Rue Arsène-Leloup

Rue Arsène-Leloup
Image illustrative de l’article Rue Arsène-Leloup
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈

Rue Arsène-Leloup, vue de la rue Évariste-Luminais en direction de la rue Dobrée
Situation
Coordonnées 47° 12′ 43″ nord, 1° 34′ 10″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Centre-ville
Début Rue Dobrée
Fin Rue Évariste-Luminais
Morphologie
Type Rue
Forme Rectiligne
Histoire
Anciens noms Ruelle des Coullées
Rue des Coullées
Avenue du Bois des Coullées
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Crédit image :
OpenStreetMap contributors
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Rue Arsène-Leloup
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Rue Arsène-Leloup
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Crédit image :
Eric Gaba (Sting - fr:Sting)
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Rue Arsène-Leloup

La rue Arsène-Leloup est une voie du centre-ville de Nantes, en France.

Description

La rue Arsène-Leloup, qui relie la rue Dobrée à la rue Évariste-Luminais, est bitumée et ouverte à la circulation automobile. Sur son côté est, elle rencontre la rue Désiré-Colombe.

Dénomination

La voie a été baptisée en 1884 en l'honneur de Arsène Leloup, enseignant et un homme politique, maire de Nantes de 1871 à 1872, fondateur de l’« école professionnelle de Nantes » qui s'installa dans un premier temps rue Désiré-Colombe, puis déménagea dans les locaux de l'école Launay (sur le boulevard du même nom) pour devenir par la suite le lycée Leloup-Bouhier[1].

Historique

Il y eut une rue et une ruelle des Coulées, dont il est fait mention dans des travaux projetés pour la construction d’une école normale, de 1832 à 1837. Il y était encore mention d'une voie dite « Bas des Coulées », une avenue dite « Bois des Coulées », qui fut utilisée quelques années auparavant, vers 1825, pour le percement de l'artère[1].

Au début du XXe siècle, le restaurateur Jules Mauduit achète en 1905, une salle afin d'y organiser des réceptions, des mariages et des soirées. Celle-ci deviendra les salons Mauduit qui accueillera le « tout Nantes » après la première Guerre mondiale. À la fin des années 1930, la décoration intérieure est refaite dans le style art déco.

En 1911, la mairie décide d'installer la bourse du travail dans un bâtiment qui ne sera achevé qu'en 1921[2].

Dans le cadre de l'opération d'aménagement « Désiré Colombe », les salons ont été démolis, afin d'être reconstruits à l'identique en léger retrait par rapport à son emplacement initial. Leur inauguration est prévue pour 2016[3].

Galerie

Références

  1. a et b Pied 1906, p. 172.
  2. [PDF]Daniel Richard, « La Bourse du travail », Les Annales de Nantes et du Pays nantais, Société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, no 244,‎ , p. 33-34 (lire en ligne, consulté le ).
  3. Les riches heures des salons Mauduit

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes