Porajmos

Porajmos
Image illustrative de l’article Porajmos
Crédit image:
Bundesarchiv, R 165 Bild-244-48 / CC-BY-SA 3.0
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈

Un groupe de Roms à Asperg, en Allemagne, rassemblés par les autorités du Reich pour être déportés, le .

Date 1935-1945
Lieu Allemagne nazie et Europe sous domination nazie
Victimes Tziganes
Morts estimation : 500 000 ou entre
500 000 et 1,5 million[1]
Auteurs Drapeau de l'Allemagne nazie Troisième Reich et régimes satellites ou collaborationnistes
Ordonné par Adolf Hitler
Motif Antitziganisme
Racisme
Guerre Seconde Guerre mondiale

Le Porajmos, Porrajmos (littéralement « dévorer » en romani), samudaripen, génocide tsigane ou holocauste rom est l'entreprise de persécutions et d'extermination des ethnies roms[2] (ou sinté, manouches, gitans, yéniches, kalderash, etc.) appelés « Tsiganes » (Zigeuner en allemand), nomades, sédentaires ou semi-sédentaires[3] pendant la Seconde Guerre mondiale, en Allemagne nazie, dans les territoires qu'elle occupe et chez ses alliés[4].

Les estimations actuelles varient entre 500 000 et plus d'un million de victimes[5],[6]. Leurs proportions sont telles que la majorité des historiens et institutions comme l'ONU les considèrent comme génocidaire[7].

Le chancelier allemand Helmut Schmidt reconnaît officiellement le génocide tzigane le [8],[9].

Les Roms sont démographiquement la deuxième population européenne victime d'une extermination familiale et raciale, après les Juifs d'Europe[10].

En Europe, la reconnaissance de ce génocide est tardive[11].

Outre l'antitsiganisme persistant[12], de multiples raisons ont pu contribuer à ce retard[13],[14],[15],[16]. Comme les traumastismes générés pour les survivants, associés aux coutûmes de transmissions orales. Une tradition des tabous, de la discrétion[17], l'usage de noms d'emprunt, ainsi que le partage interne à la communauté dûe a une méfiance accrue en raison des persécutions[18],[19]. Faute d'une organisation puissante pour représenter ces peuples sans frontière et politiquement sous-représentés[20],[21], les autorités ont pu occulter ce génocide durant plusieurs décennies.

En raison du nomadisme qui concerne une partie d'entre eux, le recensement par les administrations officielles est délicat[22],[23],[24]. Contrairement à une idée répandue, la grande majorité de ces populations, qui sont présentes en Europe depuis le VIIIe siècle, étaient des familles sédentaires, stables et faisant partie intégrante des sociétés[25] Les Roms, sédentaires ou non, sont surveillés et fichés dès que possible par la majeure partie des États européens, ce dès la fin du XIXe siècle, ce qui facilite les actions violentes menées contre eux[26],[27].

Les victimes du Porajmos ont été longtemps oubliées[28], parfois confondues avec des personnes juives[29]. Pour marquer les détenus tsiganes des camps, les nazis leurs ont attribué le triangle marron. Certains ont été catégorisés avec les asociaux[30], en raison d'une méconnaissance de leur mode de vie jugé "précaire". Cette dernière catégorie arbitraire[31] regroupait également des personnes en situation de handicap et les autres minorités ciblées par les nazis[32],[33].

Identifiés par les partisans du Troisième Reich tantôt Tsiganes, Tsiganes métissés, nomades, asociaux, politiques[34], ou identité usurpée/dissimulée, le nombre réel de victimes reste indéterminé.

Enfin, des enfants ont été cachés ou d'origines dissimulées afin de préserver les descendants[35].

Terminologie

Certains Roms de Russie et des Balkans protestent contre l'utilisation du terme « porajmos ». Dans plusieurs dialectes, ce mot est un synonyme de Poravipe qui signifie « viol », mot tabou. Ils proposent l'utilisation du terme samudaripen en remplacement[36], et les activistes roms de Russie, celui de Kali Traš[37], littéralement « Terreur noire », au sens de terreur fasciste. C'est pourquoi le terme grec universel "holocauste" est majoritairement retenu dans le monde anglophone. (Cf. Romani holocaust, en).

Le terme porajmos fut introduit dans la littérature par l'universitaire et militant rom Ian Hancock, au début des années 1990[38]. Un autre terme, samudaripen est revendiqué par Marcel Courthiade, un linguiste qui a créé la forme standard de romani utilisée en Roumanie. Hancock objecte que ce terme n'est pas conforme à la langue rom[38].

Persécutions du Troisième Reich

En Allemagne (1933-1945)

Carte des persécutions envers les Roms (1939-1945).

De 1933 à 1936 les Roms sont internés dans les camps de concentration de Dachau et de Buchenwald pour « insociabilité »[39].

Avant même l'arrivée au pouvoir des nazis, les Roms sont surveillés par les autorités. À leur arrivée au pouvoir en 1933, ils s'intéressent de près aux "Zigeuner" (tzigane en Allemand). Pour eux, il s'agit de définir une « race » tsigane[40] afin de l'éliminer de la société allemande au nom de la pureté raciale.

Les grandes villes Allemandes créent entre 1933 et 1935, sans ordre supérieur[41], des camps d'internement de Roms. À partir de 1936, Arthur Nebe, placé sous l'autorité d'Himmler est chargé de la politique de persécution contre les Roms. Il est à l'origine de l'ordre de « prévention contre le crime ».

En 1936, le tsiganologue converti au nazisme en 1933, le Dr Robert Ritter, est chargé de recenser tous les Roms d'Allemagne. Robert Ritter s'établit à Munich où il a déjà 19 000 dossiers. Pour les compléter, il a besoin des dossiers du plus éminent tsiganologue généalogiste d'Allemagne : le Dr Sigmund Wolff de Magdebourg. Or, ce dernier refuse de communiquer ses dossiers. Ils lui sont finalement confisqués par le ministère de l'Intérieur du Reich sur injonction du Dr Gercke, qui transfère au Dr Ritter toute la saisie.

En 1937, le Dr Ritter est rattaché au ministère de l'hygiène raciale de Berlin. Grâce au fichage des Roms, les arrestations systématiques commencent à partir de 1938. Le 8 , la loi raciste « contre le danger tsigane »[42] est promulguée par Himmler: il s'agit d'isoler les Roms du peuple allemand afin d'éviter tout métissage[43].

En , le Dr Ritter recense 20 000 Tsiganes ou métis, au printemps 1942 il en recense 30 000[44]. Il distingue sur des critères ethno-physiques les « purs tziganes » et les « métissés » (ou demi-tsiganes). Les experts raciaux du Reich reconnaissent que les Roms forment une des dernières populations indo-européennes, mais ils affirment qu'ils ont été corrompus par le métissage[45] et qu'ils menacent la société allemande. Est considéré comme Tsigane quiconque a au moins un grand-parent rom.

Par le décret du 16 décembre 1942, le Auschwitz Erlass, Himmler ordonne le transfert des Tsiganes et des Zigeuner-Mischlinge, demi-Tsiganes, du Grand Reich à Auschwitz-Birkenau[46].

Les roms, Allemands ou déportés des autres pays européens, furent aussi internés dans tout les camps présents en Allemagne[47].

À Ravensbrück, la torture des femmes, enfants et jeunes filles, et les méthodes pour stériliser les femmes roms témoignent des persécutions[48].

À Bergen-Belsen, de nombreux roms et sinté, périrent. Leur nombre exact n'a toujours pas pu être identifié[49]

Selon une idée commune (et fausse) à l'époque en Allemagne, deux groupes de Roms étaient réputés « racialement purs » (non métissés et donc aryens) : les Sinti (~13 000 en 1939) et les Lalleri (1 017 en 1942)[50]. Les Roms non métissés (les Sinti et les Lalleri) ont un passeport brun, les métis ont un passeport bleu ciel, les nomades un passeport gris. Théoriquement, les Roms "purs" devaient être préservés et isolés. Cependant, on retrouve beaucoup de Sinti et Lalleri dans les chambres à gaz des camps de concentration. Il est évident que, durant la guerre, la différenciation entre Tsigane « racialement pur » ou non, ne préoccupait pas les fonctionnaires allemands : Tsiganes ou métissés, ils étaient condamnés. De plus, même si ces Tsiganes « purs », n'auraient, théoriquement, pas dû être déportés, ils étaient aussi soumis à la stérilisation forcée. La politique de génocide était généralisée. Abattus, gazés ou stérilisés, les Tsiganes d'Allemagne étaient condamnés à disparaître[51].

Durant les derniers mois de la guerre, de nombreux prisonniers libérés des camps ont été soumis aux marches de la mort[52], des roms figurent parmi les victimes. Le professeur britannique Dan Stone a mis en lumière le cas de Karl Franz, qui apparait dans les registres de la marche de Neunburg vorm Wald. Malgré la présence des archives, la demande de sa fille qui le recherchait en 1959, reste sans suite de la part des autorités allemandes[53].

Les Zigeunelager

Les « Zigeunelager  » étaient les camps de concentration et d'extermination des familles tsiganes. Les plus connus étaient ceux d'Auschwitz (Pologne) où Josef Mengele a pratiqué de nombreuses expériences médicales, sévices et barbaries pseudo-médicales, tout particulièrement sur les populations tziganes[54].

Dans l'Europe occupée (1939-1945)

Dans les zones de l'Europe occupées par les Allemands, le destin des Roms varie d’un pays à l’autre, selon les circonstances locales. Les nazis internaient généralement les Roms et les déportaient ensuite en Allemagne ou en Pologne pour les soumettre au travaux forcés, les assassiner, et/ou pratiquer des expériences médicales.

Ils sont aussi tués dans des Gaswagen (camion à gaz), sur les territoires d'Autriche et de Serbie.[55][56]

Des Roms de Pologne, de Belgique, des Pays-Bas, de Yougoslavie, etc. sont abattus ou déportés dans les camps de la mort et exterminés.

En Pologne, dans les camps d'Auschwitz où les travaux d'identification ne sont pas terminés, de nombreuses familles tsiganes ont perdu la vie[57].

L'une des dates marquantes, est la nuit du 2 au 3 août 1944, appelé la "Zigeunernacht" (la "nuit tziganes" en allemand). La liquidation des camps des familles d'Auschwitz est ordonné. 2 897 tziganes, en particulier des femmes, enfants et personnes âgées sont décimés[58]. Nuit dont André Rogerie, résistant français a été témoin[59].

Pologne

En Pologne, à la suite de son invasion par les Nazis, dès le 21 septembre 1939, Reinhard Heydrich, chef de l'Office central de Sécurité du Reich, planifie d'expulser les Tsiganes du grand reich, d'Allemagne et d'Autriche, vers les territoires conquis de Pologne. C'est chose faite à partir de , qui voit la déportation par les SS d'environ 2 500 Roms et Sintés habitant Hambourg et Brême vers Lublin, pour être soumis aux travaux forcés où nombre d'entre eux périssent. Le sort des survivants reste inconnu[60].

À l'automne 1941, Himmler ordonne de déporter environ 5000 Sintés et Lalleris vers le ghetto juif de Łódź[61].

Les Roms polonais, qui sont principalement issus des ethnies lovari et kalderash[62], comme les Sintés et Lalleri précédemment déplacés, sont envoyés dans les camps à travers toute la Pologne, comme ceux de Chełmno, Bełżec, Sobibór, Treblinka, Majdanek, etc. nombreux y finissent assassinés dans les chambre à gaz[63],[64].

Par le Auschwitz Erlass d'Himmler de décembre 1942, il est ordonné que tout les Tsiganes survivants soient déportés vers les camps d'Auschwitz-Birkenau pour y finir torturés ou assassinés[60],[65].

Ils sont aussi victimes d'exécutions par les SS sur l'ensemble du territoire polonais, comme le massacre de Szczurowa le 3 août 1943, où 93 Roms sont tués.

Yougoslavie

En Serbie (ex-Yougoslavie), les Roms sont internés dans des camps de concentration mixte, avec des Juifs, sur tout le territoire de l'actuelle Serbie. Ils sont tués par les travaux forcés ou bien par exécutions, puis brûlés[66], comme au camp de Šabac. C'est aussi en Serbie qu'a lieu le massacre de Kragujevac, tuant entre 2 300 et 5 000 civils roms et serbes. Le nombre de victimes n'a pas pu être identifié.

Ukraine

L'Ukraine, territoire alternativement soviétique, puis administré par les Allemands durant le conflit, est le théâtre de nombreuses déportations pour exécution durant la guerre, notamment dans les régions de la Transcarpatie. Le plus connu est le massacre de Babi Yar, où sont exterminés par balles, par les Einsatzgruppen, des dizaines de milliers de Juifs, Roms, opposants politiques, etc. Le nombre de Roms exécutés n'a pas pu être précisé en raison de l'instabilité du territoire et la destruction des preuves par les nazis. Cependant, grâce aux témoignages rassemblés par les autorités soviétiques à la fin de la guerre, puis des recherches depuis la fin des années 2000 par les historiens européens, on sait que nombre d'entre eux faisaient partie des victimes[67],[68].

Pays Baltes

Aux Pays Baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), pourtant majoritairement sédentaires et intégrés, les roms sont surveillés avant l'invasion allemande. Les Tsiganes commencent à être abbatus en 1941, dès l'arrivée des SS et de la Wehrmacht.

Une fois au pouvoir, la politique d'extermination envers les Roms avec les différentes polices collaborationnistes locales et les Si-cherungsdivisionen de l'arrière pays, s'emploient aux massacres de masses.

Cependant le traitement des roms varie d'un état à l'autre[69].

En Lettonie, les meurtres débutent le 4 décembre 1941 par le massacre de Libau (Liepāja) tuant une centaine de personnes.

Hinrich Lohse, dans une lettre datée de décembre 1941, décrit pour justifier du massacre de Libau que les Tsiganes sont des "éléments peu fiables qui ne sont prêts à obéir aux ordres des autorités allemandes, ni désireux d'effectuer un travail utile [...] je déclare qu'ils devraient être traités comme les juifs". Il invoque également le risque d'espionnage politique, argument promu par le IIIe reich dans les territoires envahis[70].

La politique d'extermination se poursuit entre 1942 et 1943, les roms sédentaires où nomades, sont livrés et exécutés sur tout le territoire Letton.

En l'absence de registre, il est estimé que la moitié des 3800 roms lettons recensés avant guerre ont été tués.

L'Estonie, est le plus destructeur pour les roms, il est estimé que plus de 90% des Tsiganes recensés avant guerre (entre 750 et 850 habitants) ont été abbatus. Dès l'arrivée des troupes allemandes en 1941, les forces estoniennes initient les meurtres de roms. Mais suites aux ordres contradictoires et des consignes peu claires pour définir le statut "tsiganes" pour les estoniens, Ils sont relativement épargnés jusqu'à l'automne 1943[70].

De fin 1941 à 1942 certains sont déporté dans les camps de concentration, comme celui de Tallinn puis soumis aux travaux forcés. Le 1er grand massacre de roms estoniens à lieu en octobre 1942, puis les derniers survivants roms retenus dans le camp de Tallinn sont liquidés par la police de sécurité avant l'arrivée de l'Armée rouge russe en octobre 1943.

En Lituanie, en revanche, bien que condamnés aux travaux forcés, la majorités des roms sont parvenus à survivre[70].

Peu d'informations sont découvertes sur le traitement des Roms en Biélorussie occupée, on sait en revanche qu'entre 2000 et 3000 roms sont déportés à Auschwitz depuis Brest-Liovsk en 1944[70].

Pays-bas

Aux Pays-Bas, avant la 2nde guerre mondiale, environ 4500 roms, principalement issus des ethnies Kalderash, Lowara et Ursari sont recensés. Peu d'informations sont disponibles sur le génocide Rom des pays-bas. Seul un transfert du camp de transit de Westerbock est bien documenté.

Le 14 mai 1944, les occupants allemands envoient un télégramme aux forces de polices néerlandaises avec l'ordre d'arrêter toutes personnes résidant aux pays-bas presentant la caractéristique "gypsy".

Le 16 mai 1944, 578 roms sont arrêtés avec des Woonwagenbewoners (caravan dwellers), une communauté de nomades néerlandaise, qui sera relâchée par les autorités. Les roms possédant le passeport d'un territoire allié de l'Allemagne seront aussi libérés. Les 250 roms restant seront déportés au camp de Westerbork. C'est parmi eux que se trouvait Settella Steinbach, affectée dans la barraque 69.

Pendant 3 jours, il sont surveillé par le OD (Ordedienst) du camp, Edgar Weinberg qui témoignera à leur propos "c'était un groupe étrange qui avait été déporté au camp. Ils n'étaient pas juifs mais Gypsy. On a été taché de les surveiller pendant la nuit. Donc, nous y avons été avec des torches. De temps en temps, les femmes venaient nous voir pour nous demander ce qu'il allait advenir d'eux. Ces questions, nous ne pouvions pas non plus y répondre."

Le 19 mai 1944, les 247 rom sont déportés de Westerbork vers les camps d'Auschwitz.

Settela Steinbach y sera gazée le 3 août 1944.

Sur les 247 déportés de ce convoi, seuls 32 survivront[71].

Albanie

En Albanie, contrairement aux autres pays européens, les roms n'ont pas subit de déportation ou de tuerie mais étaient membres de l'armée albanaise. Envahie dès 1939 par le régime fasciste Italien, puis envahie en 1943 par le régime allemand, qui est résté moins d'un an au pouvoir, les Roms ont échappé aux meurtres de masse. Ils se sont néanmoins battus au sein de l'armée albanaise qui a préféré centrer ses attaques en particulier contre les Serbes[72].

France

En France, les autorités ont pris des mesures restrictives à l’encontre des Roms avant même l'occupation du pays. Après l'ordonnance d'Himmler de 1942, à l'encontre de tous les Tziganes, les rafles, déportations et internement, dans des camps familiaux comme Jargeau, Montreuil-Bellay, Saliers, Royallieu, s'intensifient (voir section « En France pendant et après la Seconde Guerre mondiale »).

Persécutions dans les pays alliés à l'Allemagne nazie

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Plaque en mémoire des Roms, Sinti et gens du voyage morts en camps d'extermination (Rome, Italie).

Bulgarie

En Bulgarie, alliée de l'Allemagne, une politique de ségrégation anti-tsigane débuta par leur interdiction d'accès au centre-ville de Sofia, l'interdiction d'utiliser les transports en commun et leur ration de nourriture minorée par rapport au reste de la population.

À certains endroits, ils étaient forcés à se convertir au christianisme. À partir de 1942, les mariages mixtes (Bulgares et Roms) furent interdits. On les obligea à travailler pour l’État. Ils furent ensuite retenus dans des camps de concentration mixtes avec les personnes juives, sur tout le territoire bulgare.

Selon la Bulgarie, le taux de mort roms dues à la guerre est le plus bas d'Europe[73],[74]. Cependant, aucune commission de recherche n'a été instituée après la guerre pour étudier le génocide rom. C'est pourquoi le nombre de victimes est encore inconnu.

En revanche, un premier pas vers la reconnaissance du génocide a été fait par la Bulgarie le 5 février 2003, lorsque le conseil des ministres a renommé le « jour de l'holocauste et du sauvetage des juifs bulgares » en « jour de la libération des juifs bulgares et des victimes de l'holocauste et des crimes contre l'humanité »[75].

Croatie

En Croatie, avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le mouvement fasciste et ultra-nationaliste croate Ustaše (ou Utashe, Oustachis) prend de l'ampleur depuis 1929.

À partir de 1941, après l'indépendance de l'état de Croatie, le régime Ustaše installé au pouvoir applique la même politique génocidaire que l'Allemagne à l'encontre des Juifs, des Serbes, des musulmans bosniaques et des Roms.

La répression de cette alliée de l'Allemagne et de l'Italie est si sévère que le régime croate est responsable de la mort d'une centaine de milliers de Roms, notamment par son intervention en Yougoslavie[76],[77].

C'est sur le territoire croate que le génocide contre les Roms est le plus brutal. Le chiffre de victimes roms n'a pas pu être defini, mais il est estimé que 90 % de la population rom est décimée[78].

Ils sont déportés dans des camps ou exécutés, comme ceux de Danica, Stara Gradiška.

La politique d'extermination des roms s'accélère entre le 20 mai et fin juillet 1942 au camp de Jasenovac, surnommé le « Gypsy camp ». Plus de 17 000 Roms y seront tués[79],[80].

Le 24 avril 1945 a lieu le massacre de Hrastina . Les soldats de l'Ustaše torturent, assassinent puis brûlent sauvagement entre 43 et 47 Sintés et Roms, hommes, femmes et enfants. Ceux-ci formaient le cirque itinérant Braća Winter et se rendaient en Slovénie. Il est reconnu comme le dernier meurtre de masse de Roms en Europe[81].

Depuis 2005, la Croatie reconnaît le génocide des Roms au même titre que celui des Juifs et des Serbes[77].

Hongrie

En Hongrie, les persécutions envers les Roms ont commencé bien avant la Seconde Guerre mondiale. Dès 1918, des camps de concentration à leur encontre étaient déjà en place[82]. Les Roms devaient suivre une politique de magyarisation, c'est à dire une assimilation forcée, sous peine de se voir déportés dans ces camps.

De nombreux rapports et preuves autour du massacre des Roms de Hongrie ont été détruits par les Allemands après la guerre. Mais selon les découvertes plus tardives, les autorités hongroises ont déporté les Roms des régions occupées de Hongrie vers la Transcarpatie (aujourd'hui en Ukraine) à Kamianets-Podilskyi, où a eu lieu le Massacre de Kamenets-Podolski en 1941[83],[84]. Le nombre de victimes roms n'a pas pu être identifié.

À partir de la domination nazie de la Hongrie du 19 mars 1944 au 4 avril 1945, l'extermination à leur encontre s'est intensifiée. Ils ont été fichés, assassinés, assignés aux travaux forcés, déportés vers les « Komarom » dans tout le territoire hongrois. Aussi, les nazis les contraignaient aux marches de la mort. Affamés, ils devaient marcher sans destination dans le froid jusqu'à mourir d'épuisement.

En l'absence de registre, le nombre exacte de Roms tués en Hongrie n'a pu être comptabilisé[85].

Italie

Contrairement aux Juifs italiens, les Roms ont été victimes de discrimination de la part de l'Italie fasciste dès le début du régime. En 1926, Benito Mussolini ordonna l'expulsion de tous les « Tsiganes étrangers », pour « toucher l'organisme tsigane en plein cœur »[86].

À partir de 1938, les roms italiens sont intérnés dans des camps de concentration dans tout le pays. Le premier étant celui de Perdasdefogu en Sardaigne[87]. Après le décret de déportation des tziganes de décembre 1942 d'Himmler, les "zingari" (tziganes en italien) sont déportés vers les camps d'extermination d'Auschwitz-Birkenau en Pologne. L'impact de l'occupation allemande sur les Roms en Italie a été peu étudié. Le nombre de Roms morts dans les camps italiens ou déportés dans des camps de concentration nazis reste incertain[88],[89].

Roumanie

En 1942, Ion Antonescu a ordonné la déportation vers la Transnistrie de 24 617 citoyens roumains d'origine rom, dont seulement la moitié ont survécu et ont réussi à retourner en Roumanie. Environ 11 000 sont morts de froid, de faim ou d'épidémies, tout cela étant la conséquence des conditions effroyables de détention auxquelles ils ont été soumis[90]. Pour la déportation des Roms en Transnistrie, le prétexte du communisme ou des activités subversives pro-soviétiques n'a plus été utilisé - comme dans le cas des Juifs - mais l'étiquetage de toute la minorité rom comme « nomades », « inmobilisables et dangereux pour ordre public »[91].

Tchéquie et Slovaquie (ex Tchécoslovaquie)

Après l'occupation par les troupes allemandes des régions de Bohème et de Moravie, entre août 1942 et le printemps 1943, 5 830 personnes sont fichées Tsiganes ou demi-Tsiganes. Elles sont d'abord concentrées dans les camps de Lety et d'Hodonín[92],surnommés les Gypsy camps par les soldats tchèques, où les conditions de détention sont déplorables. À la suite de la publication du Auschwitz Erlass du 16 décembre 1942 d'Himmler, au moins 4500 d'entre elles sont déportées vers Auschwitz pour y être exterminées.

À la fin de la guerre, les massacres s'accentuent[93].

Il est estimé que plus de 90 % de la population tzigane tchèque (principalement kalderash) a été exterminée pendant la Seconde Guerre mondiale[94].

Estimations chiffrées

Au début des recherches sur le génocide Roms dans les années 1970-1980, les premières estimations variaient de 100 000 à 1 500 000 morts[95] ; les estimations gouvernementales officielles établies après guerre dans les livres blancs parlent de 500 000 morts[95]. Les historiens Kenrick et Puxon[96] évoquaient 219 700 morts. Bernadac, a ajouté ceux qui ont été identifiés par erreur comme juif, ou ceux qui parvenaient à dissimuler leur identité rom. son estimation s'élevait à 240 150 morts[97].

Depuis les années 2010, de nouvelles redécouvertes et archives ont été mise à jour et continuent de l'être à travers tout les pays européens.

Il est difficile de mesurer l'ampleur de ce génocide[98], la dernière estimation retenue lors de l'inauguration du mémorial aux Sintés et aux Roms européens assassinés pendant le nazisme de Berlin en 2012[99] est de 500 000 morts. Ce nombre pourrait augmenter à mesure que des archives et des fosses sont découvertes[100], alors que bon nombre de victimes n'ont pas été comptées et ne pourront probablement pas l'être[101].

D'autre part, de nombreux Roms de Roumanie, Bulgarie, Yougoslavie, n'étaient pas inscrits à l'état civil de leurs pays respectifs, ce qui explique l'incertitude quant à l'estimation finale des victimes Roms. Le chiffre de 1 000 000 de morts Roms au moins, avancé par certains historiens, ne peut ainsi pas être démontré[102],[103],[104], d'autant que les crimes étaient souvent perpétrés dans des espaces fermés, ou très isolés, sans observateurs ou témoins, et que les nazis ont fait disparaître bon nombre de preuves[105].

Plusieurs spécialistes ont proposé des estimations chiffrées du génocide. Sont reproduites ici celles de Ian Hancock (qu'il a ensuite ré-évaluées à la hausse dans son étude publiée en 2004[106], voir plus bas). Citées dans History of the Holocaust: a handbook and dictionary[107], celles de Donald Kendrick et Grattan Puxon, dans The destiny of Europe's Gypsies paru en 1972 en Angleterre, et celles de Christian Bernadac dans L'Holocauste oublié. Le massacre des Tsiganes paru en 1980 :

Anciennes Estimations de la population rom d'avant guerre et de la population rom massacrée
Pays Population
avant la guerre
Population
massacrée
Selon Hancock (1994) Selon Kenrick et Puxon (1972) Selon Bernadac (1980)[108]
Autriche 11 200 6 500 6 500 6 800
Belgique 600 352 500 400
Bohême-Moravie 13 000 5 500 6 500 6 000
Croatie 28 500 28 000 28 000 27 000
Estonie 1 000 1 000 1 000
France 42 000 14 000 15 000
Allemagne 20 000 15 000 15 000
Pays-Bas 300 à 500 200 500
Hongrie 100 000 28 000 28 000 32 000
Italie 25 000 2 000 1 000 1 500
Lettonie 1 000 à 5 000 1 000 2 500
Lituanie 1 000 1 000 1 000
Luxembourg 200 200 200
Pologne 50 000 13 000 35 000
Roumanie 300 000 36 000 36 000 33 000
Serbie 60 000 12 000 10 000 à 20 000 16 000
Slovaquie 80 000 2 000 1 000 3 000
URSS 100 000 30 000 30 000 35 000
Espagne et Grèce - - 150 50
Total 833 800 195 800 219 700 240 150

Les chiffres de Kenrick et Puxon et ceux de Hancock sont similaires, excepté pour la Belgique où ils donnent 500 morts (100 de plus), la Slovaquie 1 000 morts (moitié moins), la Pologne 35 000 (22 000 de plus), la Lettonie 2 500 morts sur 5 000 (cf. rapport de Kochanowski, 1946[source insuffisante]), l'Italie 1 000 morts (moitié moins), les Pays-Bas 500 morts sur 500, la France 15 000 sur 40 000, la Bohême-Moravie 6 500 morts. Bernadac[108], par rapport à Hancock, compte 300 morts de plus en Autriche, 50 de plus en Belgique, 500 de plus en Bohême-Moravie, 1 000 de moins en Croatie, 4 000 de plus en Hongrie, 500 de moins en Italie, 3 000 de moins en Roumanie, 4 000 de plus en Serbie, 1 000 de plus en Slovaquie, 5 000 de plus en URSS, et ajoutait aussi 150 Espagnols et 50 Grecs (non représentés dans le tableau).

Ian Hancock a depuis publié de nouvelles études. En 2004, il publie une ré-évaluation à la hausse des victimes du génocide roms[106].

Par exemple, en Autriche, Gerhard Baumgartner considère que 89 % des Roms et des Sintis n'ont pas survécu au IIIe Reich[109]. À mesure que des archives et des fosses sont découvertes, les chiffres augmentent mais l'incertitude demeure.

En France pendant et après la Seconde Guerre mondiale

Rafles, déportations et exécutions

À la suite du décret du 16 décembre 1942 d'Himmler[110], en France, les ethnies nomades, semi-nomades ou sédentarisées (Manouches, Gitans, Yéniches, Sinté, Kalderash, etc.)[111],[112] sont déportés puis tués aux camps d'Auschwitz[113],[114],[115], notamment en transitant par le camp de déportation de Royallieu à Compiègne[116], et déportés via d'autres camps comme celui de Poitiers[117],[118],[119]ou Linas. Des déportations ont lieu au camp de Vénissieux (Rhône)[120],[121]. Des déportations en partance de Strasbourg sont aussi effectuées sur les territoires annéxés d'Alsace, entre 1940 et 1944[122].

Ils sont également victimes de rafles, comme celle de Marseille, ou celles des régions du nord et transférés en Belgique au camp de Malines[123], pour transiter jusqu'aux camps d'exterminations en Pologne[124]. En particulier pour les convois Z (Z pour Zigeuner, « Tzigane » en Allemand), comme le convoi Z du 15 janvier 1944.

Tout comme la population juive et communiste, ils sont victimes d'exactions perpétrés par les SS et leurs collaborateurs. Ce fut le cas lors l'exécution de Saint-Sixte (Lot-et-Garonne)[125] où ont été abattus 17 personnes dont 6 enfants et 2 femmes enceintes, par « Das Reich » le 23 juin 1944.

Camps (de 1939 à 1946)

Premièrement interdites de circuler et assignées à résidence par le décret militaire du général Vary, le 22 octobre 1939 dans huit départements de l'Ouest[126], les ethnies tsiganes sont ensuite retenues dans plus de 40 camps d'internement (ou camps de concentration) à travers toute la France[36],[127],[128].

Dans ces camps de concentration, les conditions de vie et d'enfermement étaient propices aux maladies, à la malnutrition, et aux souffrances. D'après les témoignages, le taux de mortalité y était élevé[129],[130],[131],,[133].

D'abord présentés comme camps d'internement familiaux, il sont rapidement équipés de barbelés et surveillés par des gardes armés, avant de servir de camps de transit vers les camps d'Allemagne et d'Auschwitz[134],[135].

La répression s'intensifie à partir du décret-loi du 6 avril 1940. Le président de la république Albert Lebrun étend l'interdiction de circuler des « nomades » à l'ensemble du territoire en utilisant pour justificatif un risque d'espionnage politique[136],[137],[138]. Eugène Fauveau, sinté français, en témoigne. Interné « politique » alors qu'il n'a que 6 ans, il est en réalité visé pour son statut de nomade. Il est enfermé durant trois ans dans les camps de Choisel, de Moisdon-la-rivière puis de Montreuil-Bellay[140].

En raison d'une mise en lumière tardive des archives au sein des institutions françaises[141],[142], de nombreuses preuves et camps détruits après cette période, des persécutions après la libération[143], des pratiques d'acculturation des camps d'internement[144], et une coûtume traditionnelle du tabou pour la plupart des ethnies, (et ce, dans le but de preserver la descendance des souffrances), la reconnaissance des camps, des déportations, des conditions de détentions et de "socialisation" des enfants, parfois enlevés à leurs parents puis contraints à une formation sédentaire et religieuse, sont encore méconnues du grand public[145],[146],[147].

Pour exemple, les vestiges du camp de concentration de Montreuil-Bellay n'ont été redécouverts que dans les années 1980. Il faut attendre 1988 pour qu'une stèle y soit installée, puis 2012 pour que le site soit protégé et qu'un projet de mémorial soit proposé par les élus locaux[148]. En 2024, le mémorial n'a pas été construit.

Le nombre réel d'internés et de morts dans ces camps n'a toujours pas été dévoilé en 2024.

Une partie des détenus ne sont relâchés que bien après la Libération, et plus d'un an après la capitulation allemande du 8 mai 1945. Le dernier camp libéré sera le camp des Alliers, proche d'Angoulême, le 1er juin 1946[149],[150].

Les autorités françaises du Gouvernement provisoire à la Libération, comme celles de Vichy, souhaitent sédentariser et « socialiser » les tziganes, ce qui pourrait être assimilé à une acculturation contrainte[151],[152]. Et ce, alors même que les traditions dites "Bohémiennes" des nomades originaires d'Inde tel que les forains, cirques, commercants ambulants, migrateurs agricoles et saisonniers pour les recoltes, maréchal ferrant, artisans cordonniers ou vanniers, musiciens et artistes itinérants, etc. sont présents sur le continent européen depuis le Moyen Âge[153].

Résistance tsigane

Longtemps ignorés, bon nombre des tziganes français ont pourtant participé à la résistance[154],[155]. Comme Armand Stenegry, Jean Beaumarie, Raymond Gurême[156].

Par ailleurs, le jour de la résistance Roms est célébré le 16 mai 1944 au sein des diverses communautés sinté. En hommage à la revolte collective du camp de Birkenau ayant eu lieu a cette date. À l'annonce de leur extermination, alors même qu'ils étaient détenus, ils se sont opposés vigoureusement aux Nazis qui ont été contraint de repousser leur exécution[157].

Conséquences actuelles

Les conséquences du Porajmos peuvent être multiples encore actuellement. Les connaissances actuelles en neurologies[158] et en psychologies[159] des survivants de la Shoah, applicable aux victimes de Porajmos, affirment un risque héréditaire de terrain favorable aux syndromes de stress-post traumatique[160] ainsi qu'un terrain favorable aux souffrances psychiques[161], que les origines Tsiganes ait été transmises ou cachées par crainte pour les descendants, ou occultées suite à l'acculturation infantile des camps[162],[163].

Malgré les conséquences lourdes et les spoliations, aucune indemnisation n'a été accordée par la France aux victimes tsiganes, le dernier rejet par le conseil d'État des demandes faites par des associations de victimes datant de 2020[164].

Aujourd'hui, on peut relever que l'antitziganisme[165] et les condamnations de la France par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) et l'ONU ont toujours lieu[166],[167], en particulier pour les populations ayant préservé le nomadisme. Cela explique une méfiance et une discrétion d'une grande partie des descendants tsiganes[168].

En Allemagne, selon l'Encyclopédie de la Shoah :

« Après la guerre, la discrimination contre les Tsiganes ne cessa pas, la République fédérale d'Allemagne décida que toutes les mesures prises contre les Tsiganes avant 1943 relevaient d'une politique légitime de l’État et ne nécessitaient pas de réparations. L'incarcération, la stérilisation et même la déportation étaient considérées comme une politique légitime… Le chancelier allemand Helmut Schmidt reconnut formellement la réalité du génocide des Tsiganes en 1982. Mais à cette date, la plupart des victimes susceptibles de toucher des réparations conformément à la loi allemande étaient déjà mortes[169]. »

Reconnaissance

En 1956, la stèle construite sur la tombe commune des victimes du massacre de Szczurowa constitue le premier mémorial à la mémoire des victimes roms du Porajmos.

Le 17 mars 1982, l'Allemagne reconnait le génocide Tzigane par le chancellier Helmut Schmidt[8],[170].

Le 16 mars 1997, le Président fédéral allemand Roman Herzog, a déclaré dans son discours officiel: « Le génocide des Sinti et des Roms est fondé sur le même motif de délire racial et a été effectué avec la même intention et la même volonté que la destruction des Juifs.” à l’occasion de l’ouverture du Centre de documentation et de culture des Sintis et des Roms allemands à Heidelberg[171],[172].

En 2005, la croatie reconnait officiellement le génocide rom au même titre que celui des Juifs et Serbes[173].

Le Porajmos n’a pas encore été reconnu officiellement comme génocide par l'ensemble de l'Union européenne malgré la commémoration par le Parlement européen du « génocide des Roms » lors d'une session plénière le mercredi à Bruxelles ; son président, Jerzy Buzek, a notamment fait remarquer dans son discours que « le soixante-sixième anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau nous rappelle que les Roms furent la troisième minorité parmi les victimes. Malheureusement, cette réalité n'est pas connue de tous les Européens[174] ».

En 2012, le Mémorial aux Sintés et aux Roms européens assassinés pendant le nazisme est inauguré à Berlin.

En octobre 2006, Alfreda Markowska, Rom Polonaise surnommée "Babcia Noncia", est décorée de l'ordre de Polonia Restituta, en Pologne, pour avoir caché et sauvé plus de 50 enfants juifs et roms pendant la Seconde Guerre mondiale[35].

En 2007 en France, le député Frédéric Dutoit a présenté pour la première fois, une proposition de loi visant à la reconnaissance du génocide tzigane par l'Allemagne nazie et à l'instauration d'un jour commémorant les victimes de ce génocide[175].

En , le sénateur français Robert Bret a déposé la même proposition au Sénat[176].

En , l’État français franchit un premier pas vers la reconnaissance de la participation de la France à l'internement des Tziganes, le secrétaire d'État aux anciens combattants Hubert Falco l'évoquant lors d’une Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux « Justes » de France[177]. Le président de la République François Hollande reconnaît la responsabilité dans l’internement de Roms de 1940 à 1946 du régime de Vichy, lors d’une cérémonie d’hommage sur le site d’un ancien camp à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), le plus grand des 31 camps gérés par les autorités françaises, dans lesquels furent internés entre 6 000 et 6 500 nomades[109],[177].

Le , le député français Jean-Jacques Candelier et plusieurs de ses collègues ont déposé, une proposition de loi[178],[179].

En 2015, le Parlement européen reconnait officiellement la journée européenne de commémoration du génocide des Roms qui se tient le [180]. Sa date fait écho à la « Zigeunernacht » (la Nuit des Tsiganes, en français) : la nuit du 2 au , les nazis ont décidé la liquidation du camp des Roms d'Auschwitz-Birkenau, assassinant près de 3 000 personnes[180].

En 2019 en France, avec la réforme des programmes, une partie du thème 3 "Histoire et mémoires" aborde désormais ces évènements en spécialité Histoire, Géographie, Géopolitique et Sciences Politiques en classe de terminale générale[181].

En 2021, aux Pays-Bas, le roi Willem-Alexander inaugure le 1er mémorial aux victimes roms, juives et sintés de l'holocauste[182].

En 2021, Fernand de Varennes, rapporteur spécial des Nations Unies sur les questions relatives aux minorités par le Conseil des droits de l'homme, a publié à propos de l'holocauste Rom que "Les États doivent faire davantage pour lutter de manière proactive contre les signes croissants d'intolérance et d'attaques contre les Roms et les autres minorités, en particulier les crimes de haine et les attaques sur les médias sociaux. [...] Nous avons vu ce qui s'est passé lorsque les membres de la minorité juive dans l'Allemagne nazie ont été dépeints comme étrangers et antagonistes à la nation et aux valeurs et à la culture allemande. Aujourd'hui, les Roms sont à nouveau confrontés au même type de rhétorique de division"[12].

En 2022, en Tchéquie, après des décennies de controverses politiques, la porcherie industrielle construite après guerre sur les ruines et charnier du Camp de Lety, a été detruite pour laisser place au mémorial du camp de concentrarion rom[183],[184].

Victimes connues

  • Elisabeth Guttenberger (1926-2024), Sinté allemande, survivante, a perdu trente membres de sa famille dans les camps.
  • Settela Steinbach (1934-1944), sinté néerlandaise, assassinée à Auschwitz.
  • Johann Trollmann (1907-1943), sinté allemand, boxeur, incorporé dans l'armée allemande, exécuté à Neuengamme.
  • Raymond Gurême (1925-2020), survivant de camp d'internement français, résistant, militant, écrivain et artiste.
  • Jacqueline Valdoche (décembre 1943 - janvier 1944), connue pour être la plus jeune déportée de Belgique, âgée de 30 jours. Déportée vers Auschwitz par le convoi Z de Malines.
  • Lina Jackson, née Ruth Steinbach (né en 1929) en Allemagne, survivante des camps d'Auschwitz, où sa famille a été déportée. Connue pour témoigner et entretenir la mémoire du génocide Tzigane[185].
  • Philippe Gidemann (1911-1945) Yéniche suisse, interné tsigane, il décède à Colmar des suites de sa captivité. Le 12 février 2020, on lui attribue la mention « mort pour la France »[186].
  • Ceija Stojka (1933-2013), Lowara autrichienne, survivante des camps de Ravensbrück, Bergen-Belsen et Auschwitz. Connue pour être la 1re Tzigane rescapée d'Auschwitz à avoir accepté de témoigner publiquement en 1988. Artiste, poète, peintre.
  • Philomena Franz , née Köhler, (1922-2022), Sinté allemande survivante d'Auschwitz, danseuse écrivaine et activiste[187].
  • Otto Rosenberg , né en Prusse-orientale (1927-2001), sinté allemand, survivant d'Auschwitz, écrivain, militant, fondateur de l'Association rom de Berlin[188].
  • József Forgács, (né en 1935) Rom hongrois survivant des camps d'Auschwitz, connu pour témoigner et entretenir la mémoire du génocide[189].
  • Rita Prigmore , (1943-) Sinté allemande survivante, utilisée bébé pour des expériences médicales nazies avec sa jumelle Rolanda. Sa soeur décédera des suites de ces expérimentations. Connue pour partager son témoignage[190].
  • Adolf Gerste (1872 - ?), Alsacien identifié comme « tsigane métissé », il est déporté avec toute sa famille depuis Strasbourg vers Auschwitz le 22 mars 1943. Aucun ne survivra[191].
  • Margarethe Kraus , Rom tchèque, (1928 - 2005) survivante du camp de Ravensbrück et Auschwitz. Connue pour avoir été mise en lumière par le journaliste Reimar Gilsenbach en 1966.
  • Joseph Toloche, Rom belge d'origine hongroise, (1912 - 1979) survivant, plusieurs fois interné, évadé, libéré, raflé puis déporté avec sa famille, il a transité par les camps de Linas-Montlhéry, Montreuil-Bellay, Mulsanne, Malines puis Auschwitz avec ses deux enfants. Sa femme mourra internée à Linas-Montlhéry faute de soin, sa belle-mère et ses deux enfants périront à Auschwitz.
  • Marianna Paczkowska (1925 - 2010), Rom polonaise, seule survivante de sa famille disparue à Ravensbrück et Auschwitz. Connue pour son portrait utilisé sur une pièce de monnaie commémorative du 75e anniversaire du génocide rom en Pologne[193],[194].
  • Eugène Fauveau (né en 1934), Sinté français, interné « politique » à 6 ans, et survivant des camps de Choisel, de Moisdon-la-rivière et de Montreuil-Bellay. Connu pour témoigner et entretenir la mémoire des camps français[140].
  • Agnes-Sulejka Klein (née en 1926) Rom déportée à Auschwitz à 16 ans. Torturée par un kapo, elle décrit l'enfer du camp tzigane dans une lettre exposée au musée d'Auschwitz. Elle mourra d'épuisement peu de temps avant la fin de la guerre[195],[196].
  • Jean-Louis Bauer (1930-2007), Surnomé "Poulouche", Sinté français, survivant des camps français. Il est enfermé enfant avec sa mère à Mérignac, Poitiers, Montreuil-Bellay puis Jargeau. Son père et d'autres membres de sa famille ont disparu après avoir été déportés par le camp de Poitiers vers les camps de la morts[197]. Militant, il a oeuvré pour la reconnaissance des camps après guerre[198],[199].

Notes et références

  1. « « Hitler n’a peut-être pas tué assez » de tziganes. Mais combien en a-t-il tué au juste ? », sur Slate (consulté le ).
  2. « Migration Overview », sur rroma.org (consulté le ).
  3. Henriette Asséo, « L'avènement politique des Roms (Tsiganes) et le génocide. La construction mémorielle en Allemagne et en France », Le Temps des médias, vol. 5, no 2,‎ , p. 78–91 (ISSN 1764-2507, DOI 10.3917/tdm.005.0078, lire en ligne, consulté le ).
  4. Catherine Coquio et Aurélia Kalisky, L'enfant et le génocide: témoignages sur l'enfance pendant la Shoah, R. Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 978-2-221-09989-6), p. 1206.
  5. « Mémorial Sinti und Roma », sur www.visitberlin.de (consulté le )
  6. (en) « The Historiography of the Holocaust Palgrave-Macmillan, New York 2004, p. 383-396 », sur radoc.net, (consulté le )
  7. United Nations, « Roms, Sinti, Nomades », sur Organisation des Nations unies (consulté le ).
  8. a et b (en-GB) Johannes Kaiser, « 40 Years of Recognition of the Nazi Genocide against the Sinti and Roma of Europe », sur Documentation and Cultural Center of German Sinti and Roma, (consulté le ).
  9. « Germany - Recognition of the Roma Genocide », Génocide des Roms, sur Conseil de l'Europe (consulté le ).
  10. Georges Bensoussan (dir.), Jean-Marc Dreyfus (dir.), Édouard Husson (dir.) et al., Dictionnaire de la Shoah, Paris, Larousse, coll. « À présent », , 638 p. (ISBN 978-2-03-583781-3), p. 557.
  11. Mémoires tsiganes, l'autre génocide, Idit Bloch, Juliette Jourdan, Henriette Asséo () Consulté le ..
  12. a et b « Commémoration de l'Holocauste des Roms : un expert de l'ONU exhorte les gouvernements à réprimer les discours et les crimes haineux », sur ONU Info, (consulté le ).
  13. Michael Stewart, « Une catastrophe invisible », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, no 54,‎ , p. 100–121 (ISSN 0760-5668, DOI 10.4000/terrain.13989, lire en ligne, consulté le ).
  14. « L’histoire des Roms en Europe : guérissons l’amnésie ! - Commissaire aux droits de l'homme », sur Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe (consulté le ).
  15. (en) « OSCE/ODIHR calls for remembrance of and education about Roma genocide as key to avoiding recurrence of past atrocities », sur OSCE (consulté le ).
  16. C. R. Sridhar, « Historical Amnesia: The Romani Holocaust », Economic and Political Weekly, vol. 41, no 33,‎ , p. 3569–3571 (ISSN 0012-9976, lire en ligne, consulté le ).
  17. Claire Cossée, « Familles tsiganes et protection de l'intimité », Ethnologie française, vol. 32, no 1,‎ , p. 49–59 (ISSN 0046-2616, DOI 10.3917/ethn.021.0049, lire en ligne, consulté le ).
  18. Lise Foisneau, « La crainte des Roms. Pratiques romanès de la défiance », Tracés. Revue de Sciences humaines, no 31,‎ , p. 87–108 (ISSN 1763-0061, DOI 10.4000/traces.6714, lire en ligne, consulté le ).
  19. Claire Cossée, « Familles tsiganes et protection de l'intimité », Ethnologie française, vol. 32, no 1,‎ , p. 49–59 (ISSN 0046-2616, DOI 10.3917/ethn.021.0049, lire en ligne, consulté le ).
  20. (en) Iulius Rostas et Dan Pavel Doghi, « Roma and Sinti Political Participation », dans Effective Participation of National Minorities and Conflict Prevention, Brill Nijhoff, , 176–196 p. (ISBN 978-90-04-39033-1, DOI 10.1163/9789004390331_010, lire en ligne).
  21. (en) « Enabling full political participation is vital to improve the situation of Roma and Sinti, says head of international human rights office ODIHR », sur www.osce.org (consulté le ).
  22. Emmanuel Filhol, « Le traitement administratif des Tsiganes dans les Landes (1895-1946) », Annales du Midi, vol. 122, no 271,‎ , p. 407–429 (DOI 10.3406/anami.2010.7332, lire en ligne, consulté le ).
  23. « L’internement des Nomades, une histoire française (1940-1946) », sur Mémorial de la Shoah (consulté le ).
  24. (en) Leo Lucassen, « « Harmful tramps » Police professionalization and gypsies in Germany, 1700-1945 », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 1, no 1,‎ , p. 29–50 (ISSN 1422-0857, DOI 10.4000/chs.1029, lire en ligne, consulté le ).
  25. Henriette Asséo, « Non, les Tsiganes ne sont pas des nomades », sur Le Monde diplomatique, (consulté le ).
  26. Emmanuel Filhol, « La loi de 1912 sur la circulation des « nomades » (Tsiganes) en France », Revue européenne des migrations internationales, vol. 23, no 2,‎ , p. 135–158 (ISSN 0765-0752, DOI 10.4000/remi.4179, lire en ligne, consulté le ).
  27. « Des Tsiganes sous surveillance : du carnet anthropométrique au carnet de circulation : épisode • 2/3 du podcast Une histoire de la Bohême et des bohémiens », sur France Culture (consulté le ).
  28. (en-GB) Mathiess & Schnegg, « "Racial Diagnosis : Gypsy" The nazi genocide of the Sinti and Roma and thelong struggle for recognition », sur www.sintiundroma.org (consulté le ).
  29. (en) Settela Steinbach, The gypsy holocaust : Forgotten Victims, (lire en ligne Accès libre [PDF]).
  30. Henriette Asséo, « Le sort des Tsiganes en Europe sous le régime nazi », Revue d’Histoire de la Shoah, vol. 167, no 3,‎ , p. 8–19 (ISSN 1281-1505, DOI 10.3917/rhsho1.167.0009, lire en ligne, consulté le ).
  31. Henriette Asséo, « L'avènement politique des Roms (Tsiganes) et le génocide. La construction mémorielle en Allemagne et en France », Le Temps des médias, vol. 5, no 2,‎ , p. 78–91 (ISSN 1764-2507, DOI 10.3917/tdm.005.0078, lire en ligne, consulté le ).
  32. « Les différents catégories de détenus dans les camps de concentration nazis », sur Encyclopédie multimédia de la Shoah (consulté le ).
  33. « Asocial Prisoners · The Era of the Holocaust · », sur libapp.shadygrove.umd.edu (consulté le ).
  34. « Le Camp de la Forge de Moisdon - Témoignages - Trois ans de camp pour Eugène, le petit nomade », sur www.radio-aspic.net (consulté le )
  35. a et b (en) « A Saint in Hell: Babcia Noncia, the Polish Romani Woman Who Saved Children from Nazi Germans », sur Culture.pl (consulté le ).
  36. a et b Voir sur dosta.org.
  37. Voir sur romanykultury.info.
  38. a et b Ian Hancock, On the word Porrajmos.
  39. « Lieux de mémoire à l'étranger », sur civs.gouv.fr (consulté le ).
  40. Lire l'intégralité du dossier Hubert.
  41. Dictionnaire de la Shoah, p. 559.
  42. « Dès 1938, Himmler évoquait une "solution finale" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. Michael Zimmermann, « La solution national-socialiste de la "question tsigane" 1933-1945 », Études tsiganes, nos 18-19,‎ (lire en ligne [PDF]).
  44. Christian Bernadac, L' holocauste oublié: le massacre des tsiganes, Éd. France-Empire, coll. « Le livre de poche », (ISBN 978-2-253-02873-4), p. 53-54.
  45. Dictionnaire de la Shoah, p. 558.
  46. « Dès 1938, Himmler évoquait une "solution finale" », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. (en-GB) Mathiess & Schnegg, « sintiundroma.org | „Rassendiagnose: Zigeuner“ », sur www.sintiundroma.org (consulté le )
  48. Le génocide des Tsiganes par les nazis.
  49. (de) Sinti and Roma in Bergen-Belsen Concentration Camp (sous-titres Anglais disponible). Consulté le ..
  50. Christian Bernadac, L' holocauste oublié: le massacre des tsiganes, Éd. France-Empire, coll. « Le livre de poche », (ISBN 978-2-253-02873-4), p. 48.
  51. (en-GB) « Factsheet on the Roma Genocide in Germany », Roma Genocide, sur Conseil de l'Europe (consulté le ).
  52. (en-GB) Christopher Gilley, « Entangled Histories: Jewish and Roma and Sinti Victims of the Death Marches », sur The Wiener Holocaust Library, (consulté le )
  53. (en) Curators’ Spotlight: Professor Dan Stone on Roma victims of the death marches (sous-titres anglais disponibles), Dan Stone The wiener holocaust library. Consulté le .
  54. (en-GB) Praktikantin, « The destruction of Roma and Sinti in the "Zigeunerfamilienlager" », sur European Holocaust Memorial Day for Sinti und Roma, (consulté le ).
  55. (en) Erika Thurner, « Nazi and postwar policy against Roma and Sinti in Austria », dans The Roma: a Minority in Europe : Historical, Political and Social Perspectives, Central European University Press, coll. « CEUP collection », , 55–67 p. (ISBN 978-615-5211-21-8, lire en ligne)
  56. « Forensic Architecture » (consulté le )
  57. Pierre Cardon, « Des 45000 témoignent sur le sort des Tsiganes », sur Le convoi des otages communistes du 6 juillet 1942, (consulté le ).
  58. « Le PE pour la reconnaissance de la Journée de commémoration du génocide des Roms », sur Parlement européen, (consulté le ).
  59. « Des camions entraient dans le camp des Tsiganes », sur Mémoires des déportations 1939 - 1945 (consulté le ).
  60. a et b « Le génocide des Tsiganes européens, 1939-1945 », sur encyclopedia.ushmm.org (consulté le ).
  61. (en) Erika Thurner, « Nazi and postwar policy against Roma and Sinti in Austria », dans The Roma: a Minority in Europe : Historical, Political and Social Perspectives, Central European University Press, coll. « CEUP collection », , 55–67 p. (ISBN 978-615-5211-21-8, lire en ligne).
  62. (en) Ewa Michna et Katarzyna Warmińska, Identity strategies of stateless ethnic minority groups in contemporary Poland, Springer, coll. « Migration, minorities and modernity », (ISBN 978-3-030-41575-4, 978-3-030-41576-1 et 978-3-030-41577-8), p. 14.
  63. (en-GB) Mathiess & Schnegg, « Poland », sur sintiundroma.org (consulté le ).
  64. « Le génocide des Tsiganes européens, 1939-1945 », sur encyclopedia.ushmm.org (consulté le )
  65. (en) Présentation Virtuelle de l'Exposition sur le génocide Sinté et Roms du Museum d'Auschwitz (sous-titres automatiques anglais disponibles) The Auschwitz-Museum. Consulté le ..
  66. (en) Milovan Pisarri, The Suffering of the Roma in Serbia during the Holocaust, e-book., Belgrade, , 171 p. (lire en ligne [PDF]).
  67. (en) Andrej Kotljarchuk, « Babi Yar and the Nazi Genocide of Roma: Memory Narratives and Memory Practices in Ukraine », Nationalities Papers, vol. 50, no 3,‎ , p. 450–470 (ISSN 0090-5992 et 1465-3923, DOI 10.1017/nps.2021.4, lire en ligne, consulté le ).
  68. (en) Mikhail Tyaglyy, « Chapter 5 Nazi Occupation Policies and the Mass Murder of the Roma in Ukraine », dans The Nazi Genocide of the Roma, Berghahn Books, , 120–152 p. (ISBN 978-0-85745-843-8, DOI 10.1515/9780857458438-007).
  69. Anton Weiss-Wendt, « Le massacre de masse comme finalité. Les Tsiganes dans les pays Baltes occupés par les nazis », Études Tsiganes, vol. 56-57, nos 1-2,‎ , p. 180–193 (ISSN 0014-2247, DOI 10.3917/tsig.056.0180, lire en ligne, consulté le )
  70. a b c et d Michael Zimmermann, « Holocaust and Genocide Studies, Vol. 17, pp. 31-61. », Conseil de l'Europe,‎ (lire en ligne [PDF])
  71. « Persecution of Sinti and Roma - Kamp Westerbork » (consulté le )
  72. (en) « Center for Documentation and Information on Minorities in Europe - Southeast Europe (CEDIME-SE) », CEDIME,‎ , P.5 (lire en ligne [PDF])
  73. (en-GB) « Factsheet on the Roma Genocide in Bulgaria », sur Roma Genocide, Conseil de l'Europe (consulté le ).
  74. David Crowe, A history of the gypsies of Eastern Europe and Russia, St. Martin's Griffin, (ISBN 978-0-312-12946-0 et 978-0-312-08691-6).
  75. (en-GB) « Factsheet on the Roma Genocide in Bulgaria », sur Roma Genocide, Conseil de l'Euopre (consulté le ).
  76. The Holocaust's ghost: writings on art, politics, law, and education; [includes papers from the Conference, Holocaust: Art, Politics, Law; held at the University of Alberta, oct. 1997], University of Alberta Press, (ISBN 978-0-88864-337-7 et 978-0-88864-358-2).
  77. a et b « Croatia - Recognition of the Roma Genocide - Génocide des Roms », sur Génocide des Roms, Conseil de l'Europe (consulté le ).
  78. (en) « just act report to congress-Croatia », sur Département d'État des États-Unis.
  79. « JUSP Jasenovac - Uštica camp », sur jusp-jasenovac.hr (consulté le ).
  80. (en) « Croatia remembers victims Of WWII », sur balkaninsight.com.
  81. (hr) Mario Šimunković et Đorđe Mihovilović, Masakr nad Romima i Sintima u Hrastini 1945. godine: zločini luburićevaca u zaprešićkom kraju, Javna ustanova Somen-područje Jasenovac, (ISBN 978-953-7895-13-6).
  82. Marie-hélène Giroux, « Les Roms : Le cas particulier de la Hongrie et de la Roumanie », Revue québécoise de droit international, vol. 13, no 2,‎ , p. 45–70 (lire en ligne, consulté le ).
  83. (en) Pharrajimos: the fate of the Roma during the Holocaust, International Debate Education Association, (ISBN 978-1-932716-30-6), p. 71-77.
  84. (en) Anders E B Blomqvist, « Deportations of Roma from Hungary and the Mass Killing at Kamianets-Podilskyi in 1941 », sur academic.oup.com (DOI 10.1093/hgs/dcae010, consulté le ).
  85. (en) Katalin Katz, « Story, history and memory: a case study of the Roma at the Komarom camp in Hungary », dans The Roma: a Minority in Europe : Historical, Political and Social Perspectives, Central European University Press, coll. « CEUP collection », , 69–87 p. (ISBN 978-615-5211-21-8, lire en ligne).
  86. Giovanna Boursier et Amandine Marcelin, « La persécution nazie et fasciste des Roms », Chroniques allemandes, vol. 12, no 1,‎ , p. 165–171 (DOI 10.3406/chral.2008.885, lire en ligne, consulté le ).
  87. (it) « “Porrajmos”, lo sterminio fascista di rom e sinti porta a Perdasdefogu », sur La Nuova Sardegna (consulté le ).
  88. (it) Porrajmos. Il grande divoramento Consulté le ..
  89. Licia Porcedda, « 8. Mesures de contrôle, internement et déportation des Tsiganes en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale », dans Roms, Tsiganes, Nomades, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », , 191–205 p. (ISBN 978-2-8111-1123-6, lire en ligne).
  90. (en-GB) Mathiess & Schnegg, « "Rassendiagnose: Zigeuner" », sur sintiundroma.org (consulté le ).
  91. (en) Michelle Kelso, « ‘And Roma were victims, too.’ The Romani genocide and Holocaust education in Romania », Intercultural Education, vol. 24, nos 1-02,‎ , p. 61–78 (ISSN 1467-5986 et 1469-8439, DOI 10.1080/14675986.2013.768060, lire en ligne, consulté le ).
  92. « A Hodonín, la mémoire du génocide rom renaît peu à peu », sur Radio Prague International, (consulté le )
  93. (en-GB) Mathiess & Schnegg, « "Rassendiagnose: Zigeuner“ », sur sintiundroma.org (consulté le ).
  94. « Zbyněk Andrš et ses voyages à la découverte du peuple rom », sur Radio Prague International, (consulté le ).
  95. a et b Christian Bernardac, L'Holocauste oublié, tome II, p. 262.
  96. Donald Kenrick et Grattan Puxon, The destiny of Europe's Gypsies, 1972, Londres.
  97. C. Bernardac, l'holocauste oublié, tome II, p. 265.
  98. « Samudaripen, le génocide des Tsiganes », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  99. « Mémorial Sinti und Roma », sur visitberlin.de (consulté le ).
  100. Florence Aubenas, « Ceija Stojka : à la découverte d’une artiste rom et déportée », lemonde.fr, (consulté le ).
  101. « Claire Auzias entretien : le génocide des Tziganes - vidéo Dailymotion : 39e minute et suivantes », sur Dailymotion, (consulté le ).
  102. (en) Ian Hancock, « Romanies and the Holocaust: A Re-evaluation and Overview », dans The Historiography of the Holocaust, Palgrave Macmillan UK, , 383–396 p. (ISBN 978-0-230-52450-7, DOI 10.1057/9780230524507_18, lire en ligne).
  103. (en) Dan Stone, « Extrait : The Historiography of the Holocaust Palgrave-Macmillan, New York 2004. P.383-396 », sur www.radoc.net, (consulté le ).
  104. The historiography of the Holocaust, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-1-4039-9927-6 et 978-0-333-99745-1).
  105. (en) « How the Nazis Tried to Cover Up Their Crimes at Auschwitz », sur HISTORY, (consulté le ).
  106. a et b (en) Ian Hancock, « Romanies and the Holocaust: A Re-evaluation and Overview », dans The Historiography of the Holocaust, Palgrave Macmillan UK, , 383–396 p. (ISBN 978-0-230-52450-7, DOI 10.1057/9780230524507_18, lire en ligne).
  107. AJ Edelheit & H Edelheit, History of the Holocaust: a handbook and dictionary, p. 458, Westview Press, 1994.
  108. a et b C.Bernardac, l'holocauste oublié, t. II, p. 264-265, 1980.
  109. a et b Florence Aubenas, « Ceija Stojka : à la découverte d’une artiste rom et déportée », lemonde.fr, (consulté le ).
  110. (en-GB) Dokumentations-und Kulturzentrum Deutscher Sinti und Roma, « „Rassendiagnose: Zigeuner“ », sur sintiundroma.org (consulté le ).
  111. Pierre Amiot, Nomades des fleuves et de la route : récit, l'Harmattan, coll. « Graveurs de mémoire », (ISBN 978-2-296-03340-5).
  112. (fr-fr) Mémoires tsiganes, l'autre génocide Consulté le ..
  113. Emmanuel Filhol, « L'internement et la déportation de Tsiganes français sous l'Occupation : Mérignac-Poitiers-Sachsenhausen, 1940-1945 », Revue d’Histoire de la Shoah, vol. 170, no 3,‎ , p. 136–182 (ISSN 1281-1505, DOI 10.3917/rhsho1.170.0137, lire en ligne, consulté le ).
  114. « Claire Auzias entretien : le génocide des Tziganes - vidéo Dailymotion : 39e minute et suivantes », sur Dailymotion, (consulté le ).
  115. « Compiègne-Royallieu », sur Chemins de mémoire (consulté le ).
  116. « Sachsenhausen Archives », sur Mémorial des nomades de France, (consulté le ).
  117. Emmanuel Filhol, « L'internement et la déportation de Tsiganes français sous l'Occupation : Mérignac-Poitiers-Sachsenhausen, 1940-1945 », Revue d’histoire de la Shoah, vol. 170, no 3,‎ , p. 136–182 (ISSN 1281-1505, DOI 10.3917/rhsho1.170.0137, lire en ligne, consulté le ).
  118. « Les déportations en France », sur memoires-tsiganes1939-1946.fr (consulté le ).
  119. Paul Lévy, « Introduction », dans Un camp de concentration français, Éditions Sedes, coll. « Regards sur l'histoire », , 7–14 p. (ISBN 978-2-7181-9231-4, lire en ligne).
  120. « plaque memoire camp venissieux - Recherche Google », sur www.google.com (consulté le )
  121. « Question - Guichet du Savoir », sur www.guichetdusavoir.org (consulté le )
  122. Théophile Leroy, « ‘Gypsies’ in the Police Eye: Identification, Census and Deportation of Sinti and Roma from Annexed Alsace, 1940 to 1944 », dans Deportations in the Nazi Era, De Gruyter, , 207–228 p. (ISBN 978-3-11-074646-4, DOI 10.1515/9783110746464-013, lire en ligne).
  123. Monique Heddebaut, « La commémoration de la persécution raciale envers les Tsiganes durant la Seconde Guerre mondiale », Tsafon. Revue d'études juives du Nord, no 66,‎ , p. 161–177 (ISSN 1149-6630, DOI 10.4000/tsafon.6879, lire en ligne, consulté le ).
  124. « memoirestsiganes - Rafles en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais », sur memoirestsiganes.be (consulté le ).
  125. « Musée de la résistance en ligne », sur museedelaresistanceenligne.org (consulté le ).
  126. Marie-Christine Hubert, « Les réglementations anti-Tsiganes en France et en Allemagne, avant et pendant l'occupation », Revue d’Histoire de la Shoah, vol. 167, no 3,‎ , p. 20–52 (ISSN 1281-1505, DOI 10.3917/rhsho1.167.0021, lire en ligne, consulté le ).
  127. « Camps Archives », sur Mémorial des nomades de France (consulté le ).
  128. « Camp de Linas-Montlhéry (1940-1942) », sur Mémorial des nomades de France (consulté le ).
  129. Emmanuel Filhol, « Le sort des Tsiganes en France (1940‑1946). Une histoire‑mémoire occultée », Témoigner. Entre histoire et mémoire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, no 134,‎ , p. 109–118 (ISSN 2031-4183, DOI 10.4000/temoigner.10939, lire en ligne, consulté le ).
  130. L'internement des Tsiganes en France 1940-1946 - Marie-Christine Hubert.
  131. « Le camp d'internement de Montreuil-Bellay, un lieu oublié », sur INA (consulté le ).
  132. Extrait d'Émission là-bas.org : Témoignages d'anciens internés de Montreuil-Bellay (dont Jean-Louis Bauer), 1993., « La promenade du dimanche » [audio], sur la-bas.org (consulté le )
  133. « Camps Archives », sur Mémorial des nomades de France (consulté le ).
  134. Gilbert Garrier, « Jacques SIGOT, Ces barbelés oubliés par l'Histoire. Un camp pour les Tsiganes... et les autres : Montreuil-Bellay, 1940-1945, Chateauneuf-les-Martigues, Éditions Wallada, 1994, 351 p. », Cahiers d'histoire, nos 42-2,‎ (ISSN 0008-008X, DOI 10.4000/ch.165, lire en ligne, consulté le ).
  135. Marie-Christine Hubert, « Les réglementations anti-Tsiganes en France et en Allemagne, avant et pendant l'occupation », Revue d’Histoire de la Shoah, vol. 167, no 3,‎ , p. 20–52 (ISSN 1281-1505, DOI 10.3917/rhsho1.167.0021, lire en ligne, consulté le ).
  136. « L’internement des Nomades, une histoire française (1940-1946) », sur Mémorial de la Shoah (consulté le ).
  137. Lise Foisneau, « L'autre nom de l'internement des nomades », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  138. a et b « Le Camp de la Forge de Moisdon - Témoignages - Trois ans de camp pour Eugène, le petit nomade », sur radio-aspic.net (consulté le ).
  139. « Génocide tzigane », sur Sénat, (consulté le ).
  140. L’histoire oubliée des Tsiganes internés sous l’Occupation au camp de Jargeau - INA 1995 () Lumni | Enseignement. Consulté le .
  141. Emmanuel Filhol, « L'indifférence collective au sort des Tsiganes internés dans les camps français, 1940-1946 », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 226, no 2,‎ , p. 69–82 (ISSN 0984-2292, DOI 10.3917/gmcc.226.0069, lire en ligne, consulté le ).
  142. (en) William ACKER, « L’enfant et le Tsigane : pratiques européennes de l’antitsiganisme institutionnel », sur Medium, (consulté le ).
  143. (fr-fr) L'histoire oubliée de l'internement des Tsiganes Consulté le ..
  144. Romain Rivière, « Usages du secret dans le monde manouche: », Revue française d'éthique appliquée, vol. N° 6, no 2,‎ , p. 44–57 (ISSN 2494-5757, DOI 10.3917/rfeap.006.0044, lire en ligne, consulté le ).
  145. Marie-Christine Hubert, « L'internement des tsiganes : un premier pas vers leur socialisation ? », Revue d’Histoire de la Shoah, vol. 168, no 1,‎ , p. 107–139 (ISSN 1281-1505, DOI 10.3917/rhsho1.168.0108, lire en ligne, consulté le ).
  146. (fr-fr) L'histoire oubliée de l'internement des Tsiganes - Reportage AFP. Consulté le ..
  147. « L’internement des Nomades, une histoire française (1940-1946) », sur Mémorial de la Shoah (consulté le ).
  148. Denis Peschanski, La France des camps, l'internement 1938-46, page ?[source insuffisante].
  149. « La culture Tzigane: la connaître pour l’apprécier et la valoriser », sur education-socioculturelle.ensfea.fr (consulté le ).
  150. L'histoire oubliée de l'internement des Tsiganes Consulté le ..
  151. « Français depuis le Moyen Age : épisode • 2/4 du podcast Dans l'ombre de l'antitsiganisme », sur France Culture (consulté le ).
  152. Administrateur, « Articles avec Bibliographie sur la résistance Rom de France », sur Eurêkoi, (consulté le ).
  153. (en) Valentin Merlin et Lise Foisneau, « French Nomads’ Resistance (1939-1946) », dans French Nomads’ Resistance (1939-1946), (lire en ligne).
  154. Raymond Gurême et Isabelle Ligner, Interdit aux nomades, Calmann-Lévy, (ISBN 978-2-7021-4221-9, OCLC 721821241, lire en ligne).
  155. « 16 mai 1944 - un jour inoubliable », Roms et Gens du voyage, sur Conseil de l'Europe (consulté le ).
  156. Rachel Yehuda, Nikolaos P. Daskalakis, Linda M. Bierer et Heather N. Bader, « Holocaust Exposure Induced Intergenerational Effects on FKBP5 Methylation », Biological Psychiatry, vol. 80, no 5,‎ , p. 372–380 (ISSN 1873-2402, PMID 26410355, DOI 10.1016/j.biopsych.2015.08.005, lire en ligne, consulté le ).
  157. Irène Mathier, « Chapitre III. L’héritage de la deuxième génération : état de la question et témoignages », dans Entre mémoire collective et mémoire familiale : L’héritage d’un trauma collectif lié à la violence totalitaire, Éditions ies, coll. « Le social dans la cité », , 61–155 p. (ISBN 978-2-88224-174-0, lire en ligne).
  158. « Neurologie : « Le traumatisme de la Shoah affecte le cerveau des descendants » », sur Radio Prague International, (consulté le ).
  159. La Redaction, « Les générations d’après : la Shoah en héritage », sur L'Arche, (consulté le ).
  160. Marion Feldman, « Lignes de failles générationnelles à propos des enfants juifs cachés en France pendant la seconde guerre mondiale », Cahiers de psychologie clinique, vol. 54, no 1,‎ , p. 115–130 (ISSN 1370-074X, DOI 10.3917/cpc.054.0115, lire en ligne, consulté le ).
  161. « VIDEO. Voyage sur les traces du génocide tsigane : "Ce que nos parents ne nous ont pas dit, on va essayer de le découvrir" », sur France 3 Occitanie, (consulté le ).
  162. « Spoliation des Tsiganes : fin de non-recevoir du Conseil d'État », Le Point, (consulté le ).
  163. « Un député UDI à propos des gens du voyage : "Hitler n'en a peut-être pas tué assez" », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  164. « La CEDH condamne la France pour une expulsion de gens du voyage en 2004 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  165. « Libre circulation des Gens du voyage : la France condamnée par l’ONU - Principes - Généralités », sur Dalloz Actualité (consulté le ).
  166. Lise Foisneau, « La crainte des Roms. Pratiques romanès de la défiance », Tracés, no 31,‎ , p. 87–108 (ISSN 1763-0061, DOI 10.4000/traces.6714, lire en ligne, consulté le ).
  167. « Le génocide des Tsiganes européens, 1939-1945 » dans Encyclopédie de la Shoah, United States Holocaust Memorial Museum, page ?.
  168. « Germany - Recognition of the Roma Genocide - Génocide des Roms », sur Conseil de l'Europe (consulté le ).
  169. (en-GB) Praktikantin, « The recognition of the Nazi genocide of the Sinti and Roma », sur European Holocaust Memorial Day for Sinti und Roma, (consulté le )
  170. « Longtemps retardé, un mémorial aux Tziganes déportés par les nazis est inauguré à Berlin », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  171. (en-GB) « Croatia - Recognition of the Roma Genocide - Roma Genocide - www.coe.int », sur Roma Genocide (consulté le )
  172. Jerzy Buzek, « Allocution de M. Buzek sur la reconnaissance par l'Union européenne du génocide des Roms pendant la Seconde Guerre mondiale », .
  173. « Proposition de loi tendant à la reconnaissance du génocide tzigane pendant la Seconde Guerre mondiale », sur Assemblée nationale (consulté le ).
  174. « Proposition de loi tendant à la reconnaissance du génocide tzigane pendant la Seconde Guerre mondiale » (consulté le ).
  175. a et b Florence Aubenas, « La France admet sa responsabilité dans l’internement de Tsiganes de 1940 à 1946 », lemonde.fr, (consulté le ).
  176. Qui sera renvoyée à la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République, selon l'annonce qui a été mise en ligne le à 17 h sur le site de l'Assemblée nationale.
  177. PROPOSITION DE LOI tendant à la reconnaissance du génocide tzigane pendant la Seconde Guerre mondiale.
  178. a et b « En mémoire des Roms tués durant la Seconde Guerre mondiale », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  179. Rectorat de l'Académie d'Amiens, « Thème 3 "Histoire et mémoires" », sur Histoire et géographie, (consulté le ).
  180. (en) « netherlands unveils its first national holocaust monument », Reuters,‎ (lire en ligne)
  181. « La porcherie restera sur l'emplacement du camp de concentration rom de Lety », sur Radio Prague International, (consulté le )
  182. « Porcherie de Lety : démolition d'un « symbole de l'antitziganisme » en Tchéquie », sur Radio Prague International, (consulté le )
  183. (fr-fr) Sinti and Roma Holocaust Survivor Lina Jackson | Women’s History Month | USC Shoah Foundation Consulté le ..
  184. « Mentions – Reconnaissances », sur prisonniersdeguerre.com (consulté le ).
  185. Philomena Franz, Sidona Bauer et Henriette Asséo, L'amour a vaincu la mort, Éditions Pétra, coll. « Méandre », (ISBN 978-2-84743-234-3).
  186. « Resist 1933 - 1945: Otto Rosenberg », sur resist-1933-1945.eu (consulté le ).
  187. (en) « They Survived Genocide. Now, They Have a Message for Us All », sur opensocietyfoundations.org (consulté le ).
  188. (en) Témoignage vidéo, Rita Prigmore, « Collections Search - United States Holocaust Memorial Museum », sur collections.ushmm.org (consulté le ).
  189. (en) Théophile Leroy, « ‘Gypsies’ in the Police Eye: Identification, Census and Deportation of Sinti and Roma from Annexed Alsace, 1940 to 1944 », dans Deportations in the Nazi Era, De Gruyter, , 207–228 p. (ISBN 978-3-11-074646-4, DOI 10.1515/9783110746464-013, lire en ligne), p. 222 - 223.
  190. (en-GB) « Photo archive », sur sintiundroma.org (consulté le ).
  191. « Coins .:. 10 zł », sur enumi.pl (consulté le ).
  192. « Holocaust Survivors and Victims Database -- Agnes-Sulejka Klein », sur ushmm.org (consulté le ).
  193. (en-GB) « „Rassendiagnose: Zigeuner“ », sur sintiundroma.org (consulté le ).
  194. Archives 1993, émission podcast là-bas.org, témoignage de "Poulouche", Jacque Sigot et autres anciens internés., « La promenade du dimanche » [audio], sur la-bas.org, (consulté le )
  195. « Je ne t'oublie pas, Tsigane | Reportages », sur Là-bas si j'y suis, (consulté le )
  196. Emmanuel Filhol, « Des non lieux de mémoire, ou presque, pour les Tsiganes », Revue d’Histoire de la Shoah, vol. 181, no 2,‎ , p. 231–260 (ISSN 1281-1505, DOI 10.3917/rhsho1.181.0226, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi

Bibliographie

  • Conseil de L'Europe - Fiches D'Informations sur l'histoire de l'Holocauste Roms et Sinté. Portail Web.
  • Henriette Asséo, Les Tsiganes : une destinée européenne, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes » (no 218), , 160 p. (ISBN 978-2-07-053156-1, OCLC 807753557)
  • Raymond Gurême et Isabelle Ligner, Interdit aux nomades, Calmann-Lévy, 2011 (ISBN 978-2-7021-4221-9)
  • (en) Lorely French et Marina Ortrud M. Hertrampf, Approaches to a “new" World Literature: Romani Literature(s) as (re-)writing and self-empowerment, Akademische Verlagsgemeinschaft München AVM, 20 novembre 2023 (ISBN 978-3-95477-157-8, lire en ligne)
  • Samuel Delepine et Alexandre Nicolas (cartographie), Atlas des Tsiganes les dessous de la question rom, Paris, Éd. Autrement, coll. « Atlas/monde », , 96 p. (ISBN 978-2-7467-3087-8, OCLC 809756790)
  • Stéphane Audoin-Rouzeau, 1914-1918, la violence de guerre, Paris, Gallimard, , 153 p. (ISBN 978-2-07-014257-6, OCLC 893770045)
  • Claire Auzias, Samudaripen, le génocide des Tsiganes, Paris, Esprit frappeur, , 204 p. (ISBN 978-2-84405-112-7)
  • e-Empire, 1979. édité en deux tomes Famot éd. à Genève en 1980
  • Catherine Coquio et Aurélia Kalisky, L'Enfant et le génocide, Paris: R. Laffont, 2007 (ISBN 9782221099896)
  • Catherine Coquio et Aurélia Kalisky, L'enfant et le génocide : témoignages sur l'enfance pendant la Shoah, Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », , 1264 p. (ISBN 978-2-221-09989-6, OCLC 758156775)
  • Emmanuel Filhol, La Mémoire et l’oubli : L’internement des Tsiganes en France, 1940-1946, Centre de recherches tsiganes, L’Harmattan, 2004
  • Emmanuel Filhol et Marie-Christine Hubert (préf. Henriette Asséo), Les Tsiganes en France, un sort à part, 1939-1946, Paris, Perrin, , 398 p. (ISBN 978-2-262-03063-6, OCLC 822827128)
  • Monique Heddebaut, Des Tsiganes vers Auschwitz : Le convoi Z du , Tirésias-Michel Reynaud, 2018 (préface d'Henriette Asséo)
  • Donald Kenrick et Grattan Puxon, Destins gitans : des origines à la solution finale, éd. Calmann-Lévy, coll. « Archives des sciences sociales », 1974 ; rééd. Gallimard, coll. « Tel », 1995 (traduit de l'anglais par Jean Sendy). Édition originale en anglais : The destiny of Europe's Gypsies, 1972, Londres
  • Guenter Lewy, La Persécution des Tsiganes par les nazis, Les Belles Lettres, 2003 (traduit de l'anglais des États-Unis par Bernard Frumer, préface d'Henriette Asséo)
  • Jean-Jacques Gandini, « Samudaripen, le génocide des Tsiganes », Le Monde diplomatique, [lire en ligne]
  • (en) Romani Rose (édt.), The Nazi genocide of the Sinti and Roma, Heidelberg, Documentary and Cultural Centre of German Sinti and Roma, , 2e éd., 189 p. (ISBN 978-3-929446-06-7, OCLC 925541893)

Documentaires

Articles connexes

Liens externes

Holocauste Roms - Organisation des Nations Unies (ONU)