grâce à leur connaissance de la langue allemande et leur apparence cultivée, pour un couple de bourgeois prussiens[91]. Contrairement à André Léo et Paule Minck, Élisabeth Dmitrieff reste discrète sur son engagement communard et reprend son ancien nom, Élisaveta Tomanovskaïa[105], pour compliquer les recherches de la police. Arrivée en Suisse, elle cherche d'abord à renouer avec l'Internationale genevoise[105].

Hermann Jung évoque son arrivée à Genève dans un courrier adressé à Karl Marx. Jung reçoit un courrier du secrétaire général de la Fédération romande de l'Internationale, Henri Perret, qui lui annonce que la jeune femme lui écrira bientôt et qu'elle est saine et sauve. Élisabeth Dmitrieff n'écrira pourtant ni à Marx ni à Jung, reprochant (selon Carolyn J. Eichner) à ses camarades de n'avoir pas assez soutenu la Commune depuis Londres, comme en témoignerait la lettre écrite à Jung en [105], soit deux mois avant (et bien avant que Marx ne rédige son célèbre texte en soutien à la Commune) : « Comment pouvez-vous rester là-bas dans l'inaction, quand Paris est en train de périr ? » Elle serait restée à Genève de juin à octobre[4]. Si les réfugiés y semblent relativement tranquilles, l'arrestation du lieutenant-colonel Eugène Razoua en Suisse est inquiétante. Le , Perret écrit à Jung que Dmitrieff est menacée d'arrestation[98]. Le , la France demande l'extradition de Léo Frankel, puis le 12 celui d'une femme portant le prénom d'« Élise ». Le ministère français des Affaires étrangères pousse le gouvernement suisse à extrader toutes les personnes ayant participé à la Commune, les considérant comme des criminels et non comme des personnalités politiques. Le gouvernement suisse ne suit toutefois pas cette position : il fait libérer Razoua et refuse l'extradition des anciens communards en accord avec les règles du droit d'asile[105].

Élisabeth Dmitrieff demeure introuvable par les polices du continent grâce à son changement d'identité, malgré les enquêtes et les rapports de police :

« Liste des chefs d'accusation :

  1. D'avoir excité la guerre civile en portant les citoyens et les habitants à s'armer les uns contre les autres.
  2. D'avoir provoqué le rassemblement des insurgés par la distribution d'ordres ou de proclamation.[105] »

Le (ou le )[4], elle est condamnée par contumace à la déportation[105]. Au même moment, elle regagne la Russie, dans un état dépressif sévère[106].

Retour en Russie

Portrait photo en noir et blanc du buste de Ekaterina Barteneva communarde que Dmitrieff retrouve à Saint-Pétersbourg après 1871. Ekaterina a le visage tourné vers la gauche, les cheveux tirés en arrière regroupés en chignon par un filet sur la nuque, elle arbore un habit à col blanc qui entoure son cou.
Ekaterina Barteneva, communarde, que Dmitrieff retrouve à Saint-Pétersbourg après 1871.

Arrivée en Russie, Élisabeth Dmitrieff rejoint son cercle familial et tente de retrouver la santé. Elle se fait très discrète, étant toujours recherchée par les autorités françaises, russes et suisses. Elle rejoint Saint-Pétersbourg où elle ne retrouve pas le même climat qui régnait dans l'île Vassilievski auprès des siens. À la suite de la tentative d'assassinat du tsar Alexandre II en 1866, un climat réactionnaire règne et la police secrète traque les révolutionnaires[107].

Élisabeth Dmitrieff peine à se faire accepter dans la nouvelle génération de révolutionnaires : le mot d'ordre est désormais « aller vers le peuple » du mouvement Narodniki[108]. Elle tente de collaborer avec le journal du mouvement, Narodnoe delo (« La Cause du peuple ») mais n'adhère pas à son idéologie politique, qui exclut désormais les questions féministes. Elle retrouve Ekaterina Barteneva, ancienne communarde, avec laquelle elle envisage de rejoindre une communauté paysanne[98].

Union avec Ivan Davidovski

Gravure du buste en noir et blanc de l'officier russe Alexeï Kouropatkine, ami d'enfance de Dmitrieff. Il arbore un costume militaire avec décoration et épaulettes, est tourné vers la gauche et porte une moustache et les cheveux courts tirés en arrière.
Alexeï Kouropatkine rencontre Dmitrieff en 1872 quand elle tente de l'enrôler dans un complot pour renverser le tsar.

Élisabeth Dmitrieff quitte Saint-Pétersbourg et rencontre en 1872 Ivan Davidovski, intendant du domaine de son mari, instruit et privilégié, et chef des Valets de cœur[109],[110]. Davidovski, issu du milieu de la noblesse qui a été dépossédé avec l'abolition du servage, entretient un autre type d'idéologie révolutionnaire qui consiste à escroquer et voler de riches aristocrates, alors que Dmitrieff basait son approche sur une valorisation du travail. Ils auront deux filles[81].

En 1873, elle hérite d'une large somme d'argent à la suite du décès de Mikhaïl Nikolaïevitch Tomanovski, son premier mari, qu'elle dépense en totalité. Elle abandonne toute activité subversive pour se consacrer à ses filles, Irina et Vera. En 1876, Davidovski est arrêté, accusé de malversations et de fraudes et du meurtre d'un magistrat. Élisabeth Dmitrieff mobilise ses anciens amis, notamment Ekaterina Barteneva et son mari Victor, qui écrivent à Nicolas Outine. Un courrier d'Outine informe Karl Marx le , qui engage aussitôt un avocat à ses frais pour la défense de Dmitrieff. La docteure Carolyn J. Eichner souligne le paternalisme latent des amis masculins socialistes de Dmitrieff, qui la qualifient d'enfant égarée[111].

Exil en Sibérie

En tant que chef de la bande des Valets de cœur, Ivan Davidovski est inculpé pour fraude, vol et escroquerie envers un marchand (le marchand «Popov») et une riche héritière, et le meurtre d'un dénommé Slavichensky. Il est condamné pour tous ces chefs d'accusations à la déportation en Sibérie, dont 8 ans de bagne, suivi d'un exil simple et ses droits civiques sont supprimés[112]. Élisabeth Dmitrieff l'épouse en 1877 afin de pouvoir le suivre dans son exil en Sibérie. Le couple vit un temps à Nazarovo, puis à Iémélianovo, et de 1898 à 1902 à Krasnoïarsk[50]. Ils achètent une pâtisserie à Atchinsk[50] et tentent d'entrer en contact avec les déportés politiques de la région. Cependant, ceux-ci n'apprécient pas les « criminels de droit commun » dont fait partie Davidovski et Dmitrieff ne peut apporter de preuve de son implication dans la Commune de Paris, qu'elle doit cacher de peur d'être arrêtée. Elle est en effet toujours recherchée par la police française, jusqu'à l'amnistie générale prononcée en 1879, amnistie dont la nouvelle ne lui parviendra jamais. Boycottée et ignorée par la population locale trop pauvre, leur entreprise fait faillite[113]. En 1881, elle tente d'entrer en contact avec Mikhaïl Sajine, qui est déporté à Krasnoïarsk, afin qu'il l'aide à prouver son passé de communarde, mais ses tentatives échouent[114].

À Krasnoïarsk, elle s'implique dans la branche locale de la Croix-Rouge et réalise une étude des réserves de charbon à Nazavoro[50].

La fin de sa vie est très mal connue. Dans les années 1890, elle se serait intéressée à la religion orthodoxe et à l'astronomie, tout en s'impliquant dans l'éducation de ses filles. Elle écrit aux autorités afin de demander le pardon pour son mari, qui se lance dans l'industrie minière et connaît de nouveaux déboires. Elle le quitte entre 1900 et 1902, retourne à Moscou avec ses filles et y exerce le métier de couturière. Les sources perdent alors sa trace, et divergent quant à sa mort : 1910[94], 1916[114], 1918[115].

L'un des derniers évènements où est attestée sa présence est l'enterrement de sa mère Natalia-Carolina Dorothea Troskiévitch à l'automne 1903, d'après le témoignage d'Ekaterina V. Gount, qui est alors une enfant de 9 ans. Cette dernière vit sur le domaine de la famille des Kouchelev où sont employés ses parents et qui est dirigé par le frère de Dmitrieff, Vladimir Loukitch Kouchelev. Elle observe Élisabeth Dmitrieff — alors âgée de 52 ans — arriver avec un équipage dans le domaine. Le soir, une dispute éclate entre elle et son frère à propos de sa participation à la révolution parisienne et elle repart très tôt le lendemain matin à cheval[116].

Hommage et postérité

L'histoire des communardes Paule Minck, André Léo et Élisabeth Dmitrieff est, selon Carolyn J. Eichner, caractéristique de l'invisibilité des femmes révolutionnaires. L'historiographie est partagée après 1871 entre les écrits pro-communards qui ne les abordent que superficiellement et les écrits anti-communards qui les décrivent comme des « pétroleuses », femmes incendiaires et monstrueuses[117]. Leur histoire a même été écartée parfois de l'histoire du féminisme, sous prétexte que les communardes ne se seraient pas présentées sous cette étiquette. Pourtant dans le parcours de ces femmes sont présentes les dimensions de critique du genre et de la classe, que l'on retrouve chez les socialistes féministes dont elles sont les précurseures[118],[119].

Élisabeth Dmitrieff est une figure moins connue que Louise Michel, longtemps érigée en représentante emblématique de toutes les communardes. Les biographes de Dmitrieff l'ont souvent traitée de façon critiquable[120],[121],[86] ou marginale[119]. On dispose pourtant de nombreuses descriptions positives de la part de ses contemporains : Arthur Arnould, Gustave Paul Cluseret , Gustave Lefrançais, Benoît Malon ou Prosper-Olivier Lissagaray, ce dernier l'idéalisant en la comparant à Théroigne de Méricourt[122].

Biographes russes

Photo du buste d'Ivan Knijnik-Vetrov, l'historien russe biographe d'Élisabeth Dmitrieff. On le voit de face les cheveux noirs peignés en arrière, et arbore une moustache et un collier de barbe clairsemé. Il est vêtu élégamment, d'une veste de costume foncée, une chemise blanche et un foulard noué en guise de cravate.
L'historien Ivan Knijnik-Vetrov, un des biographes russes de Dmitrieff.

Du côté de la Russie, trois biographes se sont penchés sur l'histoire de Dmitrieff : Ivan Knijnik-Vetrov, Nata Efremova et Lev Kokin.

L'historien russe Ivan Knijnik, anarchiste et proche de Kropotkine prend le nom de Knijnik-Vetrov suite à l'immolation par le feu de Maria Vetrova, se promettant de raconter son histoire pour la postérité[123]. Il se consacre ensuite à l'histoire de la Commune de Paris et, au cours de ses recherches, lit l'autobiographie du peintre anarchiste Mikhaïl Sajine, qui évoque Élisabeth Dmitrieff. L'historien poursuit ses recherches sur Élisabeth Dmitrieff pendant plus de quarante années, envers et contre tout. Son premier article est publié dans les Annales du marxisme en 1928, soutenu par David Riazanov. Ce dernier est arrêté et fusillé sur ordre de Staline et les ouvrages de Knijnik-Vetrov dans la foulée sont détruits. Le biographe de Dmitrieff ne se décourage pas pour autant, puisqu'il entreprend une thèse de doctorat sur le même thème, et la publie en 1945 avec le titre Une activiste russe dans la Commune de Paris à l'institut pédagogique Alexandre Herzen à Léningrad. En 1947, il est déporté en Sibérie et sa thèse détruite par six instituts[124]. En 1955, réhabilité et admis à l'académie des sciences, il publie enfin son ouvrage[125]. De la fin de vie de Dmitrieff, il tisse une double interprétation : elle aurait été révolutionnaire et religieuse. Des habitants de Krasnoïarsk lui ayant écrit pour indiquer que Dmitrieff s'asseyait sur une chaise pour observer les étoiles, il en tire les conclusions suivantes[126] :

« Elle passait des nuits entières dans sa cour, dans le froid, à regarder les étoiles (...). Elle avait presque cinquante ans. L'église était proche de la maison. Maria Ossipovna Chebalina, une narodnitsa, était « allée au peuple » comme infirmière. La famille Davidovski était au nombre de ses patients et elle se lia assez intimement à eux. Dans la maison de Krasnoïarsk, Maria Ossipovna remarqua les icônes. Ainsi, Élisabeth avait-elle retrouvé la foi[127]. »

Nata Efremova est spécialiste des femmes révolutionnaires et pionnières russes du 19ème siècle. Elle rédige des biographies pour la revue Femme soviétique jusqu'en 1991 (par exemple sur Sophia Kowalevski, Ekatérina Abramovna Fleïchitz, Nadejda Souslova)[128]. Pour elle l'épisode de la «chaise», qu'elle relate en 1982 a une explication simple : Dmitrieff s'intéresse à l'astronomie et à la science. Sur son implication avec Davidovski et les Valets de cœur, elle déclare que les femmes révolutionnaires sont trop impliquées pour réussir leur vies affectives, car elles ont, selon elle, trop de personnalité[129].

Lev Kokin, le dernier biographe ayant écrit sur Dmitrieff en 1984, déclare dans Tchas Boudouchtchevo qu'« elle était devenue gâteuse » et minimise son rôle dans la Commune. L'épisode de la « chaise » serait à mettre sur le compte de ce « gâtisme » et les dernières quarante années de la vie de Dmitrieff seraient peu dignes d'être racontées[130].

Cercle Élisabeth Dmitrieff

En , un groupe de féministes trotskistes, participant au Mouvement de libération des femmes et à l'Alliance marxiste révolutionnaire[131],[132], à la fois proches des valeurs du mouvement des femmes et de l'autogestion, crée le Cercle Élisabeth-Dmitrieff[133].

Place Élisabeth-Dmitrieff

Photo en couleurs de la plaque de la place Élisabeth Dmitrieff à Paris dans le 3e arrondissement
Plaque de la place Élisabeth-Dmitrieff à Paris dans le 3e arrondissement.

À Paris, une place du 3e arrondissement prend le nom d'Élisabeth Dmitrieff[134]. C'est un petit terre-plein où se trouve l'entrée de la station de métro Temple, à l'intersection de la rue du Temple et de la rue de Turbigo. Elle est inaugurée le jeudi , à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le même jour que les places Nathalie-Lemel, communarde elle aussi, et Renée-Vivien, également dans le 3e arrondissement.

Michèle Audin, spécialiste de l'histoire de la Commune, s'interroge sur les raisons ayant mené à ce choix de nom à cet endroit et au choix du texte sur la plaque[135].

Exposition

À l'occasion du cent-cinquantenaire de la Commune de Paris, l'artiste Dugudus réalise son portrait pour une exposition rétrospective du au organisée par la Mairie de Paris[136],[137].

Commémorations à Volok

Le village natal d'Élisabeth Dmitrieff, Volok, situé à 200 km de Novgorod[37], est différent aujourd'hui de celui qu'elle a connu[138], mais « les riverains honorent la mémoire de leur compatriote »[n 3] : l'école porte son nom depuis 1965[138], une plaque commémorative lui est dédiée à la Maison de la Culture[138]. À l'occasion du 100e anniversaire de la Commune, le musée Dmitrieva y est inauguré[138]. Il est rattaché au musée de K. Marx et F. Engels, dont les fonds et collections sont transférés en 1993 au centre russe de conservation et d'études des documents en histoire contemporaine[139]. Les expositions y sont régulièrement renouvelées[138]. Élisabeth Dmitrieff représente encore en Russie un symbole d'héroïsme et un symbole de la classe ouvrière[138], considérée par l'encyclopédie populaire « Мой Красноярск » comme « l'une des femmes les plus brillantes au monde et du mouvement révolutionnaire russe »[n 4].

Souvenirs familiaux

En 1993, Sylvie Braibant publie Élisabeth Dmitrieff : aristocrate et pétroleuse[140]. Elle relate le voyage en Russie qu'elle entreprend en 1990 pour effectuer des recherches sur Élisabeth Dmitrieff. Dans l'ancienne maison des Kouchelev, à Saint-Pétersbourg, vivent l'arrière-petite-nièce de Dmitrieff, Xénia, et son neveu, prétendant au titre de vicomte, ainsi que l'arrière-petite-nièce d'Anna Jaclard. Les deux femmes à la retraite sont ingénieures diplômées de l'institut polytechnique et accumulent des souvenirs familiaux liés à leurs arrières-grands-tantes[141].

Bande dessinée et littérature

En 2014, Catherine Clément lui consacre quelques chapitres de son roman Aimons-nous les uns les autres[142],[143].

En 2015, paraît aux éditions Glénat dans la collection « Communardes » un album BD de Wilfrid Lupano et Anthony Jean L'Aristocrate fantôme,[145].

Michael Löwy et Olivier Besancenot publient en une fiction intitulée Le Cahier bleu de Jenny, racontant une visite imaginaire de Jenny Longuet et de son père Karl Marx à Paris durant la Commune de Paris, au cours de laquelle ils rencontrent Élisabeth Dmitrieff[146].

Musique et théâtre

Emmanuel Bex et David Lescot créent en 2017 le spectacle de jazz musical La Chose Commune, qui comporte un morceau intitulé Élisabeth Dmitrieff[147],[148].

Notes et références

Notes

  1. L'origine de Carolina Troskiévitch est longtemps restée floue. Venant de Courlande, elle est enregistrée comme sœur de charité dans un ordre évangélique luthérien à Hasenpot. Elle est issue des mechtchané, la petite bourgeoisie citadine. Elle connaît un peu le yiddisch et le letton, ce qui alimente les rumeurs sur une possible origine juive, qui n'est pas attestée. Sylvie Braibant mentionne dans son livre de 1993 que le registre d'état civil de Velikié Louki indique une origine allemande.
  2. Dmitrieff parlait, outre le russe, l'allemand, l'anglais, le français[37].
  3. Citation originale : « Но местные жители чтут память о своей землячке[138]. »
  4. Citation originale : « С историей города связано имя одной из самых ярких женщин мирового и российского революционного движения Елизаветы Лукиничны Дмитриевой-Томановской[50]. »

Références

  1. Eichner 2020, p. 43.
  2. « Dmitrieff, Elizabeth (1851–1910) », sur encyclopedia.com (consulté le ). Notice issue de Women in World History .
  3. Notice du Dictionnaire historique suisse.
  4. a b c d e et f « Dmitrieff Élisabeth (Tomanovskaïa dite) », sur maitron.fr, 18 février 2009 (dernière modification le 22 février 2021) (consulté le ).
  5. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreinte», § 8.
  6. « Annexe:Mots en français d'origine russe — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le ).
  7. a b c d e f g h et i Dictionnaire des féministes 2017.
  8. Braibant ebook 1993, Première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 14.
  9. a b et c Thomas 1963, p. 117.
  10. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 10.
  11. Braibant ebook 1993, Première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 13.
  12. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 14.
  13. a et b Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 19.
  14. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 20.
  15. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 20.
  16. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 25.
  17. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 32.
  18. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 22 à 23.
  19. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 7.
  20. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 Empreintes, § 31.
  21. a et b Eichner 2020, p. 45.
  22. a et b Eichner 2020, p. 44.
  23. Braibant ebook 1993, première partie «Empreintes», chapitre 1, § 19.
  24. a b c d e et f Thomas 1963, p. 118.
  25. (en) Carolyn J. Eichner, « "To Assure the Reign of Work and Justice": The 'Union des Femmes' and the Paris Commune of 1871 », Österreichische Zeitschrift für Geschichtswissenschaften, vol. 9, no 4,‎ , p. 525–555 (ISSN 2707-966X, DOI 10.25365/oezg-1998-9-4-5, lire en ligne, consulté le ), note 15.
  26. Braibant ebook 1993, première partie «Empreintes», chapitre 1, § 40.
  27. (ru) « Елизавета Дмитриева (Томановская) » [« Elizaveta Dmitrieva (Tomanovskaïa) »], sur toropets.net.
  28. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 42.
  29. « Modest Petrovitch Moussorgski », sur larousse.fr (consulté le ).
  30. Braibant ebook 1993, première partie «Empreintes», chapitre 1, § 43.
  31. Eichner 2020, p. 45.
  32. Braibant ebook 1993, première partie «Mots», chapitre 2, § 21.
  33. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 38.
  34. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 52.
  35. a et b Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 13.
  36. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 6.
  37. a et b (de) « Antje Schrupp im Netz : Elisabeth Dmitrieff », sur www.antjeschrupp.de (consulté le ).
  38. Braibant ebook 1993, Préface de Gilles Perrault, § 3.
  39. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 42 et 43.
  40. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 42.
  41. a b c et d Ross et Dobenesque 2015, p. 33.
  42. Braibamt ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 7.
  43. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 44.
  44. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1 «Empreintes», § 28.
  45. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 29.
  46. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 28 et 30.
  47. Braibant ebook 1993, Première partie, chapitre 2 «Mots», § 10.
  48. a b et c Ross et Dobenesque 2015, p. 36.
  49. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2 «Mots», § 30.
  50. a b c d et e (ru) L.P Berdnikov, « XX век » [« XXe siècle) »], sur Мой Красноярск — народная энциклопедия (Mon Krasnoïarsk, encyclopédie populaire), region.krasu.ru,‎ (consulté le ).
  51. Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, Paris, Mémoire du Livre, , 642 p. (ISBN 2-913867-13-8 et 9782913867130, OCLC 46475754).
  52. Eichner 2021, p. 45.
  53. a et b McClellan 1979.
  54. Braibant ebook 1993, Deuxième partie, chapitre 1, § 9.
  55. a et b Braibant ebook 1993, Deuxième partie, chapitre 1, § 12.
  56. « Outine, Nicolas », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le ).
  57. a et b Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves : une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, Zone, , 994 p. (ISBN 978-2-35522-088-3 et 2355220883, OCLC 969705078).
  58. McClellan 1979, chapitre 1 section Narodnoe Delo § 1 à 5.
  59. McClellan 1979, Chapitre 1, section 5 Norodnoe Delo, § 11.
  60. (en) On Anarchy (lire en ligne).
  61. McClellan 1979, Chapitre 1, section Narodnoe delo after Bakunin.
  62. McClellan 1979, Chapitre 1, section 5 Narodnoe Delo, § 16.
  63. Ross et Dobenesque 2015, p. 34.
  64. « Dmitrieff, Élisabeth », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le ).
  65. Braibant ebook 1993, Deuxième partie, chapitre 2, § 26.
  66. « Genève, Temple unique de l'ordre maçonni... », sur notrehistoire.ch, (consulté le ).
  67. « Genève, ancien temple unique : séance de la section genevoise de l’Association internationale des travailleurs », sur Bibliothèque de Genève Iconographie (consulté le ).
  68. Braibant ebook 1993, Deuxième partie, chapitre 2, § 25.
  69. Braibant ebook 1993, Deuxième partie, chapitre 2, § 27.
  70. Mikhaïl Bakounine, « Bakounine Lettre à Herzen et Ogarev 18 juillet 1866 », Fondation Besnard,‎ (lire en ligne [PDF]).
  71. a et b Braibant ebook 1993, Deuxième partie, chapitre 2, § 30.
  72. Braibant ebook 1993, Deuxième partie, chapitre 2, § 40 ৠ44.
  73. Braibant ebook 1993, Deuxième partie, chapitre 3, § 1.
  74. a b c et d Thomas 1963, p. 119.
  75. Ross et Dobenesque 2015, p. 32.
  76. a et b Ross et Dobenesque 2015, p. 35.
  77. a b et c « L'imaginaire de la Commune / Revue Vingtième Siècle », sur France Culture (consulté le ).
  78. Brraibant ebook 1993, Deuxième partie, chapitre 3, § 46.
  79. Carolyn J. Eichner, « BALLAST - Élisabeth Dmitrieff : féministe, socialiste, communarde », sur BALLAST, (consulté le ).
  80. Braibant ebook 1993, Troisième partie, chapitre 1, § 4.
  81. a b c d et e « Élisabeth Dmitrieff, l'autre cheffe de file des femmes de la Commune de Paris », sur TV5 Monde, (consulté le ).
  82. (en) David Broder et Stathis Kouvelakis, « Karl Marx Saw Signs of the Socialist Future in the Paris Commune », sur CADTM, (consulté le ).
  83. Sophie Coudray, « Carolyn J. Eichner, Franchir les barricades. Les femmes dans la Commune de Paris », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne, consulté le ).
  84. « La Commune de Paris, il y a 150 ans : L'Union des femmes, 11 avril 1871 », sur Musée d'art et d'histoire Paul Eluard (consulté le ).
  85. Gérard Da Silva, « Sonia Kovalevskaia, une mathématicienne russe au cœur de la Commune », sur Amis de la Commune de Paris.
  86. a b et c Carolyn J. Eichner, « La Commune : pas de révolution sans les femmes », sur www.lhistoire.fr, (consulté le ).
  87. Gilles Candar, « Du nouveau sur la Commune de Paris à la veille de son cent-cinquantième anniversaire », Revue historique, vol. no 697, no 1,‎ , p. 223–236 (ISSN 0035-3264, DOI 10.3917/rhis.211.0223).
  88. Benoît Malon, La Troisième Défaite du prolétariat français, (lire en ligne).
  89. « Le rôle des femmes pendant la Commune Entretien avec Michèle Audin - la voie du jaguar », sur lavoiedujaguar.net (consulté le ).
  90. Patrick Le Moal, « La Commune au jour le jour. Mardi 11 avril 1871 – CONTRETEMPS » (consulté le ).
  91. a b et c Eichner 2020, p. 205.
  92. David A. Shafer, « Plus que des ambulancières : Women in articulation and defence of their ideals during the Paris Commune (1871) », French History, vol. 7, no 1,‎ , p. 85–101 (ISSN 0269-1191 et 1477-4542, DOI 10.1093/fh/7.1.85).
  93. a et b Eichner 2020.
  94. a b et c Bodinaux, Plasman et Ribourdouille 2014.
  95. Braibant 1993, Troisième partie, chapitre 3, § 13, § 17 et § 19..
  96. Braibant 1993, Troisième partie, chapitre 1, § 49.
  97. (en) Antje Schrupp, Bringing Together Feminism and Socialism in the First International: Four Examples, Brill, (ISBN 978-90-04-33546-2, lire en ligne).
  98. a b et c Eichner 2020, p. 209.
  99. Michèle Audin, « 24 avril 1871, Élisabeth Dmitrieff écrit à Hermann Jung », sur La Commune de Paris, (consulté le ).
  100. a et b Alain Dalotel, « La barricade des femmes », dans La barricade, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire de la France aux XIXe et XXe siècles », (ISBN 978-2-85944-851-6, lire en ligne), p. 341–355.
  101. Gustave Lefrançais, Souvenirs d'un révolutionnaire : de juin 1848 à la Commune, Paris, La fabrique, , 509 p. (ISBN 978-2-35872-052-6 et 2358720526, OCLC 864388101).
  102. « La journée », Le Rappel, no 709,‎ (lire en ligne).
  103. Michèle Audin, « La « barricade tenue par des femmes », une légende ? », sur La Commune de Paris, (consulté le ).
  104. Martial Poirson et Christiane Taubira, Combattantes : une histoire féminine de la violence en Occident, (ISBN 978-2-02-142731-8 et 2-02-142731-5, OCLC 1184018763).
  105. a b c d e et f Eichner 2020, p. 208.
  106. « Elisabeth Dmitrieff, l'autre cheffe de file des femmes de la Commune de Paris », sur TV5 Monde, (consulté le ).
  107. (en) Ronald Hingley, The Russian Secret Police: Muscovite, Imperial Russian and Soviet Political Security Operations 1565–1970, Routledge, (ISBN 978-1-000-37135-2, lire en ligne).
  108. (en) Anne Pedler, « Going to the People. The Russian Narodniki in 1874-5 », The Slavonic Review, Modern Humanities Research Association, vol. 6, no 16,‎ , p. 130–141 (JSTOR 4202141).
  109. (en) Sergei Antonov, « Russian Capitalism on Trial: The Case of the Jacks of Hearts », Law and History Review, vol. 36, no 1,‎ , p. 35–76 (ISSN 0738-2480 et 1939-9022, DOI 10.1017/S0738248017000517, lire en ligne, consulté le ).
  110. Alexey Lukashkin, « Les romans sur Rocambole de Ponson du Terrail comme source d’inspiration pour une bande d’escrocs moscovites du xixe siècle. Étude sur l’instabilité sociale dans la Russie tsariste des années 1860 à 1870 », Revue des études slaves, vol. 89, no LXXXIX-3,‎ , p. 339–353 (ISSN 0080-2557, DOI 10.4000/res.1757, lire en ligne, consulté le ).
  111. Eichner 2020, p. 214.
  112. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 1, § 70 à 75.
  113. Eichner 2020, p. 215.
  114. a et b Eichner 2020, p. 216.
  115. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 4, § 25 à 32.
  116. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 1, § 4 à 5.
  117. Eichner 2020, p. 11.
  118. Eichner 2020, p. 13.
  119. a et b Caroline Fayolle, « Carolyn J. Eichner, Franchir les barricades. Les femmes dans la Commune de Paris », Revue d'histoire du XIXe siècle. Société d'histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, no 62,‎ , p. 257–260 (ISSN 1265-1354, lire en ligne).
  120. « Les femmes dans la Commune de Paris », sur Force Ouvrière (consulté le ).
  121. Eichner 2020, p. 15.
  122. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 3, § 29.
  123. Braibant 1992, Chapitre III, partie 3 b.
  124. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 3, § 10.
  125. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 3, § 11.
  126. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 3, § 12.
  127. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 3, § 13.
  128. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 3, § 17.
  129. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 3, § 19.
  130. Braibant ebook 1993, Quatrième partie, chapitre 3, § 20.
  131. (en) Gill Allwood et Khursheed Wadia, « Gender and Class in Britain and France », Journal of European Area Studies, vol. 9, no 2,‎ , p. 163-189 : « the Cercle Elisabeth Dimitriev […] was formed in May 1971 by women from the Trotskyist Alliance marxiste révolutionnaire ».
  132. Ludivine Bantigny, La Commune au présent : une correspondance par-delà le temps, (ISBN 978-2-348-06669-6 et 2-348-06669-6, OCLC 1241123887, lire en ligne), p. 149.
  133. « Les femmes de la Commune : Élisabeth Dmitrieff », sur Association Autogestion, (consulté le ).
  134. « Délibération du du conseil municipal du 3e arrondissement » [PDF].
  135. Michèle Audin, « Place Elisabeth-Dmitrieff, troisième arrondissement », sur La Commune de Paris, (consulté le ).
  136. Marie-Anne Kleiber, « Paris : 50 silhouettes grandeur nature pour marquer le 150e anniversaire de la Commune », sur lejdd.fr (consulté le ).
  137. Aurélien Soucheyre, « Portraits de communardes. Élisabeth Dmitrieff, l'âme russe des barricades », sur L'Humanité, (consulté le ).
  138. a b c d e f et g (ru) Ната Павловна Ефремова (Efremova Nata Pavlovna, journaliste), « Елизавета Дмитриева - героиня Парижской коммуны : Élisabeth Dmitrieff, l'héroïne de la Commune de Paris », Вопросы истории (Questions d'histoire), no 3,‎ , p. 213-216 (lire en ligne).
  139. (ru) « Музей », sur Российский государственный архив социально-политической истории (РГАСПИ),‎ (consulté le ).
  140. Lyes Baloul, « Sylvie Braibant, ex-journaliste à TV5 monde, évoque les droits des femmes », sur leConnecté.fr, (consulté le ).
  141. Braibant ebook 1993, première partie, chapitre 2, § 19 et 20.
  142. Catherine Clément, Aimons-nous les uns les autres roman, Éd. du Seuil, (ISBN 978-2-02-111443-0 et 2-02-111443-0, OCLC 904574374).
  143. « Catherine Clément du 06 janvier 2015 », sur franceinter.fr (consulté le ).
  144. Daniel Szmydt, « Communardes ! – L'Aristocrate fantôme », sur unamourdebd.fr (consulté le ).
  145. Inez Hedges, « Marx à Paris, 1871: Le Cahier bleu de Jenny », Socialism and Democracy, vol. 0, no 0,‎ , p. 1–4 (ISSN 0885-4300, DOI 10.1080/08854300.2021.1953428, lire en ligne, consulté le ).
  146. « La Chose Commune », sur culture-sorbonne.fr (consulté le ).
  147. « La Chose Commune », Le Parisien, .

Annexes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Biographies sur Élisabeth Dmitrieff

  • Sylvie Braibant, Héroïnes révolutionnaires russes du XIXe siècle, images, stéréotypes, mythes, pour quelles histoires ?, École des hautes études en sciences sociales (mémoire de DEA d'histoire), (lire en ligne), « Élisabeth Dmitrieff, le mythe chancelant ». Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Sylvie Braibant, Élisabeth Dmitrieff : aristocrate et pétroleuse, Belfond, (ISBN 2-7144-2963-7 et 978-2-7144-2963-6, OCLC 28516706, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Ivan Sergueïevitch Knijnik (pseud. Vetrov et Knijnik-Vetrov), Jeunesse et Enfance d'Elisaviéta Dmitrieva, Marx, Moscou, 1930.
  • (ru) Lev Mikhaïlovitch Kokin, Tchas boudouchtchevo [« Le Temps de l'avenir »], Moscou, Politizdat, .
  • Yvonne Singer-Lecocq, Rouge Élisabeth, Galodé, (ISBN 978-2-35593-148-2 et 2-35593-148-8, OCLC 755062059, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Ouvrages sur les femmes de la Commune de Paris

  • Christine Bard et Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes : France, XVIIIe-XXIe siècle, (ISBN 978-2-13-078720-4 et 2-13-078720-7, OCLC 972902161, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Carolyn J. Eichner, Franchir les barricades : Les Femmes dans la Commune de Paris, (ISBN 979-10-351-0522-8, 978-979-1035-10-1 et 979-1035-10-5, OCLC 1149074370, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Ivan Sergueïevitch Knijnik (pseud. Vetrov et Knijnik-Vetrov), Trois Femmes russes dans la Première Internationale et la Commune de Paris, Moscou, Naouka, 1964.
  • Sofia Kovalevskaïa, Souvenirs d'enfance, Paris, Hachette, 1907.
  • Mme A. Ch. Leffler, duchesse de Cajanello, Souvenirs d'enfance de Sophie Kovalewsky, Librairie Hachette et Cie, (lire en ligne).
  • (en) S. V. Kovalevskaïa, A Russian childhood, Springer-Verlag, (ISBN 0-387-90348-8, 978-0-387-90348-4 et 3-540-90348-8, OCLC 4194495, lire en ligne).
  • Eugene W. Schulkind, Le rôle des femmes dans la Commune de 1871, vol. 42, Revue d'Histoire du XIXe siècle - 1848 (no 185), (lire en ligne), p. 15–29.
  • Marisa Linton (trad. de l'anglais par Christine HIVET), « Les femmes et la Commune de Paris de 1871 », Revue historique, Paris, Presses Universitaires de France (PUF), no 603,‎ , p. 23-48 (ISSN 0035-3264, lire en ligne, consulté le ).
  • Jacques Rougerie, « La Révolution avec ou sans la femme ? La Commune de 1871 », dans Christine Fauré (dir.), Encyclopédie politique et historique des femmes : Europe, Amérique du Nord, Presses universitaires de France, , 885 p. (lire en ligne), p503-532. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Édith Thomas, Les Pétroleuses, Éditions Gallimard, coll. « La suite des temps », , 295 p. (ISBN 2-0702-6262-6). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Antje Schrupp, Bringing Together Feminism and Socialism in the First International: Four Examples, Brill, (ISBN 978-90-04-33546-2, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Ouvrages généraux

  • Ludivine Bantigny, La Commune au présent : Une correspondance par-delà le temps, (ISBN 978-2-348-06669-6 et 2-348-06669-6, OCLC 1241123887, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Michel Cadot, L'Occident de Versilov, Dostoevsky studies, volume 4, 1983.
  • (ru) Nata (Natalia) Pavlovna Efremova, Dotch' Revolioutsionnoï Rossii [« Fille de la Russie révolutionnaire »], Moscou, Moskovskii Rabotchii, .
  • Prosper Lissagaray, La Revue blanche, Paris, 1874 (à comparer avec le portrait brossé dans son Histoire de la Commune de Paris, Paris, Librairie E. Dentu, 1896).
  • Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, La Découverte, (ISBN 978-2-7071-5472-9 et 2-7071-5472-5, OCLC 300280620, lire en ligne).
  • Kristin Ross et Étienne Dobenesque, L'Imaginaire de la Commune, La Fabrique, , 186 p. (ISBN 978-2-35872-064-9 et 2-35872-064-X, OCLC 902796458, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Woodford McClellan, Revolutionary exiles : the Russians in the First International and the Paris Commune, Cass, (ISBN 0-203-98802-7, 978-0-203-98802-2 et 978-0-7146-3115-8, OCLC 243606265, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Ouvrages de fiction

  • Catherine Clément, Aimons-nous les uns les autres (roman), Éd. du Seuil, (ISBN 978-2-02-111443-0 et 2-02-111443-0, OCLC 904574374, lire en ligne).

Articles

  • La Raison, juin 1971, no 158, portrait d'Élisabeth Dmitrieff (par un anonyme).
  • (en) Sergei Antonov, « Russian Capitalism on Trial: The Case of the Jacks of Hearts », Law and History Review, vol. 36, no 1,‎ , p. 35–76 (ISSN 0738-2480 et 1939-9022, DOI 10.1017/S0738248017000517, lire en ligne, consulté le ).
  • Gilles Candar, « Du nouveau sur la Commune de Paris à la veille de son cent-cinquantième anniversaire: », Revue historique, vol. n° 697, no 1,‎ , p. 223–236 (ISSN 0035-3264, DOI 10.3917/rhis.211.0223, lire en ligne, consulté le ).
  • Collectif, « La commune et les femmes par Duclos - Lanoux - Durand sur Mmes Le Mel - Dmitrieff et Louise Michel - Dhervilly-Lambert / Admirables pionnières de la Commune - Sandrin / L'Instruction publique sous la Commune - Les femmes dans la Commune par Laot », La Commune, no 2,‎ .
  • « Elisabeth Dmitrieff, l'autre cheffe de file des femmes de la Commune de Paris », sur TV5MONDE, (consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Eugene Schulkind, « Socialist Women during the 1871 Paris Commune », Past & Present, no 106,‎ (lire en ligne).

Articles connexes

Liens externes