William Bambridge (football)

William Bambridge
Image illustrative de l’article William Bambridge (football)
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Papeete (France)
Décès (à 42 ans)
Lieu Papeete (France)
Période pro. 1933-1938
Poste Gardien de but
Parcours amateur
Saisons Club
1938-1939 Drapeau : France Véloce vannetais
1941-1944 Drapeau : France Stade lavallois
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1933-1934 Drapeau : France FC Sète 0? (?)
1934-1938 Drapeau : France Stade rennais 83 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 16 mai 2013

William Bambridge, dit Willy Bambridge, né le 23 juin 1911 à Papeete (Tahiti), décédé le 7 août 1953 à Papeete, est un joueur de football français. Il est issu d'une famille importante des Etablissements français d'Océanie : son père, Georges Bambridge (1887-1942), chef d'une grande entreprise commerciale, est maire de Papeete de 1933 à 1941.

Biographie

Origine

Il est un des représentants de la famille Bambridge installé à Tahiti d'origine anglaise et d'origine irlandaise par sa mère. Il est de la famille de nombreuses personnalités tahitiennes : les frères Gérald, Michel et Hubert Coppenrath, Walter Grand, Suzanne Bambridge, etc. (voir l'article Personnalités de Polynésie française : familles Bambridge et Coppenrath notamment).

Les débuts en France

Après des débuts à Tahiti comme gardien de but, il vient en France faire des études de droit à Montpellier, tout en participant au championnat professionnel français au sein du FC Sète, où il est doublure de René Llense. Cette saison-là (1933-1934), Sète remporte le championnat de France. Mais Willy Bambridge n'étant pas suffisamment assidu dans ses études, son père lui coupe les vivres !

La Bretagne

Dans cette période d'incertitude, un recruteur du Stade rennais vient à Montpellier à la recherche d'un avant-centre. Ce dernier[1] est un ami de Willy Bambridge et propose sa candidature. C'est ainsi qu'à l'orée de la saison 1934-35, Willy Bambridge est engagé comme gardien de but réserviste par le Stade rennais, club de première division.

L'ami avant-centre ne réussit pas en Bretagne, tandis que William Bambridge devient titulaire dès la saison suivante en remplacement de Jean Collet. En 1937, il épouse une jeune bretonne, Angèle Marchand.

Sélectionné pour le match France B-Luxembourg le 22 février 1937, il doit déclarer forfait à cause d'une crise de paludisme. Il connaîtra tout de même la sélection nationale avec les équipes de France Amateurs et Militaires. Il perd son poste de titulaire lors de la saison 1937-1938 au profit de Jules Miramond.

En 1938, il part pour le Véloce Vannetais, club de Division d'Honneur de la Ligue de l'Ouest. Lorsqu'éclate la Seconde Guerre mondiale, Willy Bambridge est mobilisé puis fait prisonnier.

La seconde guerre mondiale

Prisonnier en Autriche[2], il est réformé par les autorités allemandes en février 1941 pour paludisme. Il est rapatrié par la Suisse, puis Pau pour revenir à Rennes, retrouver sa famille[3]. Il retourne alors à Carnac, rejoindre les élèves de son école.

Il joue au Stade lavallois de mai 1941[4] à juin 1944, où il est aussi entraîneur de juillet 1943 à juin 1944. Le championnat est suspendu mais le Stade lavallois continue à jouer, avec quelques Lavallois et des joueurs salariés des Établissements Borel qui évitent, comme Bambridge, ainsi d'être requis pour le service du travail obligatoire (STO) en Allemagne[5].

Le retour à Tahiti

Après la guerre, ses parents souhaitant le revoir, il rentre à Tahiti. Il y devient professeur d'éducation physique à l'école centrale de Tahiti. Il prend aussi ses responsabilités vis-à-vis du sport tahitien : dès son retour, le Dr Cassiau, féru de sports, prend contact avec lui afin qu'il l'aide à structurer le sport en Polynésie. La rencontre de ces deux hommes débouche sur la création de la Fédération Générale des Sociétés Sportives (F.G.S.S.) de Polynésie française, le 21 août 1947.

En 1953, Willy Bambridge meurt victime d'une crise cardiaque, à l'âge de 42 ans, de la même façon que son père, lui aussi décédé jeune.

Postérité et famille

Un stade omnisports de Papeete porte aujourd'hui le nom de Willy Bambridge.

Sa femme possédait une pension de famille à Papeete. Elle est attaquée un soir par deux légionnaires[6], et remise de sa blessure, elle quitte alors Tahiti pour rejoindre Lorient, où elle lance un hôtel. Elle revient lors de sa retraite en Polynésie. Un immeuble porte son nom à Papeete.

Leur fille, Jessie[7] (née à Rennes en 1937, décédée à Nanterre en 2011), épouse Parfait, était pharmacienne, et conseiller municipal de Papeete de 1995 à 2001.

Voir aussi

Notes et références

  1. La formulation n'est pas claire : s'agit-il d'un avant-centre du club de Montpellier ? de Sète ?
  2. Il est prisonnier avec József Ebner et Joseph Bessero.
  3. Sa fille a alors 2 ans.
  4. Il était aussi pressenti à Saint-Nazaire.
  5. Michel Jouneaux, Le Stade lavallois, p. 20.
  6. Qui l'abandonnent inconsciente avec une fracture du crâne.
  7. [1]