Coteaux-et-terrasses-de-montauban

Coteaux-et-terrasses-de-montauban
Image illustrative de l’article Coteaux-et-terrasses-de-montauban
Vignoble des coteaux-et-terrasses-de-montauban

Désignation(s) Coteaux-et-terrasses-de-montauban
Appellation(s) principale(s) coteaux-et-terrasses-de-montauban[1]
Type d'appellation(s) IGP de zone
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble du Sud-Ouest
Sous-région(s) moyenne Garonne
Localisation Tarn-et-Garonne
Climat tempéré océanique dégradé
Cépages dominants gamay N, merlot N, syrah N, cabernet franc N, cabernet sauvignon N, tannat N, chardonnay B, muscadelle B, sauvignon B, sémillon B et ugni blanc B[2]
Vins produits rouges, rosés et blancs
Rendement moyen à l'hectare 80 hl/ha

Le coteaux-et-terrasses-de-montauban, appelé vin de pays des coteaux et terrasses de Montauban jusqu'en 2009, est un vin français d'indication géographique protégée (le nouveau nom des vins de pays) de zone, produit dans le département de Tarn-et-Garonne, autour de la ville de Montauban.

Situation géographique

Pour avoir droit à la dénomination les vins doivent être issus de vendanges récoltées dans les communes suivantes : Montauban, Léojac, Lamothe-Capdeville, Albias, Nègrepelisse, Saint-Etienne-de-Tulmont, Génébrières, La Salvetat-Belmontet, Reyniès, Villebrumier, Varennes, Verlhac-Tescou, Saint-Nauphary et Corbarieu.

Encépagement

Les cépages autorisés sont : gamay, merlot, syrah, cabernet franc, cabernet-sauvignon, tannat, chardonnay, muscadelle, sauvignon, sémillon, ugni blanc, gamay de Bouze, gamay teinturier de Chaudenay[3].

Méthodes culturales

La densité de plantation doit être au minimum de 3 300 pieds à l'hectare. Le rendement est fixé à 80 hectolitres à l'hectare et ne doit pas dépasser 95 hectolitres à l'hectare.

Sources

Notes et références

  1. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine ; « Coteaux et Terrasses de Montauban », sur www.inao.gouv.fr, Ministère de l'agriculture. Institut national de l'origine et de la qualité, (consulté le 22 mars 2011).
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne de signaler la couleur du raisin : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  3. Ces deux derniers cépages ne pouvant représenter au maximum que 30 p. 100 de l’encépagement des parcelles produisant ces vins

Bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe