William Gordon (officier)

William Gordon (officier)
William Gordon
William Gordon Batoni.jpg
Fonctions
Membre du Parlement de Grande-Bretagne
Member of the 13th Parliament of Great Britain ()
Member of the 12th Parliament of Great Britain ()
Member of the 14th Parliament of Great Britain ()
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Père
Mère
Lady Anne Gordon ()
Enfant
William Gordon ()
Autres informations
Membre de
13e Parlement de Grande-Bretagne ()
14e Parlement de Grande-Bretagne ()
Arme
Grade militaire

Le général William Gordon (1736 - ), de Fyvie, était un général et courtisan britannique. Il fut plusieurs fois élu au Parlement sous le patronage du duc de Marlborough et provoqua une querelle de famille avec son neveu, le duc de Gordon, en réquisitionnant un régiment que ce dernier levait.

Carrière militaire

Il était le fils de William Gordon (2e comte d'Aberdeen) et de sa troisième épouse, Lady Anne Gordon. Formé à l'Université d'Édimbourg, il a été cornette dans le 11e régiment de dragons en 1756 [1]. Le , il est nommé capitaine dans le 16e régiment de dragons. Nommé lieutenant-colonel du 105e régiment de fantassins (Royal Regiment of Highlanders de Queen's Own) le , il reçut un demi-traitement lorsque son régiment fut dissous en 1763 [2].

Lors de son Grand Tour d'Europe, il passa par Rome où il fut peint par Pompeo Batoni en 1765- 1766, vêtu de l'uniforme du 105e mais avec son tartan arrangé comme une toge.

En 1767, Gordon fut élu député de Woodstock sous le patronage de son ami le duc de Marlborough. Il a été réélu en 1768 et en 1774, Marlborough le place à Heytesbury. Au Parlement, Gordon a soutenu le gouvernement, même si sa présence était irrégulière. En 1775, Marlborough obtint pour lui un poste de valet de la chambre à coucher du roi George III, qu'il servit jusqu'en 1812. Gordon a été réélu pour Heytesbury lors de l'élection partielle qui a suivi [1].

En 1777, Gordon s'engagea dans une querelle de famille avec son neveu, Alexander Gordon (4e duc de Gordon). Le duc avait proposé de créer un nouveau régiment pour le roi, dans le but de confier le poste de colonel à son frère, Lord William Gordon. George III fit cependant objection à la nomination de Lord William, qui s'était déshonoré en se séparant de Sarah Lennox puis en l'abandonnant. Gordon de Fyvie a saisi l’opportunité d’écrire à George Germain pour lui demander conseil, en l’assurant du soutien de son neveu. Il fut breveté colonel le et nommé colonel du régiment le . Cependant, le duc a découvert que Gordon de Fyvie avait déjà choisi les officiers du régiment et leur avait écrit avant même de savoir s'il obtiendrait le commandement; et les nominations, pensa-t-il, ont été arrangés de manière à menacer son influence électorale dans l'Aberdeenshire. En fin de compte, le duc a persuadé le roi de créer un régiment Fencible sous son commandement personnel, mais la compétition de recrutement qui a suivi a créé une brèche permanente entre la branche de la famille du duc et celle de Fyvie, y compris son frère Sandy [1].

Gordon resta un partisan fidèle du gouvernement lorsqu'il ne fut pas absent avec son régiment. Au cours des Gordon Riots de 1780, provoquées par son neveu, Lord George Gordon (alors aussi député), Gordon de Fyvie lui demanda s'il avait l'intention d'admettre la foule à la Chambre des communes et menaça de le frapper avec son épée s'il le faisait. Marlborough ne l'a pas proposé à Heytesbury lors de l'élection de 1780 et Gordon ne tenta pas de se présenter dans l'Aberdeenshire [1].

Il fut promu major général le . Son régiment a été démantelé en 1783 et il est de nouveau parti à demi-solde. Il fut nommé colonel commandant du 4e bataillon du 60e régiment d'infanterie le du 7e régiment d'infanterie (Royal Fuzileers) le et du 71e Régiment (Highland) de pied le . Il fut promu lieutenant général le et général le . Il fut nommé colonel du Fusiliers royaux écossais le , qu'il commanda jusqu'à sa mort [2].

Il a vécu à Martins Heron House à Winkfield dans le Berkshire. Il a épousé sa gouvernante Isobel Black, par qui il avait déjà eu un fils, William Gordon (décédé le ) [1].

Références

  1. a b c d et e « Gordon, Hon. William (1736-1816), of Fyvie, Aberdeen », History of Parliament Trust (consulté le 5 septembre 2011)
  2. a et b John Phillippart, The royal military calendar, A.J. Valpy, (lire en ligne), p. 44