Relations entre la France et l'Italie

Relations entre la France et l'Italie
Drapeau de la France
Drapeau de l'Italie
France et Italie
     France      Italie
Ambassades
Ambassade de France en Italie
  Ambassadeur Christian Masset
  Adresse Palais Farnèse, Piazza Farnese 67, 00186, Rome
Ambassade d'Italie en France
  Ambassadeur Giandomenico Magliano
  Adresse Hôtel de Boisgelin, 51, Rue de Varenne, 75343, Paris
Frontière
Frontière entre la France et l'Italie
  Longueur 515 km
Rencontres sportives
Football 36
Rugby à XV 30

Poignée de main entre Paolo Gentiloni et Emmanuel Macron à l'occasion du G7, 26 mai 2017
Poignée de main entre Paolo Gentiloni et Emmanuel Macron à l'occasion du G7, 26 mai 2017

Les relations entre la France et l'Italie sont des relations internationales s'exerçant au sein de l'Union européenne entre deux États membres de l'Union, la République française et la République italienne. Elles sont structurées par deux ambassades, l'ambassade de France en Italie et l'ambassade d'Italie en France, ainsi que par des institutions culturelles telles que la Villa Médicis.

La France est en septembre 2017 le deuxième plus important partenaire économique de l'Italie[réf. nécessaire].

Les deux pays sont par ailleurs membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) et de la zone euro.

Histoire des relations franco-italiennes

En 1805, Napoléon Ier crée un État italien au Nord-Est de la péninsule: le Royaume d'Italie. L'Empereur y introduit le Code civil et crée la lire italienne qui, étalonnée sur le franc germinal, remplace toutes les monnaies locales. Il crée également un système de départements calqué sur le modèle français et impose l'italien comme langue officielle. Il contribue ainsi à l'unification administrative, linguistique, juridique et monétaire de la péninsule. L’État qui succède au Royaume d'Italie, le Royaume de Lombardie-Vénétie, maintient peu ou prou les réformes administratives accomplies sous Napoléon Ier.

À partir de 1817, un mouvement secret et politisé, le carbonarisme, agite la péninsule italienne. Les carbonaristes espèrent une libéralisation du système politique et l'unité nationale italienne, mais leur mouvement se propage également de l'autre côté des Alpes. Pierre-Joseph Briot et Buonarroti appellent en France et en Italie à l'insurrection. Giuseppe Mazzini, fondateur du mouvement Giovine Italia, fut lui-même carbonari. Le mouvement carbonariste a survécu jusqu'au XXe siècle.

Napoléon III a contribué au Risorgimento (Unification italienne) et la France a combattu aux côtés du roi Victor-Emmanuel II lors de la deuxième guerre d'indépendance italienne. En 1865, l'Italie et la France créent l'Union latine avec la Suisse et la Belgique. Dans l'esprit de son président, Félix Esquirou de Parieu, cette union monétaire doit être un « prélude aux fédérations pacifiques du futur ».

C'est en raison des ambitions coloniales françaises sur la Tunisie que l'Italie rejoint en 1882 la Triplice.

En 1915, la France finance les mouvements interventionnistes italiens[1]. L'Italie demande à l'Autriche-Hongrie un retour aux frontières de 1811 pour prix de sa neutralité. Aux côtés du Royaume-Uni et de la Russie, la France surenchérit et propose de nombreuses terres irrédentes de l'autre côté de l'Adriatique. Selon le souhait des nationalistes, mais aussi de la gauche interventionniste italienne, qui souhaite intervenir aux côtés des démocraties de l'Entente contre les Empires Centraux, l'Italie déclare la guerre le 23 mai 1915. Français et Italiens combattent côte à côte sur le front de l'Ouest et dans les Balkans. À l'issue du conflit, la France trahit ses promesses du Pacte de Londres et la victoire italienne est mutilée au profit des Serbes.

Dans l'entre-deux-guerres, et en dépit des aspirations impérialistes de Benito Mussolini, la France et le Royaume-Uni considèrent que l'Italie pourrait être un allié de poids face à l'Allemagne nazie. En effet, Mussolini mène sa propre politique d'influence en Europe centrale (Protocoles de Rome du 17 mars 1934) et dans les Balkans, et il craint que l'expansionnisme hitlérien ne menace les ambitions italiennes (il s'oppose ainsi à l'Anschluss en 1938). En avril 1935, Français, Britanniques et Italiens se rencontrent au bord du Lac majeur, dans le cadre de la Conférence de Stresa. Ils concluent à cette occasion un accord qui réaffirme le Traité de Locarno, garantit l'indépendance autrichienne et isole diplomatiquement l'Allemagne, qui est en train de dénouer le Traité de Versailles. Le Front de Stresa est néanmoins affaibli en 1935 par les négociations entre l'Allemagne et le Royaume-Uni (Traité naval germano-britannique) et par l'invasion italienne de l’Éthiopie.

Le dernier conflit armé franco-italien remonte à 1940 lorsque l'Italie fasciste de Benito Mussolini déclare la guerre à la France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les deux pays sont des membres fondateurs de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord. En 1951, la France et l'Italie rejoignent la première communauté supranationale d'Europe, la Communauté européenne du charbon et de l'acier. La France et l'Italie sont, au cours de la Guerre Froide, dans le même bloc. Elles doivent néanmoins faire face à un fort soutien populaire pour leurs partis communistes respectifs.

Parallèlement, les deux pays entretiennent depuis longtemps de nombreux échanges dans les domaines de l'éducation et la culture. On voit ainsi naître en Italie l’Académie de France à Rome en 1666, l'École française de Rome en 1875 et l’Institut français de Florence en 1907, premier Institut français dans le monde.

Époque contemporaine

Liens stratégiques et militaires

La France et l'Italie sont membres de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, de l'OSCE et du Conseil de l'Europe. Un projet de rapprochement entre Fincantieri et Naval Group est envisagé.

Liens diplomatiques et culturels

Les deux pays sont membres de l'Union pour la Méditerranée et de l'UNESCO.

Liens économiques et commerciaux

La France et l'Italie sont membres de l'Union Européenne et de la zone euro. En termes de volume d'échanges, la France est le deuxième partenaire commercial de l'Italie et l'Italie est le deuxième partenaire commercial de la France. La France est le premier investisseur en Italie.

De nombreux projets communs ont été entrepris par les deux pays dans les Alpes, dont le Tunnel du Mont-Blanc, le Tunnel du Fréjus et la future ligne Lyon-Turin.

Coopération scientifique

L'Italie est membre de plusieurs organismes de recherche installés en France comme l'Institut Laue-Langevin ou l'European Synchrotron Radiation Facility.

Notes et références

  1. Tasca, Naissance du fascime, p. 63

Voir aussi

Bibliographie

  • Gilles Bertrand, Jean-Yves Frétigné et Alessandro Giacone, La France et l'Italie. Histoire de deux nations sœurs de 1660 à nos jours, Paris, Colin, .

Articles connexes

Liens externes