Génocide des Dzoungars

génocide des Dzoungars
Image illustrative de l’article Génocide des Dzoungars
le génocide des Dzoungars

Date 1755–1758
Lieu Khanat dzoungar (Dzoungarie, Ouest de la Mongolie, Kazakhstan, nord du Kirghizistan, sud de la Sibérie)
Victimes Dzoungars
Type génocide
Morts entre 480 000 [1] et 600 000 morts[1], soit entre 80% et 100̬% du peuple Dzoungars (600 000 personnes)
Auteurs Dynastie Qing
Ordonné par Empereur Qianlong
Participants Huit Bannières - Armée de l'Étendard Vert - rebelles Ouïghours
Guerre conquête de la Dzoungarie

Le génocide des Dzoungars est l'extermination de masse du peuple mongol et bouddhiste des Dzoungars par la dynastie Qing, qui règne alors sur la Chine[2]. L'empereur Qianlong ordonne le génocide à la suite de la rébellion de 1755 du chef Dzoungar Amursana contre la domination Qing, alors que ce dernier avait aidé les Quing à conquérir le khanat dzoungar. Le génocide est perpétré par les généraux de l'armée Qing envoyé écraser la révolte des Dzoungars, avec l'aide de leurs alliés ouïghours, des vassaux des Dzoungars entré en révolte contre leurs maîtres.

Avant sa destruction par les Qing, le khanat dzoungar était une confédération de plusieurs tribus oïrats, une des composantes du peuple mongol, qui a émergé au début du XVIIe siècle, et aussi le dernier grand empire nomade d'Asie. Certains chercheurs estiment qu'environ 80 % de la population Dzoungare, soit entre 500 000 et 800 000 personnes, ont été tuées par une combinaison de guerre et de maladie pendant ou après la conquête des Qing en 1755-1757[3][4]. Après avoir anéanti la population de la Dzoungarie, le gouvernement Qing repeuple la région en installant des colons Han, Hui, Ouighours et Xibe dans des fermes d'État, ainsi que des Mandchous des Huit Bannières.

Conquête du Khanat dzoungar par les Qing

Situation avant le début du génocide

Amoursana, chef de la révolte anti-Qing

La dynastie Qing entre en guerre contre les Dzoungars lors de la guerre Dzoungar-Qing. Ces derniers vivent alors dans le khanat dzoungar, soit une région qui s'étend de l'extrémité ouest de la Grande Muraille de Chine jusqu'à l'est de l'actuel Kazakhstan et du nord de l'actuel, jusqu'au sud de la Sibérie. La plus grande partie de ce territoire correspond à l'actuelle province du Xinjiang. Ils sont le dernier empire nomade à menacer la Chine, ce qu'ils font du début du XVIIe siècle jusqu'au milieu du XVIIIe siècle[5].

Après une série de campagnes militaires aux résultats peu concluants, qui ont débuté dans les années 1680, les Dzoungars sont vaincus par la dynastie Qing à la fin des années 1750.

Selon Clarke, la campagne militaire des Qing de 1757-58 « équivalait à la destruction complète non seulement de l'État des Dzoungars, mais aussi des Dzoungars en tant que peuple »[3]. Après sa victoire contre les Dzoungars en 1755, l'empereur Qianlong prévoit de diviser leur khanat en quatre tribus dirigées par quatre khans. Amoursana, un chef Oïrat et principal allié des Qing lors de cette campagne, devait devenir le khan de la tribu khoit. Or, si Amursana s'était allié aux Qing, c'était pour devenir le khan de tous les Dzoungar et non juste d'une tribu. Il rejette immédiatement le plan de Qianlong et se révolte contre les Qing en 1755. Fou de rage, l'empereur donne l'ordre d'éradiquer la nation et le nom des Dzoungars dans leur ensemble. Les soldats des bannières mongoles et mandchous doivent recevoir des femmes et des enfants dzoungar comme esclaves et tous les autres Dzoungars doivent être tués[6]

Dans le même temps, en Mongolie-Extérieure, le prince mongol Chingünjav du toumen (« nation ») Khalkha, conspire avec Amoursana pour se révolter contre les Qing. Chingünjav lance sa propre rébellion anti-Qing en Mongolie-Extérieure en 1756, mais celle-ci a été écrasée par les Qing en 1757. Chingünjav et toute sa famille sont exécutés par les Qing une fois la rébellion réprimée, puis les huit bannières mandchoues sont ensuite envoyées mater les Dzoungars par l'empereur Qianlong[7].

Les ordres directs de l'empereur Qianlong

Portrait de l'empereur Qianlong, musée du Palais.

L'empereur Qianlong a donné les ordres suivants[8][9] :

Ne montrez aucune pitié envers ces rebelles. Seuls les vieux et les faibles doivent être sauvés. Nos précédentes campagnes militaires ont été trop indulgentes. Si nous agissons comme avant, nos troupes se retireront et d'autres troubles surviendront.

Si un rebelle est capturé et que ses partisans souhaitent se rendre, il doit se rendre personnellement à la garnison, se prosterner devant le commandant et demander (à ce qu'il accepte) sa reddition. S'il se contente d'envoyer quelqu'un pour demander la soumission, c'est sans doute une ruse. Dites à Tsengünjav de massacrer ces Dzoungars rusés. Ne croyez pas ce qu'ils disent.

Qianlong a donné des ordres allant dans le même sens à plusieurs reprises, car certains de ses officiers militaires sont réticents à les exécuter. Certains sont même punis pour avoir épargné les Dzoungars et leur avoir permis de fuir, comme Agui et Hadada ; tandis que d'autres qui ont participé au massacre, sont récompensés comme Tangkelu et Zhaohui (Jaohui)[9],[10].

Les jeunes dzoungars de sexe masculin sont particulièrement visés par l'empereur. Chebudengzhabu, un prince mongol Khalkha de premier rang, offre aux Khalkhas resté loyaux aux Qing des femmes dzoungars comme esclaves, et des ordres sont donnés pour priver les Dzoungars affamés de nourriture. Finalement, ce sont les soldats des bannières mandchous et les Mongols loyalistes qui reçoivent des femmes, des enfants et des vieillards dzoungars comme esclaves, et leur identité culturelle dzoungare est anéantie[9],[11]. Des ordres sont donnés pour « exterminer complètement » les tribus dzoungars, et le génocide laisse la Dzoungarie en grande partie dépeuplée[12].

L'empereur ne voit aucun conflit entre son ordre d'extermination et la promotion des principes pacifiques du confucianisme. Il soutient sa position et valide le massacre en présentant les Dzoungars comme des barbares et des sous-hommes. L'empereur Qianlong proclame que « balayer les barbares est le moyen d'apporter la stabilité à l'intérieur », que les Dzoungars « tournaient le dos à la civilisation », et que « le Ciel soutenait l'empereur » dans leur destruction[13],[14].

Génocide

L'empereur Qianlong fait déplacer les survivants du peuple Dzoungar vers d'autres régions de la Chine. Il ordonne aux généraux de tuer tous les Dzoungars de sexe masculin à Barkol ou Suzhou (ce qui correspond actuellement à la ville de Jiuquan, Gansu), et répartit leurs femmes et leurs enfants parmi les soldats Qing[15],[16]. Dans le Sheng wu ji (圣武记 / 聖武記, shèng wǔ jì, « Mémoire des guerres de l'Empereur »), l'érudit Wei Yuan écrit qu'environ 50 % des foyers dzoungars ont été tués par la variole, 20 % ont fui en Russie ou dans le khanat kazakh, et 30 % ont été tués par l'armée, ne laissant aucune yourte dans une zone de plusieurs milliers de li, sauf celles des personnes qui se sont rendues[1],[17],[18],[19],[20]. Selon Clarke, 80% des Dzoungars, soit entre 480.000 et 600,000 personnes, sont tués entre 1755 et 1758, ce qui « équivaut à la destruction complète non seulement de l'État Dzoungars mais aussi des Dzoungars en tant que peuple »[1][3]. D'autres auteurs, comme Powers et Templeman, retiennent également cette évaluation de 80% de décès chez les Dzoungars[21].

Si, au début de l'expédition, les troupes Qing sont composées de soldats des Bannières et de cavaliers mongols, au fil des campagnes, ils sont rejoints par des dizaines de milliers de fantassins de l'armée de l'étendard vert[22]. Selon les récits russes, non seulement les hommes, mais aussi les femmes et les enfants dzoungars sont tous massacrés par des soldats mandchous[23]. Après la fin du massacre, il faut attendre plusieurs générations pour que la population de la Dzoungarie commence à se redresser et retrouve son niveau d'avant l'expédition militaire[24].

Selon l'historien Peter Perdue, la destruction des Dzoungars est le résultat d'une politique explicite d'extermination lancée par l'empereur Qianlong[1]. Il l'attribue à une « utilisation délibérée du massacre » et la décrit comme un « génocide ethnique »[25]. Il est rejoint dans son raisonnement par l'historien Mark Levene[26], qui a écrit que l'extermination des Dzoungars est « sans doute le génocide du XVIIIe siècle par excellence »[27]. L'Encyclopedia of Genocide and Crimes Against Humanity classe les actions de l'empereur Qianlong contre les Dzoungars comme un génocide selon la définition donnée par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, car il a ordonné le massacre de la grande majorité des Dzoungars et l'asservissement ou le bannissement du reste de la population, ce qui a entraîné la destruction complète des Dzoungars en tant que groupe culturel et groupe ethnique[28].

Alliance Khoja - Qing

Les Dzoungars avaient conquis et assujetti les Ouïghours en annexant le Khanat de Yarkand en 1680, après avoir tiré parti des luttes de pouvoirs entre deux factions, les Afaqi Khoja et les Ishaqi Khoja, en s'alliant aux premiers pour chasser les second du pouvoir. Agissant d'abord par l'intermédiaire de souverains fantoches, puis en contrôlant directement la région, les Dzoungars mettent l'ancien khanat en coupe réglée, en imposant de très lourds impôts aux Ouïghours. De plus les collecteurs d'impôts se comportent comme des petits despotes, demandant et obtenant des avantages en nature. Des femmes ouïgoures auraient même été victimes de viols en groupe par des collecteurs d'impôts, lorsque le montant des taxes collectées n'était pas satisfaisant[29].

Les Ouïghours finissent par se révolter et lorsque les troupes Qing arrivent dans la région, les rebelles ouïghours des oasis de Tourfan et Hami se soumettent et se déclarent immédiatement vassaux des Mandchous, leur demandant de l'aide pour renverser les Dzoungars. Les Ouïghours aident à l'approvisionnement des soldats Qing pendant leur campagne anti-Dzoungar et, en récompense pour leur aide, des dirigeants ouïghours, comme Emin Khoja (額敏和卓 =), reçoivent des titres de noblesse Qing[30],[31],[32]. Les Qing utilisent Emin Khoja Emin comme intermédiaire avec les musulmans du bassin du Tarim, pour les informer que les Qing n'en ont qu’après les Dzoungars et qu'ils vont laisser les musulmans tranquilles. Le but recherché est de convaincre les musulmans de tuer les Dzungars eux-mêmes et de se ranger du côté des Qing, les Mandchous cherchant à utiliser le ressentiment des musulmans envers leurs anciens dirigeants Dzoungars[33].

Conséquences du génocide

Le génocide des Dzoungar dépeuple la région, ce qui rend possible l'installation de millions de colons Chinois Han, Hui et Ouïghours et de soldats des Bannières mandchous en Dzoungarie, le tout avec l'aide des Qing[1],[34]. Le professeur Stanley W. Toops note que la situation démographique du Xinjiang au début du XXIe siècle est similaire à celle du début de la période Qing. Dans le nord du Xinjiang, les Qing font venir des colons Han, Hui, ouïgours, Xibe et Kazakhs après le massacre des Dzoungars de la région. Un tiers de la population totale du nord du Xinjiang se compose de Hui et de Han, tandis qu'environ deux tiers de la population du bassin de Tarim, soit le sud du Xinjiang, est composé de Ouïgours[35],[36]. En Dzoungarie, les Qing créé de nouvelles villes comme Ürümqi et Yining[37]. Cette répartition Nord Han/Sud Ouïghour ne doit rien au hasard et est le résultat d'un choix politique effectué à Pékin. En effet, les Qing ont interdit l’implantation de colons « Han » dans le bassin du Tarim et ont donné l'ordre qu'ils soient plutôt installés en Dzoungarie et dans la nouvelle ville d'Ürümqi[38]. C'est ainsi que les fermes d'État ou s'installent 155 000 Chinois entre 1760 et 1830 se trouvent toutes en Dzoungarie et à Ürümqi, où il n'y a que très peu de Ouïghours, ces derniers vivant dans les oasis du bassin du Tarim[38]. La seule exception à cette règle est qu'après la défaite de Jahangir Khoja dans sa lutte contre les Chinois dans les années 1820, 12 000 familles ouïgoures sont déportées par les Qing du bassin du Tarim en Dzoungarie, pour coloniser et repeupler la région[39].

Les Qing ont unifié le Xinjiang et ont modifié sa démographie[40]. Le dépeuplement du nord du Xinjiang a conduit les Qing à installer des Mandchous, des Sibo (Xibe), des Daurs, des Solons, des Han, des Hui et des musulmans turcs Tarangis dans le nord, les migrants chinois Han et Hui constituant la grande majorité des colons. L'écrasement des Dzoungars bouddhistes par les Qing a comme conséquence inattendue la promotion de l'Islam et à l'autonomisation des Begs musulmans dans le sud du Xinjiang, ainsi que la migration des Taranchis musulmans vers le nord du Xinjiang. Henry Schwarz a résumé ces changements en disant que « la victoire des Qing était, dans un certain sens, une victoire pour l'Islam »[41]. Le Xinjiang, en tant qu'identité géographique unifiée et définie, a été créé et développé par les Qing. Ce sont les Qing qui ont permis l'arrivée au pouvoir des turcs musulmans dans la région, en éliminant les derniers khanats mongol, tandis que la culture et l'identité musulmanes turques sont tolérées, voire promues[42]. Les Qing donnent le nom de « Xinjiang » à la Dzoungarie après l'avoir conquise, transformant lentement mais surement une prairie de steppe en une région de terres agricoles cultivées par des agriculteurs chinois. Ainsi, entre 1760 et 1820, ce sont 17 000 acres de prairie qui sont transformés en terre agricole par les nouveaux colons[43].

Le docteur Ulrich Theobald, un sinologue de l'université Eberhard Karl de Tübingen, a comparé le génocide des Dzoungars à l'extermination par les Qing du peuple tibétain de Jinchuan en 1776[44].

Point de vue des Qing sur la campagne contre les Dzoungars

L'empereur Qianlong a commémoré la conquête des Dzoungars par les Qing comme une victoire ayant ajouté un nouveau territoire à la « Chine », définissant la Chine comme un État multiethnique et rejetant l'idée que ce terme ne désigne que les régions de peuplement Han de la « Chine historique ». Selon les Qing, les peuples Han et non-Han font partie de la « Chine », qui comprend le nouveau territoire du « Xinjiang » que les Qing viennent de conquérir au détriment des Dzoungars[45]. En effet, après la conquête de la Dzoungarie en 1759, Qianlong proclame, dans un mémorial écrit en langue mandchoue, que les terres qui appartenaient auparavant aux Dzoungars sont désormais absorbées par la « Chine » (Dulimbai Gurun)[46],[47],[48].

Comme vu précédemment, pour l'empereur de Chine, les Dzoungars étaient des barbares et des sous-hommes et leur destruction, qu'il considère comme étant conforme à la volonté du Ciel, un gage de stabilité[13],[14]. Cependant, une fois « débarrassée » de ces barbares, la Dzoungarie est, pour Qianlong, un territoire uni à la Chine et, donc, chinois de plein droit. Pour bien comprendre ce point de vue, il faut prendre le temps d’examiner l'idéologie qui sous-tend l'expansion des Qing. Pour eux, de par leurs actions, ils réunissent les Chinois non-Han « extérieurs » (les différents peuples mongols, les Tibétains...) et les Chinois Han « intérieurs » (comprendre « de la Chine historique »), en une « famille » unie sous l'État Qing. Pour montrer que les divers sujets des Qing font tous partie d'une même famille, les mandchous créent les expressions Zhongwai yijia (中外一家, « zones centrales et zones extérieures comme un seul royaume ») et neiwei yijia (內外一家, « intérieur et extérieur des grands murs comme une seule famille »), pour transmettre cette idée d'une « unification » des différents peuples[49]. Cette idéologie fait que le Xinjiang nouvellement annexé ne peut pas être vu comme une terre étrangère et ses habitants, maintenant débarrassé des barbares dzoungars, ne peuvent pas être appelés des étrangers (yi)[50].

Par ses déclarations et ses actes, l'empereur Qianlong rejette les idées datant des dynasties antérieures et selon lesquelles seuls les Han peuvent être des sujets chinois et seules les terres des Han peuvent être considérées comme faisant partie de la Chine. Au lieu de cela, il redéfinit la Chine comme étant multiethnique[51]. C'est pour cela qu'il ne tient pas compte du point de vue des fonctionnaires Han qui, avant le début de la campagne, déclarent que le Xinjiang ne fait pas partie de la Chine et qu'on ne doit pas le conquérir[52]. C'est dans cette optique d'intégration, et afin de consolider le contrôle des Qing sur la région, que l'empereur autorise la migration de colons Han vers le Xinjiang[53]. Il donne également des noms chinois aux villes pour remplacer leurs noms mongols, institue des examens d'entrée à la fonction publique dans la région et met en place un système administratif de style chinois en créant des Xian et des préfectures (府, ) dans tout le Xinjiang[53]. Enfin, il utilise les écoles financées par l'État afin de promouvoir le confucianisme parmi les musulmans du Xinjiang[54], et donne des noms confucianistes aux villes du Xinjiang, comme « Dihua » pour Ürümqi en 1760, et Changji, Fengqing, Fukang, Huifu et Suilai pour d'autres villes[55].

Qianlong compare également cette conquête avec ce que les dynasties Han et Tang ont accompli en Asie centrale[56]. La conquête du Xinjiang est donc également une façon pour les Qing de se placer en « héritier » de ces deux dynasties prestigieuses[57] ; au point que les érudits qui rédigent le journal impérial officiel de la conquête du Xinjiang font de fréquentes références aux noms utilisés a l'époque des Han et des Tang pour désigner la région[58]. Zhao Hui, le général responsable de la conquête du Xinjiang, est même comparé au général Gao Xianzhi de la dynastie Tang et aux généraux Ban Chao et Li Guangli de la dynastie Han[59]. Lorsqu'il met en place les structures administratives nécessaires pour gouverner le Xinjiang, l'empereur s'inspire des modèles Han et Tang, sans pour autant les reproduire totalement l'administration qu'il met en place est bien plus centralisée et le centre administratif est implanté au cœur du Xinjinag et non sur ses marges[60]. Dans les récits officiels, les Qing décrivent la conquête du Xinjiang comme une restauration et une continuation des réalisations des Han et des Tang dans la région[61], un retour aux frontières qu'avait la Chine sous ces dynasties[62]. En agissant ainsi, les Qing cherchent a récupérer à leur profit les images de grandeur et d'autorité associés aux Han et aux Tang[63].

Il faut noter qu'au XVIIIe siècle, la plupart des sources chinoises sur le Xinjiang dataient justement des dynasties Han et Tang et que le rattachement de la région à la Chine par les Qing a permis aux auteurs chinois d'actualiser ces récits très anciens[64],[65].

Notes et références

  1. a b c d e et f Perdue 2009, p. 285.
  2. Ondřej Klimeš, Struggle by the Pen: The Uyghur Discourse of Nation and National Interest, c.1900-1949, BRILL, (ISBN 978-90-04-28809-6, lire en ligne), p. 27–
  3. a b et c Clarke 2004, p. 37.
  4. « Archived copy » [archive du 12 février 2011] (consulté le )
  5. Les chapitres 3 à 7 de Perdue 2005 décrivent l'essor et le déclin du khanat dzoungar et ses relations avec les autres tribus mongoles, la dynastie Qing et l'Empire russe.
  6. Millward 2007, p. 95.
  7. L. J. Newby, The Empire And the Khanate: A Political History of Qing Relations With Khoqand C1760-1860, BRILL, (ISBN 90-04-14550-8, lire en ligne), p. 15–
  8. Cette traduction en français est basée sur la traduction en anglais réalisée par Peter C. Perdue, professeur d'histoire chinoise à l'université de Yale, depuis le texte original en Chinois. Voici le texte en anglais de P. C. Perdue :
    "Show no mercy at all to these rebels. Only the old and weak should be saved. Our previous military campaigns were too lenient. If we act as before, our troops will withdraw, and further trouble will occur. If a rebel is captured and his followers wish to surrender, he must personally come to the garrison, prostrate himself before the commander, and request surrender. If he only send someone to request submission, it is undoubtedly a trick. Tell Tsengünjav to massacre these crafty Zunghars. Do not believe what they say."
  9. a b et c Peter C Perdue, China Marches West: The Qing Conquest of Central Eurasia, Harvard University Press, (ISBN 978-0-674-04202-5, lire en ligne), p. 283–
  10. James A. Millward, Eurasian Crossroads: A History of Xinjiang, Columbia University Press, (ISBN 978-0-231-13924-3, lire en ligne), p. 95–
  11. Crowe 2014, p. 31.
  12. Crowe 2014, p. 32.
  13. a et b Nan & Mampilly & Bartoli 2011, p. 219.
  14. a et b Nan & Mampilly & Bartoli 2011, p. 219.
  15. 大清高宗純皇帝實錄, 乾隆二十四年
  16. 平定準噶爾方略
  17. Perdue 2005, p. 285.
  18. ed. Starr 2004, p. 54.
  19. Wei Yuan, 聖武記 Military history of the Qing dynasty, vol.4. “計數十萬戶中,先痘死者十之四,繼竄入俄羅斯哈薩克者十之二,卒殲於大兵者十之三。除婦孺充賞外,至今惟來降受屯之厄鲁特若干戶,編設佐領昂吉,此外數千里間,無瓦剌一氊帳。”
  20. Lattimore 1950, p. 126.
  21. Powers & Templeman 2012, p. 537.
  22. Peter Lorge, War, Politics and Society in Early Modern China, 900–1795, Routledge, (ISBN 978-1-134-37286-7, lire en ligne), p. 165–
  23. Peter C Perdue, China Marches West: The Qing Conquest of Central Eurasia, Harvard University Press, (ISBN 978-0-674-04202-5, lire en ligne), p. 284–
  24. Tyler 2004, p. 55.
  25. Perdue 2005, p. 283-285.
  26. Dr Mark Levene « https://web.archive.org/web/20081216135041/http://www.soton.ac.uk/history/profiles/levene1.html »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), , Southampton University, see "Areas where I can offer Postgraduate Supervision". Retrieved 2009-02-09.
  27. Moses 2008, p. 188
  28. Shelton 2005, p. 1183.
  29. Ahmad Hasan Dani, Vadim Mikhaĭlovich Masson et Unesco, History of Civilizations of Central Asia: Development in contrast : from the sixteenth to the mid-nineteenth century, UNESCO, (ISBN 978-92-3-103876-1, lire en ligne), p. 197–
  30. Kim 2008, p. 308
  31. Kim 2008, p. 134
  32. Kim 2008, p. 49
  33. Kim 2008, p. 139.
  34. Tamm 2013,
  35. ed. Starr 2004, p. 243.
  36. Stanley Toops, « Demographics and Development in Xinjiang after 1949 », East–West Center, no 1,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  37. Millward 1998, p. 102.
  38. a et b Millward 2007, p. 104.
  39. Tyler 2004, p. 67.
  40. Liu & Faure 1996, p. 71.
  41. Liu & Faure 1996, p. 72.
  42. Liu & Faure 1996, p. 76.
  43. Marks 2011, p. 192.
  44. Theobald 2013, p. 21.
  45. Zhao 2006, p. 11,12.
  46. Dunnell 2004, p. 77.
  47. Dunnell 2004, p. 83.
  48. Elliott 2001, p. 503.
  49. Dunnell 2004, p. 76-77.
  50. Millward 1998, p. 4.
  51. Zhao 2006, p. 4.
  52. Zhao 2006, p. 11-12.
  53. a et b Zhao 2006, p. 18.
  54. Zhao 2006, p. 19.
  55. Zhao 2006, p. 25.
  56. Millward 1998, p. 25.
  57. Millward 1998, p. 245.
  58. Millward 1998, p. 20-1.
  59. Millward 2007, p. 356.
  60. Millward 2007, p. 97-8.
  61. Liu & Faure 1996, p. 68.
  62. Newby 2005, p. 254.
  63. Newby 2005, p. 13.
  64. Newby 2005, p. 111.
  65. Newby 2005, p. 2.
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Dzungar genocide » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie

  • Alexandre Andreyev, Soviet Russia and Tibet: The Debarcle of Secret Diplomacy, 1918-1930s, vol. Volume 4 of Brill's Tibetan Studies Library, V.4, BRILL, (ISBN 9004129529, lire en ligne)
  • Alexandre Andreyev, The Myth of the Masters Revived: The Occult Lives of Nikolai and Elena Roerich, BRILL, (ISBN 978-9004270435, lire en ligne)
  • Baabar, Twentieth Century Mongolia, Volume 1, White Horse Press, (ISBN 1874267405, lire en ligne)
  • Baabar, Bat-Ėrdėniĭn Baabar, History of Mongolia, Monsudar Pub., (ISBN 9992900385, lire en ligne)
  • Michael Edmund Clarke, In the Eye of Power: China and Xinjiang from the Qing Conquest to the 'New Great Game' for Central Asia, 1759–2004, Griffith University, Brisbane, Dept. of International Business & Asian Studies, (lire en ligne[archive du 10 avril 2008])
  • David M. Crowe, War Crimes, Genocide, and Justice: A Global History, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-1137037015, lire en ligne)
  • Ruth W. Dunnell, Mark C. Elliott, Philippe Foret et James A Millward, New Qing Imperial History: The Making of Inner Asian Empire at Qing Chengde, Routledge, (ISBN 1134362226, lire en ligne)
  • Louis Dupree et Eden Naby (Contributor Elizabeth Endicott-West), The Modernization of Inner Asia, M.E. Sharpe, (ISBN 0873327799, lire en ligne)
  • Mark C. Elliott, The Manchu Way: The Eight Banners and Ethnic Identity in Late Imperial China, Stanford University Press, (ISBN 0804746842, lire en ligne)
  • Kwangmin Kim (University of California, Berkeley), Saintly Brokers: Uyghur Muslims, Trade, and the Making of Qing Central Asia, 1696--1814, (ISBN 978-1109101263, lire en ligne)
  • Owen Lattimore, Pivot of Asia; Sinkiang and the inner Asian frontiers of China and Russia, Little, Brown, (lire en ligne)
  • Owen Lattimore et Sh Nachukdorji, Nationalism and Revolution in Mongolia, Brill Archive, (lire en ligne)
  • Mark Levene, Empire, Colony, Genocide: Conquest, Occupation, and Subaltern Resistance in World History, Oxford and New York, Berghahn, (ISBN 978-1-84545-452-4, lire en ligne), « Empires, Native Peoples, and Genocides », p. 183–204
  • Tao Tao Liu et David Faure, Unity and Diversity: Local Cultures and Identities in China, Hong Kong University Press, (ISBN 9622094023, lire en ligne)
  • Peter Lorge, War, Politics and Society in Early Modern China, 900–1795, Routledge, (ISBN 1134372868, lire en ligne)
  • Robert B. Marks, China: Its Environment and History, Rowman & Littlefield Publishers, (ISBN 978-1442212770, lire en ligne)
  • 正理 , 另眼看歷史(上):一部有關中、日、韓、台灣及周邊世界的多角互動歷史, vol. Volume 1 of 另眼看歷史: 一部有關中、日、韓、台灣及周邊世界的多角互動歷史, 遠流出版,‎ (ISBN 978-9573266648, lire en ligne)
  • James A. Millward, Eurasian Crossroads: A History of Xinjiang, Columbia University Press, (ISBN 978-0231139243, lire en ligne)
  • Irina Y. Morozova, Socialist Revolutions in Asia: The Social History of Mongolia in the 20th Century, Routledge, (ISBN 978-1135784379, lire en ligne)
  • Peacemaking: From Practice to Theory [2 volumes]: From Practice to Theory, ABC-CLIO, (ISBN 978-0313375774, lire en ligne)
  • Peacemaking: From Practice to Theory, vol. Volume One, ABC-CLIO, (ISBN 978-0313375767, lire en ligne)
  • James Palmer, The Bloody White Baron: The Extraordinary Story of the Russian Nobleman Who Became the Last Khan of Mongolia, Basic Books, (ISBN 978-0465022076, lire en ligne)
  • S. C. M. Paine, Imperial Rivals: China, Russia, and Their Disputed Frontier, M.E. Sharpe, (ISBN 1563247240, lire en ligne)
  • Carole Pegg, Mongolian Music, Dance, & Oral Narrative: Performing Diverse Identities, Volume 1, University of Washington Press, (ISBN 0295980303, lire en ligne)
  • Peter C Perdue, China Marches West: The Qing Conquest of Central Eurasia, Harvard University Press, (ISBN 067401684X, lire en ligne)
  • Peter C Perdue, China Marches West: The Qing Conquest of Central Eurasia, Harvard University Press, (ISBN 978-0674042025, lire en ligne)
  • John Powers et David Templeman, Historical Dictionary of Tibet, Scarecrow Press, (ISBN 978-0810879843, lire en ligne)
  • John A.G. Roberts, A History of China, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-0230344112, lire en ligne)
  • Alan J. K. Sanders, Historical Dictionary of Mongolia, vol. Volume 74 of Historical Dictionaries of Asia, Oceania, and the Middle East, Scarecrow Press, (ISBN 978-0810874527, lire en ligne)
  • Dinah C Shelton, Encyclopedia of genocide and crimes against humanity, Volume 3, Macmillan Reference, (ISBN 0028658507, lire en ligne)
  • Aspects of Altaic Civilization III: Proceedings of the Thirtieth Meeting of the Permanent International Altaistic Conference, Indiana University, Bloomington, Indiana, June 19-25, 1987 (Contributor Indiana University, Bloomington. Research Institute for Inner Asian Studies), vol. Volume 3 of Aspects of Altaic civilization / ed. by Denis Sinor Volume 145 of Indiana University Uralic and Altaic series, Indiana University Bloomington, Psychology Press, (ISBN 0700703802, lire en ligne)
  • Xinjiang: China's Muslim Borderland, M.E. Sharpe, (ISBN 0765613182, lire en ligne)
  • Eric Tamm, The Horse that Leaps Through Clouds: A Tale of Espionage, the Silk Road, and the Rise of Modern China, Counterpoint, (ISBN 978-1582438764, lire en ligne)
  • Ulrich Theobald, War Finance and Logistics in Late Imperial China: A Study of the Second Jinchuan Campaign (1771–1776), BRILL, (ISBN 978-9004255678, lire en ligne)
  • Christian Tyler, Wild West China: The Taming of Xinjiang, Rutgers University Press, (ISBN 0813535336, lire en ligne)
  • Universität Bonn. Ostasiatisches Seminar, Asiatische Forschungen, Volumes 73-75, O. Harrassowitz, (ISBN 344702237X, lire en ligne)
  • Odd Arne Westad, Restless Empire: China and the World Since 1750, Basic Books, (ISBN 978-0465029365, lire en ligne)
  • Gang Zhao, « Reinventing China Imperial Qing Ideology and the Rise of Modern Chinese National Identity in the Early Twentieth Century », Sage Publications, vol. 32, no 1,‎ , p. 3–30 (DOI 10.1177/0097700405282349, JSTOR 20062627, lire en ligne[archive du 25 mars 2014], consulté le )
  • Andrei Znamenski, Red Shambhala: Magic, Prophecy, and Geopolitics in the Heart of Asia, Quest Books, (ISBN 978-0835608916, lire en ligne)
  • The Mongolia Society Bulletin: A Publication of the Mongolia Society, Volume 9 (Contributor Mongolia Society), The Society, (lire en ligne)
  • Mongolia Society, Mongolia Society Bulletin, Volumes 9-12, Mongolia Society., (lire en ligne)

Lien interne