Canton d'Argovie

Canton d'Argovie

Blason

Drapeau
Canton d'Argovie
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Localisation du canton en Suisse.
Noms
Nom allemand Kanton Aargau
Nom italien Canton Argovia
Nom romanche Chantun Argovia
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Entrée dans la Confédération (219 ans)
ISO 3166-2 CH-AG
Chef-lieu Aarau
Districts 11[1]
Communes 200[1]
Exécutif Regierungsrat (5 sièges)[2]
Législatif Grand Conseil (140 sièges)[3]
Conseil des États 2 sièges[4]
Conseil national 15 sièges[5]
Démographie
Population
permanente
694 072 hab. (31 décembre 2020)
Densité 494 hab./km2
Rang démographique 4e
Langue officielle Allemand
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 05″ nord, 8° 06′ 36″ est
Altitude Min. 260 m (Kaiseraugst)
Max. 908 m (Geissfluegrat)
Superficie 1 403,73 km2
Rang 10e
Liens
Site web www.ag.ch

Le canton d'Argovie (AG, en allemand : Kanton Aargau) est l'un des 26 cantons de la Suisse. Son chef-lieu est Aarau.

Toponymie

Le nom allemand du canton, Aargau, composé du nom de la rivière Aar et du terme politico-géographique médiéval Gau, signifie « pays de l'Aar ».

En italien et en romanche, il est nommé Argovia[6].

Géographie

Localisation

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Carte topographique du canton d'Argovie.

Le canton d'Argovie est situé dans le nord de la Suisse, sur le plateau suisse, sur les contreforts orientaux du Jura. Il est bordé par l'Allemagne au nord et par les cantons de Zoug et Zurich à l'est, de Lucerne au sud et de Bâle-Campagne, Soleure et Berne à l'ouest.

L'Argovie culmine sur le Geissflue, à 908 m d'altitude[7], et son point le plus bas se trouve à Kaiseraugst, à 260 m d'altitude[8]. Avec 1 403,73 km2, l'Argovie est le dixième plus grand canton suisse[9].

Relief

L'Argovie est l'un des cantons suisses les moins montagneux, situé sur un territoire vallonné par de nombreuses collines au nord des Alpes suisses et à l'est du Jura. Le paysage alterne des collines boisées avec des vallées fertiles parcourues par l'Aar et ses affluents.

Climat

Relevé météorologique du canton d'Argovie pour la période 1981-2010.
Données Station jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Températures moyennes max. (°C) Buchs / Aarau[10] 3,2 5,2 10,3 14,5 19,3 22,6 25,2 24,5 19,9 14,4 7,6 4 14,2
Lägern[11] 1 1,9 6,1 10,3 14,9 17,9 20,3 19,8 15,5 10,9 5,1 2 10,5
Températures moyennes min. (°C) Buchs / Aarau -2 −2,1 1 3,9 8,3 11,5 13,3 12,9 9,6 6,5 1,8 −0,7 5,3
Lägern −3,3 −2,6 0,4 3,2 7,6 10,6 12,8 12,9 9,4 5,7 0,8 −2,3 4,6
Précipitations (mm) Buchs / Aarau 62 59 68 68 99 100 101 97 80 78 72 79 961
Lägern
Ensoleillement (heures) Buchs / Aarau 39 69 119 149 170 186 211 193 141 85 43 30 1 435
Lägern 69 91 128 158 186 207 233 211 161 110 71 54 1 679
Source : MétéoSuisse.

Transports

L'Argovie est un carrefour important entre les autres cantons de la Suisse, traversé par des autoroutes d'est en ouest et du nord au sud.

Histoire

Au temps des Romains, l'Argovie fait partie du limes septentrional de l'Empire, qui tombe progressivement en déliquescence à cause des luttes de pouvoir à sa tête. Devant la carence de pouvoir politique fort, la région voit l'installation progressive des Alamans à partir du IIIe siècle[12]. Sans protection romaine et sous la pression des Francs, l'Argovie se peuple d'Alamans à la fin du Ve siècle. Après des siècles de lutte, l'Argovie intègre le Royaume franc au VIIe siècle[13]. Le nom d'Argovie est employé pour la première fois en 763.

Au Moyen Âge, l'Argovie est une région frontalière entre l'Alémanie et la Bourgogne, disputée par les deux duchés. Les membres d'une branche de la maison de Vettéravie (Conradiens, renommés ensuite comtes de Tegerfelden), deviennent comtes d'Argovie à partir de 750 et par intermittence jusqu'en 1030. Depuis la fin de la dynastie Hohenstaufen jusqu'à 1415, l'Argovie est dirigée par les Habsbourg. Au haut Moyen Âge, la région fait partie de la Haute-Bourgogne.

En 1415, la région est conquise sur les Habsbourg par la Confédération suisse. La partie sud-ouest (Zofingue, Aarburg, Aarau, Lenzburg et Brugg) est annexée par le canton de Berne et devient l'Argovie bernoise ; certains districts, les Freie Ämter et le comté de Baden, deviennent territoires sujets de certains ou tous les membres de la Confédération.

Ainsi, en 1798, l'actuel territoire du canton d'Argovie recouvre :

  • la Basse-Argovie ou Argovie inférieure (en allemand : Unteraargau), divisé en sept bailliages — dont Aarbourg, Biberstein, Kasteln, Lenzbourg, Schenkenberg — et quatre villes municipales (en allemand : Munizipalstädten) — Aarau, Zofingue, Lenzbourg et Brugg ;
  • l'ancien Comté de Baden, bailliage commun, divisé en onze bailliages (en allemand : Ämter) : huit dits « intérieurs » (en allemand : Innere Ämter) — Rohrdorf, Birmenstorf, Gebenstorf, Dietikon, Wettingen, Siggenthal, Ehrendingen et Leuggern — et trois dits « extérieurs » (en allemand : Äussere Ämter) — Klingnau, Zurzach et Kaiserstuhl — dont dépendaient, sur la rive droite du Rhin, les paroisses de Kadelburg (aujourd'hui, quartier de Küssaberg), Lienheim (aujourd'hui, quartier de Hohentengen am Hochrhein) et Hohentengen ;
  • les bailliages libres (en allemand : Freie Ämter), sauf celui de Richensee (Hitzkirch) ;
  • le Kelleramt, bailliage du canton de Zurich ;
  • le Fricktal, divisé en deux seigneuries — celle de Rheinfelden, avec les pays (en allemand : Landschaften) de Möhlinbach, du Rheintal et du Fricktal, et de Laufenburg — et quatre « villes forestières » (en allemand : Waldstädte) — Rheinfelden, Säckingen, Laufenburg et Waldshut.

En 1798, la Confédération subit l'occupation des troupes françaises et se voit imposer la République helvétique. L'Argovie est détachée du canton de Berne et le canton d'Argovie est créé par la constitution de la République helvétique du 12 avril 1798[14].

Son territoire ne recouvre que la partie de la Basse-Argovie située à l'est de la Wigger : dès le 22 mars 1798, sa frontière occidentale est fixée sur la Wigger, de sorte que la majeure part du bailliage d'Aarbourg reste bernoise, bien qu'elle dépende d'Aarbourg et de Zofingue sur les plans fiscal et, en partie, paroissial.

Son chef-lieu est Aarau, capitale de la République helvétique de mai à septembre 1798. Il est divisé en cinq districts : Aarau, Brugg, Kulm, Lenzbourg et Zofingue.

Il s'y ajouta, officiellement en 1802, en fait en 1803, la partie occidentale de l'ancien bailliage d'Aarbourg.

Le 11 avril 1798, les bailliages libres, le comté de Baden et le Kelleramt, affranchis de leur sujétion depuis la fin du mois de mars 1798, se constitue en un canton de Baden.

Par le traité de paix signé à Campo-Formio, le 17 octobre 1797 (26 vendémiaire an VI), François II du Saint-Empire s'engage à céder à la République française, « la souveraineté et propriété du Fricktal et de tout ce qui appartient à la Maison d'Autriche sur la rive gauche du Rhin, entre Zurzach et Bâle », à condition d'obtenir, au Congrès de Rastadt, « une compensation [territoriale] proportionnelle en Allemagne » et à charge, pour la République française, de « réuni[r] lesdits territoires à la République helvétique »[15]. Puis, par le traité de paix signé à Lunéville, le 9 février 1801 (20 pluviôse an IX), François II du Saint-Empire cède à la République française « le Fricktal et tout ce qui appartient à la Maison d'Autriche sur la rive gauche du Rhin, entre Zurzach et Bâle », la République française se réservant de céder celui-ci à la République helvétique[16].

Le 9 février 1802, le Fricktal se constitue en un canton (chef-lieu : Rheinfelden). Le 13 août 1802, il est rattaché à la République helvétique.

Le , après l'acte de médiation, la réunion des cantons d'Argovie, de Baden et du Fricktal donna naissance au canton d'Argovie actuel[17].

L'ancien bailliage de Hitzkirch est incorporé au canton de Lucerne, en échange de celui de Merenschwand ; les communes de Schlieren, Dietikon, Hüttikon et Oetwil an der Limmat sont incorporées au canton de Zurich.

Après la Restauration, en 1815, le canton d'Argovie conserve son indépendance.

Politique et administration

Communes

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Carte du canton d'Argovie indiquant sa subdivision en communes.

En 2022, le canton d'Argovie est subdivisé en 200 communes[18].

Au 31 décembre 2020[19], le canton possède douze villes (en gras les chefs-lieux) :

Districts

Crédit image :
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Carte des districts du canton d'Argovie.

Le canton d'Argovie est composé de onze districts (chef-lieu entre parenthèses) :

Vue sur le pénitencier de Lenzbourg.

Sécurité

Le canton d'Argovie dispose d'une police cantonale pour assurer la sécurité de la population[20].

Les autorités cantonales utilisent le complexe carcéral des établissements de Lenzbourg pour effectuer les missions de détention[21],[22]. Composés d'un pénitencier (mis en service en 1864) et d'une prison centrale (mise en service en 2011), les établissements peuvent accueillir 363 détenus en 2020 et incarcérer des individus dans tous les régimes de détention qu'ils soient des hommes, des femmes ou des mineurs[23].

Démographie

Population

Au 31 décembre 2020, le canton d'Argovie compte 694 072 habitants, soit 8,1 % de la population totale de la Suisse. Seuls trois cantons sont plus peuplés (Berne, Vaud et Zurich). La densité de population atteint 494 hab./km2, nettement supérieure à la moyenne suisse[19].

Évolution de la population cantonale entre 1850 et 2020[24],[25].

Religion

Les catholiques romains sont légèrement majoritaires et forment 40 % de la population du canton. 37 % des habitants revendiquent l'appartenance au protestantisme[26].

Le tableau suivant détaille la population du canton suivant la religion, en 2000[26] :

Religion Population %
Catholiques romains +219 800, +040,1
Protestants +203 949, +037,3
Communautés islamiques +30 072, +005,5
Chrétiens-orthodoxes +11 523, +002,1
Catholiques chrétiens +03 418, +000,6
Communauté de confession juive +00342, +000,1
Aucune appartenance +57 573, +010,5
Autres +20 816, +003,8
Total +547 493, +100,

Note : les intitulés des religions sont ceux donnés par l'Office fédéral de la statistique ; les protestants comprennent les communautés néo-apostoliques et les témoins de Jéhovah ; la catégorie « Autres » inclut les personnes ne se prononçant pas.

Culture locale

Emblèmes

Le canton d'Argovie a pour emblèmes un drapeau et un blason. Les armoiries d'Argovie se blasonnent : Parti, au 1 de sable au trois fasces ondées d’argent ; au 2 d’azur, au trois étoiles d’argent[27].

Langue

La langue officielle du canton est l'allemand.

Le tableau suivant détaille la langue principale des habitants du canton en 2000[28] :

Langue Locuteurs %
Allemand +477 093, +087,1
Italien +17 847, +003,3
Langues slaves de l'ex-Yougoslavie +11 586, +002,1
Albanais +09 823, +001,8
Turc +05 709, +001,
Portugais +03 615, +000,7
Espagnol +03 287, +000,6
Romanche +00618, +000,1
Français +00151, +000,1
Autres +13 764, +002,5
Total +547 493, +100,

Annexes

Bibliographie

  • Charles Knapp, Maurice Borel et V. Attinger, Dictionnaire géographique de la Suisse : Aa - Engadine, t. 1, Neuchâtel, Société neuchâteloise de géographie, (lire en ligne), « Argovie », p. 85-90.

Liens internes

Liens externes

  • (de) Site officiel
  • Heinrich Staehelin, « Argovie » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  • Othmar Pfyl (trad. Isabelle Bissegger-Garin), « Affaire des couvents d'Argovie », Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), 22 septembre 2000 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  • Dominik Sauerländer: "Argovie bernoise", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 28.06.2002, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/029288/2002-06-28/, consulté le 22.08.2022.
  • Affaires de Suisse, Revue des Deux Mondes, période initiale, tome 27, 1841 (p. 311-330).

Références

  1. a et b [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. (de) « Der Aargauer Regierungsrat », sur ag.ch (consulté le )
  3. (de) « Grosser Rat - Portrait », sur ag.ch (consulté le )
  4. « Liste des conseillers aux Etats par canton », sur parlement.ch (consulté le )
  5. « Liste des conseillers nationaux par canton », sur parlement.ch (consulté le )
  6. Andreas Steigmeier (trad. Pierre-G. Martin), « Canton d'Argovie » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  7. « Les points culminants des cantons suisses » [xls], sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  8. (de) « Intermontane Relationen Inhalt », sur reliefs.ch, (consulté le ).
  9. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  10. MétéoSuisse, « Normes climatologiques Buchs/Aarau » [PDF], sur meteosuisse.admin.ch (consulté le ).
  11. MétéoSuisse, « Normes par paramètre » [PDF], sur meteosuisse.admin.ch (consulté le ).
  12. « Sentier des légionnaires de Vindonnissa »
  13. Dieter Geuenich, « Pourquoi les Alamans ont échoué face aux Francs », Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace,‎ , p. 33-45 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  14. Constitution de la République helvétique du 12 avril 1798, article 18 : « Les Ligues-Grises sont invitées à devenir partie intégrante de la Suisse ; & si elles répondent favorablement à cette invitation, les cantons seront provisoirement au nombre de vingt-deux ; savoir : — Le canton du Valais ; chef-lieu, Sion. — Celui de Léman, ou Pays-de-Vaud ; chef-lieu, Lausanne ; — De Fribourg, y compris les bailliages de Payerne, d'Avenche[s], jusqu'à la Broye, & de Morat ; chef-lieu, Fribourg ; — De Berne, sans le Pays-de-Vaud & l'Argovie ; chef-lieu, Berne ; [...] — D'Argovie, à commencer par Arbourg [Aarburg] & Zofingue [Zofingen] ; chef-lieu, A[ar]au ; [...] ».
  15. Traité de Campo-Formio du 17 octobre 1797, articles secrets, article 6 : « S. M. I. et. R. cédera, à la paix de l'Empire, à la République Française la souveraineté et propriété du Fricktal et de tout ce qui appartient à la Maison d'Autriche sur la rive gauche du Rhin, entre Zurzach et Bâle, moyennant qu'à la paix susdite, S. M. obtienne une compensation proportionnelle en Allemagne qui soit à sa convenance. La République Française réunira lesdits pays à la République Helvétique, moyennant les arrangements qu'elles pourront prendre entr'elles sans porter préjudice à S. M. l'Empereur et Roi, ni à l'Empire ».
  16. Traité de Lunéville du 9 février 1801, article II, alinéa 2 : « Sont pareillement cédés à la République française, par Sadite Majesté Impériale et Royale et du consentement formel de l'Empire : [...] ; 2° Le Fricktal et tout ce qui appartient à la Maison d'Autriche sur la rive gauche du Rhin, entre Zurzach et Bâle ; la République française se réservant de céder ce dernier pays à la République helvétique ».
  17. Dominik Sauerländer, « L'Argovie bernoise », Dictionnaire historique de la Suisse (DHS),‎ (lire en ligne Accès libre [PDF], consulté le )
  18. « Application des communes suisses | Application des communes suisses », sur www.agvchapp.bfs.admin.ch (consulté le )
  19. a et b « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  20. « Kantonspolizei Aargau - Kanton Aargau », sur www.ag.ch (consulté le )
  21. « Portrait JVA Lenzburg - Kanton Aargau », sur www.ag.ch (consulté le )
  22. Catalogue des établissements pénitentiaires, Berne, Office fédéral de la statistique, , 111 p. (lire en ligne), p. 10-11
  23. Daniel Fink, La prison en Suisse : Un état des lieux, Lausanne, Presses universitaires et polytechniques romandes, , 135 p. (ISBN 978-2-88915-175-2), chap. 2 (« Le système carcéral suisse et sa modernisation récente »), p. 17-21
  24. « Population résidante de la Suisse, par grande région et canton, de 1850 à 2000 » [xls], sur www.ge.ch (consulté le ).
  25. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur bfs.admin.ch (consulté le ).
  26. a et b  « Religions », Office fédéral de la statistique, (consulté le )
  27. « Drapeaux des cantons de Suisse », sur touslesdrapeaux.xyz (consulté le )
  28. « Langues », Office fédéral de la statistique, (consulté le )