DiEM25

DiEM25

Democracy in Europe Movement 2025
Mouvement pour la démocratie en Europe 2025
Logo de l'organisation

Devise : « L'Union européenne va se démocratiser. Ou elle va se désintégrer ! »

Situation
Région Union européenne
Création 2015
Type Mouvement politique
Organisation
Membres 64 000 adhérents
Personnes clés Yánis Varoufákis

Site web https://diem25.org/

Le Mouvement pour la démocratie en Europe 2025[1] (en anglais : Democracy in Europe Movement 2025) ou DiEM25, est un mouvement politique pan-européen lancé en 2015 et présenté officiellement en février 2016 par l'ex-ministre des Finances grec Yánis Varoufákis. Ce mouvement vise à réformer les institutions de l'Union européenne afin d'y promouvoir davantage de transparence et de démocratie dans son fonctionnement[2]. Partant du postulat selon lequel « la transparence est l'oxygène de la démocratie », un certain nombre de revendications ont été mises en avant dans une première pétition[3].

L'organisation mentionne la montée des extrémismes nationalistes en Europe, le Brexit et le Grexit comme des signes avant-coureurs d'une urgence manifeste de réinventer les institutions afin d'éviter une fracture en Europe. L'acronyme DiEM évoque la célèbre locution latine carpe diem. La date de 2025 correspond à la limite temporelle que le mouvement s'est fixé pour réussir à démocratiser l'Europe. En mars 2018, il lance également en Grèce le Front de désobéissance réaliste européen (MeRA25), qui se veut l'aile électorale de DiEM25 en Grèce et obtient 9 sièges de députés au parlement grec. DiEM25 est en partie à l'origine du parti Printemps européen, auquel est rattaché au niveau européen le parti français Génération.s.

DiEM25 a des positions proches de l’altermondialisme, l’écologie sociale, l’écoféminisme ou le post-capitalisme. Il se veut un mouvement transnational et non un parti, contractant de nombreuses alliances à travers l'Europe.

Historique

Fondation de DiEM25

Le théâtre Volksbühne en 2008.

Le mouvement a été officiellement présenté lors d'une cérémonie tenue le 9 février 2016 au théâtre Volksbühne de Berlin[4]. L'idée fondatrice était simple: "démocratiser l'Europe pour empécher sa désintégration" qui aura certainement des conséquences dramatiques si elle devait advenir[5]. C'est avant tout démocratisation de l'Europe, et donc la démocratie qui est au centre de la fondation et du projet de DiEM25, comme l'explique Gilles Raveaud pour Alternatives Économiques[6], et non la sauvegarde de l'Europe telle qu'elle est actuellement, comme l'ont affirmé Eric Toussaint, Olivier Bonfond et Eva Betavatzi dans un article du CADTM[7].

Objectifs

DiEM25 est née dans l'intention d'unir les peuples d'Europe en coordinant la création d'organisations politiques pan-européennes. Les membres de DiEM25, qui viennent d'Europe et d'ailleurs, considèrent que le système actuel qui consiste à soutenir des partis nationaux dans des alliances fragiles et mouvantes au sein du Parlement Européen est obsolète. Il est donc nécessaire selon DiEM25 de soutenir un parti pan-européen capable de gérer et résoudre les grandes crises économiques, politiques et sociales qui secouent l'Europe de nos jours. L'analyse de DiEM25 relève que ces crises menacent de désintégrer l'Europe et sont similaires à de nombreux égards à la Grande Dépression des années 1930[8].

DiEM25 cherche à créer une Europe plus démocratique. Ses membres voient l'Union européenne devenir un super-État technocratique gouverné par décret. DiEM25 vise au contraire à faire de l'Europe une union de personnes gouvernées par consentement démocratique à travers une politique de décentralisation, suivant le slogan "L’europe sera démocratisée, quand son oligarchie sera renversée !"[1] Le mouvement met l'accent sur trois aspects principaux: la solidarité, la transparence, et la démocracie. Ces trois aspects se retrouvent dans les cinq champs d'actions principaux de DiEM25: l'économie, la politique, la culture, l'écologie et la téchnologie.

Avec une approche ascendante qui part de sa base, le mouvement vise à réformer les institutions existantes de l'Union européenne pour créer une démocratie délibérative, dans laquelle toutes les électrices et tous les électeurs ont accès aux débats.[2] Le comité consultatif regroupe de nombreuses célébrités internationales qui soutiennent et conseillent le mouvement, telles que la journaliste, essayiste et activiste Naomi Klein, la sociologue américano-néérlandaise Saskia Sassen, Barbara Spinelli, journaliste et écrivaine italienne, la politicienne française Marie-Christine Vergiat, le linguiste et philosophe américain Noam Chomsky, l'économiste américain James K. Galbraith, la politologue et écrivaine britannique Susan George, le musicien britannique Brian Eno, la sénatrice irlandaise Alice-Mary Higgins, le musicien français Jean-Michel Jarre,Gerardo Pisarello Prados, premier adjoint à la mairie de Barcelone, ou encore le philosphe slovène Slavoj Žižek, parmi beaucoup d'autres [pour une liste complète, voire DiEM25's Advisory Panel page sur la version anglaise du site: https://diem25.org/ap/].

Structure

Collectif coordinateur

Le Collectif Coordinateur (ou CC) a plusieurs missions dont celle de coordonner les différentes activités ou celle de nommer les sous-coordinateurs. Il est composé de manière paritaire par douze membres (qui ne peuvent pas être simultanément cadre d'un autre parti politique, ministre ou parlementaire encore en fonction) et qui se réunissent une fois par semaine. La moitié des sièges du CC sont renouvelés tous les semestres par un vote électronique de tous les membres du DiEM25.

Panel consultatif

Le Panel Consultatif (ou PC) est composé de personnes connues appartenant à différents milieux (artistique, politique, universitaire) et reconnus pour leur expertise dans leur domaine. Ils ont pour but de conseiller le DiEM25 sur les diverses décisions à prendre et sont élus conjointement par le Collectif Coordinateur et le Conseil de Validation.

Conseil de validation

Le Conseil de Validation (ou VC) s'occupe de surveiller la bonne conduite de tous les membres du DiEM25, de prendre des décisions lorsqu'un choix doit être fait dans l'urgence et que le temps manque pour organiser un référendum numérique ainsi que de valider les propositions faites par le Collectif Coordinateur. Il se compose de 100 membres, n'importe qui pouvant présenter sa candidature et la sélection se faisant par tirage au sort. Comme pour le Collectif Coordinateur, la moitié des sièges du VC sont renouvelés tous les semestres.

DSC

Les DSC ou Collectifs spontanés de DiEM25 sont des groupes autogérés, se réunissant réellement ou en ligne, composés de membres du DiEM25 selon leurs affinités et leur origine (la plupart sont donc des comités municipaux, régionaux ou nationaux).

Soutiens

En France

Le 9 janvier 2017, Benoît Hamon, alors candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle française de 2017, a déclaré soutenir le mouvement DiEM25 après une entrevue avec l'ex-ministre grec Yánis Varoufákis. Il soutient en effet l'idée d'une Europe plus progressiste et se montre donc favorable au mouvement politique pan-européen porté par ce-dernier[9]. D'autres personnalités françaises ont aussi apporté leur soutien à DiEM25 comme le philosophe Étienne Balibar[10] ou le compositeur et interprète Jean-Michel Jarre, qui fait d'ailleurs partie du Panel consultatif de DiEM25[11].

En juin 2017, DiEM25 France met en place une charte pour les élections législatives françaises de 2017 qui sera signée par une cinquantaine de candidats, appartenant principalement à des partis de gauche et de centre-gauche dont Europe Écologie Les Verts (EELV), le Parti communiste français (PCF), Nouvelle Donne, La France insoumise (FI), le Parti socialiste (PS) et le Parti pirate. Parmi les candidats signataires de cette charte, on compte notamment le porte-parole d'EELV Julien Bayou, l'ex-ministre écologiste Cécile Duflot, la femme politique Marine Tondelier, la militante féministe Caroline de Haas et l'ex-ministre socialiste et candidat à la présidence Benoît Hamon[12].

En République tchèque

Lors des élections législatives tchèques de 2017, deux personnalités politiques membres à la fois de DiEM25 et du Parti pirate, Mikuláš Peksa et Ondřej Profant, ont été élues au Parlement tchèque[13].

En Italie

Plusieurs personnalités politiques italiennes ont apporté leurs soutiens au programme proposé par DiEM25. Parmi eux on compte Luigi de Magistris (maire de la ville de Naples et ex-président de la Commission européenne du contrôle budgétaire), Nicola Fratoianni (secrétaire de Gauche italienne) et Giuliano Pisapia (essayiste et ex-maire de la ville de Milan)[14]. Ce dernier cependant appuie la liste du Parti démocrate pour les élections européennes de 2019, tandis que se constitue le 13 avril 2019 ÈViva - Primavera Europea sur la base de l’association Per i molti qui succède à Libres et égaux.

En Allemagne

Similairement à ce qui avait été fait en France, plusieurs candidats à l'élections fédérales allemandes de 2017 ont eux aussi signé une charte mise en place par DiEM25. La majorité d'entre-eux appartiennent aux grands partis de gauche et progressiste allemands : Die Linke, Alliance 90 / Les Verts, Parti des pirates et Parti social-démocrate d'Allemagne.

En Grèce

À la suite d'un vote des adhérents de DiEM25, il a été décidé de la création d'une « aile électorale » du mouvement DiEM25 en Grèce : le Front de désobéissance réaliste européen (abrégé en MeRA25), dont le lancement a lieu le 26 mars 2018 à Athènes. Celui-ci a pour objectifs et fondements idéologiques l'internationalisme européen, la rationalité économique et l'émancipation sociale (s'opposant à l'austérité économique, au nationalisme et à l'oligarchie)[15].

Celui-ci possède neuf députés élus lors des élections législatives grecques de 2019.

Dans le monde

DiEM25 est soutenu par l'actrice américano-canadienne Pamela Anderson[16], qui a participé au meeting du Printemps européen du lundi 25 mars 2019 à Bruxelles[17].

Membres et adhérents

Au début du mois de décembre 2016, le Mouvement pour la démocratie en Europe compte plus de 30 000 membres revendiqués. Ces-derniers sont eux-mêmes répartis à travers 125 pays différents[18]. Leur nombre augmente ensuite rapidement en passant à 64 000 adhérents, répartis dans 212 pays, en février 2018[19].

Membres célèbres

Personnalités Pays d'origine Domaine
Yánis Varoufákis Drapeau de la Grèce Grèce Économiste, ministre
Srećko Horvat Drapeau de la Croatie Croatie Philosophe
Julian Assange Drapeau de l'Australie Australie Cybermilitant
Noam Chomsky Drapeau des États-Unis États-Unis Linguiste
Brian Eno Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Musicien
Benoit Hamon Drapeau de la France France Homme politique
Boris Groys Drapeau de l'Allemagne Allemagne Philosophe
John McDonnell Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Homme politique
James K. Galbraith Drapeau des États-Unis États-Unis Économiste
Susan George Drapeau des États-Unis États-Unis Écrivaine
Naomi Klein Drapeau du Canada Canada Essayiste
Ken Loach Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Réalisateur
Toni Negri Drapeau de l'Italie Italie Philosophe politique
Saskia Sassen Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Sociologue
Elif Shafak Drapeau de la Turquie Turquie Écrivaine
Richard Sennett Drapeau des États-Unis États-Unis Sociologue, historien
Slavoj Žižek Drapeau de la Slovénie Slovénie Philosophe

Notes et références

  1. « Varoufakis lance un mouvement pour la démocratie européenne », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « L'Union européenne va se démocratiser. Ou elle va se désintégrer ! », Democracy in Europe Movement⋅2025 (Berlin), (consulté le )
  3. « La transparence en Europe, c'est maintenant ! »
  4. (en) « Yanis Varoufakis: EU no longer serves the people », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « The EU no longer serves the people – democracy demands a new beginning | Yanis Varoufakis », sur the Guardian, (consulté le )
  6. « DiEM25 et Varoufakis : des propositions concrètes », sur Alternatives Economiques, (consulté le )
  7. Eric Toussaint et Eva Betavatzi, « Les 3 propositions du plan de Diem 25 pour faire face à la crise : A côté de l'essentiel », sur CADTM, (consulté le )
  8. « DiEM25, le mouvement qui veut sauver l’Europe », sur Télérama, (consulté le )
  9. « Benoît Hamon, candidat à la Présidence française, embrasse DiEM25 », sur DiEM25.org, (consulté le ).
  10. « L’objectif de DiEM25 de fonder un parti politique transnational prend forme en France », sur Diem25.org, (consulté le ).
  11. (en) « Advisory Panel », sur Diem25.org, (consulté le ).
  12. « La Charte de DiEM25 France pour les élections législatives françaises », sur Diem25.org, .
  13. (en) Antonin Hořčica, « Czech Republic shifts to the right », sur DiEM25.org, (consulté le ).
  14. (en) « Our Italy tour kicks off! », sur DiEM25.org, (consulté le ).
  15. « L’aile électorale grecque de DiEM25 », sur Site officiel de DiEM25, .
  16. (en) Pamela Anderson, « A Canadian talking about The European Spring is true Internationalism ! @DiEM_25 », sur @pamfoundation, 2019t04:39 (consulté le )
  17. « DiEM 25 atterrit à Bruxelles pour lancer la première liste transnationale européenne! », sur DiEM25, (consulté le )
  18. « Les membres », sur Site officiel de DiEM25 (consulté le ).
  19. « Les membres », sur Site officiel de DiEM25 (consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes