Anatomie d'une chute

Anatomie d'une chute
Logo du film.
Réalisation Justine Triet
Scénario Justine Triet
Arthur Harari
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Pelléas
Les Films de Pierre
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 151 minutes
Sortie 2023

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Anatomie d'une chute est un drame français co-écrit et réalisé par Justine Triet, sorti en 2023.

Le film est présenté pour la première fois dans le cadre de la compétition officielle du Festival de Cannes 2023, et obtient la Palme d'or — Justine Triet devenant la troisième femme à remporter cette prestigieuse récompense.

Le film obtient par la suite de nombreuses récompenses et nominations. En janvier 2024, il devient le premier film français à remporter le Golden Globe du meilleur scénario et décroche aussi celui du meilleur film en langue étrangère. Le film est nommé à cinq reprises aux Oscars 2024, notamment comme meilleur film (ce qui en fait le dixième long métrage français de l'histoire en lice pour ce prix) et meilleur réalisateur. En France, le film est notamment nommé 11 fois pour les César 2024, entre autres dans les catégories meilleur film, meilleure réalisation et meilleur scénario original[2].

Synopsis

Présentation générale

Sandra Voyter, Samuel Maleski et leur fils Daniel, âgé de onze ans vivent à la montagne, non loin de Grenoble. Un jour, Samuel est retrouvé mort au pied de leur chalet. Suicide ou homicide ? Une enquête est ouverte, et Sandra est mise en examen malgré le doute. Un an plus tard, Daniel assiste au procès de sa mère, véritable dissection du couple.

Synopsis détaillé

Dans un chalet isolé en montagne près de Grenoble, Samuel Maleski écoute de la musique dans son grenier si fort que sa femme, Sandra Voyter, romancière bisexuelle allemande, demande à reporter son entretien avec une étudiante qui l'interviewait. Leur fils, Daniel, revient d'une longue promenade avec son chien guide Snoop et découvre Samuel mort en dessous de la fenêtre du grenier. En parlant à un vieil ami, l'avocat Vincent Renzi, Sandra déclare que la chute devait être accidentelle.

Lorsque Vincent rétorque que le tribunal ne croira pas à un accident, Sandra informe Vincent de la tentative précédente de Samuel de faire une overdose d'aspirine, six mois auparavant, après avoir arrêté ses antidépresseurs. Vincent remarque un bleu sur son bras, qu'elle explique par un heurt contre un plan de travail.

Daniel rapporte aux enquêteurs de la police que ses parents avaient une conversation paisible lorsqu'il a quitté la maison, mais donne des versions contradictoires sur sa position exacte à ce moment-là. Ceci, ajouté à une autopsie révélant que la blessure à la tête de Samuel s'est produite avant que son corps ne touche le sol, des projections de sang, et un enregistrement audio d'une dispute entre Samuel et Sandra la veille de sa mort, conduit à la mise en examen de Sandra.

Pendant le procès, l'équipe de défense de Sandra soutient que Samuel est tombé de la fenêtre du grenier et s'est cogné la tête sur un abri, tandis que l'accusation prétend que Sandra l'a frappé avec un objet contondant et l'a poussé depuis le balcon du troisième étage. Lors d'un échange tendu au tribunal avec le psychiatre de Samuel, qui insiste sur l'absence d'intentions suicidaires chez Samuel, elle exprime son ressentiment envers lui.

Dans l'enregistrement de la dispute, Samuel l'accuse de plagiat, d'infidélité, et de vouloir contrôler sa vie. La dispute s'envenime et devient violente, sans qu'on sache qui frappe qui. L'accusation soutient que toute la violence émane de Sandra. Elle affirme avoir lancé un verre contre un mur et giflé Samuel, et explique les bleus sur ses bras par le fait que Samuel l'a saisie, ajoutant que les autres bruits de la violence entendue provenaient de Samuel qui se frappait lui-même.

Après que Sandra a reconnu avoir eu une liaison avec une femme l'année précédant la mort de Samuel, l'accusation argumente que la musique forte de Samuel traduisait sa jalousie provoquée par le jeu de séduction entre Sandra et l'intervieweuse, qui a conduit à la confrontation physique et, selon l'accusation, au meurtre. Le procureur met en avant la tendance de Sandra à transposer ses conflits personnels dans ses récits et comment tuer Samuel pourrait refléter les pensées d'un personnage secondaire de son dernier roman.

Sandra conteste en disant qu'un enregistrement audio ne représente en rien la nature de leur mariage, ni que les propos d'un personnage de l'un de ses romans ne reflètent ses propres tendances. Bouleversé par les événements, Daniel insiste pour témoigner avant les plaidoiries finales le lundi suivant, et le juge établit des règles strictes pour éviter toute influence sur son témoignage, y compris la présence d'une superviseur judiciaire, Marge, et exige que toutes les conversations se déroulent en français, malgré les difficultés de Sandra avec la langue.

Daniel demande ensuite à Sandra de quitter la maison pour le week-end afin que seule Marge puisse veiller sur lui et Snoop. Après avoir entendu le témoignage de Sandra sur l'overdose d'aspirine de Samuel, Daniel se souvient que Snoop était tombé malade à cette époque et suspecte maintenant que Snoop a mangé du vomi de Samuel ; il nourrit délibérément Snoop avec de l'aspirine ce week-end là et constate le même effet, ce qui corrobore le témoignage de Sandra.

Daniel confie à Marge son angoisse à déterminer ce qui est vrai, elle lui répond que parfois, lorsque nous ne savons pas ce qui est réellement vrai, nous pouvons simplement décider ce qui est vrai pour nous. À la barre, Daniel affirme que si sa mère a fait cela, il ne peut pas le comprendre, mais si c'est son père, il le peut. Il témoigne que lorsque lui et Samuel emmenaient Snoop chez le vétérinaire, son père lui avait parlé de la nécessité d'être prêt à voir mourir ceux qu'on aime et que sa propre vie continuera, ce que Daniel interprète maintenant comme les pensées suicidaires de Samuel.

Peu après le témoignage de Daniel, Sandra est acquittée. Lorsqu'elle rentre à la maison, Daniel lui dit qu'il avait peur de son retour et elle répond qu'elle aussi, ce qui mène à une étreinte chaleureuse. Alors que Sandra se prépare pour le coucher, elle s'attarde sur une photo d'elle et Samuel avant de s'endormir avec Snoop.

Fiche technique

Médias externes
Images
Affiche officielle sur Allociné
Vidéos
Bande-annonce officielle sur le compte YouTube de Le Pacte

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Distribution

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Production

Genèse et développement

Justine Triet, qui coécrit le scénario durant le confinement de 2020 avec son compagnon Arthur Harari, a expliqué l'avoir construit comme « un puzzle », dans lequel « le spectateur est projeté dès la première scène et dont il ne comprend que tardivement le sens »[5]. Elle précise dans un entretien à Affaires culturelles sur France Culture que son compagnon et elle étaient dans des pièces séparées de leur appartement et s'envoyaient des versions par mail. Elle ajoute également que la scène de la dispute, point culminant du procès, a nécessité plus de 70 réécritures[6].

Le scénario du film est écrit pour l'actrice allemande Sandra Hüller, déjà présente sur Sybil, le précédent film de Justine Triet[7]. Du fait de sa présence, une partie du film est tournée en anglais, notamment lors des audiences.

Inspirations

Justine Triet s'est dite « fascinée par l'affaire Amanda Knox » et a déclaré qu'elle souhaitait « aborder la question judiciaire dans ses moindres détails[8] ». Amanda Knox est une auteure, militante et journaliste américaine emprisonnée pendant près de quatre ans en Italie à la suite de sa condamnation en 2007 pour le meurtre de Meredith Kercher, une camarade d'un programme d'échange linguistique qui partageait son appartement. En 2015, Amanda Knox est acquittée par la Cour suprême de cassation de l'Italie. Sa famille est insolvable après avoir contracté de lourdes dettes à cause des années passées à la soutenir. Le produit de la vente des mémoires d'Amanda Knox a servi à payer les frais des avocats italiens[9],[10].

Dans un entretien avec sa maison de production Le Pacte, Justine Triet explique son envie de longue date de faire un film sur la défaite d'une relation, en comparant la chute mortelle de Samuel au début du film à la chute d'un couple. La réalisatrice décrit l'obsession du film pour la chute, notamment inspirée par le générique de la série américaine Mad Men où la silhouette de Don Draper « n'en fini pas de tomber »[7].

La cinéaste reconnaît être « devenue incollable sur le juge des libertés, grâce à la complicité d'un ami avocat et cinéphile[11] quand la trame de ce “film de procès[11]” inspiré de faits divers de documentaires criminels est dévoilée en janvier dans une enquête du Monde[11] » lors de la première projection le 19 mai à Cannes et dans plusieurs villes. Afin de s'assurer de l'exactitude technique du procès ainsi que de la conception de l'audience, elle fait appel à un avocat pénaliste Vincent Courcelle Labrousse. Selon elle, le procès français est plus « bordélique » (sic.) que le procès américain dans sa distribution de la parole, lui permettant de prendre le contre-pied des procès américains, avec un film très français et des «blocs » de parole ininterrompus[7].

Deux pièces pour piano seul sont utilisées pour le film et jouées par le jeune garçon : Asturias d'Isaac Albéniz et le prélude no 4 en mi mineur de Frédéric Chopin. Elles sont très caractérisées et s'opposent même fortement. Prises globalement elles sont l'une et l'autre en opposition avec l'univers des steeldrums (les tambours d’aciers caribéens) de l'ensemble allemand Bacao Rhythm & Steel Band que reprend le rappeur 50 Cent[12], et que le père écoute.

Tournage

Le tournage a lieu en et en Savoie dans la vallée de la MaurienneVillarembert, à Fontcouverte-la-Toussuire, Saint-Jean-de-Maurienne et Saint-Léger), en IsèreMontbonnot-Saint-Martin et Grenoble)[13] et en Charente-Maritime[14], notamment au palais de justice de Saintes en avril-mai 2022[15].

Accueil

Décrit comme un « un thriller procédural hitchcockien » et inspiré de faits divers de documentaires criminels, le film recueille, après sa projection le à Cannes, le meilleur score dans le panel de critiques compilé par la revue Screen International, ex-aequo avec May December de Todd Haynes[16],[17].

Le règlement du festival empêchant le jury d'attribuer un second prix aux productions ayant obtenu la Palme d'or ou le Grand Prix du jury, l'actrice principale Sandra Hüller (également actrice principale de La Zone d'intérêt de Jonathan Glazer, Grand Prix du Jury cette même édition) n'a pas obtenu celui d'interprétation féminine, auquel s'était préparée la critique du film[18].

Le site américain Rotten Tomatoes propose un score de 98 % et une note moyenne de 8.4/10 à partir de l'interprétation de 41 titres de presse[19].

En France, le site Allociné propose une moyenne de 4,4/5, après avoir recensé 40 critiques de presse.

Box-office

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 1 583 254 entrées en cours 22
Drapeau des États-Unis États-Unis 430 000 entrées - 4 296 930 $ en cours 16
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 302 000 entrées en cours 13
Espagne 277 000 entrées en cours 8
Royaume-Uni 223 000 entrées fini 7
Drapeau de l'Italie Italie 201 000 entrées en cours 14
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 100 000 entrées en cours 13
Drapeau de la Belgique Belgique Luxembourg 74 000 entrées en cours 14
Monde Monde hors France 2 000 000 entrées
(14 147 990 $)
en cours 15

Monde Total mondial 3 424 101 entrées - 25 090 505 $[22] en cours 22

En France

Pour son premier jour d'exploitation en France, Anatomie d'une chute se place à la première place du box-office des nouveautés avec 55 382 entrées, dont 8 375 en avant-première[23]. Pour son premier week-end d'exploitation en salles, le film cumule 262 698 entrées sur 379 copies, se plaçant en deuxième place du box-office, derrière Barbie (288 185 entrées) et devant Oppenheimer (231 550 entrées)[24]. Anatomie d'une chute réalise le meilleur démarrage pour une Palme d'or depuis Entre les murs, qui cumule 358 000 entrées pour son premier week-end en France en 2008[25]. Pour sa troisième semaine d'exploitation, le film prend la tête du box office avec 191 392 entrées sur 738 copies[26], pour un cumul de 800 283 entrées[27].

Le , il dépasse le million d'entrées en France, un mois seulement après le début d'exploitation[28].

Le film cumule en plus d'1,5 million d'entrées.

Hors de France

Grâce à ses prix gagnés et aux très positifs retours lors du Festival de Cannes 2023 et ses sélections dans de très nombreux festivals, le film connaît une sortie internationale dans une cinquantaine de pays, où il est programmé pendant plusieurs mois, de à [30].

Fin , soit un mois après sa sortie, le film cumule près de 130 000 spectateurs grâce à sa sortie en Belgique, Grèce et Suisse romande notamment[31].

En , le film sort dans plusieurs grand pays parmi lesquelles les États-Unis, la Russie, l'Allemagne ou encore le Royaume-Uni. Le succès du film est confirmé avec de bons scores dans les pays où il est sorti en salles.

Aux États-Unis, le long métrage est sorti le dans une petite sélection de cinémas pendant deux semaines avant une sortie un peu plus large dans près de trois cents salles à partir de la semaine suivante. Ainsi, en trois semaines, le film de Justine Triet cumule près d'un million de dollars dont la moitié amassée lors de sa large sortie, ce qui lui a permis de se placer onzième au box-office américain pendant sa troisième semaine d'exploitation, un record pour un film français[32],[33].

Le film réalise un bon démarrage en Russie, où il cumule près de 25 000 entrées lors de sa première semaine d’exploitation, ce qui lui permet d'atteindre la onzième place du box-office russe.

Il en est de même en Italie, où le long métrage connaît un début particulièrement fort, en atteignant la cinquième place du box-office italien avec 32 000 entrées en première semaine.

Dans le même temps, le film continue sa course aux États-Unis, où lors de sa quatrième semaine d'exploitation, le film a engendré près d'un million de dollars supplémentaires dans près de 450 salles, ce qui lui permet de cumuler deux millions de dollars de recettes sur le sol américain[34].

À la mi-novembre, le film cumule près de 17,5 millions de dollars de recette dans le monde contre un budget de 6,5 millions de dollars. Après la France, c'est aux États-Unis que le film cumule le plus d'entrées avec près de 580 000 spectateurs et plus de 3 millions de dollars de recette récoltés[35].

Le film dépasse dans le même temps la barre symbolique des 100 000 entrées en Allemagne, Italie et Royaume-Uni[36].

Sorti en décembre en Espagne, le film cumule près de 200 000 entrées plus d'un mois après sa sortie.

En , le film dépasse les 200 000 entrées également en Royaume-Uni et en Allemagne[37].

Après son apogée au box-office américain, où le film était présent dans le top 15 durant deux semaines, le long métrage s'est fait plus rare, mais a continué son parcours sur ce territoire. Après sa double victoire aux Golden Globes et aux Critics' Choice Movie Awards en , le film a vu son nombre de copies de nouveau augmenter. À la mi-janvier, le film cumule près de 4 millions de dollars de recette[38],[39].

Prise de position au Festival de Cannes

Lors de la remise de la Palme d'or, la réalisatrice Justine Triet prononce un discours critique sur l'évolution en cours de la politique culturelle du gouvernement français et sur la façon dont il s'est comporté avec le mouvement social contre la réforme des retraites en France de 2023[40]. Le discours de Justine Triet a été critiqué par les partisans d'Emmanuel Macron, par des militants et des hommes politiques de droite[41],[42], ainsi que par la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, qui s'est déclarée « estomaquée par son discours si injuste »[43]. Emmanuel Macron n'a pas félicité la réalisatrice pour sa Palme d'Or à Cannes[44],[45]. En revanche, Justine Triet a été défendue par de nombreuses personnalités politiques ou du monde du cinéma et de la littérature contre les attaques personnelles dont elle a été l'objet dans les médias et les réseaux sociaux (voir la section « Prise de position » de l'article consacré a la réalisatrice).

Selon Variety, plusieurs connaisseurs et initiés français du monde de la politique et du cinéma ont affirmé que Justine Triet avait été « punie » pour avoir critiqué le gouvernement français lorsque le Centre national du cinéma et de l'image animée a choisi de soumettre La Passion de Dodin Bouffant plutôt qu'Anatomie d'une chute pour représenter la France dans la catégorie du meilleur film international à la 96e cérémonie des Oscars, à 4 voix contre 3 [46],[47],[48].D'autres initiés de l'industrie ont souligné le fait que Anatomie d'une chute comprend également des dialogues en anglais et n'est qu'à 59 % en français, alors que La Passion de Dodin Bouffant est 100 % en français[49]. Quoi qu'il en soit, c'est finalement Anatomie d'une chute qui obtient cinq nominations aux Oscars 2024, dont meilleur film [50].

Distinctions

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Récompenses

Nominations

  • Paris Films Critics Awards 2024[61] :
    • Meilleur film
    • Meilleure actrice pour Sandra Hüller
    • Meilleure réalisation pour Justine Triet
    • Meilleure révélation masculine pour Milo Machado-Graner
    • Meilleur scénario original pour Justine Triet et Arthur Harari
    • Meilleure photographie
    • Meilleur montage

Sélections

Notes et références

  1. « César : "Le Règne animal" et "Anatomie d'une chute" partent favoris, avec respectivement 12 et 11 nominations », sur Franceinfo, (consulté le ).
  2. « Les horaires des projections du 76e Festival de Cannes », sur Festival de Cannes, , p. 2.
  3. « Anatomie d'une chute », sur Cinémas Studio (consulté le ).
  4. « Palme D'or 2023: ce que raconte "Anatomie D'une Chute", le film de Justine Triet », sur BFM TV, .
  5. « Justine Triet : "Avec Anatomie d’une chute, je pensais faire mon film le plus radical" », sur France Culture, (consulté le ).
  6. a b et c Entretien avec Justine Triet, Le Pacte, , 13 p. (lire en ligne), p. 9
  7. Yannick Vely, « Justine Triet : « Pour “Anatomie d'une chute”, j'ai été fascinée par l’affaire Amanda Knox » », sur Paris Match, .
  8. (en) « Who is Amanda Knox? », sur the Guardian, (consulté le ).
  9. Sam Tanenhaus, « 'Waiting to Be Heard: A Memoir,' by Amanda Knox », sur The New York Times, (consulté le ).
  10. a b et c Clarisse Fabre, « Justine Triet, cinéaste : « Ecrire à deux, c’est un jeu de ping-pong » », sur Le Monde, .
  11. « Anatomie d'une chute de Justine Triet : Chopin tombe à pic », sur Radio France, (consulté le ).
  12. « Anatomie d’une chute », sur auvergnerhonealpes-cinema.fr (consulté le ).
  13. Philippe Ménard, « Festival de Cannes : la Palme d’or, « Anatomie d’une chute », met Saintes en vedette, les images du tournage », sur Sud Ouest, .
  14. Philippe Ménard, « Comment « Anatomie d'une chute » a relooké le tribunal de Saintes », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 8.
  15. (en) « Anatomy of a Fall », sur mk2films.com.
  16. « Au Festival de Cannes, la réalisatrice Justine Triet conquiert la critique », sur Radio Canada International, .
  17. Marc-André Lussier, « La Palme d’or à Anatomie d’une chute », sur La Presse, .
  18. (en) « Anatomy of a Fall », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  19. (en) « Anatomie d'une chute (2023) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  20. « Box-office 1er jour : Anatomie d’une chute tombe sur ses pieds », sur Boxoffice Pro, .
  21. « Top week-end du 23 au 27 août 2023 », sur Zickma.fr, .
  22. Tanguy Colon, « Box-office week-end : Anatomie d’une chute met fin à la domination de Barbenheimer », sur Boxoffice Pro, .
  23. « Box Office France du 6 au 15 septembre 2023 », sur Zickma, .
  24. Slim Mrad, « Box-office hebdo : Anatomie d’une chute cavale en tête », sur Boxoffice Pro, .
  25. « Succès critique et public, Anatomie d'une chute dépasse le million d’entrées en France », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  26. « Anatomie d'une chute de Justine Triet (2023) », sur Unifrance (consulté le ).
  27. « Box-office international des films français - Septembre 2023 », sur Unifrance (consulté le ).
  28. « Anatomy of a Fall », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  29. « The Numbers - Weekend Box Office Chart for October 27, 2023 », sur The Numbers (consulté le ).
  30. « Domestic 2023 Weekend 44 », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  31. « Box-office international des films français - Octobre 2023 », sur Unifrance (consulté le ).
  32. « Anatomy of a Fall », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  33. « Anatomie d'une chute (Anatomy of a Fall) (2023) - JP Box-Office (Mobile) », sur jpbox-office.com (consulté le ).
  34. « Anatomy of a Fall », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  35. Laurent Borredon, « Golden Globes 2024 : avec Oppenheimer, Pauvres Créatures et Anatomie d'une chute, la revanche des salles obscures », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Jean-Michel Frodon, « Pourquoi ce qu’a dit Justine Triet à Cannes est légitime », sur Slate.
  37. Emilio Meslet, « Cannes : la Macronie ne décolère toujours pas contre Justine Triet », sur L'Humanité, .
  38. (en) Nicole Vulser, « French Palme d'Or winner provokes controversy with speech criticizing state for 'commercializing culture' », sur Le Monde, .
  39. « « Estomaquée » : la ministre de la Culture répond à Justine Triet », sur Le Point, .
  40. Anthony Berthelier, « Justine Triet toujours pas félicitée par Macron, et ça crée « comme un malaise » », sur HuffPost, .
  41. « Justine Triet : Macron, les raisons du silence », sur Radio France, .
  42. (en) Elsa Keslassy et Clayton Davis, « France Selects 'The Taste of Things' for Oscars' International Feature Film Race », sur Variety, .
  43. (en) 23 janvier 2024, « Anatomy of a Fail: Inside France’s Dysfunctional Oscar Committee », sur Variety.
  44. « Anatomie d’un ratage de la France aux Oscars », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le )
  45. (en) Rebecca Leffler, « France’s Oscar committee comes under the spotlight as rejected ‘Anatomy Of A Fall’ scoops five nominations », sur Screen International, .
  46. a et b (en) « 2024 Oscars Nominations: See the Full List », sur aframe.oscars.org, (consulté le ).
  47. « Cannes 2023 : Anatomie d’une chute de Justine Triet remporte la palme d’or », sur Libération, .
  48. (en) Scott Roxborough, « Cannes: 'Anatomy of a Fall' Border Collie Messi Wins Palm Dog in Most Competitive Canine Contest Yet », sur The Hollywood Reporter, .
  49. (en) « The winners of the 70th Sydney Film Festival », sur sff.org.au, .
  50. « Palmarès 2023 | BRIFF », sur Brussels International Film Festival (consulté le ).
  51. a et b Yannick Vely, « Golden Globes : quatre nominations pour "Anatomie d'une chute" », sur Paris Match, .
  52. (es) « Ganadores de los Premios Goya 2024: 'La sociedad de la nieve' y Juan Antonio Bayona arrasan en la gran noche del cine español », sur Fotogramas, (consulté le )
  53. (es) « Premios Goya 2024, la gala en directo : 'La sociedad de la nieve' gana el Goya a Mejor Película y arrasa en 12 categorías », sur El Mundo, (consulté le )
  54. Anna Marmiesse, « Les pré-selections pour le prix Louis-Delluc 2023 », sur Écran Total, .
  55. « César Nominations 2024 », sur offi.fr (consulté le ).
  56. « Nominations 2024 | Paris Film Critics Association », sur Paris Film Critics A (consulté le ).
  57. Orland Parfitt, « ‘20,000 Species of Bees’ leads nominations for Spain’s Goya Awards », sur ScreenDaily, .
  58. « Justine Triet, prix de la critique : « Débattre fait partie du plaisir de voir un film » », sur parismatch.com, (consulté le )
  59. (en) « TIFF Lineup Unveiled Amid Strikes: Awards Contenders ‘Dumb Money’, ‘The Holdovers’, ‘Rustin’; Starry Pics For Sale With Scarlett Johansson, Kate Winslet, Michael Keaton, Viggo Mortensen & More », sur Deadline Hollywood, .

Liens externes