Camille Graeser

Camille Graeser
Camille Graeser
Biographie
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Wald
Nationalité
Formation
Académie des Beaux-Arts de Stuttgart (en)
Activités
Autres informations
Membre de
Maîtres
Site web

Camille Louis Graeser, né le à Carouge et mort le à Wald, est un artiste peintre, architecte d'intérieur, designer et graphiste suisse, représentant de la Zürcher Schule der Konkreten.

Biographie

Camille Graeser a grandi à Stuttgart où il a terminé un apprentissage de menuiserie et a étudié la construction de meubles et la décoration intérieure avec Bernhard Pankok à la Königlichen Kunstgewerbeschule Möbelbau. En 1915, il travaille comme dessinateur de meubles à Berlin et rencontre Herwarth Walden de la galerie Der Sturm. Deux ans plus tard, il ouvre son propre studio de design d'intérieur et de graphisme publicitaire à Stuttgart et prend des cours de peinture avec Adolf Hölzel[1].

À Stuttgart, Graeser était principalement actif en tant qu'architecte d'intérieur et designer d'objets du quotidien. En 1918, il a pu présenter ses œuvres pour la première fois dans une exposition personnelle au Kunsthaus Schaller de Stuttgart. Il a également été accepté au Deutsche Werkbund en 1918 et a participé à ses expositions. Il y a notamment présenté des pièces à l'exposition pionnière Die Form ohne Ornament (1924). Graeser a décoré un appartement modèle dans un immeuble conçu par Mies van der Rohe dans le Weißenhofsiedlung à Stuttgart dans le cadre de l'exposition Die Wohnung en 1927[1].

En 1933, Graeser part pour Zurich[2]. Les premières années en Suisse sont pauvres en production artistique, néanmoins Graeser produit plus de peintures qu'avant. Il y épouse Emmy Rauch, une personnalité du soutien financier des chômeurs. Son activité artistique reprend en 1937 lorsqu'il rejoint le groupe d'artistes allianz. Dès l'année suivante, il participe à presque toutes les expositions de l'Alliance, puis est exposé à nouveau à l'étranger à partir de 1947[1].

L'Académie d'État des beaux-arts de Stuttgart nomme Camille Graeser membre d'honneur le 8 février 1977 à l'occasion de son 85e anniversaire, en avançant que non seulement la relation étroite du peintre et graphiste à la vie artistique de Stuttgart, mais aussi sa contribution exceptionnelle à l'art concret doivent être reconnues « non seulement la relation étroite du peintre et graphiste à la vie artistique de Stuttgart, mais aussi sa contribution exceptionnelle à l'art concret doivent être reconnues » [3].

Camille Graeser décède le 21 février 1980 et est enterré au cimetière de Nordheim à Zurich.

Pour gérer son domaine et son héritage, sa veuve crée la Fondation Camille Graeser[2].

Œuvres

Œuvre artistique

En tant qu'artiste, Graeser a développé un expressionnisme abstrait vers 1920 sous l'influence de son professeur Adolf Hölzel. Plus tard, il est passé à un purisme plat et strict, influencé par ses collègues de Stuttgart Oskar Schlemmer et Willi Baumeister. En tant qu'architecte d'intérieur, il a été le principal représentant du Neues Bauen et de Neuen Wohnens dans le Sud de l'Allemagne en 1927[4].

Graeser était l'artiste le plus ancien des Zürcher Konkreten. Lorsqu'il parle de son travail, il le fait de manière poétique. En 1943, il passe à une conception strictement constructive. Dans une explication des termes abstrait et concret publié en 1944, il explique que l'abstrait et le concret ne sont pas seulement la « pureté, la loi et l'ordre », il signifie également « le son pictural conçu visuellement, semblable à la musique »[4].

Articles de design d'intérieur

  • Möbel und Zeit-Bedürfnis [5]in Innendekoration. Mein Heim, mein Stolz; die gesamte Wohnungskunst in Bild und Wort, volume 35, Stuttgart 1924, p. 326f.
  • Ruheraum der Frau[6] in Innendekoration. Mein Heim, mein Stolz; die gesamte Wohnungskunst in Bild und Wort, volume 41, Stuttgart 1930, p. 324-324.

Expositions

  • 1918 : Kunsthaus Schaller, Stuttgart: idées de vie modernistes et dessins non figuratifs
  • 1924 : Exposition Werkbund : La forme sans ornement
  • 1926 : Musée du commerce d'État de Stuttgart
  • 1938 : exposition de l'Alliance à la Kunsthalle Basel
  • 1951 : Musique optique, première exposition personnelle en Suisse, Galerie 16, Zurich
  • 1955 : Exposition individuelle au Club Bel Etage, Zurich
  • 1958 : exposition itinérante d'art non représentatif en Suisse et 29. Biennale de Venise
  • 1964 : première rétrospective au Kunsthaus de Zurich, avec Johannes Itten
  • 1969 : Participation au 1er Biennale de Nuremberg et à la 10e Bienal de São Paulo
  • 1976 : Rétrospective au Westphalian State Museum de Münster et au Düsseldorf Art Museum
  • 1977 : documenta 6 à Cassel
  • 1979 : Rétrospective avec Max von Moos au Kunsthaus de Zurich et au musée Wilhelm-Hack, Ludwigshafen am Rhein
  • 2009 : Camille Graeser, vom Entwurf zum Bild. Ideenskizzen und Entwurfszeichnungen, 1938-1978, Haus Konstruktiv, Zurich puis en 2010 au Museum Ritter à Waldenbuch et à la Städtische Galerie Wolfsburg
  • 2015: Aus der Reihe bewegt. Gravure par Camille Graeser, Museum Kunstpalast, Düsseldorf
  • 2016: Camille Graeser und die Musik, musée des Beaux-Arts d'Argovie, Aarau
  • 2019/2020: Camille Graeser: Vom Werden eines konkreten Künstlers, Haus Konstruktiv, Zurich, organisée par Vera Hausdorff, conservatrice de la Fondation Camille Graeser[7]
  • 2020/2021: Camille Graeser. Devenir concret. Musée des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds, La Chaux-de-Fonds. Commissariat: David Lemaire et Vera Hausdorff[8]

Prix

  • 1972 : Honneur du crédit culturel du canton de Zurich
  • 1975 : prix d'art de la ville de Zurich
  • 1977 : membre honoraire de l'Académie nationale des beaux-arts de Stuttgart

Références

  1. a b et c « Camille Graeser », sur SIKART Lexikon zur Kunst in der Schweiz, (consulté le )
  2. a et b Jonathan Fisch, « Heute vor 122 Jahren: Geburt des Künstlers Camille Graeser », Schweizer Radio und Fernsehen SRF,‎ (lire en ligne)
  3. Akademie-Mitteilungen 8: für die Zeit vom 1. Juni 1976 bis 31. Oktober 1977; März 1978. Hrsg. von Wolfgang Kermer. Stuttgart: Staatliche Akademie der Bildenden Künste Stuttgart, 1978, p. 154.
  4. a et b Hans Curjel, « Camille Graeser », Das Werk: Architektur und Kunst (Band 48),‎ , p. 68-72 (lire en ligne)
  5. http://www.digizeitschriften.de/dms/img/?PID=360230113&physid=phys00725
  6. http://www.digizeitschriften.de/dms/img/?PID=359731996
  7. Ausstellungswebseite abgerufen am 14. November 2019.
  8. « Ville de La Chaux-de-Fonds », sur www.chaux-de-fonds.ch (consulté le )

Voir aussi

Bibliographie

  • Hans Curjel, « Camille Graeser », Das Werk : Architektur und Kunst, no 68,‎ , p. 68-72 (lire en ligne, consulté le ).
  • Eugen Gomriger, Camille Graeser, Teufen, A. Niggli, .
  • Rudolf Koella, Camille Graeser, Design : Catalogue d'exposition, Cologne, Wienand, .
  • Willy Rotzler, Camille Graeser : Lebensweg und Lebenswerk eines konstruktiven Malers, Zurich, ABC Verlag, .

Liens externes