Air Canada

Air Canada
Logo de cette compagnie

Tout un monde vous attend

AITA OACI Indicatif d'appel
AC ACA AIR CANADA
Repères historiques
Date de création 1937 (sous le nom de Trans-Canada Airlines)
Généralités
Basée à Aéroport international Pearson de Toronto
Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal
Aéroport international de Vancouver
Aéroport international de Calgary
Autres bases Aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa
Aéroport international d'Edmonton
Aéroport international Stanfield d'Halifax
Aéroport international James Armstrong Richardson de Winnipeg
Programme de fidélité Aéroplan
Alliance Star Alliance
Taille de la flotte

166 (excl. les filiales)

410 (incl. les filiales)
Nombre de destinations 200 (incl. les filiales)
Siège social Montréal, Canada
Filiales Air Canada Express (SkyRegional)
Air Canada Jazz
Air Canada Jetz
Vacances Air Canada
Air Canada Rouge
Air Georgian
Effectif 27 000 [1] (2014)
Dirigeants Calin Rovinescu
Site web www.aircanada.com
Données financières
Chiffre d'affaires en augmentation 13 272 millions $ [1] (2014)
Résultat net en augmentation 105 millions $ [1] (2014)

Air Canada (code AITA : AC ; code OACI : ACA) est la plus grande compagnie aérienne nationale du Canada. Elle opère des vols domestiques et internationaux sur les cinq continents depuis ses plates-formes de correspondance à Toronto-Pearson, Montréal-Trudeau, Vancouver et Calgary. Air Canada est la 15e plus grande compagnie aérienne au monde[2]. En 2013, de concert avec son transporteur régional Air Canada Express, elle a transporté plus de 35 millions de passagers, exploitant 1 500 vols réguliers quotidiens et elle employait 27 000 personnes à temps plein à travers le monde[2]. Son siège social est situé à Montréal, après son déménagement de la ville de Winnipeg, au Manitoba en 1949. Elle est membre fondateur de Star Alliance.

Histoire

Fondée en 1937 comme Trans-Canada Airlines (TCA), elle effectua son premier vol, le 1er septembre 1937 entre Vancouver et Seattle transportant deux passagers et du courrier à bord d'un Lockheed 10A Electra.

Début des vols transcontinentaux entre Montréal-Vancouver, le volant avec 12 Lockheed L-14 Super Electra et 6 Lockheed L-18 Lodestar.

Le , premier vol transtlantique Montréal-Paris à bord d'un North Star[3].

Le , TCA est la première compagnie aérienne nord-américaine à exploiter le premier avion à turbopropulsion, le Vickers Viscount entre Montréal-Winnipeg[4].

En 1964, elle prend son nom actuel et devient Air Canada.

Le , inauguration de la ligne Montréal-Moscou. Printemps 1971, Air Canada est la première compagnie aérienne canadienne à exploiter le Boeing 747 pour ses vols européens et domestiques[5].

Elle devient privatisée en 1989.

Janvier 1990, Air Canada introduit à sa flotte l'Airbus A320[6].

Années 1990

Air Canada signe un accord stratégique avec la compagnie Air France en [7]. Air Canada rend public début-1993 un projet de rachat des lignes internationales de Canadian Airlines pour 200 millions de dollars canadiens et la reprise de 800 millions de dollars de dettes et loyers financiers de Canadian. Le projet prévoyait aussi que Canadian reste sur le système de réservation Gemini au moins jusqu'en 1999, empêchant Canadian de passer sur le système Sabre utilisé par American Airlines (Canadian étant en pourparlers avec la compagnie américaine au sujet d'un rapprochement). Canadian Airlines qualifie cette offre de « scandaleuse » et s'y oppose frontalement en faisant échouer le projet[8].

Air Canada investit 55 millions de dollars dans Continental Airlines en 1993 pour se garantir un accès au marché américain. La signature de l'accord ciel-ouvert entre le Canada et les États-Unis qui entre en vigueur le permet à Air Canada de lancer 33 nouvelles lignes transfrontalières entre février 1995 et décembre 1996. L'excellente conjoncture économique du milieu des années 1990 rend ces routes extrêmement profitables. L'accord de ciel-ouvert ouvrant le marché américain à Air Canada, la compagnie décide de céder sa participation dans Continental Airlines acquise en 1993 pour 359 millions de dollars soit un profit de 550 %[9].

Si le marché américain est extrêmement profitable pour la compagnie, celle-ci rencontre des difficultés sur son marché domestique. L'arrivée de compagnies à bas prix entraîne une guerre des prix faisant nettement diminuer le revenu par passager. Le marché international se porte bien au milieu des années 1990. Si l'offre entre le Canada et le Royaume-Uni est stable en 1996, Air Canada augmente significativement son offre vers l'Allemagne (en particulier Frankfort) du fait de l'accord stratégique signé entre Air Canada et Lufthansa à la mi-1996. Enfin, Air Canada étend son offre trans-pacifique avec l'ouverture des escales de Hong-Kong (en décembre 1995) et l'augmentation de l'offre sur Osaka en 1996[9].

En décembre 1996, elle introduit l'Airbus A319[6].

L'année 1997 est marquée par la création de Star Alliance. Air Canada en est un membre fondateur aux côtés d'United, Lufthansa, Scandinavian Airlines, Thai et Varig. C'est aussi en 1997 qu'Air Canada déménage ses opérations internationales de l'aéroport Montréal-Mirabel à l'aéroport Montréal-Dorval (devenu Montréal-Trudeau en 2004).

Air Canada annonce une commande de 8 avions long-courrier au Salon du Bourget en . Cette commande porte sur des Airbus A330 et A340 pour 1,4 milliards de dollars, livrables à partir de 2000. La compagnie acquiert aussi 5 options portant sur les nouvelles versions -500 et -600 de l'Airbus A340[10],[11].

Les négociations entre la direction d'Air Canada et ses 2 100 pilotes sur des augmentations salariales et des conditions de travail échouent le . Dès le lendemain les pilotes démarrent leur première grève depuis 1961. La compagnie, en prévision de la grève, avait conclu des ententes avec 15 autres transporteurs aériens et la compagnie ferroviaire Via Rail pour acheminer ses passagers malgré le conflit. La grève s'achève le après que les pilotes aient obtenus une augmentation salariale de 9 % sur deux ans (contre 10 % dans leurs revendications initiales) et une amélioration notable de leurs conditions de travail[12]. Le conflit aura causé d'importantes perturbations pendant 13 jours avec un impact financier de 250 millions de dollars[13].

Cette grève intervient dans un contexte de retournement de conjoncture pour la compagnie. Après une période 1994-1997 de forte croissance, la compagnie enregistre sa première perte en 5 années pour l'exercice fiscal 1998. La crise économique asiatique a notamment eu un impact important sur les opérations transpacifiques de la compagnie. Le prix de l'action décline fortement passant de 14,75 $CA fin-1997 à 6,15 $CA fin-1998. Dans une optique de redressement financier, la compagnie décide de[13]:

  • Moderniser sa flotte en retirant ses appareils les plus anciens (notamment les plus anciens Boeing 747 et les DC-9). Ces retraits sont compensés par les livraisons progressives d'appareils long-courriers plus récents (Airbus A330 et A340).
  • Réduire son offre en particulier dans l'ouest canadien qui est fortement déficitaire.
  • Augmenter son offre au contraire sur les liaisons Canada – États-Unis en profitant de l'accord ciel-ouvert entre les deux pays signé le .
  • Renforcer la plate-forme de correspondance de Toronto pour renforcer sa compétitivité par rapport à ses concurrentes américaines.

Années 2000

Un Boeing 747 portant une livrée hybride Canadian – Air Canada en 2001

En 2000, elle fut obligée d'absorber le deuxième transporteur aérien, Canadian Airlines qui connaissait de graves difficultés financières et était au bord de la faillite depuis la mi-1999. La direction d'Air Canada découvre à la lecture des états financiers de Canadian que la compagnie perdait alors 2 millions de dollars canadiens par jour. La décision d'intégrer au plus vite les activités de Canadian au sein de celles d'Air Canada a amené à une période de chaos (bagages perdus, retard et annulations de vols...) qui a culminé à l'été 2000. La situation n'a commencé à se stabiliser qu'à partir du début 2001[14]. Air Canada enregistre un déficit de 82 millions d'euros pour l'année 2000, la compagnie annonce un plan d'économie en pour tenter de redevenir profitable. Ce plan prévoit notamment 3 500 suppressions d'emplois (8 % de l'effectif total) et un remaniement de la flotte (retrait accéléré des vieillissants Fokker F28, sortie de 8 appareils long-courriers et report de livraisons d'appareils moyen-courriers)[15].

Les attentats du 11 septembre 2001 frappent de plein fouet le marché aérien d'Amérique du Nord. Air Canada, qui avait déjà annoncé 4 000 suppressions d'emplois en , annonce 5 000 suppressions d'emplois supplémentaires fin-. La compagnie réduit son programme de vol vers les États-Unis de 20 % et réduit ses capacités à l'international. Ces réductions s'accompagnent d'une forte réduction de la taille de la flotte avec le retrait de 84 appareils du service[16]. Malgré ses mesures la compagnie finit l'année 2001 avec une perte s'élevant à plus d'un milliard de dollars canadiens dans un contexte exécrable (trafic passager en chute de 11 %)[17]:

« Les résultats d'Air Canada au quatrième trimestre 2001 et sur l'année pleine reflètent l'environnement extraordinairement difficile dans lequel nous évoluons, ainsi que les autres compagnies nord-américaines. [...] Nous espérons maintenant un retour aux profits lors des prochains trimestres traditionnellement porteurs pour le secteur aérien »

— Robert Milton, Président d'Air Canada

Air Canada connait une situation financière désastreuse sur cette période et est poussée au règlement judiciaire le . La restructuration incluant une forte diminution du plan de retraite des employés et le changement des titulaires du capital (les nouveaux actionnaires étant le fond Cerberus, la Deutsche Bank et GE investissement) a permis une sortie de la protection des tribunaux le .

Le 19 octobre 2004, Air Canada affiche ses nouvelles couleurs et lance une campagne marketing importante, une nouvelle livrée sur ses avions, un nouvel uniforme pour son personnel de bord et rafraîchit son logo[18],[19],[20]. Le 31 octobre 2004, le dernier Boeing 747 d'Air Canada atterrit à Toronto depuis Francfort pour la dernière fois, mettant fin à 33 ans de service de Boeing 747 pour la compagnie aérienne[21].

Le , ACE Aviation, maison-mère d'Air Canada, annonce une entente avec Boeing qui comprend :

  • Une commande ferme de 18 Boeing 777 (dont 8 777-300ER et 6 777-200LR) livrables à partir de mars 2007 ainsi que de 18 options d'achats
  • Une commande ferme de 14 Boeing 787 livrables à partir de 2010 ainsi que 46 options d'achats

Ces appareils sont destinés au remplacement des Boeing 767, plus anciens et gourmand en carburant. Ainsi, le Boeing 787 a des frais de maintenance et de carburant de 30 % inférieurs à ceux du Boeing 767[22],[23],[24].

En 2007, Air Canada a célébré son 70e anniversaire. La même année, elle commence à exploiter ses premiers Boeing 777 sur ses vols internationaux, notamment le seul service sans escale entre Vancouver-Sydney[2].

Pour l'année 2008, Air Canada a subi une perte d'environ 1 milliard CAD, en comparaison, en 2007, la société avait réalisée des profits de 429 millions CAD[25]. L’année 2008 marque aussi le début du partage de code sur les lignes aériennes entre le Canada et la France avec la deuxième compagnie aérienne française, Corsairfly[26].

En avril 2009, Calin Rovinescu devient le nouveau PDG d'Air Canada[27].

Années 2010

Le , la Commission européenne condamne Air Canada ainsi que dix autres compagnies aériennes pour entente illicite qui viole les règles des traités européens. Ces entreprises s'étaient secrètement entendues pour exiger des surtaxes sur le transport de fret à partir de ou vers l'Union européenne. Air Canada est condamnée à verser une amende de 21 millions d'euros au budget européen[28].

Dans la nuit du 13 au 14 mars 2012, le parlement canadien vote un projet de loi gouvernemental destiné à interdire aux salariés d'Air Canada, en conflit avec leur direction, de se mettre en grève[29].

Le Air Canada a commandé 61 Boeing 737 MAX pour remplacer sa flotte d'Airbus A320 et A321[30].

Le , le vol AC624 d'Air Canada manque son atterrissage à Halifax, en Nouvelle-Écosse. L'avion a heurté un réseau d'antennes avant de glisser sur environ 340 mètres. Il y a eu 25 blessés mineurs parmi les 133 passagers et membres d'équipage[31].

Air Canada opère en permanence depuis le une liaison directe entre Montréal et Shanghai qui est le premier service direct offert entre Montréal et l'Asie[32].

Destinations

Articles détaillés : Air Canada et Air Canada Rouge.

Flotte

Airbus A320-211 d'Air Canada.
Airbus A321-200.

La flotte d'Air Canada se compose de 224 appareils (au mois de juin 2017)[33],[34],[35],[36] :

Flotte d'Air Canada
Avion Nombre Commandes
(Options)
Passagers Notes
Total Configuration J W Y Total
Airbus A319-100 18 14 106 120 8 A319 quiterront la flotte en 2018.
Airbus A320-200 42 14 132 146 Les A320 quitteront la flotte à partir du 31 décembre 2018.
Airbus A321-200 15 16 169 185 Les A321 quitteront la flotte à partir du 31 décembre 2018.
Airbus A330-300 8 27 21 244 292
Boeing 737 MAX 8 49 AC Options d'achat: 38

Servent à remplacer les monocouloirs Airbus (319, 320 et 321). Livraison à partir d'octobre 2017.

Livraisons 2017: 2

Livraisons 2018: 16

Livraisons entre 2019-2021: 43

Boeing 737 MAX 9 12 AC
Boeing 767-300ER 10 24 187 211 Seront remplacés par les Boeing 787-9. Sont transférés à Air Canada Rouge.
Boeing 777-200LR 6 40 24 236 300
Boeing 777-300ER 19 12 40 24 336 400
7 28 24 398 450
Boeing 787-8 8 20 21 210 251
Boeing 787-9 21 8 30 21 247 298
Bombardier CS 300 45 AC 30 options, livraison à partir de 2019. Les 25 premiers servent à remplacer les E190. Les autres servent à assurer la croissance d'Air Canada.
Embraer 190 25 9 88 97 Seront remplacés par les CS300 à partir de 2019.
Ligne principale 172 115
Air Canada rouge
Airbus A319-100 20 12 124 136
Airbus A321-200 5 16 184 200 Achetés neufs chez Airbus
Boeing 767-300ER 24 10 24 256 280
Rouge 49 10
Air Canada Jetz
Airbus A319-100 3 58 58
Jetz 3
Total 219 118


De plus, 175 appareils sont exploités sous la bannière d'Air Canada Express pour les vols régionaux :

Flotte d'Air Canada Express
Appareils en service Nombre d'appareils Sièges Intégré en Notes Opéré par
Canadair CRJ 900 5 76 (J12/Y64) 2017 Canada et États-Unis Jazz Air
Canadair CRJ 705 16 75 (J10/Y65) 2005 Canada et États-Unis Jazz Air
Canadair CRJ 200 10 50 1994 Canada et États-Unis Jazz Air
Canadair CRJ 200 12 50 2015 Canada et États-Unis Air Georgian
Canadair CRJ 100 4 50 2014 Canada et États-Unis Air Georgian
de Havilland Dash-8-100 16 37 1986 Canada et États-Unis Jazz Air
de Havilland Dash-8-300 26 50 1989 Canada et États-Unis Jazz Air
Bombardier Dash 8 Q400 NextGen 44 74 2011 Canada et États-Unis Jazz Air
Embraer 175 25 73 (J9/Y64) 2013 Canada et États-Unis. Sky Regional Airlines
Beechcraft 1900D 11 18 1999 Canada et États-Unis. Air Georgian
6 18 1999 Canada et États-Unis. Exploits Valley Air Services

Partenariats

Partage de codes

Outre ses partenaires Star Alliance, Air Canada a accords de partage de codes avec les compagnies aériennes suivantes[37] :

* membres de Star Alliance

Aéroplan

Aéroplan, le programme de fidélisation d'Air Canada.

Aéroplan est le programme de fidélisation d'Air Canada. Il permet aux membres d'accumuler des milles avec Air Canada et ses membres du réseau Star Alliance.

Direction de l'entreprise

Siège social

Centre Air Canada, le siège social d'Air Canada à Montréal

Le Centre Air Canada[40] (anglais : Air Canada Centre[41]), également connu sous le nom de La Rondelle, est le siège social d'Air Canada. Il est situé sur les terrains de l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal et de Saint-Laurent, Montréal. En 1994, David Israelson du Toronto Star a décrit l'implantation comme « ultra moderne »[42]. En 1990, la compagnie aérienne a annoncé le déplacement de son siège social du centre de Montréal vers l'aéroport pour réduire les coûts[43]. En 2004, la compagnie a annoncé qu'elle n'avait pas de projet de ramener son siège social en centre ville[44].

Liste des dirigeants de la compagnie

  • 1976–1984 : Claude Taylor
  • 1984–1990 : Pierre Jeanniot
  • 1990–1992 : Claude Taylor
  • 1992–1996 : Hollis L. Harris
  • 1996–1999 : R. Lamar Durrett
  • 1999–2004 : Robert Milton
  • 2004–2009 : Montie Brewer
  • Depuis 2009 : Calin Rovinescu[45]

Salon Feuille d'érable

Les Salons Feuille d'érable[46] sont des salons exclusifs aux membres d'Air Canada, profitant de privilèges comme centres d'affaires, accès internet, magazines, TV, collations légères, salles de réunions et douches[47].

Emplacements

  • Londres-Heathrow (+un salon d'arrivée qui n'est pas un salon Feuille d'Érable).
  • Québec-Lesage (n'est pas un salon Feuille d'Érable; contrat sous-traitance).

Prix

En 2009, Air Canada a été élue au 1er rang dans les catégories suivantes : Meilleur transporteur aérien en Amérique du Nord pour le service en classe affaires, Meilleur transporteur aérien en Amérique du Nord pour les vols internationaux, Meilleur service à bord en Amérique du Nord ainsi que Meilleurs agents de bord par les lecteurs du magazine Business Traveler[48]. Air Canada a été élue meilleure compagnie aérienne d'Amérique du Nord chaque année depuis 2010, selon Skytrax[49]. De plus, elle est classée 4 étoiles Skytrax[50].

Galerie

Notes et références

  1. a, b et c Survol-Air Canada
  2. a, b et c Profil de l'entreprise
  3. Archives Radio-Canada 1951
  4. Vickers Viscount
  5. Parc aérien historique d'Air Canada
  6. a et b Innovation d'Air Canada
  7. Philippe Escande, « Déjà partenaire d'Air Canada - Air France s'allie avec Continental Airlines », Les Échos,‎
  8. « Canadian rejette une offre d'Air Canada », Les Échos,‎
  9. a et b Rapport annuel 1996 d'Air Canada
  10. Rapport annuel 1997 d'Air Canada
  11. New York Times, « Airbus Wins 2 Big Orders For 4-Engine Rival to 747 » [« Airbus remporte 2 importantes commandes pour des quadriréacteurs rivaux du Boeing 747 »], sur nytimes.com, (consulté le 7 juin 2017)
  12. « Déclenchement d'une grève par les pilotes d'Air Canada », sur bilan.usherbrooke.ca, (consulté le 7 juin 2017)
  13. a et b Rapport annuel 1998 d'Air Canada
  14. (en) « Air Canada History », sur fundinguniverse.com (consulté le 28 mars 2017)
  15. Les Échos, « Air Canada va tailler dans ses plans de flotte et supprimer 3.500 emplois », (consulté le 12 juin 2017)
  16. Les Échos, « Nouvelles coupes claires dans le ciel nord-américain », (consulté le 12 juin 2017)
  17. Les Échos, « Air Canada : perte nette multipliée par 15 en 2001 », (consulté le 12 juin 2017)
  18. aircanada.com 19/10/04
  19. infopresse.com 20/10/04
  20. aircanada.com Logo
  21. aircanada.com 31/10/04
  22. (en) « Air Canada Locks In Boeing 777s and 787 Dreamliners », sur web.archive, (consulté le 28 mars 2017)
  23. « Air Canada renouvelle son entente avec Boeing », sur ledevoir.com, (consulté le 28 mars 2017)
  24. « Rapport annuel 2006 » [PDF], sur aircanada.com, (consulté le 28 mars 2017)
  25. « http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2009/02/20090213-070105.html »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté en 20130317)
  26. corsairfly.com
  27. La Presse Affaires 01/04/09
  28. Communiqué de presse de la Commission européenne, 9 novembre 2010
  29. La loi interdit une grève à Air Canada, Le Figaro, 14 mars 2012.
  30. Aéronautique: Air Canada lâche Airbus pour passer au tout Boeing, Challenges, 12 décembre 2013
  31. http://www.air-journal.fr/2015-03-29-un-a320-dair-canada-rate-son-atterrissage-a-halifax-5141802.html
  32. « Air Canada inaugure sa liaison directe Montréal-Shanghai », sur air-journal.fr, (consulté le 9 mars 2017)
  33. « Notre parc aérien », sur aircanada.com
  34. « Air Canada Fleet Details », sur planespotters.net
  35. « Air Canada Rouge Fleet Details », sur planespotters.net
  36. « Air Canada Jetz Fleet Details », sur planespotters.net
  37. « Vols à code multiple et les autres transporteurs », sur aircanada.com
  38. « Air Canada et Cathay Pacific partagent leurs codes », sur air-journal.fr, (consulté le 27 décembre 2016)
  39. « Air Canada et Virgin Australia en partage de codes », sur air-journal.fr, (consulté le 27 décembre 2016)
  40. "Coordonnées - Investisseurs." Air Canada. Consulté le 4 décembre 2010. "Centre Air Canada, 7373 boul. Côte-Vertu Ouest Saint-Laurent (Québec) H4S 1Z3."
  41. "Coordonnées - Investisseurs." Air Canada. Consulté le 4 décembre 2010. "Air Canada Centre, 7373 Côte-Vertu Blvd. West Saint-Laurent, Québec H4S 1Z3 ."
  42. (en) David Israelson, « Companies eye exits in case of separation », Toronto Star,‎ (lire en ligne)
  43. (en) « Air Canada layoffs blamed on free trade », Toronto Star, (consulté le 23 septembre 2009).
  44. (en) Robert Benzie, « Tories float Air Canada plan; Ready to lift bilingualism requirement Would 'level playing field,' party says », Toronto Star, (consulté le 3 septembre 2009).
  45. (en) « Executive Biographies », aircanada.com,
  46. Salon Feuille d'érable
  47. Caractéristiques et privilèges des Salons Feuille d'érable
  48. Marie Tison, « Air Canada a le meilleur service à bord en Amérique du Nord. Et les meilleurs agents de bord. », La Presse, (consulté en 0/02/2014)
  49. Skytrax 2010
  50. Skytrax

Annexes

Bibliographie

  • (en) Philip Smith, It seems like only yesterday : Air Canada, the first 50 years, Toronto, McClelland and Stewart, , 368 p. (ISBN 978-0-771-08211-5 et 978-0-771-08212-2, OCLC 13745205)

Liens externes