Bruno Borrione

Bruno Borrione
Bruno Borrione
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Bruno Borrione (né à Palaiseau en 1961) est un architecte d'intérieur français[1], collaborateur à partir de 1985 du designer Philippe Starck.

Biographie

Diplômé de l’École Boulle (1978-1984), Bruno Borrione intègre l'équipe de Philippe Starck et participe aux divers projets au Japon (Nani Nani, Asahi) ou aux États-Unis pour Ian Schrager. En 1989-90, il travaille dans l'agence de Jean-Michel Wilmotte aux projets de rénovation du Grand Louvre et du musée des Beaux-Arts de Lyon.

En 1993, il ouvre son propre studio et dirige parallèlement le département architecture intérieure de Starck : hôtels Hudson (à New York), Delano (à Miami), Mondrian (à Los Angeles) ou St-Martins Lane et Sanderson (à Londres) pour Ian Schrager ; boutiques Alain Mikli (New York, Paris, Dusseldorf, Tokyo) ou librairies pour Benedikt Taschen (Paris, Los Angeles, Bruxelles, Berlin, Copenhague, New-York, Londres, Miami), hôtels Faena à Buenos Aires ou Fasano à Rio de Janeiro ; hôtels SLS pour Sam Nazarian à Los Angeles, Las Vegas, New-York, etc. De 2014 à 2016 il est le président de la SAS Starck + Borrione (S++B)[2].

En nom propre, il entame une collaboration de plusieurs années avec la chef Anne-Sophie Pic. Parallèlement à des résidences privées (Beyrouth, Londres, Los Angeles, etc.) il continue de concevoir principalement des hôtels et des restaurants à Paris, Madrid, Londres ou New-York. En 2020, il est l'architecte de la rénovation de l'hôtel Westminster du Touquet-Paris-Plage[3].

Bruno Borrione enseigne également l’architecture intérieure à l’école Camondo et assure la direction artistique pour deux éditeurs de meubles.

Liens externes

Notes et références

  1. Vignando, Dorane, « Bruno Borrione, l'archi au cœur de rocker », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  2. « Actes déposés au greffe pour la société S + - Infogreffe », sur www.infogreffe.fr (consulté le )
  3. Yan Bernard-Guilbaud, « Au Touquet, Barrière réenchante le Westminster », sur lefigaro.fr, (consulté le ).