K-Films Amérique

K-Films Amérique
logo de K-Films Amérique
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈

Création 1994
Fondateurs Louis Dussault
Siège social Montréal
Activité Cinéma Distribution de films
Effectif 4
Site web https://kfilmsamerique.com

K-Films Amérique est une société de distribution cinématographique québécoise basée à Montréal, fondée en 1994[1].

Présentation

En 1993, K-Films Amérique succède à la compagnie Les Films du crépuscule qui avait été co-fondée par Louis Dussault. K-Films Amérique distribue chaque année des longs-métrages de fictions et documentaires avec une moyenne d’un film par mois. Ces films sont régulièrement présentés dans les festivals de cinémas québécois, canadiens et internationaux. K-Films Amérique édite en DVD la majeure partie de ses titres et les rend disponibles à la location sur Vimeo.

Distribution

K-Films Amérique distribue principalement des films d'auteur, et s’intéresse à l’expression des cinématographies étrangères[2].

Le , K-Films Amérique annonce que la société rendra progressivement disponible tout son catalogue de films sur une plateforme de vidéo à la demande[3].

Diffusion et valorisation des cinématographies indépendantes québécoises et internationales

Le , K-Films Amérique dépose son « Mémoire pour une politique culturelle du Québec : le cinéma »[4] au Bureau du renouvellement de la politique culturelle du Québec dépendant du Ministère de la Culture et des Communications du Québec.

De nombreuses copies 35 mm des films distribués par K-Films Amérique sont données à la Cinémathèque québécoise, constituant ainsi le Fonds K-Films Amérique[5]. En 2017, la Cinémathèque québécoise présente cinq films du fonds K-Films Amérique : Octubre de Diego Vega Vidal et Daniel Vega Vidal, J’ai tué ma mère de Xavier Dolan, Versailles de Pierre Schoeller, Fados de Carlos Saura et Something like Happiness (Stesti) de Bohdan Slama. En 2018, lors de son cycle Femmes, Femmes, la Cinémathèque québécoise diffuse quatre films du fonds K-Films Amérique : La teta asustada de Claudia Llosa, Hush-a-Bye, Baby de Margo Harkin, Le Point rouge de Marie Miyayama et Baboussia de Lidia Bobrova[6]. Lors de l'édition 2019 du Festival du nouveau cinéma de Montréal, K-Films Amérique fête son 25ème anniversaire en présentant deux de ces films distribués : Nuit #1 de Anne Émond et Fausta de Claudia Llosa [7].

Regroupement des distributeurs indépendants de films du Québec (RDIFQ)

K-Films Amérique fait partie du RDIFQ, un organisme à but non lucratif fondé en 2008 dont la mission est « de représenter les intérêts de sociétés de distribution se consacrant principalement à la mise en marché, à la promotion et à la distribution du cinéma d’auteur québécois et étranger. En outre, ces sociétés sont toutes basées au Québec et sont détenues par des actionnaires québécois. Depuis sa constitution, le RDIFQ a effectué des représentations auprès des institutions de financement (Téléfilm Canada et Société de développement des entreprises culturelles), des télédiffuseurs (Télé-Québec, Radio-Canada, ARTV et Super Écran) et des médias d’information, afin d’apporter un éclairage sur le contexte de la distribution au Québec »[8]. Lors de l’Assemblée générale annuelle du RDIFQ, un nouveau Conseil d’administration est élu. En 2017, le RDIFQ comprend sept sociétés de distribution du Québec.

Le , le RDIFQ dépose le « Mémoire présenté au Ministère de la Culture du Québec dans le cadre du renouvellement de la politique culturelle » donnant un état des lieux de la distribution cinématographique indépendante au Québec[9].

Le , le RDIFQ publie une lettre ouverte dénonçant la concurrence déloyale qu’applique Netflix au Québec[10].

Le , le RDIFQ adresse une lettre ouverte à Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications du Québec, afin que les revenus de la TVQ perçue depuis le sur les plateformes telles Netflix soient alloués aux distributeurs et producteurs québécois[11],[12].

Filmographie partielle

Liens externes

Références

  1. Marc-André Lussier, « Tout le catalogue de K-Films Amérique en ligne », La Presse, .
  2. Ismaël Houdassine, « Louis Dussault : « En défendant le 7 art, je pense que lacritique est encore capable de nous aider... » », Revue Séquences, no 285,‎ (lire en ligne [PDF]) :

    « À titre de distributeur indépendant, vous vous intéressez particulièrement au cinéma d’auteur, aussi bien québécois qu’international. »

  3. Marc-André Lussier, « Tout le catalogue de K-Films Amérique en ligne », sur lapresse.ca, .
  4. « Mémoire pour une politique culturelle du Québec: le cinéma [auteur= Louis Dussault » [PDF], sur mcc.gouv.qc.ca, .
  5. « Fonds K-Films Amérique », sur cinematheque.qc.ca.
  6. « Femmes, femmes », sur cinematheque.qc.ca.
  7. https://www.quebeccinema.ca/la-une/fnc-2019-programmation-devoilee
  8. Extrait du « Projet de financement des distributeurs indépendants de films du Québec adressé à Monsieur le Ministre de la Culture et des Communications du Québec M. Maka Kotto. », le 10 janvier 2012.
  9. « Mémoire : présenté au Ministère de la Culture du Québec dans le cadre du renouvellement de la politique culturelle » [PDF], sur mcc.gouv.qc.ca, .
  10. « Communiqué du Regroupement des distributeurs indépendants de films du Québec», CTVM.info, le 7 décembre 2017 », sur ctvm.info, .
  11. Marc Cassivi, « La menace Netflix », La Presse, .
  12. « Le RDIFQ s’adresse à la ministre de la Culture du Québec au sujet des revenus générés par la taxe Netflix », la Quotidienne des CTVM, vol. 29, no 6558,‎ , p. 4 (lire en ligne [PDF]).
  13. Odile Tremblay, « Le tunnel de la liberté », Le Devoir, vol. XCI, no 197,‎ 1er et 2 septembre 2001 (lire en ligne [PDF]) :

    « À cet occasion, K-Films Amérique érige une «mini-réplique du mur de Berlin en face du cinéma Impérial et habille deux figurants en costumes de soldats est-allemands »

  14. « Xavier Dolan remporte trois prix à Cannes », La Presse,‎ (lire en ligne).
  15. La sortie du film est marquée par des tentatives de vandalismes et d’intimidations. Le film présente « quatre jeunes révolutionnaires dont l’idéalisme vire au fanatisme » prenant pour point de départ le contexte du Printemps érable et s’en dissociant 
  16. François Lévesque, « L’équipe de «Ceux qui font les révolutions...» essuie vandalisme et intimidation », Le Devoir,‎ 9 février 2017. (lire en ligne)