Musée des Blindés de Saumur

Musée des Blindés de Saumur
Musée Général-Estienne
Image dans Infobox.
Logo du musée
Informations générales
Type
Ouverture
Surface
22 000 m2
Visiteurs par an
45 000 /an en moyenne
Sites web
Collections
Collections
Blindés français et étrangers
Localisation
Pays
Commune
Adresse
1043 route de Fontevraud
Coordonnées
47° 14′ 39″ N, 0° 04′ 15″ O
Localisation sur la carte de Maine-et-Loire
voir sur la carte de Maine-et-Loire
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Le plus vieux blindé en état de marche, un Schneider CA1 français, en démonstration.

Le musée des Blindés de Saumur ou musée des Blindés Général-Estienne est un musée de véhicules blindés situé à Saumur.

Inauguré en 1977 dans les anciens hangars du clos Beaufort, le musée déménage en 1996 au no 1043 de la route de Fontevraud, dans des locaux rachetés à la SEITA et remis à neuf par le ministère de la Défense. Il occupe une surface de 22 000 m2 afin de regrouper les collections alors disséminées notamment à Fontevraud, Bourges et Le Mans.

Le musée accueille en moyenne 45 000 visiteurs par an.

Le musée a été renommé « musée des Blindés Général-Estienne » en hommage au général Jean-Baptiste Eugène Estienne, le créateur de l'arme blindée française.

Histoire du musée

« À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, l'établissement AMX de Satory a réuni de nombreux véhicules allemands récupérés sur différents lieux de combats. Ces derniers furent rénovés et remis en état pour être étudiés par l'Armée française. C'est le colonel Aubry, fondateur du Musée, qui a réuni ces nombreux matériels et d'autres venant d'horizons plus divers pour aider à la formation des stagiaires de l'EAABC (École d'Application de l'Arme Blindée Cavalerie »[1]. Le Centre de documentation sur les engins blindés (CEDB) est créé en 1965 et le premier musée est ouvert en 1977 au Clos Beaufort, avec 200 engins. C'est cette même année que se crée l'Association des amis du musée des Blindés (AAMB).

Il est officiellement créé par un arrêté du [2]. En 1983, une convention avec le ministère de la Défense confie la gestion du musée à l'AAMB qui est reconnue d'utilité publique en 1984.

Le musée s'installe en 1996 dans ses locaux actuels au 1043, route de Fontevraud à Saumur.

Aujourd'hui, le Musée des Blindés et le Musée de la Cavalerie, lui aussi basé à Saumur, se sont rassemblés au sein de la même association reconnue d'utilité publique (ARUP) : l'Association des Amis du Musée des Blindés et de la Cavalerie (AAMBC). Le président actuel de l'association est le colonel (ER) Dubois.

Collections

Le Tigre II de la collection du musée.

Plus de 800 engins sont présentés au public, dont 200 en état de marche. Autour du musée, un parc de blindés à l'état d'épaves attend leur restauration. On y trouve la presque totalité des engins blindés de l'armée française de 1917 à nos jours, du Schneider CA1 au Leclerc. Le matériel de la Seconde Guerre mondiale est bien représenté, avec une grande collection de chars allemands dont un exemplaire de Tigre II de 70 tonnes, mais aussi des autres belligérants (américain, britannique, italien, etc.).

Un hall est consacré aux blindés de l'ex-pacte de Varsovie du T-34 au T-72, un autre présente des chars contemporains des années 1970-1990 des armées allemandes : Leopard 1 et Leopard 2, américaines : du M26 au M60, britanniques : Centurion et Chieftain, brésiliennes : Cascavel, canadiennes, suisses et israéliennes : Merkava.

Enfin, un espace maquettes de plus de 600 dioramas présente des blindés en situation.

Salle 1914-1918

Deuxième salle du Musée, elle est consacrée aux premiers blindés français et canons français apparus lors de la Première Guerre mondiale. On y trouve un modèle de char Saint Chamond (dernier exemplaire existant), un char Renault FT (canon), un Char Renault FT (mitrailleuse), un Char FT TSF (Transmission Sans Fil), un char Schneider CA-1 (dernier exemplaire existant) ainsi qu'un camion Renault. Pour l'artillerie, il y a deux canons de campagne de 75 mm (équipant les chars Saint Chamond), dont un écorché, un canon de 37 mm SA18 (monté sur les chars léger français), un mortier 75 BS Schneider et un canon de 37 mm de la Marine.

Salle Campagne de France 1940

Sixième salle du musée, la salle consacrée à la Campagne de France met en lumière les blindés français de 1940 lors de l'invasion allemande. Douze blindés sont présentés : un Hotchkiss H39, un Renault AMR 33, un char Renault R-35, un Panhard AMD-178, un Renault B1 bis, un Somua S-35, un Renault UE, un Side Gnome et Rhône, un Renault A.C.G.1, un FCM 36, un Unic P-107BU et un Laffly S15. Quelques pièces d'artillerie sont également exposées, dont un mortier de forteresse de 81mm, un canon de 25mm Hotchkiss, un canon de 25mm APX, un canon de 47mm SA 37 ainsi qu'un canon de 25mm antiaérien Hotchkiss modèle 39.

Salle allemande Seconde Guerre mondiale

La troisième salle du musée rassemble les blindés allemands utilisés lors de la Seconde Guerre mondiale. C'est la salle la plus vaste du musée, rassemblant vingt-huit blindés différents : un SdKfz 10, un Marder I, un Obusier FH 18M sur H-39, un Marder III Ausf. M, un Marder 38, un Wespe, un Maultier, un Jagdpanzer 38(t) (G-13), un Klein Kettenkrad, des Panzer II, Panzer II Luchs, III, IV, un Sturmgeschütz III, des Tigre I, II (dernier à être en état de marche), un Brummbär, un Sturmhaubitze III, un Jagdpanzer IV, une moto Zündapp, un SdKfz 251, un Jagdpanther, un Jagdpanzer IV/70 (A) Zwischenlosung, deux Panther, un Bergepanther, un Möbelwagen, et un Hummel.

Salle italienne

La salle italienne contient uniquement deux modèles de blindés : un obusier automoteur Semovente 75/18, un char Fiat M15/42, un Obusier 75/38 et un canon Oto Melara 56 .

Salle Pacte de Varsovie

Quelques-uns des blindés de la salle du pacte de Varsovie. De gauche à droite, un T-54 (1952), un Type 69 II, copie chinoise légèrement modifié du T-54/55 et un T-62 (1963). Les deux derniers chars sont des véhicules irakiens capturés en 1991.

La septième salle du Musée suit celle consacrée au matériel blindé français de 1940. Le public est accueilli par une portion du Mur de Berlin. Il peut ici voir l'évolution du matériel blindé soviétique pendant la Guerre froide, en commençant avec le T-54 (capturé en Egypte en 1956), un Type 69-II chinois (capturé en Irak en 1991), un T-62 (Idem), un BMP-1 (Idem), un BRDM 2 Sagger, un T-34/85 (Capturé en Egypte en 1956), un BTR 152, un BTR 70, un BRDM 2 (capturé en Irak), un BOV 3 (capturé en Bosnie en 1996), un SPR-1, un MT-LB du génie, un RM-70, un ZSU-23/4 Shilka, un 2S1 Gvozdika, un PT-76 ainsi qu'un T-72 écorché qui permet de voir l'intérieur de l'engin. On peut également voir plusieurs pièces d'artillerie dont un canon sans recul SPG-9 et un ZIS-2 de 57mm.

Salle Alliés Seconde Guerre mondiale

La salle rassemble les blindés et véhicules utilisés par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

France libre

Royaume-Uni

États-Unis

Salle France après-guerre

Huitième salle du Musée, cette salle retrace l'évolution de l'Arme Blindée française, de 1945 à aujourd'hui. On commence avec la Guerre d'Indochine avec la présence d'un M29C Crabe, d'un Alligator LVT-4, d'un M24 Chaffee, d'un Dukw 353 et d'un Half Track M2. S'en suit la Guerre d'Algérie avec l'EBR, la Jeep Entac et la Jeep Delahaye, une Vespa TAP 56 ainsi qu'un Ferret Mk. II. Tous les chars français sont là, comme l'ARL 44, l'AMX 30, l'AMX 40, l'AMX 10RC et le Leclerc. Un AMX 30 EBD (Engin Blindé de Déminage) ayant combattu en Irak en 1991 est également exposé. On retrouve également un prototypes emblématique : l'AMX 50 120 Surbaissé.

Salle des moteurs

La salle des moteurs présente, comme son nom l'indique, des moteurs et notamment un Maybach V12.

Allée des Grands Hommes

Salle contemporaine

Quelques nationalités sont représentées dans cette salle avec des engins plus ou moins emblématiques de la Guerre froide.

On retrouve ainsi le Merkava, le Conqueror, le Cascavel (capturé aux Libyens dans la Bande D'Aozou), le Strv 103, un prototype du Leopard 2, les Patton M47, M48 et M60...

Bibliograpie

  • Régis Valance, « Le musée des blindés de Saumur », Cibles, no 611,‎ , p. 64-68 (ISSN 0009-6679)

Annexes

Références

Articles connexes

Liens externes