Wilaya de Chlef

Wilaya de Chlef (02)
Wilaya de Chlef
Barrage de l’Oued Fodda
Image illustrative de l’article Wilaya de Chlef
Localisation de la Wilaya de Chlef
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Chef-lieu Chlef
Daïras 13
Communes 35
Président d'APW Omar Ameur[1] (FLN)
2012-2017
Wali Aboubakr Essedik Boussetta[2]
Code wilaya 02
Wilaya depuis 1962
Démographie
Population 1 002 088 hab. (2008[3])
Densité 209 hab./km2
Rang 8e
Géographie
Superficie 479 100 ha = 4 791 km2
Rang 29e
Liens
Site web Site officiel

La wilaya de Chlef (en arabe: ولاية الشلف, en berbère: ⵜⴰⵡⵉⵍⴰⵢⵜ l ⵛⵍⴻⴼ), est une wilaya algérienne située au nord-ouest du pays à mi-distance entre Alger et Oran[4].

Géographie

Localisation

La wilaya de Chlef est située dans le Tell occidental à 200 km (jusqu'à 300 km pour les communes du nord-ouest) à l'ouest d'Alger. Elle est délimitée par[4] :

Wilayas limitrophes de la wilaya de Chlef
Mer Méditerranée
Mostaganem, Relizane wilaya de Chlef Aïn Defla, Tipaza
Tissemsilt

Relief

la wilaya de Chlef

La wilaya est formée par quatre ensembles géographiques[4]:

  • une côte Méditerranéenne s’étendant sur 120 km ;
  • la chaîne de la Dahra au nord ;
  • les monts de l'Ouarsenis au sud ;
  • la vallée du Chelif entre les deux ensembles montagneux.

Climat

La wilaya est caractérisée par un climat méditerranéen sub-humide dans la partie Nord et un climat continental au Sud, froid en hiver et chaud en été[4]. Située dans une cuvette séparée de la mer par les monts du Dahra. Malgré son climat sub-humide, Chlef est une des régions les plus chaudes d’Algérie. La pluviométrie moyenne est de 420 mm/an. Il se distingue par un important massif forestier, constitué notamment de chênes-liège et de chênes verts.

Hydrographie

Le Chelif est le plus important cours d'eau, il traverse la wilaya d’est en ouest[4] et y est traversé par deux importants barrages : Oued Fodda et Sidi Yakoub.

Sismicité

La wilaya est soumise à des secousses telluriques causées par les mouvements tectoniques[4].

Histoire

La présence humaine durant la Préhistoire est attestée dans le territoire de la wilaya. Le peuplement berbère remonte à la fin du néolithique. La région côtière et les plaines ont subi l’influence carthaginoise[5].

Le territoire de la wilaya se trouvait aux confins des royaumes Amazigh Massaesyles et Massyles, jusqu’à l’unification de la Numidie par Massinissa[5]. Par la suite, les romains occupent la côte et les plaines, les tribus montagnardes du Dahra et l’Ouarsenis sont restées indépendantes. Au Ve siècle, le territoire de la wilaya est intégré au royaume indépendant Amazigh de l’Ouarsenis[5].

Les musulmans ont conquis la région entre 675 et 682. La région était peuplée principalement par les tribus Zénètes et Maghraouas. Elle était gouvernée par les Rostémides, les Hammadides, les Almoravides, les Almohades et les Zianides[5]. Pendant la décadence du royaume des Zianides, Ténès accueille une forte immigration andalouse et devient une république indépendante avant d’être envahie par les Espagnols, puis attaché à la régence d'Alger en 1517[5].

Pendant la période ottomane, la région est répartie entre plusieurs circonscriptions administratives : Ténès et la côte sont administrées par Dar El Soltan, la partie orientale par le beylick du Titteri et le reste par le beylik de l'Ouest[5].

Après 1830, la région a connu la colonisation française, à la suite de résistances populaires menées par l’Emir Abdelkader puis par Boumaaza. C'est durant cette période que s'est déroulé l’épisode des enfumades des grottes du Dahra[5]. La région reprend les beylicks ouest de la régence d'Alger, est alors organisée comme un arrondissement autour de son chef-lieu nommé Orléansville, et est attachée à l'ancien département d'Alger, avant de devenir lors de sa réorganisation le département d’Orléansville de plein droit. Durant la guerre d'Algérie, le département faisait partie de la wilaya IV[5].

Après l'indépendance de 1962, le département prend temporairement le nom du fleuve, le Chelif, avant de reprendre le nom de son chef-lieu quand il est renommé El-Asnam en arabe vernaculaire ; il devient (comme les autres départements algériens) une wilaya en 1968, et prend son nom actuel en 1980 quand la ville d'El-Asnam prend son nom berbère de Chlef.

Organisation de la wilaya

Walis

Le poste de wali de la wilaya de Chlef a été occupé par plusieurs personnalités politiques nationales depuis l'indépendance en 1962.

Walis dans la wilaya de Chlef.
Wali[6] Début[7] Fin
1 Ouali Issad
2 Kada Boutarène
3 Mohamed Sadek Benyahia [8]
4 Abderrahim Settouti
5 Mohamed Aït Amrane [9]
6 Mohamed Nedjadi [9]
7 Ahmed Bakhti
8 Mohamed Lamine Gherieb [10]
9 Mostefa Meghraoui
10 Rachid Aktouf
11 Ahmed Bouakane
12 Boumédiène Bounoura
13 Abdelkader Benayada
14 Mohamed Saïdani [11]
15 Youcef Daâra [11] [12]
16 Hocine Ouadah [12] [13]
17 Mohamed El Ghazi [14]
18 Mahmoud Djemaâ
19 Aboubekr Seddiq Bousetta [15]
20 Messaoud Djari[15] [15] en cours

Daïras

La wilaya compte treize daïras :

Communes

La wilaya de Chlef compte trente-cinq communes :

Population et démographie

Population

La population d'origine Zénète a subi les influences arabes et andalouses. Les langues parlées sont l'arabe algérien à plus de 90 % et le berbère dans sa variété zénète locale taqvaylith qui est parlé dans la partie orientale de la Dahra.

Évolution démographique

Selon le recensement de 2008, la population de la wilaya dépasse le million d'habitants. Elle est de 1 002 088 habitants contre 684 192 en 1987[16]. 7 communes dépassaient alors la barre des 35 000 habitants[17] :

Évolution démographique
1987 1998 2008
684 192858 6951 002 088
(Source : recensement[16])
Commune Population[17] Taux de croissance annuel 2008/1998[17]
Chlef 178 616 en augmentation   2,1 %
Chettia 71 408 en augmentation   1,8 %
Boukadir 51 340 en augmentation   2,2 %
Aïn Merane 51 326 en augmentation   3,4 %
Oued Sly 47 248 en augmentation   1,4 %
Oued Fodda 41 710 en augmentation   1,5 %
Ténès 35 459 =   0,3 %

Religion

Mosquées

La wilaya de Chlef abrite des dizaines de mosquées réparties dans ses trente-cinq communes.

Ces mosquées sont administrées par la Direction des affaires religieuses et des wakfs de Chlef sous la tutelle du Ministère des Affaires religieuses et des Wakfs.

Zaouïas

Économie

L'économie de la wilaya de Chlef repose essentiellement sur l'agriculture et l'élevage. Cependant, l'industrie et le tourisme restent à développer.

La wilaya de Chlef est caractérisée par une vocation agricole, elle est située sur la plaine du moyen Chelif et dispose de ressources hydriques importantes. La superficie agricole représente 65,43 % de la superficie totale de la wilaya[18].

La production agricole est composée par des cultures diversifiées : céréales, légumes secs, arboricultures, fourrages, cultures Industrielles, etc. Le patrimoine animal de la Wilaya est également diversifié : bovins, ovins et caprins[18].

Ressources hydriques

Sources

Cette wilaya recèle des centaines de sources d'eau naturelle.

Oueds

La wilaya est traversée par des dizaines d'oueds :

Barrages

Cette wilaya comprend les barrages suivants :

  • Barrage de Sidi Yakoub[19] ;
  • Barrage de Oued fodda[20].

Ces barrages font partie des 65 barrages opérationnels en Algérie[21] alors que 30 autres sont en cours de réalisation en 2015[22].

Santé

  • Hôpital de Ouled Mohamed.
  • Hôpital de Chorfa.
  • Hôpital Zighoud Youcef Ténès.
  • Hôpital ancien de Ténès.
  • Hôpital de Sobha.
  • Hôpital de Chettia.
  • Hôpital des sœurs Bedj.

Lieux touristiques

  • Sidi Marwane.

Notes et références

  1. « CHLEF, Omar Ameur du FLN nouveau P/APW - Algérie360.com », (consulté le 2 février 2020)
  2. « Le président Bouteflika procède à un mouvement dans le corps des walis », sur le site d'Algérie Presse Service, (consulté le 25 octobre 2013).
  3. « Population résidente des ménages ordinaires et collectifs selon la wilaya de résidence et le sexe et le taux d’accroissement annuel moyen (1998-2008) ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  4. a b c d e et f Présentation de la wilaya de Chlef sur le site officiel de la Wilaya.
  5. a b c d e f g et h Un ancrage amazigh, Info Soir du 16/11/2005
  6. « Tous les préfets et wali de Chlef - Cheliff, pour mieux informer », sur cheliff.org (consulté le 2 février 2020)
  7. « Biographie des walis après l'indépendance (1962 - ANJ) - Cheliff, pour mieux informer », sur cheliff.org (consulté le 2 février 2020)
  8. http://www.joradp.dz/FTP/Jo-Francais/1964/F1964059.pdf
  9. a et b http://www.joradp.dz/FTP/Jo-Francais/1965/F1965075.pdf
  10. http://www.joradp.dz/FTP/Jo-Francais/1980/F1980053.pdf
  11. a et b http://www.joradp.dz/FTP/Jo-Francais/1996/F1996046.pdf
  12. a et b http://www.joradp.dz/FTP/Jo-Francais/1997/F1997047.pdf
  13. http://www.joradp.dz/JO2000/2001/052/FP10.pdf
  14. http://www.joradp.dz/JO2000/2001/052/FP15.pdf
  15. a b et c Le président Tebboune procède un remaniement partiel dans le corps des walis et des walis délégués, Agence APS, 26 janvier 2020.
  16. a et b « Algeria: Provinces & Major Cities - Population Statistics, Maps, Charts, Weather and Web Information », sur www.citypopulation.de (consulté le 2 février 2020)
  17. a b et c « Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Chlef, sur le site de l'ONS. » (consulté le 2 février 2020)
  18. a et b Présentation de l'agriculture dans la wilaya de Chlef sur le site officiel de la Wilaya.
  19. « Algérie 1 | Actualités, informations politiques et économiques finance algériennes en direct », sur www.algerie1.com (consulté le 2 février 2020)
  20. http://www.radioalgerie.dz/environnement/fr/articles/chlef-325-millions-de-m3-deau-retenus-dans-deux-barrages
  21. http://www.aps.dz/economie/16069-le-taux-de-remplissage-des-barrages-d%C3%A9passe-les-72-minist%C3%A8re
  22. « Plus de 5 milliards de m3 d’eau des barrages déversés en mer !: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », sur http://www.liberte-algerie.com/ (consulté le 2 février 2020)

Annexes

Articles connexes

Liens externes