Melvin Van Peebles

Melvin Van Peebles
Description de cette image, également commentée ci-après
Melvin Van Peebles en 2008
Naissance (85 ans)
Drapeau des États-Unis Chicago, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur, acteur, scénariste, compositeur, producteur
Films notables

Sweet Sweetback's Baadasssss Song

Enfants = Mario van Peebles, Megan van Peebles, Max van Peebles, Marguerite van Peebles

Melvin Van Peebles (né le 21 août 1932 à Chicago, Illinois, États-Unis) est un acteur, scénariste, réalisateur, compositeur, producteur et monteur américain. Il est le père de Mario Van Peebles, acteur-réalisateur de séries télévisées.

Biographie

Van Peebles est né Melvin Peebles [1] à Chicago dans l'Illinois (États-Unis).

Il rejoint l'Air Force treize jours après avoir terminé l'école secondaire, et y reste trois ans et demi.

Il vit à Mexico peu de temps, gagnant sa vie en peignant des portraits, avant de revenir aux États-Unis, où il commence à conduire des tramways à San Francisco. Ses premiers écrits parlent de cette expérience de conducteur de tramway. Ce qui au départ est un petit article et quelques photographies devient le premier livre de Van Peebles, The Big Heart.

Un jour, un passant suggère à Van Peebles de devenir réalisateur. Il tourne son premier court métrage, Pickup Men for Herrick en 1957. Il réalise deux autres films dans la même période.

Après avoir terminé ses premiers courts, il part à Hollywood pour chercher du travail, mais ne parvient pas à trouver quelqu'un désireux de l'engager comme réalisateur. À New York, Melvin rencontre un homme qui a vu ses films, qui les a adorés et veut les projeter en France. Il s'expatrie donc outre-atlantique. En France, Van Peebles apprend la langue et est embauché pour traduire le magazine Mad en français. Il collabore également au magazine Hara-Kiri. Il commence à écrire des pièces de théâtre en français, utilisant le sprechgesang (parlé chanté) venant de l'écriture musicale, quand les mots sont parlés sur la musique. Cela l'amène à réaliser son premier disque, Brer Soul.

Avant d'entrer à Hollywood, Van Peebles réalise un film en France, La Permission, dont le synopsis est le suivant : la rencontre à Paris entre un Noir, militaire, et une jeune française (jouée par l'actrice française Nicole Berger, par ailleurs décédée accidentellement peu après le tournage), puis à son retour de permission, le GI est consigné, et sa promotion suspendue. Le film est primé à San Francisco en 1968.

Son premier film à Hollywood est Watermelon Man, une comédie écrite par Herman Raucher. Le film raconte l'histoire d'un raciste ordinaire, blanc, qui se réveille dans la peau d'un noir et se trouve rejeté par ses amis, ses collègues et sa famille. En 1970, Van Peebles tourne un documentaire sur le Powder Ridge Rock Festival, interdit par la justice.

Van Peebles écrit et dirige ensuite son film le plus connu, Sweet Sweetback's Baadasssss Song. En 2004, son fils Mario réalise un documentaire pour expliquer la genèse de ce film. Sweet Sweetback rencontre un succès énorme et marque le début de la Blaxploitation, l'émergence d'un mouvement cinématographique fait par et pour les Noirs.

Filmographie

comme acteur

Melvin Van Peebles en 2012 au festival du cinéma américain de Deauville.

comme scénariste

comme réalisateur

comme compositeur

comme producteur

comme monteur

Récompenses et nominations

Récompenses

  • 2004 : Festival panafricain du film de Los Angeles, Lifetime Achievement Award
  • 2000 : Acapulco Black Film Festival, Best International Film, Le Conte du ventre plein
  • 1999 : Chicago Underground Film Festival, Jack Smith Lifetime Achievement Award
  • 1998 : Urbanworld Film Festival, Best Documentary Mark Daniels Classified X
  • 1987 : Humanitas Prize, (CBS Schoolbreak : The Day They Came to Arrest the Books)
  • 1987 : Daytime Emmy, (CBS Schoolbreak : The Day They Came to Arrest the Books)

Nominations

Anecdotes

Références

  1. Greasley, Philip A. (ed.) Dictionary of Midwestern Literature. Volume 1: The Authors. "Melvin Van Peebles", p. 505. Bloomington, Indiana: Indiana University Press, 2001.

Liens externes