Moïse Maïmonide

Moïse Maïmonide
Maimonides-2.jpg
Moïse Maïmonide (selon une représentation artistique fréquente)
Naissance
Décès
Sépulture
Formation
École/tradition
Principaux intérêts
Idées remarquables
Accord entre la Loi et la raison
Œuvres principales
Influencé par
A influencé
Père
Enfant
signature de Moïse Maïmonide
signature

Moshe ben Maïmon, plus couramment connu en français sous le nom de Moïse Maïmonide (hébreu : הרב משה בן מימון HaRav Moshé ben Maïmon ; arabe : أبو عمران موسى بن ميمون بن عبد الله القرطبي اليهودي Abou Imran Moussa ibn Maïmoun ibn Abdallah al-Kourtoubi al-Yahoudi « Moïse fils de Maïmoun ibn Abdallah le cordouan juif » ; grec ancien : Μωυσής Μαϊμονίδης Moyses Maïmonides) et référé dans la littérature juive par son acronyme HaRambam (הרמב"ם « le Ramba"m »), est un rabbin séfarade du XIIe siècle né à Cordoue le et mort à Fostat, le , considéré comme l’une des plus éminentes autorités rabbiniques du Moyen Âge.

Talmudiste, commentateur de la Mishna, jurisconsulte et décisionnaire, il est l’auteur du Mishné Torah, l’un des plus importants codes de loi juive. Philosophe, métaphysicien et théologien, il entreprend comme son contemporain Averroès une synthèse entre la révélation et la vérité scientifique, laquelle est représentée de son temps par le système d’Aristote dans la version arabe d’Al-Fârâbî. Médecin de cour et astronome, il publie aussi des traités dans ces domaines qui accroissent son prestige parmi ses contemporains. Dirigeant de la communauté juive d’Égypte, il s’emploie à juguler l’influence du karaïsme et répond aux questions et requêtes de centres aussi éloignés que l’Irak et le Yémen. Il est cependant accueilli avec plus de circonspection voire d’hostilité en France et en Espagne, où ses écrits et son rationalisme sont sujets à controverse des siècles durant, comme en témoigne son épitaphe qui mentionne d’abord « ci-gît […] le meilleur des hommes », remplacée par « […] un hérétique excommunié » avant la plus célèbre:

« De Moïse à Moïse, il n’y en a aucun comme Moïse. »

L’histoire retient en effet de Maïmonide la dernière appréciation, et il est l’une des rares autorités juives à avoir influencé les mondes arabo-musulman et chrétien, notamment Thomas d'Aquin, qui le surnomme « l’Aigle de la Synagogue »[1].

Biographie

Statue de Maïmonide dans l’ancienne Juderia de Cordoue.

Moshe ben Maïmon naît à Cordoue en Espagne en 1138, qui est alors sous la domination de la dynastie berbère des Almoravides[note 1]. Sa famille a pris le nom d’Ibn Abdallah, et siège au tribunal rabbinique de la ville depuis sept générations[note 2]. Son père, Rabbi Maïmon ben Yossef HaDayan, est une autorité respectée, consultée de part et d’autre de la communauté juive arabophone. Il assume, après la mort de son épouse, le parentage de Moïse, et lui transmet les enseignements de Joseph ibn Migash, que Maïmonide désigne dans ses écrits comme son maître, bien qu’il soit mort alors que Moïse avait trois ans. Maïmonide se considère aussi comme le disciple des maîtres de Joseph ibn Migash, Isaac Alfassi et Hananel ben Houshiel, et il acquiert une connaissance solide des enseignements de Samuel ben Hofni, l’un des derniers gueonim qui influencera sa méthode[2]. Il manifeste aussi un intérêt précoce pour les sciences et la philosophie grecque, qu’il dit avoir lu avec le fils de Jabir Ibn Aflah dans les traductions arabes[3].

La maison de la famille Maïmoun à Fès.

Alors qu’il a 10 ans, Cordoue est conquise par les Almohades, qui entendent revenir à un islam sans compromis avec les influences extérieures. Il ne peut donc y avoir sur leurs possessions de non-musulmans ; la dhimma qui leur imposait un statut de citoyen inférieur mais leur accordait dans le même temps une mesure de protection pour peu qu’ils s’acquittent de leurs tâches, est abolie et ils n’ont dès lors plus pour choix que la mort, la conversion ou l’exil. La famille Ibn Abdallah, qui comprend désormais un fils David et une fille dont nous ne connaissons pas le nom, erre dans le sud de l’Espagne pendant dix ans avant de rejoindre Fès au Maroc. Elle y demeure environ cinq ans, au cours desquels Maïmonide aurait fréquenté l’université Al Quaraouiyine[4], jusqu’à ce que la ville devienne à son tour le théâtre de disputes et persécutions sur fond d’intolérance religieuse, et que le rabbin Yehouda Hacohen Ibn Shoushan, directeur de l’académie talmudique locale, meure en martyr pour avoir refusé la conversion à l’islam. La famille fait route vers la terre d’Israël dix jours plus tard.
Le parcours singulier des Ibn Abdallah, qui se dirigent vers le centre du pouvoir de la dynastie almohade plutôt que de le fuir, suscite des légendes — dont l’une d’elles, inspirée de l'histoire de Rabbi Shimon bar Yohaï, raconte que Maïmonide dut se cacher sept ans dans une grotte pour échapper à la vindicte — mais aussi des interrogations sur une éventuelle conversion de la famille à l’islam, fût-ce du bout des lèvres, pendant cette période[note 3].

Rabbi Maïmon et sa famille sont accueillis par le rabbin Yefet ben Eliyahou, dirigeant de la communauté de Saint-Jean d’Acre (Akko), avec lequel il était probablement en relation épistolaire. Il les mènera cinq mois plus tard en pèlerinage sur le mont du Temple à Jérusalem, ainsi que dans le tombeau des Patriarches à Hébron. Moïse Maïmonide se fait connaître du monde juif lorsqu’il joue un rôle instrumental dans la rescousse des Juifs de Bilbéis, pris en otage lors du siège de cette ville par le roi Amaury ; accomplissant le devoir religieux de rédemption des captifs, Maïmonide correspond avec cinq communautés de Basse-Égypte, obtient d’eux la rançon réclamée, et fait parvenir la somme par deux juges, dépêchés en Palestine pour négocier la libération avec les Croisés[5]. Les Ibn Abdallah reprennent une nouvelle fois la route vers l’Égypte, contraints à ce choix par la précarité des conditions de vie à Saint-Jean d’Acre, à moins que le rôle joué par Maïmonide dans la rédemption des Juifs de Bilbéis ne lui ait ouvert de nouvelles perspectives[5]. Rabbi Maïmon meurt à Alexandrie, et son corps est rapatrié à Tibériade pour y être enterré.

D’Alexandrie, Maïmonide, son frère David et sa sœur, font route vers Fostat, en périphérie du Caire, où il est nommé Raïs al Yahoud (« dirigeant des Juifs ») vers 1171.

Fostat au début du XX° s.

Tout en assurant la direction spirituelle de la communauté juive, Maïmonide publie un lexique de logique à l’intention des Juifs de langue arabe, et un commentaire sur la Mishna qui affermissent sa réputation, consacrant ses journées à l’étude tandis que David assure leur subsistance par le commerce de pierres précieuses.

Vers 1177, le jeune frère de Maïmonide, déjà marié et père d’une fille, se rend sur les instructions de son frère au port d’Aidab, au Soudan. Peu impressionné par ce qu’il y trouve, il décide de tenter sa chance aux Indes mais l’embarcation qui l’y emmène sombre corps et biens. Après une longue période de deuil, Maïmonide, qui ne souhaite pas monnayer ses connaissances en Torah ou en philosophie, choisit d’exercer la médecine qu’il avait commencé à étudier à Cordoue puis à Fès. Il devient médecin attitré du vizir Al Qadi al Fadil, secrétaire de Saladin, puis du fils du sultan et du reste de sa famille. C’est au cours de cette période de sa vie, qu’il décrit à Samuel Ibn Tibbon comme harassante, que Maïmonide rédige le meilleur de son œuvre. Après avoir perdu sa femme et sa fille dans une épidémie, il se remarie avec la fille de Mishaël Halevi et donne naissance à un fils, Avraham Maïmonide, qui succédera à son père à la tête de la communauté juive d’Égypte et s’illustrera également comme médecin et penseur éminent.

Il meurt à Fostat, mais aurait demandé et obtenu d’être enterré à Tibériade, aux côtés de son père (d’autres traditions situent cependant sa tombe en Égypte et même à Fès).

Œuvre

Moïse Maïmonide est l’auteur d’une abondante littérature légale, sous la forme de commentaires ou d’épîtres mais aussi d’un code accessible au tout-venant, conçu pour remédier à la dispersion millénaire des règles de la pratique juive et devenu presqu’immédiatement l’un des socles de la Loi juive. Il compose également de nombreux traités sur les sciences, fort appréciés des savants de son temps ainsi qu’une somme philosophico-théologique où il entend concilier science et foi et qui consiste, hors du monde juif, son apport le plus important à ce jour. Maïmonide y expose une doctrine assez similaire à celle d’Averroès où la recherche sans préjugés de la « vérité scientifique » n’amène pas, malgré les nombreuses différences entre Moïse et Aristote, à exclure Dieu mais à mieux connaître sa perfection[6].

Signature de Maïmonide.

Œuvres précoces

Maïmonide compose dans sa jeunesse plusieurs esquisses en hébreu rabbinique ; elles n’ont pour la plupart pas été conservées et ne sont connues que par des mentions dans quelque pièce de correspondance, comme un projet de traité sur les points difficiles du Talmud de Babylone ou par des fragments, comme un compendium des lois du Talmud de Jérusalem, analogue à celui d’Isaac Alfassi sur le Talmud de Babylone. Deux œuvres échappent cependant au lot commun: un traité sur le calendrier juif et l’embolisation des années sera intégré au code de Maïmonide, et d’autre part, un lexique propédeutique des termes utilisés en logique aristotélicienne qui sera traduit par Moïse ibn Tibbon en hébreu (d’aucuns contestent cependant l’attribution de ce traité à Maïmonide)[7].

Le talmudiste et décisionnaire

Nommant son grand-œuvre d'après un verset du Deutéronome, Maïmonide, se basant sur les travaux du Rif, rassemble, avec une grande systématisation, toutes les décisions halakhiques et législatives dispersées dans le Talmud, et y joint les opinions des Gueonim.

Maïmonide enseignant la "Mesure de l'homme". Enluminure dans un manuscrit hébraïque de 1347.

Rédigé en hébreu, son ambition avouée est de permettre à tout Juif de connaître la conduite à tenir, quand bien même il ignorerait tout de la Torah ou du Talmud. Dans sa lettre à R' Pinhas haDayan, il se défendra de vouloir supprimer l'étude du Talmud. Par ailleurs, dans un souci de concision, Maïmonide n'inclut pas les références (ni, disent certains[Qui ?], toutes les opinions, n'hésitant pas à se poser en juge de ce qui est valable ou non en matière de Halakha).

Pour ces raisons, bien que le Mishné Torah soit actuellement considéré comme précurseur des « Quatre Colonnes » (Arbaa Tourim) et du Choulhan Aroukh, il rencontra en son temps un succès magistral, mais aussi une résistance farouche, et les controverses entre « maïmonidiens » et « antimaïmonidiens » devaient se poursuivre des siècles durant. L'attitude maïmonidienne de « critique rationaliste » de l'exégèse traditionnelle est aussi à l'origine de ces controverses, rappelle Maurice-Ruben Hayoun, spécialiste de sa pensée[8].

Les plus grands contradicteurs de Maïmonide furent les rabbins de Provence, en particulier Rav Abraham ben David de Posquières (RabaD). Cependant, il ne faut pas y voir d'attaque au sens propre. En faisant des objections aux positions de Maïmonide, RabaD ne veut ni remettre son avis en doute, ni exposer ses opinions personnelles. Il veut simplement montrer qu'il « peut exister » une opinion s'opposant à celle de Maïmonide. Sa critique se trouve en marge de pratiquement toutes les éditions du Mishné Torah.

Philosophe et théologien

Le Guide des Egarés en arabe, v. 1200-1400.

« Il n’y a aucun moyen de percevoir Dieu autrement que par ses œuvres ; ce sont elles qui indiquent son existence et ce qu’il faut croire à son égard, je veux dire ce qu’il faut affirmer ou nier de lui. Il faut donc nécessairement examiner les êtres dans leur réalité, afin que de chaque branche de science, nous puissions tirer des principes vrais et certains pour nous servir dans nos recherches métaphysiques. Combien de principes ne puise-t-on pas, en effet, dans la nature des nombres et dans les propriétés des figures géométriques, principes par lesquels nous sommes conduits à connaître certaines choses que nous devons écarter de la Divinité et dont la négation nous conduit à divers sujets métaphysiques ! Quant aux choses de l’astronomie et de la physique, il n’y aura, je pense, aucun doute que ce ne soient des choses nécessaires pour comprendre la relation de l’univers au gouvernement de Dieu, telle qu’elle est en réalité et non conformément aux imaginations »

— Moïse Maïmonide, Guide des égarés (des perplexes pour une traduction plus fidèle).

Outre son petit lexique des termes philosophiques (Peroush Milei HaHigayon), les principales contributions de Maïmonide à la philosophie juive, et à la philosophie en général, furent le monumental Guide des égarés et le Traité des Huit Chapitres, introduction philosophique au Traité des Pères.

Davantage éduqué dans la lecture des travaux des grands penseurs musulmans que dans le contact personnel avec leurs auteurs, il développa, outre une connaissance intime de la philosophie arabe, une maîtrise des doctrines d'Aristote. Toute son œuvre vise à réconcilier la philosophie aristotélicienne et la science avec les enseignements de la tradition juive. En ce sens, le spécialiste de sa pensée Maurice-Ruben Hayoun écrit que « Nul n'a synthétisé avec autant de netteté les doctrines cardinales du judaïsme pour tenter de les rapprocher de l'enseignement du philosophe stagirite »[8].

Les 13 principes de la foi

Commentaires de la Mishnah en judo-arabe par Maïmonide.

Énoncés par Maïmonide pour la première fois dans son Commentaire sur la Mishna (traité Sanhédrin 10:1), ils furent soumis à des critiques ardentes, comme pratiquement tous ses écrits.

Ils furent néanmoins rapidement considérés comme fondamentaux, et ont été versifiés sous forme de l'hymne Ygdal. On les connaît néanmoins sous leur forme originale, Ani Maamin ... (« J'ai foi »).

Les 13 principes portent sur[9] :

  1. L'existence de Dieu. « Je crois d'une foi entière que le Créateur, que Son Nom soit béni, est le Créateur et Maître de toutes les créatures, et que Lui seul fit, fait, fera toutes choses. »
    • Dieu peut tout, sait tout, et Il n'a pas de limite - Il Est sans limites, et aucune limite ne L'entrave, ce qui explique qu'Il puisse S'occuper du monde et de chacun simultanément. C'est Lui qui a créé le mal (Isaïe l'écrit explicitement).
  2. L'unité de Dieu. « Je crois d'une foi entière que le Créateur, que Son Nom soit béni, est Un et Unique; Il est Un dans une Unité comme il n'y en a nulle autre; et Lui seul fut, est, sera notre Dieu. »
    • Dieu est Un. Il Est non pas Un et Unique, mais l'Un et l'Unique - fondement du monothéisme, pour lequel non seulement il n'y a qu'Un Créateur du monde, mais en outre, Il ne fait qu'Un avec le Dieu providentiel garant de la morale, et du libre arbitre de l'homme. Sil est nommé par différents Noms, c'est que les hommes, incapables de Le comprendre, car Il les transcende complètement, sont obligés d'exprimer Ses différents aspects dans le monde.
  3. Son caractère incorporel. « Je crois d'une foi entière que le Créateur, que Son Nom soit béni, est incorporel; qu'Il est libre de toute représentation et propriété anthropomorphique, et qu'Il n'a aucune ressemblance. »
    • Dieu est non-physique, incorporel et éternel, c'est-à-dire intemporel - Toutes les sentences anthropomorphistes dans la Bible et la littérature rabbinique sont des à-peu-près du langage, ou des métaphores ; il serait impossible de parler au commun de Dieu sans elles.
  4. Sa priorité ontologique. « Je crois d'une foi entière que le Créateur, que Son Nom soit béni, est le premier et le dernier ».
    • Il est antérieur au monde, lequel n'est donc pas éternel, contrairement à ce que pense Aristote.
  5. L'interdiction de l'idolâtrie. « Je crois d'une foi entière que le Créateur, que Son Nom soit béni, est le Seul auquel l'on peut adresser ses prières, et qu'il est inapproprié d'adresser ses prières à quiconque d'autre ».
    • Ce fut la faute des gens de la génération d'Enosh, et les sources de l'idolâtrie, selon la Bible,,lorsque les gens commencèrent à prier des corps célestes, comme le soleil, ou séparés, comme des anges,d'intercéder auprès de Lui en leur faveur.
  6. La vérité de la prophétie. « Je crois d'une foi entière que tous les mots des Prophètes sont vérité ».
  7. L'unicité de la prophétie mosaïque. « Je crois d'une foi entière que la prophétie de Moïse notre maître, la paix soit sur lui, était vraie, et qu'il fut le père de tous les Prophètes, ceux qui l'ont précédé et ceux qui l'ont suivi ».
    • La Bible hébraïque - et beaucoup de croyances rapportées dans la Mishna et le Talmud - est considérée comme fruit d'une révélation divine, ainsi que les dits des prophètes (même si, par ailleurs, Maïmonide rationalise la prophétie, sa thèse étant que le prophète parfait ne fait qu'un avec le philosophe parfait) - L'expression de cette relation, et ce qu'on entend exactement par « divin » lorsqu'on parle d'un livre, est, a toujours été, et sera encore source de dissensions au sein des Juifs, menant à divers courants théologiques.
  8. L'origine divine de la Torah. « Je crois d'une foi entière que toute la Torah que nous possédons actuellement fut donnée à Moïse notre maître, que la paix soit sur lui ».
  9. L'authenticité de la Torah. « Je crois d'une foi entière que cette Torah ne sera pas changée, et qu'il n'y aura aucune autre Torah donnée par le Créateur, que Son Nom soit béni ».
  10. L'omniscience de Dieu. « Je crois d'une foi entière que le Créateur, que Son Nom soit béni, connaît tous les actes et toutes les pensées des humains, ainsi qu'il est dit (Psaumes 33:15) : " C'est Lui qui façonne les cœurs de tous, Lui qui perçoit tous leurs actes " ».
    • Allusion à la philosophie d'Aristote, qui professe que Dieu ne connaît pas le particulier, et que Ses actes intéressent la collectivité, et non l'individu. Cependant, Sa prescience n'exclut en rien le fait qu'Il nous ait donné le libre arbitre, sans quoi l'article suivant n'aurait pas de sens
  11. La récompense et la punition. « Je crois d'une foi entière que le Créateur, que Son Nom soit béni, récompense ceux qui suivent Ses commandements, et punit ceux qui les transgressent ».
    • L'âme est pure à la naissance, et les êtres humains ont un libre arbitre, avec tant un « yetzer ha'tov » (bon penchant) qu'un « yetzer ha'ra » (mauvais penchant), qui les entraînent à faire des « bonnes » ou « mauvaises » actions. Encore tout n'est-il pas manichéen : le yetser hara peut conduire à de bonnes actions, et inversement ; « l'enfer est pavé de bonnes intentions »etc.
    • Par ailleurs, les gens peuvent « revenir » de leurs péchés par des actes et des paroles, sans intermédiaires, par la prière (tefilla), la pénitence (teshouva), et la tsedaka (aumône), si cela s'accompagne d'une sincère décision de ne plus commettre ces actes inacceptables et s'ils ont fait amende honorable envers ceux et celles qu'ils ont lésés. « Il y a toujours moyen de revenir à Dieu. »
  12. Le Messie. « Je crois d'une foi entière à la venue du Messie, et même s'il tarde, j'attendrai chaque jour sa venue ».
    • Il y aura un mashia'h (Messie), ou peut-être une ère messianique.
    • La figure du Messie eut par ailleurs une grande portée dans l'histoire des Juifs, puisqu'il fut utilisé par les polémistes chrétiens (souvent des Juifs apostats) contre les Juifs eux-mêmes, et entraîna la rédaction des Ikkarim de Joseph Albo
  13. La résurrection. « Je crois d'une foi entière que la résurrection des morts se produira au moment voulu par le Créateur, que Son Nom soit béni, et que Son souvenir soit exalté pour toujours, à jamais ».

La théologie négative

Manuscrit contenant des traductions en hébreu de divers ouvrages de Maïmonide à l'origine en arabe, 1300-1400. Cliquer pour développer.

Maïmonide s’appuie sur la tradition rabbinique, sur le Talmud notamment, mais aussi sur l’œuvre de Philon d'Alexandrie, le plus célèbre représentant de l’école judéo-platonicienne d’Alexandrie au Ier siècle de l’ère chrétienne, et en particulier sur la théologie négative conçue par Philon.

Dans son ouvrage De Somnis (Des rêves), Philon affirme que Dieu n’est pas connaissable par l’intelligence, ni saisissable par la sensibilité. Dieu reste à jamais indicible (arrêtos) et incompréhensible (akatalêptos), selon Philon[10]. Maïmonide reprend les mêmes bases. « L’existence [de Dieu] et l’existence de ce qui est hors de lui, ne s’appellent l’une et l’autre « existence » que par homonymie », selon Maïmonide[11]. Dieu n’est qu’une « manière de parler ». Dieu n’est qu’une métaphore ou une allégorie, pour Maïmonide, qui précise : « Cela doit suffire aux enfants et au vulgaire pour établir dans leur esprit qu’il existe un être parfait, qui n’est point un corps, ni une faculté dans un corps[11]. » De la même façon, explique Hayoun, Dieu ne possède pas l'attribut de la parole, qui ne peut lui être donné que par homonymie. « La voix qui fut perçue sur le mont Sinaï était une voix créée »[12].

C’est ce qui a conduit des commentateurs modernes de Maïmonide comme Leo Strauss[13] ou Shlomo Pinès[14] à supposer que Maïmonide destinait ses professions de foi à un public de croyants respectables, mais peu instruits.

L’ésotérisme occupe une place fondamentale chez Maïmonide, selon Strauss[13], d’autant que Maïmonide se situait à une époque où la liberté d’expression n’était nullement acquise. Ce caractère « ésotérique » chez Maïmonide intègre pleinement la tradition juive, dans la mesure même où elle postule que le texte saint réclame toujours une interprétation, pour Strauss[13]. L’ésotérisme de Maïmonide fonde une « maïeutique », un questionnement appuyé, non sur la nécessité de foi, mais sur celle de la loi et de sa rationalité, un questionnement destiné à « déterminer la vocation philosophique des hommes supérieurs que l'esprit du siècle fait tomber dans le désarroi », selon Pinès[14]. La maïeutique maïmonidienne, inscrite implicitement au cœur du Guide des égarés, ne se confond pas avec une « religion », au sens strict du terme, pour Pinès[14]. Hayoun ajoute que le Guide des égarés se présente comme un « livre ésotérique », qui ne doit pas être mis « entre toutes les mains »[15].

Le discours de Maïmonide prend un aspect explicitement religieux pour répondre à des exigences d'ordre social, mais sans incorporer une croyance qui s’impose à soi d’elle-même. « Maïmonide parle de véracité, pas de croyance. Il dit ou, plutôt, sous-entend que la connaissance, et la connaissance seulement, de cet étant premier est le premier des commandements », en affirmant que « l’édifice des mondes repose sur un savoir premier, une pensée, un da’at, jamais sur une foi initiale », selon Bernard-Henri Lévy[16].

Maïmonide et la Cabale

Dat Yisrael Vol 1, Seder Avodah, New-York, 1897.

Les ouvrages de Maïmonide ont joué un rôle majeur dans la transmission en Occident médiéval de la philosophie néo-aristotélicienne élaborée dans les grandes capitales arabes, de sorte que Maïmonide passe, à juste titre, pour un philosophe rationaliste, voué à concilier les impératifs de la raison et ceux de la foi. Pour autant, Maïmonide ne se réduit pas à cet aspect de son œuvre, selon Léo Strauss.

Le rationalisme issu d'Aristote ne constitue que la part exotérique de la pensée maïmondienne, mais sa part ésotérique, issu de la tradition proprement juive, laisse entrevoir un tout autre aspect dans son œuvre, en préfigurant la littérature cabalistique, selon Straus. « En fait, comme il semble qu’il n’y a pas existé de Cabale, au sens strict, avant l’achèvement du Guide, on pourrait même suggérer que Maïmonide fut le premier cabaliste », note Strauss[13].

C’est là un paradoxe, puisqu’en Occident les écoles maïmonidiennes se sont affrontées, parfois très durement, aux écoles cabalistiques. Néanmoins Maïmonide a exercé une influence considérable sur de grands cabalistes comme Azriel de Gérone[17] ou Abraham Aboulafia[18]. Les descendants de Maïmonide eux-mêmes fonderont au Caire une école mystique proche des écoles cabalistiques occidentales. Cela corrobore la thèse de Strauss, même si elle ne fait pas l’unanimité pour autant.

Le Traité de logique ou les mots de la logique

Maïmonide écrivit vers sa vingtième année un traité de logique aristotélicienne très inspiré par Al-Fârâbî. Cet ouvrage, chef-d'œuvre de concision, est un exemple de pédagogie. Le traité est rédigé en arabe. Il fut, dans les années qui suivirent la mort du maître survenue en 1204, traduit en hébreu[19]. Il expose l’essentiel de la logique aristotélicienne telle que l’enseignaient les grands penseurs persans, Avicenne et surtout Alfarabi, « le deuxième Maître », le premier étant évidemment Aristote.

Mais à la différence du philosophe grec, Maïmonide s'en remet à un déterminisme astral, tout comme Averroès, chez qui s'exprime une « apologie à peine voilée du rôle des astres dans l'opération de l'entendement humain »[20]. Dans son édition du Traité, Rémi Brague souligne qu’Alfarabi est le seul philosophe qui y soit nommé. Dans les versions hébraïques, le Traité s'intitule Les Mots de la logique. Maïmonide explique à l’honnête homme le sens technique des mots utilisés par le logicien. Partant des mots, dûment inventoriés, pour aller aux choses désignées, le Traité tient du lexique mais il reste un exposé ordonné, où les chapitres se succèdent rationnellement. Un chapitre présente une grappe de notions associées. Le sens des mots y est expliqué avec concision et illustré par des exemples clairs. À la fin de chaque chapitre, Maïmonide dresse soigneusement la liste des mots étudiés. L’ouvrage est un modèle, un chef-d’œuvre de clarté et de concision.

La Lettre sur l'astrologie

Plaque apposée sur la synagogue Moses ben-Maimon, quartier juif d'el-Muski, Le Caire, Egypte.

Maïmonide critique la pratique de l'astrologie chez les savants juifs de son temps dans sa Lettre sur l'astrologie. Par exemple, Abraham bar Hiyya et Abraham ibn Ezra soutiennent l'astrologie, d'après la notice que René Lévy consacre à sa traduction de la Lettre[21]. En outre, Maïmonide considère l'ouvrage arabe Agriculture nabatéenne d'Ibn Wahshiyya comme « le plus important traité d'astrologie » (Guide, III, 29)[22].

Maïmonide s'oppose à l'astrologie. Sa Lettre est la réponse à une consultation provenant des rabbins de Montpellier[21]. Maïmonide leur reproche de confondre l'astrologie, qu'il qualifie de « sottise », avec la cosmologie. Il défend l'existence de la liberté liée à une certaine contingence du monde[23]. La Lettre fut rééditée de nombreuses fois, à partir de 1517, à l'époque de l'imprimerie au XVIe siècle, qui correspond à un regain de l'astrologie en Europe[24].

Maïmonide s'oppose au déterminisme strict impliqué selon lui par l'astrologie, explique son commentateur René Lévy[25]. Le philosophe écrit que « tous les discours des astrologues, qui prédisent ce qu'il adviendra, ou ce que le thème de nativité augure pour l'homme [...] sont de la pure sottise, nullement de la science »[26]. Il attribue l'invention de cette discipline aux Chaldéens, aux Égyptiens et aux Cananéens, et affirme que les Grecs n'ont jamais écrit un seul traité à ce sujet. Il pense aussi que les Perses considèrent cet art comme faux[26].

Selon René Lévy, Maïmonide entend par « Grecs » essentiellement les philosophes péripatéticiens, c'est-à-dire les successeurs et disciples d'Aristote, car le platonisme et le stoïcismes n'étaient pas opposés à l'astrologie. Mais Maïmonide va plus loin que les péripatéticiens eux-mêmes qui, s'ils critiquent l'astrologie, la restreignent au rang d'art, comme la médecine, parce que elle se fonde sur l'expérience et non sur des preuves. C'est le cas notamment pour Abraham bar Hiyya, Al-Fârâbî et Averroès. Maïmonide, lui, disqualifie entièrement l'astrologie[27].

Il établit une distinction nette entre l'astronomie, dont il loue les savants grecs, perses et indiens de nous avoir apporté la science, et l'astrologie. La première consiste à connaître « la nature des astres, de ce que sont leur nombre, leur grandeur et leur mouvement [...] » tandis que la seconde consiste à scruter les étoiles pour prédire l'avenir[28]. Contre les astrologues qui nient le libre-arbitre, Maïmonide réaffirme son existence : « Ni son thème, ni la nature ne déterminent [l'homme] dans le choix de l'une ou l'autre voie [servir Dieu ou l'impiété] »[29]. Sans le libre-arbitre en effet, les lois et les préceptes, qui interdisent ou exhortent, seraient inutiles[30].

Maïmonide distingue trois approches de la question de la liberté humaine : celle des astrologues, qui la nient parce qu'ils considèrent que tout est déterminé à l'avance par les influences astrales ; celle des philosophes, qui pensent que les actes humains sont fortuits et arrivent par hasard ; et celle de la Loi de Moïse, qui affirme que tout arrive par la volonté divine, c'est-à-dire selon la justice et la sagesse de Dieu. Cette troisième approche qu'adopte Maïmonide n'est pas contradictoire avec la notion de choix selon lui. Il ajoute cependant que « nous ne sondons pas la sagesse divine, et ne saurions justifier qu'Il amène telle destinée plutôt que telle autre, car Ses voies ne sont pas les nôtres, ni Ses desseins » (citation d'Isaïe, 55:8)[31].

Influence en philosophie

Le plus important critique de la philosophie maïmonidienne, et aristotélicienne en général, fut Hasdaï Crescas, l'auteur de Or Hashem. Sa critique entraîna de nombreux savants du XVe siècle à défendre les travaux de Maïmonide.

« Il est bien mieux et plus satisfaisant d'acquitter un millier de coupables que de mettre à mort une seule personne innocente », Maïmonide, 1260.

Maïmonide fut l'un des rares penseurs du judaïsme médiéval dont l'influence rayonna au-delà des cercles juifs. Ses œuvres exercèrent une influence durable sur la philosophie scolastique, et ses plus grandes figures, Albert le Grand, Thomas d'Aquin et Duns Scot.

Cette influence perdura jusqu'aux Lumières : Spinoza, Moïse Mendelssohn, considéré par certains comme son successeur (pour certains, il serait même « le troisième Moïse », cf. épitaphe). De nos jours, il est l'un des philosophes juifs les plus respectés et ses théories reprennent force et vigueur dans la pensée juive contemporaine. Au cours des siècles suivants, l'influence de Maïmonide fut source de conflits entre maïmonidiens et antimaïmonidiens. Mais la plupart des penseurs restent partagés, reconnaissant le génie de l'homme et sa vision aristotélicienne du monde, mais rejetant les éléments qu'ils considèrent comme en désaccord avec la tradition.

Il existe ainsi deux lectures académiques de l'œuvre de Maïmonide : l'une qui la voit comme une tentative de synthèse entre la pensée juive et l'Aristotélisme, l'autre comme une philosophie qui fait de l'Aristotélisme une vérité, et du judaïsme une allégorie[32].

Médecine

Pratique

La formation médicale de Maïmonide est mal connue. Il commence à étudier la médecine après la mort de son père en 1166, suivie peu de temps après par celle de son frère au cours d'un naufrage. Il lit beaucoup, et sa formation théorique est en grande partie autodidacte. De ses écrits, on déduit une profonde connaissance des auteurs grecs (Aristote, Hippocrate, Galien...) et Arabes (Al Farabi, Rhazès, et Ibn Zhur). Il aurait suivi l'enseignement du fils d'Ibn Zhur[33].

Fleuron issu de l'ouvrage Hilkhot Talmud Torah rabbi Mosheh ben Maymon (extrait lui-même du code de Maïmonide), 1705.

Il s'investit dans la médecine, tant et si bien qu'il figure dans la liste des médecins personnels de l'entourage de Saladin, dont celui de son fils Al-Afdhal. C'est à la demande d'Al-Afdhal que Maïmonide rédige en arabe la plupart de ses traités médicaux. Les trois ouvrages principaux, les plus connus et les plus appréciés en Occident lors du Moyen-Âge tardif et de la Renaissance[34] sont Les aphorismes, le Traité des poisons, et Conservation de la santé ou Régime de santé pour le sultan[35].

Selon son disciple et traducteur en hébreu Samuel ibn Tibbon, cette position, qui occupe le meilleur de son temps, lui vaut un prestige considérable. Déjà réputé comme grand théologien, des médecins arabes voyagent jusqu'au Caire pour le rencontrer, et il a pour ami et biographe l'historien musulman Ibn al Qifti. Selon celui-ci, le roi Richard Cœur de Lion lui aurait demandé, en vain, de se mettre à son service à Ascalon, au cours de la Troisième Croisade[34].

La médecine n’était pas l’apanage de Maïmonide: d’autres figures du judaïsme, comme Juda Halevi avant lui, et, après lui, Nahmanide, Joseph ibn Caspi, Gersonide, Narboni ou encore Salomon ben Adret, ont vécu de l’exercice de la médecine, considérant que seul un corps sain peut œuvrer à sanctifier le monde. Cependant, aucun n’a fait preuve de l’esprit novateur de Maïmonide en ce domaine et, partant, n’ont pas imprimé leurs marques dans l’histoire de la médecine.

Refus de la magie

Maïmonide ne voit dans la maladie que l'interruption d'un processus naturel, qui peut certes résulter de la volonté de Dieu laquelle est inconnaissable et ne peut se réduire à une punition, sinon, argumente-t-il, pourquoi aurait-il créé les plantes médicinales et autres moyens de guérison ? Ou encore « Si une personne est affamée et cherche de quoi se nourrir, ce qui la soulagera de sa grande souffrance, pouvons-nous dire qu'elle a perdu sa confiance en Dieu[36] ? »

Il ne croit pas davantage au mauvais œil, cette malédiction humaine affaiblissant la personne sujette de leur inimitié. Qu'importe si des Sages du Talmud y croient, d'autres Sages du Talmud s'y opposent, dont Rabbi Akiva, ce qui prouve que le peuple d'Israël a été affecté par les pratiques magiques des peuplades environnantes, allant jusqu'à interpréter des passages bibliques dans ce sens, alors que la Bible ne les mentionne nulle part de façon explicite.

De même, Il définit l'idolâtrie comme une grande illusion, en refusant le recours aux remèdes irrationnels ou superstitieux[36].

Médecine naturelle

Maïmonide est partisan du « juste milieu ». La maladie est un déséquilibre momentané, qu'il faut rétablir à l'état antérieur. Les médicaments servent à soutenir la nature (le pouvoir naturel de guérison) pas à la remplacer[34], ce qui sera connu en Occident comme la nature guérisseuse ou la Vis medicatrix naturae . Les médicaments sont semblables à des aliments, et leur choix doit être graduel, en réservant les « drogues infectes » aux cas désespérés ; la diète doit être rigoureuse si le mal est léger.

La guérison nécessite non seulement les ressources naturelles du corps, mais aussi les facultés de l'esprit. Considéré comme un précurseur de la médecine psychosomatique, il associe des prescriptions modérées et un soutien psychologique, tout en restant critique envers Galien ou d'autres autorités[37].

Un autre trait marquant de Maïmonide est sa conception expérimentale, clinique avant la lettre, de la médecine. Bien qu'instruit des théories et pratiques de ses prédécesseurs, il ne se fie pas nécessairement à leur parole, et n'hésite pas à mettre en doute des remèdes établis, ainsi que son propre jugement lorsque l'état du malade ne s'améliore pas. Il expérimente sur lui-même l'effet des drogues qu'il prescrit[34].

Une hygiène rigoureuse

Manuscrit arabe du Régime de santé pour le sultan de Maïmonide.

En fait de médecine, Maïmonide prône avant tout une hygiène de vie. S'assurant qu'une plainte ne résulte pas d'un trouble psychosomatique, il recommande, comme s'il s'agissait d'une prescription religieuse (et il s'agit effectivement d'une prescription religieuse), de maintenir la santé de son corps, et d'éviter toute substance pouvant y nuire (les Juifs orthodoxes modernes s'appuient sur ce précepte pour interdire les drogues, et certains le tabac).

Il est recommandé de manger et boire sans excès des mets digestes, de quitter la table en ayant encore un peu faim, d'éviter les aliments trop fermentés, de réfréner le nombre de rapports sexuels (Maïmonide vit en Orient, et le harem y est monnaie courante. L'occlusion intestinale étant une cause de mort fréquente, Maïmonide recommande de déféquer une fois par jour au moins, avec laxatifs si nécessaire. S'adressant à des personnages importants et susceptibles, il leur suggère subtilement de « modérer leur activité physique », d'avoir un cycle de sommeil régulier et harmonieux, d'éviter la sieste diurne, et d'attendre quelques heures après le repas du soir avant d'aller dormir.

Parmi les règles d'hygiène et d'exercice physique, il recommande notamment les bains et la natation[34].

Ces principes peuvent sembler désuets de nos jours, et dictés par le bon sens, mais le « bon sens » de l'époque était celui de Galien, et recommandait des remèdes basés sur une compréhension sympathique, presque magique, de la maladie.

Traités médicaux

Selon Jean Théodoridès, Maïmonide se caractérise par un style concis et clair. Dans son Traité des poisons, ses connaissances ne sont pas livresques, son plan est rigoureux, sans les digressions si fréquentes chez les auteurs de son époque[34].

Ses ouvrages médicaux, rédigés pour la plupart à la demande d'un grand personnage, sont au nombre de dix[35], les titres en français sont les suivants[38],[39] (en gras les trois plus célèbres en Occident médiéval et à la Renaissance) :

Le traité des hémorroïdes, manuscrit hébreu du XIVe siècle.
  1. Commentaires sur les seize livres de Galien. Il s'agit d'extraits ou de résumés de l'œuvre de Galien (l'important à retenir selon Maïmonide) à l'intention des étudiants. Les manuscrits arabes complets originaux ont disparu, mais plusieurs manuscrits traduits en hébreux sont disponibles[35].
  2. Commentaires sur les aphorismes d'Hippocrate. Maïmonide s'appuie sur la traduction arabe de Hunayn ibn Ishaq du IXe siècle des fameux Aphorismes d'Hippocrate. Il n'hésite pas à l'occasion de se montrer critique, ainsi Hippocrate aurait dit que le testicule droit produit les garçons et le gauche les filles, il remarque alors « un homme doit être un prophète ou un génie pour le savoir »[35].
  3. les Aphorismes. Texte traduit de l'arabe en latin dès le XIIIe siècle, et imprimé dès 1489 (Bologne) et 1497 (Venise) ; en allemand, Leipzig et Berlin 1934 ; en hébreu, Jérusalem 1959. L'ouvrage se compose de 1 500 aphorismes, tirés principalement des médecins grecs, et organisés en 25 chapitres couvrant les différents domaines de la médecine. C'est le traité médical le plus volumineux de Maïmonide. On y trouve notamment des descriptions d'apoplexie, de diabète, de phtisie, etc[35].
  4. Traité des hémorroïdes. En 7 chapitres, le texte a été publié au XXe siècle en arabe, hébreu, allemand et anglais[35]. Il distingue les formes simples (ouvertes et saignantes) des formes compliquées (fermées et obstructives, très douloureuses ou fébriles). La prévention est basée sur l'exercice physique et un régime alimentaire qui vise à obtenir des selles molles et régulières. Le traitement est principalement conservateur par des soins topiques, la chirurgie n'est utilisée qu'en dernier recours, et elle doit l'être par un opérateur expérimenté[40].
  5. De la vie conjugale. Rédigé à la demande du sultan Al-Muzaffar Umar , neveu de Saladin, qui voulait augmenter ses performances sexuelles. Maïmonide décrit plusieurs tempéraments sexuels, en donnant des recettes alimentaires et médicinales, aphrodisiaques ou anaphrodisiaques. Il conseille au sultan la modération. Il existe deux versions de l'ouvrage, une version courte jugée authentique (manuscrits arabes de Grenade) et une version longue d'origine douteuse. Les deux versions ont été publiées au XXe siècle en hébreu, allemand, anglais et italien[35].
  6. Traité de l'asthme. Écrit à la demande d'un fils de Saladin ; traduit en latin en 1302 par Armengaud Blaise, version elle-même traduite en hébreu (1320) par Samuel Benveniste. Une deuxième traduction en hébreu est faite à la fin du XIVe siècle à partir du texte arabe. Au cours du XXe siècle, il est publié en allemand, en anglais et en français. L'ouvrage est considéré comme le premier traité complet majeur sur l'asthme, Maïmonide insistant sur la prévention. Le patient doit d'abord vivre dans un air pur, frais et ensoleillé, puis adopter une hygiène de vie convenable (nourriture, boisson, émotions, activité physique, sommeil et sexualité) [41].
  7. Traité des poisons. Il existe de très nombreux manuscrits en arabe, hébreu et latin, et il est considéré comme le « manuel de toxicologie » du Moyen Âge. Des traductions modernes paraissent en allemand, français et anglais à partir du XIXe siècle[35]. L'ouvrage se présente en deux parties, la première est consacrée aux morsures et piqures animales, la seconde aux poisons alimentaires et minéraux. Il propose différents traitements, par exemple l'utilisation de tourniquet (garrot) contre les morsures de serpents ou d'émétiques contre les poisons ingérés. Il liste des antidotes à base de plantes, et insiste toujours sur la prévention (comme ne pas consommer d'aliments de couleur, d'odeur, et de goût inhabituels). Sa distinction des poisons « froids » et « chauds » pourrait recouper la distinction hémolysine et neurotoxine[42].
  8. Conservation de la santé ou Régime de santé pour le sultan ; en latin, Florence 1484, Augsbourg 1518 ; en anglais, Philadelphie 1964 ; Le sultan est le fils aîné de Saladin. Amateur de femmes, de vin, et d'exploits guerriers, le sultan se plaint de troubles digestifs et d'accès mélancoliques. Maïmonide développe à cette occasion sa conception d'« un esprit sain dans un corps sain ». Il indique que le bien-être corporel dépend du bien-être spirituel et vice versa. Le texte se termine par des recommandations concernant le climat, le domicile, l'activité, le bain, le sexe, le vin, l'alimentation et la respiration. L'ouvrage court et précis est resté longtemps populaire et traduit en nombreuses langues[35].
  9. Sur l'explication des accidents (maladies survenant par crises ou accès). Ce texte est parfois considéré comme un chapitre supplémentaire, rédigé dans un second temps, à l'ouvrage précédent. Il comporte des commentaires et des listes de remèdes[35].
  10. Glossaire de matière médicale. Ce manuscrit arabe a été découvert par Max Meyerhof (1874-1945) dans la bibliothèque Sainte Sophie d'Istanbul. L'original arabe et une traduction française sont publiés en 1940, suivis par des éditions en hébreu et en anglais. Il s'agit d'une pharmacopée en 405 paragraphes indiquant des noms de médicaments, avec leurs équivalents en arabe, grec, syriaque, perse, berbère et espagnol[35].

La prière médicale ou Serment de Maïmonide

La paternité de cette prière, qui orne le cabinet de bien des médecins et chirurgiens-dentistes juifs, n'est pas unanimement attribuée au « sage de Fostat », encore qu'elle soit rédigée dans son style. Fred Rosner (in la Médecine tirée du Mishneh Torah), par exemple, estime qu'elle ne peut être antérieure à 1783.

Son auteur probable serait Marcus Herz (1747-1803) qui l'aurait écrite dans les années 1790[32].

« Mon Dieu, remplis mon âme d'amour pour l'Art et pour toutes les créatures. N'admets pas que la soif du gain et la recherche de la gloire m'influencent dans l'exercice de mon Art, car les ennemis de la vérité et de l'amour des hommes pourraient facilement m'abuser et m'éloigner du noble devoir de faire du bien à tes enfants. Soutiens la force de mon cœur pour qu'il soit toujours prêt à servir le pauvre et le riche, l'ami et l'ennemi, le bon et le mauvais.

Fais que je ne voie que l'homme dans celui qui souffre. Fais que mon esprit reste clair auprès du lit du malade et qu'il ne soit distrait par aucune chose étrangère afin qu'il ait présent tout ce que l'expérience et la science lui ont enseigné, car grandes et sublimes sont les recherches scientifiques qui ont pour but de conserver la santé et la vie de toutes les créatures.

Fais que mes malades aient confiance en moi et mon Art pour qu'ils suivent mes conseils et mes prescriptions. Éloigne de leur lit les charlatans, l'armée des parents aux mille conseils, et les gardes qui savent toujours tout: car c'est une engeance dangereuse qui, par vanité, fait échouer les meilleures intentions de l'Art et conduit souvent les créatures à la mort. Si les ignorants me blâment et me raillent, fais que l'amour de mon Art, comme une cuirasse, me rende invulnérable, pour que je puisse persévérer dans le vrai, sans égard au prestige, au renom et à l'âge de mes ennemis. Prête-moi, mon Dieu, l'indulgence et la patience auprès des malades entêtés et grossiers.

Fais que je sois modéré en tout, mais insatiable dans mon amour de la science. Éloigne de moi l'idée que je peux tout. Donne-moi la force, la volonté et l'occasion d'élargir de plus en plus mes connaissances. Je peux aujourd'hui découvrir dans mon savoir des choses que je ne soupçonnais pas hier, car l'Art est grand mais l'esprit de l'homme pénètre toujours plus avant. »

Textes traduits en français

Tombe de Maïmonide à Tibériade, Israël.

« Et si les habitants sont mauvais et fautent au point de ne le laisser vivre en paix que s’il se joint à eux et qu’il adopte leur mauvaise conduite, il doit se réfugier dans les grottes, les buissons et les déserts plutôt que de suivre la voie des fauteurs, comme il est écrit: "Qui m’offrira l’hospitalité dans le désert?"[43] »

  • Le Guide des égarés (1190), trad. de l’arabe par Salomon Munk, Lagrasse, Verdier, 2012, (ISBN 2864325616) (éd. revue, complétée et mise à jour), ou éd. A. Franck, Paris, 1856, disponible sur Archive: vol.1, vol.2 et vol.3.
  • Michné Torah (vers 1187), trad. de l’hébreu par Binyamin Appelbaum, Paris, Éditions du Beth Loubavitch (traduction en cours, plusieurs volumes déjà parus).
  • Le Livre de la connaissance (premier des quatorze livres du Mishné Torah), trad. de Valentin Nikiprowetsky et André Zaoui, Paris, PUF, « Quadrige », 1996.
  • Traité d’éthique (« Huit chapitres »), trad. de Rémi Brague, Paris, Desclée De Brouwer, 2001.
  • Traité de logique, trad. de Rémi Brague, Paris, Desclée De Brouwer, 1996.
  • Épîtres (sur la persécution, au Yémen [1172], sur la résurrection [1191], trad. de Jean de Hulster, Paris, Gallimard, « Tel », 1993.
  • Maïmonide (trad. René Lévy), Lettre sur l'astrologie, Paris, Allia, , 48 p. (ISBN 2844850375, lire en ligne [PDF]).
  • Commentaires du « Traité des pères », par Maïmonide, Rachi, Rabbénou Yona, le Maharal de Prague et R. Hayim de Volozyne, trad. de l’hébreu par Éric Smilévitch, Lagrasse, Verdier/poche, 1990.

Notes et références

Notes

  1. La date de 1135, avancée notamment par Baker et McCullough 2009, p. 711-712, est basée sur une épître attribuée à David Maïmonide, qui aurait donné comme date de naissance le 14 nissan 4895 AM (1135 selon le calendrier julien). Cependant, les manuscrits du Commentaire sur la Mishna — dont on ne possède toutefois pas d’exemplaire autographe — comportent en conclusion une note où l’auteur indique l’avoir entamé à l’âge de 23 ans et l’avoir achevé sept ans plus tard en Égypte, en l’an 1479 de l’ère séleucide, correspondant à l’an 1168 du calendrier julien. Il est par conséquent admis actuellement que 1135 résulte d’une erreur de copiste et qu’il ne faut pas lire ד'תתצ"ה (4895 AM) mais ד'תתצ"ח (4898 AM) - (he) Yossef Qafih, Le Guide des Égarés de notre maître Moshe ben Maïmon : Traduit en hébreu, expliqué et préparé d’après des manuscrits et des versions imprimées, Jérusalem, Mossad Harav Kook, (lire en ligne), « Préface du Rav Kappa'h » & Hayoun 1994, p. 21.
  2. Une tradition communément interprétée comme établissant l’ascendance de cette famille à Juda Hanassi, le codificateur de la Mishna, pourrait simplement indiquer qu’il y eut entre l’ancêtre de Maïmonide, Ovadia, et son père, Rabbi Maïmon, sept générations, de même qu'il y en eut sept entre Juda Hanassi et son ancêtre Hillel l’Ancien.
  3. L’hypothèse de la conversion des Ibn Abdallah et par conséquent de Moïse Maïmonide, repose sur trois déclarations :
    • Abd al-Latif, un contemporain de Maïmonide le présente comme un homme rusé, visant à détruire les bases du judaïsme des masses tout en prétendant l’affermir. La question de la conversion n’est certes pas abordée mais au vu des talents de dissimulation du maître, elle n’en paraît que plus plausible.
    • Ibn al Qifti, historien des sciences arabes, affirme que Maïmonide, ne pouvant se résoudre à perdre ses biens, aurait pris le turban tout en menant une vie de crypto-juif et serait revenu au judaïsme à Fostat ; accusé d’apostasie par un certain Abul Arab ben Moischa, jurisconsulte musulman originaire comme Maïmonide d’Andalus, il aurait été acquitté de cette charge par al-Kadi al-Fadil, lequel aurait fait valoir l’invalidité d’une conversion obtenue sous la contrainte.
    • Ibn Abi Usaybi'a, historien de la médecine, rapporte qu’« on dit que Moussa ben Maïmoun s’était converti à l’islam du temps où il résidait au Maghreb, qu’il avait appris le Coran par cœur et étudié le fiqh mais qu’une fois parvenu en Égypte, il abjura l’islam. »
    Maïmonide lui-même excuse dans son Épître de la Conversion ceux des Juifs qui se sont convertis pour autant qu’ils demeurent fidèles au judaïsme en secret, et ajoute dans son Épître aux Juifs du Yémen qu’il n’y a ni honte ni disgrâce à se convertir sous la contrainte, et qu’un Juif continuant à pratiquer clandestinement en attendant de pouvoir le faire ouvertement, vaut mieux qu’un Juif mort. Toutefois, il encourage les Juifs confrontés à ce dilemme, de prendre la route de l’exil, ajoutant avoir été sauvé de la conversion parce qu’il avait pris ce choix pour lui-même, et statue de surcroît dans son Mishné Torah (Sefer Hamada, Hilkhot Yessodei HaTorah 5:4), qu’en cas de persécution généralisée, il est préférable de mourir que de transgresser.
    Au XIXe siècle, Eliakim Carmoly émet, sans preuve semble-t-il, l’hypothèse d’une conversion de Maïmonide. Il est suivi par Isaac Marcus Jost qui semble s’être rétracté par la suite puis par Salomon Munk qui « excuse » Maïmonide en arguant de son jeune âge ; sa thèse est démontée par F. Lebrecht mais relancée par Abraham Geiger et lorsque Heinrich Graetz rédige son histoire des Juifs, l’affaire est pour lui entendue et seuls des esprits crédules ou bornés pourraient douter que les Ibn Abdallah fûssent musulmans, au moins en apparence, lors de leur séjour à Fès. Ismar Elbogen dénonce cependant cette opinion, estimant comme Lebrecht qu’elle ne repose que sur une lecture faussée des Epîtres de Maïmonide et sur des témoignages tardifs de médecins musulmans dont la « probité historique n’est pas assez grande pour permettre d’articuler une si grave accusation ». Le témoignage d’Ibn al Qifti pourrait même reposer sur celui de Joseph ben Juda de Ceuta, destinataire du Guide des Égarés qui aurait, selon plusieurs sources, pris le parcours qu’il imputerait à son maître.
    Maurice Ruben-Hayoun souscrit à l’avis d’Elbogen. Convenant que Rabbi Maïmon (et, partant, ses fils) a dû « se montrer plutôt discret sur sa véritable religion », il argüe que Maïmonide n’aurait jamais pu jouir d’une si grande estime auprès de ses contemporains et disciples s’il avait pris le turban, et que son Épître aux Juifs du Yémen comporte une réfutation de l’Ifham al-Yahoud, diatribe antijuive appelant à leur conversion — Hayoun 1994, p. 62-87.
    À l’inverse, Sarah Stroumsa juge la conversion de Maïmonide plausible au vu des nombreuses convergences entre l’œuvre de Maïmonide d’une part et les méthodologie et théologie almohades d’autre part : le Mishné Torah énonce en loi des sentences laconiques sans s’embarasser du processus qui y a mené, comme le code d’Ibn Toumart, et Maïmonide rejette comme lui toute tentative d’antropomorphiser le divin, concevant ce rejet catégorique comme l’une des fondations imprescriptibles de la Torah. Ces points avaient déjà été soulevés par Joseph Heinemann qui note aussi les ressemblances entre la vision maïmonidienne des temps messianiques et le jihad ; Maïmonide prescrit même aux Juifs de contraindre les idolâtres entre l’adoption des sept lois noahides ou la mort, proscrivant ensuite le séjour, fût-il temporaire, d’idolâtres dans les terres sous contrôle juif — Stroumsa 2009 & Pessin 2016.

Références

  1. Besson, 2013.
  2. (he) Yehouda Zvi Stempfer, « Hashpaʿat kitvei haHalakha shel Rav Shmouel ben Hofni Gaon ʿal haRamba"m », dans Aviezer Ravitzky, HaRamba"m: shamranout, meqoriout, mahap’hanout, Jérusalem, Merkaz Zalman Shazar letoldot Israël, 5769 (2009), p. 199-210
  3. Guide des Égarés 2:9, cf. Stroumsa 2009, p. 65.
  4. Craig Considine, « Guiding Jewish/Muslim Relations Through the Life of Maimonides, the 12th Century Jewish Scholar », sur The Huffington Post, (consulté le 3 janvier 2017), Kareem Shaheen, « World's oldest library reopens in Fez: 'You can hurt us, but you can't hurt the books’ », sur The Guardian.com, (consulté le 3 janvier 2017)
  5. a et b Cohen, Mark R. Poverty and Charity in the Jewish Community of Medieval Egypt. Princeton University Press, 2005 (ISBN 0-691-09272-9), pp. 115–116
  6. Averroès (trad. Marc Geoffroy, préf. Alain de Libera), L'Islam et la raison : Anthologie de textes juridiques, théologiques et polémiques, Paris, Flammarion, coll. « GF », , 225 p. (ISBN 2080711326), p. 81.
  7. Davidson 2005, p. 313-322
  8. a et b Hayoun 1991, p. 83.
  9. W.Z. Harvey, Les Essentiels d'Universalis, t. 21, Encyclopedia Universalis - Le Monde, (ISBN 978-2-35856-041-2), p. 174-176.
    article Maïmonide
  10. Philon d’Alexandrie, De Somnis, I, 67.
  11. a et b Moïse Maïmonide, Le Guide des égarés, Livre I, chap. XXXV.
  12. Hayoun 1991, p. 89.
  13. a b c et d Leo Strauss, La Persécution et l'art d'écrire, traduit de l’anglais, Presses-Pocket, 1989.
  14. a b et c Shlomo Pinès, Quelques réflexions sur Maïmonide, préface au Livre de la connaissance (premier livre du Mishné Torah), traduit de l'hébreu et annoté par V. Nikiprowetsky et A. Zaoul, PUF, 1961, réédition dans la collection Quadrige en 1990.
  15. Hayoun 1991, p. 87.
  16. Bernard-Henri Lévy, L’Esprit du judaïsme, Grasset, 2016.[réf. non conforme]
  17. Charles Mopsik, Cabale et Cabalistes, Albin Michel, p. 45
  18. Moshé Idel, L'expérience mystique d'Abraham Aboulafia, Le Cerf, 1989
  19. (en) « Le Guide des Égarés », Bibliothèque Numérique Mondiale (consulté le 22 janvier 2013).
  20. R. Lemay, « Acquis de la tradition scientifique grecque confrontés aux réalités des civilisations médiévales : cas particulier de l'astrologie-cosmologie », in A. Hasnawi, A. Elamrani-Jamal et M. Aoud, Perspectives arabes et médiévales sur la tradition scientifique et philosophique grecque, Paris / Leven, 1997, p. 154.
  21. a et b Maïmonide 2001, p. 38.
  22. Maïmonide 2001, p. 37-38.
  23. Maïmonide 2001, p. 39.
  24. Maïmonide 2001, p. 40.
  25. Maïmonide 2001, p. 41.
  26. a et b Maïmonide 2001, p. 12.
  27. Maïmonide 2001, p. 29-30.
  28. Maïmonide 2001, p. 13-14.
  29. Maïmonide 2001, p. 19.
  30. Maïmonide 2001, p. 21.
  31. Maïmonide 2001, p. 21-22.
  32. a et b Baker McCullough, p. 711-712
  33. Fred Rosner, « Moses Maimonides and Preventive Medicine », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, vol. 51, no 3,‎ , p. 313-324. (lire en ligne)
  34. a b c d e et f Maurice Bariéty et Charles Coury, Histoire de la médecine, Fayard, , p. 252-254.
  35. a b c d e f g h i j et k Fred Rosner, « Moses Maimonides: Biographic Outlines », Rambam Maimonides Medical Journal, vol. 1, no 1,‎ (ISSN 2076-9172, PMID 23908774, PMCID 3721660, DOI 10.5041/RMMJ.10002, lire en ligne, consulté le 8 janvier 2020)
  36. a et b (en) N.J. Zobar, The discourses of Jewish Medical Ethics, Cambridge University Press, (ISBN 978-0521-88879-0), p. 266-267.
    dans The Cambridge World History of Medical Ethics, R.B. Baker et L.B. McCullough.
  37. Jérôme Talmud, « La formation médicale de Maïmonide », Histoire des Sciences Médicales, vol. 40, no 1,‎ , p. 73-82. (lire en ligne)
  38. Isidore Simon, « La Médecine hébraïque au Moyen Age », dans Jean-Charles Sournia (dir.), Histoire de la médecine, de la pharmacie..., Albin Michel/Laffont/Tchou, 1978, tome III, p. 64-65.
  39. Mirko D. Grmek (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, vol. 1 : Antiquité et Moyen Age, Seuil, (ISBN 2-02-022138-1), p. 332.
  40. Dan Magrill et Prabhu Sekaran, « Maimonides: an early but accurate view on the treatment of haemorrhoids », Postgraduate Medical Journal, vol. 83, no 979,‎ , p. 352–354 (ISSN 0032-5473, PMID 17488868, PMCID 2600069, DOI 10.1136/pgmj.2006.053173, lire en ligne, consulté le 8 janvier 2020)
  41. F Rosner, « Moses Maimonides' treatise on asthma. », Thorax, vol. 36, no 4,‎ , p. 245–251 (ISSN 0040-6376, PMID 7025335, lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020)
  42. (en) Arthur Furst, « Moses Maimonides », Toxicological Sciences, vol. 59, no 2,‎ , p. 196–197 (ISSN 1096-6080, DOI 10.1093/toxsci/59.2.196, lire en ligne, consulté le 8 janvier 2020)
  43. Rambam - Hilkhot Dé'ot (Traits de caractère) Editions Torah-Box

Annexes

Bibliographie

  • Jacques Attali, Phares : 24 destins, Paris, Le Livre de Poche, 2012, 816 p. (24 biographies dont celle de Maïmonide).
  • Jacques Attali, La Confrérie des Éveillés (roman historique imaginant les jeunes Maïmonide et Averroès à la poursuite d'un fabuleux ouvrage d'Aristote, avec à leurs trousses les membres d'une mystérieuse secte).
  • (en) R.B. Baker et L.B. McCullough, The Cambridge World History of Medical Ethics, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-88879-0)
  • Florian Besson, « Moïse Maïmonide », sur Les Clés du Moyen Orient, (consulté le 2 février 2017).
  • Pierre Bouretz, Lumières du Moyen Âge : Maïmonide philosophe, Paris, Gallimard, 2015.
  • (en) A. Herbert Davidson, Moses Maimonides : The Man and His Works, New York, Oxford University Press,
  • Gérard Haddad, Maïmonide, Paris, Les Belles Lettres (Figures du savoir), 1998.
  • Philippe Haddad, L'Aigle de Dieu, Paris, 2002, chez Jean-Cyrille Godefroy ; plaidoyer pour le dialogue interreligieux.
  • Maurice-Ruben Hayoun, Maïmonide, Paris, PUF, coll. « Que sais-je », .
  • Maurice-Ruben Hayoun, Maïmonide ou l'autre Moïse, Paris, J.-C. Lattès, coll. « Agora » (no 279), (ISBN 2-266-13945-2).
  • Maurice-Ruben Hayoun, « Les fondements exégétiques de la philosophie juive : le commentaire philosophique de la Bible de Saadia à Maïmonide », dans La Philosophie médiévale juive, Paris, PUF, (ISBN 9782130438267), p. 83-96.
  • Maurice-Ruben Hayoun, « Les commentateurs de Maïmonide et l'influence d'Averroès », dans La Philosophie médiévale juive, Paris, PUF, (ISBN 9782130438267), p. 97-105.
  • Rouah Hen, L’Esprit de grâce. Introduction à la philosophie de Maïmonide, trad. de l'hébreu et présenté par Éric Smilévitch, Lagrasse, Verdier, 1994, (ISBN 2-86432-194-7).
  • Danièle Iancu-Agou et Elie Nicolas (collectif), Des Tibbonides à Maïmonide : rayonnement des Juifs andalous en pays d'Oc médiéval, éd. du Cerf, 2009, Collection Nouvelle Gallia Judaica, (ISBN 2-204-08810-2).
  • Herbert Le Porrier, Le Médecin de Cordoue, Seuil, 1974 (Prix des libraires), J'ai Lu 1976, autobiographie fictive romancée
  • Emmanuel Levinas, « Actualité de Maïmonide », article de Paix et Droit, no 4, disponible sur Gallica.
  • Bernard-Henri Lévy, L’Esprit du judaïsme, Grasset, 2016
  • René Lévy, La Divine Insouciance. Études des doctrines de la providence d'après Maïmonide, Lagrasse, Verdier, coll. « Philosophie », 2009, (ISBN 2-86432-560-8)
  • Jean-Francois Monteil « De la traduction en hébreu d'un texte arabe de Maimonide ; le chapitre II du Maqala fi sina at al-Mantiq ou Traite de Logique » Cahiers de Tunisie 49 (1997): 127-139.
  • (en) Sarah Pessin, « The Influence of Islamic Thought on Maimonides », dans The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Metaphysics Research Lab, Stanford University, (lire en ligne)
  • Shlomo Pinès, Quelques réflexions sur Maïmonide, Préface au Livre de la connaissance (premier livre du Mishné Torah), traduit de l'hébreu et annoté par V. Nikiprowetsky et A. Zaoul, PUF, 1961, réédition dans la collection Quadrige en 1990.
  • Géraldine Roux, Du prophète au savant : L’horizon du savoir chez Maïmonide, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Patrimoines-Judaïsme », (présentation en ligne)
  • Géraldine Roux, Maïmonide ou la nostalgie de la sagesse, Paris, Seuil, 2017.
  • Leo Strauss, Maïmonide, éd. Presses Universitaires de France, 1988, Collection Épiméthée, (ISBN 2-13-041827-9).
  • Leo Strauss, La Persécution et l'art d'écrire, traduit de l’anglais, Presses-Pocket, 1989.
  • (en) Sarah Stroumsa, Maimonides in His World : Portrait of a Mediterranean Thinker, Princeton, Princeton University Press, (ISBN 978-0-691-13763-6, présentation en ligne)
  • (en) Jean-Francois Monteil Something new about Maimonides’ Treatise on logic. On a difference between the canonical text of the Treatise on logic and the three Hebrew translations. Mindnewcontinent.

Articles connexes

Liens externes