Production

La production est l'action d'un sujet qui utilise des éléments matériels pour faire exister un nouvel objet. On rencontre ce phénomène de production dans la société, mais aussi bien dans la nature. C'est pourquoi on peut l'étudier soit sous l'angle économique et sociologique, soit sous l'angle biologique.

En économie

Le terme de « production » dérive du latin classique qui signifie "prolonger, mettre en avant"[1]. Dans l'antiquité il désigne aussi bien les créations de la nature (l'arbre producteur de fruits) que celles de l'homme (l'artisan producteur d'objets utiles). Ce n'est qu'avec les débuts de l'ère industrielle qu'il entre dans le discours économique. Selon John Stuart Mill, « l'économie décrit les lois des phénomènes de société qui se produisent du fait des opérations conjointes de l'humanité pour la production de richesses »[2]. L' économie est donc la discipline scientifique qui étudie la production comme élément fondamental, mais aussi l'échange, la distribution et la consommation des biens et des services. C'est ainsi qu'on étudie la production selon les méthodes, les lieux et les marchés. On compare la production d'un même produit à partir de modèles différents d'organisation. On calcule le volume de production par pays et par époques. On sépare l'analyse par secteurs économiques. On distingue la production marchande de la production non marchande.

La première approche économique de la production fut celle des physiocrates au XVIII° siècle, qui considéraient que seule l'agriculture était vraiment productrice puisque le végétal apporte plus de graines qu'il n'en consomme; les autres activités ne faisant que transformer les produits de la terre[3]. Au siècle suivant, David Ricardo va mettre l'accent sur la théorie de la valeur fondée sur le travail, approfondissant la distinction entre valeur d'usage et valeur d'échange. Henry Charles Carey est un célèbre économiste américain qui s'est opposé à Ricardo et au libre-échange en faisant l'éloge du capitalisme protectionniste et interventionniste américain[4],[5].

Production par secteurs

Aujourd'hui, la production est l'activité socialement organisée exercée par une unité institutionnelle qui combine des facteurs de production (facteur travail et facteur capital) afin de transformer les consommations intermédiaires en biens ou en services s'échangeant sur le marché. Depuis les travaux de Colin Clark[6], on regroupe les activités économiques de production selon trois grands secteurs :

  • le secteur primaire : l'ensemble des activités qui exploitent les ressources naturelles :agriculture, mines, pêche...
  • le secteur secondaire : toutes les activités de transformation d'une matière première : industries manufacturières, construction...
  • le secteur tertiaire : principalement marchand : commerce, transports, hébergement-restauration...; ou non-marchand : administration publique, enseignement...

Selon une enquête de 2016, en France, le secteur primaire représente 2,8 % des 26 millions de personnes possédant un emploi (au sens du Bureau International du Travail); le secteur secondaire 20,6 % et le secteur tertiaire 75,7 %. La France est le pays européen où le poids du tertiaire est le plus élevé.

Selon l'INSEE, l'industrie regroupe "les activités économiques qui combinent des facteurs de production (installation, approvisionnement, travail, savoir) pour produire des biens matériels destinés au marché". En France, l'industrie représente 12,4 % du PIB (20,3 % en Allemagne, 8,7 % au Royaume-Uni). La part de l'industrie manufacturière dans l'économie française a diminué de moitié depuis 1970 (5,7 millions de salariés contre 2,7 millions aujourd'hui.)

Production marchande

On distingue la production marchande de la production tout court.

La production marchande peut se subdiviser en deux catégories :

  • la production marchande simple où le producteur vend son produit sur le marché ou rend un service marchand à titre individuel ;
  • la production marchande capitaliste où le produit ou le service créé par des salariés est propriété du capitaliste. Il est ensuite vendu en tant que marchandise dans le but de réaliser un bénéfice.

La production non-marchande se définit comme la production de biens ou services proposés gratuitement ou à un prix inférieur au coût de production, par des organisations publiques, ou des associations.

Organisation de la production

Différentes organisations permettent de produire un bien ou un service.
Certaines sont des espaces où sont concentrés les moyens de production et les ressources humaines pour produire à grande échelle, en grande quantité et d'une manière répétitive avec une division des tâches poussée.
D'autres sont des structures plus éclatées et plus mobiles comme l'entreprise en réseau, (l'entreprise étendue) mise en place dans le cadre de l'économie post-industrielle.

Trois grands modes d’organisation de la production peuvent être observés : organisation de type « série unitaire », les industries process, la production manufacturière .

Une dimension sociale

La sociologie économique considère que la production est une activité de création, de rencontre, d'échange et de partage de nombreux éléments tels que le temps, l'espace, les biens, les idées et les émotions.

Les économistes ont modélisé la production en identifiant les éléments qui contribuent à sa réalisation, à savoir les facteurs de production. L'un des facteurs de production est constitué par le travail, ce qui représente la dimension sociale de la production du point de vue des théories économiques.

Une dimension environnementale

Depuis les années 1970 environ, où l'on a vu apparaître et se développer les mouvements écologistes, on se rend compte que la production, surtout industrielle, est grosse consommatrice de ressources naturelles, ce qui pose le problème de la rareté ou de l'épuisement de ces ressources, et qu'elle peut engendrer d'importantes pollutions. C'est pourquoi est apparu la notion de développement durable, notion qui combine les deux aspects :

  • ne pas abuser des ressources naturelles,
  • régler la production pour qu'elle ne détruise ni ne pollue l'environnement.

En biologie

Du point de vue biologique, tous les êtres vivants, végétaux comme animaux, sont des producteurs : ils produisent de la matière vivante en prélevant des éléments dans leur milieu de vie. L'animal comme le végétal produit sa propre matière à partir des aliments qu'il consomme. On distingue deux types de producteurs :

  • les producteurs primaires : ce sont les végétaux verts qui contiennent de la chlorophylle grace à laquelle en présence de lumière et uniquement à partir de matières minérales, ils fabriquent de la matière organique carbonéee.
  • les producteurs secondaires : ce sont tous les autres êtres vivants qui fabriquent leurs substances organiques à partir de la matière d'un autre être vivant végétal ou animal.

En philosophie

Dans le second Discours, Jean-Jacques Rousseau cherche à cerner l'origine de la civilisation, qui est aussi selon lui l'origine du malheur de l'homme. Il affirme : « La métallurgie et l'agriculture furent les deux arts dont l'invention produisit cette grande révolution »[7]. Au XIX° siècle les archéologues et les historiens ont parlé de "révolution néolithique" pour caractériser "la période de la préhistoire marquée par l'émergence des premières sociétés agricoles sédentaires (...) qui ont éliminé, en quelques millénaires les sociétés de chasseurs-cueilleurs"[8], et qui ont installé "une économie de la production".

C'est aussi au XIX° siècle que Karl Marx a élaboré une philosophie qui donne une grande importance à la production :

  • d'une part, il en fait la base de la compréhension de l'homme : les hommes "commencent à se distinguer des animaux dès qu'ils commencent à produire leurs moyens d'existence, pas en avant qui est la conséquence même de leur organisation corporelle"[9]. La production n'est donc pas seulement une action économique; elle a un sens plus profond car elle est "la façon dont les individus manifestent leur vie". "Ce qu'ils sont coïncide donc avec leur production"(ibid). A la question philosophique :"qu'est-ce que l'homme?", Marx répond donc :"l'homme c'est le monde de l'homme, l'Etat, la société"[10]. Il faut donc dire que l'homme se produit lui-même dans l'histoire : "par son activité historique, l'homme se donne une valeur humaine, il produit ses propriétés d'homme", il se met en valeur[11]. Marx écrivait : "Tout ce qu'on appelle l'histoire universelle n'est rien d'autre que l'engendrement de l'homme par le travail humain"[12].
  • d'autre part, l'étude de la production fournit la base scientifique qui permet de comprendre l'évolution et la structure des sociétés humaines : "les rapports sociaux sont intimement liés aux forces de production. En acquérant de nouvelles forces productives, les hommes changent leur mode de production et en changeant leur mode de production,ils changent la manière de gagner leur vie, ils changent tous leurs rapports sociaux". Dans un fameux raccourci, il écrit : "Prenez le moulin à bras et vous aurez la société féodale avec le suzerain; prenez le moulin à vapeur et vous aurez la société avec le capitaliste industriel"[13]. C'est la théorie du matérialisme historique qui combine les forces productives et les rapports de production. Les rapports de production (division du travail, classes sociales) sont d'abord en accord avec l'état de développement des forces productives (outillages, savoirs), mais l'évolution de ces dernières finit par créer le besoin de nouveaux rapports de production, "alors commence une ère de révolution sociale"[14] qui se conclut par l'apparition d'un nouveau mode de production. L'histoire de l'humanité se définit par celle des modes de production. Il distingue les suivants : asiatique, antique, féodal et capitaliste auxquels devrait succéder le mode de production communiste débarrassé de la lutte entre les classes sociales qui a caractérisé les précédents.

D'une manière plus générale, Michel Henry crédite Marx d'avoir pensé "l'activité productive des hommes" comme une praxis[15]: "C'est dans la pratique qu'il faut que l'homme prouve la vérité"[16]. Selon Adolfo Sanchez-Vasquez, le concept de praxis signifie : "activité orientée vers la transformation d'un objet (nature ou société) en tant que fin tracée par la subjectivité consciente et agissante des hommes et, par conséquent, activité objective et subjective à la fois"[17], et en ce sens, il s'oppose à toutes les philosophies précédentes, car comme le dit la XI° thèse des thèses sur Feuerbach: « Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de diverses manières, il s'agit maintenant de le transformer ».

Notes et références

  1. Selon le dictionnaire du Centre National Ressources Textuelles et Lexicales
  2. John Stuart Mill, "Sur la définition de l'économie politique; et sur la méthode d'investigation qui lui est propre",1844,éditeur Michel Houdiard, 2003 [1]
  3. François Quesnay, Physiocratie, ou Constitution naturelle du gouvernement le plus avantageux au genre humain, recueil publié par Pierre-Samuel Dupont de Nemours, 1768-1769, 2 volumes in "Maximes générales du gouvernement économique d'un royaume agricole" Maxime première p. 105 « (...)la prospérité de l'agriculture qui est la source de toutes les richesses de l'Etat et de celles de tous les Citoyens. » Texte en ligne
  4. « Free Trade in Labor », NYT, 6 septembre 1853. Voir Carey, Principles of Social, Vol 3, p. 17-47
  5. Vezina Simon Mémoire sur Henry Charles Carey [2] page 55,80,81,82,85,89
  6. Colin Clark, "Les conditions du progrès économique",1947 in Tiers-monde,tome 2 no 5 1961[3]
  7. J.J. Rousseau, "Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes" [4]
  8. J.P. Demoule, La révolution néolithique, in revue "Sciences humaines"[5]
  9. Marx et Engels, "L'idéologie allemande", p.13 uqac
  10. K.Marx, "Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel"[6]
  11. Emmanuel Hérichon, "Le concept de propriété dans la pensée de Karl Marx", [7]
  12. K. Marx, "Les Manuscrits de 1844, p.99
  13. K.Marx "Misère de la philosophie" [8]
  14. K.Marx, "Contribution à la critique de l'économie politique", p. 23[9]
  15. Michel Henry, "Le concept de l'être comme production", Revue philosophique de Louvain, 1975 [10]
  16. K. Marx, 2° Thèse sur Feuerbach in "Idéologie allemande", éditions sociales, (lire en ligne) wikisource
  17. A.Sanchez-Vasquez "La philosophie de la praxis comme nouvelle pratique de la philosophie", 1977 [11]

Voir aussi

Articles connexes