Ravano dalle Carceri

Ravano dalle Carceri
Fonctions
seigneur de Négrepont
Biographie
Naissance
Décès

Ravano dalle Carceri (mort en 1216) est un seigneur d'origine italienne ayant régné sur l'Eubée (Négrepont) au début du XIIIe siècle.

Biographie

Originaire de Vérone[1], il appartenait à une famille puissante (son frère Enrico fut ainsi évêque de Mantoue[2] et son frère Redondello podestat de Vérone en 1210[3]).

Il prit part à la quatrième croisade dans le contingent de Venise et fut ainsi au cours de l'été 1204 l'un des deux émissaires (l'autre étant Marco Sanudo) envoyé par la république auprès de Boniface de Montferrat afin de mettre fin au conflit qui l'opposait à l'empereur Baudoin. A cette occasion il négocia au nom de Venise un traité par lequel cette dernière rachetait à Boniface ses droits sur la Crète ; c'est peut-être dans ces circonstances qu'il rejoint l'entourage du marquis[1].

En , Boniface l'inféoda d'un tiers de l'île de Négrepont (Eubée) avec deux autres co-seigneurs[1][3].

Il prit le parti des Lombards révoltés contre l'empereur Henri en 1208-1209 : probablement pour renforcer sa position il se reconnut vassal de Venise par un traité conclu en qui lui attribuait l'ensemble de l'île (ses deux collègues étant l'un mort, l'autre reparti en Italie) ; ce traité fut ensuite confirmé en [4]. En ses galères attaquèrent un navire appartenant à l'empereur Henri à Halmyros[2]. Assiégé dans Thèbes avec les autres seigneurs « lombards » il capitula en mai (il fut alors l'un des négociateurs des pourparlers de paix) mais se vit pardonné par Henri ; il sauva peu après ce dernier d'un complot fomenté par l'ancien régent Humbert de Biandrate, chef du parti lombard[5].

Comme la plupart des autres seigneurs de la région il entra en conflit avec le clergé latin local et avec les Templiers et fut ainsi le destinataire de lettres du pape à ce propos à partir de 1208[5].

Il mourut en 1216 et sa succession fut réglée par le bail vénitien Pietro Barbo[5],[3].

Famille et descendance

Il épousa une certaine Isabella, après avoir obtenu une dispense papale (datée de ) car il avait vécu avec elle du vivant de son premier mari[5]. Il eut une fille, Berta[6], dont on ne connait pas de descendance.

Article connexe

Notes et références

  1. a b et c Longnon 1978, p. 239.
  2. a et b Loenertz 1978, p. 145.
  3. a b et c Luttrell 1986.
  4. Loenertz 1978, p. 147. ; le document étant daté de février 1210 (correspondant en fait à février 1211 dans le calendrier vénitien) cette date est parfois indiquée par erreur (par ex Longnon p. 240)
  5. a b c et d Longnon 1978, p. 240.
  6. Loenertz 1978, p. 148.

Bibliographie

  • Raymond-Joseph Loenertz, « Les seigneurs tierciers de Négrepont de 1205 à 1280 », Byzantina et Franco-Graeca. Series altera, no (1ère éd. 1965),‎ , p.141-181.
  • Jean Longnon, Les Compagnons de Villehardouin : Recherches sur les croisés de la quatrième croisade, Genève, Droz,
  • Anthony Luttrell, « Dalle Carceri, Ravano », dans Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 32, .

Liens externes