Mohammed Harbi

Mohammed Harbi
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Conflit

Mohammed Harbi, né le à El Harrouch près de Skikda, est un ancien haut fonctionnaire, historien et universitaire algérien, spécialiste de la vie politique et de l'histoire de l'Algérie, ancien membre du FLN.

Biographie

Durant la guerre d'Algérie, Mohammed Harbi exerce d'importantes responsabilités au sein du FLN, notamment comme ambassadeur en Guinée (1960-1961) puis secrétaire général du ministère des Affaires étrangères (de septembre 1961 à septembre 1962). Il a participé aux premières négociations des accords d'Évian. Il est notamment le contact entre le FLN et le Parti communiste internationaliste (PCI, trotskiste pabliste)[1].

Il fut un collaborateur du vice-président du GPRA, Belkacem Krim.

Conseiller d'Ahmed Ben Bella, il est emprisonné en 1965 après le coup d'État de Houari Boumédiène jusqu'en 1968. En 1971, il est mis en résidence surveillée et interdit de séjour dans les grandes villes. Il s'évade et rejoint la France en 1973[2].

Il est l'un des premiers historiens à décrire le fonctionnement du FLN de l'intérieur dans son livre Aux origines du FLN. Le populisme révolutionnaire en Algérie (1975). Il y dévoile notamment le fossé entre les idéaux de certains de ses membres et les méthodes adoptées par le parti nationaliste :

« Nos idéaux étaient en contradiction avec les moyens qu’imposaient nos dirigeants pour les faire triompher. Libertaire de conviction, […] je me retrouvais dans une organisation où l’autoritarisme plébéien inculquait à chacun que le mal se convertit en bien sitôt qu’il se fait au nom de la révolution. Je souffrais du recours à des pratiques telles que l’égorgement, les mutilations (nez ou oreilles coupées) et du discrédit que les tueries faisaient peser sur nous…. »

Il devient enseignant de sociologie et d'histoire à l’université de Paris VIII (1975-1978), à Paris-V (1976-1980) et Paris-VII (1985-1989). Il est maître de conférences puis professeur à l'université Paris-VIII et est actuellement professeur émérite. Il ne retourne en Algérie qu'en 1991[4].

Mohammed Harbi est l'auteur de nombreux ouvrages de référence sur l'histoire de la révolution algérienne. Il est membre du comité de parrainage du tribunal Russell sur la Palestine, dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.

Publications

  • Le FLN : Documents et histoire, 1954-1962, (en collaboration avec Gilbert Meynier) Fayard, 2004
  • La Guerre d'Algérie, 2004 (en collaboration avec Benjamin Stora)
  • Une vie debout : mémoires, 2001
  • L'Algérie et son destin. Croyants ou citoyens, 1993
  • L'Islamisme dans tous ses états (dir.), 1991
  • La guerre commence en Algérie, 1984
  • Le FLN, mirage et réalité des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), éditions Jeune Afrique, 1980
  • Les Archives de la révolution algérienne, 1981
  • Aux origines du FLN. Le populisme révolutionnaire en Algérie, 1975
  • Avec Sylvain Pattieu, Les Camarades des frères : trotskistes et libertaires dans la guerre d'Algérie, Syllepse, 2002, 2018 (ISBN 2-913165-82-6).

Autres

  • François Cerutti, D'Alger à Mai 68 : mes années de révolution, Spartacus, 2010, avant-propos de Mohammed Harbi[5]

Notes et références

  1. Christophe Nick, Les Trotskistes, Fayard, 2002, p. 381-409.
  2. « Mohammed Harbi. Le FLN, mirage et réalité des origines à la prise du pouvoir (1945-1962) » (compte rendu), Gérard Chaliand, Politique étrangère, Année 1981, Volume 46, Numéro 1, pp. 231-232.
  3. Le FLN, mirage et réalité,, 2001.
  4. (fr) (notice BnF no FRBNF42229724)

Voir aussi

Correspondance

  • Guy Debord, Correspondance, volume 4, Fayard, 2004
    Ce volume contient une lettre amicale de Debord à Harbi datée du 9 décembre 1969.

Articles connexes

Liens externes