Akiko Higashimura

Akiko Higashimura

東村 アキコ

Naissance (47 ans)
Préfecture de Miyazaki
Nationalité japonaise
Auteur
Éditeur associé

Œuvres principales

Akiko Higashimura (東村 アキコ, Higashimura Akiko?) est une mangaka japonaise née le dans la préfecture de Miyazaki.

Parcours

Akiko Higashimura fait ses débuts dans le magazine japonais Bouquet Deluxe en 1999 avec Fruits Kōmori (フルーツコウモリ?) et se fait ensuite connaître par son manga Kisekae Yuka-chan paru dans le magazine Cookie[1]. En 2008, elle dessine le one-shot Chuō-Sen Cinema Paradise pour le magazine Jump SQ.

En 2015, elle remporte le Grand prix du manga pour Kakukaku shikajika (traduit en français sous le titre Trait pour trait)[2]. En 2020, elle se voit décerner le Prix Jeunesse du festival d'Angoulême pour sa série Le Tigre des neiges, un récit historique dans lequel elle défend la théorie selon laquelle Kenshin Uesugi, seigneur de la guerre japonais du XVIe siècle, était en réalité une femme[3].

Sa série Tokyo Tarareba Girls fait l'objet de différentes séries BD dérivées et d'une adaptation en série « drama ». C'est le portrait d'un trio de jeunes femmes trentenaires tokyoïtes des quartiers branchés, que certains critiques occidentaux ont pu comparer à la série américaine Sex and the City[3].

Œuvres

  • 2000-2007 : Kisekae Yuka-chan (きせかえユカちゃ?)
  • 2001 : Koi no Surisasu (恋のスリサス?)
  • 2004 : Ebisu Ginza Tengoku (ゑびす銀座天国?)
  • 2004 : Shiroi Yakusoku (白い約束?)
  • 2005-2010 : Himawari: Kenichi Legend (ひまわりっ 健一レジェンド?)
  • 2007-2011 : Mama wa Tenparist (ママはテンパリスト?)
  • 2008-2017 : Princess Jellyfish (海月姫, Kuragehime?)
  • 2010-2012 : Omoni Naitemasu (東京タラレバ娘?)
  • 2011-2015 : Trait pour trait (かくかくしかじか?)
  • 2013-2014 : Meropon Dashi! (メロポンだし!?)
  • 2014- : Tokyo Tarareba Girls (東京タラレバ娘, Tokyo tarareba musume?)
  • 2015-2020 : Le Tigre des neiges (雪花の虎, Yukibana no Tora?)
  • 2015 : Himoxile (ヒモザイル?)
  • 2021 : A Fake Affair (Webtoon original)

Distinctions

Nominations

Plusieurs de ses œuvres sont sélectionnées pour le Grand prix du manga : Himawari : Kenichi Legend en 2008[4], Mama wa Tenparisten 2009[5], Princess Jellyfish en 2010[6], Omo ni Naitemasu en 2011[7] et Tokyo Tarareba Girls en 2016 et 2017[8],[9].

Récompenses

Références

  1. « Higashimura Akiko », sur Manga News
  2. (en) « Akiko Higashimura's Kakukaku Shikajika Wins 8th Manga Taisho Award », Anime News Network,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Pauline Croquet, « La mangaka Akiko Higashimura libère les Japonaises », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « 12 Titles Nominated for 1st Ever Manga Taisho Awards », Anime News Network,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « 10 Titles Nominated for 2nd Manga Taisho Awards », Anime News Network,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « 10 Titles Nominated for 3rd Manga Taisho Awards », Anime News Network,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « 13 Titles Nominated for 4th Manga Taisho Awards », Anime News Network,‎ (lire en ligne)
  8. (en) « 9th Manga Taisho Awards Nominate 11 Titles », Anime News Network,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « 10th Manga Taisho Awards Nominates 13 Titles », Anime News Network,‎ (lire en ligne)
  10. Jaime Bonkowski de Passos, « Angoulême 2020 : le palmarès des Prix Découvertes », sur Actua BD, .

Liens externes