Néguev

Néguev
Localisation
Pays Drapeau d’Israël Israël
Superficie 13 000 km2
Coordonnées 30° 30′ nord, 34° 55′ est
Image illustrative de l’article Néguev
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈

Carte de localisation du Néguev.
Altitude
Minimale −432 m (Mer Morte)

Villes du désert du Néguev *
Pays Drapeau d’Israël Israël
Type Culturel
Critères (iii)(v)
Superficie 6 655 ha
Zone tampon 63 868 ha
Numéro
d’identification
1107
Région Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2005 (29e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification UNESCO

Le Néguev (de l'hébreu : נֶגֶב ; en arabe : النقب - Naqab) est une région désertique du sud d'Israël. En hébreu biblique, Néguev signifie « sud ». Le Néguev couvre la plus grande part du district sud d’Israël.

Géographie

Localisation

Géographiquement, d'une superficie de 13 000 km2, ce désert forme un triangle posé sur l'un de ses angles, au sud au niveau du golfe d'Aqaba et de la ville d'Eilat. Il est limité à l'ouest par la péninsule du Sinaï et la bande de Gaza et, à l'est, par la vallée de l'Arabah qui constitue la frontière entre Israël et la Jordanie. Au nord, la limite est plus diffuse mais se situe le long d'une ligne entre Gaza et la mer Morte.

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Saraf stream.

Flore

La végétation est très rare : seuls subsistent quelques arbres et de maigres buissons desséchés par le soleil. La vie dans le désert se situe toujours autour des oasis ou autour des puits creusés par l’homme.

Faune

Dans les années 1970, il y avait encore une vingtaine de panthères d'Arabie (Panthera pardus nimr), mais cette sous-espèce de léopard a presque disparu du Néguev depuis[1].

Géologie

On y trouve plusieurs curiosités géologiques et culturelles, notamment trois grands cirques ou makhtesh : HaMakhtesh HaGadol, HaMakhtesh HaKatan et Makhtesh Ramon, le plus vaste des trois.

Histoire

Crédit image:
Like tears in rain (Contact me for suggestions/corrections)
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Routes nabatéennes.

Historiquement, le Néguev fut le théâtre des activités de la civilisation des Nabatéens qui y fondèrent la cité de Avdat, l'Oboda antique, sur l'itinéraire de leurs caravanes reliant notamment Pétra et Gaza. De nombreux graffitis datant des débuts de l'ère islamique y ont été étudiés par l'archéologue Yehuda D. Nevo[2].

Selon la Bible, le roi David (Xe siècle av. J.-C.) trouve refuge dans le canyon Ein Gedi au Néguev, tandis que la citadelle de Massada située dans le parc national de Massada (inscrit sur la liste de l’Unesco), a été bâtie par le roi Hérode (Ier siècle av. J.-C.)[3]. Son peuple, en rébellion contre l'Empire romain, tient le siège contre les légions romaines grâce à cette citadelle perchée sur un piton rocheux qui offre une vue à 360° sur le désert du Néguev, la mer Morte et les montagnes Moab en Jordanie[3].

Avant la naissance d’Israël en 1948, de nombreux juifs ont été envoyés dans le Néguev, l’une des terres de prédilection de l’Agence juive pour y installer des migrants, dont les dernières vagues venues de Russie et d’Éthiopie ont vécu sous des tentes[3].

Démographie

Le Néguev constitue 60 % de la surface de l'État d'Israël mais n'abrite que 8 % de sa population, dont une forte communauté de Bédouins (25 % de la population régionale)[3].

La ville principale est Beer-Sheva au nord, qui comptait 6 000 habitants en 1930, compte 200 000 habitants environ et une liaison ferroviaire la relie à Tel-Aviv-Jaffa[3]. Plus de la moitié de ses habitant a moins de 35 ans[3]. La limite sud est le golfe d'Aqaba et la ville balnéaire israélienne d'Eilat. Parmi les autres villes, on trouve Dimona et Mitzpe Ramon et des cités bédouines dont Rahat et Tel Sheva .

La population de Bédouins, qui sont pour la plupart des Arabes israéliens, est estimée a 160 000 personnes. La volonté des autorités israéliennes serait de les sédentariser, et à ce titre, ils ont été dirigés en grande partie vers des villages et villes construits par le gouvernement. Une autre moitié vivent de nomadisme, dans des villages qui ne sont pas reconnus et où les conditions sanitaires sont précaires en raison de l'absence d'infrastructures et des démolitions exercées par les autorités israéliennes lorsqu'il s'agit de constructions illégales[4],[5].

La situation est parfois conflictuelle entre les autorités israéliennes et la population bédouine, et des incidents se déroulent de manière récurrente[6].

Développement

Crédit image:
licence CC BY 3.0 🛈
Un liman, système d'irrigation créé dans le désert du Néguev.

Aujourd'hui, cette région se situe au centre du programme israélien de développement du pays par de nombreux programmes de reforestation du désert, d'implantation de nouveaux immigrants et de développement économique afin de désengorger le littoral côtier. À cet égard, une nouvelle liaison ferroviaire a été inaugurée en 2005 entre Tel Aviv-Jaffa et Beer-Sheva, la « capitale du désert », afin de faciliter le décloisonnement de cette portion du territoire. Le Néguev est également connu sur le plan international car il abrite les installations de la centrale nucléaire de Dimona, le cœur présumé du programme nucléaire militaire d'Israël. Sur le plan technologique, le Neguev est parfois comparé à la Silicon Valley en tant que vitrine technologique d’un État qui veut s’affirmer dans l’agriculture de pointe, la robotique et la cybersécurité[3]. Be'er Sheva héberge 150 start-up, des grandes compagnies technologiques comme IBM et Oracle, ainsi que trois centres de recherche liés à l’université Ben Gourion (elle aussi située dans le Neguev) spécialisés en technologies de pointe, sciences de l’informatique, cybersécurité, environnement, chimie et robotique[3].

En 2006, un nouveau ministère dirigé par l'ancien Premier ministre Shimon Peres a été créé exclusivement pour la mission de « refleurir le désert du Néguev » d'ici l'an 2015 (et également pour faire prospérer la région nord de la Galilée).

Galerie

Notes et références

  1. (en) Zafrir Rinat, « New study reveals eight leopards remain in Israel », Haaretz,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  2. L’Islam des pierres : l’expression de la foi dans les graffiti arabes des premiers siècles
  3. a b c d e f g et h May Makarem, « Le Sinaï ou le Néguev, deux déserts pour anéantir la cause palestinienne ? », L'Orient le jour,‎ (lire en ligne)
  4. Squatters sur leurs propres terres : les tribus bédouines du Néguev, Catherine Weibel
  5. [PDF] Les bédouins du Néguev : une minorité oubliée, Kathrin Koeller
  6. « Israël. Deux villages bédouins menacés de destruction », sur L'Humanité (consulté le )

Liens externes

Articles connexes