Olga Tokarczuk

Olga Tokarczuk
Olga Tokarczuk (2018).jpg
Olga Tokarczuk en 2018.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Olga Nawoja Tokarczuk
Pseudonymes
Natasza Borodin
Natasza Borodin
Nationalité
Domiciles
Formation
Faculté de psychologie de l'université de Varsovie () (-)
Activités
Fratrie
Tatiana Tokarczuk ()
Conjoints
Grzegorz Zygadło ()
Roman Fingas () (depuis )
Enfant
Zbigniew Fingas ()
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Les Verts (depuis )
Membre de
Fondation Stefan-Batory
Association des écrivains polonais (en) ()
Cheveux
Yeux
Gris ()
Genres artistiques
Influencée par
Site web
(pl) www.tokarczuk.wydawnictwoliterackie.pl
Distinctions
Prix Nobel de littérature ()
Liste détaillée
Médaille d'argent du Mérite culturel polonais Gloria Artis ()

Médaille du Mérite culturel polonais Gloria Artis
Prix littéraire de la fondation Kościelski ()
Prix Nike ( et )
Prix Samuel-Bogumil-Linde () ()
Śląski Wawrzyn Literacki () ()
()
Prix Vilenica (en) ()
Brückepreis (en) ()
Kulturhuset Stadsteatern () ()
Warwick Prize for Women in Translation ( et )
Prix Nobel de littérature ()
Prix international Man-Booker ()
Prix Jan-Michalski ()
Prix Laure-Bataillon ()
Citoyen d'honneur de Wrocław () ()
Prix littéraire de la BERD ()
Ambassador of the correct Polish language () ()
Citoyen d'honneur de Varsovie () ()
Œuvres principales
Les Livres de Jakób, Les Pérégrins, Maison de jour, maison de nuit (), Dieu, le temps, les hommes et les anges, Anna dans les tombeaux du monde ()
signature d'Olga Tokarczuk
signature

Olga Nawoja Tokarczuk[1] (prononciation polonaise : [ˈɔlɡa tɔˈkart͡ʂuk]), née le à Sulechów (voïvodie de Lubusz) en Pologne, est une femme de lettres polonaise.

Elle obtient le prix Nobel de littérature 2018, décerné en 2019[2].

Biographie

Sa famille est d'origine polonaise et ukrainienne, de la région de la Ternopil. Une partie de sa famille fut victime des massacres de Polonais par l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA). Bien que revendiquant ses origines ukrainiennes, elle se dit hostile au nationalisme ukrainien de Stepan Bandera[3].

Olga Tokarczuk étudie la psychologie à l'université de Varsovie[4]. Durant ses études, elle travaille, bénévolement, avec des personnes souffrant de troubles mentaux. Après avoir terminé ses études, elle devient psychothérapeute à Wałbrzych[4].

À partir de 1997, elle se consacre entièrement à l’écriture[5], se disant inspirée par William Blake[5]. Elle contribue aussi à la revue Granta[6].

En 2015, elle reçoit des menaces de mort pour avoir dit à la télévision polonaise que l'idée d'une Pologne ouverte et tolérante n'était qu'un « mythe »[4].

Son roman, Sur les ossements des morts, est adapté pour le cinéma par la réalisatrice Agnieszka Holland sous le titre Spoor en 2017[7]. Elle est également co-autrice du scénario[4]. Ce roman raconte la folie d'une vieille dame qui décide de venger le meurtre d'animaux en tuant les coupables humains dans sa petite communauté forestière[8]. Le film reçoit le Prix Alfred-Bauer lors de la Berlinale 2017 et est sélectionné pour l'Oscar du meilleur film international en 2018[4].

Son roman, Les Livres de Jakób, raconte l'histoire de Jakób Frank, un chef religieux du XVIIIe siècle qui mène ses disciples à travers deux conversions forcées : vers l'Islam puis vers le catholicisme[7]. Tombé dans l'oubli, Jakób Frank a vraiment existé, ainsi que la secte juive hérétique des frankistes[9]. Pour suivre les livres hébreux, le roman est paginé à l'envers dans la version originale[4]. Il a fallu dix ans de recherche à l'auteure pour écrire ce roman[10]. Malgré les menaces liées à ses interventions à la télévision, le livre se vend à 170 000 exemplaires en Pologne et reçoit le Prix Nike 2015[7]. Il est actuellement en cours de traduction en anglais, la sortie étant prévue pour [7].

Le , elle reçoit le Prix Nobel de littérature 2018[11]. Elle annonce la nouvelle sur les réseaux sociaux avec deux heures d'avance sur l'annonce officielle du Comité Nobel ce qui est normalement interdit[12]. Considérée comme « non patriote » par le gouvernement polonais actuel, la chaîne publique d'information en continu TVP Info met plusieurs minutes à annoncer son nom, la désignant d'abord d'un simple « une Polonaise »[13]. En effet, féministe, pro-européenne et défenseure des droits des minorités en Pologne, elle met à mal les idéaux conservateurs véhiculés par Droit et justice, le parti au pouvoir depuis 2015[13].

Le lendemain de l'annonce de son prix, la ville de Wrocław où elle réside rend les transports publics gratuits aux usagers ayant sur eux un livre d'Olga Tokarczuk[14].

Ses romans sont traduits en plus de 25 langues dont le catalan, l'hindi et le japonais[4]. Elle est l'écrivain polonais le plus traduit hors de son pays[15].

Œuvres

Romans

  • Podróż ludzi Księgi (1993, littéralement : Voyage des gens du Livre), roman historique en forme de parabole sur un couple en quête du sens de la vie dans la France du 17e siècle.
  • Prawiek i inne czasy (1996)
    Dieu, le temps, les hommes et les anges, traduit par Christophe Glogowski, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Pavillons. Domaine de l'Est », 1998, 340 p. (ISBN 978-2-221-08615-5)[16],[17],[18] ; réédition, Paris, Robert Laffont, coll. « Pavillons poche », 2019, 416 p. (ISBN 978-2-221-24086-1)
  • Dom dzienny, dom nocny (1998)
    Maison de jour, maison de nuit, traduit par Christophe Glogowski, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Pavillons. Domaine de l'Est », 2001, 300 p. (ISBN 2-221-09240-6)[19]
  • Anna In w grobowcach świata (2006, littéralement : Anna dans les tombeaux du monde)
  • Bieguni (2007) - Prix Nike 2008
    Les Pérégrins, traduit par Grażyna Erhard, Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, coll. « Littérature étrangère », 2010, 380 p. (ISBN 978-2-88250-241-4)[20],[5]
  • Prowadź swój pług przez kości umarłych (2009, Littéralement: Conduisez votre charrue à travers les os des morts) – roman
    Publié en français sous le titre Sur les ossements des morts, traduit par Margot Carlier, Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, coll. « Littérature étrangère », 2012, 298 p. (ISBN 978-2-88250-260-5)[21] ; réédition, Paris, Libretto, coll. « Littérature étrangère » no 473, 2014, 281 p. (ISBN 978-2-36914-115-0)
  • Księgi Jakubowe (2014)[22],[23] 
    Publié en français sous le titre Les Livres de Jakób, traduit par Maryla Laurent, Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, 2018, 1040 p. (ISBN 978-2-88250-525-5)
  • Zgubiona dusza (2017, littéralement : Âme perdue)

Recueils de nouvelles

  • Szafa (1997, littéralement : Garde-robe), recueil de trois nouvelles
  • Gra na wielu bębenkach (2001, littéralement : Il joue sur de nombreux tambours)
  • Ostatnie historie (2004)
    Récits ultimes, traduit par Grażyna Erhard, Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, coll. « Littérature étrangère », 2007, 252 p. (ISBN 978-2-88250-197-4)
  • Opowiadania bizarne (2018)[24] 
    Histoires bizarroïdes, traduit par Maryla Laurent, Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, coll. « Littérature étrangère », 2020, 192 p. (ISBN 978-2-88250-657-3)

Essais

  • Lalka i perła (2001, littéralement : Poupée et perle), essai
  • Moment niedźwiedzia (2012, littéralement : Le moment de l'ours)

Poésie

  • Miasto w lustrach (1989, Littéralement : La ville en miroir), recueil de poèmes

Autres publications

  • E.E. (1995), texte sur une certaine Erna Eltzner
  • Opowieści wigilijne (2000, littéralement : Contes de Noël), écrit en collaboration avec Jerzy Pilch et Andrzej Stasiuk
  • Zielone dzieci (2016) - Petit conte philosophique
    Les Enfants verts[25], traduit par Margot Carlier, Lille, Éditions La Contre Allée, coll. « Fictions d'Europe »[26], 2016, 96 p. (ISBN 978-2-91781-750-6)
Olga Tokarczuk en 2017.

Prix et récompenses

Nominations

Annexes

Notes et références

  1. « STOWARZYSZENIE KULTURALNE "GÓRY BABEL" | Rejestr.io », sur rejestr.io (consulté le 10 octobre 2019).
  2. a et b « Le Nobel sacre deux écrivains de la Mitteleuropa, Olga Tokarczuk et Peter Handke », sur Arte (consulté le 13 octobre 2019).
  3. (uk)Галицький Кореспондент, Ольга ТОКАРЧУК: “Коли бачу вулицю Бандери, у мене мороз по шкірі” , 25 septembre 2011
  4. a b c d e f et g (en) AFP, « Poland's Olga Tokarczuk: perpetual motion literature », Yahoo News, France 24,‎ (lire en ligne).
  5. a b et c Julien Burri, « Olga Tokarczuk marie le ciel et l’enfer » [archive du 4 septembre 2012], L'Hebdo (consulté le 5 octobre 2012).
  6. « Olga Tokarczuk », sur le site de Granta (consulté le 5 octobre 2012).
  7. a b c d et e (en) Claire Armitstead, « Olga Tokarczuk: the dreadlocked feminist winner the Nobel needed », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  8. (en) « Olga Tokarczuk: 'Literature is meant to provoke thought' », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne).
  9. « Les Livres de Jakób », Télérama,‎ (lire en ligne).
  10. « Prix Nobel de littérature : Olga Tokarczuk, Polonaise cent frontières », Libération,‎ (lire en ligne).
  11. « Nobel de littérature: La Polonaise Olga Tokarczuk et l'Autrichien Peter Handke récompensés », sur Le Temps, (consulté le 3 décembre 2019).
  12. « Olga Tokarczuk reçoit son Nobel avec un an de retard, mais s'excuse de l'avoir annoncé deux heures trop tôt », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  13. a b et c (en) « Olga Tokarczuk: Poland's "Patriots" Struggle To Accept The Nobel Prize », sur Quillette, (consulté le 13 octobre 2019).
  14. « Un livre d'Olga Tokarczuk, Nobel 2018, à la main et on voyage gratuitement à Wroclaw en Pologne », France Info,‎ (lire en ligne).
  15. « Nobel de littérature : la Polonaise Olga Tokarczuk, écrivaine au carrefour des peuples, distinguée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2019).
  16. « Dieu, le temps, les hommes et les anges, Olga Tokarczuk — Le Dévorateur », sur Le Dévorateur, (consulté le 6 juillet 2020).
  17. Mapero, , sur Blog.com, W O D K A, (consulté le 6 juillet 2020).
  18. « Olga Tokarczuk, de Dieu, le temps, les hommes et les anges au Prix Nobel - Le Courrier d'Europe centrale », sur Le Courrier d'Europe centrale, (consulté le 6 juillet 2020).
  19. Philip Marsden. The Observer, « Poles apart », sur The Guardian, (consulté le 5 octobre 2012)
  20. « Les Pérégrins, Olga Tokarczuk », sur Le Magazine Littéraire, (consulté le 5 octobre 2012)
  21. Baptiste Liger, « Le polar zoologique d'Olga Tokarczuk », sur L'Express.fr, (consulté le 5 octobre 2012)
  22. « J’ai en premier lieu voulu écrire un essai, mais, très vite, je me suis aperçue que le sujet est si puissant qu’il pulvérise les limites de la non-fiction in « Le roman a le pouvoir d’amener le lecteur à une sorte de transe » », entretien avec Olga Tokarczuk, propos recueillis par Nicolas Weill, journal Le Monde des livres du , p. 2.
  23. « Olga Tokarczuk », sur Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, (consulté le 13 octobre 2019)
  24. https://www.lemonde.fr/livres/article/2020/10/16/histoires-bizarroides-les-tendres-fins-du-monde-d-olga-tokarczuk_6056228_3260.html
  25. Olga Tokarczuk, « Fictions d'Europe, un regard d'écrivains sur l'Europe » (consulté le 14 octobre 2019)
  26. « Fictions d'Europe » (consulté le 14 octobre 2019)
  27. a b et c (en) « Olga Tokarczuk Wins Nobel Prize for Literature », Culture.pl,‎ (lire en ligne).
  28. « Tous les lauréats des prix "Transfuge" 2018 », sur Livres Hebdo (consulté le 13 octobre 2019).
  29. « Edition 2018 – Fondation Jan Michalski » (consulté le 10 octobre 2019).
  30. « Poland’s Tokarczuk wins French literary award », sur PolskieRadio.pl (consulté le 13 octobre 2019).
  31. « Le Femina dévoile ses premières sélections 2018 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2018).

Bibliographie - Médias

Liens externes