Ozma (groupe de jazz)

Ozma
Description de l'image Ozma_French_Jazz_Band.jpg.
Informations générales
Genre musical Jazz
Années actives Depuis 2001
Labels Cristal Records
Influences Jazz, Post Jazz, Rock, Electro, Groove
Site officiel www.ozma.fr
Composition du groupe
Membres Stéphane Scharlé (batterie - composition), Edouard Séro Guillaume (basse - composition), Julien Soro (saxophones), Guillaume Nuss (trombone), Tam de Villiers (guitare)
Anciens membres Adrien Dennefeld (guitare), David Florsch (saxophones), Mathias Mahler (trombone), David Poteaux-Razel (guitare), Manu Adnot (guitare), Paul Jarret (guitare), Daniel Zimmermann (trombone)

Ozma (stylisé OZMA) est un groupe de jazz moderne, fondé à Strasbourg en 2001, dont le leader et compositeur est le batteur Stéphane Scharlé.

Histoire du groupe

Les débuts (2001-2004)

Ozma est fondé en 2001 à la suite de la rencontre de trois étudiants du département jazz du conservatoire de Strasbourg : Adrien Dennefeld à la guitare, Édouard Séro-Guillaume à la basse et Stéphane Scharlé à la batterie. Initialement un groupe de travail[1], le trio compose ses premières pièces inspirées du mouvement m-base, de la funk et du jazz fusion.

Le quintet Ozma (2004-2009)

En 2004, le trio s’agrandit avec l'arrivée de Guillaume Nuss au trombone et David Florsch au saxophone. L'année suivante, le quintet enregistre son premier album Ozma[2] au studio Klein Leberau de Rodolphe Burger à Sainte-Marie-aux-Mines. La musique de ce premier opus est définie par le quintet comme du « jazz funkamétrique »[3], hommage à ses premières amours. En , le quintet remporte le grand prix de groupe au concours national La Défense Jazz Festival à Paris. Le premier prix de soliste revient au tromboniste de l'ensemble, Guillaume Nuss.

Grâce à cette victoire, le quintet se voit proposer un contrat de disque avec le label Juste une trace qui donnera naissance au disque Electric Taxi Land[4], début d'une longue collaboration avec le label[5]. Ce deuxième album voit naitre l’appellation « jazz explosif » un concept traduisant selon les mots du groupe « l’énergie et la fougue qui caractérise [leur] musique […] sans l'enfermer dans un style particulier »[6]. En 2007 et 2008, Ozma est labellisé « jazz primeur » par Culturesfrance, un accompagnement qui permet au quintet de s'exporter à l'international parmi treize autres artistes sélectionnés dont Éric Legnini, Géraldine Laurent, Pierrick Pédron, Thomas Enhco, Frank Woeste… En 2008, le trio d'origine accompagne le griot burkinabé Moussa Coulibaly, pour Ozmafrica[7][source insuffisante] une tournée de six semaines au Burkina Faso. L'année suivante, Guillaume Nuss est remplacé par Mathias Mahler au trombone avec qui Ozma enregistre son troisième opus Strange Traffic[8].

Premiers projets parallèles (2010)

En 2010, Ozma s'ouvre à d'autres formes de spectacles, en créant coup sur coup son premier ciné-concert Vampyr de Dreyer[9] et son premier photo-concert en partenariat avec la Chambre[10][source insuffisante]. Cette même année, Ozma crée également le grand ensemble Ozma Orkestrâ[11][source insuffisante],[12] en coproduction avec le festival Jazzdor à Strasbourg. Pour assurer la diffusion de ces projets, l'ensemble crée une structure, La Compagnie Tangram.

Passage en quartet (2010-2015)

Après trois créations de projets parallèles en quartet, Ozma décide de continuer sous cette forme et s’attèle à la composition de Peacemaker, son quatrième album. Ce dernier sort en 2011 et obtient un bon accueil critique[13],[14]. En 2012, le quartet crée un spectacle alliant danse, musique carnatique et jazz avec l'ensemble gujarati Darpana lors d'une tournée indienne. Dix musiciens et deux danseurs (dont Revanta Sarabhai) se côtoient sur scène. Ce spectacle est présenté en France en 2013[15].

Cette même année, le quartet crée le spectacle New Tales dont est issu l'album concept du même nom. Ce show intégrant projection 3D et mapping implique les artistes visuels Ramona Poenaru et Sébastien Régall. Il est pensé comme une seule et unique histoire composée de multiples parties / morceaux, racontant l'histoire fantasmée de Jim, un personnage fictif, et se situe à mi-chemin entre jazz et rock progressif[16]. L'année 2013 marque également la création d'un nouveau photo-concert en trio (guitare, basse, batterie) sur des archives de la Grande Guerre : 1914-1918, d'Autres Regards, procédant en composition et en improvisation, avec une interaction entre ces deux pratiques[17].

En 2014, Ozma crée à Durban le spectacle 20 ! Between hopes and possibilities en hommage aux vingt ans de démocratie en Afrique du Sud. À cette occasion, David Poteaux-Razel, remplace Adrien Dennefeld qui quitte le groupe. David Poteaux-Razel participe également à la création du ciné-concert Annecy Court(s) Toujours (2014) sur des films primés au Festival international du film d'animation d'Annecy.

L'année 2015 voit le départ du saxophoniste David Florsch qui est remplacé par Julien Soro. Le guitariste Paul Jarret participe à deux créations : Les Pionniers de l'animation (Lobster Films) et Méliès (Lobster Films) créé en Angleterre.

Le retour du quintet (2016 - de nos jours)

Ozma quintet en 2016.

Au début de l'année 2016, Stéphane Scharlé et Édouard Séro-Guillaume s'attaquent à l'écriture du sixième album d'Ozma. Welcome Home qui scelle une nouvelle collaboration avec le label Cristal Records, marque également le retour du tromboniste originel Guillaume Nuss au sein de l'ensemble. Tam de Villiers officie désormais à la guitare et Julien Soro aux saxophones. L'album qui sort en reçoit de bons retours presse[18],[19],[20] et le quintet enchaine les tournées en Europe, Asie et Amérique du Sud en 2016-2017[21],,[23],[20].

2017 est également l'année de la création d'un nouveau ciné-concert : Le Monde perdu de Harry O. Hoyt présenté au festival Off d'Avignon[24].

En 2018, le quintet Ozma est en tournée mondiale avec son album Welcome Home et donne 56 concerts dans 13 pays en Europe, Afrique et Asie[25]. Cette tournée inspire au batteur Stéphane Scharlé l'écriture du 7e album du quintet, Hyperlapse, qui paraitra simultanément le sur le label français Cristal Records (Monde hors Allemagne-Autriche-Suisse) et le label allemand Berthold Records (Allemagne-Autriche-Suisse)[26],[27],[28],[29],[30].

Ozma Live in Taipei in 2016.

Discographie

Filmographie

Ozma photo-concert 1914-1918.

En , Ozma débute la diffusion sur YouTube[33] de sa websérie High, Far and Loud qui retrace un an de tournée mondiale, 18 épisodes en Europe et en Afrique[29],[34],[35].

Projets parallèles

Voici la liste au des projets parallèles d'Ozma : rencontres avec des artistes étrangers, photo-concerts et ciné-concerts.

  • 2008 : Ozmafrica[7] : création avec l'ensemble Zimawé et tournée au Burkina Faso
  • 2010 : Photo-concert : en partenariat avec la Chambre
  • 2010 : Vampyr : ciné-concert sur le film de Carl Theodor Dreyer[36]
  • 2010 : Le Cuirassé Potemkine : ciné-concert sur le film de Sergueï Eisenstein[37]
  • 2010 : Ozma Orkestrâ : grand ensemble de dix musiciens alsaciens[11],[12]
  • 2012 : Les Trois Âges : ciné-concert sur le film de Buster Keaton[38]
  • 2012 : Ozma and Darpana : grand ensemble franco-indien créé en Inde[15],[39]
  • 2013 : New Tales : concert et arts visuels[40]
  • 2013 : 1914-1918, d'Autres Regards : photo-concert sur la Grande Guerre[1],[17]
  • 2014 : 20 ! Between hopes and possibilities : photo-concert hommage aux 20 ans de démocratie, crée à Durban (Afrique du Sud)
  • 2014 : Annecy Court(s) Toujours : ciné-concert sur des films primés au Festival international du film d'animation d'Annecy[41]
  • 2015 : Les Pionniers de l'animation : ciné-concert sur les tout premiers films d'animation[42]
  • 2015 : Méliès : ciné-concert sur les grands films de Georges Méliès[43]
  • 2017 : Le Monde Perdu : ciné-Concert sur le film de Harry O. Hoyt
  • 2018-2019 : Crossroads : photo-concert sur des travaux de photographes internationaux rencontrés en tournée dont Leila Alaoui (Maroc), Wang Fuchun (Chine), Rafs Mayet (Afrique du Sud), Mike Zenari (Luxembourg) et Arko Datta (Inde)[44],[45]
Ozma ciné-concert Le Monde perdu.

Distinctions et récompenses

Références

  1. a et b « OZMA : entretien avec Édouard Séro-Guillaume et Stéphane Scharlé. - CultureJazz.fr », sur www.culturejazz.fr (consulté le 31 août 2017)
  2. a et b « Ozma », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  3. Bob Hatteau, « Ozma », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2017)
  4. a et b « Macao, actualités du Jazz : OZMA "Electric Taxi Land" », sur www.macao.fr (consulté le 31 août 2017)
  5. « Ozma - Jazz explosif | Juste Une Trace », sur www.juste-une-trace.com (consulté le 31 août 2017)
  6. a et b Bob Hatteau, « Ozma », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  7. a et b « OZMAFRICA - La Compagnie Tangram », La Compagnie Tangram,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  8. a et b Bob Hatteau, « Ozma », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  9. « OZMA ciné-concert, Vampyr, L'étrange aventure de David Gray », sur www.cineconcert.fr,
  10. « PHOTO-CONCERT : OZMA / LA CHAMBRE - La Compagnie Tangram », La Compagnie Tangram,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  11. a et b « Concert : Ozma Orkestrâ - La Compagnie Tangram », La Compagnie Tangram,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  12. a et b « Mercredi 17 Novembre 2010 - Enrico Rava Ozma : Festival Jazz d », strasbourg.curieux.net,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  13. a et b « Peacemaker Ozma », sur lesechos.fr, (consulté le 31 août 2017)
  14. « Les magiciens d’Ozma », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  15. a et b « OZMA et Darpana bientôt en France ! », sur www.indeaparis.com (consulté le 31 août 2017)
  16. a et b Michel Parque, « Ozma », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  17. a et b « Têtes de Jazz, Avignon. Un autre regard sur Ozma | Jazz Magazine », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2017)
  18. a et b « Ozma - Welcome Home », Djam,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  19. a et b Louis-Julien Nicolaou, « 10 albums de jazz à écouter avant 2017 », sur Les Inrocks, (consulté le 31 août 2017)
  20. a b et c « Têtes de Jazz 2017, 5 ans déjà : Wild Mimi et Ozma | Jazz Magazine », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  21. (en) « Ozma », sur www.bandsintown.com (consulté le 31 août 2017)
  22. (es) « Francia en forma de Jazz | ELESPECTADOR.COM », Elespectador.com,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2018)
  23. Raphael Benoit, « Têtes de Jazz #5, manufacture de découvertes », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2017)
  24. « Asie | Ozma en tournée en Chine, en Indonésie et en Inde », sur Le Bureau Export, (consulté le 19 novembre 2019)
  25. Klaus M. Schmidt, « Band Ozma spielt ein Liebeslied für Krefeld », Westdeutsche Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2018)
  26. (cs) « Vrchovatě nasyceni francouzským explozivním jazzem... », Jazz Port.cz,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2018)
  27. Alexis Fricker, « OZMA trace ses routes », Dernières Nouvelles d'Alsace (quotidien régional),‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2018)
  28. a et b « Jazz Trotter : Ozma - High, Far & Loud », sur France Musique, (consulté le 19 novembre 2019)
  29. a et b « Europe | Ozma signe sur le label allemand Berthold Records pour l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse », sur Le Bureau Export, (consulté le 19 novembre 2019)
  30. Luc Marchand, « Strange Traffic d’OZMA… le nouvel album CD », media-industry,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  31. Eric Dahan, « Albums de familles », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  32. « HIGH, FAR & LOUD - Episode 1 - Here we go ! (Central Europe) » (consulté le 19 novembre 2019)
  33. « Monde | Ozma lance une websérie pour retracer sa tournée 2018 », sur Le Bureau Export, (consulté le 19 novembre 2019)
  34. « Une websérie pour Ozma », sur Citizen Jazz (consulté le 19 novembre 2019)
  35. « Ozma - 27 octobre 2012 », sur periscope-lyon.com (consulté le 31 août 2017)
  36. « Playlist du 9 novembre 2011 », sur www.jazzact.org (consulté le 31 août 2017)
  37. « Ozma sur «Les trois âges» de Buster Keaton - Strasbourg - Ciné-concert - CSC Fossé des Treize », sur jds.fr (consulté le 31 août 2017)
  38. « Ozma et Darpana: quand le jazz rencontre la musique traditionnelle de l’Inde », La Feuille de Chou,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  39. « OZMA, du jazz, des vidéos et de la 3D au Hall des Chars - Rue89 Strasbourg », Rue89 Strasbourg,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  40. « OZMA Ciné-Concert « Annecy Court(s) toujours » - Manifestation - Info-Culture », sur www.info-culture.com (consulté le 31 août 2017)
  41. Claire Peyrot, « Strasbourg : la nuit européenne des musées sous le thème du son - France 3 Grand Est », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  42. (en) « What’s on in north Northumberland - September 17 - September 24 », sur www.northumberlandgazette.co.uk (consulté le 31 août 2017)
  43. Neimenster Newsletter, « Photo-Concert CROSSROADS [14/4/2019] », sur neimenster.calendar.lu (consulté le 19 novembre 2019)
  44. (de) « Un tour du monde exceptionnel », sur Journal Lëtzebuerger (consulté le 19 novembre 2019)
  45. Margaux Demeersseman, « bilan-et-succes-export-2018 », sur lebureauexport.fr,
  46. « OZMA | Succès Export 2017 ! | Cristal Records », Cristal Records,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2018)
  47. « Monde | Ils ont fait rayonner la France dans le monde en 2017 - Le Bureau Export », Le Bureau Export,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2018)
  48. Louis-Julien Nicolaou, « 10 albums de jazz à écouter avant 2017 », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020).
  49. (en) « OZMA - 12 Points Festival », sur www.12points.ie (consulté le 31 août 2017)
  50. « Jazzahead Festival 2011, Jazz on 3 - BBC Radio 3 », sur BBC (consulté le 31 août 2017)
  51. « OZMA - Jazz Migration », Jazz Migration,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  52. Super User, « La Défense Jazz Festival 2017 - Mémoire du concours », sur ladefensejazzfestival.hauts-de-seine.fr (consulté le 31 août 2017)

Liens externes