Summertime

Summertime
Description de cette image, également commentée ci-après
George Gershwin, vers 1930
Single de Abbie Mitchell
Sortie
Enregistré Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 2:53
Genre Air d'opéra, standard de jazz, jazz blues, berceuse
Format Disque 78 tours
Auteur DuBose Heyward, Ira Gershwin
Compositeur George Gershwin
Classement Standard de jazz, Great American Songbook, AFI's 100 Years... 100 Songs

Clip vidéo

[vidéo] Summertime - Billie Holiday (1936) sur YouTube
[vidéo] Summertime - Ella Fitzgerald & Louis Armstrong (1957) sur YouTube
[vidéo] Summertime - Miles Davis (1959) sur YouTube

Summertime (Saison d'été, en anglais) est un air d'opéra-standard de jazz-jazz blues du Great American Songbook, composé par George Gershwin, avec des paroles de DuBose Heyward et Ira Gershwin, pour leur opéra américain en trois actes Porgy and Bess de 1935 (interprété, et enregistré en single par Abbie Mitchell). Il est repris avec succès par de nombreux interprètes, dont en particulier Sidney Bechet, Billie Holiday, Louis Armstrong en duo avec Ella Fitzgerald ou encore Miles Davis.

Histoire

Gershwin commence à composer cet air d'opéra-berceuse d'inspiration gospel-blues, en décembre 1933. Il alterne deux couplets de quinze mesures, le plus souvent joué en ré mineur (et parfois en si mineur) avec des paroles de DuBose Heyward et Ira Gershwin (son frère). Cette berceuse est interprétée dans l'opéra à quatre reprises : par le personnage de Clara dans le premier chapitre, pour endormir son enfant (Acte I, Scène 1 : Summertime), reprise en contrepoint de la scène de Craps (Acte I, Scène 1 : Oh, nobody knows when the Lawd is goin' to call) puis plus tard, toujours par Clara (Acte II, Scène 4 : One of these mornings you goin' to rise up singin), et enfin dans l'acte III par le personnage de Bess (Acte III, Scène 1: Summertime...) « Saison d'été, et la vie est facile, les poissons bondissent, et le coton est haut, oh, ton papa est riche, et ta maman est belle, alors, chut, petit bébé, ne pleures pas..., il n'y a un rien qui peut te nuire, quand papa et maman sont à tes côtés...  »

L'action se situe à Charleston en Caroline du Sud, dans le Sud des États-Unis, en pleine misère de la Grande Dépression américaine des années 1930, pourtant, dans la cour du quartier Afro-Américains de Catfish Row , on boit, on chante, on joue, on danse même.


L'opéra est enregistré pour la première fois par la chanteuse soprano d'opéra américaine Abbie Mitchell, le , avec George Gershwin au piano et comme chef d'orchestre (Gershwin Conducts Excerpts from Porgy & Bess, Mark 56 Records LP 667).

Interprétations notables

Ce standard de jazz est repris par de très nombreux interprètes. Un regroupement de collectionneurs d'enregistrements de Summertime (The Summertime Connection) affirme avoir recensé, au , 98 400 interprétations publiques dont 82 723 auraient été enregistrées (dont 70 820 seraient dans leur collection)[1].

Musique classique

  • Orchestre philharmonique de Londres sous la direction de Simon Rattle, avec Harolyn Blackwell, 1992
  • Duo Campion/Vachon (Gershwin - Songbook pour piano quatre mains, arrangement de Guy Campion, chez Analekta, 1995 ; Grand Prix 1996 de la Nouvelle Académie du Disque français)
  • Barbara Hendricks (Tribute to George Gershwin, It's Wonderful, 2001)
  • Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli (Menuhin & Grappelli Play Gershwin, 2001 ; EMI) : version instrumentale
  • Yehudi Menuhin (Le Violon du siècle, album du 90e anniversaire, 2006 ; EMI classics) : version instrumentale

Gospel

Blues

Jazz-blues

Ainsi que Peggy Lee, Ray Charles, Biréli Lagrène et André CeccarelliJazz in Marciac), Al Jarreau, Bessie Smith, Oscar Peterson, Norah Jones, Gunhild Carling...

Pop, rock, folk...

Ainsi que Devendra Banhart, Doc Watson (version Bluegrass), The Trashmen, Tori Amos, Nick Drake, Scarlett Johansson, Dave Phillips[Lequel ?], DumDum Boys, The Go Getters, The Shake Spears...

Soul, reggae, R'n'B, disco

  • Sam Cooke (1957)
  • The Walker Brothers (1966)
  • The Sound Dimension, (Mojo RockSteady Beat, 2008 ; Souljazz Records) enregistré entre 1967/1970 au Studio One de Sir Coxsone Dodd
  • Lloyd Clarke, (rocksteady, 1968)
  • Al Green (1969)
  • B.B. Seaton et Lloyd Charmers pour une version reggae en 1973
  • Claudja Barry (1977) version disco
  • Errol Walker, avec une instrumentation produite par Lee Perry, sous le nom de la chanson In these times (1977). La mélodie est la même, et certaines paroles ont été reprises
  • Jimmy Riley, version reggae rockers (1979)
  • Sylvester sur l'album Mutual Attraction (1985)
  • Sublime (Sublime, 1996, sous le titre Doin' Time, qui n'est pas vraiment une reprise, mais un titre qui utilise des éléments et la mélodie de base de la chanson)
  • Morcheeba (Summertime, 1998 ; China Records)
  • Jim Murple Memorial (Rhythm & Blues Jamaïcain, 1998 ; Patate-Records) : version ska
  • Angélique Kidjo (Keep on Moving, 2002 ; Wrasse Records)
  • Martha High sur les albums Live at quai du blues, 2004 et W.O.M.A.N avec les Shaolin Temple Defenders, 2007
  • Aelpéacha (reprise reggae sur l'album Val II Marne Rider, 2007)
  • Marina Pi (dub, 2011)

Ainsi que John William, Fantasia Barrino, Leona Lewis...

Variété et autres

Au cinéma

Notes et références

Voir aussi

Liens externes