Aille (rivière)

L'Aille
Illustration
L'Aille à Vidauban.
Carte.
Cours de l'Aille.
Caractéristiques
Longueur 30,3 km [1]
Bassin 284 km2 [1]
Bassin collecteur l'Argens
Débit moyen 2,30 m3/s (Vidauban) [2]
Nombre de Strahler 5
Organisme gestionnaire syndicat mixte de l’Argens (SMA)
Régime pluvial méridional
Cours
Source massif des Maures
· Localisation Gonfaron
· Altitude 192 m
· Coordonnées 43° 17′ 40″ N, 6° 17′ 21″ E
Confluence l'Argens
· Localisation Les Arcs
· Altitude 26 m
· Coordonnées 43° 25′ 54″ N, 6° 30′ 40″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Var
Arrondissements Brignoles, Draguignan
Cantons Besse-sur-Issole, Luc, Lorgues
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur
Principales localités Le Luc, Vidauban

Sources : SANDRE:« Y5210500 », Géoportail, Banque Hydro

L'Aille est une rivière française, affluent droit de l'Argens. Elle coule entièrement dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie

Sous la départementale D33 entre les Mayons et le Luc.

De 30,3 km de longueur[1], elle prend sa source à Gonfaron dans le massif des Maures, dans le département du Var, à 192 m d'altitude au lieu-dit la Font d'Aille. D'une manière générale, elle a un parcours orienté depuis le sud-ouest vers le nord-est. Tout au long de son parcours, elle reçoit en rive droite de nombreux petits affluents venus du sud, du massif des Maures.

L'Aille conflue en rive droite de l'Argens (donc au sud) sur la commune Des Arcs à 26 m d'altitude, juste après le Pont d'Aille et à moins de 200m du Pont de la Tournavelle en amont sur l'Argens.

Communes et cantons traversées

Dans le seul département du Var, l'Aille traverse les six communes[1] suivantes, dans trois cantons, de l'amont vers aval, de Gonfaron (source), Les Mayons, Le Luc, Le Cannet-des-Maures, Vidauban et Les Arcs, où elle rejoint l'Argens.

Soit en termes de cantons, l'Aille prend source dans le canton de Besse-sur-Issole, traverse les canton du Luc et conflue dans le canton de Lorgues, le tout dans les deux arrondissement de Brignoles et arrondissement de Draguignan.

Bassin versant

L'Aille traverse une seule zone hydrographique 'l'Aille' (Y521), de 284 km2[1] de superficie. Ce bassin versant est constitué à 67,56 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 27,22 % de « territoires agricoles », à 5,34 % de « territoires artificialisés »[1].

Organisme gestionnaire

Un syndicat mixte de l’Argens (SMA), qui a pour compétence l’entretien, la gestion, l’aménagement des cours d’eau et la prévention des inondations dans le bassin de l’Argens, regroupe soixante-quatorze communes, dix intercommunalités, a été créé le . Celui-ci mettra en œuvre (à partir de mi-2015) l’ensemble du programme d’action alors défini pour une durée de 5 à 6 ans renouvelable[3], [4],[5].

Affluents

Le Mourrefrey dans la Plaine des Maures
Le lac des Escarcets à Le Cannet-des-Maures.

L'Aille a seize affluents référencés[1] :

  • le Vallon de Maraval (rg[note 1])
  • le Ruisseau de Font Fraye (rd)
  • l'Estagnol (rg)
  • le ruisseau de la Nasque (rd)
  • Le Réal d'Or (rd)
  • le Vallon du Teissadon (rd)
  • Le Mourrefrey (rd) 10,5 km sur les deux communes des Mayons et du Cannet-des-Maures de rang de Strahler trois avec trois affluents :
    • le Vallon de Valviolette (rg)
    • le Vallon de la Pommière (rd)
    • le Vallon de Rascas (rd) avec quatre affluents
  • le Vallon de Rouré Trouca ou Vallon des Jaudelières (rd) avec un affluent :
    • le Vallon de Sauronne ou des Sauronnes (rg)
  • le Riautort (rg) de rang de Strahler trois avec quatre affluents dont :
    • le Réal Martin
    • le ruisseau de Soliès
  • le Vallon des Bertrands (rd) de rang de Strahler quatre avec quatre affluents dont :
  • le Ruisseau de Fenouils (rd) avec un affluent :
    • le Vallon du Cros d'Allié,
  • le Ruisseau du Cavalier (rg)
  • le Vallon de Belleïman (rd) de rang de Strahler quatre avec quatre affluents
  • le Vallon des Bugades (rd)
  • le Vallon du Verne (rg)
  • le Vallon de la Coucourelle (rd)

Rang de Strahler

Son rang de Strahler est donc de cinq.

Hydrologie

L'Aille à Vidauban

L'Aille a été observée depuis le , à Vidauban au lieu-dit le Baou, à 41 m d'altitude et pour un bassin versant de 229 km2[2] sur les 284 km2 total de l'Aille, soit 81 %.

Le module à Vidauban est de 2,30 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y5215020 - L'Aille à Vidauban (Le Baou) pour un bassin versant de 229 km2 et à 41 m d'altitude[2] 
(le 08-01-2014 - données calculées sur 46 ans de 1968 à 2014)
Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Étiage ou basses eaux

Les basses eaux ou VCN3 lors d'une quinquennale sèche est de 0,001 m3/s[2] soit 1 litre par seconde, ce qui est sévère.

Crues

Le débit instantané maximal a été de 321 m3/s le , la hauteur maximale instantanée de 402 cm soit 4,02 m le et le débit journalier maximal de 239,0 m3/s ce même .

Le QIX 5 ou crue quinquennale est de 200 m3/s, le QIX 10 ou crue décennale de 240 m3/s, le QIX 20 ou crue vicennale de 280 m3/s, le QIX 50 ou crue cinquantennale de 330 m3/s le QIX 100 ou crue centennale n'a pas pu être estimé et calculé, vu la période d'observation de 46 ans.

Lame d'eau et débit spécifique

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 335 millimètres annuellement, ce qui est 10 % supérieur à la moyenne en France, à 300 mm/an. Le débit spécifique (Qsp) atteint 10,6 L/s/km2 de bassin[2].

Écologie

La vallée de l'Aille est une ZNIEFF de type II depuis 2003 pour 440 hectares sur les six communes du cours d'eau : ZNIEFF 930020307[6].

L’Aille et quelques-uns de ses affluents abritent divers poissons. Dans sa partie haute (de sa source à l’affluence du Riautort), l’Aille n’est peuplée principalement que de chevesne ; une population de barbeau méridional existe, moins présente, mais non négligeable. Dans sa partie basse (de l’affluence avec le Riautort jusqu’à sa confluence avec l’Argens), son débit plus large, plus lent et profond de manière générale, lui permet d’abriter poissons blancs et carnassiers, à savoir : carpe commune, gardon, brème commune, vairon, carassin, chevesne et autres poissons blancs, mais aussi des carnassiers comme le grand brochet, la perche commune, l'anguille d'Europe… La truite arc-en-ciel est déversée au printemps. La perche soleil (espèce susceptible de créer des déséquilibres biologiques) est aussi présente.

Par ailleurs, la truite fario aurait été décelée dans l’Aille sur des secteurs préservés et d’eau vive.

Galerie

Voir aussi

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :

Notes et références

Notes

  1. rd pour "rive droite" et rg pour "rive gauche"

Références

Ressource relative à la géographie :