Mobutu Nzanga

Nzanga Mobutu
Fonctions
Minister of Labour
-
Vice-Premier ministre de la République démocratique du Congo
-
Minister of Agriculture of Democratic Republic of the Congo
-
Minister of Agriculture of Democratic Republic of the Congo
-
Biographie
Naissance
(54 ans)
(Kinshasa, Congo)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Fratrie
Kongulu Mobutu (en)
Giala Mobutu
Conjoint
Catherine Bemba Mobutu
Autres informations
Religion
Parti politique

Nzanga Mobutu (né le 24 mars 1970) est un homme politique congolais. Fils du président de longue date Mobutu Sese Seko, il a servi dans le gouvernement de la République démocratique du Congo sous le président Joseph Kabila de 2007 à 2011, d'abord comme ministre d'État chargé de l'Agriculture, puis comme vice-Premier ministre chargé des besoins sociaux fondamentaux et vice-Premier ministre chargé du Travail, de l'Emploi et de la Protection sociale. Il a obtenu le quatrième plus grand nombre de voix aux Élections générales de 2006 en République démocratique du Congo. En 2007, il a fondé l'Union des démocrates mobutistes pour succéder au Mouvement populaire de la révolution de son père et dirige le parti depuis.

Biographie

Nzanga a suivi l'enseignement primaire et secondaire en Belgique où il obtient son diplôme de fin d'études secondaires dans la section économique au collège Saint-Vincent de Soignies. Il a ensuite poursuivi des études en Arts et Sciences (Communications) à l’université de Montréal ainsi qu'à l’université Américaine de Paris où il a étudié les relations internationales.

Mobutu occupera successivement les postes de président du Conseil d'administration de la Société zaïroise de Banque (1991 - 1997), conseiller en communication de son père, le président de la République du Zaïre, le maréchal Mobutu Sese Seko (1997), président de la société Aries Communications (1998-2001), administrateur de la société Casa Agricola Solear et est également membre du cercle de réflexion Renaissance en Belgique.

Mobutu est marié à Catherine Bemba, fille de l'homme d'affaires Jeannot Bemba Saolona et sœur de l'homme politique Jean-Pierre Bemba, avec qui ils ont trois enfants : Nyiwa, Bobi et Sese.

Candidature à l'élection présidentielle de 2006

Il a lancé une carrière politique en tant que leader de l'Union des démocrates mobutistes (UDEMO), un parti prônant la restauration de la paix, de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale. Il est le plus populaire dans le nord-ouest de la province de l'Équateur, d'où son père est originaire. Le , Mobutu a annoncé sa candidature pour l’élection présidentielle du .

Lors de l'élection présidentielle de 2006, il s'est présenté comme candidat et s'est classé quatrième, avec environ 4,8 % des voix. Après le premier tour de scrutin, Mobutu a formé une coalition politique avec le président sortant Joseph Kabila pour tenter de rallier les voix de l'Équateur. région où Jean-Pierre Bemba était favori pour gagner. La coalition a également impliqué le parti politique PALU d'Antoine Gizenga.

Son frère cadet, Giala Mobutu, et huit autres candidats de l'UDEMO ont été élus à l'Assemblée nationale lors des élections de 2006.

Au gouvernement

Gizenga est devenu Premier ministre en décembre 2006 et Mobutu a été nommé ministre d'État chargé de l'Agriculture lorsque le gouvernement de Gizenga a été annoncé le 5 février 2007, au deuxième rang du gouvernement après Gizenga. Lorsque Gizenga a été remplacé par Adolphe Muzito, Mobutu a été nommé vice-premier ministre chargé des besoins sociaux fondamentaux dans le gouvernement de Muzito, nommé le 26 octobre 2008. Le 20 février 2010, il a été nommé vice-Premier ministre du Travail, de l'Emploi et de la Protection sociale. En mars 2011, le président Kabila a démis Mobutu du gouvernement pour inactivité. Pour expliquer cette décision, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a accusé Mobutu d'"abandon de service" pour être resté en Europe depuis novembre 2010 « sans aucune explication. » Mende a souligné que cette décision était dirigée uniquement contre Mobutu et non contre son parti. À la suite de son limogeage, il s'est de nouveau présenté aux élections présidentielles de 2011 contre le président sortant.

Les années suivantes, il a vécu et s'est engagé dans des entreprises commerciales entre les États-Unis et le Maroc. En 2023, il retourne en République démocratique du Congo.

Durant la mise en vente des biens de son père en Suisse, Nzanga Mobutu va à Lausanne pour défendre ses intérêts[1].

Notes et références

  1. « A Genève avec Nzanga Mobutu, l'héritier très actif du défunt maître du Zaïre - Le Temps », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes