La Momie à mi-mots

La Momie à mi-mots ou les maux de ma mie
Réalisation Laury Granier
Scénario Michèle Finck et Laury Granier
Acteurs principaux
Sociétés de production Lorimage
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Conte
Durée 42 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Momie à mi-mots est un film de Laury Granier, réalisé en 1995, et sorti en 1998. L’œuvre est un conte poétique musical, initiatique, exorciste et dansé.

Présentation

Il s’agit d’un film sans dialogue, entièrement musical et dansé, bâti sur la triade : mort/momification/résurrection. Il y a dix chapitres mis en relief par des intertitres en plusieurs langues et précédés par des miniatures peintes par Laurie Granier (qui est aussi peintre sous le nom de Laury Aime). Voici les titres des chapitres : 1 : Entraînement de Carolyn Carlson pour "la Momie à mi-mots". 2 : Il était une fois dans un jardin. 3 : Souvenirs d’enfance. 4 : Des années sont passées. 5 : Passage Charon-Achéron. 6 : Persécutions, angoisses. 7 : Délires, agonie. 8 : Mort et momification. 9 : Funérailles. 10 : L’œuvre des mages. Le onzième chapitre, « Résurrection » débute sans intertitre et sans miniatures.

Le film est tourné dans les jardins de Paris (en particulier le Luxembourg et le Champ de Mars) qui finissent par former un seul jardin. Après avoir revécu mentalement des images de son enfance, une femme (Carolyn Carlson) connaît l’agonie, le délire et la mort dans un bac-à-sable pour enfants du Champ de Mars, où elle prend la position du fœtus dans la tradition des momies péruviennes. Mais des mages sont là, qui viennent transformer la femme en momie en l’entourant de coton et de tissus, en l’enroulant dans une cape de mots et en posant sur sa tête un masque de Diablada à vocation d’exorcisme. Parmi les mages qui œuvrent à la résurrection de la momie : un musicien de bol tibétains (Alain Kremski), un peintre (Laury Granier), un alpiniste (Nicolas Michelin), un homme masqué (Philippe Léotard), un danseur de yo-yos (Romeo de Jésus Géronimo), une femme à la cape de mots (Michèle Finck), un sage (Jean Rouch), des enfants (Aurelia, Eléonore, Oriane Michelin) qui assemblent les morceaux de la carte du monde, etc. Grâce à cette œuvre des mages, la femme renait sous les statues de la fontaine Carpeaux, dans une danse de régénération universelle. A la fin, elle donne une baguette magique à un petit enfant, enfant de l’avenir, enfant métis. Le film est placé sous le signe du dialogue des arts : danse, peinture, sculpture, musique, vidéo-art. Ce dialogue des arts œuvre à la renaissance de la momie et du monde tout entier.

Ce film relève de la « poésie de cinéma » selon l’expression de P. P. Pasolini. C’est du moins ce qu’en a dit Jean-Paul Rappeneau dans un texte qu’il a écrit pour soutenir le film et qui se trouve dans le dossier de presse.

Notice technique

Le film est réalisé en 16 mm, au tournage, et en 35 mm pour sa sortie en salle de cinéma[n 1] le . La musique de Margret Brill, Alain Kremski, Michel Deneuve et Olivier Lliboutry ajoute aux costumes de Sarah Lipska une note psychédélique.

Autour du film

Le film a obtenu le premier prix Andreï Tarkovski pour la Création Artistique et le Langage Cinématographique en 1996 à un festival de films internationaux organisé par des psychiatres et des psychanalystes à l'Université de Médecine de Buenos Aires (Argentine)[3],. Il est structuré en plusieurs chapitres.Philippe Léotard interprète le rôle du père de Carolyn Carlson enfant, au chapitre 4 (« souvenirs d'enfance »), puis le rôle de l'homme masqué qui se démasque à la fin du film, au chapitre « Résurrection ». On retrouve dans le film des costumes de Sarah Lipska. Le film est sorti en salle[Combien ?].[réf. nécessaire] Le dossier de presse donne à lire les nombreux articles parus sur le film dans Le Monde, Le Figaro, L’Humanitéetc. Le film a été présenté par Jean Rouch à la Cinémathèque française en janvier 1996. Le film est sorti en salle au Cinéma "Le Denfert" à Paris de novembre 98 à Avril 1999 ; à Strasbourg au Cinéma "L’Odyssée" (du 4 novembre au 18 novembre 1998) ; à Rome au Cinema "Azzurro Scipioni" (février-mars 2000). Il a été projeté à New York à l’Anthologie Film Archive de Jonas Mekas (avril 2000) et à l’ONU (Juin 2001). Il a été sélectionné entre 1996 et 1998 par de nombreux festivals internationaux parmi lesquels : Festival du Cinema Nuovo de Pesaro ; Festival Eurovisioni à la Villa Médicis à Rome ; Marché du film d’Art de Beaubourg ; Festival d’Istanbul ; Festival de films sur l’Art de Montréal ; Festival du film d’Art et Pédagogique de l’UNESCO. Le film a été acheté par le ministère des affaires étrangères (pour une diffusion dans les services français à l’étranger) et par la Vidéothèque de Paris.

Note

  1. Il existe aussi une version au format Betacam numérique ou SP, y compris en U-matic.

Référence

Liens externes