Conservatoire de musique, danse et art dramatique en France

(Redirigé depuis Conservatoire national supérieur de musique et de danse)
Conservatoire de musique, danse et art dramatique en France
Image dans Infobox.
Vue nocturne des bâtiments du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon.
Histoire et statut
Dates-clés
Type
Établissement d'enseignement supérieur ()
Forme juridique
Disciplines
Localisation
Pays

Les conservatoires de musique, danse et art dramatique en France dispensant un enseignement initial et supérieur dans les disciplines de la musique, de la danse et du théâtre sous le contrôle du ministère de la Culture.

Le classement des types de conservatoires, aussi appelés établissements publics d'enseignement artistique, est inscrit au sein de l'article R461-1 du Code de l'Éducation. Ce classement prend en compte la nature et le niveau des enseignements dispensés, les qualifications du personnel enseignant et la participation de l'établissement à l'action éducative et culturelle locale. Il distingue trois types d'établissements : les conservatoires à rayonnement communal ou intercommunal (CRC), les conservatoires à rayonnement départemental (CRD) et les conservatoires à rayonnement régional (CRR).[1]

Histoire

L'élaboration d'un plan d'enseignement public après la Seconde Guerre mondiale

A partir de la fin des années 1960, l'organisation de l'enseignement public de la musique a été élaborée au niveau national par le ministère de la Culture et de la direction chargée de la musique devenue Direction générale de la création artistique (DGCA). Il appartient au ministère chargé de la Culture d'orienter, à l'échelle nationale et dans un contexte européen, un enseignement artistique spécialisé pour chaque conservatoire.

Marcel Landowski, mandaté par le gouvernement d'André Malraux, a poursuivi dans le champ musical la politique de décentralisation initiée par le ministre de la Culture de 1959 à 1969, en ouvrant les conservatoires aux musiques actuelles, mais également à la musique ancienne et aux musiques traditionnelles, Maurice Fleuret a mis en œuvre avec le ministère des schémas d'orientation pédagogique de 1984, 1992 et 1996 puis la Charte de l'enseignement artistique spécialisé de 2001 qui ont clarifié les différentes missions des établissements concernés. Le schéma d'orientation pédagogique de l'enseignement initial de la musique, publié en 2008, constitue aujourd'hui le document de référence pour l'ensemble des enseignants, directeurs et élus.

Lors des années 1970, l'une des singularités du plan Landowski a consisté à dessiner un plan d'aménagement du territoire pour l'enseignement musical avec la création des maisons de la culture. Les métropoles régionales étaient néanmoins déjà dotées de conservatoires avec notamment les succursales du Conservatoire supérieur de musique de Paris conçues au début du XIXe siècle. Ainsi ont été imaginés pour chaque région et chaque département des conservatoires « pilotes » proposant de 15 à 30 disciplines musicales et dispensant un enseignement à tous les échelons.

Décentralisation massive des institutions musicales à partir du XIXe siècle

Le maillage du territoire s'est dessiné au niveau régional avec les conservatoires nationaux de région (CNR) et au niveau départemental avec les écoles nationales de musique (ENM). Le cahier des charges des CNR et ENM différait par le nombre de disciplines enseignées, une trentaine pour les uns, une quinzaine pour les autres.

À l'échelle locale, des conservatoires municipaux pouvaient être agréés par le ministère de la Culture : le nombre de disciplines enseignées apparaissait alors secondaire, la formation musicale et le chant choral demeurant les seules disciplines exigées pour prétendre à cette distinction. Ces critères sont désormais définis clairement par le décret 2006–1248 du 12 octobre 2006. Ce décret change les dénominations de CNR, ENM et écoles agréées qui deviennent respectivement conservatoires à rayonnement régional (CRR), départemental (CRD) et communal ou intercommunal (CRC).

Chaque région doit être constituée d'un CRR, d'autant de CRD qu'elle compte de départements et d'un nombre d'établissements agréés. La réalité est tout autre puisque la répartition des conservatoires s'est dessinée avant tout en fonction de critères démographiques : ainsi, l'Île-de-France a vite été pourvue de 7 CRR et 23 CRD, alors que la Corse a attendu le XXIe siècle pour être dotée d'un CRD. L'héritage culturel a sans aucun doute été un facteur important pour certains pôles régionaux comme le Nord-Pas-de-Calais, qui dispose de 2 CRR et 7 CRD.

Depuis le plan Landowski, le paysage musical s'est modifié avec une hausse importante du nombre de CRC, alors qu'ils étaient une centaine durant les années 1980, ils sont désormais plus de 300. On compte par ailleurs une quarantaine de CRR et plus d'une centaine de CRD. Un certain nombre de textes de loi spécifiques à l'enseignement spécialisé ont été publiés depuis 2005. Ces décrets et arrêtés parachèvent un chantier ouvert depuis 1970.[2]

Types de conservatoires

Conservatoires nationaux supérieurs

Il y a trois conservatoires nationaux supérieurs en France : le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMD de Paris) créé en 1795, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon (CNSMD de Lyon) créé en 1980 et le Conservatoire national supérieur d'art dramatique (CNSAD) créé en 1946 par scission avec le CNSMD de Paris.

Ils sont agréés par le ministère de la Culture[3] pour assurer « une préparation à l'entrée dans les établissements d'enseignement supérieur de la création artistique dans plusieurs domaines du spectacle vivant »[4],[5], dont la musique. Le ministère de la Culture peut, après avis du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche artistiques et culturels, accréditer d'autres établissements, notamment financés par les collectivités territoriales, à délivrer des diplômes d'école et les diplômes nationaux[6], grâce au label Enseignement supérieur Culture.

« Les établissements d'enseignement supérieur de la création artistique dans les domaines du spectacle vivant et des arts plastiques concourent à la réalisation des objectifs et des missions du service public de l'enseignement supérieur, pour ce qui concerne la création dans les domaines du spectacle vivant et des arts plastiques, et aux stratégies nationales de l'enseignement supérieur et de la recherche »

— Article L759-1 du Code de l'éducation

Conservatoires à rayonnement régional

Les Conservatoires à rayonnement régional (CRR) désignent les anciens conservatoires nationaux de région (CNR). Il y a quarante-trois conservatoires à rayonnement régional en France. Dans le cadre des objectifs et missions communs aux conservatoires, les conservatoires à rayonnement régional ont vocation à mettre en place des résidences d'artistes.[7]

Les CRR doivent dispenser ou garantir dans les trois spécialités qui leur sont reconnus tels que la musique, la danse et le théâtre, un cursus complet comprenant le 3e cycle de formation initial des amateurs et le cycle préparant à l'entrée dans les établissements d'enseignement supérieur. Ils assurent donc des enseignements obligatoires repartis selon la discipline étudiée. Par exemple, pour la musique, tous les conservatoires à rayonnement régional propose obligatoirement :

  • deux départements au choix dans la liste suivante : jazz et musiques actuelles amplifiées, musiques traditionnelles, musique ancienne
  • département de composition visant à développer les démarches de création dans l'ensemble des esthétiques
  • accompagnement au clavier
  • direction d'ensembles vocaux ou direction d'ensembles instrumentaux[8]

Conservatoires à rayonnement départemental

Les Conservatoires à rayonnement départemental (CRD) regroupent les anciennes écoles nationales de musique (ENM), les écoles nationales de musique et de danse (ENMD), les écoles nationales de musique et d'art dramatique (ENMAD) et les écoles nationales de musique, de danse et d'art dramatique (ENMDAD). Il y a cent neuf conservatoires à rayonnement départemental (CRD) en France. Les CRD doivent dispenser ou garantir l'enseignement d'au moins deux spécialités entre la musique, la danse et le théâtre dans les deux premiers cycles du cursus et le 3e cycle de formation des amateurs, et assurer ou garantir le cycle préparant à l'entrée dans les établissements d'enseignement supérieur. Ils assurent donc des enseignements obligatoires repartis selon la discipline étudiée. Par exemple, pour la musique, tous les conservatoires à rayonnement départemental propose obligatoirement :

  • enseignement des instruments de l'orchestre symphonique et pratiques collectives instrumentales
  • département des instruments polyphoniques, en cohérence avec le développement des pratiques collectives prévues dans le projet d'établissement
  • département de l'enseignement des pratiques vocales comprenant un cursus de voix pour les enfants
  • département au choix dans la liste suivante : jazz et musiques actuelles amplifiées, musiques traditionnelles, musique ancienne, composition incluant l'électroacoustique et l'informatique musicale
  • cycle d'enseignement professionnel initial dont les disciplines sont déterminées dans le projet d'établissement, en cohérence avec le plan régional de développement des formations professionnelles

Les CRD peuvent aussi mettre en place de classes à horaires aménagés.[8]

Conservatoires à rayonnement communal ou intercommunal

Les Conservatoires à rayonnement communal ou intercommunal (CRC ou CRI) regroupent les anciennes écoles municipales de musique agréées (EMMA), les écoles municipales de musique et de danse agréée (EMMDA), les écoles municipales de musique, de danse et d'art dramatique agréées (EMMDADA) et les écoles municipales de danse agréées (EMDA). Il y a trois cent trente-huit conservatoires à rayonnement communal ou intercommunal en France. Il n'y a pas de différence entre les CRC et les CRI, à l'exception du niveau de collectivité s'occupant de la gestion de l'établissement : la commune pour les CRC et l'intercommunalité pour les CRI.

Les conservatoires à rayonnement communal et conservatoires à rayonnement intercommunal sont tenus de dispenser ou garantir l'enseignement d'au moins une spécialité entre la musique, la danse et le théâtre et, dans cette spécialité, au moins les deux premiers cycles du cursus. En outre, ils assurent le 3e cycle de formation des amateurs. Ils assurent donc des enseignements obligatoires repartis selon la discipline étudiée. Par exemple, pour la musique, tous les conservatoires à rayonnement régional propose obligatoirement :

  • enseignement des disciplines musicales, en cohérence avec le développement des pratiques collectives prévu dans le projet d'établissement
  • pratiques vocales collectives
  • formation et culture musicales incluant les démarches de création

Les CRC et CRI peuvent, comme les CRD, mettre en place de classes à horaires aménagés.[8]

Types des cycles d'études

Enseignement initial

Les conservatoires à rayonnement régional (CRR), conservatoires à rayonnement départemental (CRD), conservatoires à rayonnement communal (CRC) et conservatoires à rayonnement intercommunal (CRI) délivrent un enseignement initial et sont, dans leur quasi-totalité, des services municipaux ou de communautés de communes organisés en régie directe dont le financement relève des collectivités territoriales, sous tutelle des Directions régionales des Affaires culturelles. Ces établissements, classés par l'État, remplacent depuis 2006[9] les conservatoires nationaux de région (CNR), les écoles nationales de musique (ENM) et les écoles municipales de musique (EMM).

Ils sont parfois associés aux établissements d'enseignement général, de l'école primaire au collège, dans le cadre des classes à horaires aménagés en musique, danse, théâtre ou arts plastiques, certains lycées dispensant des cours théoriques de musique menant au baccalauréat littéraire option musique ou au baccalauréat sciences et techniques du théâtre, de la musique et de la danse.[10]

Enseignement supérieur

Les conservatoires nationaux supérieurs sont des établissements publics à caractère administratif financés directement de l'État, sous tutelle de la Direction générale de la Création artistique. Ils dispensent un enseignement de haut niveau spécialisé dans les domaines de la musique, de la danse, des nouvelles technologies du son et de l'art dramatique sous toutes ses formes, visant l'acquisition des connaissances théoriques et la maîtrise pratique nécessaires à l'exercice de ces arts ou professions ainsi qu'à leur enseignement[11],[12].

Notes et références

  1. « https://www.culture.gouv.fr/Media/Thematiques/Education-artistique-et-culturelle/Files/site-EAC/Liste-des-conservatoires-2007 »
  2. « Les établissements et les compétences territoriales », sur metiers.philharmoniedeparis.fr (consulté le 26 février 2021)
  3. Article R759-9 du Code de l'éducation
  4. Article L759-5 du Code de l'éducation
  5. Arrêté du 20 juillet 2020 relatif aux conditions d'agrément des établissements assurant une préparation à l'entrée dans les établissements d'enseignement supérieur de la création artistique et au contenu et modalités de dépôt des dossiers de demande
  6. Article L759-2 du Code de l'éducation
  7. Paris Saclay, « Conservatoire à rayonnement départemental Paris-Saclay », sur Site Internet du/de la Paris Saclay (consulté le 26 février 2021)
  8. a b et c « Le classement des conservatoires », sur metiers.philharmoniedeparis.fr (consulté le 26 février 2021)
  9. Décret n° 2006-1248 du 12 octobre 2006 publié au Journal officiel du 13 octobre.
  10. « Les conservatoires », sur www.onisep.fr (consulté le 26 février 2021)
  11. Décret no 2009-201 du 18 février 2009 portant statut des conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse de Paris et de Lyon.
  12. Décret no 2011-557 du 20 mai 2011 portant statut du Conservatoire national supérieur d'art dramatique.

Annexes

Articles connexes

Liens externes